Navigation – Plan du site
Articles

Rural, un territoire pour ralentir ?

Études de cas dans trois communautés de communes d’Indre et Loire (France)
Rural Areas: Good Places to Slow down? Cases studies in a Grouping of Three Local Authorities in Indre et Loire (France)
Marie Huyghe

Résumés

Une enquête récente menée par le Forum Vie Mobile auprès de 12 000 personnes montre que 78 % des ménages souhaitent ralentir ; cette aspiration au ralentissement et à une plus forte maîtrise de leur temps concerne en particulier les ménages ruraux, eux aussi soumis à des contraintes temporelles fortes et à des injonctions à la vitesse et à la productivité. Or, les ménages ruraux sont par ailleurs soumis à des contraintes territoriales qui imposent souvent le recours à la voiture.
À partir de l’analyse de 75 entretiens semi-directifs réalisés entre 2012 et 2014 auprès de ménages ruraux, nous souhaitons répondre aux questions suivantes : quelles stratégies les ménages mettent-ils en œuvre pour concilier l’ensemble de ces aspirations, injonctions et contraintes ? Comment parviennent- ils à « ralentir », dans des sociétés et des territoires où la vitesse et la voiture font figure d’impératifs ? Le rural est-il un territoire propice, voire favorable, au « ralentissement » des modes de vie ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’automobile amène à une nouvelle perception et une nouvelle culture de l’espace et du temps (Faugier, 2013 : 17) : la voiture a permis d’aller toujours plus vite et toujours plus loin, elle a permis à l’Homme d’assouvir sa volonté de puissance en maîtrisant l’espace aussi bien que le temps (Gras, 1999 : 42) ; d’atteindre les trois attributs du divin : l'ubiquité, l'instantanéité, l'immédiateté (Virilio, 2001 : 17). Elle est l’outil indispensable à l’homme pressé, asservi à la montre […], né avec le XIXe siècle (Gras, 1999), permettant notamment de répondre aux injonctions de vitesse et de productivité, à l’accélération du rythme de vie (Rosa, 2010) qui est au cœur de la modernité tardive (Rosa et Lussault, 2014).

2Cette question du « temps » est souvent placée au cœur des discours des ménages lorsqu’ils évoquent leurs modes de vie. Ils affichent très clairement leur aspiration au ralentissement : d’après une enquête réalisée en 2015 par le Forum Vies Mobiles1, 78 % des 12 0000 personnes interrogées « souhaitent personnellement ralentir » et 74 % estiment que « le rythme de vie dans la société actuelle est trop rapide ».

3Cette recherche de « lenteur » s’inscrit parfois dans la mouvance des mouvements slow (slow food, slow life, slow science) qui se développent depuis les années 1980 : plus qu’une « simple » recherche de lenteur, les ménages aspirent à une maîtrise des rythmes personnels, expriment une volonté de « choisir les modalités de vécu du temps quotidien » (Dietschy, 2015). Dans son Éloge de la lenteur, C. Honoré (2005) indique en effet qu’il ne s’agit pas de « déclarer la guerre à la vitesse […] mais de trouver un meilleur équilibre entre activité et repos, travail et temps libre ». En d’autres termes, de trouver le temps « juste » pour réaliser chacune de ses activités, un temps juste qui « dépend d’innombrables facteurs liés aux humains et ne peut pas être indiqué comme norme » (Paquot, 2014). Associant souci individuel et enjeux collectifs, plaisir personnel et préoccupations environnementales, ces mouvements sont également basés sur un autre rapport au local et à la nature.

  • 2 Loi n°2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte

4Aux injonctions à la vitesse et à l’accélération des modes de vie contrariées par des aspirations à la lenteur… s’ajoutent des impératifs environnementaux. De fait, la loi de transition énergétique votée en août 20152 fixe des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 75 % entre 1990 et 2050 et de réduction de la consommation énergétique primaire des énergies fossiles de 20 % entre 2012 et 2030. L’automobile étant majoritairement responsable des 27 % d’émissions de GES imputées aux transports en 2012 (MEDDE, 2014), il est nécessaire pour atteindre ces objectifs de « sortir de notre dépendance presque totale au transport automobile […] » (Négawatt, 2014). En réponse à ces enjeux environnementaux, les rédacteurs de l’appel à textes du numéro (https://tem.revues.org/​3302) font l’hypothèse de la « lenteur comme solution à l’accélération du changement climatique et de ses conséquences ».

5Les ménages sont donc pris dans un étau d’éléments contradictoires, entre des aspirations (à un ralentissement de leur mode de vie et une plus forte maîtrise de leur temps), des injonctions (vitesse d’un côté, limitation des émissions de GES et des consommations énergétiques de l’autre)… et des contraintes territoriales qui imposent le recours à la voiture. Le sujet du ralentissement (souhaité par les ménages ou jugé nécessaire par certains experts) se pose donc de manière accrue en milieu rural où l’automobile est l’élément-clé de l’habiter, l’élément incontournable des libertés individuelles. En effet, les faibles densités qui caractérisent ces territoires, conjuguées à la rareté voire à l’absence totale de services de transports en commun, rendent souvent incontournable la voiture, sa possession ou a minima son usage.

6La question que nous posons dans cet article est donc celle des stratégies développées par les ménages ruraux pour concilier l’ensemble de ces aspirations, injonctions et contraintes : comment parviennent- ils à « ralentir », dans des sociétés et des territoires où la vitesse et la voiture font figure d’impératifs ? Ces stratégies sont-elles dictées par des convictions environnementales, et peut-on alors les considérer comme participant à un mouvement Slow ? Enfin, le rural est-il un territoire propice, voire favorable, au« ralentissement » des modes de vie ?

7Dans la première partie de cet article nous mettrons en évidence le tiraillement des ménages ruraux, enjoints en permanence à la vitesse mais aspirant à un ralentissement de leurs modes de vie. Nous analyserons ensuite les stratégies mises en œuvre par les ménages ruraux pour « ralentir », et chercherons à en comprendre les ressorts ; nous montrerons que les arguments environnementaux et la recherche de stratégies plus durables sont relativement absents de ces pratiques. Dans la troisième partie, nous analyserons en quoi les territoires ruraux sont favorables, voire propices, à un ralentissement des modes de vie. Enfin, nous mettrons en évidence dans la quatrième partie de cet article un paradoxe, celui du temps qui fait souvent défaut aux ménages…pour ralentir.

8Nous abordons ces questions par une approche qualitative et compréhensive centrée sur les modes d’habiter : nous analysons la manière dont les ménages pratiquent (spatialement, socialement) leur territoire, se l’approprient, le « traversent, touchent, marquent, affectent » (Mathieu, 2014). En particulier, nous nous intéressons à la territorialisation des ménages, à leurs habitudes de mobilité et à l’inscription spatiale de leurs différentes activités quotidiennes.

  • 3 Les entretiens ont été réalisés entre 2012 et 2015 dans le cadre des programmes de recherche MOUR ( (...)

9Notre analyse est basée sur des entretiens semi-directifs menés avec 75 ménages résidant dans trois communautés de communes rurales d’Indre-et-Loire3. Faisant l’hypothèse d’une « consubstantialité du social et du spatial » (Sélimanovski, 2009) sur les pratiques des ménages, nous avons travaillé avec des ménages aux profils sociaux et contextes de résidence diversifiés : nous distinguons ainsi deux types de territoires ruraux et cinq profils d’habitants.

10En termes de caractéristiques géographiques, nous distinguons au sein de nos terrains d’étude du « rural polarisé » et du « rural isolé », à partir de deux indicateurs principaux : d’une part la distance au pôle urbain et le degré de polarisation en termes d’emploi, d’autre part l’offre et la localisation des équipements.

Carte 1 : Localisation des terrains d’étude

Carte 1 : Localisation des terrains d’étude

Sources : BD Topo IGN, Scan 25 IGN. Réalisation : MH, 2014.

11La communauté de communes du Pays d’Azay-le-Rideau (CCPAR) et la communauté de communes Touraine Nord-Ouest (CCTNO), que nous considérons comme appartenant à du « rural polarisé » mais que l’on pourrait également qualifier de périurbain lointain, sont distantes d’environ 25 km du pôle urbain tourangeau (accessible en environ 25 minutes en voiture). La communauté de communes du Bouchardais (CCB), intercommunalité « rurale isolée », est distante d’une cinquantaine de km du pôle tourangeau, accessible en une heure en voiture. Les distances moyennes à l’emploi sont relativement similaires dans les trois territoires ; néanmoins, les deux intercommunalités « polarisées » présentent des taux plus faibles de ménages travaillant à proximité de leur lieu de résidence, et sont plus polarisées par le pôle urbain tourangeau.

12En termes d’offre en équipements, la CCB se distingue des deux autres intercommunalités en présentant une offre en services et commerces moindre (quelle que soit la gamme d’équipements considérée) et surtout moins bien répartie sur le territoire (plus de la moitié des équipements du quotidien de la CCB sont concentrés dans la ville-centre de l’intercommunalité, laissant certaines des autres communes du territoire totalement vierges d’équipements). En termes de commerces, notons en revanche que l’intercommunalité « rurale isolée » propose une offre en producteurs locaux plus importante et plus diversifiée que les deux intercommunalités « rurales polarisées ».

  • 4 Pour plus de précisions sur les critères de distinction utilisés, cf. Huyghe (2015)

13En termes de profils sociaux, nous avons utilisé trois critères de distinction : l’origine et la trajectoire spatiale des ménages, leur ancienneté d’installation et le dessein ayant sous-tendu leur installation4.

14En dépit de la diversité (origine géographique ou profil sociologique) des ménages, on observe une grande homogénéité dans leurs pratiques de mobilité qui sont marquées par une forte dépendance à la voiture et peu de pratiques alternatives à l’autosolisme (transports en commun, covoiturage ou modes actifs, marche à pied, vélo).

1. Le rural, entre dépendance à la voiture et aspirations au ralentissement

  • 5 Legros M., Duru M., 2012, Pourquoi on pédale dans le vite ?, Philosophie Magazine, n°57

15« L’homme débordé » n’est pas territorialisé : urbain ou rural, il « est obligé de croître et d’accélérer [pour] rester sur place, […] de courir pour rester à bord, sollicité de toute part par l’urgence et la multiplicité des tâches »5. L’accélération des rythmes de vie (Rosa, 2010) s’impose donc notamment aux ménages ruraux, acteurs autant que les urbains du système économique global.

16Ces injonctions à la vitesse (sociétales, générationnelles) se couplent, en milieu rural, à une dépendance à la voiture : de fait, en raison de la faible densité d’emplois et d’équipements qui imposent des distances parfois longues à parcourir au quotidien, de l’absence d’offres de transport alternatif à l’automobile réellement compétitives, celle-ci s’avère souvent le seul mode de transport adapté aux besoins des ménages. Les chiffres présentés dans le rapport « Mobilité des français » (CGDD, 2010) illustrent cette dépendance : en milieu rural, 75 % des déplacements (et 85 % des déplacements pendulaires) sont réalisés en voiture. La voiture est donc l’élément indispensable à l’habiter rural qui permet d’abolir le temps et la distance, outil au service d’une organisation familiale et professionnelle soutenue et, en contrepartie, « prix à payer pour disposer d’un certain nombre de ressources inégalement réparties dans l’espace environnant » (Morel-Brochet, 2006 : 357).

17Les modes d’habiter et rythmes quotidiens ruraux sont totalement marqués par cette dépendance automobile ; la question du temps est souvent placée au cœur des discours des ménages lorsqu’ils évoquent leurs modes de vie : soumis aux contraintes liées aux temps social, familial ou professionnel, ils cherchent avant tout à optimiser, économiser ou redistribuer leur temps (Mahé et Moati, 2016). Ainsi, les ménages évoquent l’organisation et l’anticipation qui leur sont nécessaires pour gagner du temps, pour « éviter de faire 36 000 voyages, de passer du temps sur la route » :

18« Donc finalement y a pas de déplacement en saut de puce, mince j’ai oublié, je reviens…
- Euh… si ça peut aussi, ça peut, mais en général on essaye de tout grouper !
Et ça encore une fois, c’est pour gagner du temps…

- Oui !
… pour gagner de l’argent… ?
- Du temps, du temps ! » (F, I18, en couple avec enfants)

19Besoin d’anticipation et d’organisation parfois vécues comme une contrainte, limitant la spontanéité des rythmes de vie :
« - J’imagine que si on était en ville, je sais pas… Camille elle a vu un super film qui sort au cinéma, elle a envie d’y aller, elle prend le bus elle y va ! Là, on se dit pas… enfin si on peut se le dire mais… on sort pas… on va pas aller au ciné un soir après notre journée de travail parce que c’est 20 km ! […]
Finalement y a moins de spontanéité à vivre ici…
- Ah bah ça c’est sûr ! C’est peut-être ça la conclusion ! » (F, P68, en couple avec enfants)

20Aux contraintes territoriales s’ajoutent pour certains ménages des contraintes familiales (notamment dues à la présence d’enfants) et/ou professionnelles, qui imposent un rythme que seule la voiture permet d’assurer (Terrhabmobile, 2013).

21« Est-ce que vous pensez que vous avez un réflexe voiture, et que du coup même si vous pouviez faire autrement vous le faites en voiture ? Ou… ?
- Oui parce que… c’est un gain de temps en fait. Le problème vraiment de notre quotidien actuellement c’est le temps. Et donc je pourrais me dire je vais aller chercher le pain à vélo… mais en fait je vais perdre 20 minutes, donc… donc si c’est le week-end ça va, si c’est un mercredi matin quelque chose comme ça avec le petit… c’est plus délicat quoi. » (F, P66, en couple avec enfants)

22Il est toutefois intéressant de noter que ces contraintes temporelles ne sont pas toujours d’origine extérieure. Ainsi, cet interviewé justifie sa non-pratique du covoiturage par des horaires professionnels « rigides » qu’en réalité, il s’impose en partie lui-même :
« [À propos des déplacements pendulaires] Qu’est-ce que vous verriez comme frein à faire du covoiturage tous les jours, ou quelques jours par semaine ?
- Bah après c’est les horaires. C’est le… c’est on se met dans un cadre rigide en termes d’horaires en fait. Et moi j’aime pas avoir des contraintes au niveau horaire. […]
Vous êtes maître de vos horaires ?
- Bah y a des horaires minimum à respecter (rires). Forcément !
Mais est-ce que vous pouvez choisir de terminer à 6h si vous devez terminer à 6h parce que vous avez un covoiturage par exemple ?
- Bah oui je pourrais, mais je le fais pas (rires), parce que ça m’emmerde. (rires) » (H, P9, en couple avec enfants)

23Face à ce manque de temps caractéristique de la société post-moderne, les ménages affichent une aspiration au ralentissement ; ils expriment notamment la volonté de « choisir les modalités de vécu du temps quotidien » (Dietschy, 2015) : en 2016, S. Landriève du Forum Vies Mobiles6 évoque la volonté d’émancipation de ménages qui souhaitent reprendre le contrôle sur des modes de vie dont les rythmes et les cadences leur sont imposés.

24Les ménages ruraux que nous avons interrogés partagent cette aspiration au ralentissement, en particulier ceux avec de jeunes enfants et des contraintes temporelles fortes. Cette volonté de ralentir s’explique en partie par la contrainte que représentent les déplacements ; de fait, c’est avant tout la « pénibilité, la fatigue, le stress et la perte de temps » (Le Néchet et al., 2016 : 135) induits par les trajets en voiture qui sont décriés par les ménages, et non les aspects financier ou écologique du déplacement. Cette enquêtée déplore ainsi le poids que représentent ses déplacements pendulaires dans son quotidien :
« [À propos de son travail] Aujourd’hui je cherche à revenir ! Parce que c’est devenu un secteur qui prend des orientations qui me plaisent pas, […] et puis les déplacements aussi. Parce que c’est… c’est absolument chronophage, et du coup… bah je passe moins de temps avec mes filles… voilà. Aujourd’hui j’aspirerais… j’aspirerais à être d’avantage à mon domicile à m’occuper du jardin (rires), à être beaucoup moins mobile en fait ! » (F, P22, en couple avec enfants)

25Or, comment « ralentir » lorsque des contraintes professionnelles, familiales et territoriales imposent l’usage de la voiture et poussent à aller toujours plus vite ?

2. Stratégies de ralentissement : comment et pourquoi ralentir ?

26L’analyse des modes d’habiter des ménages met en évidence deux stratégies de « ralentissement » : ils « ralentissent » en se déplaçant moins vite, à l’aide de modes de transport « lents » ; ils redonnent du sens à leurs déplacements en valorisant autrement le temps passé dans les transports.

2.1. Ralentir en pratiquant des modes « lents » et en développant un autre rapport au temps de déplacement

27Lorsqu’ils le peuvent, certains interviewés adoptent la marche à pied ou le vélo. Par rapport au nombre total de déplacements réalisés au quotidien, ces trajets en modes actifs restent très minoritaires ; néanmoins, les ménages tendent à les privilégier pour leurs trajets courts, en particulier lorsqu’ils ne sont pas chaînés avec d’autres trajets. Diverses raisons sont évoquées pour expliquer ces pratiques : raisons de santé (les discours sur l’importance de pratiquer une activité physique sont parfaitement connus des ménages) ; possibilité offerte par la marche de rencontrer du monde ; par « logique », puisqu’utiliser la voiture pour de si petites distances leur semblerait incongru.
« Oh non dès que je peux faire à pied je fais à pied quand même ! […] ça me paraîtrait complètement insensé d’aller quelque part en voiture si je peux y aller à pied, enfin… et puis faire bouger mon corps un minimum quand même, parce que je fais pas de sport… et puis je sais pas ça me viendrait pas à l’idée quoi ! » (F, I14, en couple sans enfant)

28Les ménages en milieu rural sont peu soumis à des contraintes de stationnement ; néanmoins, certains habitants du centre-bourg d’Azay-le-Rideau (commune très touristique) évoquent les problèmes de parking pour justifier leurs pratiques :
« Donc quand c’est le centre d’Azay c’est toujours marche à pied ?
- Oui oui. Oui parce que pour se garer c’est pas… on sait que c’est galère donc… Et puis on a pas envie de s’embêter, parce qu’on se rend compte que finalement on doit se garer plus loin, et puis qu’on revint à pied donc au final ça sert à rien. » (H, P9, en couple avec enfants)

29D’autres ménages, enfin, pratiquent des modes lents pour ralentir ; marcher ou faire du vélo implique de « perdre du temps » dans des déplacements plus longs : cependant, « prendre le temps » nécessaire à ces déplacements plus longs donne l’impression aux ménages de reprendre le contrôle sur le temps qui passe.

  • 7 Gros F., 2012, Ils ont fait le grand slow, Philosophie Magazine n°57

30Ainsi, « ralentir », c’est donner une autre valeur au temps qui passe ; c’est transformer les temps de déplacements de moments transitionnels (pour aller d’un lieu à un autre) en véritables expériences, investies et appréciées. Les modes lents permettent de « prendre son temps, [d’]habiter l’instant » (Le Breton, 2012), de « goûter le temps qui passe » (Le Breton, 2001) ; ils permettent « l’expérience d’un temps libérateur d’espace »7. Les enquêtés témoignent du plaisir qu’ils associent à ces déplacements lents :
« Bah le fait d’accompagner les filles en vélo, en voiture et puis de revenir en vélo (rires), ça limite aussi ! […] Et puis… mais ça demande du temps ! Ça demande du temps mais c’est un temps qui est du coup plaisant» (F, P22, en couple avec enfants)

31Ce nouveau rapport au temps n’est néanmoins pas associé qu’aux modes lents. Ainsi, en voiture aussi, les ménages cherchent à valoriser leur temps de déplacement, non pas uniquement en l’optimisant (en téléphonant, en continuant à travailler), mais en en faisant un moment d’expériences sensorielles, de contemplation :
« Je me dis ça va être long pour [ma fille] parce que quand même 20-25 minutes en voiture, mais non c’est un moment où […] elle regarde, je lui apprends à regarder aussi le lever du soleil. On en profite pour que ce soit un moment sympa. » (F, I25, seule avec enfants)

32Les déplacements deviennent ainsi des activités à part entière, et ne sont plus uniquement du temps perdu. Ainsi, ce que cet enquêté « adorait », c’est bien « d’aller au cinéma à pied » : le déplacement et le mode de déplacement pratiqué participaient tous deux du plaisir que lui procurait l’activité :
« Quand on a des choses à faire effectivement on n’hésite pas à marcher, avant on avait des cinémas qui étaient au centre d’Azay, on allait à pied aussi, on adorait ça quoi. » (H, P9, en couple avec enfants)

33Plus largement, les ménages cherchent à ralentir en profitant différemment du temps consacré à leurs différentes activités.

34Ainsi, comme en périurbain (Thébert et al., 2016 ; Le Néchet et al., 2016), on observe en rural une intensification des pratiques quotidiennes (en particulier consommatoires) réalisées dans le territoire de proximité autour du lieu de résidence et ce, quel que soit le type de territoire rural, plus ou moins polarisé par le pôle urbain le plus proche.

35Cette intensification ne procède pas uniquement de contraintes temporelles et d’une volonté de « gagner du temps » en se déplaçant moins loin : plus globalement, elle est sous-tendue à la fois par une recherche de bienfaits personnels (amélioration des produits consommés par exemple) et par une volonté de valoriser son territoire de résidence en y développant des pratiques économiquement ou socialement positives. Ces pratiques en local peuvent impliquer un allongement du temps consacré aux activités ; mais une nouvelle fois, c’est un temps qui est valorisé et apprécié. Ainsi les ménages choisissent d’accorder plus de temps aux courses, qui deviennent des moments de sociabilité :
« Autant je minimise vraiment les temps d’achat quand je fais mes courses [en grande surface], mais par contre là-bas [chez le producteur] je peux rester 1h à discuter… » (H, I20, seul sans enfant)

2.2. « Ralentir » pour lutter contre le changement climatique ?

  • 8 Nous n’avons pas analysé les autres pratiques environnementales (tri, économies d’énergie) que les (...)

36L’analyse des objectifs poursuivis par les ménages lorsqu’ils « ralentissent » (pratiquent des modes lents, développent un autre rapport au temps de déplacement ou relocalisent leurs pratiques) montre que la question du changement climatique est largement absente de leurs réflexions et n’explique pas ces pratiques8.

37Ainsi, concernant la pratique des modes lents, les considérations environnementales (la volonté de diminuer les émissions de gaz à effet de serre liées aux déplacements ou de diminuer la dépendance aux énergies fossiles) sont rarement évoquées par les ménages. Elles sont parfois sous-jacentes : les individus ne cherchent pas vraiment à limiter leur utilisation de la voiture mais apprécient, par leur report vers des modes non polluants, d’adopter des pratiques plus écologiques. Plus globalement à propos des déplacements des ménages, on peut dire que, quel que soit leur profil, les ménages ne considèrent pas (ou peu, pour les ménages aux sensibilités environnementales plus avancées) les conséquences de leurs pratiques de mobilité, en particulier de leurs pratiques automobiles : celles-ci sont tellement ancrées, indispensables à la réalisation du quotidien et semblent tellement immuables, que leurs conséquences (en termes environnementaux, mais également en termes financiers ou temporels) ne sont que rarement interrogées. A fortiori, le champ de la mobilité n’est que rarement considéré par les ménages comme un levier de « durabilisation » de leurs pratiques.

38Concernant l’intensification des pratiques quotidiennes de proximité, elle s’explique par la poursuite de bénéfices individuels (amélioration de la qualité des produits consommés et de la qualité des relations développées avec les producteurs du territoire) et territoriaux (soutien à la création d’emplois sur le territoire) : ces bénéfices sont tous perceptibles facilement par les ménages qui ressentent immédiatement la qualité de leur alimentation et observent directement l’impact de leurs pratiques pour la vie économique et sociale de leur territoire. Les enjeux globaux liés au changement climatique (lutte contre la hausse des températures ou la perte de la biodiversité par exemple) sont totalement absents des justifications des ménages.Les enquêtés qui « ralentissent » ne s’inscrivent donc pas réellement dans la philosophie des mouvements Slow qui associent souci individuel et enjeux collectifs, plaisir personnel et préoccupations environnementales. Ici les ménages adoptent des pratiques qui leur apportent une meilleure qualité de vie ou redonnent du sens à leurs actions mais ne modifient pas « leurs modes de vie pour répondre aux défis globaux et notamment à la menace que constitue le changement climatique » (Dietschy, 2015). Ce constat n’est pas nouveau : si les ménages ont globalement conscience des enjeux environnementaux, ils font rarement le lien avec leur vie quotidienne ; ils ont en particulier du mal à appréhender l’impact à plus grande échelle de leurs pratiques quotidiennes ou de leurs évolutions. « Changer de rythme pour changer le climat ? » : à l’échelle individuelle pour les ménages que nous avons interrogés, ce lien n’existe pas. Changer de rythme oui, mais pas pour changer le climat…

39Nous n’avons pas analysé en détail l’impact environnemental des stratégies de ralentissement développées par les ménages : on peut néanmoins supposer que la pratique de modes lents, non polluants ainsi que la diminution globale des distances parcourues engendrée par un ancrage dans le local soient favorables à une diminution de l’empreinte écologique des ménages… et participent a fortiori à la lutte contre le réchauffement climatique. Il faudrait également tenir compte de l’impact environnemental positif des pratiques de consommation « relocalisées », notamment en circuits courts. On peut donc faire l’hypothèse (qu’il faudrait étayer) que la pratique des modes lents ou la relocalisation des pratiques quotidiennes ont un impact globalement positif en termes environnementaux. En ce sens, on pourrait répondre à la question posée dans ce numéro par l’affirmative : un « ralentissement » des modes de vie permettrait de lutter contre le changement climatique et ses solutions.

40Ainsi, si les stratégies de ralentissement mises en œuvre par les ménages ont des conséquences positives en termes environnementaux, on peut conclure que la recherche de bien-être constitue l’un des leviers à actionner pour encourager les évolutions comportementales nécessaires à la poursuite des objectifs de réduction des émissions de GES. Aussi, est-il problématique que le ralentissement des ménages ne soit pas mis en œuvre sciemment en vue de changer le climat, s’il a quand même des conséquences positives en termes environnementaux ?

3. le rural, un territoire favorable, voire propice, à un ralentissement des modes de vie

41Montrons à présent en quoi les territoires ruraux, par les représentations encore très fortes qui leur sont associées et leurs caractéristiques géographiques, sont des territoires favorables, voire propices, à un ralentissement des modes de vie.

3.1. Des caractéristiques territoriales favorables à un ralentissement des pratiques

42Certains territoires ruraux présentent des caractéristiques (en termes géographiques ou d’équipements proposés) qui favorisent un ralentissement des pratiques.

43Concernant l’inscription spatiale des activités quotidiennes, l’ancrage des pratiques dans la proximité n’est évidemment possible que s’il existe une offre. Dans nos territoires d’étude, nous avons pu établir une corrélation entre existence d’une offre de proximité et fréquentation : lorsqu’il existait une offre commerciale ou de loisirs dans la proximité, la majorité des ménages y avait recours et la privilégiait, même de manière irrégulière. De plus, les pratiques évoluaient avec l’offre : si une offre apparaissait dans la proximité, les ménages avaient tendance à relocaliser leurs pratiques ; a contrario, si une offre disparaissait ou devenait moins qualitative, les ménages se reportaient vers une offre plus éloignée.

  • 9 Un inventaire (sûrement non exhaustif) des producteurs présents dans et à proximité de l’intercommu (...)

44Nous avons ainsi pu observer dans nos territoires d’étude une différence dans l’inscription spatiale des ménages habitant le territoire rural « isolé » et celle des habitants des deux intercommunalités rurales « polarisées » : dans le 1er type de territoire (où les producteurs locaux, en ventes directes ou AMAP, sont plus nombreux et proposent une offre plus diversifiée9), les ménages ont des pratiques de proximité plus intenses. En jouant sur l’offre proposée, les territoires peuvent donc permettre, voire favoriser, des pratiques de proximité.

45De la même manière, l’aménagement des territoires peut favoriser la pratique de modes « lents », marche et vélo. On note dans les discours que, si le côté « nature » du rural est globalement apprécié lorsqu’il s’agit de balades, certaines caractéristiques géographiques du territoire peuvent constituer un frein lorsqu’il s’agit de déplacements « utilitaires ». On observe ainsi une différence entre les ménages ruraux habitant en cœur de bourgs (densité d’habitations relativement élevée + rues) et ceux habitant à l’extérieur (faible densité d’habitations + routes). Pour les premiers, la marche (en « ville », donc) est appréciée car propice à la découverte, à la rencontre :
« [À propos de la marche] Je trouve même que parfois ça peut améliorer la vie au quotidien. Parce qu’on voit des choses qu’on ne voit pas forcément en voiture, on profite de choses dont on profiterait pas en voiture ! […] Et puis [ça permet] de découvrir des… je sais pas, des points, des lieux… En voiture je ne m’étais jamais aperçue par exemple qu’il y avait une corniche sur une maison, ou qu’il y avait un nid d’oiseau sous un toit, ou de rencontrer… des gens, et de parler avec eux… ça a un côté convivial et rassurant» (F, P5, seule avec enfants)

46Au contraire, les ménages qui habitent à l’extérieur ou en périphérie des bourgs associent fréquemment la pratique des modes actifs à des problèmes d’insécurité, en particulier lorsqu’elle concerne leurs enfants et/ou lorsqu’ils doivent emprunter des routes fréquentées :
« [qui vit à 3km du bourg] Moi j’aimerais bien, j’ai même fait du vélo, j’ai essayé d’aller sur Azay en vélo avec… j’ai une petite remorque pour mettre mes filles, mais c’est super dangereux. Les camions frôlent etc., et même au départ on avait envisagé que… comme mon grand va être scolarisé au collègue, qu’il puisse rentrer à vélo ou y aller à vélo, et en fait j’ai super la trouille, les camions… enfin c’est trop roulant… » (F, P1, en couple avec enfants)
« Je vois pour Maud, le soir quand elle rentre à vélo je suis pas sereine ! La dernière portion de route elle n’est pas du tout éclairée, y a pas de trottoir, c’est une route où il y a pas de mal voitures. Mais ça reste une route de campagne, donc sans trottoir, pas d’éclairage… Et… du coup ouais, à vélo, enfin moi je me bagarre avec ma fille, pour le gilet jaune, pour la lumière, j’ai abandonné le casque […] Mais c’est… au niveau sécurité c’est quand même le frein quoi. » (F, P7, en couple avec enfants)

47Ils regrettent également le caractère pénible ou monotone du trajet effectué sur des routes départementales ; on sait en effet que le paysage, la présence de commerces, d’ombrage ou la qualité du revêtement, vont jouer sur le ressenti de la marche et encourager la pratique (Bidou, 2015).
« Ça nous est arrivé d’aller dans le centre de Cinq-Mars-La-Pile à pied quand il y avait pas encore Alexandre, avec les 2 grands, mais… ça les amuse pas trop c’est une grande route toute droite c’est plus rigolo d’aller se promener au bord de Loire ! » (F, P66, en couple avec enfants)

3.2. Des représentations du rural favorables à des modes de vie « plus lents »

48Par ailleurs, de par les représentations qu’ils associent à leur territoire de résidence, les ménages ruraux vont être plus enclins à adopter des modes de vie plus lents. De fait, alors qu’ils déplorent subir toujours plus d’injonctions à la vitesse, ils associent régulièrement rural et rythme de vie plus lent :
« Alors [en rural] il y a un mode de vie peut-être, on n’a pas le même mode de vie à la campagne qu’à la ville, on prend plus son temps ! On est moins… je pense moins stressés, on n’est pas soumis aux nuisances sonores, nettement moins qu’en ville, […] je pense qu’il y a un mode de vie local, rural ! » (H, P61, en couple sans enfant)

49Ces représentations semblent partagées par les habitants du périurbain, comme l’illustre ce verbatim tiré d’un article de Poulot et al. (2016 : 96) : « [ici, en périurbain] les gens prennent plus le temps, ils sont moins stressés ».

50Ainsi, en dépit des contraintes temporelles et de la dépendance à la voiture qui marquent leurs modes d’habiter, les ménages évoquent le rural comme un territoire dans lequel le temps passe différemment :
« Pour vous c’est quoi la différence entre un mode de vie rural et un mode de vie plus urbain ? C’est un tempo, un rythme de vie plus lent ?
- Alors le rythme de vie ça c’est sûr. Parce que [en ville] il y a le rythme, parce qu’il y a le bruit, enfin voilà il y a tout ça. Mais oui, ici oui il y a… Alors moi je mets ça sous l’appellation générique « qualité de la vie » quoi, pour moi c’est tout un ensemble c’est un peu diffus tout ça. » (H, I11, en couple sans enfant)

51Par cette question du rythme les ménages opposent souvent le rural à l’urbain (à « son agitation, l’animation, le bruit et le rythme vécus comme fatigants », (Morel-Brochet, 2006 : 368) : que ce soit par des ménages anciens urbains ou des natifs ayant toujours vécu en rural, l’urbain est associé à des « contre-références » (Poulot et al., 2016), à des représentations négatives et à une moindre habitabilité ; reprenant la traditionnelle dichotomie entre ville et campagne (et périurbain), cette mise en opposition leur permet également de justifier et de valoriser leur choix résidentiel. Alors que la lenteur est traditionnellement associée à des représentations négatives, « synonyme d’inaction, de mollesse, d’indolence » (Mallet, 2017), elle est au contraire présentée ici de manière positive, conjuguée avec les représentations de « qualité de vie » fréquemment associées au rural. Cette « lenteur » des modes de vie ruraux est parfois ce qui a attiré les néo-ruraux lassés de la ville : ils viennent s’installer en rural par envie d’autre chose, de consommer différemment, de « ralentir » :
« Je me suis toujours dit que je préférais avoir un camp de base dans un endroit comme celui-là, avec plus d’espace donc plus de temps […]
Et quand vous dites plus d’espace donc plus de temps, c’est quoi alors ? Vous êtes en rural donc vous prenez plus le temps de vivre, c’est ça ?
- Oui […] » (H, I20, seul sans enfant)

52Ces perceptions du temps peuvent s’expliquer par les représentations que les ménages ont de la « nature » en rural : une étude du CREDOC (Bigot, 2001) montre que 31 % des français associent en premier lieu « l’espace rural » à « la campagne, les champs, la végétation » ; « l’agriculture, les paysans, le travail agricole », qui a longtemps servi de définition au monde rural (Rieutort, 2012), n’est évoqué que par 5 % des français. Un territoire rural naturel, donc, associé à un autre rapport au temps : un temps physique, celui de la nature, de la pousse des végétaux, du rythme des saisons, de l’alternance jour/nuit ; un temps physique avec lequel il est impossible de tricher, qu’on ne peut accélérer.
« Ici on vit plus au rythme de la nature ! Alors on voit ce qui se passe… ici, bah on voit quand même, on sait si c’est la pleine lune, si c’est… on ne la voit même pas en ville, on n’y prend pas le temps… » (H, I13, en couple sans enfant)

53Une nouvelle fois présenté par les ménages en opposition avec la ville, le rural serait un milieu propice pour « reprendre contact » avec la réalité du temps qui passe, avec le rythme des saisons :
« Est-ce qu’il y a encore un mode de vie rural […] ?
- Oui, alors… le truc qui me vient là c’est jardiner avec la lune ! (rires). Je pense que bon c’est des trucs, en ville, non, on ne se pose pas la question mais… ici on suit un peu les saisons au rythme du potager aussi, […] mais ouais y a un rythme quoi… » (F, P66, en couple avec enfants)

54À travers leur mode de vie, les ménages ruraux marqueraient également plus que les ménages urbains l’alternance jour-nuit.
« Il y a une différence dans la façon dont on a à regarder notre environnement. Et puis il y a quelque chose qui me frappe, c’est la vie d’une ville : les gens c’est vrai qu’ils sont toujours dehors, toujours en terrasse… enfin ils travaillent aussi mais… et je me disais tiens à cette heure-là, je serais tranquillement devant ma petite télé, ma maison fermée et tout, ça, ça me saute aux yeux à chaque fois que je vais en ville, je me dis mais tiens, là y a une énorme différence, la vie des citadins, le soir, tard dans la nuit… » (F, I7, en couple sans enfant)

55Enfin, le rural serait un milieu propice pour retrouver des sensations liées au climat : les ménages y (re)prennent contact avec le temps « qu’il fait », notamment en se soumettant aux aléas climatiques ; a contrario, la ville est parfois perçue comme un milieu aseptisé.
« […] que à un moment il y ait une énorme pluie et que du coup ça emmène des trucs, ça me rassure ! Plus que ça ne m’inquiète. Ça me rassure, c’est un contact, c’est qu’il se passe quelque chose, alors que je trouve que dans le milieu urbain on passe son temps à éloigner ces choses-là et à sécuriser pour surtout avoir le moins de contacts possibles. […] Le froid, l’humidité, des choses comme ça, évidemment il y a ça, sinon vaut mieux habiter en ville ! » (H, I20, seul sans enfant)

56Les représentations de « lenteur », considérée positivement, que les ménages associent à leur territoire de résidence les mettent dans des conditions propices pour développer des modes de vie plus lents, pour répondre à « la vitesse et l’accélération [dont le] corollaire est un éloignement de notre présence réelle au monde » (Mallet, 2017). En outre, certaines caractéristiques géographiques (niveau de densité ou d’urbanité) ou urbaines (niveau d’équipements, type d’aménagement et d’infrastructures) vont permettre et favoriser un « ralentissement » des modes de vie.

4. Un manque de temps pour ralentir

57Nous venons de montrer de quelle manière les ménages adoptent des stratégies qui leur permettent de ralentir, de se réapproprier leurs rythmes de vie et de redonner du sens à leurs actions. Toutes visent plus qu’un simple ralentissement : une évolution de la qualité du temps consacré à leurs actions et du sens qui leur est donné. Les ménages ne cherchent pas seulement à « gagner du temps », mais bien à le passer « autrement ».

58Différents freins rendent ce ralentissement difficile à mettre en œuvre.
D’une part, on l’a vu, « ralentir » implique parfois d’accorder plus de temps aux différentes activités : de passer plus de temps dans le déplacement lorsqu’il est effectué avec un mode « lent », de rajouter une part de temps « sociale » à certaines activités.

59Il faut également du temps pour préparer le ralentissement : un temps de réflexion pour mettre en place les stratégies qui permettront de « ralentir », de reprendre la maîtrise du rythme de vie et de développer de nouveaux rapports au territoire et aux autres.

60Un temps nécessaire pour s’approprier le territoire, en acquérir une connaissance fine et apprivoiser l’ensemble de ses aménités (Bonnin-Oliviera, 2013), en particulier celles relatives aux services à la personne ou aux espaces de valorisation des produits locaux (producteurs locaux, ventes directes, etc.).
« J’aimerais bien effectivement être plus proche des producteurs, mais là pour l’instant… je peux pas courir tous les lièvres à la fois» (F, P66, en couple avec enfants)

61Cette appropriation du territoire nécessite et est facilitée par une implication dans le territoire, la création de liens sociaux : la « découverte » du territoire se fait en effet via les nouveaux réseaux d’amis, au cours de discussions, etc.

62Réorganiser ses rythmes de vie et pratiques quotidiennes demande également du temps et de l’énergie pour réinterroger puis faire évoluer ses habitudes. Celles-ci sont génératrices d’inertie (Rocci, 2015) et agissent comme un frein au changement : les faire évoluer suppose notamment de s’adapter à de nouvelles logiques de fonctionnement (des réseaux d’approvisionnement, des itinéraires à emprunter) et de développer des nouvelles compétences (faire du vélo, se repérer sur une carte), ce qui représente un coût d'organisation qui s'accompagne d'une prise de risques et d'un surplus de contraintes. Il y a donc un « temps » propice, ou non, au changement des habitudes : on observe chez les ménages un lien entre les phases de ralentissement et les phases de la vie familiale et professionnelle. Les phases où les contraintes professionnelles et familiales sont les plus fortes compliquent la recherche de ralentissement :
« J’y pense tout le temps en fait ! J’y pense tout le temps à essayer de… enfin j’y pense souvent, en tout cas c’est l’objectif global de la famille d’essayer de mieux consommer etc., maintenant… il faut pas que ce soit avec beaucoup de contraintes en plus, ça c’est pas possible parce qu’on a un temps limité, on a une énergie limitée aussi… » (F, I18, en couple avec enfants)

63Au contraire, l’arrêt du travail ou le passage à la retraite, le départ des enfants, amènent le temps qui permet la réflexion nécessaire au ralentissement.
« Est-ce que vous avez toujours fait très attention à vos déplacements, à limiter absolument la voiture, ou est-ce que c’est venu petit à petit ?
- C’est venu petit à petit je crois hein !
Et grâce à quoi en fait, qu’est-ce qui a été le…
- Bah le fait de ne plus travailler déjà. […] C’est-à-dire que quand on travaillait on n’avait pas vraiment le temps d’y penser. Voilà fallait qu’on se déplace, et puis voilà ! […] On cherchait à faire ce qu’il y avait à faire quoi !
- Et puis on travaillait, moi je rentrais tard du boulot, toi c’est pareil, bon… on ne pensait pas à ça.
On n’avait pas le temps» (H&F, P26, en couple sans enfant)

Conclusion : rural, un territoire pour ralentir ?

64Ralentir, reprendre le contrôle de son temps et lui redonner du sens sont des aspirations largement partagées par les ménages, urbains ou ruraux, en réaction à l’accélération des rythmes de vie. À partir de l’analyse des modes d’habiter de 75 ménages ruraux, nous avons pu identifier différentes stratégies permettant un ralentissement : pratique de modes de déplacement « lents », ancrage dans la proximité, réintroduction du « social » dans l’ensemble des activités quotidiennes et, plus largement, renouveau du rapport aux temps (chronologique, météorologique, etc.).

65Dans les représentations qu’ils en ont, le rural est considéré par les ménages comme propice au ralentissement : de fait, la présence de certaines aménités (producteurs locaux notamment) est favorable aux pratiques de proximité et au retour au local, et explique même pour partie l’installation de certains ménages dans ces territoires. En revanche, d’autres caractéristiques territoriales compliquent le ralentissement, en rendant par exemple difficile la pratique de modes « lents ». Ainsi, si le rural permet le ralentissement, il est, par certains aspects, moins propice que des territoires urbains, où les infrastructures de modes doux ou les équipements de proximité sont plus développés.

66« Temps qui passe, temps qu’il fait : changer de rythme pour changer le climat ? », interroge cet appel à communication. À partir de l’analyse des modes d’habiter de ménages ruraux, nous avons pu montrer que cette problématique du temps est très présente dans les discours, même de manière sous-jacente. En revanche, aucun lien clair n’apparaît entre ralentissement et considérations environnementales : par les stratégies qu’ils mettent en œuvre, les ménages cherchent à retrouver une meilleure qualité de vie et à redonner du sens à leurs actions, mais ils n’évoquent que rarement l’impact environnemental que pourraient avoir ces comportements, leur portée plus globale sur le changement climatique par exemple. En ce sens, ces comportements ne s’inscrivent pas dans la mouvance Slow (CittaSlow, Slow Food) qui se construit sur le « souci environnemental » (Mallet, 2017).

67Deux idées peuvent être tirées de ces observations.
D’une part, en limitant le nombre de kilomètres qu’ils parcourent et leur dépendance aux énergies fossiles, les ménages limitent leur empreinte environnementale ; on peut donc faire l’hypothèse (qui reste à démontrer) que ces stratégies de ralentissement participent à la lutte contre le changement climatique, même si elles ne sont pas mises en œuvre dans cet objectif. Il est donc souhaitable de favoriser ces pratiques. Les collectivités ont alors un rôle majeur à jouer, en créant un environnement propice : en développant des infrastructures de transport doux, en favorisant le développement d’équipements de proximité.

68D’autre part, puisque les considérations environnementales n’ont pas ou peu de place dans ces stratégies de ralentissement, c’est à d’autres arguments qu’il faut faire appel pour favoriser ces comportements et participer à la lutte contre le changement climatique. Ainsi, plutôt que de souligner les bénéfices environnementaux de tels comportements, on pourrait plutôt insister sur leurs avantages en termes de bien-être personnel.

Haut de page

Bibliographie

Bonnin-Oliviera S., 2013, La fin des périphéries urbaines – Modes de vie et recompositions territoriales aux marges de l’aire urbaine toulousaine, EspacesTemps.net [https://www.espacestemps.net/articles/la-fin-des-peripheries-urbaines/]

Bidou D., 2015, Marche, Dictionnaire du développement durable [http://www.dictionnaire-du-developpement-durable.fr/ville-et-campagne/marche]

Bigot R., 2001, Les français et l’espace rural, Paris : CREDOC, 140p., [http://www.credoc.fr/pdf/Sou/espace_rural.pdf]

Commissariat Général au Développement Durable (CGDD), 2010, La mobilité des Français, Panorama issu de l’enquête nationale transports et déplacements 2008, La Revue du CGDD, 228 p., [http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/La_revue_du_CGDD/2010/La_mobilite_des_Francais_ENTD_2008_revue_cle7b7471.pdf]

Dietschy M., 2015, Tensions et compromis dans les valeurs spatiales du slow, Carnets de

Géographes n° 8, [https://cdg.revues.org/291]

Faugier E., 2013, L’économie de la vitesse : l’automobilisme et ses enjeux dans le département du Rhône et la région de Québec (1919-1961). Thèse de doctorat en histoire, Université de Laval, 593 p.

Gras A., 1999, Le désir d’ubiquité de l’homme pressé et le devoir de vitesse, Quaderni, n° 39, pp. 41-54

Honoré C., 2005, Éloge de la lenteur, Paris : Ed. Marabout, 287 p.

Huyghe M., 2015, Habiter les territoires ruraux – Comprendre les dynamiques spatiales et sociales à l’œuvre, évaluer les perspectives d’évolution des pratiques de mobilité des ménages, Thèse de doctorat en Aménagement de l’espace et Urbanisme, Université de Tours, 464 p.

Le Breton D., 2012, Marcher. Eloge des chemins et de la lenteur, Paris : Édition Métailié, 140p.,

Le Breton D., 2001, Chemins de traverse : éloge de la marche, Quaderni, vol. 44 n° 1, pp. 5-16

Le Néchet F., Nessi H., Aguiléra A., 2016, La mobilité des ménages périurbains au risque des crises économiques et environnementales, Géographie, Économie, Société, vol. 18, pp. 113 - 139

Mahé A., Moati P., 2016, Modes de vie et mobilité, une approche par les aspirations. Rapport de recherche du Forum Vies Mobiles, Paris : Obosco

Mallet S., 2017, Le label Cittaslow et sa diffusion dans les communes françaises : la lenteur pour produire des espaces durables ? Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [https://tem.revues.org/4173]

Mathieu N., 2014, Mode d’habiter : un concept à l’essai pour penser les interactions hommes- milieux, in Chenorkian R. & Robert S., Les interactions hommes-milieux, Questions et pratiques de la recherche en environnement, pp. 97-130

Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie (MEDDE), 2014, Politiques climat et efficacité énergétique, Synthèse des engagements et résultats de la France

Morel-Brochet A., 2006, Ville et campagne à l’épreuve de modes d’habiter. Approche biographique des logiques habitantes, Thèse de doctorat en géographie, Université Paris 1, 572 p.

Négawatt, 2014, Scénario négaWatt 2011-2050, Rapport technique [https://negawatt.org/Rapport-technique-du-scenario-negaWatt-2011-2050-189]

Paquot T., 2014, Un temps à soi. Pour une écologie existentielle, Esprit n° 410, pp. 18-35

Poulot M., Aragau C. & Rougé L., 2016, Les espaces ouverts dans le périurbain ouest francilien : entre appropriations habitantes et constructions territoriales, Géographie Economie Société, vol. 18, pp. 89-112

Rieutort L., 2012, Du rural aux nouvelles ruralités, Revue internationale d’éducation de Sèvres, centre international d’études pédagogiques, pp. 43-52

Rocci A., 2015, Comment rompre avec l’habitude ? Les programmes d’accompagnement au changement de comportements de mobilité, Espace Populations sociétés, n° 1-2 [https://eps.revues.org/6027],

Rosa H., 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris : La Découverte, 474 p.

Rosa H., Lussault M., 2014, Quels effets de l’accélération des rythmes sociaux ? Forum des

Vies Mobiles – Préparer la transition mobilitaire [http://fr.forumviesmobiles.org/regards-croises/2014/03/31/quels-effets-lacceleration-des-rythmes-sociaux-2261]

Sélimanovski C., 2009, Effets de lieu et processus de disqualification sociale, le cas de Strasbourg et du Bas-Rhin, Espaces Populations Sociétés, 1, Différences et inégalités sociodémographiques : approche par le local, pp. 119-133 [https://eps.revues.org/3609],

Terrhabmobile, 2013, Lorsque la mobilité territorialise, EspacesTemps.net [https://www.espacestemps.net/articles/lorsque-la-mobilite-territorialise/],

Thébert M., Coralli M., Nessi H., Sajous P., 2016, Un territoire d’attaches : lien aux lieux et lien aux autres dans le périurbain francilien, Géographie, Economie, Société, vol. 18, pp. 59-88

Virilio P., 2001, Cybermonde la politique du pire, Editions Textuel, 112 p.

Haut de page

Notes

1 http://fr.forumviesmobiles.org/projet/2016/05/23/aspirations-liees-mobilite-et-aux-modes-vie-enquete-internationale-3240 ; l’enquête a été menée dans six pays : France, Espagne, Allemagne, Etats-Unis, Japon et Turquie.

2 Loi n°2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte

3 Les entretiens ont été réalisés entre 2012 et 2015 dans le cadre des programmes de recherche MOUR (2011-2013) et MOBITER (2013-2015) et de notre thèse de doctorat en aménagement de l’espace et urbanisme (Huyghe, 2015). Dans notre article, les entretiens sont référencés suivant le type de territoire rural dans lequel ils ont été effectués : I correspond à du rural « isolé » ; P correspond à du rural « polarisé ».

4 Pour plus de précisions sur les critères de distinction utilisés, cf. Huyghe (2015)

5 Legros M., Duru M., 2012, Pourquoi on pédale dans le vite ?, Philosophie Magazine, n°57

6 http://fr.forumviesmobiles.org/meeting/2016/06/21/modes-vie-et-mobilite-quelles-aspirations-pour-futur-3282

7 Gros F., 2012, Ils ont fait le grand slow, Philosophie Magazine n°57

8 Nous n’avons pas analysé les autres pratiques environnementales (tri, économies d’énergie) que les ménages pourraient mettre en œuvre ; « l’absence de réflexion environnementale » dont nous parlons ici concerne donc uniquement la pratique de modes lents et l’ancrage local des ménages.

9 Un inventaire (sûrement non exhaustif) des producteurs présents dans et à proximité de l’intercommunalité du rural isolé permet d’identifier une douzaine de producteurs de produits alimentaires « quotidiens » (dont 2 AMAP, 4 producteurs de légumes, 3 producteurs de viande, 3 producteurs de produits laitiers), ainsi que de nombreux viticulteurs et vignerons ; on recense en outre 2 producteurs de « produits de la ruche » et 2 producteurs de safran. Dans les 2 intercommunalités du rural polarisé, les producteurs sont moins nombreux mais surtout moins généralistes dans leurs productions : on y compte au total seulement 1 AMAP, 3 producteurs de viande et 3 producteurs de fruits et légumes ; on recense en outre 5 producteurs de produits de la ruche, de safran, ou de produits typiques tels que les poires tapées de Rivarennes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation des terrains d’étude
Crédits Sources : BD Topo IGN, Scan 25 IGN. Réalisation : MH, 2014.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4399/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Huyghe, « Rural, un territoire pour ralentir ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 37 | 2018, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/tem/4399 ; DOI : 10.4000/tem.4399

Haut de page

Auteur

Marie Huyghe

Consultante en mobilité
Chercheure associée
UMR 7324 CNRS-CITERES
33 Allée Ferdinand de Lesseps
37 204 Tours
France
huyghe.marie@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page