Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50I. CorpusCouleurs et luminosités des miroi...

I. Corpus

Couleurs et luminosités des miroirs (xviiie-xixe siècles) : objets fantômes versus objets conservés ?

Colours and luminosity of mirrors (18th-19th centuries): phantom objects versus preserved objects ?
Christophe Meslin
p. 38-47

Résumés

Cet article traite de la démocratisation française des miroirs, débutée au xviiie siècle et considérablement accentuée durant le siècle suivant, à partir du croisement entre deux types de corpus : d’une part, un corpus constitué d’archives variées, notamment technologiques et scientifiques, et d’autre part, un corpus constitué de cinquante-sept miroirs provenant de collections publiques et privées qui ont été analysés par spectrophotométrie de réflectance grâce à un partenariat avec le Centre de recherche sur la conservation. Dans une démarche interdisciplinaire mais initiée par de premières pistes historiques, il s’agit de restituer ici une enquête sur les disparités de qualité des miroirs des xviiie et xixe siècles, en particulier celles de leur couleur (ou neutralité) et de leur luminosité (du sombre au clair), tout en s’interrogeant sur les discordances ou recoupements entre les miroirs anciens décrits dans le passé et les miroirs anciens parvenus jusqu’à nous.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a bénéficié du soutien du LabEx Patrima Investissement d’avenir ANR-10-LABX-0094-01 – Fondation des Sciences du Patrimoine.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2022.

Plan

Introduction
Démocratisation et patrimonialisation des miroirs : deux phénomènes concomitants
Corpus et représentativité
La couleur des reflets
La luminosité des miroirs
Conclusion

Aperçu du texte

Aujourd’hui, un simple ouvrier pour ses trente centimes, et tout en prenant son café, se mire dans des glaces que Louis XIV n’aurait pu se procurer, que Venise n’aurait pu fabriquer.
À propos de l’inauguration de la salle de café-concert du Ba-Ta-Clan, février 1865.

Introduction

Aujourd’hui, chacun peut disposer de miroirs, grands ou petits, aux qualités standardisées. Ces miroirs contemporains réfléchissent généralement plus de 90 % de la lumière qu’ils reçoivent et présentent un reflet avec une forte fidélité colorimétrique résultant d’une grande neutralité du médium, tant pour le verre que pour la surface réfléchissante appliquée. Aussi est-il difficile de se représenter les disparités de qualité que pointent les sources écrites pour les miroirs des xviiie et xixe siècles.

Au cours de cette période, la production et la consommation de miroirs ont connu de fortes évolutions, comme le suggère la citation qui figure en exergue de cet article. C’est ce qu’a montré une thèse consacrée à ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Meslin, « Couleurs et luminosités des miroirs (xviiie-xixe siècles) : objets fantômes versus objets conservés ? »Technè, 50 | 2020, 38-47.

Référence électronique

Christophe Meslin, « Couleurs et luminosités des miroirs (xviiie-xixe siècles) : objets fantômes versus objets conservés ? »Technè [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/techne/7628 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.7628

Haut de page

Auteur

Christophe Meslin

Chercheur associé au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, université Paris-Saclay – université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (meslin-christophe[at]bbox.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Technè. La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search