Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50I. CorpusLes pigments verts en Égypte au d...

I. Corpus

Les pigments verts en Égypte au début de la Troisième Période intermédiaire : de l’objet à l’artisan

Green pigments in Egypt in the early Third Intermediate Period : from artefact to craftsman
Lucile Brunel-Duverger, Yvan Coquinot, Nancy Brodie-Linder et Sandrine Pagès-Camagna
p. 10-18

Résumés

Quelle que soit la période, quel que soit le support, le vert est l’une des cinq couleurs prédominantes de la palette de l’artisan égyptien avec le blanc, le jaune, le rouge et le bleu. Parmi toutes ces teintes, le vert fut celle qui contenta le moins les peintres égyptiens, lesquels n’ont eu de cesse d’expérimenter de nouveaux matériaux, tant naturels que synthétiques, comme en témoignent les pigments verts employés sur les cercueils à fond jaune de la XXIe dynastie (1069-945 av. J.-C.). Cet article se propose de montrer, par l’étude des couches picturales vertes d’un corpus composé de dix ensembles funéraires des collections du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre, comment l’approche analytique renseigne sur les pratiques artisanales d’une époque, pratiques pouvant être rattachées à des signatures matérielles d’ateliers de production.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a bénéficié du soutien de l’École universitaire de recherche PSGS HCH Humanités, Création, Patrimoine, Investissement d’Avenir ANR-17-EURE-0021 – Fondation des Sciences du Patrimoine.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Tiradritti, 2007 ; Mathieu, 2009 ; Barbotin, 2014.

1Le vert, dans la culture de l’Égypte antique, est empreint d’une symbolique forte. Le terme égyptien ouadj, employé pour le décrire, englobe à la fois les tonalités vertes et bleues ; il renvoie ainsi au paysage nilotique, que ce dernier soit végétal ou aquatique. Sa signification première évoque en effet les notions de « frais » et d’« humide », mais aussi de « jeune » qui, par extrapolation, renvoie à celles de « renaissance » et de « régénération1 ». Teinte de la carnation d’Osiris, roi des morts et vecteur de renaissance dans l’au-delà, ouadj est donc la couleur du vivant, que ce soit dans le monde terrestre comme dans celui des morts.

  • 2 Pagès-Camagna, 1999 ; Pagès-Camagna, Colinart, 2003.
  • 3 Dandrau, 1999 ; malachite (Cu2CO3(OH)2), chrysocolle ((Cu,Al)2H2Si2O5(OH)4·nH2O), atacamite (Cu2Cl( (...)
  • 4 Scott, 2016.

2Bien que la dénomination chromatique ne différencie pas les teintes vertes et bleues, l’artisan les distingue par l’emploi de matériaux bien spécifiques. Si le bleu égyptien est bien connu, notamment comme premier pigment de synthèse2, c’est moins le cas des pigments verts, qui peuvent être obtenus à partir de différents matériaux, naturels ou de synthèse. Aux périodes pharaoniques, les verts sont essentiellement à base de cuivre : malachite, chrysocolle, atacamite, vert-de-gris et vert égyptien3 ; les terres vertes à base de fer, quant à elles, peu employées à ces périodes, sont préférées pendant les époques gréco-romaines4.

3Par leur diversité, les pigments verts, plus que tous les autres pigments de la palette égyptienne, apparaissent donc comme de possibles marqueurs, chronologiques ou techniques. Ils nous informent à la fois sur les modes d’approvisionnement en matières premières, mais aussi sur les processus de production, amenant des connaissances déterminantes sur les acquis technologiques alors maîtrisés par les Égyptiens. Notre étude porte sur l’identification des matériaux verts utilisés sur les cercueils dits « à fond jaune » dans l’objectif de mieux comprendre l’artisanat funéraire thébain du début de la Troisième Période intermédiaire (XXIe-XXVe dynastie, 1069-664 av. J.-C.).

Les cercueils égyptiens à fond jaune

  • 5 Niwinski, 1988.

4Les cercueils égyptiens à fond jaune datés de la XXIe dynastie correspondent à une production bien particulière qui était réservée aux familles sacerdotales de la région de Thèbes. Elle est le fruit de divers changements, tant politiques que rituels, initiés peu avant le début de la Troisième Période intermédiaire (1100 av. J.-C.). À cette période, l’Égypte se divise en deux régions, Pharaon règne sur le Delta, et les Prêtres d’Amon sur le sud, où Thèbes est déclarée nouvelle capitale. Du fait de nombreux pillages, les dépouilles des défunts ne sont plus déposées dans des tombes, mais dans des cachettes, longs couloirs creusés dans la montagne thébaine servant de tombe commune. Les décors et formules magiques visant à aider le défunt au cours de son voyage dans l’au-delà, qui couvraient auparavant les parois des tombes, se concentrent désormais sur celles du cercueil. Ce dernier joue alors le rôle de tombe à part entière. De forme anthropoïde, un ensemble funéraire complet comprend généralement un cercueil extérieur (cuve et couvercle), un cercueil intérieur (cuve et couvercle) et une couverture de momie (fig. 1). Ces ensembles ont été rendus célèbres par leurs riches décors, composés de scènes et textes hiéroglyphiques polychromés. Ils constituent en effet l’une des manifestations les plus emblématiques de la civilisation égyptienne antique. Ces cercueils sont dits « à fond jaune » en raison du fond, mais aussi de l’épaisse couche de vernis, également jaune, appliquée sur la surface extérieure des cercueils. Découverts par centaines à la fin du xixe siècle, ils représentent aujourd’hui un large fonds muséal à travers le monde5.

Fig. 1. Imagerie VIS de l’ensemble funéraire complet du prêtre Soutymès, comprenant un cercueil extérieur (cuve-couvercle ; 2,11 m), un cercueil intérieur (cuve-couvercle ; 1,89 m) et une couverture de momie (1,75 m), Thèbes-Ouest, probablement aux environs du temple de Deir el-Medineh ; XXIe dynastie

Fig. 1. Imagerie VIS de l’ensemble funéraire complet du prêtre Soutymès, comprenant un cercueil extérieur (cuve-couvercle ; 2,11 m), un cercueil intérieur (cuve-couvercle ; 1,89 m) et une couverture de momie (1,75 m), Thèbes-Ouest, probablement aux environs du temple de Deir el-Medineh ; XXIe dynastie

Musée du Louvre, collections du département des Antiquités égyptiennes (inv. N 2609-N 2610).

© Musée du Louvre, dist. RMN-GP/G. Poncet.

  • 6 Amenta, Guichard, 2017.

5Afin de mieux comprendre cette production, une étude conjointe est menée par des spécialistes européens en égyptologie et en sciences des matériaux. C’est ainsi que dans le cadre du Vatican Coffin Project6, une partie des collections de cercueils à fond jaune du musée du Louvre a été étudiée au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), grâce à un financement de la Fondation des Sciences du Patrimoine. Chaque musée partenaire du projet doit étudier ses collections afin de rassembler une quantité suffisante de données qui, mises en commun, permettront d’obtenir une vision la plus représentative possible de la production. L’enjeu ultime de ce projet est de remonter aux ateliers de production grâce à la combinaison des approches iconographique, stylistique, paléographique et matérielle. Pour cela, un protocole commun d’observation et d’analyses multi-échelles et multi-spectrales a été appliqué à un corpus de dix ensembles funéraires des collections du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre. Le corpus couvre une région allant de Thèbes à sa province, et une période chronologique allant du début de la XXIe dynastie au milieu de la XXIIe, soit une période de plus d’un siècle.

  • 7 Brunel-Duverger, 2020, p. 87-117.

6Les résultats de l’étude archéométrique7 (fig. 2), obtenus sur ces dix ensembles, ont révélé un schéma récurrent dans la mise en œuvre des objets (fig. 3). Le support de bois, correspondant à un assemblage de plusieurs pièces, est recouvert d’une épaisse couche de mouna (terme égyptien renvoyant à un mélange de limon et de débris végétaux) et d’une couche de préparation beige. Ces deux couches permettent de lisser et d’homogénéiser la surface du support, mais aussi de solidariser les différentes pièces entre elles. Pour apporter plus de cohésion à l’ensemble, des toiles peuvent être posées à cette étape de la mise en œuvre. Une préparation blanche est ensuite appliquée, qui recevra la polychromie. Cette dernière se trouve constituée du fond, du dessin préparatoire et de la couche picturale (mélange de pigment et d’un liant protéinique de type colle de peau). Le vernissage est la dernière étape de la mise en œuvre des cercueils. Chaque cercueil est fabriqué selon ce schéma général ; certaines variations au sein de ce schéma pourraient apparaître comme d’éventuels marqueurs d’ateliers de production. Ainsi en est-il des pigments verts, dont la préparation semble répondre à des pratiques spécifiques.

Fig. 2. Schéma récapitulatif de la méthodologie mise en place pour l’étude archéométrique

Fig. 2. Schéma récapitulatif de la méthodologie mise en place pour l’étude archéométrique

© L. Brunel-Duverger.

Fig. 3. Schéma général de la mise en œuvre et de la mise en couleur des cercueils à fond jaune de la XXIe dynastie égyptienne

Fig. 3. Schéma général de la mise en œuvre et de la mise en couleur des cercueils à fond jaune de la XXIe dynastie égyptienne

© L. Brunel-Duverger.

Identification de la nature des pigments verts

  • 8 Les prélèvements mesurent rarement plus de 1 mm².

7Afin de déterminer la nature du pigment vert employé sur chacun des cercueils du corpus, une campagne d’analyses a été menée sur 32 micro-échantillons8 (tableau 1). Ces derniers ont été réalisés sur chaque élément constituant les ensembles funéraires (décors intérieurs et extérieurs de cuve, couvercle, et couverture de momie) dans le but d’évaluer la diversité des matériaux verts rencontrés à l’échelle à la fois de l’objet, mais aussi du corpus.

Tableau 1. Récapitulatif des observations des échantillons classés par ordre chronologique

Datation

Cercueils

Éch.

Localisation

Description

Couleur

Épaisseur

Dynasties

Milieu XXIe

AF 9592

Cu7

Cuve – Extérieur – Dextre

Motif floral

Vert foncé

55 µm

Cu8(1)

Cuve – Extérieur – Senestre

Hiéroglyphe

Vert clair

25 µm

Cu8(2)

Cuve – Extérieur – Senestre

Hiéroglyphe

Vert franc

25 µm

Co1

Couvercle – Bras – Senestre

Bande bracelet défunt

Vert bleuté

50 µm

Co4

Couvercle – Senestre

Collier personnage

Vert foncé

30 µm

E 18843

Cu2

Cuve – Extérieur – Dextre

Pieds personnage momiforme

Vert foncé

50 µm

Co2

Couvercle – Collier – Dextre

Fleur de lotus collier Ousekh

Bleu clair

> 120 µm

N 2562

Cu2

Cuve – Intérieur – Dextre

Motif floral

Vert franc

80 µm

Cu3(1)

Cuve – Extérieur – Senestre

Frise égyptienne

Vert profond

100 µm

Cu3(2)

Cuve – Extérieur – Senestre

Frise égyptienne

Vert

60 µm

Co1

Couvercle – Zone centrale

Disque solaire

Vert/bleu clair

450 µm

XXIe tardive

AF 95

Cu1

Cuve – Extérieur – Dextre

Bord tapis vache Hathor

Vert franc

40-60 µm

Cu8

Cuve – Intérieur – Fond

Pan emblème de Nefertoum

Vert bleuté

35 µm

AF 9590

Cu4

Cuve – Intérieur

Motif floral

Vert foncé

25 µm

Cu6

Cuve – Extérieur – Dextre

Hiéroglyphe

Vert franc

80-120 µm

Co5

Couvercle – Collier – Dextre

Motif collier Ousekh

Bleu clair

20 µm

Co6

Couvercle – Bas – Dextre

Hiéroglyphe

Vert bleuté

45-75 µm

AF 9593

Cu8

Cuve – Intérieur – Senestre

Motif trône

Vert/bleu clair

40 µm

Cu11

Cuve – Extérieur – Dextre

Frise égyptienne

Bleu clair

10 µm

Co4

Couvercle – Collier – Bas

Fleur de lotus collier Ousekh

Vert bleuté

80 µm

Début XXIIe

AF 9591

Cu9

Cuve – Intérieur – Senestre

Motif frise

Vernis sur noir

Ø

Cu10

Cuve – Extérieur – Senestre

Motif frise cobras

Vert foncé

30 µm

E 13037

Cu5

Cuve – Intérieur – Dextre

Rayure serpent

Vert/bleu clair

35 µm

Cu11

Cuve – Extérieur – Dextre

Couronne Hedjet Osiris

Bleu clair

60 µm

Co3

Couvercle – Bordure – Dextre

Aile divinité

Vert foncé

15 µm

E 18840

Cm3

Couv. de momie – Collier – Dextre

Fleur de lotus collier Ousekh

Bleu clair

10 µm

Cm4

Couv. de momie – Coiffe

Frise égyptienne

Vert clair

30 µm

Cu9

Cuve – Extérieur – Dextre

Collier Anubis

Bleu clair

10 µm

Cu12

Cuve – Intérieur – Senestre

Frise

Bleu clair

10 µm

Co16

Couvercle – Collier – Senestre

Fleur de lotus collier Ousekh

Bleu clair

20 µm

Co17

Couvercle – Relief – Centre

Disque solaire divinité

Vert clair

15 µm

XXIIe

E 20043

1

Cuve – Intérieur – Fond

Aile disque solaire

Vert clair franc

25 µm

Étude de la microstructure et des phases structurales

  • 9 MEB FEG JEOL 7800F, 6 kV, distance de travail 6 mm, mode gentle beam qui permet de polariser négati (...)
  • 10 Gunn et al., 2002 ; Svarcova et al., 2009.

8L’approche microstructurale9 par observation des coupes stratigraphiques au microscope électronique à balayage (MEB) a révélé des morphologies caractéristiques de produits dégradés : couronnes d’altération, remplacement de phases, etc. (fig. 4 a-b). Il est en effet connu que les pigments verts à base de cuivre, qu’ils soient naturels ou synthétiques, sont relativement instables chimiquement, et que divers environnements peuvent conduire à leur dégradation : présence de sels, d’humidité et/ou de matériaux organiques10.

Fig. 4 a-b. Images MEB mode BSE de grains verts altérés

Fig. 4 a-b. Images MEB mode BSE de grains verts altérés

a. Échantillon AF 9593 Co4 présentant en 1 une couronne externe, en 2 une couronne intermédiaire et en 3 un cœur de grain compact ;
b. Échantillon AF 9590 Co5 présentant un fantôme de grain losangique composé d’un agglomérat de petits grains.

© C2RMF/L. Brunel-Duverger.

  • 11 IRTF ATR sur écailles Bruker Tensor, cristal diamant, gamme spectrale 4000-400 cm-1, résolution 4 c (...)
  • 12 DRX sur écailles ; générateur rayons X Rigaku Ru-200 BH à anode tournante de Mo (raie Kα à λ = 0,70 (...)
  • 13 Pérez-Alonso et al., 2006 ; Castro et al., 2008.
  • 14 Lluveras et al., 2010 ; Zoppi et al., 2010.
  • 15 Identification du liant, Brunel-Duverger, 2020, p. 278.
  • 16 Banik et al., 1982 ; Banik, 1989 ; Schiegl et al., 1992 ; Middleton, 1999.

9Les analyses structurales ont pu étayer ces premières observations en identifiant la présence systématique d’oxalates de cuivre11 comme phase majoritaire, associés à des chlorures de cuivre du type atacamite12. Les premiers sont en effet connus comme étant le produit de la réaction entre des pigments verts au cuivre et l’acide oxalique13, formé par l’oxydation du liant protéinique14 entrant dans la préparation de la peinture verte15. Les seconds sont, quant à eux, connus comme résultant d’une formation secondaire issue de la migration de sels solubles à base de chlore dans ces mêmes couches vertes16. Leur présence conjointe, corrélée aux microstructures, témoigne donc de l’altération du pigment vert.

Étude de la composition élémentaire

  • 17 MEB FEI Philips XL 30 CP, 20 kV, 80 µA, distance de travail 10 mm, métallisation des coupes au carb (...)

10Les cartographies en composition élémentaire17 réalisées sur les coupes stratigraphiques montrent cependant une absence de gradients de chlore dans les couches sous- et sus-jacentes aux couches vertes (fig. 5 a-c). Ceci suggère qu’aucun échange de cet élément ne s’est produit entre la couche verte et son environnement, contrairement à ce qui avait été initialement envisagé. Il est également apparu que les couches vertes contenaient du soufre associé au cuivre et au chlore. Néanmoins, l’absence de gradient indique que ces éléments (Cl et S) étaient présents nativement dans la couche verte. Ainsi, bien que des modifications structurales aient pu avoir lieu (notamment la transformation du pigment originel en oxalates de cuivre), la composition élémentaire en cuivre, chlore, soufre des couches vertes est donc restée inchangée au cours du temps. Elle est à l’image de celle du pigment originel qui contient à la fois du cuivre, du chlore, du soufre, mais aussi du carbone et de l’oxygène. Les analyses ponctuelles par MEB-EDS ont également montré la présence systématique de traces d’étain, généralement associées à du plomb, marqueurs chimiques témoignant de l’utilisation de bronzes comme source de cuivre. Ce dernier point nous informe que le pigment vert employé par les artisans égyptiens de la XXIe dynastie était obtenu par un processus de synthèse. Ce point spécifique permet d’exclure de la palette du peintre l’emploi de tout matériau vert d’origine naturelle.

Fig. 5 a-c. a et b : cartographies MEB-EDS des éléments cuivre (Cu) et chlore (Cl) réalisées sur l’échantillon E 18840 Co17 dont la coupe stratigraphique observée au microscope optique est présentée en c

Fig. 5 a-c. a et b : cartographies MEB-EDS des éléments cuivre (Cu) et chlore (Cl) réalisées sur l’échantillon E 18840 Co17 dont la coupe stratigraphique observée au microscope optique est présentée en c

Couche 1 : préparation blanche ; couche 2 : couche verte ; couche 3 : vernis.

© C2RMF/L. Brunel-Duverger.

  • 18 Banik et al., 1982 ; Banik, 1989 ; Schiegl et al., 1992 ; Middleton, 1999.
  • 19 La quantification des éléments carbone et oxygène n’est pas possible par analyse élémentaire au MEB (...)

11Le système chimique décrit par l’ensemble des résultats obtenus sur les 32 prélèvements apparaît donc bien différent de ce qui a pu être proposé jusqu’à présent dans la littérature18. Nous sommes en effet ici en présence d’un pigment vert au cuivre, aujourd’hui largement dégradé, obtenu par une synthèse à partir de bronze et contenant initialement plusieurs phases, dont certaines riches en chlore et/ou en soufre. Les proportions des éléments Cu/Cl/S19 (tableau 2), mesurées dans chacune des couches vertes, varient sensiblement au sein du corpus et parfois même entre les échantillons provenant d’un même ensemble funéraire. Malgré la variabilité des compositions élémentaires identifiées, un même cortège d’éléments chimiques est présent quel que soit l’échantillon analysé. Il est donc possible d’affirmer que tous les pigments verts des cercueils du corpus ont été obtenus par un même procédé de synthèse. Or, aucun pigment vert connu ne peut expliquer à lui seul les proportions mesurées des différents éléments. Le matériau originel correspondrait donc à une association d’au minimum trois phases au cuivre : une majoritaire riche en cuivre, carbone et oxygène, et deux phases minoritaires, l’une à base de cuivre et de chlore, l’autre de cuivre et de soufre. Toutes trois seraient obtenues lors d’un seul et même processus de synthèse.

Tableau 2. Pourcentages massiques en éléments Cu, Cl et S, après normalisation à 100 %, pour 8 échantillons

Échantillon

Cu ( %)

Cl ( %)

S ( %)

N 2562 Cu2

87

9

2

E 13037 Cu5

65

21

8

AF 95 Cu1

78

17

3

AF 9593 Co4

66

25

4

E 18840 Co16

65

23

2

E 18840 Co17

62

21

3

AF 9592 Cu7

59

17

23

AF 9592 Cu8

72

17

4

(Les analyses par MEB-EDS ont été réalisées sur des zones de 2000 µm2 à un peu plus de 10000 µm2.)

12En conséquence, la notion de « mélange » pouvant faire référence à un acte délibéré de l’artisan, ce terme ne sera pas employé dans la suite du propos. Malgré la présence possible de plusieurs phases initiales, il sera préféré les expressions « association de phases » ou « pigment/matériau vert originel » pour décrire la matière picturale utilisée sur les cercueils en vue de réaliser les motifs verts.

Compréhension des processus chimiques en jeu

13La complexité du système étudié réside principalement dans le caractère dégradé des matériaux, rendant malheureusement impossible l’identification des phases initiales. Lors des analyses structurales, il n’a pas été possible de caractériser avec certitude d’autres phases au cuivre que les oxalates, ce qui pourrait montrer que les différentes phases initiales constituant le pigment originel ont été totalement transformées par l’action de l’acide oxalique produit lors de l’altération du liant. Les données extraites des analyses nous permettent ainsi de proposer un schéma réactionnel rendant compte d’une évolution de composition au cours du temps (fig. 6).

Fig. 6. Schéma-bilan des connaissances et interrogations sur la nature et l’origine des matériaux verts aujourd’hui présents sur les cercueils à fond jaune de la XXIe dynastie égyptienne

Fig. 6. Schéma-bilan des connaissances et interrogations sur la nature et l’origine des matériaux verts aujourd’hui présents sur les cercueils à fond jaune de la XXIe dynastie égyptienne

© L. Brunel-Duverger.

  • 20 Pagès-Camagna, 1999.
  • 21 Colinart et al., 1998.

14Pour comprendre les processus de fabrication et ceux de l’altération du matériau vert, les résultats obtenus ont été mis en perspective avec les connaissances que nous avons de la culture antique égyptienne. En effet, seuls deux pigments synthétiques à base de cuivre et de couleur verte sont connus à ce jour comme faisant partie de la palette du peintre égyptien. Il s’agit du vert égyptien20 et du vert-de-gris21. Le premier est un silicate de cuivre obtenu par une synthèse thermique, le second est un mélange d’acétates de cuivre obtenu par une réaction chimique. En ce qui concerne le vert égyptien, pigment vitrifié, les couches vertes ne contiennent pas suffisamment de silicium (entre 0,5 et 1,5 % élémentaire massique) par rapport au cuivre pour attester de sa présence en tant que phase majoritaire du pigment vert initial. Si on envisage le vert-de-gris comme phase majoritaire du pigment initial, la présence des chlorures et des sulfates de cuivre ne peut être expliquée par sa synthèse. Or, leur présence en faibles proportions dans les couches vertes (quelques pourcents) semble montrer qu’il ne s’agit pas d’un ajout, mais d’une formation conjointe lors de la synthèse. Ce point permet donc d’exclure le vert-de-gris comme phase majoritaire.

  • 22 Étude thermodynamique menée dans le cadre du stage de Master 2 de Elie Trémoureux, réalisée avec le (...)
  • 23 Robbiola, 1990.

15Les pigments verts mis en œuvre pour la réalisation des cercueils à fond jaune de la XXIe dynastie sont donc le produit d’un procédé de synthèse maîtrisé par les artisans égyptiens qui n’avait jamais été mis en évidence jusqu’à présent. Les phases au cuivre qui auraient pu être utilisées comme pigment vert, et qui ont pour caractéristiques d’être obtenues à partir de bronze et de pouvoir se transformer en oxalates de cuivre, sont peu nombreuses. À partir des études thermodynamiques22, il apparaît probable que le pigment initial ait été composé d’une association de carbonates de cuivre, de chlorures de cuivre et de sulfates de cuivre, ces trois espèces ayant la capacité à être dégradées en oxalates de cuivre. De plus, ces trois matériaux sont des produits de corrosion de bronze qui, en contexte naturel, se trouvent associés à de nombreuses autres phases23. Il est donc envisageable que les artisans égyptiens produisaient leur pigment vert par une corrosion contrôlée de bronzes en précipitant préférentiellement des carbonates de cuivre sous la forme de malachite, laquelle était alors associée dans des proportions variables à des chlorures et à des sulfates de cuivre. La variabilité des compositions des pigments verts employés sur les différents cercueils du corpus (fig. 7 a-d) serait à l’image de la variabilité des recettes permettant la fabrication de ce matériau vert. Chacune des trois phases constitutives du pigment initial possède une nuance de vert précise. Une variation de leur proportion (due à des recettes différentes) a donc une incidence directe sur la teinte finale du pigment vert. Il peut ainsi être envisagé que chaque recette permettait l’obtention d’une teinte bien spécifique, devenant alors caractéristique d’un atelier de production, voire d’un artisan.

Fig. 7 a-d. Observations au microscope optique de coupes stratigraphiques de prélèvements verts réalisés sur les objets (voir tableau 1)

Fig. 7 a-d. Observations au microscope optique de coupes stratigraphiques de prélèvements verts réalisés sur les objets (voir tableau 1)

a. N 2562-Cu2 ; b. AF 9593-Co4 ; c. AF 9592-Cu7 ; d. E 18840-Co16.

© C2RMF/L. Brunel-Duverger.

Conclusion

  • 24 Niwinski, 1995.
  • 25 Daressy, 1909 ; Dawson, Strudwick, 2016.

16La Troisième Période intermédiaire met fin à l’époque Ramesside, mais aussi au Nouvel Empire considéré comme la période la plus prospère de l’histoire de l’Égypte antique. Au début de la XXIe dynastie, les prêtres au pouvoir dans la région de Thèbes sont à l’origine d’un retour à des valeurs plus traditionnelles en opposition au faste des dynasties précédentes24. Cela se trouve retranscrit dans la matérialité des productions thébaines, où est essentiellement constaté un emploi de matériaux locaux. Les essences de bois étrangères destinées à la fabrication des supports se font alors extrêmement rares et les artisans doivent redoubler d’imagination pour pérenniser les rites funéraires liés à la culture matérielle égyptienne, ce qui entraîne des formes de recyclage25. Tout comme les structures en bois, les matériaux verts employés sur les cercueils sont le produit de réutilisation de matières premières, puisqu’ils sont obtenus par transformation de bronzes. Les analyses réalisées sur les pigments verts employés sur les cercueils du corpus donnent une première appréciation de la variabilité des recettes de fabrication à l’origine de chacun d’entre eux. Chaque recette correspondrait ainsi à une teinte verte bien particulière. Il pourrait être intéressant de lier cette pratique de recyclage aux notions symboliques de renaissance et de régénération qui sont associées, dans les croyances égyptiennes, à la couleur verte. Ces objets, qui constituent la dernière enveloppe du défunt pour son voyage dans l’autre monde, ne peuvent être véritablement dissociés du caractère symbolique qu’ils véhiculent, où chaque couleur, chaque matériau est empreint d’une double fonction : esthétique et symbolique.

17Cette étude a permis d’obtenir de nouvelles connaissances sur la production des cercueils à fond jaune, mais aussi sur des pratiques artisanales de l’Égypte antique. Seule une étude à plus large échelle nous permettra d’identifier des groupes de cercueils présentant les mêmes caractéristiques et pouvant ainsi être attribués à un atelier de production.

Nous tenons à remercier tout particulièrement Hélène Guichard, Caroline Thomas et Patricia Rigault du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre non seulement pour l’accès aux objets, mais aussi pour leur aide et soutien sans faille, ainsi que pour leurs conseils avisés tout au long de ce travail.
Merci également à Maroussia Duranton et Sigrid Mirabaud du laboratoire du département des Restaurateurs de l’Institut national du patrimoine pour l’accès à l’imageur IRTF, ainsi qu’à Alexandre Michelet de la société PerkinElmer pour son aide précieuse dans le dépouillement des données. Un remerciement tout particulier est adressé à Eddy Foy de l’Institut Rayonnement-Matière de Saclay (Iramis-CEA) pour l’aide aux analyses par DRX.

Haut de page

Bibliographie

Amenta A, Guichard H. (eds.), 2017, Proceedings First Vatican Coffin Conference (19-22 June 2013), 2 vol., Edizioni Musei Vaticani, Città del Vaticano.

Banik G., 1989, “Discoloration of green copper pigments in manuscripts and works of graphic arts”, Restaurator, 10, p. 61-73.

Banik G., Stachelberger H., Wachter O., 1982, “Investigation of the destructive actions of copper pigments on paper and consequences for conservation”, Science and Technology in the Service of Conservation, p. 75-78.

Barbotin C., 2014, « Couleur, matériau et lumière : la pensée chromatique dans l’Égypte ancienne », Technè, 40, p. 23-29.

Castro K., Sarmiento A., Martinez-Arkarazo I., Madariaga J. M., Fernandez L. A., 2008, “Green copper pigments biodegradation in cultural heritage : from malachite to moolooite, thermodynamic modeling, X-Ray fluorescence, and Raman evidence”, Anal. Chem., 80, p. 4103-4110.

Colinart S., Aubert M.-F., Cortopassi R., 1998, « Peinture à l’encaustique : un portrait du Fayoum. Portait funéraire de femme », Technè, 7, p. 45-48.

Dandrau A., 1999, « La Peinture murale minoenne, I. La Palette du peintre égéen et égyptien à l’Âge du Bronze. Nouvelles données analytiques », Bulletin de Correspondance Hellénique, 123, p. 1-41.

Daressy G., 1909, Catalogue général des Antiquités égyptiennes du musée du Caire (CGC n° 61001 - 61044). Cercueils des cachettes royales, IFAO, Le Caire, p. 171-196, pl. LIV-LVII.

Dawson J., Strudwick H., 2016, Death on the Nile. Uncovering the afterlife of Ancient Egypt, The Fitzwilliam Museum, Cambridge, p. 182-189.

Gunn M., Chottard G., Rivière E., Girerd J.-J., Chottard J.-C., 2002, “Chemical reactions between copper pigments and oleoresinous media”, Studies in Conservation, 47, p. 12-23.

Lluveras A., Boularand S., Andreotti A., Vendrell-Saz M., 2010, “Degradation of azurite in mural paintings : distribution of copper carbonate, chlorides and oxalates by SRFTIR”, Applied Physics A, 99, p. 363-375.

Mathieu B., 2009, « Les couleurs dans les textes des pyramides : approche des systèmes chromatiques », ENIM, 2, p. 25-52.

Middleton A., 1999, “Polychromy of some fragments of painted relief from El-Bersheh”, in W.V. Davies (ed.), Studies in Egyptian Antiquities. A Tribute to T.G.H. James, British Museum Occasional Paper, 123, British Museum Press, London, p. 37-44.

Niwinski A., 1988, 21st Dynasty coffins from Thebes – Chronological and typological studies, von Zabern, Mainz am Rhein.

Niwinski A., 1995, « Le passage de la XXe à la XXIIe dynastie : chronologie et histoire politique », BIFAO, 95, p. 329-360.

Pagès-Camagna S., Colinart S., 2003, “The Egyptian green pigment : its manufacturing process and links to Egyptian blue”, Archaeometry, 45, p. 637-658. 

Pérez-Alonso M., Castro K., Madariaga J.M., 2006, “Investigation of degradation mechanisms by portable Raman spectroscopy and thermodynamic speciation : the wall painting of Santa Maria de Lemoniz (Basque country, North of Spain)”, Analytica Chima Acta, 571, p. 121-128.

Schiegl S., Weiner K. L., El Goresy A., 1992, “The diversity of newly discovered deterioration patterns in Ancient Egyptian pigments : consequences to entirely new restoration strategies and to the Egyptological colour symbolism”, in P. Vandiver, J. Druzik, G. Segan Wheeler and I. Freestone (eds.), Materials issues in art and archeology III, Proceedings (San Francisco, 27 April-1st May 1992), vol. 267, Materials Research Society, Pittsburgh, p. 831-858.

Scott D., 2016, “A review of Ancient Egyptian pigments and cosmetics”, Studies in Conservation, 61, p. 185-201.

Svarcova S., Hradil D., Hradilova J., Koci E., Bezdicka P., 2009, “Micro-analytical evidence of origin and degradation of copper pigments found in Bohemian gothic murals”, Analytical and Bioanalytical Chemistry, 395, p. 2037-2050.

Tiradritti F., 2007, Les Peintures murales égyptiennes, Citadelles & Mazenod, Paris.

Zoppi A., Lofrumento C., Mendes N. F. C., Catellucci E. M., 2010, “Metal oxalates in paints : a Raman investigation on the relative reactivities of different pigments to oxalic acid solutions”, Analytical and Bioanalytical Chemistry, 397, p. 841-849.

Documents inédits

Brunel-Duverger L., 2020, Couleurs et techniques des cercueils à fond jaune de la XXIe dynastie : de l’origine des pigments à leur altération. Thèse de doctorat, CY Cergy Paris Université.

Pagès-Camagna S., 1999, Propriétés physico-chimiques d’un pigment vert synthétique égyptien. Couleur, structure. Recherche des techniques d’élaboration. Thèse de doctorat, université Paris-Est Marne-la-Vallée.

Robbiola L., 1990, Caractérisation de l’altération de bronzes archéologiques enfouis à partir d’un corpus d’objets de l’Âge du Bronze. Mécanismes de corrosion. Thèse de doctorat, université Pierre-et-Marie-Curie, Paris VI.

Haut de page

Notes

1 Tiradritti, 2007 ; Mathieu, 2009 ; Barbotin, 2014.

2 Pagès-Camagna, 1999 ; Pagès-Camagna, Colinart, 2003.

3 Dandrau, 1999 ; malachite (Cu2CO3(OH)2), chrysocolle ((Cu,Al)2H2Si2O5(OH)4·nH2O), atacamite (Cu2Cl(OH)3), vert-de-gris ([Cu(CH3COO)2]x [Cu(OH)2]y, nH2O), vert égyptien (phase vitreuse sodique emprisonnant des cristaux de parawollastonite (CaSiO3) contenant jusqu’à 2 % d’impuretés de cuivre).

4 Scott, 2016.

5 Niwinski, 1988.

6 Amenta, Guichard, 2017.

7 Brunel-Duverger, 2020, p. 87-117.

8 Les prélèvements mesurent rarement plus de 1 mm².

9 MEB FEG JEOL 7800F, 6 kV, distance de travail 6 mm, mode gentle beam qui permet de polariser négativement la surface de l’échantillon, réduisant à la fois les dégâts d’irradiation et les effets de charge, métallisation des coupes au platine, 0,8 nm.

10 Gunn et al., 2002 ; Svarcova et al., 2009.

11 IRTF ATR sur écailles Bruker Tensor, cristal diamant, gamme spectrale 4000-400 cm-1, résolution 4 cm-1, 60 scans ; cartographie IRTF PerkinElmer Spotlight 400 mode ATR imaging cristal Ge, gamme spectrale 4000-700 cm-1, résolution 4 cm-1, taille de pixel 1,56 µm, 2 scans par pixel.

12 DRX sur écailles ; générateur rayons X Rigaku Ru-200 BH à anode tournante de Mo (raie Kα à λ = 0,709 Å, E = 17,45 keV). Les analyses réalisées à 55 kV et 21 mA, avec un diamètre de faisceau 100 µm (Iramis-CEA).

13 Pérez-Alonso et al., 2006 ; Castro et al., 2008.

14 Lluveras et al., 2010 ; Zoppi et al., 2010.

15 Identification du liant, Brunel-Duverger, 2020, p. 278.

16 Banik et al., 1982 ; Banik, 1989 ; Schiegl et al., 1992 ; Middleton, 1999.

17 MEB FEI Philips XL 30 CP, 20 kV, 80 µA, distance de travail 10 mm, métallisation des coupes au carbone.

18 Banik et al., 1982 ; Banik, 1989 ; Schiegl et al., 1992 ; Middleton, 1999.

19 La quantification des éléments carbone et oxygène n’est pas possible par analyse élémentaire au MEB-EDS ; cependant, ces éléments sont bel et bien présents dans la couche verte.

20 Pagès-Camagna, 1999.

21 Colinart et al., 1998.

22 Étude thermodynamique menée dans le cadre du stage de Master 2 de Elie Trémoureux, réalisée avec le logiciel de simulation Medusa chemical equilibrium en se basant sur les publications de Castro et al., 2008, et de Zoppi et al., 2010 ; voir Brunel-Duverger, 2020, p. 315-332.

23 Robbiola, 1990.

24 Niwinski, 1995.

25 Daressy, 1909 ; Dawson, Strudwick, 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Imagerie VIS de l’ensemble funéraire complet du prêtre Soutymès, comprenant un cercueil extérieur (cuve-couvercle ; 2,11 m), un cercueil intérieur (cuve-couvercle ; 1,89 m) et une couverture de momie (1,75 m), Thèbes-Ouest, probablement aux environs du temple de Deir el-Medineh ; XXIe dynastie
Légende Musée du Louvre, collections du département des Antiquités égyptiennes (inv. N 2609-N 2610).
Crédits © Musée du Louvre, dist. RMN-GP/G. Poncet.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/7451/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 2. Schéma récapitulatif de la méthodologie mise en place pour l’étude archéométrique
Crédits © L. Brunel-Duverger.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/7451/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 3. Schéma général de la mise en œuvre et de la mise en couleur des cercueils à fond jaune de la XXIe dynastie égyptienne
Crédits © L. Brunel-Duverger.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/7451/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 4 a-b. Images MEB mode BSE de grains verts altérés
Légende a. Échantillon AF 9593 Co4 présentant en 1 une couronne externe, en 2 une couronne intermédiaire et en 3 un cœur de grain compact ; b. Échantillon AF 9590 Co5 présentant un fantôme de grain losangique composé d’un agglomérat de petits grains.
Crédits © C2RMF/L. Brunel-Duverger.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/7451/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 5 a-c. a et b : cartographies MEB-EDS des éléments cuivre (Cu) et chlore (Cl) réalisées sur l’échantillon E 18840 Co17 dont la coupe stratigraphique observée au microscope optique est présentée en c
Légende Couche 1 : préparation blanche ; couche 2 : couche verte ; couche 3 : vernis.
Crédits © C2RMF/L. Brunel-Duverger.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/7451/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 6. Schéma-bilan des connaissances et interrogations sur la nature et l’origine des matériaux verts aujourd’hui présents sur les cercueils à fond jaune de la XXIe dynastie égyptienne
Crédits © L. Brunel-Duverger.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/7451/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 7 a-d. Observations au microscope optique de coupes stratigraphiques de prélèvements verts réalisés sur les objets (voir tableau 1)
Légende a. N 2562-Cu2 ; b. AF 9593-Co4 ; c. AF 9592-Cu7 ; d. E 18840-Co16.
Crédits © C2RMF/L. Brunel-Duverger.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/7451/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucile Brunel-Duverger, Yvan Coquinot, Nancy Brodie-Linder et Sandrine Pagès-Camagna, « Les pigments verts en Égypte au début de la Troisième Période intermédiaire : de l’objet à l’artisan »Technè, 50 | 2020, 10-18.

Référence électronique

Lucile Brunel-Duverger, Yvan Coquinot, Nancy Brodie-Linder et Sandrine Pagès-Camagna, « Les pigments verts en Égypte au début de la Troisième Période intermédiaire : de l’objet à l’artisan »Technè [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/techne/7451 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.7451

Haut de page

Auteurs

Lucile Brunel-Duverger

Post-doctorante, C2RMF (lucile.brunel[at]culture.gouv.fr).

Yvan Coquinot

Ingénieur de recherche, C2RMF (yvan.coquinot[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Nancy Brodie-Linder

Professeur associé, laboratoire BIOCIS UMR 8076 équipe Chimie Biologique, CY Cergy Paris Université (nancy.brodie-linder[at]cyu.fr).

Sandrine Pagès-Camagna

(†) Ingénieur de recherche, C2RMF.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search