Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50III. Conservation-restaurationHistoire des pratiques de comblem...

III. Conservation-restauration

Histoire des pratiques de comblement de lacunes d’objets en plâtre : le cas de la collection de cadres du xixe siècle et la collection de statuaire moulée de la gypsothèque du musée du Louvre

The history of methods of filling in holes in plaster objects: the case of the collection of 19th-century frames and the gallery of plaster casts at the Louvre
Juliette Robin Dupire, Anne-Solenn Le Hô, Charlotte Chastel-Rousseau, Élisabeth Le Breton, Sigrid Mirabaud, Yannick Mélinge et François Pernot
p. 104-113

Résumés

L’article présente les premières recherches du projet REMuPlât, qui s’intéresse aux matériaux de comblement des œuvres en plâtre, à travers l’étude de deux corpus du musée du Louvre, la gypsothèque et la collection de cadres du xixe siècle. Il a pour but d’affiner les connaissances sur le matériau plâtre et d’approfondir la recherche sur les formulations de comblement. L’étude de ces collections de tirages et de cadres à décor moulé révèle des changements de valeurs et de statuts, pouvant être mis en parallèle avec des méthodes de conservation-restauration. Ainsi trois grandes périodes de pratiques de comblement peuvent être dégagées. On observe alors la modification et l’adaptation des traitements, notamment par le choix de matériaux distincts, suivant la patrimonialisation des artefacts et l’évolution des critères déontologiques.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a bénéficié du soutien de l’École universitaire de recherche PSGS HCH Humanités, Création, Patrimoine, Investissement d’Avenir ANR-17-EURE-0021 – Fondation des Sciences du Patrimoine.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Lopez, 2016 ; Spini, 2017.

1Les collections muséales en plâtre sont nombreuses et variées : statues et moules, cadres avec des ornements en plâtre, médailles, modèles anatomiques, tirages de collections d’histoire naturelle... Généralement moins considérés que d’autres typologies d’objets, les plâtres ne suscitèrent pas toujours dans le passé un intérêt suffisant pour leur bonne conservation. De plus, le matériau est fragile d’un point de vue mécanique, peu résistant en cas de choc ou de chute. Ainsi les œuvres présentent bien souvent des pertes de matière et des lacunes. Ces altérations requièrent des interventions de comblement et parfois de restitution, nécessitant l’apport de matériaux exogènes. Actuellement, le choix du matériau de restauration est adapté aux besoins des objets, mais cela n’a pas toujours été le cas. D’une façon générale, toutes spécialités confondues, les protocoles de conservation-restauration se sont affinés au fil du temps grâce aux travaux de recherche. Il en va de même pour le plâtre, avec toutefois des chronologies qui diffèrent selon les typologies d’objets. En 2016 et 20171, des études ont porté sur l’élaboration de matériaux détectables pour la restauration de cadres datant du xixe siècle dont les ornements en plâtre étaient mis en œuvre par moulage. Le travail de É. Lopez en 2016 portait sur la recherche de matériaux discernables pour la restitution des lacunes, en ciblant une approche la plus respectueuse possible de la déontologie actuelle. Les essais de caractérisations de ces matériaux ont été poursuivis par H. Spini en 2017. Les résultats prometteurs, mais difficiles à rattacher à la pratique professionnelle de la conservation-restauration, ont encouragé l’élargissement de la recherche à d’autres collections muséales.

2Le projet REMuPlât mené dans le cadre d’un doctorat a débuté en 2019 afin de poursuivre les pistes déjà évoquées, mais dans une approche plus globale. Deux vastes collections du musée du Louvre ont été sélectionnées : la statuaire de la gypsothèque et les cadres du xixe siècle. Les matériaux, les techniques de mise en œuvre et les altérations de ces artefacts sont similaires. Mais leurs fonctions, leurs valeurs ainsi que leurs histoires sont distinctes. Les collections ont été valorisées ou revalorisées à des époques variées et les interventions de restauration commanditées en témoignent.

3Ces caractéristiques sont autant de paramètres à mettre en lien pour identifier les pratiques, enrichir les connaissances, alimenter la réflexion sur la déontologie adaptée à ces interventions et ainsi affiner les méthodes de comblement en proposant des matériaux aux caractéristiques bien identifiées, calibrés, et des formulations optimisées.

  • 2 Des entretiens avec les professionnels des deux spécialités ont pu être organisés lors de visites s (...)

4Après un bref rappel du matériau plâtre tel qu’il a été étudié, ou plutôt peu étudié, dans les collections muséales, nous présenterons dans cet article les deux collections d’étude. Puis, à partir des rapports de restauration conservés aux archives du C2RMF, d’entretiens avec des professionnels de la restauration de cadres et de la restauration de statuaire en plâtre et enfin d’un questionnaire soumis aux réseaux de conservateurs-restaurateurs français et étrangers2, nous ferons un bilan des usages et des matériaux de comblement, spécifiquement pour ces collections. Nous pourrons ainsi mettre au jour les tendances observées, en fonction des époques et des typologies d’objets.

Les collections étudiées

Préliminaires

  • 3 Constat formulé par les différents participants aux journées d’études « Stuc et variations. Les stu (...)
  • 4 Le moulage permet d’obtenir des séries de tirages et de nouveaux moules. De nombreux exemplaires pe (...)
  • 5 Marchand, 2015.

5Le plâtre a été largement utilisé au cours des siècles, et ce depuis l’Antiquité, mais il a généralement été jugé « non noble », a souffert d’un manque de valorisation et, par conséquent, d’un déficit d’étude systématique3. En effet, facile à mettre en œuvre mais fragile, il est jugé inférieur quand il est comparé aux matériaux nobles tels que le marbre ; de même, la technique du moulage, permettant la reproduction4, ne jouit pas du prestige de la technique de la taille directe permettant la création d’artefacts uniques5.

  • 6 Foucart, 1987b, p. 60. Toutefois, des mentions plus générales sur les cadres, et particulièrement l (...)
  • 7 Foucart, 1987a, p. 7.
  • 8 Voir les références de Thornton et Wetherall dans le paragraphe 3.7 Compo Ornament cités dans la bi (...)
  • 9 Sur les références bibliographiques depuis le xixe siècle jusqu’aux années 2010, voir Pinatel, 1996 (...)
  • 10 Colloque international sur le moulage, 1988, Le moulage, Colloque international, Actes de colloque (...)
  • 11 Afin d’éviter toute confusion pour mentionner les artefacts, le vocabulaire étant encore fluctuant, (...)
  • 12 Organisation de colloques et publications d’actes comme ceux de H. Lavagne et F. Queyrel, Moulages, (...)
  • 13 Barthe, 2001.
  • 14 Frederiksen, Marchand, 2010.
  • 15 Megens et al., 2011.

6Ainsi, si des publications théoriques traitant des cadres apparaissent dès la fin du xixe siècle6, elles ne concernent que les cadres en bois sculptés et dorés fabriqués aux xviie et xviiie siècles, considérés comme les « beaux cadres », ou les questions liées à l’encadrement, ainsi que le mentionne Jacques Foucart dans son étude critique7. Il faut attendre les années 1980-1990 pour observer des mentions techniques sur les cadres, y compris ceux du xixe siècle. D’après Glover8, les deux premières publications fournissant des descriptions historiques et technologiques sur les matériaux des cadres du xixe siècle sont celles de Thornton en 1985 et Wetherall en 1991. Les œuvres de l’actuelle gypsothèque sont mentionnées dans des inventaires et des articles de revues dès le xixe siècle. Mais c’est surtout à partir des années 1970 que les recherches sur cette collection sont engagées, et ce jusqu’à aujourd’hui. Des études plus générales traitant de cette typologie d’œuvres dans les collections européennes apparaissent à partir des années 1980-19909. En 1987, un colloque international est organisé à Paris10, où la patrimonialisation de ces artefacts est abordée de même que le statut des tirages11, point de départ de rencontres nationales et internationales traitant des œuvres12 ou du matériau, depuis les procédés de fabrication jusqu’aux problématiques de conservation13 en passant par l’histoire des collections depuis l’Antiquité14. Plus récemment, le projet « Conservation of Plaster Collections », mené entre 2010 et 2013 par le Netherlands Institute for Cultural Heritage, a porté sur la caractérisation des matériaux d’un large corpus d’objets moulés en plâtre, dans le but d’établir des liens entre différentes collections15.

Les cadres du xixe siècle

  • 16 Chastel-Rousseau, 2018, p. 56.
  • 17 Chastel-Rousseau, 2018, p. 53.
  • 18 Mitchell, Roberts, 1996.
  • 19 Voir la synthèse sur les terminologies et les recettes dans Lopez, 2016, p. 75.

7La collection des cadres du musée du Louvre, toutes techniques de mise en œuvre confondues, est très riche, avec près de 9 000 pièces16. Le nombre précis de cadres du xixe siècle n’est pas connu, mais cela semble représenter une proportion considérable au sein du musée. Il est notamment possible d’en admirer de nombreux exemplaires dans les salles dédiées à la peinture française de l’aile Sully. Malgré le travail d’inventaire engagé depuis 194417 et poursuivi encore de nos jours, l’histoire de la collection est difficile à retracer. De façon générale, les collections de cadres sont mal connues, notamment en raison du statut de l’artefact. Ils ont longtemps été considérés comme des objets fonctionnels et esthétiques, destinés à protéger et à mettre en valeur l’œuvre qu’ils entourent. De plus, les cadres du xixe ont souffert d’une défaveur. Ils étaient considérés de moindre qualité, cette période étant perçue comme le début du déclin d’un artisanat luxueux avec l’appauvrissement des techniques et une homogénéisation stylistique18. Au xixe siècle, les artisans mettent au point des procédés sériels de fabrication d’ornements par moulage. Pour un tel procédé, la matière est de texture rhéologique plastique, appelée pâte, composition ou compo dans la littérature et par les professionnels19. Les formulations ou « recettes » comprennent des charges telles que du sulfate de calcium ou du carbonate de calcium, liées à la colle animale. Elles varient en proportions et en additifs, modifiant la texture à l’état frais et à l’état durci. Par exemple, l’ajout d’huile rend le mélange plus plastique alors que l’alun permet d’accélérer la prise du plâtre et de rendre le matériau final plus dur. Les ornements sont obtenus par pressage ou coulage dans un moule, puis fixés sur la structure en bois. Après séchage, les détails peuvent être affinés à l’aide de fers à reparer. L’ensemble est généralement recouvert d’un apprêt, une fine couche de colle parfois chargée, puis d’or ou d’autres métaux (fig. 1).

Fig. 1. Détails de trois cadres du xixe siècle conservés en réserve, musée du Louvre

Fig. 1. Détails de trois cadres du xixe siècle conservés en réserve, musée du Louvre

© J. Robin Dupire.

Collection de la gypsothèque

  • 20 C’est notamment à la suite d’actes de vandalisme aux Beaux-Arts en 1969, dans la lignée des événeme (...)
  • 21 Actuelle École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris.
  • 22 Le fonds de l’Institut d’art et d’archéologie correspond au premier fonds de la Sorbonne.
  • 23 Le Breton, 2016 ; Cat. Exp. Rome, 2019, p. 96-99.
  • 24 Pinatel, 1996 ; Martinez, 2016.
  • 25 Moule en plâtre constitué d’une multitude de pièces formant l’empreinte du modèle, réutilisable san (...)
  • 26 Première couche de plâtre coulée dans le moule et prenant son empreinte. Il s’agit alors de la surf (...)
  • 27 Le Dantec, 2019. À partir du xixe siècle, la production du plâtre est de plus en plus normée et sou (...)

8La gypsothèque est une collection d’artefacts moulés, mêlant statuaire, ordres architecturaux, reliefs, médailles et empreintes d’intailles, qui représentent de célèbres modèles antiques (fig. 2). Elle est conservée dans les Écuries du Roi à Versailles depuis les années 197020 et placée sous la responsabilité du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre depuis 2001. Elle comprend près de 5 500 items, résultat de la réunion de trois collections : celles de l’École des Beaux-Arts de Paris21, de l’Institut d’art et d’archéologie22 et du musée du Louvre. Les répliques les plus anciennes ayant été identifiées, comme l’Hercule Farnèse, le Commode en Hercule et le Gaulois Mourant23, datent de la seconde moitié du xviie siècle. Les originaux, généralement en marbre, ne pouvant être acquis par les cours étrangères, ont été moulés afin d’obtenir des répliques en plâtre. Ces œuvres ont été considérées à leur époque comme des substituts de grande valeur et exposées au sein des collections et des musées24. Au début du xxe siècle, ces artefacts sont délaissés, considérés alors comme « non originaux » et perdent de leur valeur. Paradoxalement, c’est après les événements survenus à l’École des Beaux-Arts en 1969 que ces objets vont être revalorisés. Ils bénéficient depuis les années 2000 de campagnes d’études et de restauration. On peut synthétiser les techniques de mise en œuvre de la façon suivante. Les statues semblent généralement issues de moules à pièces25 et peuvent comporter plusieurs coulées de plâtre. Dans certains cas, des armatures de renfort en bois et en métal ont été insérées lors du coulage. Sur les œuvres du xviie siècle, les plus anciennes, les couches de plâtre ont des aspects différents : celles de remplissage sont composées d’un plâtre « grossier » qui contient des impuretés visibles à l’œil telles que des particules de charbon, des grains de plâtre incuits et surcuits, tandis que le plâtre des couches d’impression26 semble présenter moins d’impuretés (fig. 3). Alors que les œuvres les plus récentes, moulées au cours du xxe siècle, ont un plâtre qui paraît plus pur et homogène. Cette différence matérielle, constatée entre les œuvres les plus anciennes et les plus récentes, est très certainement liée à l’évolution des techniques de production qui s’opère à partir du xixe siècle27.

Fig. 2. Vue générale de la gypsothèque du musée du Louvre

Fig. 2. Vue générale de la gypsothèque du musée du Louvre

© J. Robin Dupire.

Fig. 3. Détail des différentes coulées de plâtre de l’assise du Gaulois mourant de la gypsothèque (n° Gy 0249), musée du Louvre

Fig. 3. Détail des différentes coulées de plâtre de l’assise du Gaulois mourant de la gypsothèque (n° Gy 0249), musée du Louvre

© J. Robin Dupire.

Les pratiques de comblement et de restitution

9Les deux typologies d’artefacts présentent des lacunes et des pertes de matière plus ou moins importantes. Elles sont provoquées par des chocs, des pertes d’adhésion et des retraits lors de cycles répétés d’humidification/séchage, ainsi que par des oxydations en présence d’armatures métalliques (fig. 4). Ces altérations sont généralement traitées au moyen de l’intégration d’un nouveau matériau visant à combler la lacune ou à restituer le volume manquant. Pour identifier les matériaux employés au fil du temps et les évaluer, il est nécessaire de croiser différentes méthodes de recueil de données.

Fig. 4. Exemple de cassures, lacunes et pertes de matière de dimensions variables sur une réplique de figure étrusque de la gypsothèque (n° Gy 1587), musée du Louvre

Fig. 4. Exemple de cassures, lacunes et pertes de matière de dimensions variables sur une réplique de figure étrusque de la gypsothèque (n° Gy 1587), musée du Louvre

© J. Robin Dupire.

  • 28 Biesel, Cascio, 1984.
  • 29 Dossiers documentant les interventions menées entre 2001 et 2004 par les restaurateurs du C2RMF sur (...)

10Les archives de la restauration des deux collections étudiées sont à priori très rares. Nous avons donc élargi le champ de la recherche à d’autres collections similaires. Dans le domaine de la statuaire moulée, les premiers documents focalisés sur les restaurations (dossiers d’intervention) semblent apparaître dans les années 1980, ainsi que les premiers diplômes d’écoles de restauration ciblant des problématiques spécifiques au matériau28. Pour identifier les interventions sur la statuaire en général, nous avons consulté une trentaine de dossiers de la documentation du C2RMF datés de la fin des années 1970 aux années 2000. Pour les cadres, des dossiers d’interventions sont archivés à partir des années 2000. Ces archives sont par exemple celles qui documentent la campagne de restauration menée sur les cadres de l’Orangerie29, pour laquelle une quinzaine de dossiers a fourni des informations précises.

11Des entretiens avec les professionnels de la restauration des deux spécialités ont permis d’enrichir les données. Forts de leurs expériences sur les œuvres, ils peuvent transmettre des informations techniques acquises lors des observations, études et interventions. Pour cela, nous avons rencontré les restaurateurs des ateliers du C2RMF et du Louvre, ainsi que les restaurateurs indépendants engagés à la gypsothèque.

12Complétant l’étude des sources textuelles et les entretiens, une enquête a été diffusée auprès des professionnels des deux spécialités pour collecter des données sur les méthodes actuelles et évaluer les tendances. La sélection des contacts en France et à l’étranger a été faite grâce aux référencements dans les annuaires de professionnels, aux réseaux des différents partenaires, aux ateliers de restauration spécialisés des musées et autres institutions. À travers une vingtaine de questions ouvertes et de champs de réponses libres, ce formulaire interrogeait sur les techniques de comblement, en sollicitant une rapide argumentation quant aux choix des méthodes ou des matériaux. Des réponses spécifiques ont ainsi été obtenues. Si le taux de réponse actuel, d’environ 10 %, ne permet pas encore d’établir des conclusions poussées, l’association de ces trois sources a cependant mis en évidence des schémas généraux selon les typologies d’artefacts et selon trois périodes : les pratiques « anciennes », antérieures aux débuts des années 1980, celles des années 1980 aux années 2000 et celles des années 2000 à nos jours.

Pratiques « anciennes »

13La recherche sur les pratiques « anciennes » en statuaire dans la documentation consultée n’ayant pas encore donné de résultat, il faut se reporter aux observations faites par les restaurateurs lors d’études techniques ou d’interventions de conservation-restauration. Les professionnels travaillant à la gypsothèque témoignent de l’utilisation de plâtre frais repris après la prise. Généralement, le comblement a été poncé pour être mis à niveau, le plan d’assemblage est alors très peu visible, mais on constate la perte de l’épiderme du plâtre (fig. 5).

Fig. 5. Détail de plusieurs comblements « anciens » sur le bras de la réplique du Diadumène de la gypsothèque (n° Gy 0265), musée du Louvre

Fig. 5. Détail de plusieurs comblements « anciens » sur le bras de la réplique du Diadumène de la gypsothèque (n° Gy 0265), musée du Louvre

© J. Robin Dupire.

  • 30 Consultés sur la base Eros, il s’agit des dossiers FZ34227, FZ35117, FZ36095, FZ36405, FZ36406, FZ3 (...)
  • 31 La mixtion est une matière huileuse appliquée sur l’apprêt et recevant la feuille d’or.
  • 32 Glover, 2006.

14Pour les cadres, nous avons pu bénéficier d’informations relevées par les restaurateurs lors du chantier de l’Orangerie. Sept dossiers mentionnent la présence de restaurations « antérieures » ou « anciennes » qui font référence à des comblements, sans toutefois identifier le matériau30. Pour cela, il est essentiel là aussi de se rapprocher des restaurateurs qui constatent que les comblements anciens sont pratiqués avec des matériaux similaires à ceux de la mise en œuvre, qualifiés alors de « traditionnels ». Cela peut être un mélange de colle animale et de carbonate de calcium, ou des formulations comprenant du sulfate de calcium. Des comblements faits uniquement au plâtre peuvent être appliqués sur des cadres du xixe siècle, mais aussi sur certains cadres en bois sculpté et doré (fig. 6). Ces comblements sont recouverts soit d’une dorure, en général à la mixtion31, soit de bronzine, un matériau à base de poudre métallique, le plus souvent un alliage de cuivre, imitant l’or, les datant ainsi de la fin du xixe ou du xxe siècle32.

Fig. 6. Exemple d’un traitement « ancien » par comblement et retouche sur un cadre du xixe siècle, musée du Louvre

Fig. 6. Exemple d’un traitement « ancien » par comblement et retouche sur un cadre du xixe siècle, musée du Louvre

© J. Robin Dupire.

Des années 1980 aux années 2000

  • 33 Polyfilla®, Dossiers FZ26536, FZ26356 et référence C2RMF 62082 consultés sur la base Eros.
  • 34 Biesel, Cascio, 1984.
  • 35 Les charges permettent entre autres de teinter le matériau de comblement, de lui donner un aspect p (...)

15Dans la documentation des années 1980-1990, d’autres matériaux apparaissent et complètent la gamme de produits employés auparavant. Des essais et des expérimentations sont menés avec des matériaux chimiquement différents des originaux dans le but de répondre à des critères spécifiques comme la lisibilité de l’intervention, l’adéquation visuelle et esthétique ainsi que la commodité à l’usage. En statuaire, les dossiers de restauration datés de cette période témoignent de l’usage de plâtre et de produits du commerce tels que des enduits de rebouchage prêts à l’emploi33. Dans le cadre d’un mémoire de restauration, des recherches ont été menées pour adapter la formulation des comblements à un besoin spécifique. Confrontées aux problèmes liés à la présence d’armatures métalliques, D. Biesel et A. Cascio34 ont testé différents mélanges de liants (cires, matériaux protéiques, liants minéraux ou encore matériaux synthétiques) et de charges blanches35 (carbonate et sulfate de calcium ou dioxyde de titane). L’usage du plâtre ou d’un liant aqueux, lesquels risquaient d’accentuer la corrosion et les pertes de matière, a ainsi pu être évité.

  • 36 Exemples de matériaux cités lors d’échanges avec les professionnels.

16En restauration de cadres, les formulations « traditionnelles » déjà mentionnées semblent majoritairement employées. Cependant, les restaurateurs de la spécialité témoignent de l’usage d’autres matériaux comme des cires teintées, dorées ou encore des résines époxy modelables, appréciées car différentes du substrat original et aisées à mettre en œuvre36.

Depuis les années 2000

  • 37 L’ajout de carbonate de calcium abaisse la dureté et la résistance du matériau de comblement, s’alt (...)
  • 38 Matériaux cités dans les réponses au formulaire.
  • 39 Modostuc®. Dossier de restauration référence C2RMF 64334 consulté sur la base Eros.

17Dans le domaine de la statuaire, d’après les archives du C2RMF, la littérature spécialisée et les résultats de l’enquête, la gamme de matériaux semble bien définie. On continue d’employer le plâtre, mais il est souvent mélangé à du carbonate de calcium en proportion variable et employé pour des comblements structurels37. Des additifs tels que de la poudre de pierre, des pigments ou encore des adhésifs acryliques et vinyliques sont parfois cités38. Un autre enduit de surface prêt à l’emploi s’ajoute à la liste des produits du commerce. Il est principalement utilisé pour des comblements esthétiques ou de petites dimensions39. Les matériaux sont différents de l’original, tout en ayant des caractéristiques physico-chimiques estimées proches. La démarche d’adapter le matériau de comblement aux paramètres spécifiques de l’œuvre semble généralisée. L’état général, la dangerosité de l’altération, la présence d’armatures métalliques ou de fibres végétales, ou encore le rendu souhaité après restauration sont autant de paramètres pris en compte dans le choix des matériaux.

  • 40 La pâte anglaise contient de la craie, de la colle animale, de l’huile de lin, de la colophane et d (...)
  • 41 Johnson, 2017.
  • 42 Lopez, 2016.
  • 43 Cependant un « or marqué », détectable par spectrométrie de fluorescence X, a été mis en œuvre dans (...)
  • 44 Salimnejad, 2002, 2005 ; Lopez, 2016 ; Spini, 2017.
  • 45 Searle, 2016.
  • 46 Searle, 2016.

18Pour la restauration des cadres, les matériaux « traditionnels » sont encore employés. Toutefois, des recherches et des expérimentations sont menées pour se rapprocher plus encore de la déontologie de la conservation-restauration. Les matériaux « traditionnels » sont ajustés au cas par cas ou additionnés de marqueurs. Lors d’un travail récent sur un cadre en pâte anglaise40, des restitutions d’ornement ont été moulées en plâtre seul41. Ou encore, des comblements à base de colle et de carbonate de calcium ont été mélangés à de l’hydroxypropylcellulose sur un cadre comportant des ornements en plâtre42. D’autres recherches ont porté sur le développement de matériaux détectables à la radiographie en raison de la différence de densité des matériaux. Cette propriété est particulièrement intéressante puisque les comblements recouverts de feuilles métalliques sont impossibles à identifier à l’œil43. Des charges radio-opaques telles que les oxydes de zinc, de bismuth et de baryum ont été testées et utilisées44. En restauration de cadres, l’association des matériaux « traditionnels » et « non traditionnels » est considérée comme complémentaire45. En effet, les matériaux « traditionnels » offrent une bonne compatibilité physico-chimique et mécanique avec le substrat original. Ils peuvent être employés par exemple quand le cadre est très altéré ou quand différents matériaux des restaurations antérieures sont déjà présents46. Les matériaux « non traditionnels », définis comme différents de l’original, permettent eux une distinction claire des substrats en cas d’analyses.

19Au sein des deux spécialités, les pratiques semblent dépendre de nombreux paramètres que nous avons évoqués brièvement ici et qu’il nous reste encore à approfondir (tableau 1).

Tableau 1. Principaux matériaux de comblement et de restitution couramment rencontrés

Matériaux et applications

Époques

Raisons

Collections

Références

Plâtre seul

Antérieurs aux années 1980 –actuellement

Adéquation des substrats, pratiques « traditionnelles », renforts structurels.

Statuaire et cadres

Observations des professionnels.
Réponses à l’enquête.
Publication : Johnson, 2017.
Dossiers C2RMF 62082 et FZ26356.

Colle animale + carbonate de calcium

Antérieurs aux années 1980 – actuellement

Adéquation des substrats, pratiques « traditionnelles ».

Cadres

Dossiers FZ34158, FZ36405, FZ36408…

« Composition » ou « pâte »

Antérieurs aux années 1980 – actuellement

Adéquation des substrats, pratiques « traditionnelles ».

Cadres

Observations des professionnels

Plâtre et carbonate de calcium

À partir des années 2000

Adéquation des substrats, différenciation des substrats originaux et de restauration, dureté et résistance inférieures.

Statuaire

Réponses à l’enquête

Polyfilla®

À partir des années 1980

Praticité, accessibilité du produit.

Statuaire

Dossiers FZ26536,
FZ36823, C2RMF 60691…

Modostuc®

À partir des années 2000

Praticité, accessibilité du produit, se retravaille facilement, dureté et résistance inférieures.

Statuaire

Réponses à l’enquête.
Dossier C2RMF 64334.

Résine époxy modelable Araldite® (type Renpaste HV/SV 36 ou 427)

À partir des années 1980

Praticité, différenciation des substrats originaux et de restauration, renforts structurels.

Cadres

Discussions avec les professionnels.
Dossiers FZ36406, FZ36407, FZ36408…

Cires

À partir des années 1980

Praticité et bons résultats esthétiques – bouchages et retouches simultanés.

Cadres

Discussions avec les professionnels. Dossiers FZ36405 et FZ36408.

Ajouts de pigments, poudres de pierre ou autres charges, liants (acryliques, vinyliques…)

À partir des années 1980 – actuellement

Personnalisation des produits et adaptations aux contraintes spécifiques des œuvres, différenciation des substrats originaux et de restauration.

Statuaire et cadres

Discussions avec les professionnels.
Réponses à l’enquête.

Ajouts de charges radio-opaques

À partir des années 2000

Différenciation des substrats originaux et de restauration.

Cadres

Publications : Salimnejad, 2002 et 2005 ; Lopez, 2016 ; Spini, 2017.

Conclusion et perspectives

20La recherche dans la documentation ainsi que les échanges avec les professionnels, à travers les discussions et les réponses à l’enquête, nous ont permis d’identifier les matériaux employés pour la restauration et de constater l’évolution des procédés, depuis l’usage de matériaux identiques aux originaux à celui de matériaux discernables ou détectables. Ceci révèle une dynamique dans la recherche de traitements adaptés, qui semble s’inscrire dans le sillage de la patrimonialisation des artefacts.

21Le projet REMuPlât se poursuit selon deux axes : l’identification et la caractérisation des matériaux de comblement anciens et récents. Le premier axe consiste en la sélection d’objets au sein des collections, selon leur datation, la présence de comblements anciens pouvant être prélevés et analysés, l’existence d’une documentation ancienne et/ou d’études techniques récentes renseignant leur histoire. Une première campagne de prospection a été menée très récemment dans les deux collections. Une vingtaine de statues de la gypsothèque et plusieurs dizaines de cadres ont déjà été repérées. Les observations doivent être poursuivies et affinées. Le deuxième axe comprend une série d’analyses de matériaux et de formulations couramment employés dans les interventions actuelles, relevés dans les réponses à l’enquête et lors de nos recherches. En caractérisant leur structure et leurs propriétés physico-chimiques, nous souhaitons affiner les connaissances sur ces matériaux. Nous pourrons ensuite les évaluer selon les critères de la déontologie, tels que la stabilité, la compatibilité et la lisibilité, mais aussi selon des critères de mise en œuvre adaptés à la pratique professionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Barthe G. (dir.), 2001, Le plâtre : l’art et la matière. Actes de colloque (Cergy-Pontoise, octobre 2000), Créaphis, Grane.

Cat. Exp. Rome, 2019, Une Antiquité moderne, [Exp., Rome, Académie de France à Rome, 2019-2020], E. Le Breton et J.-L. Martinez (dir.), Officina Libraria, Rome.

Chastel-Rousseau C., 2018, « Les yeux emplis de l’or des cadres », Grande Galerie, Le Journal du Louvre, Hors-série La Recherche au musée du Louvre, p. 48-59.

Foucart J., 1987a, « Étude critique de l’encadrement », Revue de l’Art, 76, p. 7-14.

Foucart J., 1987b, « Bibliographie du cadre », Revue de l’Art, 76, p. 60-62.

Frederiksen R., Marchand E., 2010, Plaster casts: making, collecting and displaying from classical antiquity to the present, Transformationen der Antike, Walter de Gruyter, Berlin.

Glover H., 2006, “A Description of 19th-century American gilded picture frames and an outline of their modern use and conservation”, WAG Postprints (Providence, RI) [http://www.wag-aic.org/2006/glover_06.pdf].

Johnson A., 2017, “Restoring pressed-composition ornament to the frame around Arthur Melville’s ‘Audrey and her Goats’”, Picture restorer, 51, p. 20-25.

Le Breton E., 2016, « Gypsothèque du musée du Louvre. Les apports de la restauration à la datation des tirages en plâtre anciens », In Situ, 28 [http://insitu.revues.org/12581].

Marchand E., 2015, “Material distinctions: plaster, terracotta, and wax in the Renaissance artist’s workshop”, in C. Anderson, A. Dunlop, P. H. Smith (eds.), The matter of art, Materials, practices, cultural logics, c. 1250-1750, Manchester University Press, Manchester, p. 160-179.

Martinez J.-L., 2016, « Exposer des moulages d’antiques : à propos de la gypsothèque du musée du Louvre à Versailles », In Situ, 28 [http://insitu.revues.org/12537].

Megens L., Joosten I., De Tagle A., Dooijes R., 2011, “The Composition of plaster casts”, Preprints of the ICOM-CC Conference (Lisbon, 19-23 September 2011), Critério, Lisbonne, p. 1-9.

Mitchell P., Roberts L., 1996, A History of European picture frames, Merrel Holberton, Londres.

Pinatel C., 1996, « La formation de la collection de moulages d’après l’antique à Versailles », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, p. 318-327 [https://www.persee.fr/doc/bsnaf_0081-1181_1999_num_1996_1_10115].

Robcis D., Thomas C., Aucouturier M., 2016, “Gold leaf alloys specifically designed for conservation”, Proceedings of the interim meeting of the ICOM-CC Metals working group (New Delhi, 26-30 September 2016), p. 235-240.

Salimnejad B., 2002, “Formulating gesso fills for discrimination by X-radiography”, WAG Postprints (Miami, Fla.) [http://www.wag-aic.org/2002/WAG_02_salimnejad.pdf].

Salimnejad B., 2005, “Formulating gesso fills with bismuth oxide for discrimination by X-radiography”, WAG Postprints (Minneapolis, Minn.) [http://www.wag-aic.org/2005/salimnejad_05.pdf].

Searle M., 2016, “A 19th century British compo frame: a flexibility traditional approach to conservation”, Frame: Concept, History & Conservation (Melbourne, 24-26 August 2016), [https://theframeblog.com/2016/10/29/a-19th-british-century-compo-frame-a-flexibly-traditional-approach-to-conservation/].

Documents inédits

Biesel D., Cascio A., 1984, Restitution de deux sculptures en plâtre de Rembrandt Bugatti. Mémoire de diplôme IFROA, Paris.

Crocquevieille G., 2008, Les Moulages d’après l’antique de la Cour Vitrée de l’École des Beaux-Arts de Paris. Histoire de leur présentation dans la cour centrale du Palais des Études (1876-1970) et leur identification au sein des collections des Écuries du Roy à Versailles. Mémoire d’étude, sous la direction de S. Descamps, École du Louvre, Paris.

Le Dantec T., 2019, Les façades enduites au plâtre d’Île-de-France. Le déclin du plâtre extérieur, du xviie au xxe siècle. Thèse de doctorat, sous la direction de N. Sallé-Hoyet et J.-C. Yon, université Paris-Saclay – université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Lopez É., 2016, Redécouverte de l’ancien cadre du Passeur de Corot : étude et conservation-restauration d’un cadre de la fin du xixe siècle en bois et plâtre doré (musée du Louvre). Évaluation de différents matériaux radio-opaques pour la restitution des lacunes. Mémoire de fin d’études, sous la direction de J. Lévy, C. Chastel-Rousseau, A.-S. Le Hô et Y. Mélinge, Institut national du patrimoine, Paris.

Spini H., 2017, Formulation et évaluation de comblements pour la conservation-restauration de biens culturels en plâtre. Rapport de stage 5C101, sous la direction de Y. Mélinge, A.-S. Le Hô et S. Mirabaud S., Master 2 de Chimie, Paris Centre, Paris.

Haut de page

Notes

1 Lopez, 2016 ; Spini, 2017.

2 Des entretiens avec les professionnels des deux spécialités ont pu être organisés lors de visites sur les chantiers de restauration et dans les ateliers du Louvre et du C2RMF. Une enquête a été soumise par e-mail à environ 190 professionnels des deux spécialités en France et à l’étranger. Il est possible d’y participer en remplissant un formulaire accessible à l’adresse : https://framaforms.org/enquete-aupres-des-professionnels-doctorat-remuplat-1553616448, ou par le biais du carnet de recherche : https://remuplat.hypotheses.org/

3 Constat formulé par les différents participants aux journées d’études « Stuc et variations. Les stucs en plâtre polychromé de la Renaissance italienne », du 27-28 juin 2019, musée du Louvre et C2RMF.

4 Le moulage permet d’obtenir des séries de tirages et de nouveaux moules. De nombreux exemplaires peuvent alors être réalisés à partir d’un modèle. Par des études techniques, il est parfois possible d’établir des liens de filiation.

5 Marchand, 2015.

6 Foucart, 1987b, p. 60. Toutefois, des mentions plus générales sur les cadres, et particulièrement les techniques de dorure, apparaissent avant le xixe siècle dans certains traités, comme celui de Jean-Félix Watin, L’art du peintre, doreur, vernisseur, publié en 1773.

7 Foucart, 1987a, p. 7.

8 Voir les références de Thornton et Wetherall dans le paragraphe 3.7 Compo Ornament cités dans la bibliographie de Glover, 2006.

9 Sur les références bibliographiques depuis le xixe siècle jusqu’aux années 2010, voir Pinatel, 1996 et Le Breton, 2016.

10 Colloque international sur le moulage, 1988, Le moulage, Colloque international, Actes de colloque (Paris, 10-12 avril 1987), La Documentation française, Paris.

11 Afin d’éviter toute confusion pour mentionner les artefacts, le vocabulaire étant encore fluctuant, nous employons ici les termes « tirage » ou « statue moulée », préférable à « moulage » qui évoque plutôt l’action de mise en œuvre.

12 Organisation de colloques et publications d’actes comme ceux de H. Lavagne et F. Queyrel, Moulages, Montpellier, 1997 (1999) et Les moulages de sculptures antiques et l’histoire de l’archéologie, Paris, 1997 (2000).

13 Barthe, 2001.

14 Frederiksen, Marchand, 2010.

15 Megens et al., 2011.

16 Chastel-Rousseau, 2018, p. 56.

17 Chastel-Rousseau, 2018, p. 53.

18 Mitchell, Roberts, 1996.

19 Voir la synthèse sur les terminologies et les recettes dans Lopez, 2016, p. 75.

20 C’est notamment à la suite d’actes de vandalisme aux Beaux-Arts en 1969, dans la lignée des événements de 1968, qu’est décidé le déménagement de la collection à Versailles. Sur le changement de statut des pièces moulées de la gypsothèque et leur patrimonialisation, voir Crocquevieille, 2008.

21 Actuelle École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris.

22 Le fonds de l’Institut d’art et d’archéologie correspond au premier fonds de la Sorbonne.

23 Le Breton, 2016 ; Cat. Exp. Rome, 2019, p. 96-99.

24 Pinatel, 1996 ; Martinez, 2016.

25 Moule en plâtre constitué d’une multitude de pièces formant l’empreinte du modèle, réutilisable sans avoir à casser le moule ou le tirage.

26 Première couche de plâtre coulée dans le moule et prenant son empreinte. Il s’agit alors de la surface visible de l’œuvre.

27 Le Dantec, 2019. À partir du xixe siècle, la production du plâtre est de plus en plus normée et soumise à des règlements. Le plâtre est moins « artisanal » et tend vers l’industrialisation.

28 Biesel, Cascio, 1984.

29 Dossiers documentant les interventions menées entre 2001 et 2004 par les restaurateurs du C2RMF sur des cadres de l’Orangerie.

30 Consultés sur la base Eros, il s’agit des dossiers FZ34227, FZ35117, FZ36095, FZ36405, FZ36406, FZ36407 et FZ36409, qui mentionnent exceptionnellement le matériau de comblement « ancien » comme étant de la « pâte carton pierre », un mélange de colle animale, d’huile, de carbonate de calcium et de papier.

31 La mixtion est une matière huileuse appliquée sur l’apprêt et recevant la feuille d’or.

32 Glover, 2006.

33 Polyfilla®, Dossiers FZ26536, FZ26356 et référence C2RMF 62082 consultés sur la base Eros.

34 Biesel, Cascio, 1984.

35 Les charges permettent entre autres de teinter le matériau de comblement, de lui donner un aspect proche de celui du plâtre, ou encore d’éviter un retrait important lors du séchage dans le cas des formulations qui ne contiennent pas de plâtre (le plâtre, au contraire, n’est pas soumis au problème du retrait lors de la prise, en raison de sa nature et de sa cristallisation ayant une faible expansion).

36 Exemples de matériaux cités lors d’échanges avec les professionnels.

37 L’ajout de carbonate de calcium abaisse la dureté et la résistance du matériau de comblement, s’altérant préférentiellement avant l’original. Il rend le mélange discernable en cas d’analyses.

38 Matériaux cités dans les réponses au formulaire.

39 Modostuc®. Dossier de restauration référence C2RMF 64334 consulté sur la base Eros.

40 La pâte anglaise contient de la craie, de la colle animale, de l’huile de lin, de la colophane et de l’essence de térébenthine.

41 Johnson, 2017.

42 Lopez, 2016.

43 Cependant un « or marqué », détectable par spectrométrie de fluorescence X, a été mis en œuvre dans le cadre du projet Aliénor initié en 2012 par le C2RMF et en collaboration avec la maison Dauvet. Ainsi les réintégrations faites avec cet or sont discernables en cas d’analyses. Voir Robcis et al., 2016.

44 Salimnejad, 2002, 2005 ; Lopez, 2016 ; Spini, 2017.

45 Searle, 2016.

46 Searle, 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Détails de trois cadres du xixe siècle conservés en réserve, musée du Louvre
Crédits © J. Robin Dupire.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/8218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 2. Vue générale de la gypsothèque du musée du Louvre
Crédits © J. Robin Dupire.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/8218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 3. Détail des différentes coulées de plâtre de l’assise du Gaulois mourant de la gypsothèque (n° Gy 0249), musée du Louvre
Crédits © J. Robin Dupire.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/8218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 4. Exemple de cassures, lacunes et pertes de matière de dimensions variables sur une réplique de figure étrusque de la gypsothèque (n° Gy 1587), musée du Louvre
Crédits © J. Robin Dupire.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/8218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 5. Détail de plusieurs comblements « anciens » sur le bras de la réplique du Diadumène de la gypsothèque (n° Gy 0265), musée du Louvre
Crédits © J. Robin Dupire.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/8218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 6. Exemple d’un traitement « ancien » par comblement et retouche sur un cadre du xixe siècle, musée du Louvre
Crédits © J. Robin Dupire.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/8218/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Robin Dupire, Anne-Solenn Le Hô, Charlotte Chastel-Rousseau, Élisabeth Le Breton, Sigrid Mirabaud, Yannick Mélinge et François Pernot, « Histoire des pratiques de comblement de lacunes d’objets en plâtre : le cas de la collection de cadres du xixe siècle et la collection de statuaire moulée de la gypsothèque du musée du Louvre »Technè, 50 | 2020, 104-113.

Référence électronique

Juliette Robin Dupire, Anne-Solenn Le Hô, Charlotte Chastel-Rousseau, Élisabeth Le Breton, Sigrid Mirabaud, Yannick Mélinge et François Pernot, « Histoire des pratiques de comblement de lacunes d’objets en plâtre : le cas de la collection de cadres du xixe siècle et la collection de statuaire moulée de la gypsothèque du musée du Louvre »Technè [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/techne/8218 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.8218

Haut de page

Auteurs

Juliette Robin Dupire

Restauratrice du patrimoine en spécialité Sculpture, doctorante en conservation-restauration de l’EUR Humanités, création et patrimoine, CY Cergy Paris Université, C2RMF, INP, FSP (juliette.robin-dupire[at]culture.gouv.fr).

Anne-Solenn Le Hô

Responsable du groupe Peinture, département Recherche, C2RMF (anne-solenn.leho[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Charlotte Chastel-Rousseau

Conservatrice de la collection de cadres, département des Peintures, musée du Louvre (charlotte.chastel-rousseau[at]louvre.fr).

Articles du même auteur

Élisabeth Le Breton

Conservatrice du patrimoine, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, musée du Louvre (elisabeth.lebreton[at]louvre.fr).

Sigrid Mirabaud

Pensionnaire, département des Études et de la Recherche, Institut national d’histoire de l’art (sigrid.mirabaud[at]inha.fr).

Articles du même auteur

Yannick Mélinge

Professeur des universités, Laboratoire de Mécanique et Matériaux du Génie Civil (L2MGC – EA 4114)- LRMH (yannick.melinge[at]culture.gouv.fr).

François Pernot

Professeur des universités en histoire moderne, CY Cergy Paris Université, directeur de l’EUR Humanités, création et patrimoine (francois.pernot[at]cyu.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search