Navigation – Plan du site
Articles

L’identification des patrimoines et des menaces, vecteur de développement durable d’un territoire. Exemple de l’archipel des Marquises (Polynésie française)

Les contributions du projet de recherche partenarial et participatif PALIMMA
The heritage identification as a key to build sustainable development for territories. Example in Marquesas Islands Archipelago (French Polynesia)
Frédérique Chlous et Sophie-Dorothée Duron

Résumés

L’archipel des Marquises (Polynésie française) construit son projet de développement territorial, y figurent deux projets d’excellence : l’inscription de l’archipel sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et la création d’une aire marine protégée. Dans ce contexte, un programme de recherche partenarial et participatif portant sur le patrimoine lié à la mer aux Marquises (PALIMMA) a contribué à identifier les connaissances présentes dans la bibliographie et à construire des données avec la population. Il s’agissait de déterminer quels étaient les patrimoines liés à la mer pour les Marquisiens, les éventuelles menaces afférentes et les pistes de gestion. Au-delà de la production de connaissance, ce programme, porté par la société marquisienne, a participé à la construction des territoires, à renforcer la capacité des populations à intervenir dans les débats et à la construction de liens entre individus et institutions.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements à Pascal Erhel-Hatuuku, chef de projet Marquises-Unesco et directeur de la fédération culturelle et environnementale des îles Marquises Motu Haka et à Toti Teikiehuupoko, président de Motu Haka.

  • 1 Nom vernaculaire marquisien désignant l’archipel marquisien et signifiant « la terre des hommes »
  • 2 Au nord, Nuku Hiva (2 966 hab.), Ua Pou (2 173 hab.), Ua Huka (621 hab.) ; au sud, Hiva Oa (2 190 h (...)
  • 3 Chiffres 2012 de l’ISPF. Le nombre de la population aux Marquises croît depuis 1971 (5 593 hab.).
  • 4 Le coprah est l’albumen séché de la noix de coco. Le coprah est transformé ensuite en huile brute ( (...)
  • 5 Voir les bulletins trimestriels de l’Institut d’émission d’Outre-Mer qui à travers leur synthèse de (...)

1L’archipel des Marquises ou plus exactement la « Terre des hommes », Te fenua enata1, est l’un des cinq archipels de la Polynésie française, se situant à 1600 km de l’île de Tahiti. Il est considéré comme l’un des archipels le plus éloigné de tout continent au monde. Les six îles habitées2 rassemblent une population de 9264 habitants3, soit 3 % de la population de la Polynésie française (268 270 hab). Le français et le marquisien, avec toutes ses différentes déclinaisons, sont les langues parlées aux Marquises, cette dernière étant reconnue comme langue régionale de France. Ces îles, dépourvues de constructions récifales, sont d’origines volcaniques et possèdent un relief très abrupt. Le sommet le plus haut se situe sur Hiva Oa, il atteint 1276 m et quatre îles ont une altitude qui dépasse 1000m. La population se répartie au sein de vallées dont certaines sont difficilement accessibles, elles comptent entre 2000 habitants (pour les vallées principales des îles, exemple de Taiohae à Nuku Hiva) et moins d’une centaine d’habitants (l’île de Tahuata compte 706 habitants répartis en 4 vallées). L’économie marquisienne est basée sur l’agriculture (coprah4 et autres cultures fruitières), la pêche, l’artisanat et un tourisme très discret avec environ 7000 touristes par an (CODIM, 2012). Globalement, la Polynésie française connaît actuellement une situation économique complexe qui concerne l’ensemble de ses archipels5.

2La structuration administrative et politique de cet archipel s’organise à travers différents échelons institutionnels. Il est partie intégrante du territoire de la Polynésie française qui est une collectivité d’Outre-mer (COM)6 régie par la loi organique et l’article 74 de la Constitution française. Depuis la loi organique du 27 février 2004 portant statut d’autonomie de la Polynésie française, cette collectivité dispose d’une large capacité d’administration. Les compétences qui lui sont dévolues sont larges (emploi, foncier, environnement, culture, formation…) et s’articulent avec celles relevant de l’Etat7 et celles des communes8. Les douze îles marquisiennes sont administrées par six communes. Leur statut est régi par le code général des collectivités territoriales, sur leur territoire communal, elles sont notamment compétentes dans une certaine mesure dans les domaines de police, voirie, cimetières, transports, écoles du 1er degré, eau potable, déchets9. Depuis 2010, les six communes marquisiennes se sont regroupées pour constituer la première communauté de communes10 en Polynésie française, baptisée la CODIM11. En 2012, la CODIM a publié son plan de développement économique à l’horizon 2027 pour l’ensemble de l’archipel12. Il présente des orientations stratégiques en matière de développement touristique, d’organisation des filières économiques (agriculture, bois, pêche, artisanat), des transports, etc. Parmi les actions décrites figurent de manière centrale deux projets d’excellence : l’inscription de l’archipel sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO13 et la création d’une grande aire marine protégée à l’échelle dans la zone économique exclusive (ZEE)14.

3Ces deux projets sont considérés comme structurants pour l’archipel des Marquises et relèvent du paradigme de développement durable. Les typologies d’aires marines protégées15 étant variées au niveau national16 comme en Polynésie française, la volonté affichée des élus marquisiens est de trouver une option permettant de construire un équilibre entre le développement et la préservation de l’environnement. Concernant l’inscription sur la liste du patrimoine mondial au titre de l’UNESCO, la convention rédigée en 1972 ne mentionne pas l’expression « développement durable », celle-ci apparaissant postérieurement en 1987 dans le rapport Brundtland. Jollivet (2015) relève que l’UNESCO a participé, notamment au travers de programmes de recherche, à la prise de conscience des questions environnementales dès les années 60 ; depuis le rapport Bruntland le devenir de l’humanité est une préoccupation de cet organisme. Les experts de l’UNESCO travaillent sur le lien existant entre ces deux notions, ils notent qu’à « travers toute une gamme de biens et de services, et en tant que conservatoire de savoir, un bien du patrimoine mondial bien protégé peut en outre très souvent contribuer directement aux sources de subsistance et au développement durable ». Des propositions sont à l’œuvre pour affirmer davantage le développement durable et l’intégrer dans la planification du patrimoine17. Par ailleurs, L’UNESCO a organisé en 2013 un congrès international intitulé : « La culture : clé du développement durable », elle deviendrait ainsi le 4e pilier de ce paradigme. Si cette notion de « développement durable » n’était pas considérée à l’origine de la convention, « l’inscription au patrimoine mondial [est] désormais pensée comme un outil d’essor économique et touristique (à condition que celui-ci se déploie dans le cadre d’un développement durable) » (Berliner et Istasse, 2013).

4Il est intéressant d’analyser le processus qui a conduit au choix stratégique de mettre au cœur d’un développement économique durable, la protection des patrimoines et comment celle-ci a été mise en œuvre. Ainsi, nous nous interrogerons sur la manière dont l’identification, la description et une réflexion associée à la gestion de ces patrimoines ont permis la construction d’un modèle de gestion à l’échelle d’un archipel. Dans ce contexte, le programme PALIMMA (Patrimoine LIé à la Mer aux Marquises) peut apporter un éclairage. Celui-ci a réuni la fédération culturelle et environnementale des îles Marquises Motu Haka, l’agence des aires marines protégées (AAMP) en Polynésie, et des scientifiques du laboratoire PALOC (MNHN/IRD). L’objectif principal était d’élaborer des connaissances accessibles et partagées relatives au patrimoine culturel lié à la mer et de co-construire les axes de gestion de ce patrimoine. Au cœur de la réflexion sur l’inscription au patrimoine mondial et la création d’une aire marine protégée, et en relation étroite avec les élus et les services de la Polynésie française, ce programme de recherche, partenarial et participatif, a permis de révéler des orientations et des pistes de mises en œuvre spécifiques du développement territorial aux Marquises. Les projets UNESCO et AMP se construisent, en effet, au cours de processus qui intègrent des objectifs politiques, des ambitions portées par la société civile et des programmes de recherche, ils s’inscrivent également dans les paradigmes internationaux. Les recherches menées sur l’archipel des Marquises ont produit des connaissances mais celles-ci ont dépassé cette seule finalité. Le programme de recherche PALIMMA peut montrer ainsi comment il a participé également à la production des territoires, à renforcer la capacité des populations à intervenir dans les débats politiques et à la construction de liens entre individus et institutions. Nous nous intéresserons tout d’abord aux processus d’inscription de l’archipel des Marquises au patrimoine mondial et d’élaboration des contours d’une aire marine protégée. Puis, nous développerons la manière dont les acteurs sont mobilisés, qu’il s’agisse des partenaires du programme de recherche ou de participants aux ateliers de discussion. Enfin, nous montrerons comment des liens ont été construits entre les individus et les institutions conduisant à penser l’archipel dans sa globalité et à relier les territoires.

1. Inscrire les marquises dans des processus internationaux

5Identifier les différentes phases des projets d’inscription de l’archipel des Marquises sur la liste du patrimoine mondial et de la création d’une aire marine protégée montre, d’une part, les évolutions concernant les territoires impliqués, les patrimoines concernés, d’autre part, les acteurs participant à la définition des projets et enfin les contextes au sein desquels ils s’inscrivent. Le processus UNESCO relie des acteurs institutionnels, société civile organisée et scientifiques. Dans ce cas précis des Marquises, les patrimoines considérés furent d’abord culturels et puis naturels. Puis leur prise en compte ayant émergée uniquement pour des espaces terrestres, celle-ci s’est ensuite déployée pour intégrer également le domaine maritime. Dans le cadre d’un projet de recherche portant sur le patrimoine lié à la mer, la société civile non organisée fut aussi impliquée. Ainsi l’ambition d’inscrire ce territoire à l’UNESCO s’est ancrée à une dimension patrimoniale intégrant à la fois la protection de la culture et de la nature. A cela s’est adjoint une nécessité de mise en place d’une gestion, qui pour la mer s’est traduite par une volonté de création d’une aire marine protégée. Puis, pas à pas, les processus d’élaboration de ces projets, impliquant des programmes de recherche, ont construit l’armature d’un développement territorial.

1.1 Appropriation des modèles nationaux et internationaux

1.1.1 Le processus d’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

6Avant de décrire le processus d’inscription des Marquises sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité, il est nécessaire d’expliciter le cadre théorique adopté. Cette démarche est un cadre externe et très normalisé, certains dénoncent d’ailleurs son caractère uniformisant et normatif (Borlotto, 2011), alors que d’autres révèlent que les territoires concernés peuvent également s’approprier cet outil. Elle s’établit cependant toujours sur la base d’un bien pour lequel une gestion et une protection est orchestrée afin d’en garantir l’intégrité. Comme le précisent David Berliner et Chiara Borlotto (2013) « contrairement au discours du sens commun sur la dimension globalisée et globalisante de l’UNESCO (…) nous nous proposons de penser l’UNESCO comme une institution qui ne soit ni globale ni locale ». Latour (2006) a montré que les faits institutionnels ne pouvaient se concevoir qu’au travers des interactions et d’éléments concrets qui circulaient entre des acteurs variés dans des lieux donnés. Anne-Christine Trémon (2012) critique la dichotomie local/global qui a tendance à réifier des formes globales totalement étrangères au local, ces deux échelles sont plutôt intégrées dans des processus qui se dévoilent à l’analyse. Les études réalisées au sein de l’UNESCO (Borlotto, 2013) montrent d’ailleurs les jeux d’acteurs et les nombreux débats qui confrontent des points de vue nationaux et institutionnels.

7Ce cadre est particulièrement fécond car l’inscription au patrimoine mondial est un processus long qui mobilise des acteurs différents et implique des reconfigurations du projet. La démarche concernant l’archipel des Marquises s’appuie sur la convention de 1972 qui concerne la protection du patrimoine culturel et naturel. Pour un bien situé en France et non concerné par une inscription transnationale, l’inscription sur la liste du patrimoine mondial comprend plusieurs étapes incontournables : inscription sur la liste indicative proposée par les Etats parties (le statut de la Polynésie française ne lui confère pas celui d’Etat partie), élaboration du dossier, dépôt du dossier après examen du comité des suivi des biens français, expertise du dossier par l’UICN et l’ICOMOS (experts mandatés par l’UNESCO), soumission au bureau du comité du patrimoine mondial, puis enfin proposition au comité du patrimoine mondial. Cette démarche « longue et exigeante » doit être appropriée et co-construite par les différents acteurs.

8Les patrimoines naturels et culturels sont particulièrement remarquables sur ce territoire. D’un point de vue culturel, les îles Marquises sont considérées comme un des berceaux des peuples de la grande Polynésie, riche d’un vaste patrimoine culturel matériel et immatériel (Ottino, 1986) largement revendiqué et dynamisé par la population. Forts de travaux scientifiques plus récents, le patrimoine naturel terrestre s’est révélé lui aussi tout à fait remarquable (Galzin et al. 2016). Il est marqué notamment par un fort degré d’endémisme dans de nombreux groupes taxonomiques.

9La volonté d’inscription de sites de l’archipel des Marquises est très ancienne. Initialement envisagée en “bien culturel”, la démarche fut amorcée dès 1994 par Lucien Kimitete et Georges Teikiehuupoko, notamment. Elle fut soutenue par Dominique Cadilhac administrateur d’Etat de 1994 à 1996. Elle s’inscrivait à son origine dans un contexte de reconnaissance de la culture marquisienne. Lucien Kimitete souhaitait « sauver et développer ce qu'il restait d'une culture constituée de "survivants" »18. En effet, en 1773, Cook estimait la population des Marquises à 50 000 âmes pour le groupe sud-est, ce qui ferait environ 100 000 pour l’ensemble de l’archipel ; d’autres comme le commandant de la Vénus estimaient le chiffre à 20 000 (Clavel, 1884). Les chiffres fluctuent énormément, mais il est sûr que la population a largement diminué car les Marquisiens ne seront plus que 2 000 en 1920 (Rollin, 1927). De plus, la culture connut aussi des atteintes. Ceci ayant tenu d’une part aux ruptures de transmission consécutives à la diminution de la population, et d’autre part aux normes extérieures, tant religieuses qu’administratives, qui vinrent modifier la société marquisienne.

  • 19 Motu Haka signifie « le rassemblement » en marquisien 
  • 20 Chronologie établie par Michel Bailleul, http://www.histoiredesmarquises.com/​chronologie/​
  • 21 A l’initiative de la fédération et des associations Motu Haka, tous les quatre ans, l’ensemble des (...)
  • 22 Bien mixte en série : il s’agit d’un bien culturel et naturel sur des espaces identifiés et non sur (...)

10Ainsi dans les années 1970, des représentants des Marquises décidèrent de s’engager pour la sauvegarde et la redynamisation de cette culture. C’est dans ce contexte que l’association culturelle Motu haka19 fut créée en 197820. Elle instaura une dynamique, notamment par l’intermédiaire des festivals des arts des Marquises qui virent le jour en 198721. Puis, en 2000, elle mit en place l’académie de la langue marquisienne avec pour mission de sauvegarder et d’enrichir le marquisien. Emergea ainsi la volonté de concourir à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial ; démarche venant conforter la légitimité de cette culture marquisienne et participant à la mise en avant de la « valeur universelle exceptionnelle » de celle-ci. Les Marquises furent alors inscrites sur la liste indicative de la France auprès de l’UNESCO en septembre 1996. Le processus connut une alternance de périodes actives de construction et de latences. Mais un nouvel élan s’engagea en 2009. Le contenu du dossier est élargi en « bien mixte », rajoutant ainsi un volet « Nature » car de nombreux travaux en écologie terrestre avaient alors démontré l’intérêt du patrimoine naturel (Meyer, 2006). Le projet voit alors sa structuration intentionnelle refondue sous l’impulsion du gouvernement polynésien, en la personne de son ministre de la culture, Joseph Kaiha. Un pilotage des projets UNESCO en Polynésie française est mis en place. Ainsi, en juin 2010, le dossier de candidature de l’archipel des Marquises est confirmé sur la liste indicative de la France en bien mixte en série22, avec une ouverture sur la dimension maritime de la candidature.

11En 23 ans, ce processus a beaucoup évolué révélant ainsi toute sa richesse, tant par son contenu que son ambition. A la volonté politique initiale de mettre en avant la culture marquisienne, s’est ajoutée la dimension naturelle, grâce aux études scientifiques menées sur le territoire et un intérêt croissant porté à l’environnement tant au sein de la communauté, qu’au niveau international.

12Le rapport au territoire et aux patrimoines s’est donc reconfiguré, il s’est adapté. Ce long processus qui mobilise des acteurs divers, qu’ils soient institutionnels (élus des Marquises, Polynésie française, Etat, UNESCO, etc.), ou qu’ils appartiennent à la société civile organisée ou encore issus des domaines scientifiques, implique des remises en question et des reconfigurations pour intégrer les enrichissements successifs. La démarche des Marquises, illustre ce phénomène. La construction conjointe de connaissances, les rapprochements et le partage d’ambitions communes devient alors une nécessité et un résultat en soi. Ceci concerna notamment le domaine maritime dont les attributs restaient relativement méconnus pour la science jusque dans les années 2000 et qui au cours de la dernière décennie vinrent étoffer le dossier des Marquises.

1.1.2 Richesse naturelle et culturelle du milieu marin

  • 23 Campagnes Marquesas (2009), Mission REMMOA (recensement mégafaune marine par observation aérienne), (...)
  • 24 Rapport de mission PAKAIHI I TE MOANA, 2012.

13Si les patrimoines culturel et naturel terrestres étaient bien connus et jouissaient d’une reconnaissance internationale, le milieu marin restait lui très peu connu d’un point de vue scientifique. Mais de récentes campagnes scientifiques, réalisées à partir de 2009, démontrèrent également la richesse du patrimoine naturel marin23. Un écosystème tout aussi complexe et unique marqué lui-aussi par de forts taux d’endémisme et une très forte productivité primaire, appelé “effet d’île” (Martinez et Kertapu, 2004 ; Galzin et al. 2016), à l’origine d’une vie marine luxuriante24. Dans l’archipel des Marquises, deux récentes campagnes océanographiques « REMMOA » en 2011 et « Pakaihi i te moana » (2011-2012), déployées par l’Agence des aires marines protégées (AAMP) avec de nombreux organismes de recherches nationaux et internationaux mirent en évidence la richesse et l’originalité de la biodiversité marine marquisienne.

14Ces premières données furent ainsi prises en compte dans la révision de la description de la valeur unique exceptionnelle (VUE) proposée pour le maintien du bien marquisien sur la liste indicative du patrimoine mondial. Puis, l’importance du milieu marin fut largement soulignée par l’UICN à l’occasion et à la suite du séminaire des experts du dossier Marquises UNESCO qui s’est déroulé en 2012 (rapport UICN 2013, non publié). Il fut souligné que dès lors que l’espace maritime est pris en compte dans le cadre d’un projet UNESCO, une ou des aires marines protégées, offrent des outils de gestion intéressants pour le bien considéré. Parallèlement, il existait une forte volonté politique et citoyenne de voir cet espace maritime géré durablement. L’ensemble s’est concrétisé par la décision de l’intégration d’un volet maritime au sein du dossier d’inscription des Marquises sur la liste du patrimoine mondial dont la gestion pourrait être organisée par une ou des aires marines protégées à déterminer25.

  • 26 La France a ratifié la CDB depuis 1994
  • 27 Chiffres publiés à l’occasion du dernier congrés mondial IMPAC4, septembre 2017
  • 28 Site internet du ministère de la transition écologique et solidaire, 2017.

15Ces connaissances scientifiques nouvellement acquises et l’intérêt porté par les marquisiens à leur espace maritime rencontrèrent ainsi les ambitions des grandes conventions internationales de voir la protection des écosystèmes marins renforcée. En effet, la chute alarmante de la biodiversité, notamment marine, a été reconnue internationalement au Sommet de Rio en 1992 dans la Convention sur la diversité biologique (CDB) et surtout en 2010 avec l’adoption du programme d’action 2010-2020 à Aichi. Depuis 2010, la CDB26 recommande donc de protéger par des mesures spécifiques les zones marines et côtières menacées, notamment par la mise en place d’aires marines protégées (AMP) sur 10 % des océans (objectifs d’Aichi). Or, alors que la protection de ces espaces était inférieure à 1 % à cette date, force est de constater que d’importants efforts ont été menés puisqu’aujourd’hui ce sont près de 6 % des océans qui sont couverts par des AMP27. Dans ce domaine, il convient de préciser que la stratégie française en la matière avait pour objectif de créer un réseau cohérent d’AMP sur 20 % de l’espace maritime national d'ici à 2020. Cette volonté s’est bien développée sur les eaux métropolitaines et s’est grandement structurée dans les outre-mer avec notamment les parcs naturels marins de Mayotte, des Glorieuses et de Martinique, mais aussi avec le parc naturel de la mer de corail en Nouvelle-Calédonie ou encore la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises ; renforçant ainsi la prise en compte de la biodiversité ultra-marine. Aujourd’hui la couverture nationale atteint 22 %28.

  • 29 la création d’une aire marine protégée sur ce territoire ne relève pas du code de l’environnement n (...)
  • 30 Communications de la Polynésie française, IMPAC3 2013

16Avec près de cinq millions de km2, la Polynésie française compte pour la moitié des eaux sous juridiction française. Cela contribue à faire de la France le deuxième domaine maritime au niveau mondial après les Etats-Unis. La richesse du patrimoine naturel marin de la Polynésie est reconnue, notamment concernant les écosystèmes coralliens. Cette collectivité a une histoire ancienne en matière d’aires marines protégées, puisque les premières datent de 1971. Depuis une dizaine d’année, cette collectivité a structuré sa stratégie politique en matière d’aires marines protégées suivant plusieurs impulsions. En 2010, la Polynésie française a inséré les éléments de sa vision stratégique dans la stratégie nationale s’engageant à la protection de 10 % de son espace maritime et à l’investigation des enjeux de la zone des Marquises et de la zone de Rapa. Puis, en octobre 2013, cette collectivité soutenue par la CODIM et l’Etat a déclaré le lancement d’un projet de création d’une grande aire marine protégée29 autour de l’archipel marquisien30 ; démarche qui a n’a pas abouti encore aujourd’hui, attendant le déploiement d’un projet de grande aire marine gérée dans toute la ZEE polynésienne.

  • 31 La Polynésie française a passé un accord de collaboration technique avec l’Agence des aires marines (...)
  • 32 La Polynésie française a passé un accord de collaboration technique avec l’Agence des aires marines (...)
  • 33 Le programme PALIMMA a été lauréat 2013 de l’appel à projet national « Quels littoraux pour demain? (...)

17C’est dans ce cadre, et en raison du caractère mixte de la demande d’inscription, que le programme PALIMMA avait été lancé début 2013, sous impulsion de la société civile, afin d’appréhender l’importance du patrimoine culturel lié à la mer et au littoral. L’enjeu était d’identifier l’opportunité et la faisabilité de sa prise en compte dans des démarches UNESCO et AMP. Ce programme a été initié par la Fédération culturelle et environnementale des îles Marquises Motu Haka en partenariat avec l’Agence des aires marines protégées31 (AAMP)32, avec l’accord de la Polynésie française et de la CODIM. Il visait à évaluer les enjeux de protection et de gestion relatifs au patrimoine culturel liés au littoral et à la mer dans la perspective de l’inscription au patrimoine mondial et de la création d’une aire marine protégée aux Marquises. Ce projet s’est concrétisé au travers d’un partenariat avec des chercheurs de l’unité mixte de recherche PALOC (patrimoines locaux) spécialisés en archéologie, ethnologie et anthropologie. Il a également reçu le soutien de l’académie de la langue marquisienne, de la compagnie maritime Aranui et de la Fondation de France33. Ce programme de trois ans a d’ailleurs été baptisé « PALIMMA - TE HAATUMU O TE TAI MOANA » par l’académie de la langue marquisienne. Ce qui signifie « patrimoine de la mer » en marquisien.

18A la date du lancement de PALIMMA, la question de la prise en compte de l’approche culturelle était assez novatrice dans un processus de création d’aire marine protégée, tant au niveau national qu’international. Les résultats de PALIMMA ont depuis permis de considérer que le patrimoine culturel devait être plus complètement intégré dans les outils développés lors de la création d’une AMP, tant dans son acception matérielle, qu’immatérielle, tout en mêlant visions scientifiques et celles de acteurs des territoires. Mais PALIMMA est allé bien au-delà de la simple définition des enjeux culturels. Il a ouvert la voie à une large concertation qui a permis d’identifier le patrimoine culturel lié à la mer aux Marquises et de mettre en discussion au sein de la population les éventuelles menaces et pistes de gestion relatives à ce patrimoine. L’ensemble de l’espace littoral et est considéré maritime, permettant ainsi de mettre en lumière cet espace.

19Si les processus d’inscription sur la liste du patrimoine mondial de UNESCO et la création d’aires marines protégées s’appuient sur des démarches éprouvées par ailleurs et à respecter, l’analyse des processus montre que les interactions entre les acteurs donnent toute leur singularité à ces projets. Les patrimoines naturels et culturels, terrestres et maritimes, ont été progressivement pris en compte. Ces définitions successives des enjeux et des territoires concernés sont le fait de la mobilisation d’acteurs divers, politiques, société civile (organisée ou non), scientifiques de diverses disciplines. Elles s’inscrivent également dans le renouvèlement de l’intérêt porté aux patrimoines naturels et culturels ainsi qu’à l’espace maritime et contribuent à une vision holistique et intégrée du territoire.

1.2 La construction d’un territoire terrestre et maritime

20Si à l’origine, le souhait était d’affirmer l’originalité de la culture, il est notable que le projet d’inscription au patrimoine mondial des Marquises a depuis grandement évolué. C’est ce qui ressort notamment de la réorganisation du processus en 2009, avec d’une part, la définition d’un projet structurant pour l’archipel et valorisant pour la Polynésie française et d’autre part, un cadre pragmatique articulant l’ensemble des échelles décisionnaires (Merceron et Morschel, 2013). L’objectif devint alors clairement de faire de cette inscription un levier de développement durable pour ces territoires.

  • 34 Arrêté n° 1475 CM du 4 septembre 2009 et Arrêté n° 1476 CM du 4 septembre 2009

21En outre, pour un espace archipélagique relativement éclaté, le processus vers la labellisation UNESCO permet la mise en place d’une gouvernance, incluant les parties prenantes du territoire, à propos de l’avenir de celui-ci, mais aussi de leur patrimoine. En effet, la structuration de 2009 du pilotage des dossiers UNESCO de Polynésie française a mis en place, à coté du comité de pilotage, six comités de gestion dans chacune des îles Marquises. Ils sont présidés par les maires et sont composés de représentants de la société civile et des organisations professionnelles, mais toute personne souhaitant participer à leurs travaux est invitée. Deux arrêtés34, l’un portant sur la création d’un comité de pilotage, l’autre sur les comités de gestion présents sur chaque île, officialisent alors l’intérêt porté à ce projet par tous les acteurs publics et associatifs. Deux comités d’experts portant respectivement sur les patrimoines naturels et culturels sont créés. La fédération des associations culturelles et environnementales marquisiennes Motu Haka est choisie par le gouvernement polynésien pour représenter la société civile et animer localement les comités de gestion des six îles, puis la CODIM est venue parachever cette représentation. Leur rôle est de faire des propositions pour les choix de sites, pour le plan de gestion, mais aussi d’informer la population de l’avancée du processus. Ces comités constituent un lieu de discussion privilégié sur l’avenir de ces territoires.

  • 35 Article 13 alinéa 1er  de la loi organique n° 2004-192 du 27 février 2004 la Polynésie française et (...)

22Par ailleurs, les projets de type aire marine protégée constituent également un vecteur de structuration d’un territoire et de développement durable (Mabile, 2004). En effet, la protection de la biodiversité marine est devenue une priorité depuis les années 1990. Or, les méthodes pour y parvenir ont beaucoup évolué. Fondées jusqu’alors sur une opposition entre la protection et le développement des activités humaines, celles-ci ont peu à peu évolué vers la prise de conscience qu’une protection stricte n’était pas la seule piste pour contribuer à la gestion du milieu naturel et qu’il était possible, dans certains cas, de conjuguer protection de la nature et maintien d’activités durables. Ceci s’incarne d’ailleurs dans les différentes réalités juridiques, conventionnelles ou même coutumières, permettant le déploiement d’aires marines protégées. Leur définition est d’ailleurs donnée par l’UICN et permet d’incarner différentes réalités de terrain (Day et al., 2012). Une AMP est donc un espace géographique clairement défini, reconnu, spécialisé et géré par des règles ou toutes méthodes, visant à assurer la conservation à long terme de la nature, des services écosystémiques et des valeurs culturelles qui y sont associés. Elle est reconnue comme ayant une valeur écologique d’importance particulière à une échelle donnée (mondiale, éco-régionale, etc.). Ainsi, la création d’une grande aire marine protégée au sein de l’archipel permettrait une gouvernance unifiée des différentes autorités ayant compétences sur l’espace maritime polynésien35. Un de ses objectifs étant également de construire un dialogue avec la société civile et les usagers de cet espace ; la Polynésie française, comme l’Etat français, gardant leurs compétences d’administration générale en mer comme définies dans la loi organique.

23Cependant, pour parvenir à la création de cette grande aire marine protégée, il était important que l’ensemble des parties prenantes dispose d’un fort degré d’information sur toutes les composantes de cet espace. A cette fin, il a été proposé la rédaction d’une analyse éco-régionale36 . Celle-ci constitue un diagnostic précis des activités, des patrimoines naturels et culturels et des enjeux de gestion propres à ce territoire. L’originalité du projet d’AMP aux Marquises était de se fonder sur une AER intégrant un volet dédié au patrimoine culturel fondé sur un programme scientifique préalable. Il était en effet essentiel pour les Marquisiens que la singularité de leur culture soit prise en compte, tant dans ses acceptions passées que ces usages actuels. Dans cette optique, outre l’intégration des éléments présents dans la littérature scientifique, il a été évident que la définition de ces volets culturels devait se faire avec la population. D’ailleurs, la volonté d’associer les acteurs locaux à la construction du projet, tant dans ses phases d’acquisition de connaissance que de propositions de gestion, a été demandée dès l’origine par les acteurs marquisiens tant à la Polynésie française qu’à l’Agence des aires marines protégées. En atteste la demande des représentants de la société civile et des élus marquisiens de voir associer systématiquement la population aux programmes scientifiques en sciences naturelles (ex : campagnes océanographiques REMMOA, Pakaihi i te Moana, etc.) puis au programme PALIMMA37. Ce dernier a cependant été au-delà de la simple implication des habitants, comme ce sera démontré par ailleurs.

24Ainsi, la construction de ces projets liés (UNESCO-AMP) pose les principes et caractéristiques d’un développement territorial. Si les représentants politiques, la société civile organisée et les scientifiques concourent à la définition de ces projets, un programme de type PALIMMA peut également permettre à la population de s’approprier les qualités de son patrimoine ou de son espace mais également les menaces auxquels ils sont soumis ; il concourt alors à définir le territoire concerné.

2. Mobiliser les populations

25S’il est envisagé que le développement territorial peut s’appuyer sur une gestion et une valorisation durable des patrimoines culturel et naturel et que celui-ci s’incarne notamment par la mise en œuvre des deux projets UNESCO et aire marine protégée (AMP), alors différents préalables sont nécessaires. En effet, ces démarches doivent se fonder sur l’acquisition de données validées par la science d’une part, et nécessitent une identification de ces patrimoines et l’élaboration de modalités de gestion s’y rapportant, d’autre part. Or, loin de proposer uniquement les données scientifiques venant appuyer ces processus, la mise en œuvre du programme PALIMMA a révélé comment le développement de connaissances liées au patrimoine, ici maritime, peut mobiliser les acteurs locaux et les populations et ainsi participer à la construction d’un développement durable d’un territoire.

2.1 Une recherche partenariale et fondée sur une initiative des acteurs du territoire

  • 38 Le dossier UNESCO doit présenter les méthodologies mises en œuvre.

26Dès 2011, Motu haka déjà engagé sur des projets avec l’Agence des aires marines protégées -AAMP (organisation de campagnes océanographiques, exposition avec les collégiens, etc.), avait identifié une relative absence de données disponibles et de prise en compte du patrimoine culturel lié à la mer et au littoral. C’est ainsi qu’il matérialise, avec l’appui de cette agence, l’idée d’un projet destiné à évaluer les enjeux et modalités d’intégration du patrimoine liés à la mer dans les démarches de protection du patrimoine engagées sur ce territoire. En 2012, des chercheurs ont complété le groupe : une ethnologue spécialiste des dispositifs participatifs (IRD, puis MNHN – UMR PALOC), ainsi qu’un archéologue (IRD- UMR PALOC) et une historienne-ethnologue (UMR PALOC) travaillant depuis de nombreuses années aux Marquises. L’équipe fut donc tripartite et organisée autour de représentants de la société civile, de gestionnaires et de scientifiques. Les objectifs étaient certes multiples : construction de l’analyse éco-régionale marine (AER) des Marquises et enrichissement du dossier UNESCO pour Motu haka et l’AAMP, analyse des patrimoines et de la patrimonialisation pour les scientifiques. Mais tous souhaitaient permettre une identification de la nature de ce patrimoine et mettre la population en situation d’être actrice de ces démarches. En outre, la posture était elle aussi partagée. Ce terme « présente une double dimension rhétorique et actionnelle, elle se traduit donc par une prise de position morale, affective, sociale, philosophique et politique et qui conduit à des actes » (Daré et al, 2010). Les éléments de posture peuvent être qualifiés de scientifiques, politiques et éthiques. La volonté commune dans PALIMMA était bien de construire une recherche impliquant gestionnaire – société civile – scientifiques, sans hiérarchisation des connaissances et compétences. Comme dans tout projet de recherche, la méthodologie et les résultats de ce travail ont été construits pour être présentés et pourront être réfutés38. Pour les partenaires de PALIMMA, les populations du territoire étaient centrales dans le processus et devaient être impliquées, considérant que la personne agissante est un véritable acteur, et non un « idiot culturel » — cultural dopes — selon l’expression imagée utilisée par Harold Garfinkel (2007, [1967]). Il est d’ailleurs à noté que, au-delà de la posture scientifique qui a prévalu, il convient de souligner que les scientifiques ont été d’autant mieux accueillis et soutenus que les objectifs et les contraintes des acteurs des projets (élus, association Motu haka, gestionnaires) étaient partagés et pris en compte.

27Force était de constater que dans le cas d’espèce une forte mobilisation de connaissances était nécessaire dans la mise en œuvre de ces projets. En effet, si les données pouvaient exister en partie (notamment grâce aux études menées par des archéologues et ethnologues), elles n’avaient pas été réunies, ni pensées en relation avec leur inscription territoriale, et pas toujours partagées avec la population. Cette réflexion a également conduit à interroger la capacité de ce genre de programme à former les acteurs des territoires pour la maitrise ou la recherche des méthodes adaptées à l’identification et la prise en compte de leur patrimoine.

2.2 Des référentes formées et associées

  • 39 Seules des femmes ont été sélectionnées, il ne s’agissait pas d’un choix a priori mais les candidat (...)
  • 40 Avant le démarrage du projet PALIMMA, Motu Haka avait déjà l’ambition de former des volontaires sur (...)

28PALIMMA a été une opportunité pour discuter des patrimoines avec un certain nombre de personnes localement et d’impulser, grâce à la volonté des acteurs locaux, des programmes de recherche portant sur le patrimoine culturel. Devant l’ampleur du projet, ses particularités et la volonté de l’inscrire dans le long terme, le choix a été de former des personnes volontaires et motivées pour participer au programme scientifique. Huit personnes dites “référentes” 39, à minima une par île habitée, ont été invitée à participer au programme de recherche PALIMMA. Elles ont été formées aux grands enjeux de gestion des patrimoines et à la préparation et la mise en œuvre des ateliers collectifs et individuels utilisant des supports cartographiques. Ainsi, l’objectif était qu’elles puissent devenir les interlocutrices privilégiées des Marquisiens sur ces questions avant, pendant et après PALIMMA aux cotés de Motu Haka40.

29Ainsi, deux sessions de trois de jours de formation ont permis d’aborder des questions générales traitant de l’inscription au patrimoine mondial, de la création des aires marines protégées, du statut du patrimoine et de sa sauvegarde en Polynésie française ainsi que des connaissances liées aux patrimoines naturels et culturels aux Marquises. Le projet PALIMMA a également fait l’objet d’un module particulier traitant des objectifs et de la méthodologie d’enquête, notamment pour animer les ateliers collectifs en français et en marquisien et mener des entretiens individuels de type semi-directif. A terme, il s’agissait d’installer et de démontrer l’intérêt d’une nouvelle profession, les « référents du patrimoine », qui puissent être des médiateurs entre le monde scientifique et la société. L’enjeu était également qu’ils puissent appuyer les comités de gestion UNESCO, le processus aire marine protégée et aider à la réalisation de projets de développement durable concernant les patrimoines aux Marquises. L’objectif « d’empowerment », c’est-à-dire de renforcer la capacité des populations locales à intervenir dans les processus de construction des politiques publiques passe par la formation de personnes au sein de la population, intention qui avait été clairement annoncée dans le cadre de ce projet de recherche PALIMMA.

2.3 La population rencontrée

30En relation avec les impératifs de l’UNESCO ainsi que les préconisations internationales et nationales en matières d’AMP, la mise en place du développement durable de la zone maritime des Marquises ne s’entendait donc qu’en associant les populations locales.

  • 41 Au sens administratif et comptabilisant une population de plusieurs dizaines de personnes.

31Aux Marquises, la population se déploie sur 6 îles ; elle est répartie dans des vallées plus ou moins accessibles en voiture (4X4), à pied, en bateau ou à cheval. La vallée principale est le siège des activités administratives ; les autres vallées peuvent regrouper d’une cinquantaine à quelques centaines d’habitants. A titre d’exemple, la grande île du groupe sud, Hiva Oa, regroupe 2009 personnes dont 1658 à Atuona (vallée principale), le reste de la population se répartissant sur les quatre autres vallées. L’île proche d’Hiva Oa, Tahuata compte 670 personnes au sein de quatre vallées. La densité moyenne de la population au sein de l’archipel est de 8,2 habitants au km2. On dénombre environ 2641 vallées aux Marquises.

32L’objectif de PALIMMA a donc été de rencontrer les habitants du maximum de vallées et de leur donner la possibilité de participer, s’ils le souhaitaient, au programme PALIMMA. Ainsi les deux missions de terrain PALIMMA, se sont déroulées dans 26 vallées des Marquises.

33La première mission (juin-juillet 2013) de collecte de données a permis à près de 300 personnes (51 % femmes, 49 % hommes, âge moyen de 47 ans) de participer. Ainsi 51 ateliers participatifs avec supports cartographiques de discussions ont été réalisés (Photo 1.), produisant 51 cartes (Photo 2) associées à environ 600 fiches « élément patrimonial » (Chlous, 2015). Différents entretiens individuels sont venus compléter les ateliers collectifs. Durant cette mission, il s’agissait pour la population présente d’énoncer les éléments liés à la mer qui, dans leur culture, étaient importants, de les décrire et de les localiser sur une carte. Pour chaque patrimoine énoncé, les discussions portaient ensuite sur les éventuelles menaces et sur les pistes de gestion. L’ensemble était discuté en groupe, en permettant l’expression en marquisien et en français. Sur la base de ces informations, une base de données a été construite, puis des cartes de restitution ont été réalisées à l’aide d’un système d'information géographique. La seconde mission (mai 2014) avait pour objectif de soumettre les éléments du patrimoine identifiés par la population en 2013 et répertoriés dans la bibliographie scientifique, sous une forme cartographique ainsi que l’ensemble des mesures de gestion du patrimoine produites par îles, afin qu’elles soient complétées, corrigées et validées. 386 personnes issues des mêmes vallées visitées qu’en 2013 ont alors participé.

Photo 1 : Atelier de gestion participative PALIMMA, vallée de Puamau (2013)

Photo 1 : Atelier de gestion participative PALIMMA, vallée de Puamau (2013)

Crédit photo: Pascal Erhel Hatuuku OATEA

Photo 2 : Exemple de carte de travail dans l'atelier cartographie participative PALIMMA (2013)

Photo 2 : Exemple de carte de travail dans l'atelier cartographie participative PALIMMA (2013)

Crédit photo : AAMP

34Au total c’est près de 4 % de la population marquisienne qui a participé. Si ce chiffre paraît faible, il est à mettre en relation avec les rares chiffres s’intéressant au pourcentage d’une population mobilisée dans les dispositifs participatifs de gestion ou scientifique. Rosanvallon (2008) fait cependant état d’une étude britannique qui révèle qu’environ 1 % des adultes est régulièrement engagé dans des instances organisées (comités de quartier, jurys citoyens, commission d’enquête, etc.). L’exemple du budget participatif mis en place à Porto Alegre dans les années 1990 montre des résultats similaires : 1 à 1,5 % de la population totale a réellement participé à ces budgets participatifs (Blondiaux, 2008). Il est également intéressant de prendre en compte les disparités entre les îles, avec des divergences entre les îles : par exemple 10 % de la population à Tahuata et 2 % à Nuku Hiva ont participé aux ateliers. Par ailleurs, lors des ateliers dans les petites vallées peu accessibles, il n’était pas rare de rencontrer plus de la moitié de la population, alors que dans les grandes vallées la mobilisation était proportionnellement plus faible.

35Le foisonnement et la diversité des données ont concerné tous les pans des patrimoines matériels et immatériels (Chlous, 2015). Les discussions relatives à l’état de conservation, et le recueil des propositions de la population pour remédier à certaines menaces ou dégradation, ont été particulièrement riches. Plus de 300 pistes de gestion ont été identifiées par la population en 2013 puis confirmées et complétées en 2014, couvrant une diversité remarquable touchant à divers leviers d’actions42. Le traitement des propositions de gestion a conduit, d’une part à un recensement des objectifs de protection et d’autre part à l’identification par la population des moyens à mettre en œuvre (Duron et al., 2016). Mais au-delà de ces chiffres, ce qui est ressorti des missions de terrain a été la volonté affirmée de la population de conforter son rôle dans la gestion des territoires. En mai 2015, une mobilisation importante de la population, 217 personnes, au sein des comités de gestion UNESCO a démontré de nouveau l’intérêt de la population pour la création de l’aire marine protégée au sein de leur archipel. Les objectifs de ces comités étaient de valider l’analyse écorégionale marine des Marquises et les objectifs de gestion de la future grande aire marine protégée des Marquises. Une dizaine de grands objectifs et une trentaine de missions devant être assignées à cette AMP ont alors été discutés et entérinés. Or, les points discutés (objectifs, missions, actions, etc.) avaient été largement fondés sur les propositions de la population discutées dans le cadre de PALIMMA en 2013 et 2014. Puis la CODIM est venue confirmer l’ensemble et a priorisé les actions à mener au sein de la future AMP en juin 2015 conformément aux demandes des six comités de gestion. Ces travaux menés sur trois années ont donc structuré les débats pour dessiner le contenu de l’aire marine protégée des Marquises lors du deuxième comité de pilotage de création en juin 201543.

36Ainsi, ce programme de recherche a permis de développer un partenariat et une participation de la population au bénéfice des projets UNESCO et aire marine protégée. Que ce soit pour alimenter scientifiquement et en données les différents dossiers ou pour mobiliser une population pouvant parfois se sentir isolée, du fait d’accès difficile. Il convient de noter et de compléter que ce programme a d’autant mieux fonctionné qu’il était très soutenu par la Polynésie française et ses services (urbanisme, culture, affaires maritimes, recherche, ressources marines et environnement), par l’Etat français et surtout par les élus marquisiens qui ont appuyé ce dispositif participatif du début à la fin en le légitimant et mais aussi en l’accompagnant d’un point de vue matériel et par leur présence lors des discussions. La construction de partenariat au sein de ce programme de recherche a donc aussi mobilisé les institutions politiques à différents échelons, la société civile organisée ; des “référentes” ont été formées augmentant les compétences au sein de la population. Enfin, la dimension résolument participative a permis de mettre en discussion au sein de la population les projets structurants du territoire.

3. Relier

37De prime abord, ce type de programme partenarial de recherche, pouvait paraître éloigné des préoccupations d’aménagement territorial, mais il a conduit tous les acteurs à penser l’archipel dans sa globalité et à relier les territoires entre eux. Ainsi parce qu’il s’est construit dans le cadre de projets plus vastes comme l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et la création d’une aire marine protégée, il a concouru directement à construire un projet de territoire, à structurer les réseaux d’acteurs et à renforcer les liens entre individus et institutions. D’une part, PALIMMA est devenu une opportunité en permettant la mobilisation de personnes et de compétences, mais aussi dans la production de connaissances insdispensables pour les projets UNESCO et AMP. Connaissances pouvant tout autant intéresser la population pour l’aménagement, le tourisme ou encore la transmission, que les décideurs publics ou encore les scientifiques, etc.

3.1 Construire des liens entre les territoires

3.1.1 Au sein de l’archipel

38Les îles, et certaines vallées, de cet archipel peuvent sembler isolées, mais il ne faudrait pas se méprendre. Bien sûr, pour suivre leur scolarité les enfants partent en internat ou sont accueillis dans la famille dans certaines grandes vallées ou certaines îles, pour certains d’entre eux dès l'école primaire (CE2) car dans certains sites, rejoindre l’école primaire ou le secondaire tous les jours n’est pas possible. Et si des vols réguliers assurent des liaisons vers quatre îles, des bateaux de pêcheurs permettent de circuler dans l’archipel et d’atteindre les vallées peu accessibles. L’océan Pacifique n’est finalement pas une barrière mais permet de faire le lien entre les Marquisiens comme le montre plusieurs légendes ainsi que les relations familiales et les intenses activités religieuses, culturelles, sociales ou sportives.

39Aussi, il n’est pas anodin que le projet d’inscription sur la liste du patrimoine mondial se soit structuré en même temps que s’est faite la structuration politique de l’archipel sous la forme d’une communauté de communes. La démarche d’inscription s’est construite pour arriver à une vision holistique de l’archipel, proposant un bien mixte en série se basant sur une sélection de sites à caractère naturel ou culturel répartis sur l’ensemble de l’archipel, y compris les îles non habitées et sur les espaces maritimes ; ces sites devant faire à terme l’objet d’un plan de gestion permettant d’assurer leur préservation. Cette démarche d’obtention d’une labellisation UNESCO permet ainsi de développer une réflexion à l’échelle de l’archipel et une analyse prospective. La création d’une aire marine protégée est tout autant intéressante car elle oblige à penser l’espace maritime, y compris jusque dans la zone économique exclusive (ZEE). Cette étendue très vaste n’étant pas toujours simple à appréhender.

40Le programme PALIMMA a permis directement et indirectement de discuter des territoires et territorialités. D’une part, plusieurs participants aux ateliers collectifs réfléchissaient en termes de vallées et étaient centrés sur leur territoire de pratique de la pêche (Photo 3), qui se situait, lorsque ceux-ci ne possédaient que des pirogues à balancier sans moteur, souvent en face de leur vallée et à distance de quelques miles nautiques. Ainsi, pour certains savoirs, ils ne se pensaient pas légitimes pour approfondir les éléments concernant d’autres vallées mais cela ne signifiait pas qu’ils ne disposaient pas des connnaissances. D’autre part, les habitants de vallées importantes ou possédant des bateaux à moteurs élargissaient leur territoire de pratique au-delà de leur vallée d’habitation, en prenant néanmoins soin de reconnaitre la priorité des habitants des vallées. Ils avaient souvent une vision à l’échelle de leur île. Pour d’autres types de patrimoines, la vision embrassait l’île, voire l’archipel, notamment pour ce qui était des traditions orales ou de récits. Néanmoins, les participants des ateliers démontrèrent un haut niveau de conscience des menaces qui pèsent sur les océans à une échelle globale (changement climatique, surpêche, pollution) et de leur archipel (pêche locale et internationale, infrastructures, etc.).

Photo 3 : Retour de pêche aux îles Marquises (2013)

Photo 3 : Retour de pêche aux îles Marquises (2013)

Crédit photo : Pascal Erhel Hatuuku OATEA

41Les menaces pesant sur l’espace maritime de l’île ou des vallées furent abordées dans un premier temps par les habitants lors de la première mission de terrain PALIMMA. Lors de la deuxième mission de restitution, la discussion des menaces a été beaucoup plus discutées à l’échelle des îles et de l’archipel, à partir du partage des éléments abordés dans chacune des vallées. Ceci a donné lieu à un changement d’échelle de la part des populations participantes. Leur vision des pistes de gestion (Duron et al., 2016) ont donc été à la fois très locales (ex : mieux aménager un accès à la mer ou résoudre la question des déchets dans une rivière), mais également plus globales et pensées au niveau de l’archipel (ex : programmes de connaissances sur des espèces marines, démarche de surveillance et de contrôle, etc.). L’archipel a donc été décrit, débattu et pensé dans sa gestion à différentes échelles : vallées, îles, archipel ; renvoyant l’espace maritime à un véritable territoire en soi (Thomassin, 2000).

42Ce programme PALIMMA avec ses deux missions de terrain (recueil de données et restitution) a été particulièrement intéressant car il a permis des échanges au sein d’une même vallée mais également entre les vallées, et entre les îles permettant ainsi la circulation des connaissances entre habitants et entre générations. Il a permis la formulation d’avis concernant les menaces et les éventuelles remédiations. Au-delà des différents intérêts portés au sein d’une même vallée, ou d’une même île, des pistes de gestion communes et une réflexion globale, celles-ci ont pu être pleinement intégrée dans le projet d’AMP (Duron et al., 2016). Le programme de recherche a participé de la structuration d’une vision archipélagique des patrimoines et des enjeux de sa gestion à différentes échelles (vallées, iles, archipel, voire pour l’ensemble de la Polynésie française) (Preuvost et al., 2016).

3.1.2 Dépasser les échelons territoriaux

43Outre le lien entre les acteurs marquisiens, il est notable que ces projets UNESCO et AMP ont pu renforcer les liens entre les échelons politiques. Depuis leur lancement, ils ont manifestement contribué au renouvellement des modalités de l’exercice du politique en affermissant les mécanismes d’interterritorialité. Celle-ci est présentée par Vanier (2008) comme la capacité de conjuguer les différents échelons et mobiliser les acteurs politiques autour de projets. Les maires, la communauté de communes des Marquises, le gouvernement polynésien et l’Etat ont des rôles et des compétences distincts sur ces deux dossiers, mais dont l’exercice est hautement nécessaire en complémentarité. Concernant l’inscription au patrimoine mondial, les premiers ont une place privilégiée dans les comités de gestion ; la communauté de communes permet ainsi de fédérer autour du projet et d’offrir des arènes de discussion. Par ailleurs, sans le soutien financier et technique du gouvernement polynésien et de l’Etat, ces projets ne pourraient aboutir. Enfin, la Polynésie française deviendra garante de la bonne gestion du bien, en lien avec les partenaires gestionnaires. Par ailleurs, l’Etat à travers ses experts et les mécanismes de dépôt des candidatures UNESCO (comité des biens français) a une responsabilité sur la qualité et la pérennité du dossier car il portera celui-ci devant les instances de l’UNESCO. Comme d’autres politiques de développement territorial durable (Bourhis, 2014), une telle démarche ne peut se concevoir aujourd’hui sans une perspective interterritoriale de l’action. Celle-ci est d’autant plus incontournable au sein de cet archipel que le lien entre les différents territoires est complexe. En effet, même à chaque étape des processus, la discussion entre les différents échelons du territoire doit être constante, encore faut-il développer des lieux de discussion qui permettent de dépasser les positions de principes et en partie les rapports de pouvoir. Les restitutions répétées du programme PALIMMA auprès des élus des Marquises, des différents services de la Polynésie française et de l’Etat, le plus souvent conjointement, ont permis de construire les objectifs et axes de gestion. Par ailleurs et c’est certainement le plus important, plusieurs représentants des services de la collectivité polynésienne ont accompagné le programme lors de la préparation des missions mais également sur le terrain, partageant ainsi les discussions avec les populations et les élus marquisiens. PALIMMA ayant mobilisé tous les acteurs à différentes échelles a donc constitué un laboratoire de ce que les déploiements des actions de gestion au titre de l’UNESCO ou de l’AAMP pourront être à l’avenir, tant en termes de sujets portés (protection des patrimoines), qu’en termes de processus (gouvernance large, mobilisant acteurs publics ou privés et surtout la société civile).

3.2 Un « enrôlement » successif d’acteurs

44Les processus d’inscription au patrimoine mondial et de création d’une aire marine protégée, et par là même le programme PALIMMA, peuvent être étudiés sous le prisme des théories de l’acteur-réseau, notamment portées par Callon (1986). En effet, ces projets n’entrainent pas exclusivement la création ou le renforcement de liens entre les acteurs des différents échelons politiques, il donnent également lieu à la création de liens qui unissent des élus, des représentants d’associations (dont bien sûr Motu Haka), de groupes socioprofessionnels (pêcheurs, artisans, etc.), d’experts et de scientifiques qu’ils soient locaux, nationaux ou internationaux. Autour des protagonistes du projet, un enrôlement successif est ainsi à l’œuvre dans différentes instances que sont, dans ce cas la labellisation UNESCO, le comité de pilotage, les comités de gestion, les réunions des comités d’expert, sans oublier les nombreux programmes de recherche qui participent de la production de connaissances (Pakaihi i te Moana, REMMOA, etc.)44.

45Le programme PALIMMA fournit un exemple de cette mobilisation des acteurs (Chlous, 2017). En effet, autour de ce projet, pensé à l’origine par Motu haka avec l’Agence des aires marine protégées et soutenu par la Polynésie française et l’Etat, se sont agrégés les scientifiques, les élus, et les référentes issues de la population marquisienne, mais également l’académie marquisienne dont les membres, présents sur chaque île, parrainaient les référentes (Chlous, 2017). Suite à la reconnaissance de l’intérêt de ce projet par les différents acteurs (le point de passage obligé), le réseau s’est donc étoffé au fur et à mesure du processus.

46En outre, la mobilisation des acteurs autour des projets UNESCO/AMP a dépassé le cadre des Marquises et de la Polynésie française ; elle s’est déployée à l’international. Clairement, la mise en place d’aires marines protégées invite à penser en réseau, tant d’un point de vue écologique qu’humain (connectivité, partenariat, échanges d’expériences, etc.). De même, la justification de la « valeur universelle exceptionnelle » et de la partie « analyse comparative » dans le dossier UNESCO oblige à penser la dimension internationale. Dans le comité des experts, des personnalités issues du Pacifique sont représentées, notamment issues du Marine National Monument of Hawaii (Papahānaumokuākea), groupe d’îles de l’archipel hawaiien reconnu au patrimoine mondial de l’humanité. L’archipel des Marquises a ainsi fédéré autour de ses projets des réseaux qui permettent d’avancer vers un objectif commun. Comme l’évoque Lorrain (1998) à propos de la métaphore des rameurs de Hume, une action collective n’est possible que dans le partage d'une situation — par exemple, se trouver dans le même esquif et devoir le faire avancer — sans obligatoirement être lié par un contrat. PALIMMA a contribué à cet élan puisqu’il a été intégré à une réflexion globale menée par Big Ocean, le réseau des gestionnaires des grandes AMP du monde, visant à définir les modalités d’intégration de la dimension humaine dans la désignation et la gestion de grandes aires marines protégées. Les résultats de PALIMMA ont donc contribué et continuent d’alimenter depuis 2015 les travaux de Big Ocean dans le cadre des ateliers techniques d’échanges mis en place sur la question45 (congrès mondial des parcs 2014, congrès mondial de la Nature 2016, congrès mondial des aires marines protégées 2017, etc.)

Conclusion

47L’archipel des Marquises, pourrait apparaître encore bien isolé à bien des égards. Mais, sortant de deux siècles d’une histoire complexe, la population, forte d’associations et d’élus volontaristes, a engagé un processus de structuration territoriale et organisationnel. Ceci a procédé clairement d’une reconnaissance de l’unicité d’une culture. Ainsi, le dynamisme de ces îles a été pensé ces dernières années sur la valorisation de leurs patrimoines46 au travers notamment des projets UNESCO et aire marine protégée47. Or ces projets, impliquant une appréhension du territoire et de son aménagement, ont également obligé à penser une organisation politique et administrative, capable d’offrir une gouvernance partagée pour gérer les différents espaces de l’archipel. Ces structurations ont également permis de poser les fondements pour un développement économique raisonné du territoire. Les deux processus se nourrissant réciproquement (structuration et reconnaissance). De plus, la visibilité internationale procurée par ces projets, lui permettrait d’envisager une valorisation renforcée de ces patrimoines naturel et culturel dans le cadre d’une économie touristique renouvelée, dont les retombées concerneraient la Polynésie française toute entière. Pour un archipel « éloigné » géographiquement, l’inscription au patrimoine mondial et la création d’une aire marine protégée sont des outils de reconnaissance et de visibilité, dépassant ceux offerts notamment par le peintre Paul Gauguin et le compositeur interprète Jacques Brel. Ils sont aussi l’opportunité de développer des projets associant des élus provenant des différentes échelles décisionnaires, ainsi que les représentants de la société civile. Néanmoins, ces projets sont complexes à mener car ils nécessitent des porteurs solides, des connaissances et compétences, une adhésion et un soutien des populations et des autres niveaux décisionnaires. La réalité de la construction de ces projets montre qu’ils ne sont pas linéaires, qu’ils sont liés aux évolutions sociales et politiques et qu’ils se redéfinissent au gré des forces en présence. Le programme de recherche PALIMMA à la fois partenarial et participatif révèle les apports qui dépassent ceux de la production de connaissances. Les programmes de recherche, d’autant plus qu’ils sont développés avec la société civile, participent pleinement de la construction des territoires, de leur organisation et de la fabrication de liens entre individus et institutions à différentes échelles territoriales. Ces programmes connexes (tels que PALIMMA), la présence d’experts et de scientifiques peuvent clairement participer et conforter les démarches UNESCO et aire marine protégée en accompagnant l’acquisition et la diffusion des connaissances, mais également en soutenant la montée en puissance des compétences par la formation des populations et en accompagnant la reconnaissance mutuelle de différentes formes de savoirs et de patrimoines. L’affirmation culturelle à l’origine de la volonté de labellisation par l’UNESCO, est ainsi devenue plus englobante, elle s’est renforcée et magnifiée d’une dimension patrimoniale identifiée par les habitants et inscrite dans le développement durable d’un territoire au service de la population.

Haut de page

Bibliographie

Berliner D., Borlotto C., 2013, Le monde selon l’UNESCO, Gradhiva, n° 18, pp. 4-21.

Berliner D., Istasse M., 2013, Les hyper-lieux du patrimoine mondial, Gradhiva, n° 18, pp. 124-145.

Blondiaux L., 2008, Le nouvel esprit de la démocratie, Paris : Seuil, 109 p.

Bourhis M., 2014, L’Economie turquoise, entre territoire de projet politique et représentations territoriales différenciées : le « devoir d’articulation », NPSS- Nouvelles perspectives en sciences sociales, pp. 163-191.

Borlotto C., 2013, L’UNESCO comme arène de traduction, La fabrique globale du patrimoine immatériel, Gradhiva, n° 18, pp. 50-73.

Borlotto C., 2011, Le patrimoine culturel immatériel, Paris : Maison des Sciences de l’Homme.

Callon M., 1986, Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc, L’année sociologique, n° 36, pp. 169-208.

Chlous F, 2015, Des liens pluriels et intimes à la mer dans l’archipel des Marquises (Polynésie française). La construction d’une patrimonialisation, La mer et les hommes, Territoires, pratiques et identités, Revue Internationale d’ethnographie, n° 5, pp. 40-54.

Chlous F., 2017, Méthodologie participative : négociations et reconfiguration des relations entre partenaires, Participations, vol. 1, pp. 67-87.

Clavel M., 1884, La dépopulation aux îles Marquises, Bulletin de la société d’anthropologie de Paris, vol. 7, n° 7-3, pp 490-500.

CODIM, 2012, Plan de développement économique et durable (PDEM) des îles Marquises pour la période 2012-2027.

Day J., Dudley N., Hockings M., Holmes G., Laffoley D., Stolton S. & Wells S., 2012. Application des catégories de gestion aux aires protégées : lignes directrices pour les aires marines. Gland, Suisse : UICN. 36 p.

Daré W., Barnaud C., D’Aquino P., Etienne M., Fourage C., Souchère V., 2010, La posture du commodien : un savoir être, des savoir-faire, in M. Etienne (éd.), La modélisation d’accompagnement : une démarche en appui au développement durable, Paris : Quae éditions, pp. 45-67.

Duron S.-D., Preuvost M., Chlous F., Ottino-Garanger P., Ottino-Garanger M.-N., Teikiehuupoko G., Erhel-Hatuuku P., 2016 Rapport intermédiaire PALIMMA, co- construction des enjeux de gestion relatifs au patrimoine culturel lié à la mer et au littoral aux Marquises, dans une perspective d’inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco et de création d’une grande aire marine protégée (2013-2014), 13 p.

Duron S.-D., Chlous F., Ottino-Garanger M.-N., Ottino-Garanger P., Teikiehuupoko G., Erhel-Hatuuku P., Preuvost M., Teao Billard C., Villierme H., Cammal J., Habert E., Teikitutoua B., 2016, Synthèse du programme pluridisciplinaire PALIMMA visant la co-construction des enjeux de protection et de gestion relatifs au patrimoine culturel lié au littoral et à la mer aux Marquises, Polynésie française, 110 p.

Galzin R., Duron S.-D., Meyer J.-Y. (éds.), 2016, Biodiversité terrestre et marine des îles Marquises, Polynésie française, Société française d’Ichtyologie, Paris, 526 p.

Garfinkel H., trad. fr. Barthélémy M., Dupret B., de Queiroz J.-M., Quéré L., 1967, Recherches en ethnométhodologie, PUF, 2007.

Jollivet M., 2015, Pour une transition écologique citoyenne, éd. Charles Léopold Mayer, 140 p.

Latour B., 2006, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris : la découverte, 401 p.

Lorrain D., 1998, Administrer, gouverner, réguler, Les Annales de la recherche urbaine, n° 80-81, pp. 85-92.

Mabile S., 2004, Aires marines protégées en Méditerranée (les). Outils d'un développement durable, thèse de doctorat en droit, Université Aix-Marseille, 527 p.

Martinez E., Keitapu Maamaatuaiahutapu, 2004, Island mass effect in the Marquesas Islands: Time variation, Geophysical Research Letters, vol. 31, issue 18, pp 1-4.

Merceron F., Morschel J., 2013, Tahiti et ses périphéries insulaires : formation et crise d’un espace centralisé, Hermès, vol. 65, pp. 56-63.

Meyer J-Y., 2006, Fiche technique : La biodiversité terrestre des îles Marquises : premiers éléments scientifiques pour l’inscription sur la liste des sites du Patrimoine mondial de l’Humanité de l’UNESCO URL : https://www.li-an.fr/jyves/Meyer_2006_Fiche_Technique_Marquises_Patrimoine_Mondial_Humanite.pdf

Ottino P., 1986, Une structure lithique marquisienne : le paepae, Cahiers des Sciences Humaines, 22 (2), pp. 185-201.

Preuvost M., Alloncle N., Brugneaux S., Duron S.-D., Languille J., Teao-Billard C. (coords.), 2016 « Analyse écorégionale marine des îles Marquises », Agence des aires marines protégées et Polynésie française, 376 p.

Rollin L., 1927, Les Îles Marquises géographie, ethnographie, histoire, colonisation et mise en valeur, Paris : Société d'éditions géographiques, maritimes et coloniales, 344 p.

Rosanvallon P., 2008, La légitimité démocratique. Impartialité, réflexivité, proximité, Paris : Seuil, 324 p.

Thomassin A., 2011, Des réserves sous réserve : acceptation sociale des aires marines protégées ; l’exemple de la région sud-ouest de l’océan Indien, thèse de doctorat en géographie, Université de La Réunion, 567 p.

Trémon A.-C., 2012, Que faire du couple local/global ? Pour une anthropologie pleinement processuelle. Social Anthropology, vol. 20, pp. 250–266. DOI :10.1111/j.1469-8676.2012.00205.x

Vanier M., 2008, Le pouvoir des territoires : essai sur l’interterritorialité, Paris : Economica Anthropos, 186 p.

Haut de page

Notes

1 Nom vernaculaire marquisien désignant l’archipel marquisien et signifiant « la terre des hommes »

2 Au nord, Nuku Hiva (2 966 hab.), Ua Pou (2 173 hab.), Ua Huka (621 hab.) ; au sud, Hiva Oa (2 190 hab.), Tahuata (703 hab.), Fatu Hiva (611 hab.) (2007, Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF).

3 Chiffres 2012 de l’ISPF. Le nombre de la population aux Marquises croît depuis 1971 (5 593 hab.).

4 Le coprah est l’albumen séché de la noix de coco. Le coprah est transformé ensuite en huile brute (exportée) qui peut aussi être raffinée pour la fabrication du « monoi ».

5 Voir les bulletins trimestriels de l’Institut d’émission d’Outre-Mer qui à travers leur synthèse de la conjoncture de la Polynésie française dresse des bilans chiffrés de l’économie polynésienne

6 La qualification de POM (pays d’Outre-mer) est également utilisée mais n’a pas un caractère juridique. Elle est liée à la possibilité de voter des « lois de pays ».

7 L’État garde les prérogatives sur les matières suivantes :
- la nationalité, les droits civiques, le droit électoral,
- l’état et la capacité des personnes, la garantie des libertés publiques,
- la justice, la sécurité et l’ordre publics,
- la politique étrangère, l’entrée et le séjour des étrangers,
- l’autorisation d’exploitation des liaisons aériennes, la communication audiovisuelle,
- l’administration, l’organisation et les compétences des communes,
- l’enseignement universitaire et la recherche.
http://www.polynesie-francaise.biep.fonction-publique.gouv.fr/common/page/45

8 Des maires adjoints sont présents dans chaque vallée.

9 « Dans les conditions définies par les actes prévus à l’article 140 dénommés “lois du pays” et la réglementation édictée par la Polynésie française, sous réserve du transfert des moyens nécessaires à l’exercice de ces compétences, les communes ou les établissements publics de coopération intercommunale peuvent notamment au niveau de la culture et du patrimoine local ».
http://www.polynesie-francaise.pref.gouv.fr/Communes-de-Polynesie-francaise/Competences-communales

10 EPCI suivant le code général des collectivités territoriales (1er mars 2008)

11 Deux communautés de communes existent aujourd’hui en Polynésie française. Elles sont directement éligibles aux aides de l’Etat, permettant une certaine autonomie par rapport à l’île centre, Tahiti (Merceron et Morschel, 2013)

12 http://codim.pf/wp-content/uploads/2015/08/PDEM-version-courte-sans-annexe.pdf

13 http://www.polynesie-francaise.pref.gouv.fr/Communes-de-Polynesie-francaise/Intercommunalite/Les-communautes-de-communes/La-communaute-de-communes-des-MARQUISES-CODIM

14 Plan de développement économique de la CODIM, 2012

15 L’agence des aires marines protégées (AAMP) a passé une convention avec la Polynésie française en 2007 pour un appui technique au développement d’aires marines protégées.

16 http://www.aires-marines.fr/Les-aires-marines-protegees/Strategie-nationale

17 http://whc.unesco.org/fr/activites/834/

18 http://www.tahiti-pacifique.com/Articles.divers/Lucien-KIMITETE/Lucien_Kimitete.html

19 Motu Haka signifie « le rassemblement » en marquisien 

20 Chronologie établie par Michel Bailleul, http://www.histoiredesmarquises.com/chronologie/

21 A l’initiative de la fédération et des associations Motu Haka, tous les quatre ans, l’ensemble des îles se retrouvent pour célébrer la culture marquisienne à travers les chants, la danse, les arts culinaires, le tatouage ou l’artisanat lors du Matava’a. Par la suite, en 2006, un festival dédiés au iles Marquises Matava’a iti est organisé sur les petites îles, Tahuata, Fatu Hiva et Ua Huka.

22 Bien mixte en série : il s’agit d’un bien culturel et naturel sur des espaces identifiés et non sur un territoire ou un élément délimité. http://whc.unesco.org/fr/listesindicatives/5564/

23 Campagnes Marquesas (2009), Mission REMMOA (recensement mégafaune marine par observation aérienne), 2011.Mission océanographique PAKAIHI I TE MOANA (connaissance de l’écosystème marin), 2012.

24 Rapport de mission PAKAIHI I TE MOANA, 2012.

25 http://www.culture-patrimoine.pf/spip.php?article406

26 La France a ratifié la CDB depuis 1994

27 Chiffres publiés à l’occasion du dernier congrés mondial IMPAC4, septembre 2017

28 Site internet du ministère de la transition écologique et solidaire, 2017.

29 la création d’une aire marine protégée sur ce territoire ne relève pas du code de l’environnement national, mais elle s’inscrit dans le cadre des compétences de Polynésie française. Cette collectivité construira et enterinera ce qu’elle estime lui convenir par rapport à la dynamique marquisienne d’une part et à une reflexion plus large quant à la gestion de son espace maritime, d’autre part.

30 Communications de la Polynésie française, IMPAC3 2013

31 La Polynésie française a passé un accord de collaboration technique avec l’Agence des aires marines protégées depuis 2007 afin de bénéficier d’un support technique à la mise en œuvre de ses stratégies de gestion du milieu marin. Le terme d’analyse éco-régionale est celui employé par l’AAMP.

32 La Polynésie française a passé un accord de collaboration technique avec l’Agence des aires marines protégées depuis 2007 afin de bénéficier d’un support technique à la mise en œuvre de ses stratégies de gestion du milieu marin

33 Le programme PALIMMA a été lauréat 2013 de l’appel à projet national « Quels littoraux pour demain? ».

34 Arrêté n° 1475 CM du 4 septembre 2009 et Arrêté n° 1476 CM du 4 septembre 2009

35 Article 13 alinéa 1er  de la loi organique n° 2004-192 du 27 février 2004 la Polynésie française et les communes exercent leurs compétences respectives jusqu’à la limite extérieure de eaux territoriales. Par ailleurs l’Etat dispose d’une compétence en matière de recherche scientifique et de surveillance en mer, etc.

36 http://www.aires-marines.fr/Documentation/L-analyse-eco-regionale-marine-des-iles-Marquises. Nous conservons le terme utilisé par l’agence des aires marines protégées qui sous-entend un diagnostic d’un territoire incluant les enjeux écologiques, les impacts des activités humaines et ici le culturel, ainsi qu’une synthèse des enjeux de gestion.

37 Il en avait été de même pour des missions relatives au milieu terrestres, telles que celles de l’ORSTOM/IRD sur l’archéologie coordonnées par Dr. Pierre Ottino

38 Le dossier UNESCO doit présenter les méthodologies mises en œuvre.

39 Seules des femmes ont été sélectionnées, il ne s’agissait pas d’un choix a priori mais les candidatures ont été essentiellement féminines. Elles ont participé aux formations ainsi qu’à l’ensemble des missions sur leur île. Elles avaient entre 20 et 35 ans et maîtrisaient le français et la Marquisien, la plupart avait obtenu leur baccalauréat. Elles ont été indémnisées pour leur participation dans le cadre du projet PALIMMA.

40 Avant le démarrage du projet PALIMMA, Motu Haka avait déjà l’ambition de former des volontaires sur les questions de patrimoine culturel et naturel, avec l’appui de l’Agence des aires marines protégées.

41 Au sens administratif et comptabilisant une population de plusieurs dizaines de personnes.

42 A) Objectifs de gestion du patrimoine issu de PALIMMA : maintenir ou restaurer le bon état de santé des écosystèmes marins et espaces littoraux , maintenir ou concourir à une gestion durable des ressources naturelles marines, favoriser la durabilité des activités nautiques et maritimes , pérenniser les savoirs et savoir-faire liés à la mer et au littoral , améliorer les connaissances et leur diffusion, mise en valeur du patrimoine et des usages liés à la mer et au littoral et promotion de la culture.
B) Moyens de gestion envisagés par la population lors de PALIMMA : actions de préservation (reconsruction, protection), de type réglementaire d’encadrement d’activités, de contrôle et de surveillance des usages, de sensibilisation et d’éducation (transmission), de recherche et de suivi scientifique, de valorisation du patrimoine.

43 http://www.presidence.pf/index.php/pr-presidence/1898-2eme-comite-de-pilotage-de-l-aire-marine-protegee-des-marquises

44 www.aires-marines.fr/Documentation/.../Communique-de-presse-Marquises-Leg-2

45 http://bigoceanmanagers.org/human-dimensions-think-tank/

46 http://www.codim.pf/wp-content/uploads/2016/04/V2-Rapport-2011-2012-2013-avril-2014.pdf

47 http://www.codim.pf/fr/le-plan-de-developpement-economique-durable-2012-2027/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Atelier de gestion participative PALIMMA, vallée de Puamau (2013)
Crédits Crédit photo: Pascal Erhel Hatuuku OATEA
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Photo 2 : Exemple de carte de travail dans l'atelier cartographie participative PALIMMA (2013)
Crédits Crédit photo : AAMP
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4515/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Photo 3 : Retour de pêche aux îles Marquises (2013)
Crédits Crédit photo : Pascal Erhel Hatuuku OATEA
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4515/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Chlous et Sophie-Dorothée Duron, « L’identification des patrimoines et des menaces, vecteur de développement durable d’un territoire. Exemple de l’archipel des Marquises (Polynésie française) », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 14 mars 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/tem/4515 ; DOI : 10.4000/tem.4515

Haut de page

Auteurs

Frédérique Chlous

Professeure
Muséum National d’Histoire Naturelle
57 rue Cuvier CP26
75231 Paris cedex 05
frederique.chlous@mnhn.fr

Articles du même auteur

Sophie-Dorothée Duron

Administrateur en chef des affaires maritimes
Coordinatrice du programme PALIMMA
Chercheur associé à UMR PALOC
Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire (Direction de l'Eau et de la Biodiversité)
1 place Carpeaux
92055 Paris-La-Défense Cedex
sophie-dorothee.duron@developpement-durable.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page