Navigation – Plan du site
Varia

Chalcis ou non ? Recontextualiser des plats byzantins conservés dans un musée

Chalcis or not? Re-contextualising Byzantine ceramics kept in a museum
Jacques Burlot, Yona Waksman, Anne Bouquillon et Laurence Tilliard
p. 150-157

Résumés

La comparaison des compositions chimiques des pâtes constitutives de neuf plats byzantins, conservés dans les collections du musée national de Céramique de Sèvres, avec celles de pièces archéologiques de référence, permet de réintégrer la plupart des œuvres dans l’ensemble de la production de Chalcis des xiie et xiiie siècles. Pour deux pièces, en revanche, se pose la question de l’authenticité. Les perturbations géochimiques liées à un séjour prolongé des pièces en contexte marin sont également discutées et une méthodologie spécifique est proposée.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

Introduction
Pièces analysées
Analyses des pâtes
Méthodologie et protocoles analytiques
Influence des différences de protocoles analytiques
Influence du contexte marin
Origine des pièces
Discussion sur les objets douteux
Analyses des glaçures
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Les collections de céramiques byzantines de nombreux musées à travers le monde sont surtout constituées de grands plats datés des xiie-xiiie siècles qui provenaient vraisemblablement d’épaves. Ils se rattachent à différents types dont la dénomination est liée à leur technique de décoration : “Fine Sgraffito Ware”, “Incised Sgraffito Ware”, “Champlevé Ware”, etc. Ces types de céramiques sont découverts en Méditerranée et en mer Noire, notamment dans les grands ports, de Marseille à Saint-Jean d’Acre, de Chersonèse à Paphos. Des recherches archéologiques et archéométriques ont été menées ces dernières années sur une centaine d’exemplaires issus des fouilles de plusieurs sites, et d’une épave en mer Égée. L’analyse chimique et minéralogique de leurs pâtes, ainsi que l’étude des sources d’argiles potentielles ont montré qu’ils correspondent à une production unique, la “Main Middle Byzantine Production” (MBP), dont les ateliers étaient localisés à Chalcis (Grèce).

Dans les mus...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Burlot, Yona Waksman, Anne Bouquillon et Laurence Tilliard, « Chalcis ou non ? Recontextualiser des plats byzantins conservés dans un musée », Technè, 47 | 2019, 150-157.

Référence électronique

Jacques Burlot, Yona Waksman, Anne Bouquillon et Laurence Tilliard, « Chalcis ou non ? Recontextualiser des plats byzantins conservés dans un musée », Technè [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/techne/1635

Haut de page

Auteurs

Jacques Burlot

Chercheur associé, UMR 5138, Laboratoire d’Archéologie et d’Archéométrie, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (jacques.burlot[at]hotmail.fr).

Yona Waksman

Directrice de recherche CNRS, UMR 5138, Laboratoire d’Archéologie et d’Archéométrie, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (yona.waksman[at]mom.fr).

Anne Bouquillon

Ingénieur de recherche, C2RMF/IRCP (anne.bouquillon[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Laurence Tilliard

Conservatrice en chef du patrimoine, musée national de Céramique de Sèvres, Cité de la céramique Sèvres & Limoges, Département du patrimoine et des collections (laurence.tilliard[at]sevresciteceramique.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Technè. La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals