Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43I. Le développement des programme...De CHARISMA à IPERION CH et E-RIH...

I. Le développement des programmes européens : synthèse historique et critique

De CHARISMA à IPERION CH et E-RIHS : vers une infrastructure européenne de recherche pour les sciences du patrimoine

Isabelle Pallot-Frossard
p. 46-49
Traduction(s) :
From CHARISMA to IPERION CH and E-RIHS: towards a European research infrastructure for heritage science [en]

Résumés

Ce bref article de synthèse traite des lignes de force du projet européen IPERION CH (2015-2019), qui fait suite aux projets LabS TECH, Eu-ARTECH et CHARISMA, ainsi que de la création d’une structure pérenne dédiée au développement de la recherche sur les sciences du patrimoine, dénommée E-RIHS. Inscrite, après sélection par le Forum ESFRI, sur la feuille de route des grandes infrastructures de recherche par la Commission européenne, celle-ci verra le jour en 2021 et élargira le champ d’investigation du patrimoine culturel et naturel aux collections d'histoire naturelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par Luca Pezzati du CNR-INOA à Florence.
  • 2 Centre de recherche sur la conservation des collections, USR 3224.
  • 3 IPANEMA est une unité mixte CNRS/ministère de la Culture et de la Communication/Université de Versa (...)

1Afin de maintenir le réseau très structuré établi grâce aux projets Labs TECH, Eu-ARTECH et CHARISMA, un quatrième projet, intitulé IPERION CH, a été monté, toujours par l’Italie1, et a démarré en mai 2015 pour une durée de quatre ans. Ce projet rassemble aujourd’hui 24 partenaires représentant 12 États membres, auxquels s’ajoutent les États-Unis à travers le Getty Conservation Institute. Les partenaires français sont le CNRS (C2RMF, CRC2, IPANEMA3), SOLEIL et l’INRIA, représentant le consortium DARIAH (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities). Ce projet, fondé sur les trois activités intrinsèques aux infrastructures, accès transnational, recherche associée et mise en réseau, voit se développer de manière importante les travaux de recherche, non pas seulement sur le développement instrumental, mais aussi sur les méthodes de conservation et de restauration et sur l’évaluation de leur efficacité, de leur innocuité pour la matière ancienne et de leur durabilité. C’est ainsi que vont être lancées des études sur le nettoyage des peintures, sur la protection des objets métalliques, sur la conservation des matériaux pierreux, ou sur l’impact des analyses par faisceau d’ions et rayons X sur la matière ancienne. Dans le domaine des outils disponibles, la plateforme mobile MOLAB s’est ouverte à de nouvelles techniques portables, telles que la Résonance magnétique nucléaire portable ou l’imagerie Térahertz, pour la visualisation et la caractérisation de couches superposées, développées dans le cadre du projet Charisma, ou encore la thermographie infrarouge stimulée, pour le diagnostic de l’état de conservation de peintures murales, avec une implication renforcée des équipes françaises du C2RMF, du Laboratoire de recherche des monuments historiques et du Centre de recherche sur la conservation des collections.

2Le développement instrumental ouvre de nouvelles voies de caractérisation des matériaux, comme la spectrométrie de masse portable, les analyses micro-destructives couplant différentes techniques laser comme la spectroscopie sur plasma induit par laser couplée à la spectroscopie Raman, permettant d’associer les analyses élémentaires et structurales, l’interférométrie holographique couplée à la thermographie infrarouge pour le diagnostic de défauts de surface des œuvres monumentales, ou encore la microscopie multiphotonique.

3Au sein de ce projet, une activité spécifique est dédiée à la réflexion sur la création d’une infrastructure européenne pérenne, qui stabiliserait le réseau et les échanges scientifiques établis entre les partenaires, au-delà des projets successifs, dont les financements ne sont jamais certains. En parallèle, un projet d’infrastructure pérenne sur les sciences du patrimoine, intitulé E-RIHS (European research infrastructure for heritage science), a été déposé auprès du Forum stratégique européen pour les grandes infrastructures de recherche (ESFRI)4 afin d’être, à l’issue d’un processus de sélection très strict, inscrit sur la feuille de route européenne des futures infrastructures. Ce Forum a pour objectif de coordonner les initiatives nationales et de sélectionner des thèmes prioritaires de l’Europe pour les investissements lourds qu’elle devra consentir dans les années à venir. Le projet E-RIHS élargit le champ d’application d’IPERION CH en intégrant le patrimoine des collections d’histoire naturelle et vise des communautés scientifiques plus larges, comme celles de l’archéologie, de la paléoanthropologie ou de la paléontologie (fig. 1). Son intitulé qui porte sur les « sciences du patrimoine », implique une acception très large du concept, qui va bien au-delà des sciences de la conservation, qui irriguaient les projets précédents.

Fig. 1. Galerie de paléontologie, Museum national d’histoire naturelle, Paris

Fig. 1. Galerie de paléontologie, Museum national d’histoire naturelle, Paris

© I. Pallot-Frossard.

4Au niveau national, les États membres, eux aussi, établissent une feuille de route régulièrement mise à jour, en coordination avec la stratégie européenne. C’est dans ce cadre que plusieurs pays partenaires d’IPERION CH ont, de leur côté, créé des plateformes nationales sur le thème du patrimoine. Ainsi ont été établies, ou sont en voie de l’être, les plateformes italienne, grecque, portugaise et hongroise. La France, elle aussi, est entrée dans cette dynamique et a déposé auprès du ministère chargé de la Recherche un projet de « nœud » français, en partie fondé sur le partenariat solide établi dans le cadre du LabEx PATRIMA (le C2RMF avec AGLAE, le synchrotron SOLEIL, la plateforme mobile de Patrimex gérée par le LRMH), mais incluant de nouvelles institutions à même de mettre à disposition des chercheurs français et européens de l’instrumentation scientifique de pointe, comme le Museum national d’histoire naturelle, la plateforme nationale de datation par le Carbone 14 Artémis (fig. 2), ou les outils laser développés par l’université de Cergy-Pontoise5. Ce projet a été accepté et publié en mars dernier sur la nouvelle feuille de route française6.

Fig. 2. Artemis, spectromètre de masse par accélérateur, laboratoire de mesure par le carbone 14, plateforme nationale de datation, Saclay

Fig. 2. Artemis, spectromètre de masse par accélérateur, laboratoire de mesure par le carbone 14, plateforme nationale de datation, Saclay

© CEA/P. Stroppa.

5Le projet E-RIHS, vient d’être également validé par le Forum ESFRI pour être inscrit sur la feuille de route européenne des infrastructures de recherche, seul projet accepté, avec son caractère éminemment interdisciplinaire, dans le domaine des sciences humaines et sociales, parmi 6 nouveaux projets seulement, avec de grands instruments comme de gigantesques télescopes à neutrinos ou rayons gamma, ou encore des infrastructures biomédicales d’envergure7. Cette inscription au niveau national comme au niveau européen est un signe fort de reconnaissance de la spécificité et de l’importance de la discipline des sciences du patrimoine. Ce projet doit aboutir dans les dix ans à la mise en place d’un organisme européen structuré, que les États membres s’engagent à soutenir sur la longue durée, au minimum cinq ans, les statuts étant conçus pour être valables une vingtaine d’années. Cet organisme pérenne doit permettre de développer la recherche et les interactions interdisciplinaires autour de la connaissance du patrimoine matériel, en facilitant l’accès aux grands instruments et aux technologies de pointe, en favorisant l’interopérabilité et la mise en commun de données, mais aussi en stimulant les échanges de bonnes pratiques, dans un domaine devenu très fédérateur en Europe.

Haut de page

Notes

1 Par Luca Pezzati du CNR-INOA à Florence.

2 Centre de recherche sur la conservation des collections, USR 3224.

3 IPANEMA est une unité mixte CNRS/ministère de la Culture et de la Communication/Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (USR 3461).

4 http://ec.europa.eu/research/infrastructures/index_en.cfm?pg=esfri

5 http://www.erihs.fr/

6 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid25384/strategie-nationale-des-infrastructures-de-recherche.html

7 http://ec.europa.eu/research/infrastructures/index_en.cfm?pg=esfri-roadmap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Galerie de paléontologie, Museum national d’histoire naturelle, Paris
Crédits © I. Pallot-Frossard.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/639/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 2. Artemis, spectromètre de masse par accélérateur, laboratoire de mesure par le carbone 14, plateforme nationale de datation, Saclay
Crédits © CEA/P. Stroppa.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/639/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Pallot-Frossard, « De CHARISMA à IPERION CH et E-RIHS : vers une infrastructure européenne de recherche pour les sciences du patrimoine »Technè, 43 | 2016, 46-49.

Référence électronique

Isabelle Pallot-Frossard, « De CHARISMA à IPERION CH et E-RIHS : vers une infrastructure européenne de recherche pour les sciences du patrimoine »Technè [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2019, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/techne/639 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.639

Haut de page

Auteur

Isabelle Pallot-Frossard

Conservateur général du patrimoine, directeur du Centre de recherche et de restauration des musées de France (isabelle.pallot-frossard[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Technè. La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search