Navigation – Plan du site

La ville du Proche-Orient au XXIe siècle

Hervé Flanquart, Jocelyne Adjizian-Gérard, Jihad Farah et Mousbah Rajab

Les villes du Proche-Orient comptent parmi les plus anciennes du monde et possèdent un certain nombre de traits communs : particularités climatiques qui ne sont pas sans influence sur leur morphologie et leur architecture, importance des échanges économiques et culturels avec l'Europe et grande diversité de communautés religieuses et ethniques vivant en promiscuité. Mais si elles possèdent de fortes ressemblances, ces villes appartiennent à des aires culturelles différentes : arabe, turcomène, kurde, hellénique, etc. Elles relèvent aussi d’États aux régimes politiques hétérogènes : confessionnel (Liban), royal traditionaliste (Jordanie), autoritaire (Égypte, Syrie, Turquie…), démocratique (Chypre), etc.

Par ailleurs, la guerre, le déplacement de populations, l'occupation étrangère, les crises économiques, les politiques néolibérales, le communautarisme et l'oppression politique sont autant de formes d'une même réalité violente qui traverse la région. Ainsi, la plupart des villes du Proche-Orient souffrent d’au moins une partie des maux suivants : réseaux de transports saturés ; importante pollution atmosphérique, des eaux et des sols ; difficultés d’approvisionnement en eau ; mauvaise gestion des déchets ; importantes inégalités entre quartiers ; repli communautaire ; insuffisance d’espaces publics de qualité ; menaces de guerre ou de terrorisme ; etc.

Et pour les villes syriennes comme Homs ou Alep, le tableau est plus sombre encore, puisqu’elles ont été en partie détruites au cours de la guerre et qu’une fraction importante de leur population a été obligée de fuir et de se réfugier à l’étranger.

Ce numéro de la revue Territoire en Mouvement propose de s’intéresser à ces villes de l’est de la Méditerranée, à leur passé récent, à leurs difficultés et atouts actuels et à leur avenir, sous forme d’études de cas ou au contraire en développant des comparaisons ou des généralisations. Les concepts et schémas théoriques mobilisés pourront couvrir un éventail intellectuel très large, allant de la grille d’analyse des inégalités environnementales - pour les thématiques croisant social et environnement - à la théorie des capabilités d’Amartya Sen - pour les difficultés d’accès à certains lieux et biens -, en passant par l’écologie urbaine initiée par l’École de Chicago et bien d’autres cadres théoriques.

Dans ce numéro, les articles pourront s’inscrire dans les thèmes variés et non exclusifs suivants :

La croissance démographique et le développement durable :

  • La croissance urbaine (les rapports urbain/rural, la densification…) ;

  • Le développement durable (la gestion des déchets, les transports urbains, le logement et ses qualités environnementales, les espaces verts…) ;

  • La reconstruction post-conflit (les contraintes, le financement, les opportunités…) ;

  • Les risques (sanitaires, civils, sismiques, de guerre ou d’attentat…).

La gouvernance urbaine et les populations :

  • La mixité sociale (la ségrégation spatiale, les inégalités écologiques, la confessionnalisation des quartiers…) ;

  • L’accueil des populations déplacées et les camps de réfugiés (leur insertion dans le tissu urbain, leur pérennisation…) ;

  • La gouvernance urbaine (le formel vs l’informel, la « confiscation » du pouvoir, la participation citoyenne…).

Les fonctions architecturales et culturelles de la ville :

  • L’architecture (l’internationalisation, la patrimonialisation, les spécificités régionales…) ;

  • La culture (les équipements culturels, les lieux de liberté d’expression…) ;

  • Le tourisme (les effets urbains, les inégalités de développement, la saturation de l’espace littoral…) ;

  • Le genre (la place de la femme dans la ville ; les minorités sexuelles…).

  • Les articles sont à envoyer à Hervé Flanquart (hflanquart@yahoo.fr) et à l’adresse temrevue@univ-lille1.fr au plus tard le 8 juin 2018.

Consignes aux auteurs

Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais. Un article publié dans la revue Territoire en Mouvement ne dépasse pas 50 000 signes (espaces compris) et est rédigé selon le respect des consignes de la note aux auteurs de la revue (https://tem.revues.org/​1379).

Les modalités d’envoi des différents formats de fichiers doivent aussi être respectés (se conformer aux informations de la note aux auteurs (http://tem.revues.org/​1379).

Les articles sont évalués en double aveugle.

Pour information, la revue Territoire en Mouvement comprend une rubrique « Pré-publication » qui propose, au fil de l’eau, des articles acceptés pour publication par le comité de rédaction, dans l'attente de leur insertion dans un numéro thématique selon la programmation de la revue et l'avancement des travaux du comité de rédaction pour finaliser la publication des numéros thématiques.

La revue Territoire en Mouvement est notamment indexée dans SCOPUS et le DOAJ, référencée par le Hcéres pour le domaine géographie, aménagement-urbanisme et architecture.

Calendrier

Report de la date limite pour l’envoi des articles : 8 juin 2018.
Date de publication prévisionnelle : dernier trimestre 2018.

Contacts

Hervé Flanquart : hflanquart@yahoo.fr
Jocelyne Adjizian-Gérard : jocelyne.gerard@usj.edu.lb
Jihad Farah : jihadfarah@gmail.com
Mousbah Rajab : mousbah.rajab@gmail.com

Responsables du numéro

Hervé Flanquart
Université du Littoral Côte d’Opale
Laboratoire TVES EA 4477
France

Jocelyne Adjizian-Gérard
Université St-Joseph
Beyrouth
Liban

Jihad Farah
Université Libanaise
Hadath
Liban

Mousbah Rajab
Université Libanaise
Hadath
Liban