Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47I. L’œuvre de Bernard PalissyLe bassin dit « du Déluge »

I. L’œuvre de Bernard Palissy

Le bassin dit « du Déluge »

Jessica Denis-Dupuis
p. 61

Texte intégral

  • 1 Dufaÿ B. et al., 1987, « L’atelier parisien de Bernard Palissy », Revue de l’Art, n° 78, p. 33-60.
  • 2 Sauzay A., Delange H., 1862, Monographie de l’œuvre de Bernard Palissy, suivie d’un choix de ses co (...)
  • 3 Rothschild G. de, Grandjean S., 1952, Bernard Palissy et son école, Paris, pl. 16, catalogue n° IV (...)

1Parmi le matériel découvert lors des fouilles de l’atelier de Bernard Palissy, les archéologues ont mis au jour les fragments d’un plat en terre cuite avec glaçure de couleur ocre (fig. 1)1. Le décor en relief de ces rebuts de cuisson est similaire à celui d’un bassin existant, dont un dessin a été publié pour la première fois en 1862 (fig. 2)2. Ce bassin, qui appartenait alors à un collectionneur anglais, passa vers la fin du xixe siècle dans la collection d’Alphonse de Rothschild. Il fut exposé au Petit Palais lors de l’Exposition rétrospective de l’Art français en 1900, puis Édouard de Rothschild hérita de la collection de son père. En 1952, sa collection fut étudiée3 et la photographie publiée à cette occasion permet de confirmer le lien direct entre cette pièce unique et les fragments découverts dans l’atelier des Tuileries. Le bassin dit « du Déluge » compte ainsi parmi les œuvres issues de l’atelier du maître saintongeais.

Fig. 1. Atelier de Bernard Palissy, Paris, fouilles des Tuileries, troisième quart du xvie siècle, Fragments d’un plat à décor moulé : Le Déluge

Fig. 1. Atelier de Bernard Palissy, Paris, fouilles des Tuileries, troisième quart du xvie siècle, Fragments d’un plat à décor moulé : Le Déluge

Terre cuite avec glaçure de couleur ocre, Écouen, musée national de la Renaissance, EP 2835.

© RMN-Grand Palais (musée national de la Renaissance, château d’Écouen)/Mathieu Rabeau.

Fig. 2. Plat dit « du Déluge »

Fig. 2. Plat dit « du Déluge »

Chromolithographie dans Sauzay A., Delange H., 1862, Monographie de l’œuvre de Bernard Palissy, suivie d’un choix de ses continuateurs ou imitateurs, Paris, pl. 23.

© DR.

  • 4 Poulain D., 1992, « Bernard Palissy : Sources du répertoire décoratif de l’atelier des Tuileries », (...)

2Il tire son nom de petits personnages se débattant parmi les flots représentés au fond du bassin entre l’îlot central et le marli. Le décor de l’aile, représentant des scènes de combats marins, a été obtenu grâce à des moules en terre cuite, eux-mêmes issus du moulage direct de plaquettes d’orfèvrerie allemande. C’est également le cas du décor de l’îlot central qui provient d’une plaquette d’orfèvrerie représentant le Parnasse, datée vers 1560-1565 et attribuée à un atelier français ou flamand4. Le bassin est ainsi une création originale composée à partir de modèles d’orfèvrerie préexistants et sans lien entre eux. Le matériel archéologique découvert dans l’atelier des Tuileries (hors fragments liés au décor de la grotte) témoigne d’ailleurs presque exclusivement d’inspirations puisées dans les domaines de l’orfèvrerie ou des médailles, qui ont l’avantage d’être déjà en relief et dont l’empreinte peut être transposée sans difficulté par le céramiste dans un moule en plâtre ou en terre cuite.

3Ce procédé technique n’a rien à voir avec les œuvres postérieures attribuées à Palissy ; il confirme l’originalité de la démarche du maître et le caractère d’art et d’essai de son atelier.

Haut de page

Notes

1 Dufaÿ B. et al., 1987, « L’atelier parisien de Bernard Palissy », Revue de l’Art, n° 78, p. 33-60.

2 Sauzay A., Delange H., 1862, Monographie de l’œuvre de Bernard Palissy, suivie d’un choix de ses continuateurs ou imitateurs, Quai Voltaire, Paris, pl. 23.

3 Rothschild G. de, Grandjean S., 1952, Bernard Palissy et son école, Paris, pl. 16, catalogue n° IV (L. 52 ; l. 40 cm).

4 Poulain D., 1992, « Bernard Palissy : Sources du répertoire décoratif de l’atelier des Tuileries », Albineana, 4, p. 187-200.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Atelier de Bernard Palissy, Paris, fouilles des Tuileries, troisième quart du xvie siècle, Fragments d’un plat à décor moulé : Le Déluge
Légende Terre cuite avec glaçure de couleur ocre, Écouen, musée national de la Renaissance, EP 2835.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée national de la Renaissance, château d’Écouen)/Mathieu Rabeau.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1509/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 2. Plat dit « du Déluge »
Légende Chromolithographie dans Sauzay A., Delange H., 1862, Monographie de l’œuvre de Bernard Palissy, suivie d’un choix de ses continuateurs ou imitateurs, Paris, pl. 23.
Crédits © DR.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1509/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jessica Denis-Dupuis, « Le bassin dit « du Déluge » »Technè, 47 | 2019, 61.

Référence électronique

Jessica Denis-Dupuis, « Le bassin dit « du Déluge » »Technè [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/techne/1509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.1509

Haut de page

Auteur

Jessica Denis-Dupuis

Chargée d’études documentaires au musée national de la Renaissance – château d’Écouen (jessica.dupuis[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Technè. La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search