Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56I. Perception et réception des ma...La couleur noire des laques asiat...

I. Perception et réception des matériaux noirs

La couleur noire des laques asiatiques : recherches et publications au xviiie siècle

The black of Asian lacquerwares: Research and publications in the 18th century
Mathurin Jonchères
p. 42-51

Résumés

Le noir profond et brillant des laques asiatiques en a fait l’un des médiums les plus appréciés dans le domaine du mobilier. Dès la fin du xviie siècle, peintres et vernisseurs tentèrent d’imiter ce « vernis » afin de répondre à la demande grandissante de leur clientèle. Comme pour la porcelaine, la quête du « secret » de la fabrication de ces laques a été à l’origine de la publication de nombreux traités faisant état des recherches, notamment celles menées par les pères jésuites en mission en Chine et au Japon. Ainsi, au xviiie siècle, quel est l’état des connaissances au sujet de la coloration noire de la laque asiatique ? Comment les traités à destination des vernisseurs ont-ils décrit l’obtention de la couleur noire ?

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

laques, vernis, mobilier, traités
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2025.

Plan

Recettes d’atelier : l’obtention du noir en Chine et au Japon
Connaître et publier : traités sur la laque dans l’Europe des xviie et xviiie siècles
Remplois et couleur noire dans le mobilier français du xviiie siècle
La couleur noire dans les traités de recettes des vernis français
Conclusion : sources historiques et analyses scientifiques

Aperçu du texte

Dans ses Nouveaux mémoires sur l’état présent de la Chine publiés en 1696, Louis Le Comte (1655-1728) rappelle, au sujet de la fabrication des « vernis » (entendons, des laques), que « chaque ouvrier a un secret particulier pour perfectionner son ouvrage ». Plusieurs méthodes et divers ingrédients étaient en effet employés pour parvenir à un résultat semblable, voire identique. Le jésuite Pierre d’Incarville (1706-1758) indique par exemple que les Chinois utilisent l’huile de thé pour ses propriétés siccatives, alors que les vernisseurs européens trouveront dans l’huile de lin les mêmes qualités. Il en va de même pour l’usage des colorants dont la nature peut profondément varier d’un continent à l’autre. Parmi la variété des couleurs employées dans la fabrication des laques, le noir en est la plus caractéristique (fig. 1). Jean-Félix Watin (1728-1803) rappelle ainsi, dans son célèbre traité L’art du peintre, doreur, vernisseur publié à Paris en 1773, qu’« ils [les Chinois et les Jap...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathurin Jonchères, « La couleur noire des laques asiatiques : recherches et publications au xviiie siècle »Technè, 56 | 2023, 42-51.

Référence électronique

Mathurin Jonchères, « La couleur noire des laques asiatiques : recherches et publications au xviiie siècle »Technè [En ligne], 56 | 2023, mis en ligne le 14 mars 2025, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/techne/18429 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.18429

Haut de page

Auteur

Mathurin Jonchères

Assistant de conservation, musée des Arts décoratifs, département Moderne et Contemporain, élève de troisième cycle à l’École du Louvre (mathurin.joncheres[at]madparis.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search