Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56II. Les transformations du noirRecherche d’un traitement de cons...

II. Les transformations du noir

Recherche d’un traitement de conservation du cinabre contre son noircissement : cas des peintures murales de la maison d’Aiôn (Arles, iie-iiie siècles ap. J.-C.)

Preservation of cinnabar against blackening: In search of a treatment (case study of the wall paintings of the House of Aiôn, Arles, 2th/3th centuries CE)
Théa de Seauve, Marion Rapilliard, Gilles Martinet, Aurélie Martin et Jean-Marc Vallet
p. 80-88

Résumés

Le cinabre (HgS) est un pigment rouge utilisé dans les fresques de la maison d’Aiôn (Arles, fin du iie siècle). Une fois sorties de fouille et exposées à la lumière, les peintures contenant du cinabre tendent à noircir avec le temps. Un suivi photographique et spectrocolorimétrique de fragments issus de ces peintures murales a montré qu’ils noircissent en quelques mois à la lumière ambiante. Le noircissement, analysé en spectroscopie IRTF et MEB-EDS, est corrélé à la présence de chlore et de gypse dans les couches picturales. Différents essais de dessalement des fragments par bains et utilisation de compresses ont été effectués. Des analyses de la teneur en sels solubles des fragments dessalés et des dosages dans les bains ont montré que les protocoles étudiés permettent de diminuer la quantité de chlore présent dans la couche picturale et ainsi de ralentir efficacement le noircissement.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme d’investissements d’avenir intégré à France 2030, portant la référence ANR-17-EURE-0021 – École Universitaire de Recherche Paris Seine Humanités, Création, Patrimoine – Fondation des Sciences du Patrimoine.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2025.

Plan

Introduction
Démarche expérimentale
Noircissement à la lumière des fragments de peinture murale
Tests de dessalement par immersion partielle avec application de compresses
Tests de dessalement par immersion partielle
Tests de dessalement par bain statique
Photographie
Spectrocolorimétrie
Loupe binoculaire et microscopie optique
Spectroscopie Raman
IRTF
MEB-EDS
Dosage des sels solubles et des ions dans les bains de dessalement
Dosage du mercure
DRX
Résultats et discussions
Suivi du noircissement
Caractérisation des couches noircies
Essais de dessalement
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

La domus (maison) d’Aiôn (fin du iie siècle-début du iiie) a été mise au jour en 1983 lors des fouilles du site de la Verrerie à Arles (dirigées par J.-M. Rouquette). La reprise des fouilles entre 2014 et 2017 sous la direction de M.-P. Rothé (MDAA) a permis de compléter les connaissances concernant le plan et le décor de cette maison. La fouille de la pièce XXVIII en 2016 a mis au jour des éléments architecturaux et des enduits peints effondrés. La restitution de ces peintures murales a fait apparaître de grands panneaux aux fonds rouge cinabre, représentant un poète et des Muses (fig. 1).

Fig. 1. Ensemble du Poète, pièce XXVIII de la maison d’Aiôn, iie-iiie siècles ap. J.-C., Arles

Fig. 1. Ensemble du Poète, pièce XXVIII de la maison d’Aiôn, iie-iiie siècles ap. J.-C., Arles

© MDAA/R. Bénali.

Le cinabre, sulfure de mercure (α-HgS), est un pigment utilisé depuis l’Antiquité en peinture murale qui peut noircir avec le temps, ce qui a été observé sur ces fresques. Ce noircissement était historiquement attribué à la formation de son polymo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa de Seauve, Marion Rapilliard, Gilles Martinet, Aurélie Martin et Jean-Marc Vallet, « Recherche d’un traitement de conservation du cinabre contre son noircissement : cas des peintures murales de la maison d’Aiôn (Arles, iie-iiie siècles ap. J.-C.) »Technè, 56 | 2023, 80-88.

Référence électronique

Théa de Seauve, Marion Rapilliard, Gilles Martinet, Aurélie Martin et Jean-Marc Vallet, « Recherche d’un traitement de conservation du cinabre contre son noircissement : cas des peintures murales de la maison d’Aiôn (Arles, iie-iiie siècles ap. J.-C.) »Technè [En ligne], 56 | 2023, mis en ligne le 14 mars 2025, consulté le 11 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/techne/18637 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.18637

Haut de page

Auteurs

Théa de Seauve

Post-doctorante, Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP), Marseille (thea.de-seauve[at]cicrp.fr).

Marion Rapilliard

Conservatrice-restauratrice, Service conservation-restauration, Musée départemental Arles antique (MDAA) (marion.rapilliard[at]departement13.fr).

Gilles Martinet

Docteur en géosciences, fondateur d’Aslé Conseil, Les Ateliers du Pôle, Arles (gmartinet[at]asle-conseil.fr).

Aurélie Martin

Attachée de conservation-restauratrice, Service conservation-restauration, Musée départemental Arles antique (MDAA) (aurelie.martin[at]departement13.fr).

Jean-Marc Vallet

Ingénieur de recherche, conseiller scientifique, Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP), Marseille (Jean-Marc.Vallet[at]cicrp.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search