Navigation – Plan du site
Articles

Froid hivernal et fréquence de la grippe à Sfax (Centre-Est de la Tunisie)

Winter cold and frequency of influenza in Sfax (Central-East of Tunisia)
Mounir Jarraya

Résumés

La recrudescence hivernale de la morbidité grippale constitue un thème majeur de préoccupation dans le domaine de la Santé Publique. Plusieurs recherches ont mis l’accent sur le rôle d’appui que joue le froid hivernal pendant cette période de la saison épidémique. À Sfax, la morbidité du syndrome grippal est variable à l’intérieur de la saison hivernale. La fréquence des épisodes froids influence la consultation pour syndrome grippal enregistrée par les Centres de la Santé de Base. Une surmorbidité liée à ces séquences froides a été déterminée en comparaison avec les situations de froid ordinaire. Certaines situations atmosphériques fréquentes en hiver liées aux types de temps anticycloniques instaurent ce froid intense et renforcent par conséquent la virulence de l’agent pathogène viral qui touche toutes les catégories d’âge de la population.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Qualifiée selon le langage quotidien de « rhume » ou « coup de froid », la grippe qui est une affection le plus souvent banale, qui peut avoir une symptomatologie sérieuse chez certaines personnes. Sa propagation en mode épidémique, et les répercussions sérieuses sur la santé des individus, font de la grippe un problème majeur de santé publique (Eccles, 2005). D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les données saisonnières de la grippe indiquent un taux d’attaque de 20-30% chez les enfants et 5-10% chez les adultes, causant de 3 à 5 millions de malades et jusqu’à 500 000 décès chaque année à l’échelle mondiale (OMS, 2014). Cela justifie les multiples dispositifs de surveillance installés dans plusieurs pays afin de contrôler, voire maîtriser la situation épidémique. Cette maladie est à l’origine d’une part, d’un absentéisme flagrant au travail et à l’école et d’autre part, des dépenses colossales en matières de soins. Aux États-Unis, le coût médical de la grippe peut atteindre 10,4 milliards de dollars dans une année (Molinari et al., 2007). Par ailleurs, le fardeau de la grippe dans plusieurs pays en développement n’est pas encore bien établi (Soebiyanto et al., 2015).

2La grippe se caractérise par une morbidité élevée qui intéresse toutes les catégories d’âge, en particulier les jeunes enfants et les personnes âgées. La grippe se diffuse rapidement et prend une forme épidémique plus accrue pendant la phase automno-hivernale. La transmission inter-humaine constitue le principal facteur de la propagation de la grippe (Thompson et al., 2006). La grippe peut avoir des répercussions fatales chez les personnes âgées et aggrave les complications des broncho-pneumopathies et d’autres maladies chroniques (Villegas, 1998).

3Par ailleurs, la propagation de la grippe en mode épidémique nécessite la définition de l’épidémie et de la distinguer de la notion de pandémie. Pour l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le terme "épidémie" désigne « l’augmentation rapide de l’incidence d’une pathologie en un lieu et à un moment donnés. La plupart des dictionnaires usuels rajoutent que les épidémies sont souvent causées par une maladie contagieuse, le plus souvent d’origine infectieuse » (Lysaniuk et Tabeaud, 2010).  En ce qui concerne la grippe, le démarrage de l’épidémie se caractérise par la présence de cas éparpillés et prend de l’ampleur lorsque l’activité du virus s’intensifie et se propage au fil du temps. L’Homme ne peut pas rester à l’abri des agents infectieux présents dans l’environnement qui l’entoure et c’est pour cela que les maladies infectieuses sont considérées depuis longtemps comme des "compagnes fatales et constantes de notre vie" (Nicolle, 1930). L’intensité et l’ampleur spatiale de certaines épidémies ainsi que leurs répercussions sur la morbidité et la mortalité constituent des caractéristiques qui les gravent dans la mémoire publique. Quant aux pandémies, « elles sont des épidémies intéressant une part exceptionnellement élevée de la population et couvrant un secteur géographique très vaste (continental, voire mondial) » (Lysaniuk et Tabeaud, 2010).

4Les pics des épidémies de la grippe dans les deux hémisphères Nord et Sud surviennent en hiver (Earn et al., 2002). Bien que la confirmation de ce phénomène remonte au moins à un siècle (Huntington, 1920), les mécanismes qui commandent la saisonnalité de la grippe constituent un sujet de controverse entre les chercheurs (Lowen et al., 2008). Plusieurs hypothèses ont été avancées en s’appuyant sur des explications biologiques, sociales et environnementales (Dushoff et al., 2004). Dans l’hémisphère Nord, l’épidémie vient souvent de l’Asie et se transmet de pays en pays. La circulation du virus de la grippe sur de vastes étendues est expliquée par deux principaux facteurs : des contextes climatiques favorables en particulier froids et la mobilité spatiale incessante des individus (tourisme, migration, refuge…) (Firestone et al., 2012). En outre, le phénomène de migration des oiseaux peut véhiculer le virus de la grippe. Certains oiseaux, dont les canards, peuvent être porteurs sains et tous les oiseaux sont vecteurs potentiels de grippe ; ils peuvent, au retour de migration, apporter des virus qui ont suffisamment muté les mois précédents pour être à l’origine d’une souche épidémique (OMS, 2005).

5Outre la virulence de l’agent pathogène et le comportement de l’hôte, le cycle saisonnier des maladies infectieuses est fortement commandé par les conditions atmosphériques (Viboud et al., 2004). Plusieurs recherches ont analysé les effets de certains paramètres de climat sur le virus de la grippe dans divers espaces géographiques (Murray et Morse, 2011). Les conditions météorologiques pourraient influencer la transmission de la grippe : permettre sa survie, accroître les contacts avec les objets et réduire l’immunité humaine contre le virus circulant. L’accent a été mis sur l’effet des variables météorologiques telles que la température et l’humidité de l’air, les précipitations et le vent sur la saisonnalité et l’intensité des épidémies de grippe (Steel et al., 2011).

6Dans les régions tempérées, les infections grippales humaines présentent un fort cycle saisonnier. Des études récentes en laboratoire et en épidémiologie ont montré que des conditions d’humidité basses facilitent la survie à l’extérieur du corps humain et la transmission aéroportée de virus de la grippe, entraînant des épidémies annuelles d’hiver (Shaman et al., 2010). Des travaux ont affirmé le rôle de l’humidité et de la température ambiante dans la transmission de la grippe humaine saisonnière (A/H3N2) et pandémique (A/H1N1) de type A (Lowen et al., 2008). Le virus de la grippe peut survivre longtemps et se propage sous une humidité relative inférieure à 50% (Arundel et al., 1986).

7Dans un air froid et assez sec, le virus grippal serait donc plus stable et plus durablement infectieux. Une température de plus de 20°C associée à une humidité relative de plus de 50% semble défavoriser la contagion (hors contact physique direct) (Shaman et al., 2010). Cette influence de la température de l’air sur le virus de la grippe se manifeste dans les faits suivants : une couche de molécules grasses protège le virus contre la diminution de la température extérieure. À l’inverse, cette couche se fragilise en cas de chaleur et de ce fait, le virus ne supporte pas les fortes températures et meurt. Des recherches ont affirmé que sous un contexte climatique caractérisé par une température de 5°C et une humidité relative de l’air de 20%, la contamination virale de la grippe devient hyperactive (Polozov et al., 2008). Le mécanisme de l’infection par le virus de la grippe est assez compliqué : avec la pénétration du virus de la grippe dans les voies aériennes de l’organisme humain, la couche grasse constituée du cholestérol se liquéfie et permet une forte reproduction du virus et donc infection les cellules.

8Un autre aspect montre la responsabilité du temps froid et sec non seulement dans l’intensification de la virulence mais aussi sa propagation par les aérosols. Outre le durcissement de sa couche protectrice, ce temps s’avère favorable à la transmission spatiale du virus car il devient facilement aéroporté par les aérosols sur de longues distances et durées (Tellier, 2006). Sous un temps caractérisé par une température supérieure à 30°C, cette contamination s’amoindrit à son niveau le plus bas (Polozov et al., 2008).

9Dans le domaine tropical, Tamerius et al. (2013) ont montré que les épidémies surviennent souvent pendant la saison des pluies et la transmission est permanente durant toute l’année sans une saison bien définie. En modélisant les données épidémiologiques et climatiques de 78 sites d'étude échantillonnés, les auteurs ont prouvé l’existence de deux types de conditions environnementales associées aux épidémies de grippe saisonnière : «sèche et froide» et «humide et pluvieuse». Pour les sites où l’humidité spécifique moyenne mensuelle ou la température diminue en dessous des seuils d’environ 11-12 g / kg et 18-21°C au cours de l’année, les pics d’activité grippale surviennent au cours de la saison sèche et froide lorsque l’humidité et la température sont basses. Pour les sites où l’humidité et la température ne diminuent pas en dessous de ces seuils (c’est-à-dire humide et pluvieuse), l’activité grippale saisonnière est plus potentiellement fréquente puisque les totaux moyens des précipitations sont maximaux et supérieurs à 150 mm / mois (Tamerius et al., 2013).

10Les études qui se sont intéressées à la part du vent dans l’appui des épidémies de la grippe et d’autres maladies infectieuses sont très limitées. Certaines études ont attribué l’arrivée d’un virus dans une région donnée à certaines directions fréquentes du vent au début et pendant la saison épidémique (Davis et al., 2009). D’autres ont établi des analyses de données aérologiques selon des échelles spatio-temporelles différentes (Du Prel et al., 2009) et utilisé les résultats de nombreux modèles pour comprendre cette association entre les directions du vent et la typologie de virus de grippe (Gloster al., 2011). Cependant, ces recherches doivent tenir compte de la complexité des mouvements des individus et leur exposition au risque d’affection (Firestone et al., 2012).

11L’analyse de l’impact potentiel du froid hivernal sur la fréquence du syndrome grippal chez la population nécessite de définir la morbidité et la différencier de la mortalité. Cela est d’autant plus fondamental puisque de la morbidité constitue un terme essentiel dans la relation froid-syndrome grippal. Si la mortalité désigne le nombre de décès enregistrés selon un pas de temps donné, la morbidité correspond au nombre de personnes malades ou le nombre de cas de maladie au niveau d’une population déterminée et à un moment donné (Jammal et al., 1988). Elle peut avoir au moins deux expressions : les consultations et les hospitalisations enregistrées par les structures de soins (Jarraya, 2017). Dans notre présente recherche, la morbidité est exprimée par le nombre de consultations enregistrées par le secteur de la Santé de Base à Sfax.

12Sfax a connu une longue mutation socio-économique, en particulier à la veille l’indépendance. Le contexte démographique actif et la mobilité spatiale de la population ont contribué à l’agrandissement de sa taille en abritant plus de 600 000 habitants actuellement. Outre l’activité agricole très ancrée dans l’histoire de la région et pratiquée dans l’arrière pays, l’industrie diversifiée longeant le littoral et un secteur tertiaire florissant confèrent à Sfax un rôle structurant l’espace régional dans la mesure où elle polarise un espace vaste, en particulier le Sud et le Centre-Ouest du pays.

13Par ailleurs, la présentation de la zone d’étude (l’agglomération de Sfax) s’avère judicieuse afin de comprendre le contexte socio-spatial de la morbidité grippale enregistrée par les CSB. Sfax est une ville qui se localise au Centre-Est de la Tunisie (Carte 1) et s’étale sur une plaine littorale.

14Les services sanitaires constituent l’apanage de l’agglomération de Sfax compte tenu de l’offre de soins octroyée par des structures relevant les trois niveaux du système de soin public tunisien : hospitalo-universitaire, intermédiaire ou régional et primaire ambulatoire (Jarraya et Beltrando, 2013). Ce sont les CSB (29 centres ou dispensaires) représentant la première ligne de recours pour la population et offrant les soins ambulatoires (en particulier la consultation médicale), qui ont permis l’enregistrement des consultations pour syndrome grippal dans les différentes délégations de l’agglomération de Sfax. La spatialisation de la morbidité grippale montre que les délégations de Sakiet Eddaier et Sfax-Sud enregistrent des niveaux élevés puisqu’elles représentent respectivement 28,5% et 19,4% de l’effectif de consultations moyennes calculés sur la période 2001-2012 contre une part faible (11%) soulignée dans la délégation de Thyna au Sud de l’agglomération (Carte 1). Même si la spatialisation de la morbidité grippale dans l’espace étudié s’avère importante, nous nous sommes intéressés dans le présent travail à traiter sa variation temporelle à diverses échelles, permettant enfin d’analyser sa correspondance avec les épisodes froids.

15La morbidité élevée causée par la grippe constitue l’un des problèmes majeurs de la Santé Publique en Tunisie. Lors de la saison hivernale, la fréquentation élevée des centres de soins par toutes les catégories d’âge de la population à Sfax reflète le caractère communautaire de cette affection et la gêne qu’elle représente. Nous cherchons dans cet article à élucider la correspondance entre les épisodes les plus froids et les bouffées de syndrome grippal pendant le pic hivernal de la saison épidémique à Sfax tout en mettant l’accent sur le rôle de l’environnement atmosphérique dans l’explication des niveaux élevés de la morbidité.

Carte 1 : Part moyenne par délégation dans l’effectif total du syndrome grippal dans l’agglomération de Sfax sur la période 2001-2012

Carte 1 : Part moyenne par délégation dans l’effectif total du syndrome grippal dans l’agglomération de Sfax sur la période 2001-2012

1. Données et Méthodes

16Les données épidémiologiques consistent en un nombre quotidien de consultations pour syndrome grippal enregistrées par les Centres de Santé de Base (CSB) (appelés aussi dispensaires) sur la période 2001-2012. Elles sont fournies par la Direction Régionale de la Santé Publique (DRSP) à Sfax. Les CSB représentent la première ligne de recours dans le système de soin public tunisien. Ils offrent les soins ambulatoires aux habitants (Jarraya et Beltrando, 2013). À Sfax, 60 % de la population fréquente ces structures de soins publiques primaires (Ben Jemaâ, 2004 ; Jarraya et Beltrando, 2013). À cause du refus des médecins de libre pratique de nous fournir des données, nous étions obligés de travailler sur la partie de la population qui fréquente les structures de soins publiques, dans notre cas les CSB.

17Les informations climatiques consistent en données de la température de l’air, l’humidité relative, la vitesse et la direction du vent mesurées à pas de temps tri-horaires par la station synoptique Sfax El-Maou installée dans l’aéroport international Sfax-Thyna et appartenant au réseau de l’Institut National de la Météorologie (INM). L’analyse de la correspondance entre le froid et la morbidité grippale repose tout d’abord, sur la définition des épisodes les plus froids à Sfax. Nous considérons un jour très froid lorsque les températures minimales (Tn) et maximales (Tx) journalières sont inférieures au 5ème centile (C5) calculé sur la période 1980-2009. Cette méthode des quantiles a été utilisée par plusieurs chercheurs afin de définir les paroxysmes thermiques (Ben Boubaker, 2010 ; Dahech, 2014) et les ambiances biométéorologiques ainsi que leurs niveaux de confort (Jarraya, 2009 et 2012). Si nous avons considéré le froid intense comme exprimé par toute température journalière inférieure au 5ème centile (C5), nous désignons un froid ordinaire les jours enregistrant des températures supérieures à ce seuil. Ce critère nous a permis de définir les épisodes ou séquences froid(e)s dont leur durée peut varier d’un jour à plusieurs jours séparés ou consécutifs pendant un mois hivernal donné. Puis, nous avons montré par le biais des coefficients de corrélation entre d’une part, l’effectif des jours froids selon les critères définis ci-dessus et d’autre part, la consultation moyenne mensuelle pour syndrome grippal en décembre, janvier et février, l’inadéquation de l’échelle mensuelle dans l’établissement de telle approche climato-pathologique. Cette échelle mensuelle masque des spécificités plus pertinentes au niveau de cette relation qui apparaissent mieux à l’échelle des séquences. Conscient des faibles corrélations et leur aspect aléatoire observés, nous avons ensuite affiné l’analyse en effectuant un « zoom » dans le but de bien élucider l’effet du froid sur la morbidité du syndrome grippal non seulement en termes d’intensité mais aussi en termes de fréquence et de persistance. Cela nous a permis de nous baser sur des exemples de situations qui illustrent ces diverses considérations. Outre notre objectif préliminaire d’analyser les aspects de la relation froid-syndrome grippal durant tous les mois de la saison hivernale qui correspond au pic de la saison épidémique de la grippe et de dégager ses caractéristiques, notre choix de ces situations est soumis à des critères bien définis qui intéressent les spécificités des épisodes froids : les caractéristiques de la succession des épisodes froids (toutes durées confondues) ont été illustrées dans l’exemple de décembre de 2008 alors que la persistance des durées plus longues des épisodes froids (de 5 et 6 jours consécutifs) a été utilisé dans les exemples des situations de janvier 2006 et de février 2005. L’adoption de ce raisonnement fondé sur les propriétés des épisodes froids est justifié par notre objectif de déceler leurs effets potentiels sur la fréquence des consultations pour syndrome grippal. Bien qu’elle régresse de décembre en février, l’enregistrement des consultations pour syndrome grippal qui demeurent importantes dans les CSB (Centres de Santé de Base, appelés aussi dispensaires) de Sfax ainsi que l’occurrence des épisodes froids justifient notre analyse des situations de janvier 2006 et février 2005. Notre analyse de chaque situation a abouti à la détermination de la surmorbidité grippale associée à ces épisodes froids et ce par le calcul de l’écart de consultations journalières par rapport à celles enregistrées en cas de froid ordinaire. Enfin, et compte tenu de l’importance du vent qui détermine le type de temps instauré et donc l’état thermique de l’atmosphère, nous avons analysé les contextes aérologiques ainsi que les situations atmosphériques en surface associés aux épisodes froids et qui s’avèrent favorables à de tels aspects climato-pathologiques dégagés.

2. Prédominance hivernale de la morbidité du syndrome grippal

18Nous avons colligé une moyenne annuelle de 44 143 cas de syndromes grippal sur la période 2001-2012. Les deux extrêmes des consultations pour syndrome grippal sont enregistrés en 2009 (52 474 cas) et en 2011 (34 885 cas). Les consultations pour syndrome grippal prédominent en hiver (décembre, janvier et février) (41% de cet effectif annuel) alors qu’elles baissent en été (11% des consultations totales annuelles) (figure 1). Pour déterminer l’importance du syndrome grippal dans le paysage épidémiologique, nous avons calculé sa part dans sa catégorie pathologique (maladies infectieuses).

Figure 1 : Variation saisonnière moyenne des consultations pour syndrome grippal à Sfax (2001-2012)

Figure 1 : Variation saisonnière moyenne des consultations pour syndrome grippal à Sfax (2001-2012)

19Cette part moyenne du syndrome grippal dans les consultations pour maladies infectieuses à Sfax varie de 25% en hiver à 9% en été (figure 2). Cette part hivernale élevée montre que le quart de l’activité de soins offerte dans les dispensaires en hiver est administré pour motif grippal.

Figure 2 : Variation saisonnière de la part moyenne des consultations pour syndrome grippal dans les consultations pour maladies infectieuses (2001-2012)

Figure 2 : Variation saisonnière de la part moyenne des consultations pour syndrome grippal dans les consultations pour maladies infectieuses (2001-2012)

20L’analyse de la consultation mensuelle pour syndrome grippal montre un démarrage de l’épidémie en octobre (3 877 cas) pour atteindre un pic en janvier (6 332 cas) et diminuer jusqu’en mars pour enregistrer 4 331 cas (figure 3). Cela confirme la saisonnalité du syndrome grippal à Sfax puisque le maximum des consultations est enregistré en hiver. Cela peut être attribué à la diminution du taux d’ultraviolet dans le flux du rayonnement solaire reçu par la surface terrestre en hiver qui permet une survie plus durable du virus dans l’environnement (Polozov et al., 2008).

Figure 3 : Moyenne annuelle des consultations pour syndrome grippal à l’échelle mensuelle (2001-2012)

Figure 3 : Moyenne annuelle des consultations pour syndrome grippal à l’échelle mensuelle (2001-2012)

21Ce facteur astronomique traduit aussi une diminution de la quantité du rayonnement solaire reçue en hiver qui influence à son tour la température de l’air. Les niveaux élevés de la morbidité grippale ainsi que sa variation d’une année à l’autre sont expliqués par l’apparition à chaque année de nouvelles épidémies qui sont liées à l’évolution du virus de la grippe lui-même. Cette évolution est appelée glissement antigénique (Jarraya, 2009). Elle constitue l’un des premiers facteurs responsables de l’apparition de nouvelles épidémies de grippe. L’évolution du virus rend sa reconnaissance par l’organisme difficile qui devient moins protégé et les personnes dont le système défensif est faible, seront les plus vulnérables à l’affection par le virus grippal (Steel et al., 2011).

22Le fléchissement de l’épidémie et son « occlusion » s’observent lorsque la contamination est maximale, autrement dit quand toutes les personnes susceptibles d'être contaminées sont affectées par le virus de la grippe. La persistance de l’épidémie et sa propagation indiquent que la contamination n’est pas complète et que d’autres personnes peuvent être infectées. Nous notons également que des exceptions peuvent survenir : des personnes restent à l’abri de la contamination durant la saison épidémique. Cela est expliqué par le fait qu’ils disposent d’un bon système défensif et donc ne sont pas sensibles au virus de la grippe ou qu’ils sont vaccinés avant le démarrage de l’épidémie. Nous ajoutons enfin, que la neutralisation de la contamination par le virus de la grippe peut être réalisée par le respect des règles élémentaires de la prévention qui se basent sur la limitation voire l’abandon de tous contacts avec les individus infectés pendant la saison épidémique (Reiber et al., 2010).

23Dans la phase de l’épidémie de grippe, l’adoucissement thermique intervient positivement pour relâcher l’épidémie puisque le virus disparaît progressivement au fil du temps. L’essoufflement de l’épidémie et puis sa disparition complète, laissent la place à une nouvelle période inter-épidémique (figure 3) (Schuchat et Katz, 2012).

24Cette saisonnalité, soulignée au niveau de la morbidité grippale, indique une concordance avec la variation du contexte thermique saisonnier : une augmentation de la morbidité grippale s’associe à une baisse thermique en hiver alors que son relâchement en été s’accompagne par une chaleur estivale élevée. Cependant, cette coïncidence est loin d’être simple car l’intensité du froid hivernal est variable et donc un froid non ordinaire peut être à l’origine des pics de la morbidité grippale pendant les séquences les plus froides pendant la saison épidémique.

3. Impacts des épisodes froids sur la morbidité grippale

25La saison hivernale occupe une importance majeure dans la saison épidémique de la grippe. Les épisodes froids, qui varient d’une année à l’autre, constituent un déterminant majeur qui peut influencer notablement la morbidité grippale à Sfax. L’appui sur des exemples de relations froid-syndrome grippal, choisis à titre illustratif, permet de dégager plusieurs aspects de météosensibilité du syndrome grippal associés à des contextes froids différents.

3.1. Fréquence et persistance des épisodes froids

26L’analyse des séries thermiques quotidiennes sur la période 2001-2012 et l’application de la méthode des quantiles ont permis de définir les 5ème centiles (C5) au niveau des Tn et Tx en décembre, janvier et février (tableau 1). Ces centiles ont été considérés comme des seuils pour définir les épisodes froids à Sfax. Nous avons considéré un épisode froid tous les jours enregistrant des niveaux thermiques inférieurs ou égaux à C5.

Tableau 1 : Les seuils thermiques correspondants aux 5ème centiles au niveau de Tn et Tx quotidiens en décembre, janvier et février à Sfax sur la période 1980-2009

Tn (°C)

« C5 »

Tx (°C)

« C5 »

Décembre

5

14,3

Janvier

3,8

14

Février

4,2

13,3

27La fréquence de ces épisodes froids est variable d’une année à l’autre et d’un mois à l’autre. À l’échelle de la saison hivernale, le nombre moyen de jours enregistrant des températures inférieures ou égales à C5 est de l’ordre de 13,4 jours en 2001-2012. Cet effectif a atteint 24 et 26 jours respectivement en 2005 et 2006 (figure 4). À l’échelle mensuelle, le nombre moyen de jours varie de 5,2 en janvier et 3,8 en février sur la période 2001-2012. Cette fréquence des épisodes froids est sujette à une variation inter-annuelle dans la mesure où le nombre de jours le plus élevé a atteint 14 jours en décembre 2009, 14 jours en janvier 2006 et 8 jours en février 2005 (figure 5).

Figure 4 : La variation inter-annuelle du nombre de jours froids en hiver entre 2001 et 2012

Figure 4 : La variation inter-annuelle du nombre de jours froids en hiver entre 2001 et 2012

Figure 5 : La variation inter-annuelle et par mois du nombre de jours froids en hiver entre 2001 et 2012

Figure 5 : La variation inter-annuelle et par mois du nombre de jours froids en hiver entre 2001 et 2012

28L’analyse de cette variabilité inter-annuelle des épisodes froids est capitale pour comprendre leur éventuel impact sur la morbidité grippale enregistrée. En termes de persistance, les épisodes froids peuvent être courts (1 jour) ou s’étaler sur 6 jours successifs. La figure 6 laisse apparaître que cet effectif diminue de 60 épisodes froids de 1 jour à 2 épisodes froids de 6 jours.

Figure 6 : La répartition de l’effectif total des épisodes froids en hiver selon la durée durant la période 2001-2012

Figure 6 : La répartition de l’effectif total des épisodes froids en hiver selon la durée durant la période 2001-2012

29À l’échelle inter-annuelle, la part de chaque catégorie d’épisodes froid dans l’effectif total est plus ou moins variable. L’analyse des données thermiques montre tout d’abord, une prédominance des épisodes froids de 1 jour qui représentent 56% de l’effectif total sur la période 2001-2012. Cette part varie de 40% en 2012 à 100% en 2001 (figure 7).

Figure 7 : La part des épisodes froids selon la durée dans l’effectif total hivernal (2001-2012)  

Figure 7 : La part des épisodes froids selon la durée dans l’effectif total hivernal (2001-2012)  

30Nous notons aussi que les épisodes de 2 et 3 jours sont assez fréquents dans la mesure où ils représentent respectivement 19% et 10% à l’échelle de la saison hivernale. Des épisodes froids plus longs (6 jours) peuvent survenir comme le cas de janvier 2006 et décembre 2008 (figure 7).

31Compte tenu de l’éventuel effet des épisodes froids plus ou moins longs sur la morbidité grippale et de la faible fréquence des épisodes de 5 et 6 jours, nous avons déterminé l’importance des séquences froides de 3 et 4 jours dans chaque mois en hiver. À l’échelle de la période étudiée, nous avons enregistré un effectif total de 14 épisodes de 3 et 4 jours qui se répartissent différemment selon les mois (figure 8). Les deux mois de décembre et janvier accaparent 80% des épisodes de 3 jours et 75% des épisodes de 4 jours.

Figure 8 : La variation de l’effectif des épisodes froids de 3 et 4 jours et par mois en hiver sur la période 2001-2012  

Figure 8 : La variation de l’effectif des épisodes froids de 3 et 4 jours et par mois en hiver sur la période 2001-2012  

32La connaissance de ces caractéristiques des épisodes froids en termes de fréquence et persistance est fondamentale pour déterminer l’ampleur du froid à Sfax et pour comprendre toute éventuelle variation temporelle de la morbidité du syndrome grippal. Nous suggérons que les niveaux de celle-ci diffèrent en fonction de l’intensité du froid en hiver. Nous examinons une éventuelle surmorbidité grippale associée à ces épisodes froids pendant cette phase de la saison épidémique.

3.2. Quels aspects climato-pathologiques liés aux épisodes froids ?

33L’analyse des aspects climato-pathologiques du syndrome grippal est une tâche complexe. L’échelle temporelle utilisée ne peut parfois pas le permettre. En effet, la corrélation entre l’effectif mensuel des consultations pour syndrome grippal et le nombre de jours froids enregistré par mois durant la période étudiée est aléatoire. Nous remarquons qu’elle est plus forte au niveau de décembre (r = 0,72) qu’en février (r = 0,14) et janvier (r = 0,11) (figure 9 A, B et C). Cela veut dire que la variation du nombre de jours froids enregistré dans un mois donné en hiver a peu d’influence sur la morbidité grippale.

Figure 9 : La relation entre la variation des consultations pour syndrome grippal et le nombre des jours froids en décembre, janvier et février (2001-2012)

Figure 9 : La relation entre la variation des consultations pour syndrome grippal et le nombre des jours froids en décembre, janvier et février (2001-2012)

34Si l’échelle mensuelle ne permet pas d’élucider l’impact du froid sur la morbidité grippale, l’analyse séquentielle peut aboutir à la définition de certains aspects de météosensibilité de la grippe à Sfax car il tient compte non seulement de la fréquence des jours froids, mais surtout les propriétés intrinsèques des épisodes froids (succession des jours, durée et intensité de froid). Nous suggérons que ces caractéristiques déterminent plus la morbidité de syndrome grippal et non la fréquence des jours froids en un mois donné. En outre, cette analyse permet de déterminer la surmorbidité grippale liée à ces épisodes froids. Nous illustrons ces aspects à travers l’analyse des séquences froides de différentes durées en décembre 2008, janvier 2006 et février 2005. Nous mettons l’accent sur la succession des épisodes froids ainsi que leur durée en tant que déterminants de la morbidité grippale enregistrée.

35La morbidité grippale très élevée enregistrée en décembre 2008 (14 819 cas) qui est supérieure de 2,6 fois à la consultation mensuelle moyenne (5 671 cas) calculée sur la période 2001-2012 nous a permis de suggérer un impact potentiel de la situation thermique pendant ce mois. Nous nous rappelons que les épisodes froids se caractérisent par une Tn inférieure ou égale à 5°C en décembre. Le nombre des épisodes froids est de l’ordre de 7 en décembre 2008 ce qui représente 54% de l’effectif hivernal. Leur durée varie de 1 à 3 jours successifs. Bien que les épisodes froids soient entrecoupés par des séquences plus douces, nous remarquons que les consultations moyennes journalières pour syndrome grippal ont gardé un niveau élevé. La succession des épisodes froids de différentes durées peut expliquer le niveau élevé de la morbidité grippale durant ce mois.

36Puisqu’elle est aléatoire à l’échelle mensuelle et traduite par une corrélation faible entre la fréquence des jours froids et la moyenne des consultations pour syndrome grippal, la relation qui tient compte les propriétés des épisodes froids (intensité, succession, durée) se maintient suite à l’affinement de l’échelle temporelle (journalière) et l’adoption d’une analyse séquentielle. En 2008, la succession des épisodes froids 02/12 (5°C), 05-07/12 (4,3°C) et 12-14/12 (4,6°C) ont pour conséquence d’accroître la consultation journalière pour syndrome grippal de 483 cas à 586 cas (figure 10A). Cet effet de succession des épisodes froids sur la morbidité grippale est perceptible également pour les séquences du 21/12 (5°C), 24-25/12 (3°C) et 27-28/12 (4°C) puisque la consultation journalière s’est accrue de 558 cas à 593 cas (figure 10A). Nous notons ici que la consultation moyenne pour syndrome grippal / jour durant décembre 2008 est de l’ordre 482 cas contre 561 cas pendant les épisodes froids. Une surmorbidité journalière moyenne de 79 cas de syndrome grippal est associée à ces épisodes froids. Cette surmorbidité peut atteindre 103 cas comme pour le cas de l’épisode de 12-14/12 (figure 10A) où la consultation journalière s’est accrue de 21,4% par rapport à celle associée au froid ordinaire (Tn > 5°C).

37Afin de justifier l’intensité de ce froid et ses origines, nous notons que l’analyse de la situation atmosphérique permet de comprendre la baisse thermique enregistrée pendant les séquences 12-14/12 (4,6°C) et 24-25/12 (3°C) et les niveaux associés élevés de la morbidité grippale enregistrés. En effet, l’épisode froid 12-14/12 se caractérise par un temps anticyclonique marqué par la prédominance des directions du vent de quadrant sud-ouest. Les directions W, WSW et SW représentent 66,6% des observations totales (figure 10B).

38L’analyse de la situation atmosphérique à la surface montre la présence d’une cellule anticyclonique au sud de la Tunisie et d’une dépression s’installant sur l’Europe méridionale (figure 10D). De ce fait, l’air s’écoule de la cellule de haute pression vers la dépression en advectant un air froid (12°C à 12h00 le 12/12) et sec (38% à 15h00 le 12/12) d’origine saharienne. Ce froid et cette sécheresse s’expliquent par le fait que les étendues continentales sont très froides en hiver et donc, elles influencent l’air qui les parcourt. L’évolution de la situation atmosphérique vers l’installation d’un type de temps cyclonique d’ouest vers la fin de cet épisode (le 14/12) (figure 10E) explique l’éventuelle augmentation de Tn (7°C) et T moyenne (18°C) enregistrée le 15/12. Nous suggérons ainsi un effet de cette évolution de la situation météorologique durant cet épisode froid de 3 jours sur la morbidité grippale. La figure 10A laisse montrer que la consultation moyenne journalière pour syndrome grippal associée à l’épisode 12-14/12 est de l’ordre de 578 cas. Cette moyenne indique une surmorbidité de 17 cas / jour par rapport à la consultation moyenne calculée à l’échelle des épisodes froids (561 cas) et de 96 cas / jour par rapport à la consultation moyenne associée à un froid ordinaire. Cependant, il importe également de noter que la consultation moyenne journalière pour syndrome grippal s'accroît davantage après cet épisode froid pendant la séquence de froid ordinaire 15-17/12 (586 cas) (figure 10A). Cela est expliqué par la persistance de l’effet de l’épisode froid de 12-14/12 qui continue à influencer tardivement la morbidité grippale durant les prochains jours.

39La température minimale moyenne basse (3°C) enregistrée durant l’épisode 24-25/12 est expliquée par la prédominance d’un type de temps anticyclonique associé à un vent NW à SW (figure 10C). La situation atmosphérique en surface montre que la Tunisie est soumise à l’influence d’un champ de haute pression qui prédomine durant cet épisode froid (figures 10F et G). Ces vents véhiculent une masse d’air qui acquiert les caractéristiques d’un substrat continental froid (le nord du pays pour le vent de NW et le sud-ouest saharien pour le vent de SW). Cela accentue sa stabilité, sa fraîcheur (14°C à 12h00 le 25/12) et sa sécheresse (52% à 12h00 le 25/12). Cette baisse thermique (Tn = 3°C) a pour effet d’accroître la morbidité grippale durant cette séquence froide de deux jours (576 cas) (figure 10A). Cela signifie que la surmorbidité est de l’ordre de 15 cas / jour par rapport à la consultation moyenne calculée à l’échelle des épisodes froids et de 94 cas / jour par rapport à la consultation moyenne associée à un froid ordinaire. L’effet tardif de cet épisode froid se manifeste par l’augmentation de la consultation journalière à 584 cas le 26/12 qui correspond à un épisode de froid ordinaire (Tn = 7°C) (figure 10A).

Figure 10 : Morbidité grippale correspondant aux épisodes froids et situations atmosphériques associées en décembre 2008

Figure 10 : Morbidité grippale correspondant aux épisodes froids et situations atmosphériques associées en décembre 2008

40Si l’exemple de décembre 2008 a mis l’accent sur le rôle capital de la succession des épisodes froids (toutes durées confondues) dans le maintien d’un niveau élevé de morbidité grippale, nous élucidons l’effet de leurs durées sur la morbidité grippale à travers deux analyses séquentielles qui intéressent janvier 2006 et février 2005. Le choix de ces deux mois est justifié par le fait qu’ils enregistrent la survenue des épisodes froids assez longs. Nous tentons de déterminer l’effet de la persistance du froid durant 6 jours (14-19/01/2006) et 5 jours consécutifs (16-20/01/2005) sur la consultation journalière pour syndrome grippal. Cette durée spécifique et relativement rare de ces types de séquences froides peut aboutir à des aspects climato-pathologiques différents de ceux dégagés dans l’exemple de décembre 2008.

41La persistance du froid du 14 au 19 janvier 2006, illustrée par une température moyenne minimale journalière de 3°C est expliquée par la prédominance d’un type de temps anticyclonique lié à un vent Nord à NW. Le quadrant nord-ouest représente 73% des observations totales (figure 11B). Les cartes de la situation atmosphérique en surface montrent l’extension d’un champ de haute pression sur l’Europe et l’Afrique du nord (figure 11C et D) qui justifie la prédominance des directions du quadrant nord-ouest et la faiblesse de leurs vitesses qui ne dépassent pas 3 m/s (vent de direction NNW et d’une vitesse de 2,1 m/s à 12h00 le 14/01/2006). Les étendues continentales parcourues par ces vents influencent considérablement les propriétés thermiques et hygrométriques des masses d’air qu’ils charrient. Celles-ci deviennent plus froides et sèches (température de 12°C et humidité relative de 46% à 12h00 le 15/01/2006). Un tel air froid et sec offre les conditions favorables pour une activité virale intense et donc d’une morbidité grippale élevée. Pour déceler l’impact différé de l’épisode de froid sur les consultations pour syndrome grippal, nous avons analysé sa variation pendant les six jours qui le suivent (20-25/01/2006). Durant l’épisode froid, la consultation pour syndrome grippal a augmenté notablement de 238 cas à 276 cas entre les 14 et 18/01(figure 11A). Malgré la diminution de la consultation pour syndrome grippal en concordance avec l’adoucissement thermique enregistré après l’épisode froid (Tn varie de 8,1°C à 10°C entre le 20 et 22/01), celle-ci a gardé un niveau élevé. Cela est expliqué par l’effet tardif d’un épisode froid assez long, qui persiste dans les jours suivants. C’est pour cela que la surmorbidité est nettement inférieure (29 cas) entre la consultation journalière moyenne de l’épisode froid (254 cas) et celle enregistrée durant les jours connaissant un froid ordinaire (225 cas) (figure 11A) par rapport à l’exemple précédent de décembre 2008.

Figure 11 : Morbidité grippale correspondante à l’épisode froid et situations atmosphériques associées (14-19 janvier 2006)

Figure 11 : Morbidité grippale correspondante à l’épisode froid et situations atmosphériques associées (14-19 janvier 2006)

42L’analyse d’un autre épisode froid de 5 jours en février 2005 a confirmé ces constats. Durant cet épisode qui s’est étalé du 16 au 20/2005, la température minimale journalière est inférieure ou égale à 4°C. L’évolution de la situation atmosphérique en surface vers l’installation d’un anticyclone sur la Tunisie (figures 12C et D) justifie la prédominance des directions du quadrant nord-ouest qui représentent 80% des observations totales. Nous enregistrons aussi une part de 2,5% des situations de calme associées au temps anticyclonique (figure 12B). La prédominance d’un type de temps anticyclonique lié à un vent Nord à NW est à l’origine de l’accentuation de la baisse thermique et à l’assèchement de l’air (12°C et 36% à 12h00 le 18/02). La persistance d’une telle situation météorologique favorise l’activité du virus de la grippe, exprimée par un accroissement observé au niveau de la consultation pour syndrome grippal dès le début de l’épisode froid, associé avec l’instauration d’un temps anticyclonique. La consultation moyenne journalière pour syndrome grippal a augmenté de 347 cas le 16/02 à 394 cas le 20/02 (figure 12A).

Figure 12 : Morbidité grippale correspondante à l’épisode froid et situations atmosphériques associées (16-20 février 2005)

Figure 12 : Morbidité grippale correspondante à l’épisode froid et situations atmosphériques associées (16-20 février 2005)

43Cependant, l’effet de ce froid persiste après cet épisode puisque nous enregistrons des niveaux de morbidité grippale comparables à ceux observés pendant la séquence froide et surtout pendant les deux premiers jours (381 cas le 21/02 et 389 cas le 22/02). Cela est expliqué par l’effet tardif de l’épisode froid sur la virulence de l’agent viral qui continue à contaminer les individus. En outre, la baisse thermique enregistrée le 23/02 a pour effet de ralentir le rythme de diminution de la consultation pour syndrome grippal (figure 12A). Tout cela explique la surmorbidité faible (6 cas) associée à l’épisode froid qui a enregistré une consultation moyenne journalière pour syndrome grippal de l’ordre de 375 cas contre 369 cas pour les jours qui le suivent (21-25/02) (figure 12A).

44Il ressort de notre analyse séquentielle et en tenant compte la durée variable des épisodes froids, que la morbidité grippale est sensible à l’accentuation du froid. Les consultations moyennes pour syndrome grippal associées aux épisodes froids sont nettement supérieures à celles enregistrées durant les épisodes de froid ordinaire. Une surmorbidité journalière de dizaines de cas (et peut avoisiner 100 cas comme le cas de décembre 2008) durant ces épisodes froids peuvent être enregistrées. Les types de temps anticycloniques caractérisés par la stabilité et l’advection des vents charriant des masses d’air froides et sèches atteignant Sfax par le nord et l’ouest s’avèrent responsables, non seulement de la baisse thermique et l’assèchement de l’air mais aussi de la mise en place de conditions propices à une forte virulence de la grippe. Un air froid et sec rend le virus grippal plus stable et potentiellement infectieux (Shaman et al., 2010).

45Nous soulignons enfin le rôle de deux déterminants qui régissent la surmorbidité grippale : la persistance des épisodes froids et leur succession. Ces deux éléments contribuent au maintien des niveaux élevés de la morbidité grippale même après les épisodes froids à Sfax.

Discussion

46Bien que l’intensité du froid, déterminée par les critères présentés ci-dessus, soit cruciale pour influencer les niveaux de la morbidité durant les épisodes froids, nous ne négligeons pas l’effet capital de tout changement brutal des températures sur la santé des personnes. Une diminution voire une chute brusque de la température de l’air d’un jour à l’autre instaure une ambiance favorable à une forte activité virale et donc une vulnérabilité accrue des individus. Si les épisodes froids se caractérisent par une Tn inférieure ou égale à 5°C, nous n’oublions pas aussi que le changement de la température au cours de la journée est un facteur explicatif d’une morbidité grippale élevée. Cela est d’autant plus capital puisque les gens sont fortement exposés à un environnement thermique changeant dans lequel le vent jour un rôle primordial dans l’intensification de la sensation du froid et donc dans la détermination du confort thermique.

47Outre l’effet favorable de l’environnement atmosphérique sur l’activité virale du virus de la grippe en hiver, le froid peut intervenir autrement pour intensifier l’affection. C’est le comportement des personnes en hiver qui intensifie le risque de la contamination. En effet, les gens sont plus enfermés, plus couverts et l’air circule donc moins bien dans les foyers. Les fenêtres fermées créent de l’humidité ce qui peut fragiliser les personnes fébriles. En outre, et en période froide, l’air à l’intérieur des foyers confinés et immobile maintient les micro-gouttelettes porteuses de virus de la grippe et favorise donc leur transmission (Du Prel et al., 2009). De plus, les températures basses conservent mieux les virus de manière générale. La possibilité de propagation par contact et la contamination par les mains souillées semblent donc devenir plus importante. C’est pour cela qu’il est recommandé d’aérer au maximum les foyers en hiver et utiliser le chauffage pour empêcher l’humidité de s’installer à l’intérieur pour lutter contre tous les types de virus grippaux.

48La propagation de l’épidémie est favorisée par la transmission inter-humaine. Cette transmission de la maladie est essentiellement respiratoire, via des gouttelettes riches en virus provenant de la toux et des éternuements des sujets infectés. C’est pour cela que les établissements d’enseignement scolaire constituent des milieux favorables pour la propagation rapide du virus de la grippe. Il résulte que le pic épidémique est précoce chez les enfants, il aura lieu environ 15 jours avant celui enregistré chez les adultes (Cauchemez et al., 2009).

49Les problèmes liés à la grippe ne se limitent pas à l’accroissement de sa morbidité hivernale mais peuvent être à l’origine des complications sérieuses surtout chez les enfants et les personnes âgées. En effet, l’appareil respiratoire fait l’objet d’une attaque élargie par le virus de la grippe. En outre, les voies respiratoires qui sont fragilisées par le virus de la grippe constituent un champ favorable pour l’infection par une bactérie. Parmi les complications plus fréquemment diagnostiquées suite à une infection grippale chez l’adulte nous pouvons citer la sinusite, la bronchite et plus rarement la pneumonie (Baumgartner et al., 2012). Il est à noter que ces maladies peuvent entraîner une faiblesse respiratoire potentiellement grave ou mortelle, surtout chez les personnes âgées ou fragiles. Outre la bronchite, la complication la plus commune de la grippe chez l’enfant est l’otite. Celle-ci peut être due à une propagation du virus grippal vers les oreilles ou à une surinfection par une bactérie (Schuchat et Katz, 2012). Même si cela est peu fréquent, la grippe peut provoquer des complications cardiovasculaires surtout chez les personnes âgées et peut être une cause de décès.

50Si les complications suite à une affection par une grippe dévoilent que les individus y résistent différemment, cela est justifié par leur fragilité différente face au virus. La population à risque est donc très hétérogène et se compose des personnes fragiles qui sont plus sujettes aux complications et aux symptômes graves. Parmi elles les personnes âgées (> 65 ans), les personnes atteintes de certaines maladies respiratoires (asthme, Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive « BPCO », ...), les personnes atteintes de maladies chroniques cardiaque, rénale, métabolique (diabète), les nourrissons, en particulier ceux de moins de 6 mois et les personnes atteintes d’un déficit immunitaire (cancer, VIH, etc.). L’analyse de la morbidité grippale doit tenir compte donc de la fragilité des patients causée par l’âge et la présence d’une / des maladies chroniques qui déterminent leur susceptibilité à l’affection. Une immunité faible ou affaiblie par d’autres maladies accentue le risque d’être attaquée par le virus grippal. L’intégration des informations sur l’âge des patients et l’éventuelle co-morbidité seraient utiles pour comprendre la météosensibilité variable selon la population à risque. Cependant, les données épidémiologiques obtenues n’offrent aucune information sur l’âge des patients.

51L’étude de l’effet du froid sur la fréquence de la morbidité grippale en hiver suppose la connaissance du type de virus grippal car les virus grippaux ne présentent pas la même sensibilité à la température et à l’humidité. Par exemple, le virus de la grippe A circule partout quelles que soient les températures et l’humidité de l’air (Cox et Subbarao, 2000). C’est pour cela que les recherches s’articulent actuellement sur les deux hypothèses suivantes : d’une part, l’impact des conditions climatiques sur l’activité des virus et d’autre part, le comportement des gens en fonction du climat (ici le froid hivernal) qui déterminent l’affection (Baumgartner et al., 2012 ; Shaman et al., 2010). Cependant, l’intégration des données relatives à chaque saison épidémique, ainsi que l’origine et la typologie du virus de la grippe, n’étaient pas envisagés dans notre présente étude qui a opté pour l’analyse de l’éventuelle sensibilité de la grippe face à la variation de l’intensité du froid hivernal à Sfax.

52En termes de représentativité des personnes consultantes dans les Centres de Santé de Base, ces structures de première ligne de recours drainent 60% de la population de Sfax, selon le Service des Maladies Communautaires et d’Epidémiologie de l’hôpital universitaire Hédi Chaker de Sfax. Nos résultats seront donc généralisés avec prudence car une partie de la population consulte chez les médecins de libre pratique ou s’adresse directement à la pharmacie, sans oublier les personnes qui se soignent individuellement sans consultation médicale. C’est pour cette raison qu’il faut tenir compte du facteur de l’automédication qui réduit véritablement l’effectif des personnes consultant dans les CSB car les dangers de la grippe, laquelle est considérée comme affection banale, sont le plus souvent sous-estimés.

53Concernant le choix de la méthode des quantiles dans notre travail, il est toujours difficile de définir les épisodes froids, vu que les contextes climatiques sont différents d’une région à l’autre. La méthode des quantiles a été choisie principalement parce qu’elle permet de mettre en évidence les situations climatiques extrêmes hivernales afin de déterminer leurs impacts sur la morbidité grippale à Sfax. La corrélation des épisodes froids avec la morbidité grippale dans le contexte climatique hivernal sfaxien constitue notre apport personnel qui consiste à déterminer certains aspects météopathologiques et élucider la météosensibilité de la grippe à Sfax.

54Bien que l’analyse de la relation température et morbidité grippale soit générale au niveau mensuel, elle a toutefois permis de dégager certains aspects fondamentaux qui servent à identifier la tendance de cette relation. Il s’agit donc d’une recrudescence concomitante entre le froid et la consultation pour syndrome grippal. Si notre objectif est de vérifier la similarité des tendances entre les trois mois hivernaux au niveau de l’accentuation du froid durant les épisodes froids et son impact sur la morbidité grippale, une attention doit être aussi accordée à la quantification de la consultation moyenne journalière. Ce même constat est valable pour la surmorbidité grippale dégagée suite à la comparaison des consultations moyennes associées aux épisodes froids et au froid ordinaire. Nous posons la question de la proportionnalité des consultations pour syndrome grippal avec le maintien de la baisse thermique durant les épisodes froids.

55Nous n’avons pas évoqué les disparités spatiales entre les différents secteurs de l’espace étudié et donc de travailler sur l’ensemble de l’agglomération de Sfax car l’objectif est de corréler le nombre total journalier des consultations pour syndrome grippal enregistré dans les CSB avec les épisodes froids.

56Enfin, bien qu’elles soient représentatives des trois mois hivernaux et des types d’épisodes froids de différentes fréquence et durée sur la période étudiée, l’analyse de quelques situations pour étudier l’impact du froid sur la consultation journalière pour syndrome grippal n’est pas suffisante. Cela est expliqué par le fait que ces situations risquent de ne pas être assez représentatives de l’ensemble des situations du même type. Il est ainsi nécessaire de multiplier les situations sur plusieurs années pour pouvoir confirmer les tendances déjà découvertes au niveau de la relation épisodes froids-morbidité grippale.

Conclusion

57Compte tenu de son caractère communautaire, la grippe représente un problème majeur pour la Santé Publique à Sfax. C’est en hiver que l’activité de virulence de la grippe s’accentue, ce qui explique la montée notable de sa morbidité. L’association des bouffés grippales avec les épisodes les plus froids pendant la saison épidémique montre que l’environnement atmosphérique offre les conditions propices pour une forte activité virale. Quelle que soit la durée de l’épisode froid, la consultation pour syndrome grippal enregistre une augmentation qui varie selon le mois par rapport à celle enregistrée en situations de froid ordinaire. L’arrivée d’un air froid associée à un régime anticyclonique nord, nord-ouest à ouest, qui traverse des étendues continentales plus ou moins longues contribuant ainsi à son assèchement, favorise la virulence de la grippe. Le confinement des foyers sous l’effet du froid intense favorise également la transmission du virus et donc l’affection.

58Bien que l’hiver soit connu en tant que saison de propagation des maladies infectieuses, l’accentuation du froid bouleverse la maîtrise de la situation épidémique. Face à cette situation, nous proposons le lancement de la campagne vaccinale un mois à l’avance (soit en septembre) qui doit intéresser en particulier les personnes à risque (les personnes âgées et les enfants). Un renforcement de cette vaccination doit être envisagé jusqu’au mois de mars où des épisodes froids peuvent survenir et persister. Les répercussions sont loin d’être négligeables : hausse des demandes en consultations médicales, forte consommation de médicaments et surtout l’enregistrement des complications sérieuses voire des décès chez les personnes âgées.

Haut de page

Bibliographie

Arundel A.-V., Sterling E.-M., Biggin J.-H., Sterling T.-D., 1986, Indirect health effects of relative humidity in indoor environments, Environmental Health Perspectives, vol. 65, p. 351-361.

Baumgartner E.-A., Dao C., Nassreen S., Bhuiyan M.-U., Mah-E-Muneer S, Al Mamun A, Sharker M.-A., Zaman R.-U., Cheng P.-Y., Klimov A.-I., Widdowson M.-A., Uyeki T.M., Luby S-.P., Mounts A., Bresee J., 2012, Sesonality, timing, and climate drivers of influenza activity woldwide, Journal of Infectious Diseases, 14, DOI: 10.1093/infdis/jis467.

Ben Boubaker H., 2010, Les paroxysmes climato-thermiques en Tunisie : approche méthodologique et étude de cas, Climatologie, n° 7, p. 57-87.

Ben Jemaâ I., 2004, Indicateurs hospitaliers de l’activité de l’EPS Hédi Chaker en 2002, Thèse de doctorat en Médecine, Université de Sfax, Faculté de Médecine, 73 p.

Cauchemez S., Ferguson N.-M., Wachtel C., Tegnell A., Saour G., Duncan B., 2009, Closure of schools during an influenza pandemic, The Lancet Infectious Diseases, 9(8), p. 473-481.

Cox N., Subbarao K., 2000, Global epidemiology of influenza: past and present, Annual Review of Medicine, 51, p. 407-421.

Dahech S., 2014, Paroxysmes thermiques mortalité : le cas de la délégation d’Agareb au Sud-Est tunisien (2000-2012), Actes du XXVIIème colloque de l’Association Internationale de Climatologie (02-05 juillet 2014), p. 530-535.

Davis J., Garner M.-G., East I.-J., 2009, Analysis of local spread of equine influenza in the Park Ridge Region of Queensland, Transboundary and Emerging Diseases, 56, p. 31-38.

Du Prel J.-B., Puppe W., Grondahl B., Knuf M., Weigl J., 2009, Are Meteorological Parameters Associated with Acute Respiratory Tract Infections? Clinical Infectious Diseases, 49, p. 861-868.

Dushoff J., Plotkin J.-B., Levin S.-A., Earn D.-J., 2004, Dynamical resonance can account for seasonality of influenza epidemics, Proceeding of the National Academy of Science, 101, p. 16915-16916.

Earn D.-J., Dushoff J., Levin S.-A., 2002, Ecology and evolution of the flu, Trends in Ecology & Evolution, 17, p. 334-340.

Eccles R., 2005, Understanding the symptoms of the common cold and influenza, Lancet Infectious Diseases, 11, p. 718-725

Firestone S., Cogger N., Ward M., Toribio J., Moloney B., Dhand N., 2012, The influence of Meteorology on the Spread of Influenza: Survival analysis of an Equine Influenza (A/H3N8) Outbreak, PLos ONE, vol.7, Issue 4, e35284.

Gloster J., Burgin L., Jones A., Sanson R., 2011, Atmospheric dispersion models and their use in the assessment of disease transmission. Revue Scientifique Et Technique De L’Office International Des Epizooties, n° 30, p. 457-465.

Huntington E., 1920, The control of pneumonia and influenza by weather. Ecology, 1, p. 6-23.

Jammal A., Allard R., Loslier G., 1988 : Dictionnaire d’Epidémiologie, Maloine, Paris, 171 p.

Jarraya M., 2009, Biométéorologie de la morbidité respiratoire dans le secteur public de la santé à Sfax (Tunisie), Thèse de doctorat en Géographie, Université Paris Diderot (Paris VII), 364 p.

Jarraya M., 2012, Ambiances froides et consultations respiratoires dans le secteur public de la santé à Sfax (Tunisie), Cybergeo, mis en ligne en le 30 janvier 2012, http://cybergeo.revues.org/25032 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25032

Jarraya M., Beltrando G., 2013, Les services de soins hospitaliers publics dans l’agglomération de Sfax : spécificités fonctionnelles et pouvoir spatial, EchoGéo, mis en ligne le 19 décembre 2013, http://echogeo.revues.org/13632 ; DOI : 10.4000/echogeo.13632.

Jarraya M., 2017, Bioclimatologie humaine et prévention des risques sanitaires en Tunisie : état de la question, Revue Recherches universitaires, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax, n° 13, p. 153-192.

Lowen AC., Steel J., Mubareka S., Palese P., 2008, High temperature (30 degrees C) blocks aerosol but not contact transmission of influenza virus, Journal of Virology, 82, p. 5650-5652.

Lysaniuk B., Tabeaud M., 2010, Vers une signature spatiale de la vulnérabilité épidémiologique en France : l’exemple de la grippe, Physio-Géo, Vol. 4, mis en ligne le 25 octobre 2010, Consulté le 07 décembre 2012, http://physio-geo.revues.org/1320 ; DOI : 10.4000/physio-geo.1320

Molinari N.-AM., Ortega-Sanchez I.-R., Messonnier M.-L., Thompson W.-W., Wortley P.-M., Weintraub E., Bridges C.-B., 2007, The annual impact of seasonal influenza in the US: measuring disease burden and costs, Vaccine, 25, p. 5086-5096.

Murray E., Morse S., 2011, Seasonal oscillation of human infection with influenza A/H5N1 in Egypt and Indonesia, PLos ONE, vol.6, Issue 9, e24042.

Nicolle C., 1930, Naissance, vie et mort des maladies infectieuses, Édit. Félix ALCAN, Paris, 219 p.

OMS (Organisation Mondiale de la Santé), 2005, Vaccins grippaux, Relevé épidémiologique hebdomadaire de l’OMS, 19 août, vol. 80, n° 33, p. 277-288.

OMS, 2014, Influenza (seasonal). http://www.who.int/mediacentre/factsheets/ fs211/en/index.html

Polozov I.-V., Bezrukov L., Gawrish K., Zimmerberg J., 2008, Progressive ordering with decreasing temperature of the phospholipids of influenza virus, Nature Chemical Biology, 4(4), p. 248-55. 

Reiber C., Shattuck E.-C., Fiore S. Alperin P., Moore J., 2010, Change in human social behavior in response to a common vaccine, Annals of Epidemiology, n° 10, p. 729-733.

Shaman J., Goldstein E., Lipsitch M., 2010, Absolute humidity and pandemic versus epidemic influenza, American Journal of Epidemiology, 173, p. 127-135.

Schuchat A., Katz JM., 2012, Protecting adults from influenza: this the season to learn from the pandemic, The Journal of Infectious Diseases, n° 206, p. 803-805.

Soebiyanto R.-P., Moya M.-L., Clara WA., Palekar R., Azziz-Baumgartner E., Jara J., Balmaseda A., Lara J., Widdowson M.-A, Kiang R.-K., 2015, Associations between seasonal influenza and meteorological parameters in Costa Rica, Honduras and Nicaragua, Geospatial Health, 10, 372, p. 144-151.

Steel J., Palese P., Lowen AC., 2011, Transmission of a 2009 Pandemic Influenza Virus Shows a Sensitivity to Temperature and Humidity Similar to That of an H3N2 Seasonal Strain, Journal of Virology, 85, p. 1400-1402.

Tamerius J.-D., Shaman J., Alonso W.-J., Bloom-Fechbach K., Uejeo K.-CH, Comrie A., Viboud C., 2013, Environmental predictors of seasonal influenza epidemic across Temperate and Tropical climates, PloS Pathog 9(3): e1003194. doi:10.1371/journal.ppat.1003194.

Tellier R., 2006, Review of aerosol transmission of influenza A virus, Emerging Infectious Diseases, n° 12, p. 1657-1662.

Thompson W.-W., Comanor L., Shay D.-K., 2006, Epidemiology of seasonal influenza : use of surveillance data and statistical models to estimate the burden of disease, The Journal of Infectious Diseases, n° 194, p. 82-91.

Viboud C., Pakdaman K., Boëlle P.-Y., Wilson M.-L., Myers M.-F., Valleron A.-J., Flahault A., 2004, Association of influenza epidemics with global climate variability, European Journal of Epidemiology, n° 19, p. 1055-1059.

Villegas P., 1998, Viral diseases of the respiratory system, Poultry Science, vol. 77, no 8, p. 1143-1145.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Part moyenne par délégation dans l’effectif total du syndrome grippal dans l’agglomération de Sfax sur la période 2001-2012
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 1 : Variation saisonnière moyenne des consultations pour syndrome grippal à Sfax (2001-2012)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-2.png
Fichier image/png, 107k
Titre Figure 2 : Variation saisonnière de la part moyenne des consultations pour syndrome grippal dans les consultations pour maladies infectieuses (2001-2012)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-3.png
Fichier image/png, 154k
Titre Figure 3 : Moyenne annuelle des consultations pour syndrome grippal à l’échelle mensuelle (2001-2012)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-4.png
Fichier image/png, 229k
Titre Figure 4 : La variation inter-annuelle du nombre de jours froids en hiver entre 2001 et 2012
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-5.png
Fichier image/png, 90k
Titre Figure 5 : La variation inter-annuelle et par mois du nombre de jours froids en hiver entre 2001 et 2012
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-6.png
Fichier image/png, 100k
Titre Figure 6 : La répartition de l’effectif total des épisodes froids en hiver selon la durée durant la période 2001-2012
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-7.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure 7 : La part des épisodes froids selon la durée dans l’effectif total hivernal (2001-2012)  
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-8.png
Fichier image/png, 142k
Titre Figure 8 : La variation de l’effectif des épisodes froids de 3 et 4 jours et par mois en hiver sur la période 2001-2012  
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-9.png
Fichier image/png, 103k
Titre Figure 9 : La relation entre la variation des consultations pour syndrome grippal et le nombre des jours froids en décembre, janvier et février (2001-2012)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-10.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 10 : Morbidité grippale correspondant aux épisodes froids et situations atmosphériques associées en décembre 2008
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-11.png
Fichier image/png, 6,3M
Titre Figure 11 : Morbidité grippale correspondante à l’épisode froid et situations atmosphériques associées (14-19 janvier 2006)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-12.png
Fichier image/png, 4,8M
Titre Figure 12 : Morbidité grippale correspondante à l’épisode froid et situations atmosphériques associées (16-20 février 2005)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4463/img-13.png
Fichier image/png, 4,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mounir Jarraya, « Froid hivernal et fréquence de la grippe à Sfax (Centre-Est de la Tunisie) », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 25 janvier 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/tem/4463 ; DOI : 10.4000/tem.4463

Haut de page

Auteur

Mounir Jarraya

Enseignant-chercheur en climatologie
Université de Sfax
Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax
Laboratoire Syfacte
route de l’aéroport Km 4,5
3000 Sfax BP 1168
Tunisie
jarrayamounir@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page