Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56I. Perception et réception des ma...Perceptions de l’odeur des pigmen...

I. Perception et réception des matériaux noirs

Perceptions de l’odeur des pigments noirs, de l’empyreume au VANTAblack

Perceptions of odor in black pigments: From the empyreuma to VANTAblack
Érika Wicky et Olivier David
p. 34-41

Résumés

Les propriétés sensorielles des pigments noirs (textures, capacité à sécher, etc.), et plus particulièrement leurs caractéristiques olfactives, ont joué un rôle important dans la caractérisation des matériaux (identification, usage, évaluation), mais aussi, en tant que métaphore privilégiée pour évoquer l’ancienne peinture ou l’activité de journaliste, dans leur histoire culturelle. Elles font ainsi partie non seulement de l’expérience de la pratique artistique, mais aussi des conceptions et des représentations associées à l’usage de la peinture et de l’encre noires. Ce panorama des enjeux liés à l’odeur de la peinture noire du xviiie siècle à nos jours met en évidence la permanence de certaines conceptions concernant la mauvaise odeur et la toxicité de ces pigments ainsi que l’existence d’un imaginaire olfactif des pigments noirs.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2025.

Plan

L’empyreume et le bitume
VANTAblack, un parfum de mystère

Aperçu du texte

Les vifs questionnements sur la conservation et la restauration des œuvres d’art qui ont marqué le xviiie siècle se sont accompagnés d’un grand intérêt pour l’histoire de leur matérialité ainsi que pour la pérennité des matériaux employés par les artistes. Contemporaines de la progressive libéralisation de la pratique des beaux-arts, les recherches du xviiie siècle sur la matérialité de l’art partagent aussi leur histoire longue avec ce que l’historien Alain Corbin a qualifié de véritable « révolution olfactive ». Si plusieurs historiens des sciences et des techniques ont mis en évidence les enjeux des sensorialités dans l’appréciation des matériaux, le rôle de l’olfaction dans les aspects matériels de la pratique de la peinture et de la restauration de tableaux reste peu étudié. Pourtant, l’odorat a joué un rôle majeur dans l’histoire matérielle de la peinture : comme en rendent compte les traités techniques des xviiie et xixe siècles, l’olfaction était quotidiennement convoquée pa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Érika Wicky et Olivier David, « Perceptions de l’odeur des pigments noirs, de l’empyreume au VANTAblack »Technè, 56 | 2023, 34-41.

Référence électronique

Érika Wicky et Olivier David, « Perceptions de l’odeur des pigments noirs, de l’empyreume au VANTAblack »Technè [En ligne], 56 | 2023, mis en ligne le 14 mars 2025, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/techne/18357 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.18357

Haut de page

Auteurs

Érika Wicky

Postdoctoral fellow, Bibliotheca Hertziana – Max Planck Institute for Art History (2022-2023) – Chaire de professeur junior « Olfactions », Université Grenoble-Alpes (erika.wicky[at]univ-grenoble-alpes.fr).

Olivier David

Enseignant-chercheur en chimie organique, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines/Institut Lavoisier (olivier.david[at]uvsq.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search