Navigation – Plan du site
II. Après Palissy

Les céramiques post-palisséennes de provenance ancienne dans les collections françaises : analyse des glaçures

Post-Palissian ceramics from previous collections in French public museums: an analysis of their glazes
Anne Bouquillon
p. 90-101

Résumés

Les glaçures mises en œuvre par les céramistes post-palisséens sont dans l’ensemble assez homogènes. À partir de pièces dont la provenance est datée des xviie et xviiie siècles, nous en donnons les principales caractéristiques et tentons de dégager quelques différences afin de proposer des regroupements. Ce sont de faibles variations dans les compositions chimiques et la présence ou l’absence de certains éléments comme le bore qui conduisent à formuler des hypothèses sur la répartition des ateliers de production. Un bref aperçu est donné en outre sur les premiers résultats concernant un groupe de petits personnages, production post-palisséenne autrefois attribuée à Avon.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

Matériel étudié et protocoles analytiques
Résultats sur les œuvres de référence
Les glaçures transparentes incolores
Les glaçures jaunes
Les glaçures vertes
Les glaçures violettes et brunes
Les glaçures bleues
Discussion
Comparaison avec les statuettes
1. Le Chien (OA 12071), le Personnage barbu assis en tailleur (OA 12072) et le Capitan (MR 2370) (fig. 3, 1 et 5)
2. La Vache (MR 2368) (fig. 4)
3. Le Joueur de cornemuse (E.Cl. 13199)
Conclusion

Aperçu du texte

Les recherches menées sur les productions sérielles de céramiques décoratives françaises, dites post-palisséennes, ont été, jusqu’à un passé récent, peu nombreuses. Les premières conclusions que l’on pouvait en tirer apparaissaient imprécises, contestables, et cela pour plusieurs raisons. D’une part, la quasi-totalité de ces œuvres moulées présente des caractéristiques matérielles très voisines : pâte blanche, souvent fine, riche en aluminium et probablement kaolinitique, glaçures transparentes, peu épaisses, souvent tressaillées, colorées par les oxydes traditionnels, cuivre pour le vert, cobalt pour le bleu, fer pour le jaune, manganèse pour le mauve et des mélanges de ces divers oxydes pour compléter la palette (brun, gris, nuances de vert, etc.). Ces couvertes sont toutes plombifères. Dans ces conditions de ressemblance, tout classement s’avère impossible malgré l’identification de deux paramètres semblant plus discriminants : la présence d’alcalins dans les glaçures bleues colo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bouquillon, « Les céramiques post-palisséennes de provenance ancienne dans les collections françaises : analyse des glaçures  », Technè, 47 | 2019, 90-101.

Référence électronique

Anne Bouquillon, « Les céramiques post-palisséennes de provenance ancienne dans les collections françaises : analyse des glaçures  », Technè [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/techne/1558

Haut de page

Auteur

Anne Bouquillon

Ingénieur de recherche, C2RMF/IRCP (anne.bouquillon[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Technè. La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals