Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47II. Après PalissyLe bore dans les glaçures des cér...

II. Après Palissy

Le bore dans les glaçures des céramiques post-palisséennes

Boron in post-Palissian ceramic glazes
Patrice Lehuédé, Jacques Castaing et Anne Bouquillon
p. 116-125

Résumés

Le bore a été utilisé essentiellement à partir de la fin du xviiie siècle dans la formulation des verres et glaçures. Toutefois, sa présence en très faibles quantités dans certaines glaçures post-Renaissance, donc dès le xviie siècle, nous a incités à évoquer l’histoire de cet élément dans les matériaux vitreux. Nous tenterons de comprendre l’origine du bore dans ces glaçures et discuterons son impact sur les questions de datation et d’authentification des productions post-palisséennes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bouquillon et al., 2017, 2018.

1Depuis longtemps, et même encore aujourd’hui dans certains musées, on confond les œuvres authentiques de Bernard Palissy et les céramiques à décor moulé sorties d’ateliers postérieurs, traditionnellement connues sous la dénomination de « suiveurs de Palissy ». Dans le cadre de la recherche pluridisciplinaire destinée à discriminer ces productions, l’étude physico-chimique des matériaux constitutifs est essentielle et devrait conduire à proposer des critères d’authentification plus objectifs. Dans cet article, nous allons développer la réflexion, initiée dans Bouquillon et al.1 sur le bore, élément chimique qui apparaît riche d’enseignements.

Le bore dans les matériaux vitreux : petite histoire des verres boro-silicatés

  • 2 Devulder et al., 2014.

2Le bore, élément chimique, de numéro atomique 5 dans la classification de Mendeleïev, est un métalloïde. Il est bien connu des verriers et céramistes d’aujourd’hui. On détecte déjà sa présence dans le natron qui est utilisé dès l’Antiquité dans les procédés de momification, mais surtout, pour ce qui nous concerne ici, comme fondant dans les verres antiques (Égypte, Grèce et Rome2).

3Une des propriétés principales de cet élément est d’abaisser les températures de fusion : le bore est mentionné fréquemment dès le Moyen Âge pour la soudure des métaux, notamment dans les recettes alchimiques. À cette époque, on le nommait Tincar ou Tinckal et cette matière, très onéreuse, était importée en Europe depuis le Tibet via la Route de la Soie sous forme de borax3.

  • 4 Wood, 1999, p. 207-209.

4En Chine, le bore a jusqu’à présent été identifié uniquement dans quelques glaçures Liao (900-1200 apr. J.-C.) découvertes dans le four de Longquanwucun situé à 27 kilomètres au nord de Pékin. Les teneurs en B2O3 y sont de l’ordre de 10 % et cet élément remplace le plomb, fondant traditionnel de ces productions4. Le très petit nombre de tessons retrouvés suggère que cette expérience a été sans lendemain.

  • 5 Neri, Merret, Kunckel, 1752 (voir les remarques de Kunckel sur le chapitre XXXVI de Neri, Livre I, (...)

5À partir de 1500, dans le monde occidental, il prend le nom de Burak, terme persan qui signifie brillant et qui donnera le mot « bore ». On trouve assez peu d’indices de son usage dans l’histoire de la céramique et du verre avant la fin du xviiie siècle. Néanmoins, certains traités publiés aux xviie et xviiie siècles démontrent que l’on connaissait parfaitement les propriétés du bore, lequel permettait, entre autres, d’obtenir des couleurs plus vives : ainsi Kunckel, chimiste et verrier allemand mort en 1703, mentionne-t-il dans ses commentaires accompagnant sa traduction de l’Art de la Verrerie de Neri, parue dans sa version française en 1752, l’emploi de borax dans les « préparations [de] verre qui ressemble à la porcelaine, au moyen duquel on fait toutes les couleurs non transparentes d’une grande beauté5 ». Dans les compléments qui accompagnent sa traduction, Kunckel donne d’autres recettes de verre avec du borax.

  • 6 Brain, Dungworth, 2005, p. 252 ; Watts, 1990, p. 211.
  • 7 Voir Moretti, 2003, pour une synthèse des publications à ce sujet.
  • 8 Luter un creuset : le recouvrir d’une couche (par exemple d’argile) qui le protège, améliore ses pr (...)
  • 9 Haudicquer de Blancourt, 1697, Chap. CCVI : « Comme il faut de bons creusets pour ces sortes de cal (...)

6Plusieurs auteurs6 suggèrent que Ravenscroft, pour mettre au point la formule du verre cristal en 1673, aurait utilisé du borax dans sa composition. Darduin, dans son recueil de recettes de verres, mentionne aussi son usage à la fin du xviie siècle7. Dans son livre De l’Art de la Verrerie, publié en 1697, Haudicquer de Blancourt signale l’usage du bore comme fondant. Il indique également que le borax peut être utilisé pour luter8 les creusets en en vitrifiant la surface9.

  • 10 Kingery, Vandiver, 1986.
  • 11 D’Arclais de Montamy, 1765. En ce qui concerne la couleur, l’auteur affirme qu’au « moyen de couleu (...)
  • 12 Simsek et al., 2014.
  • 13 Speel, Bronk, 2001.

7C’est au xviiie siècle que les mentions de l’usage du bore se font à la fois plus nombreuses et plus explicites. Pour Kingery et Vandiver10, c’est à cette époque que le bore entre dans la fabrication des glaçures au plomb pour en améliorer les propriétés ou comme fondant pour la préparation des couleurs. Cette dernière pratique est décrite en détail dans le livre de D’Arclais de Montamy (1765) consacré à la peinture sur émail et porcelaine : il y indique qu’il a pris le parti de n’utiliser que du borax et du nitre pour attendrir et rendre plus fusible le verre des tubes de baromètre dont il se sert pour faire ses couleurs pour émail11. Toujours au xviiie siècle, on trouve également des mentions d’utilisation du bore pour les céramiques de Böttger12. L’emploi du bore est resté limité, à cette époque, à cause de son coût élevé qui chute au xixe siècle13.

  • 14 Bureau des Ressources Géologiques et Minières.
  • 15 Vos, 2011.
  • 16 Brongniart, 1977, tome I, p. 77.

8Jusqu’au xixe siècle, on trouve donc peu de glaçures et de verres réellement boraciques. Avec le développement de la chimie, le bore devient moins onéreux, il est utilisé plus largement et, en 1915, apparaissent les verres Pyrex qui en contiennent 12,9 % (en poids de B2O3). Le bore est intégré dans les glaçures essentiellement sous forme de borax ou de colémanite (borate de calcium hydraté). Ce sont des substances que l’on trouve dans le milieu naturel, notamment dans des zones désertiques et arides, à proximité d’activité volcanique, dans des argiles d’anciens lacs14. Il n’existe pas de gisements exploitables en France, les plus importants sont de nos jours en Californie et en Turquie. L’acide borique est extrait en 1702 par Homberg et il faut attendre 1808 pour que Gay-Lussac et Thénard isolent le bore du borax15. En 1844, dans son Traité des arts céramiques, Alexandre Brongniart souligne que l’acide borique n’a pas une composition systématiquement pure et il préconise, dans le domaine de la céramique, l’emploi du borax synthétisé quelques années auparavant par M. Payen, dont la composition est particulièrement stable16.

Propriétés des verres boraciques

  • 17 Voir par exemple Smith, 1986 ; Simon, 1993.

9Avant de nous focaliser sur la présence de bore dans les glaçures des céramiques post-palisséennes, il convient de récapituler l’ensemble des propriétés de cet élément dans un matériau vitreux : c’est à la fois un élément formateur du réseau vitreux, un stabilisateur de ce réseau et un puissant fondant ; il facilite la digestion des particules réfractaires de la composition (quartz, colorants, etc.), grâce à la faible viscosité des borates et à leur faible tension de surface ; cet effet est sensible même pour des teneurs en bore aussi faibles que 1 % en poids de B2O317. Il permet de diminuer drastiquement la température de fusion, tout comme le plomb, mais sans les effets néfastes de celui-ci pour la santé. Depuis le xixe siècle, cet élément est donc utilisé en remplacement du plomb dans les matériaux vitrifiés, verres ou glaçures.

  • 18 Tressaillage : réseau de fines fissures se formant dans la glaçure quand la contraction de la couch (...)
  • 19 Weyl, 1945.
  • 20 Température au-dessus de laquelle ne subsiste aucun cristal.

10Outre son innocuité, le bore donne à la glaçure des propriétés intéressantes pour éviter le tressaillage18. En effet, pour des teneurs de 12-15 % B2O3, le bore diminue le coefficient de dilatation des glaçures alcalino-boraciques, abaisse la tension de surface à chaud et améliore la résistance aux chocs thermiques. Il élargit la gamme des températures de maturation et peut produire, à fortes doses et selon le vecteur (colémanite, borax, etc.) lors de l’ajout des oxydes métalliques traditionnels, des palettes colorées subtiles19. Le verre boracique a moins tendance à dévitrifier à cause d’une température de liquidus20 plus basse. Enfin, le bore améliore la résistance hydrolytique.

11Les effets néfastes concernent surtout les phénomènes de rétractions de glaçure (crawling). Ces effets, bénéfiques ou non, sont pour la plupart sensibles seulement pour des ajouts de bore significatifs (supérieurs à 1 %), et il est raisonnable d’admettre que, pour les teneurs inférieures à 1 %, la présence de bore ne correspond pas à un ajout volontaire.

  • 21 Bouquillon et al., 2017, 2018.

12Dans nos recherches sur les céramiques glaçurées attestées de Bernard Palissy, comme jusqu’à présent dans toutes celles de la Renaissance italienne et française (par ex. Della Robbia, Abaquesne), les compositions chimiques des glaçures n’ont pas fait apparaître de bore. En revanche, de faibles teneurs, en général égales ou inférieures à 2 % B2O3 existent dans la grande majorité des productions post-palisséennes en France (fig. 1)21. Ces très faibles teneurs ne sont pas de nature à modifier en profondeur les propriétés des glaçures, et il est peu probable qu’elles aient été ajoutées intentionnellement à la recette du mélange glaçurant. Mais des exceptions existent (voir l’article de A. Bouquillon dans ce volume). Avant de discuter l’origine de ces traces de bore qui peuvent apparaître comme marqueur chronologique possible du xviie au xixe siècles, nous évoquerons les difficultés que présente son analyse, notamment quand les teneurs sont très faibles.

Fig. 1. Paris (?), première moitié du xviie siècle, Joueur de cornemuse

Fig. 1. Paris (?), première moitié du xviie siècle, Joueur de cornemuse

Terre cuite à glaçure plombifère (H. 17 cm, L. 7 cm, l. 10,8 cm), Écouen, musée national de la Renaissance, E.Cl. 13199.

© RMN-Grand Palais (musée national de la Renaissance, château d’Écouen)/René-Gabriel Ojéda.

Méthodes d’analyse du bore dans les glaçures

13Le bore est un élément difficile à analyser par les méthodes de spectroscopie d’émission des rayons X, comme tous ceux de la deuxième ligne de la classification de Mendeleïev : les méthodes classiques sont peu efficaces, la raie B K-alpha (énergie des rayons X de 0,18 keV) est facilement absorbée dans les matériaux et dans les gaz, et le rendement de fluorescence est faible ; autant de raisons qui imposent de travailler sous vide.

La fluorescence

14Compte tenu des difficultés mentionnées ci-dessus, les mesures à l’aide d’un appareil portable sont exclues22. Dans les meilleures conditions, par fluorescence X, une limite de détection de 0,2 % en poids de B2O3 peut être atteinte23. Par microsonde électronique, les contraintes restent les mêmes. Si l’on peut disposer d’un petit échantillon poli, la mesure est possible, mais on atteint difficilement des limites de détection meilleures que 1 % en poids de B2O3.

La spectrométrie de masse

15Les techniques par spectrométrie de masse conviennent mieux mais elles sont micro-destructives par nature. La technique LA-ICP-MS donne de bons résultats avec une limite de détection de quelques ppm. C’est aussi le cas du SIMS, mais seulement sur un prélèvement ou quand l’objet est suffisamment petit.

Le LIBS (Laser-Induced Breakdown Spectrometry)

16Le LIBS est une technique légèrement destructive (il faut pulvériser un peu de matière avec un laser), mais elle a l’avantage de pouvoir être utilisée directement sur les objets sans préparation. Encore peu répandue, elle semble donner de bons résultats pour le bore24, avec une limite de détection de l’ordre de 0,1 % en poids de B2O3.

Le PIGE (Particle-Induced Gamma-ray Emission)

  • 25 Castaing, Menu, 2006.

17Le PIGE est une technique d’analyse analogue au PIXE pour les rayons gamma qui ont des énergies supérieures à 100 keV, jusqu’à 2000-3000 keV ; elle est mise en œuvre systématiquement avec l’accélérateur AGLAE depuis dix ans environ. Elle permet de mesurer les concentrations en bore sur les distances de pénétration des protons dans la matière, soit 50 µm. Trois réactions peuvent être utilisées, correspondant à des énergies de rayons gamma de 429 keV (très proche de celle du Na), 718 keV et 2125 keV25. Les concentrations sont déterminées en comparant les aires de pics de bore d’un étalon avec ceux de l’œuvre, en appliquant une correction pour tenir compte de la différence du pouvoir de ralentissement du faisceau de protons entre les deux matériaux. La limite de détection est de l’ordre de 0,1 % en masse de B2O3. La mesure est non destructive comme pour le PIXE.

18Le petit nombre de techniques disponibles et, surtout dans le domaine qui nous intéresse ici, la nécessité de travailler de façon non destructive ou micro-destructive expliquent d’une part qu’il existe encore peu de bibliographie sur ce sujet et, d’autre part, que l’intérêt de la prise en compte du bore ne soit apparu que très récemment dans les discussions.

Bore et glaçures des œuvres de Palissy et des céramistes post-palisséens

19Rappelons d’abord, qu’à ce jour, aucune trace de bore n’a été détectée dans les productions attestées de la Renaissance (Della Robbia, majoliques, Palissy stricto sensu, etc.).

  • 26 Cat. Exp. Lisieux, 2004, p. 101-102.
  • 27 Castaing, Menu, 2006 ; Bouquillon et al., 2017 et 2018 et références.
  • 28 Bouquillon et al., 2002, 2017.

20C’est en 2002, en analysant des pièces du musée de Lisieux dans le cadre de l’exposition « Les céramiques du Pré-d’Auge », que nous avons pour la première fois repéré ces traces de bore dans certaines glaçures de céramiques post-palisséennes26 ; ont suivi, depuis les années 2010, des études régulières d’œuvres sélectionnées pour le projet « Palissy ». En parallèle, des développements continus sur l’accélérateur AGLAE, notamment sur les détecteurs et les logiciels de dépouillement des données, ont permis de mieux détecter et quantifier les éléments légers (B, Li, F) dans les matrices vitreuses. Plusieurs articles ont fait mention des différents résultats obtenus27. Dans les œuvres que nous avions analysées jusqu’alors, ce n’était qu’à partir du xixe siècle que des glaçures au bore apparaissaient dans la palette de certains céramistes, comme Pull ou Avisseau. Mais elles ne sont absolument pas systématiques car d’autres œuvres de ces mêmes artistes ont des glaçures sans bore28. C’est pourquoi nous n’étudierons pas ici ces œuvres tardives pour nous concentrer sur celles des céramistes post-palisséens.

  • 29 Bouquillon et al., 2002, 2017.

21Les glaçures de ces céramistes étudiées jusqu’à présent ont comme caractéristiques communes d’être très plombifères (plus de 50 % PbO), siliceuses (40-50 %), légèrement alumineuses (3-7 % Al2O3) et peu alcalines (moins de 5 %). Elles sont colorées à partir des oxydes métalliques les plus habituels : cuivre pour le vert, manganèse pour le brun ou le violet, fer pour le jaune, mélanges pour le gris et le noir. Seules les glaçures bleues diffèrent par des teneurs systématiquement plus élevées en alcalins et/ou en calcium, signe que les céramistes utilisent de la fritte bleue ou recyclent des verres bleus anciens, alcalins ou calco-alcalins29. Nous avons rassemblé dans le tableau suivant une synthèse des mesures de bore réalisées sur l’ensemble des 33 pièces étudiées (voir tableau 1).

Tableau 1. Teneurs en bore (% en poids de B2O3 dans les différentes glaçures étudiées)

Trans- parent

Jaune

Gris

Brun

Vert

Bleu

Violet

Groupe

E.Cl. 13199

nd

nd

nd

nd

1

M.86.1.4

0,45

2

MNC 6016

0,4

0,35

0,3

0,35

0,4

2

OA 1361

0,4

Nd

0,1

0,1

0,3

0,4

0,5

2

E.Cl. 13020

0,2

0,2

2

E.Cl. 1143

nd

nd

0,2

2

MNC 965-1

0,6

0,5

0,4

0,3

2

1969-106

0,5

nd

0,3

nd

0,3

nd

2

1986-57

nd

0,2

0,2

nd

nd

2

OA 12072

0,1

0,2

0,1

0,1

0,3

2

OA 12071

0,6

0,6

0,2

2

1876-304 bis

0,2

0,15

0,15

0,14

0,11

2

MP 273

<0,1

<0,1

0,2

<0,1

0,1

2

1975-32

0,4

0,3

0,5

0,3

2

OA 1323

0,5

0,5

0,3

0,5

0,5

2

MNC 4902

0,4

0,3

0,4

0,3

2

MNC 5505

0,7

0,3

0,4

0,5

0,4

2

m 84.1.3

0,2

0,8

2

1986-58

0,8

2

MRR 148

0,7

0,5

0,3

0,2

2

1975-33

0,6

0,3

2

1986-51

nd

nd

0,7

0,6

nd

nd

2

OA 1561

0.5 - 1

0,4

0,6

0,5

nd

0,5

0,5

3

1986-53

2,1

0,4

0,7

3

E.Cl. 1141

1,1

0,7

3

MR 2293

2

0,4

1

0,25

0,26

3

MR 2370

1,5

nd

tr

0,8

0,1

3

MR 2368

1,95

3

MR 3528

2,3

0,5-1,6

2,7

0,4

0,9

1,1

0,7-2,5

3

794.1.569

1,5

0,6

0,4

0,5

0,5

0,6

3

MP 1876-295

0,1

0,4

1,1

0,3

0,5

0,1

3

MNC 3145

10

5

7

3,5

1

7

4

794.1.570

6

2

13,5

4

22Quatre cas de figures existent (fig. 2) :

  1. Absence totale de bore : 1 œuvre.

  2. Présence en moyenne de moins de 0,5 % B2O3, aucune couleur ne contient 1 % B2O3 : 21 œuvres.

  3. 0,8<B2O3<3 %, une couleur au moins contient plus de 1 % de bore : 9 œuvres.

  4. Plus de 5 % B2O3 jusqu’à 16 % : 2 œuvres.

Fig. 2. Détail des spectres PIGE autour de la raie du bore à 429 KeV.

Fig. 2. Détail des spectres PIGE autour de la raie du bore à 429 KeV.

23Groupe 1 (fig. 2a) : seule une œuvre ne présente aucune trace de bore, une petite statuette de joueur de cornemuse (E.Cl. 13199) (fig. 1). Nous pouvons émettre trois hypothèses : soit il s’agit d’une œuvre Renaissance stricto sensu, soit elle est du xixe siècle comme certaines productions de Pull ou d’Avisseau sans bore, soit elle est contemporaine de la majorité des pièces étudiées, mais provient d’un atelier particulier utilisant d’autres matières premières.

24Groupe 2 (fig. 2b) : le bore est largement majoritaire. Il n’est pas régulièrement réparti dans la gamme des couleurs d’une même œuvre. Prenons l’exemple d’un plat à rustiques figulines conservé au musée du Louvre (OA 1361, fig. 4) : toutes les couleurs présentent des traces de bore sauf le jaune. Sur un autre plat conservé au musée de Cleveland (1969-106), sur les six couleurs analysées, le bore n’est détecté que dans la glaçure transparente, la grise et la verte. L’interprétation des résultats invite à une certaine prudence : nous travaillons directement sur les pièces par PIGE et validons les données par l’étude simultanée de trois standards de verres plombifères (SV4001, SV4002, SV4003) contenant des teneurs de 1,09, 0,84 et 0,02 % B2O3. La quantification du bore ne pose aucun problème pour les deux premiers standards et, plus généralement, pour des teneurs supérieures ou égales à 0,5 % B2O3, mais, pour les teneurs inférieures, elle est beaucoup plus complexe. L’existence sur les spectres gamma d’un épaulement à 429 KeV sur le pic du sodium montre sans ambiguïté que des traces de bore sont effectivement présentes ; en revanche, la concentration élémentaire exacte est plus aléatoire. Pour ne pas sur-interpréter les variations chiffrées pour ce groupe, nous parlerons simplement de « présence de bore ».

25Groupe 3 (fig. 2c) : les concentrations en bore sont plus élevées (0,6 à 3 % B2O3) que dans le groupe 2, mais une semblable hétérogénéité des teneurs en bore selon les couleurs se retrouve dans ce groupe. On remarque néanmoins que ce sont souvent les glaçures transparentes incolores et les grises, donc les plus claires, qui sont les plus riches en bore (entre 1 et 2 % B2O3), pour le jaune, la concentration est plus faible, les teneurs sont plus variables encore pour les bleus, les violets et les verts.

26Groupe 4 (fig. 2d) : pour ce dernier groupe, des tendances plus nettes se dessinent : les glaçures transparentes incolores et les bleues, qui dépassent même parfois les 10 % B2O3 sont les plus boracées, les jaunes et les vertes sont les moins riches en bore.

27Ces quelques observations faites sur un nombre encore faible de pièces et de couleurs montrent, si besoin était, l’extrême difficulté à comprendre l’origine de cet élément dans ces productions. Nous ne donnons donc que quelques pistes de réflexion à approfondir.

Discussion

28Dans les groupes 2 et 3, les teneurs sont faibles. Le bore serait donc plutôt à considérer soit comme une impureté apportée par un ingrédient de la glaçure – sable, fondant, colorant –, soit comme un résidu d’une préparation spécifique d’un pigment coloré. Dans le groupe 4 et dans certaines couleurs du groupe 3 (teneurs supérieures à 1 % B2O3), on ne peut plus penser à une présence fortuite, mais bien à une volonté d’introduire cet élément dans des proportions étudiées.

29Mais à quoi le bore est-il associé ou à quel moment de la fabrication est-il ajouté ? Quelles sont nos pistes de réflexion ?

30Le bore pourrait-il être naturellement associé à des constituants de base ? Les éléments les plus abondants dans les glaçures étudiées ici sont le plomb, l’aluminium et le silicium. Selon les connaissances en géochimie, bore et plomb ne se trouvent pas associés dans les mêmes gisements. En revanche, les relations avec les alumino-silicates (argiles essentiellement) sont plus souvent évoquées. Ici, on ne détecte pas de bore dans les argiles de la pâte.

  • 30 Schibille et al., 2011.
  • 31 Tite et al., 2016.

31Récemment, des teneurs en bore variant de 30 à 2000 ppm (exprimées en poids de bore) ont été mesurées dans des verres byzantins trouvés à Pergame30, dans des glaçures d’Iznik (Empire ottoman, actuelle Turquie occidentale) et dans des verres de lampe31. Les auteurs proposent que les alcalins utilisés dans les matériaux vitreux proviennent des produits d’évaporation des eaux de sources de la région, qui sont riches en bore. On ne trouve pas de telles sources en France et il est peu probable que les ateliers français se soient approvisionnés en natron ottoman ! Dans nos régions, on peut trouver du bore dans certaines cendres végétales. Mais d’une part, les teneurs en bore sont minimes, d’autre part, ces cendres sont constituées en majorité de potassium, sodium, phosphore et magnésium, éléments malheureusement très minoritaires dans les compositions des glaçures étudiées ici, sauf dans les bleues dont le cobalt colorant est introduit par le biais d’une fritte de verre alcaline ou calco-alcaline. Mais il n’y a aucune relation de proportionnalité entre teneurs en alcalins et teneurs en bore. Il n’y a donc pas lieu de retenir cette piste.

32Le bore serait-il un résidu de préparation de certaines couleurs ? L’hétérogénéité de la répartition des concentrations en bore d’une couleur à l’autre dans une pièce donnée incite à approfondir cette idée. On devrait dans ce cas avoir une relation entre quantité de bore et une couleur spécifique. Il convient ici de discuter séparément des pièces du groupe 3 et de celles du groupe 4 dans lequel les teneurs en bore sont plus élevées. Il semble effectivement que les glaçures grises et les bleues contiennent un peu plus de bore que les autres couleurs, sans que cela soit systématique. De plus, plusieurs plages blanches qui, rappelons-le, correspondent à une glaçure transparente sur une pâte kaolinitique contiennent du bore et, parfois, ce sont même les plus riches. Pour les œuvres du groupe 3, rien ne permet de dire qu’il y a une relation directe couleur/bore.

  • 32 Laboulaye, 1847 – « La base de toute pierre artificielle est un boro-silicate à base de potasse et (...)

33Les pièces du groupe 4 contiennent souvent de fortes teneurs en bore dans les plages bleues : aiguière du musée des Beaux-Arts de Rennes (fig. 3), bleu de la palette d’Avisseau, bleu d’un plat à rustiques figulines de Sèvres MNC 3145 (fig. 5). Nous avons recherché des recettes de verres bleus ou transparents boraciques et plombifères. Dans son encyclopédie de 1847, Laboulaye explique la fabrication de faux saphirs32 : la base transparente (appelée « strass ») est un verre boro-silicaté contenant du plomb auquel, pour le colorer, on ajoute des oxydes métalliques très purs, par exemple le cobalt pour faire un saphir bleu. On notera la similitude des constituants, y compris dans la pureté du cobalt que nous avions déjà soulignée pour l’aiguière et le plat. L’hypothèse est séduisante, mais cette recette date du xixe siècle.

Fig. 3. Paris (?), première moitié du xviie siècle, Aiguière

Fig. 3. Paris (?), première moitié du xviie siècle, Aiguière

Terre cuite à glaçure plombifère (H. 32 cm, D. 16 cm), Rennes, musée des Beaux-Arts, 794.1.570.

© Musée des Beaux-Arts de Rennes.

Fig. 4. Paris (?), première moitié du xviie siècle, Plat ovale à décor de rustiques figulines

Fig. 4. Paris (?), première moitié du xviie siècle, Plat ovale à décor de rustiques figulines

Terre cuite à glaçure plombifère (L. 53,3 cm, l. 41,5 cm, H. 7 cm), Paris, musée du Louvre, département des Objets d’art, OA 1361.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Jean-Gilles Berizzi.

Fig. 5. Paris (?), première moitié du xviie siècle, Plat ovale à décor de rustiques figulines

Fig. 5. Paris (?), première moitié du xviie siècle, Plat ovale à décor de rustiques figulines

Terre cuite à glaçure plombifère (L. 49 cm, l. 37 cm, H. 8 cm), Sèvres, Cité de la céramique, MNC 3145.

© C2RMF/D. Bagault.

34Nous ne pouvons à l’heure actuelle que constater et noter cette présence de bore, qu’elle soit à l’état de traces ou dans des concentrations plus importantes. Nous avons ici fait un point des différentes hypothèses qui nous sont venues à l’esprit. Sans doute en existe-t-il d’autres ? Toujours est-il que le bore apparaît comme un élément intéressant, chronologique, ne serait-ce que dans le cadre des recherches palisséennes.

35Le bore peut-il être un élément chronologique pour le corpus des céramiques post-palisséennes ? Nous avons répété à plusieurs reprises dans nos articles que les faibles teneurs en bore signaient des pièces postérieures à la Renaissance, datables du xviie ou xviiie siècle. L’analyse d’œuvres trouvées en contexte stratigraphique certain ou pour lesquelles des mentions incontestables existent dans des documents antérieurs au xixe siècle (registres de saisies par exemple, voir l’article de F. Barbe et al. dans ce volume) confirment cette hypothèse. Il faut toutefois rester extrêmement prudent : l’absence de bore ne signifie pas forcément une œuvre Renaissance comme nous l’avons montré avec des pièces du xixe siècle signées et attestées.

36À la lecture de ces quelques pages se dégage l’impression que la détection de bore dans des glaçures anciennes pose plus de questions qu’elle n’en résout. On ne sait ni d’où il vient, ni ce qu’il signe, période chronologique, recette spécifique ou zone de production géographique. Mais petit à petit se dessine un nouveau champ de recherche ; au fur et à mesure que les corpus d’œuvres s’étofferont, que des pièces de provenance ou de datation parfaitement établies seront étudiées et comparées, alors de nouvelles synthèses permettront de débrouiller l’écheveau dense des productions de céramiques décoratives des xviie et xviiie siècles en France. L’apport de textes techniques anciens sur les céramiques ou de fouilles détaillées d’ateliers céramiques serait précieux.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, “Analysing glass with laser induced breakdown spectroscopy”, Note d’application TSI n° 27, voir https://www.tsi.com/getmedia/9f1f4534-7914-42f6-a6a0-7f5c674a8a9c/LIBS_Direct_Glass_Sampling_LIBS-027-A4-web?ext=.pdf [consulté le 19/03/2019].

D’Arclais de Montamy D., 1765, Traité des couleurs pour la peinture en émail et sur la porcelaine, éditions G. Cavelier.

Bach H., Krause D. (eds.), 1999, Analysis of the composition and structure of glass and glass ceramics, Springer-Verlag Berlin Heidelberg.

Bouquillon A., Pouthas C., avec le concours de Musculus G. et Gratuze B., 2002, « Les techniques des céramistes tourangeaux : analyses de laboratoire », dans Cat. Exp. Tours, 2002, Le Leyzour P., Meslin-Perrier C., Oger D. (dir.), Un Bestiaire fantastique – Avisseau et la faïence de Tours – 1840-1910 [Exp. Tours, musée des Beaux-Arts, 19 octobre 2002-13 janvier 2003, Limoges, musée national Adrien-Dubouché, 4 février-12 mai 2003], RMN Éditions, Paris, p. 69-72 et annexes.

Bouquillon A., Castaing J., Barbe F., Paine S. R., Christman B., Crépin-Leblond T., Heuer A. H., 2017, “Lead-glazed Rustiques Figulines (Rustic Ceramics) of Bernard Palissy (1510-90) and his followers”, Archaeometry, vol. 59, issue 1, p. 60-83.

Bouquillon A., Castaing J., Barbe F., Crépin-Leblond T., Tilliard L., Paine S. R., Christman B., Heuer A. H., 2018, “French decorative ceramics mass-produced during and after the 17th century: Chemical Analyses of the Glazes”, Archaeometry, vol. 60, issue 5, p. 946-965.

Brain C., Dungworth D., 2005, “English 17th century crystal glass study: phase 1”, Annales du 16e Congrès de l’Association Internationale pour l’Histoire du Verre, Nottingham AIHV, p. 249-253.

Brongniart A., 1977, Traité des arts céramiques ou Des poteries, fac-similé de la 3e édition de 1877, Dessain et Tolra, Paris.

Castaing J., Menu M., 2006, “Analysis of art works and nuclear physics at the laboratory of Centre de recherche et de restauration des musées de France”, Nuclear Physics News, 16, p. 4-10.

Cat. Exp. Lisieux, 2004, Bergeret J. (dir.), Les céramiques du Pré-d’Auge. 800 ans de production [Exp. Lisieux, musée d’Art et d’Histoire de Lisieux, 3 juillet 2004- 30 septembre 2004], musée d’Art et d’Histoire de Lisieux, Lisieux.

Cueilleron J. « Bore », Encyclopædia Universalis [en ligne], http://www.universalis.fr/encyclopedie/bore/ [consulté le 19/03/2019].

Devulder V., Vanhaecke F., Shortland A., Mattingly D., Jackson C., Degryse P., 2014, “Boron isotopic composition as a provenance indicator for the flux raw material in Roman natron glass”, Journal of Archaeological Science, 46, p. 107-113.

Haudicquer de Blancourt J., 1697, De l’Art de la Verrerie, Jombert, Paris.

Kingery D., Vandiver P., 1986, Ceramic masterpieces: Art, structure and technology, Free Press, New York.

Laboulaye M. C. (éd.), 1853, Dictionnaire des Arts et manufactures de l’agriculture, des mines, etc. Description des procédés de l’Industrie française et étrangère, seconde édition, Paris.

Moretti C., 2003, “The development of lead crystal in England. A critical analysis of the formulation attributed to George Ravenscroft and points not yet clear on the process for manufacture of ‘flint’ glass”, Rivista della Stazione Sperimentale del Vetro, 6, p. 19-30.

Neri A., Merret C., Kunckel J., 1752, Art de la Verrerie, trad. fr. par le Baron d’Holbach, Paris.

Schibille N., 2011, “Late Byzantine mineral soda high alumina glasses from Asia Minor: a new primary glass production group”, PLoS ONE 6(4): 18970.doi:10.1371/journal.pone.0018970 [consulté le 18/03/2019].

Simon J. M., 1993, “Boron additions to container and flat glasses”, Fundamentals of Glass Science and Technology ESG 1993, Rivista della Stazione Sperimentale del Vetro, 23, p. 579-582.

Simsek G., Casadio F., Colomban Ph., Bellot-Gurlet L. et al., 2014, “On-Site identification of early Böttger red stoneware made at Meisen”, J. Am. Ceram. Soc., 97-9, p. 2745-2754.

Smith R. A., 1986, “Boron in glass and glass making”, J. Non-cryst. Solids, 84, p. 421-432.

Speel E., Bronk H., 2001, “Enamel painting materials and recipes in Europe from c. 1500 to c. 1920”, Berliner Beitrage zur Archäometrie, 18, p. 43-100.

Tite M. S., Shortland A. J., Schibille N., Degryse P., 2016, “New data on the soda flux used in the production of Iznik glazes and Byzantine glasses”, Archaeometry, vol. 58, issue 1, p. 57-67.

Vos A., 2011, « Le bore, de l’acier damassé à la fibre de verre », Le Temps, 7 juillet 2011, https://www.letemps.ch/sciences/bore-lacier-damasse-fibre-verre

Watts D. C., 1990, “Why George Ravenscroft introduced lead oxide into crystal glass”, Glass Technology, 31-5, p. 208-212.

Weyl W. A., 1945, “The colours produced by copper”, Coloured Glasses, chap. XI, Society of Glass technology, p. 154-167.

Wood N., 1999, Chinese glazes, Their Origins, Chemistry and Recreation, A & C Black Publishers, London.

Haut de page

Notes

1 Bouquillon et al., 2017, 2018.

2 Devulder et al., 2014.

3 https://www.universalis.fr/dictionnaire/bore/https://www.universalis.fr/encyclopedie/bore/ [consulté le 19 mars 2019]. C’est sous la forme oxydée B2O3 que le bore est actif dans les verres et les glaçures. Le borax (Na2[B4O5(OH)4].8H2O) est une des matières premières naturelles classique.

4 Wood, 1999, p. 207-209.

5 Neri, Merret, Kunckel, 1752 (voir les remarques de Kunckel sur le chapitre XXXVI de Neri, Livre I, p. 104).

6 Brain, Dungworth, 2005, p. 252 ; Watts, 1990, p. 211.

7 Voir Moretti, 2003, pour une synthèse des publications à ce sujet.

8 Luter un creuset : le recouvrir d’une couche (par exemple d’argile) qui le protège, améliore ses propriétés mécaniques et sa tenue au feu.

9 Haudicquer de Blancourt, 1697, Chap. CCVI : « Comme il faut de bons creusets pour ces sortes de calcinations, qui restent un tems considerable dans le feu, il faut les lutter d’un tres-bon lut, ou se servir de ceux que nous avons enseigné au Chapitre CIX en ajoutant à la Poudre de Verre dont on les saupoudre pour les vitrifier, du Borax réduit en poudre, qui aide à la fusion du Verre, & que nous avons omis de declarer dans ce même Chapitre », p. 452-453.

10 Kingery, Vandiver, 1986.

11 D’Arclais de Montamy, 1765. En ce qui concerne la couleur, l’auteur affirme qu’au « moyen de couleurs que nous allons donner, on est en état de composer un aussi grand nombre de différentes teintes que les Peintres à l’huile »(chap. I, p. 9). Le chap. II décrit les fondants qui doivent faire pénétrer la couleur dans l’émail blanc lors de la fusion. Sa recette est la suivante (livre II, p. 24 – Poudre de verre de tuyaux de baromètre 4 gros (15 g), Borax calciné 2 gros, 12 grains (Na2B4O7 ; 8,2 g) Nitre ou salpêtre purifié 4 gros, 24 grains (KNO3 ; 16,5 g). M. de Montamy semble avoir mené de nombreuses expériences pour valider ses recettes. On voit que le bore est présent pour son action fondante seulement dans la « peinture » à poser sur le support vitreux.

12 Simsek et al., 2014.

13 Speel, Bronk, 2001.

14 Bureau des Ressources Géologiques et Minières.

15 Vos, 2011.

16 Brongniart, 1977, tome I, p. 77.

17 Voir par exemple Smith, 1986 ; Simon, 1993.

18 Tressaillage : réseau de fines fissures se formant dans la glaçure quand la contraction de la couche vitrifiée est plus grande que celle du support.

19 Weyl, 1945.

20 Température au-dessus de laquelle ne subsiste aucun cristal.

21 Bouquillon et al., 2017, 2018.

22 Spectrométrie de fluorescence des rayons X. Voir http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Spectrom%C3%A9trie_de_fluorescence_des_rayons_X&oldid=156171456 [consulté le 26/01/2019].

23 Bach, Krause, 1999, p. 83.

24 Voir https://www.tsi.com/getmedia/9f1f4534-7914-42f6-a6a0-7f5c674a8a9c/LIBS_Direct_Glass_Sampling_LIBS-027-A4-web?ext=.pdf

25 Castaing, Menu, 2006.

26 Cat. Exp. Lisieux, 2004, p. 101-102.

27 Castaing, Menu, 2006 ; Bouquillon et al., 2017 et 2018 et références.

28 Bouquillon et al., 2002, 2017.

29 Bouquillon et al., 2002, 2017.

30 Schibille et al., 2011.

31 Tite et al., 2016.

32 Laboulaye, 1847 – « La base de toute pierre artificielle est un boro-silicate à base de potasse et d’oxyde de plomb qui porte le nom de strass. » Suivent quatre recettes dans lesquelles le borax entre pour une part non négligeable dans la composition qui contient en outre sable ou cristal de roche/ minium/ céruse/ potasse à l’alcool/ borax et acide arsénieux. Voir p. 3799-3800.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Paris (?), première moitié du xviie siècle, Joueur de cornemuse
Légende Terre cuite à glaçure plombifère (H. 17 cm, L. 7 cm, l. 10,8 cm), Écouen, musée national de la Renaissance, E.Cl. 13199.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée national de la Renaissance, château d’Écouen)/René-Gabriel Ojéda.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 2. Détail des spectres PIGE autour de la raie du bore à 429 KeV.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1590/img-2.png
Fichier image/png, 130k
Titre Fig. 3. Paris (?), première moitié du xviie siècle, Aiguière
Légende Terre cuite à glaçure plombifère (H. 32 cm, D. 16 cm), Rennes, musée des Beaux-Arts, 794.1.570.
Crédits © Musée des Beaux-Arts de Rennes.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1590/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 4. Paris (?), première moitié du xviie siècle, Plat ovale à décor de rustiques figulines
Légende Terre cuite à glaçure plombifère (L. 53,3 cm, l. 41,5 cm, H. 7 cm), Paris, musée du Louvre, département des Objets d’art, OA 1361.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Jean-Gilles Berizzi.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1590/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Fig. 5. Paris (?), première moitié du xviie siècle, Plat ovale à décor de rustiques figulines
Légende Terre cuite à glaçure plombifère (L. 49 cm, l. 37 cm, H. 8 cm), Sèvres, Cité de la céramique, MNC 3145.
Crédits © C2RMF/D. Bagault.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1590/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Lehuédé, Jacques Castaing et Anne Bouquillon, « Le bore dans les glaçures des céramiques post-palisséennes »Technè, 47 | 2019, 116-125.

Référence électronique

Patrice Lehuédé, Jacques Castaing et Anne Bouquillon, « Le bore dans les glaçures des céramiques post-palisséennes »Technè [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/techne/1590 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.1590

Haut de page

Auteurs

Patrice Lehuédé

Chercheur bénévole au C2RMF/IRCP (patrice.lehuede[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Jacques Castaing

Chercheur, Sorbonne Université/UPMC Univ. Paris 06/CNRS UMR 8220 (jacques.castaing[at]upmc.fr).

Articles du même auteur

Anne Bouquillon

Ingénieur de recherche au C2RMF/IRCP (anne.bouquillon[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Technè. La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search