Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48III. La mise en couleur de la scu...La couleur des bronzes antiques :...

III. La mise en couleur de la sculpture

La couleur des bronzes antiques : recherches récentes

The colour of ancient bronzes: recent research
Sophie Descamps-Lequime
p. 72-82

Résumés

Les effets de polychromie recherchés par les bronziers antiques reposaient essentiellement sur des techniques propres au travail du métal et non sur les pratiques picturales adoptées à la même époque par les sculpteurs sur pierre et par les coroplathes. Leur palette, liée à des incrustations et à des placages de métaux purs ou alliés, était donc limitée, même si l’une des sources de couleurs supplémentaires venait des yeux rapportés des statues. Les Anciens recherchaient l’éclat et la brillance du métal. Pour préserver la teinte métallique originelle des bronzes, proche d’un or plus ou moins rosé, et ralentir le processus d’altération du bronze, ils traitaient les épidermes à l’aide de substances bitumineuses ou de poix qui, paradoxalement, assombrissaient progressivement les statues. Cet assombrissement est probablement à l’origine d’un changement de goût, qui expliquerait peut-être l’apparition, avant la fin de l’époque hellénistique, de patines artificielles intentionnellement sombres, dont certaines ont été étudiées au C2RMF.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Plan

Un dossier compliqué par la rareté et l’altération des statues antiques en bronze
Une polychromie surtout métallique
Une attention particulière portée aux visages
L’importance accordée aux yeux
Couleur originelle des bronzes et témoignages iconographiques
Des patines antiques, une conséquence de l’assombrissement naturel des bronzes ?
Vers une nouvelle esthétique des bronzes à la fin de l’époque hellénistique
« Bronzes de Corinthe » et jeux polychromes
Poikilletai

Aperçu du texte

Un dossier compliqué par la rareté et l’altération des statues antiques en bronze

Les grands bronzes grecs et romains aujourd’hui conservés sont extrêmement rares alors qu’ils se comptaient par milliers dans l’Antiquité. Leur disparition s’explique par un fait matériel. Il était possible de les refondre, une opération survenue quelques années seulement ou plusieurs siècles après leur création, afin de recycler les métaux qui les composaient. Les quelques œuvres parvenues jusqu’à nous ont échappé à ce destin contraire car elles avaient disparu fortuitement bien avant la fin de l’Empire romain, à cause de séismes, d’incendies ou du naufrage des bateaux qui les transportaient. Quelques-unes, trouvées trop tôt, n’ont pu bénéficier d’observations ou d’analyses précises et ont subi parfois des interventions irréversibles : des nettoyages excessifs empêchent souvent de retrouver leur surface d’abandon, de statuer sur les traitements qui leur ont été appliqués avant leur ensevelissement et s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Descamps-Lequime, « La couleur des bronzes antiques : recherches récentes »Technè, 48 | 2019, 72-82.

Référence électronique

Sophie Descamps-Lequime, « La couleur des bronzes antiques : recherches récentes »Technè [En ligne], 48 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 26 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/techne/2323 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.2323

Haut de page

Auteur

Sophie Descamps-Lequime

Conservateur général du patrimoine, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines (sophie.descamps[at]louvre.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Technè. La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search