Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50III. Conservation-restaurationConnaître, documenter et conserve...

III. Conservation-restauration

Connaître, documenter et conserver la photographie de studio indienne : l’exploration d’un fonds photographique d’Inde du Sud

Documenting and preserving Indian studio photography: exploration of a photographic collection from South India
Élodie Loprin, Romain Perez, Édith Szafran, Anne Cartier-Bresson, Vanessa Caru, Zoé Headley et Anne-Julie Etter
p. 92-103

Résumés

Deux pans importants de la photographie en Inde sont encore peu ou mal connus : l’histoire de la photographie commerciale de studio et les conditions de conservation des matériaux photographiques, dans un contexte climatique propice à leur dégradation. Un fonds récemment constitué à partir d’archives de studios photographiques du Tamil Nadu (Inde du Sud) éclaire ces deux thématiques. Il permet d’étudier la production et la consommation courantes de photographie en Inde aux périodes coloniale et postcoloniale. Il soulève également des problématiques particulières de conservation, soulignant l’importance et l’intérêt de croiser les regards et les expertises sur cet objet d’étude.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a bénéficié du soutien de l’École universitaire de recherche PSGS HCH Humanités, Création, Patrimoine, Investissement d’Avenir ANR-17-EURE-0021 – Fondation des Sciences du Patrimoine.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2022.

Plan

La photographie de studio en Inde : création d’un fonds d’archives inédit
Fonds d’archives numérique
Collection physique d’images
Analyser et sauvegarder le corpus : les apports de la conservation-restauration
Techniques et procédés de production
Conditions de conservation
Conclusion

Aperçu du texte

La photographie est arrivée en Inde – alors sous domination britannique – de manière précoce, voire quasi concomitante aux évolutions qui ont lieu en Europe. Du matériel pour daguerréotypes est vendu à Calcutta dès janvier 1840, tandis que le premier studio photographique professionnel ouvre ses portes à Bombay en 1850. À la différence de ce qui se passe dans d’autres espaces colonisés, les photographes indiens s’approprient très rapidement cette technique. Le plus célèbre pour la période est Lala Deen Dayal (1844-1905). Pour autant, le développement de la photographie en Inde répond à des caractéristiques particulières. La situation d’exploitation et de dépendance économique dans laquelle est maintenue la colonie fait que le matériel photographique doit être importé et, par conséquent, demeure coûteux. Au lendemain de l’Indépendance, les fortes taxes mises en place pour freiner les importations et permettre le développement du pays ont pour conséquence de limiter la diffusion des a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Loprin, Romain Perez, Édith Szafran, Anne Cartier-Bresson, Vanessa Caru, Zoé Headley et Anne-Julie Etter, « Connaître, documenter et conserver la photographie de studio indienne : l’exploration d’un fonds photographique d’Inde du Sud »Technè, 50 | 2020, 92-103.

Référence électronique

Élodie Loprin, Romain Perez, Édith Szafran, Anne Cartier-Bresson, Vanessa Caru, Zoé Headley et Anne-Julie Etter, « Connaître, documenter et conserver la photographie de studio indienne : l’exploration d’un fonds photographique d’Inde du Sud »Technè [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/techne/8117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.8117

Haut de page

Auteurs

Élodie Loprin

Élève-restaurateur en photographie, Institut national du patrimoine (elodie.loprin[at]inp.fr).

Romain Perez

Élève-restaurateur en photographie, Institut national du patrimoine (romain-jean-andrea.perez[at]inp.fr).

Édith Szafran

Élève-restaurateur en photographie, Institut national du patrimoine (edith.szafran[at]inp.fr).

Anne Cartier-Bresson

Responsable de la section Photographie et Image numérique au département des Restaurateurs de l’Institut national du patrimoine (anne.cartier-bresson[at]inp.fr).

Vanessa Caru

Chargée de recherche au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud, CNRS-EHESS (vanessa.caru[at]ehess.fr).

Zoé Headley

Chargée de recherche au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud, CNRS-EHESS (zoeheadley[at]gmail.com).

Anne-Julie Etter

Maîtresse de conférences, CY Cergy Paris Université (anne-julie.etter[at]cyu.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Technè. La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search