Navigation – Plan du site
Editorial

Temps qui passe, temps qu’il fait : changer de rythme pour changer le climat ?

Time Passing by vs Weather: Changing Pace to Change the Climate?
Caroline Norrant et Antoine Le Blanc

Texte intégral

1En réaction à la course effrénée à la vitesse et à la productivité de ces dernières décennies, sont apparus des mouvements qui prônent le ralentissement, et gagnent – lentement ! – nos modes de vie.

2Cette valorisation du « lent » commence à infléchir nos façons de consommer et de vivre - slow food, slow cosmétique, slow life - (Honore, 2005), en opposition à l’injonction de frénésie de consommation de la société. Son objectif est de nous aider à mieux profiter du moment présent, notion qu'on retrouve dans l’essor de la pleine conscience qui gagne de plus en plus de terrain, notamment pour lutter contre le stress engendré par nos rythmes de vie. Ce mouvement du « slow » s’étend à tous les domaines, y compris celui de la science (Gosselain, 2012), incitant ses adeptes à privilégier la qualité à la quantité en se recentrant sur l’essentiel, et par conséquent – paradoxalement ? – à gagner en efficacité et en productivité. Les géographes se posent aussi cette question de la lenteur, qui apparaît de plus en plus au cœur des différents terrains d’étude (Deléage et Sabin, 2014 ; Godillon et al., 2015).

3Ce mouvement du slow est-il transposable à tous les domaines de la géographie, et peut-il être une stratégie, face notamment aux problèmes environnementaux ? En effet, dans le contexte actuel de changement climatique, dû en grande partie à notre société qui prône le « toujours plus » (toujours plus vite, toujours plus loin, toujours plus de consommation…) à l’origine de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, quels seraient les effets de l’application de ce mouvement de la lenteur ? L’objectif des négociations internationales sur le climat est de limiter la hausse de température à +2°C pour la fin du XXIe siècle, mais les estimations tendent pour l’instant vers une augmentation moyenne de +3°C, qui permet d’éviter le scénario du pire, mais dépassant le seuil au-delà duquel les spécialistes craignent un dérèglement du climat sans retour possible à l’état antérieur (GIEC, 2013 ; COP 21, 2015).

4Le rythme rapide auquel se fait ce changement climatique est sans précédent, mais cette brusque modification est encore trop lente pour être tangible pour nos sociétés ; rythme climatique et rythmes sociétaux ne sont pas en phase. Pourtant, si nous voulons limiter la hausse moyenne de température en lien avec le changement climatique, les décisions doivent être prises très vite, au plus tard pendant la décennie à venir : tout nous pousse donc à aller plus vite… mais une réponse, même au changement climatique, ne résiderait-elle pas dans ce mode alternatif qu’est la lenteur ? Faut-il vite ralentir ?

5Plus le temps passe, plus le temps qu’il fait se modifie… Il faut donc faire des choix, et ce rapidement, afin d’infléchir nos émissions de gaz à effet de serre. Mais à l’heure actuelle, pour beaucoup, faire des choix s’apparente à renoncer : renoncer à nos modes de consommation, renoncer à nos modes de production, renoncer à notre façon de nous déplacer, renoncer à notre société et à notre façon de vivre. Pour d’autres, toutefois, cela peut aussi être commencer quelque chose de nouveau : nouvelles technologies, plus propres, mais aussi nouvelles façons d’habiter ou d’appréhender l’urbain, nouvelles méthodes de production et de consommation… Ainsi, plus que commencer, il s’agirait de « re-commencer » à vivre, à consommer, à produire, à se déplacer, mais différemment ; la lenteur allant de pair avec une consommation moindre, et donc une diminution de nos émissions de polluants de toutes sortes. Concernant le changement climatique, cela pose donc la question de l’adaptation, en plus de celle de l’atténuation, l’effort visant à diminuer les émissions de gaz à effet de serre devant être soutenu. La lenteur serait-elle une solution à l’accélération du changement climatique et de ses conséquences ?

6C’est la question que posait l’appel à textes (https://tem.revues.org/​3302), et à laquelle nous espérions des pistes de réponses dans les articles proposés. En effet, dans ce numéro, les différentes thématiques attendues devaient s’articuler autour de cette notion de « temps qui passe » qui nous pousse à faire des choix, à renoncer ou à (re)commencer afin d’infléchir le temps qu’il fait. Toutefois, les propositions d’articles que nous avons reçues n’ont que partiellement abordé les thèmes envisagés. En effet, très peu de propositions d’articles traitant du climat nous sont parvenues : le changement climatique, qui pourtant était au cœur de cet appel à textes, n’a pas inspiré les propositions, ou tout du moins pas de propositions en lien avec la lenteur.

7Pourtant, les responsables du numéro auraient aimé que soient abordés différents thèmes liant climat (temps qu’il fait) et ralentissement (temps qui passe) car, au-delà du jeu de mots apparent sur la polysémie du concept de temps, des relations structurelles profondes entre ces deux champs lexicaux nous semblent être sources d’interrogations pertinentes et actuelles : en premier lieu, les modifications observées du climat ces dernières années laissent apercevoir une modification dans le rythme du changement climatique. Ce dernier s’est inscrit dans le temps long pendant plusieurs décennies, avant que la communauté scientifique ne s’accorde sur sa réalité (détection d’une rupture vers le milieu des années 1970 (Houghton et al., 1995), tendances sur le long terme, avec incertitude sur le sens et la significativité des tendances pour certains paramètres climatiques (Chapman et al., 2013). Mais ces dernières années, l’impression de multiplication et surtout l’augmentation d’intensité des événements extrêmes semblent montrer un changement de rythme, avec notamment une accélération de la modification et de la réponse climatiques (Coumou et Rahmstorf, 2012) ; le changement climatique aurait donc récemment changé de rythme mais, au lieu d’un ralentissement, il s’agirait plutôt d’une accélération brutale qui l’affecterait, avec les conséquences que cela peut avoir sur nos sociétés – agriculture, commerce, mobilités, risques…

8Dans un second point, des articles étaient attendus sur les décalages qui existent entre rythmes sociaux et rythmes climatiques. En effet, les perceptions des changements climatiques s’inscrivaient plutôt dans le temps long, en dehors des événements extrêmes et de leurs conséquences sur le très court terme (bien que le lien entre une éventuelle intensification et montée en puissance de ces phénomènes et le changement climatique reste encore à confirmer (Coumou et Rahmstorf, 2012). À l’inverse, les rythmes sociaux, eux, sont autres : à l’échelle du climat, le temps de l’humain s’inscrit dans le très court terme ; le temps du législateur, lui, est encore plus court, avec une vision qui, bien souvent, ne s’inscrit qu’à l’aune de son mandat, les décisions impopulaires étant bien souvent repoussées afin de ne pas compromettre une éventuelle réélection. Pourtant, c’est à l’échelle de temps très courte des sociétés qu’il faut prendre des décisions afin d’impacter sur le temps beaucoup plus long du changement climatique. Mais alors, comment mettre en adéquation ces deux « temps », celui de la société, court, et celui du climat, beaucoup plus long ? D’autant plus que pour influencer ce temps long du climat, en tenant compte également de la très forte inertie de certains éléments du système climatique (jusqu’à plusieurs centaines voire milliers d’années pour la cryosphère et l’océan (GIEC, 2015), les mesures d’atténuation doivent être prises désormais le plus vite possible (GIEC, 2015) : nous avons déjà perdu trop de temps, si le changement climatique se manifeste, c’est qu’il est presque déjà trop tard… Les différentes mesures prônées par les Conférences des Parties (COPs) annuelles visent des objectifs à moyen terme, c’est-à-dire pour la fin du XXIe siècle ; mais cela n’est pas en adéquation avec le temps très court sur lequel surviennent les événements extrêmes (cyclones, inondations, pluies diluviennes…) et leurs conséquences socio-économiques et humaines, alors même que ces dérèglements climatiques risquent de s’accentuer dans les décennies à venir (GIEC, 2015). Ces extrêmes climatiques concernent donc la société dans son temps court, mais également dans son temps long, alors que les solutions envisagées pour y répondre se situent entre ces deux temporalités. Seront-elles alors une réponse viable ?

9Enfin, les questions des transitions, des alternatives ou des transformations étaient attendue : changements des modes de vie, qu’ils soient choisis ou subis ; influence de ces changements sur le climat, comme prise de décision consciente ou comme « effet secondaire » inattendu mais bénéfique… Cette question est évoquée dans un des articles retenus (Marie Huyghe : Rural, un territoire pour ralentir), mais elle apparaît en filigrane dans le sujet, sans être abordée en tant que question de fond. Le changement pouvait également être abordé par rapport à la perception du changement climatique : le temps qui passe permet une meilleure prise de conscience du temps qu’il fait, avec l’idée que le temps qu’il fait n’est plus le même que quelques décennies plus tôt. En cela, le temps qui passe permet une meilleure prise de conscience du changement climatique, et cette question n’a malheureusement pas été analysée dans les articles reçus.

10Ainsi plusieurs de ces thèmes n'ont pas suscité de réponses approfondies et ne sont donc pas abordés au cours de ce numéro, sauf de loin. Toutefois, parmi les propositions qui nous sont parvenues, certaines ont émergé, en soulignant des problématiques proches des thématiques initialement proposées et avec des approches qui nous ont paru tout à fait pertinentes, insistant sur les rythmes et les évolutions de ces rythmes à partir de cas d’étude concrets, dans les villes et les campagnes, en France.

11Au final, trois articles ont été retenus et composent ce numéro thématique. Le premier article est de celui de Sandra Mallet, Maître de Conférences à l'Université de Reims Champagne-Ardenne, intitulé Le Slow : la lenteur pour produire des espaces urbains durables ? Cittaslow et sa diffusion dans les communes françaises. Cet article, après un historique et une présentation du phénomène Slow, nous présente la pluralité des réalités du réseau Cittaslow ainsi que les différentes positions et les divers engagements de ses acteurs, tout en développant aussi l'ambiguïté du rapport des acteurs à cette notion de « lenteur ». Il en ressort que ce sont les notions de durabilité, de local, et de « bien-vivre » qui guident principalement cette démarche.

12C'est également cette volonté de « bien-vivre » et d'amélioration de la qualité de vie qui ressort au travers du deuxième article : Rural, un territoire pour ralentir ? de Marie Huyghe, chercheure associée à l'UMR 7324 CITERES de l’Université de Tours, dans lequel sont analysées les diverses aspirations au ralentissement et les stratégies mises en œuvre pour y parvenir. L'auteure remarque que les impacts du ralentissement sur le changement climatique sont absents de la réflexion, ou au mieux sous-jacents, en tant que valorisation des pratiques écologiques tout au plus. Mais dans cette quête d'une amélioration de la qualité de vie, il ressort que le manque de temps reste le principal obstacle au ralentissement.

13Nous retrouvons également cette volonté d'une meilleure qualité de vie dans le troisième article : Ralentir la vitesse à Paris pour réduire la pollution ? de Sylvanie Godillon, chercheure post-doctorante au Centre Urbanisation Culture Société de l'INRS (Canada), qui met en évidence la traduction locale des débats liés au ralentissement dans Paris. Elle montre comment, suite à cette contrainte imposée aux automobilistes dont le but premier est d'améliorer la qualité de l'air plus que de lutter contre le changement climatique, les axes urbains structurants deviennent les espaces de conflit d'une véritable guerre médiatique.

14Comme le veut ce numéro, nous invitons donc le lecteur à « prendre le temps » de lire et de découvrir ces différents articles d'où il ressort que, même si prendre son temps n'est pas directement motivé par le temps qu'il fait ou qu’il pourrait faire à court ou long terme, au moins profiter du temps qui passe semble contribuer à une meilleure qualité de vie.

Haut de page

Bibliographie

Chapman S.C., Stainforth D.A., Watkins N.W., 2013: On estimating local long term climate trends, Philos. Trans. A Mat.h Phys. Eng. Sci., 371(1991): 20120287. doi : 10.1098/rsta.2012.0287

Coumou D., Rahmstorf S., 2012 : A decade of weather extremes, Nature Climate Change, vol. 2 July 2012, 491-496, DOI : 10.1038/NCLIMATE1452

COP 21, 2015 : http://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/l09r01f_cle0db386.pdf

Deléage E., Sabin G., 2014 : Résister à l’ère du temps accéléré, Ecologie et Politique, 48, pp. 13-124

GIEC, 2013 : Résumé à l’intention des décideurs, Changements climatiques 2013 : Les éléments scientifiques. Contribution du Groupe de travail I au cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat [sous la direction de Stocker, T.F., D. Qin, G.-K. Plattner, M. Tignor, S. K. Allen, J. Boschung, A. Nauels, Y. Xia, V. Bex et P.M. Midgley]. Cambridge University Press, Cambridge, Royaume-Uni et New York (État de New York), États-Unis d’Amérique

Godillon S., Lesteven G., Mallet S., 2015, Réflexions autour de la lenteur, Carnets de Géographes, n° 8, septembre 2015-11-12

Gosselain O., 2012 : « Slow Science et désexcellence : quelques poches de résistance en Belgique », Communication au séminaire Politique des Sciences, 10 mai 2012, Paris, EHESS. http://pds.hypotheses.org/1968

Honore C., 2005 : Eloge de la lenteur, Paris, Hachette Livre, 287p.

Houghton J.T., Jenkins G.J., Ephraums J.J. (eds), 1995 : Climate Change : the IPCC Scientific Assessment, Cambridge University Press, Cambridge, 364 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Norrant et Antoine Le Blanc, « Temps qui passe, temps qu’il fait : changer de rythme pour changer le climat ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 37 | 2018, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/tem/4424 ; DOI : 10.4000/tem.4424

Haut de page

Auteurs

Caroline Norrant

Maître de Conférences en géographie
Université de Lille
UFR de Géographie et Aménagement
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve d’Ascq cedex
caroline.norrant@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Antoine Le Blanc

Maître de Conférences en géographie
Université du Littoral Côte d’Opale
Département de Géographie et Aménagement
1 place de l’Yser
59375 Dunkerque
antoine.le-blanc@univ-littoral.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page