Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56I. Perception et réception des ma...Vers une « coloration des races »...

I. Perception et réception des matériaux noirs

Vers une « coloration des races ». Les matériaux de la polychromie dans les représentations sculptées des corps noirs à la fin du xixe siècle

Towards a “coloring of the races”: Materials of polychromy in the sculpted representations of black bodies at the end of the 19th century
Nancy Ba
p. 52-61

Résumés

Une attention particulière est portée à la justesse des traits physiques dans les représentations sculptées des Africains durant la seconde moitié du xixe siècle. Celles-ci sont alors majoritairement sculptées dans des matériaux colorés utilisés dans l’idée d’imiter les couleurs naturelles du sujet représenté. Puisque la couleur de peau est un marqueur racial important, les sculpteurs cherchent à rendre visible, comme l’écrit Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875), une « coloration des races ». Aussi, le choix de la couleur n’apparaît-il pas comme un ajout pittoresque ou fantaisiste, mais bien comme un élément à la signification longuement réfléchie. Cet article présente les premiers résultats de ma recherche sur l’utilisation des matériaux de la polychromie dans les représentations sculptées des corps noirs à la fin du xixe siècle. Il est surtout question de la nature des matériaux et colorations employés afin de traduire la couleur noire, qu’il s’agisse de la décision du sculpteur ou de repeints tardifs. Cette considération pour les différentes couleurs de matériaux et de pigments mènera à étudier la valeur symbolique de la carnation.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2025.

Plan

La polychromie en sculpture
« Qu’un sculpteur taille l’image d’un nègre dans le marbre noir, rien de plus légitime »
Entre naturalia et artificialia, les couleurs de l’altérité
Bronzes, marbres noirs, bois d’ébènes : le rapport matériau-carnation

Aperçu du texte

La polychromie en sculpture

En 1988, le J. Paul Getty Museum fait l’acquisition du Buste d’un Nègre, plus tard rebaptisé Buste d’un homme noir, sculpté par l’artiste anglais Francis Harwood (1726/1727-1783) en 1758. Il existe deux versions de cette œuvre. Le premier exemplaire conservé au Yale Center for British Art est en pierre calcaire noire ; celui du J. Paul Getty Museum (fig. 1) est taillé dans une roche calcaire de couleur sable et a été par la suite recouvert d’un vernis brun par l’artiste, puis de gouache noire par un propriétaire subséquent en 1989. L’application du vernis, puis de la gouache noire sur ce buste présentant les caractéristiques physiques attribuées aux Africains subsahariens, indique deux éléments : tout d’abord, l’importance de la coloration lorsque l’on choisit de représenter un Noir en sculpture. Ensuite, le fait que la carnation soit considérée comme un critère tellement primordial dans cette représentation, tellement ancré dans les imaginaires, que le re...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy Ba, « Vers une « coloration des races ». Les matériaux de la polychromie dans les représentations sculptées des corps noirs à la fin du xixe siècle »Technè, 56 | 2023, 52-61.

Référence électronique

Nancy Ba, « Vers une « coloration des races ». Les matériaux de la polychromie dans les représentations sculptées des corps noirs à la fin du xixe siècle »Technè [En ligne], 56 | 2023, mis en ligne le 14 mars 2025, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/techne/18459 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.18459

Haut de page

Auteur

Nancy Ba

Doctorante en histoire de l’art, Sorbonne Université, Centre André Chastel (nancy.ba[at]hotmail.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search