Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56I. Perception et réception des ma...Les émissions odoriférantes des m...

I. Perception et réception des matériaux noirs

Les émissions odoriférantes des matières noires de l’Égypte ancienne : quels enjeux ?

Emissions of fragrances in various types of black matter in ancient Egypt: What stakes?
Sanchari Dasgupta, Eddy Dumas, Nathalie Steunou, Cédric Boissière, Juliette Rémy, Isabelle Colson, Agnès Lattuati-Derieux et Noëlle Timbart
p. 26-33

Résumés

Des matières noires comme le bitume et les matières résineuses chauffées se retrouvent sur plusieurs objets produits en Égypte ancienne. Ces matières émettent des composés organiques volatils (COV) à température ambiante qui peuvent être odoriférants. Ces derniers correspondent à la fraction légère de leur composition moléculaire. Leur émission, continue depuis leur utilisation pour la création des objets, peut être plus ou moins importante.
Les odeurs dégagées par ces matériaux ne sont pas liées à leur couleur noire, mais elles peuvent entraîner l’émission de molécules toxiques pour l’homme (que ce soient les personnels des institutions ou les visiteurs) et dommageables pour les objets conservés ou stockés à proximité. Dans le cadre d’un projet de recherche, nous nous sommes intéressés aux caractéristiques des COV émis par ces objets.
Dans cet article, seront présentés les matières noires en lien avec les objets égyptiens puis les COV émis par ces objets, ainsi que la genèse du projet de recherche qui vise, à terme, à la réalisation de sorbants destinés à piéger différentes familles chimiques de COV.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce projet a été soutenu par l’École Universitaire de Recherche PSGS-HCH Humanités, Création, Patrimoine, Investissement d’Avenir ANR-17-EURE-0021 – Fondation des Sciences du Patrimoine, ainsi que par la Région Ile-de-France dans le cadre du Domaine d’intérêt majeur « Patrimoines matériels – innovation, expérimentation et résilience ».

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2025.

Plan

Introduction
Matières noires et objets égyptiens
COV et matières noires sur les momies
L’utilisation d’une nouvelle famille d’adsorbants : les MOFs
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Les composés organiques volatils (COV) sont continuellement présents dans l’environnement des biens culturels, qu’ils soient émis par des éléments exogènes (pollution atmosphérique, mobiliers de conditionnement, peintures, etc.) ou par les œuvres elles-mêmes ; certains peuvent s’avérer être des sources d’altération, à l’instar de l’acide acétique qui conduit à la dégradation des films photographiques, ou encore des émissions simultanées d’acide formique et d’acide acétique par des vitrines en bois qui provoquent l’altération des verres sodocalciques présents dans des collections muséales.

Des matières noires, par le biais du bitume et de matières résineuses chauffées, se retrouvent sur certains objets produits en Égypte ancienne. En se dégradant, ces matériaux émettent eux aussi des COV qui peuvent altérer les objets sur lesquels ils ont été appliqués, mais aussi ceux présents à proximité, dans les vitrines ou les espaces de stockage. Afin de prévenir ces altérations, no...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sanchari Dasgupta, Eddy Dumas, Nathalie Steunou, Cédric Boissière, Juliette Rémy, Isabelle Colson, Agnès Lattuati-Derieux et Noëlle Timbart, « Les émissions odoriférantes des matières noires de l’Égypte ancienne : quels enjeux ? »Technè, 56 | 2023, 26-33.

Référence électronique

Sanchari Dasgupta, Eddy Dumas, Nathalie Steunou, Cédric Boissière, Juliette Rémy, Isabelle Colson, Agnès Lattuati-Derieux et Noëlle Timbart, « Les émissions odoriférantes des matières noires de l’Égypte ancienne : quels enjeux ? »Technè [En ligne], 56 | 2023, mis en ligne le 14 mars 2025, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/techne/18272 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.18272

Haut de page

Auteurs

Sanchari Dasgupta

Post-doctorante, Institut Lavoisier, UMR CNRS 8180, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, université Paris-Saclay (sanchari.dasgupta[at]uvsq.fr).

Eddy Dumas

Maître de conférences, Institut Lavoisier, UMR CNRS 8180, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, université Paris-Saclay (eddy.dumas[at]uvsq.fr).

Nathalie Steunou

Professeur des universités, Institut Lavoisier, UMR CNRS 8180, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, université Paris-Saclay (nathalie.steunou[at]uvsq.fr).

Cédric Boissière

Directeur de recherche CNRS, Laboratoire de chimie de la matière condensée de Paris, CNRS, Sorbonne Université (cedric.boissiere[at]upmc.fr).

Juliette Rémy

Conservateur en chef du patrimoine, chef du département Conservation préventive, C2RMF (juliette.remy[at]culture.gouv.fr).

Isabelle Colson

Ingénieure conseil, ministère de la Culture, Services des musées de France, Bureau de l’expertise architecturale, muséographique et technique (isabelle.colson[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Agnès Lattuati-Derieux

Ingénieure de recherche HdR, cheffe du groupe Organique, département Recherche, C2RMF/IRCP UMR CNRS 8247 (agnes.lattuati-derieux[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Noëlle Timbart

Conservateur du patrimoine, responsable de la filière Archéologie et Ethnographie, chargée des Antiquités égyptiennes, orientales, des arts de l’Islam et des restes humains, département Restauration, C2RMF (noelle.timbart[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search