Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56II. Les transformations du noirLes goudrons végétaux : des matér...

II. Les transformations du noir

Les goudrons végétaux : des matériaux noirs amorphes, véritables indices culturels depuis le Paléolithique moyen jusqu’à nos jours

Vegetal tars: Black amorphous materials, cultural signs from the Middle Paleolithic to the present
Armelle Charrié-Duhaut
p. 89-95

Résumés

Depuis le Paléolithique moyen, des goudrons végétaux, matériaux de couleur noire obtenus par chauffage, sous conditions contrôlées, de composantes végétales telles que le bois de conifères ou l’écorce de bouleau, ont été utilisés d’abord comme adhésifs puis comme agent d’étanchéification ou encore en tant que remède. Bien que l’utilisation de ces matériaux soit fréquemment rapportée, leur importance est encore sous-estimée. Cet article présentera différentes informations susceptibles d’être obtenues à partir de l’analyse structurelle et moléculaire de ces matériaux en termes de savoir-faire, de fabrication et d’utilisation d’objets divers ou encore de réseaux socio-économiques au fil des âges et selon les zones géographiques. Contrairement au bitume pétrolier utilisé pour les mêmes applications mais d’origine fossile, un goudron végétal est le résultat d’un processus de transformation intentionnelle et les implications en termes de développement cognitif sont d’importance, en particulier pour les périodes les plus anciennes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2025.

Plan

Des problèmes de terminologie
Une stratégie d’identification fondée sur des analyses structurelles et moléculaires
Les utilisations des goudrons végétaux
Les techniques de fabrication
Un indice de l’acquisition d’un processus de cognition complexe des sociétés paléolithiques ?
Conclusion

Aperçu du texte

De manière assez générale, le terme de « goudrons végétaux » (« tar » en anglais) désigne des matériaux noirs, collants et à odeur empyreumatique très marquée, obtenus par pyrolyse de bois ou de composante végétale type écorce (fig. 1). Leur mode de fabrication les distingue des résines chauffées. Grâce à leurs nombreuses propriétés, ces goudrons végétaux comptent parmi les plus anciens produits manufacturés par l’Homme (au moins depuis le Paléolithique moyen) et ont été l’objet d’une fabrication quasi industrielle au xixe siècle pour la construction navale. Au fil des découvertes archéologiques, une littérature abondante leur est consacrée, littérature qui souligne leur complexité, mais aussi leur importance en termes d’utilisation historique. La bibliographie présentée ici n’a pas volonté à être exhaustive, mais elle illustre le propos. L’étude des goudrons végétaux livre en effet des informations inédites sur l’usage des ressources naturelles, les pratiques, les us et coutumes ou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armelle Charrié-Duhaut, « Les goudrons végétaux : des matériaux noirs amorphes, véritables indices culturels depuis le Paléolithique moyen jusqu’à nos jours »Technè, 56 | 2023, 89-95.

Référence électronique

Armelle Charrié-Duhaut, « Les goudrons végétaux : des matériaux noirs amorphes, véritables indices culturels depuis le Paléolithique moyen jusqu’à nos jours »Technè [En ligne], 56 | 2023, mis en ligne le 14 mars 2025, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/techne/18764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.18764

Haut de page

Auteur

Armelle Charrié-Duhaut

Chargée de recherche, Laboratoire de spectrométrie de masse des interactions et des systèmes (LSMIS) – UMR 7140, Chimie de la matière complexe (CMC), Strasbourg (acharrie[at]unistra.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search