Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Éditorial

Texte intégral

1Le 50e numéro d’une revue a toujours une valeur symbolique : ce chiffre résonne un peu comme un jubilé, même si Technè vient seulement de dépasser ses 25 ans d’existence. Tout jubilé est une réjouissance, et la rédaction est heureuse de faire le constat qu’appuyée sur l’expérience acquise, mais ouverte aux changements que vivent de nombreuses publications aujourd’hui, la revue a pris un nouveau départ, avec sa mise en ligne, sa nouvelle formule éditoriale et bientôt un comité de rédaction renouvelé.

  • 1 Cette publication a été interrompue en 1982.
  • 2 Parmi les membres de ce conseil, citons par exemple Hubert Curien, Jean-Pierre Changeux, Henri Loyr (...)

2À la suite du Bulletin du Laboratoire du musée du Louvre, créé en 1956 par Madeleine Hours1, devenu Annales du Laboratoire de recherche des musées de France en 1970, Technè s’inscrit dans une préoccupation ancienne de diffusion des connaissances acquises sur les matériaux constitutifs des œuvres d’art et d’archéologie, dans une approche interdisciplinaire. Lancée par Maurice Bernard en 1994, la nouvelle revue se donne pour objectif principal de valoriser les travaux du laboratoire, tout en s’ouvrant à des contributeurs extérieurs français et étrangers. Le titre retenu souligne le lien étroit avec les techniques et les matériaux des biens culturels. Dès sa création, la revue est dotée d’un conseil scientifique composé de personnalités éminentes2 et d’un comité de lecture. Soucieuse de rigueur dans ses contenus et de qualité dans sa présentation, Technè bénéficie alors des compétences de la Réunion des musées nationaux en tant qu’éditeur et du soutien financier de la Direction (puis du Service) des Musées de France.

  • 3 Le numéro 17 est d’ailleurs intitulé Science et conservation, travaux 2002 du C2RMF.

3Depuis sa création, la revue est organisée autour d’un dossier thématique, le plus souvent lié aux grands axes de recherche développés par le laboratoire. À partir de 1998, des articles d’actualité complètent le dossier. La création du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) en 1999 retentit sur les disciplines traitées dans la revue en accordant une part plus grande à la conservation et à la restauration à partir du numéro double 13-14, Découvrir – Transmettre, en 2001. Dès 2003 sont créés les numéros « Science et conservation ». Publiés une fois par an, ils répondent au souhait de faire alterner un numéro consacré pour une large part à l’activité du C2RMF3 et un numéro thématique sollicitant les contributions de chercheurs appartenant à d’autres institutions. Cinq numéros « Science et conservation » paraissent jusqu’en 2007. La parution, interrompue entre 2008 et 2012, a été relancée en 2013 au rythme d’un numéro tous les deux ans. La sélection des articles s’est alors effectuée sur la base d’un appel à contribution, dans un souci d’ouverture plus grande vers des auteurs de disciplines variées et vers des sujets plus diversifiés.

4Les thèmes abordés dans les numéros de Technè couvrent un très large spectre chronologique et thématique. Le premier numéro, Poussin et la peinture française au xviie siècle, paraît l’année où s’ouvre la grande exposition sur Nicolas Poussin au Grand Palais, montrant ainsi le lien fort entre les grandes manifestations culturelles et le développement de la recherche en histoire de l’art et en science des matériaux des biens culturels. La peinture et la couleur jalonnent l’histoire de la revue, qu’il s’agisse de dossiers monographiques centrés sur l’œuvre et la technique d’un peintre (Poussin, Watteau, Rembrandt, Grünewald), ou de dossiers plus transversaux sur la perception de la couleur par le spectateur (nos 9-10 et 15), ou encore sur cette couleur qui revêt les œuvres en trois dimensions, la polychromie (nos 39, 40 et 48). Une large place a aussi été accordée à la sculpture, ainsi qu’à l’art contemporain (n° 8) et aux questions difficiles que posent sa conservation et sa restauration. Les arts du feu (verre, terre cuite, céramique), les arts graphiques, le mobilier, les textiles y trouvent également place, ou encore les collections extra-européennes à l’occasion de la préparation de l’ouverture du musée du quai Branly (nos 11 et 23). Plusieurs numéros ont proposé des synthèses, qui font aujourd’hui référence, sur la conservation préventive (n° 34) ou les programmes de recherche européens (n° 43), et le thème complexe des restes humains dans les collections muséales a également été abordé (n° 44).

  • 4 « Une perfection dangereuse ». La restauration des vases grecs, de Naples à Paris, xviiie-xixe sièc (...)

5À partir de 2008, l’histoire de la restauration a fait son entrée dans le champ thématique de Technè (n° 27-28). À la même période, et plus nettement à partir du numéro 324, Technè s’est plus largement ouverte aux auteurs d’autres institutions, tandis que les articles en langues étrangères devenaient plus nombreux.

6L’année 2019 a marqué un tournant décisif dans l’histoire de la revue. À la suite du retrait de la RMN-GP, le C2RMF a poursuivi l’entreprise éditoriale en tant que concepteur scientifique et éditeur de la revue. La ligne éditoriale et la politique de diffusion ont été redéfinies. Chaque numéro conserve un riche dossier thématique, complété d’une rubrique d’actualités dite « Varia », qui accueille des articles librement soumis à la rédaction. L’ensemble des contributions fait l’objet d’une double évaluation scientifique. Enfin, la revue paraît dorénavant en version papier et en version électronique, grâce au site créé sur la plateforme OpenEdition Journals5, ce qui élargit considérablement sa diffusion6.

7Pour ce n° 50, Technè a donné carte blanche à la Fondation des Sciences du Patrimoine afin qu’elle présente un panorama de dix années de recherches pluridisciplinaires sur le patrimoine matériel, soutenues pour l’essentiel par les budgets des Programmes d’investissement d’avenir, dans le cadre du Laboratoire d’excellence Patrima et de l’Équipement d’excellence Patrimex. Fondation partenariale créée en 2013, la Fondation des Sciences du Patrimoine, placée sous l’égide du ministère de la Culture, regroupe aujourd’hui vingt institutions qui mènent des travaux de recherche pluridisciplinaires sur le patrimoine matériel. Source de financement pour de jeunes chercheurs en master ou doctorat notamment, elle a pour objectif de favoriser le dialogue interdisciplinaire au service de la connaissance des matériaux, des techniques ou des provenances des biens culturels, de leur bonne conservation et mise en valeur, ainsi que de la diffusion des connaissances acquises. En quelques années, ses résultats scientifiques et son mode de gouvernance très participatif et transparent ont fait de la fondation un organe reconnu par la communauté des chercheurs en sciences du patrimoine et par les institutions publiques en charge de sa conservation.

8Au-delà de son rôle national, la fondation développe peu à peu des activités internationales dans le cadre du projet d’infrastructure européenne en sciences du patrimoine (European Research Infrastructure for Heritage Science E-RIHS), de l’Initiative de programmation conjointe sur le patrimoine culturel (Joint Programming initiative on Cultural Heritage and Global Change – JPI-CH) ou d’opérations bilatérales de soutien scientifique avec la Chine ou la Fédération de Russie.

9Avec l’ensemble de ses partenaires, la FSP a favorisé l’émergence et la reconnaissance des sciences du patrimoine, au service de la connaissance et de la conservation des biens culturels, objets complexes, transformés par le temps et l’environnement, porteurs, dans leur matière même, de leurs propres archives. Il était donc naturel que la revue Technè lui ouvre les colonnes de son 50e numéro. Je remercie à cette occasion les pilotes du numéro, Anne-Julie Etter, Sigrid Mirabaud et Anne-Solenn Le Hô, pour leur travail de conception et de suivi d’un numéro aux sujets aussi variés.

Haut de page

Notes

1 Cette publication a été interrompue en 1982.

2 Parmi les membres de ce conseil, citons par exemple Hubert Curien, Jean-Pierre Changeux, Henri Loyrette, Henry de Lumley, Michel Pastoureau, Krzysztof Pomian, Gérard Régnier (plus connu sous le pseudonyme de Jean Clair) ou encore Bernard Stiegler.

3 Le numéro 17 est d’ailleurs intitulé Science et conservation, travaux 2002 du C2RMF.

4 « Une perfection dangereuse ». La restauration des vases grecs, de Naples à Paris, xviiie-xixe siècles.

5 [https://journals.openedition.org/techne/].

6 Je remercie ici Sylvain Piron et Étienne Anheim pour leurs conseils et encouragements dans la démarche d’admission à cette plateforme, ainsi que Marie Lionnet pour la synthèse historique de la revue ici reprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Pallot-Frossard, « Éditorial »Technè, 50 | 2020, 3-4.

Référence électronique

Isabelle Pallot-Frossard, « Éditorial »Technè [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/techne/7428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.7428

Haut de page

Auteur

Isabelle Pallot-Frossard

Conservateur général du patrimoine, directeur du Centre de recherche et de restauration des musées de France (isabelle.pallot-frossard[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search