Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56II. Les transformations du noirEnquêter dans le noir : faire par...

II. Les transformations du noir

Enquêter dans le noir : faire parler les armatures des crêtes de faîtage de Notre-Dame de Paris, vestiges de l’incendie du 15 avril 2019

Investigating in the dark: Listening to the reinforcements of the roof ridges of Notre-Dame de Paris, remains of the fire of 15 April, 2019
Aurélia Azéma, Delphine Syvilay et Maxime L’Héritier
p. 114-125

Résumés

L’incendie du 15 avril 2019 a provoqué la disparition de la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Telles sont les apparences depuis le sol, mais, en prenant un peu de hauteur, la réalité est tout autre. Les éléments décoratifs qui la composaient se sont principalement transformés sous l’effet de l’incendie, y ont perdu leurs cohérences, leurs fonctions originelles dans l’édifice, se retrouvant tous rassemblés en un amas confus de matières noires. De longs mois de tri selon une méthodologie adaptée, construite sur le modèle des fouilles archéologiques, ont permis de dresser un bilan quantitatif, mais aussi une estimation de l’état de conservation de ces vestiges. Que les débris soient in fine réemployés ou bien qu’ils servent de témoins patrimoniaux, ces travaux facilitent le travail de la maîtrise d’œuvre et de la maîtrise d’ouvrage en charge de la reconstruction, mais aussi les recherches relatives à l’histoire de la construction et des restaurations de la cathédrale.
Parmi les milliers de clous, les centaines de tiges boulonnées ou encore l’ensemble des armatures de la charpente, les squelettes en fer qui armaient la coque en plomb des éléments de crête de faîtage ont fait l’objet d’une recherche approfondie. Une étude archivistique menée en parallèle d’une approche typologique et matérielle a rendu possible la reconstitution de ce véritable puzzle géant et complexe, compte tenu du caractère méconnaissable de certaines pièces. Cette enquête a permis de comprendre les différentes phases d’interventions sur ces objets ainsi que leur évolution technique au fil des décennies, depuis leur création au xixe siècle par l’architecte Viollet-le-Duc jusqu’aux stratégies de restauration adoptées aux xxe et xxie siècles (réemploi, modification, remplacement).

Haut de page

Notes de l’auteur

NB. Certains des rapports cités étant d’accès difficile, leur consultation peut être demandée auprès des autrices et auteurs.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2025.

Plan

Introduction
Historique et apport des données d’archives
Inventaire des armatures de la crête de faîtage avant et après incendie
Interprétation et discussion
Types G1 et F1
Types G2/G2bis, F2/F2bis et VF2/VF2bis
Types F3, F4 et VF4
Types G3 et G4
Types G5 et F5
Types G6, F6 et VF6
Type VF7
Type F8
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

La toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris a disparu lors de l’incendie du 15 avril 2019. L’essentiel de ses éléments constitutifs ne s’est pourtant pas volatilisé : charpente en bois, armatures de fer, couverture en plomb… ont été modifiées sous l’effet de l’incendie, et se sont accumulées de manière désordonnée sur les voûtes de la cathédrale en un amas dont la noirceur contrastait avec la couleur claire de la pierre.

Les communautés scientifiques se sont alors mobilisées afin de dresser un bilan quantitatif, mais aussi une estimation de l’état de conservation de ces vestiges, et de sauvegarder les données historiques qu’ils renferment. La Direction régionale des affaires culturelles/Service régional de l’archéologie (DRAC/SRA) (alors maîtrise d’ouvrage), en partenariat avec le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), le Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) on...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélia Azéma, Delphine Syvilay et Maxime L’Héritier, « Enquêter dans le noir : faire parler les armatures des crêtes de faîtage de Notre-Dame de Paris, vestiges de l’incendie du 15 avril 2019 »Technè, 56 | 2023, 114-125.

Référence électronique

Aurélia Azéma, Delphine Syvilay et Maxime L’Héritier, « Enquêter dans le noir : faire parler les armatures des crêtes de faîtage de Notre-Dame de Paris, vestiges de l’incendie du 15 avril 2019 »Technè [En ligne], 56 | 2023, mis en ligne le 14 mars 2025, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/techne/18935 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.18935

Haut de page

Auteurs

Aurélia Azéma

Ingénieure de recherche, Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH), Centre de recherche sur la conservation (CRC) (UAR 3224), Muséum national d’Histoire naturelle, CNRS (aurelia.azema[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Delphine Syvilay

Maître de conférences, Sorbonne Université Abu Dhabi, département Science et Ingénierie, Émirats arabes unis (delphine.syvilay[at]sorbonne.ae).

Maxime L’Héritier

Maître de conférences, université Paris 8, Archéologie et sciences de l’Antiquité (ArScAn – CNRS – UMR 7041) (maxime.l_heritier[at]univ-paris8.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search