Navigation – Plan du site

Collectif Degeyter, 2017, Sociologie de Lille

Paris, La Découverte, coll. Repères, 128 pages
Hervé Flanquart
Référence(s) :

Collectif Degeyter, 2017, Sociologie de Lille, Paris, La Découverte, coll. Repères, 128 pages

Texte intégral

1Ce livre, Sociologie de Lille, possède un titre trompeur, puisque les auteurs, dès l’introduction, tournent le dos à ce qu’il annonce pour se lancer dans la démonstration d’une thèse sur l’évolution de l’agglomération de Lille depuis 40 ans. Cette thèse, on peut la résumer de la façon suivante : les élites politiques de l’agglomération lilloise, en accord avec l’Etat et les industriels locaux, ont suivi une stratégie trois fois perdante. Perdant le virage de la métropolisation, au départ impulsée par l’Etat mais auxquels élus et industriels se rallient rapidement ; perdante la « bifurcation tertiaire », faite au détriment de l’industrie, et tout aussi perdante la politique culturelle, qui relève plus du marketing territorial que d’autre chose. Que le contenu du livre ne soit pas celui que son titre promet est déjà gênant, mais que ses auteurs, tout à leur désir de formuler leur thèse en oublient d’exposer ce qui pourrait contribuer à la bien assoir, à la rendre convaincante, l’est encore plus. Il y a là un problème de preuves.

  • 1 Il existe une économie expérimentale, ainsi qu’une psychologie qui, en laboratoire, met en évidence (...)

2Les sciences sociales ne sont pas, sauf rares exceptions1, basées sur l’expérimentation ; aussi, seule une observation bien menée peut contribuer à apporter des preuves à la thèse que l’on défend. Pour démontrer qu’une action publique – appelons la AP – sur un territoire, par exemple celui de l’agglomération lilloise, a eu des conséquences bénéfiques ou au contraires négatives, on ne peut expérimenter d’autres actions – AP’, AP’’, etc. – et comparer les résultats. La seule façon de pouvoir juger de la pertinence relative de la stratégie AP est donc de comparer la situation du territoire sur lequel elle a été tentée à celle d’autres territoires, dont l’état de départ est proche et auxquels d’autres stratégies ont été appliquées. En mettant en regard les résultats de ces différentes stratégies sur ces territoires « cousins », on peut alors se faire une idée de celle qui a été la plus efficace. Ainsi, si, ailleurs (en Lorraine, dans le centre de l’Angleterre, dans la Ruhr, etc.), dans des agglomérations qui présentent une forte parenté avec Lille, on a refusé de bifurquer vers le tertiaire et de construire un espace métropolitain, on a mis en place une politique culturelle qui n’attire ni les médias, ni les entreprises, ni les touristes et que la situation est aujourd’hui bien meilleure que dans la métropole nordiste, alors on peut affirmer que le triple virage que les politiques ont imposé à celle-ci était certainement une erreur. Mais les auteurs du collectif Degeyter, comme nous l’avons dit, se dispensent de cet exercice.

3Ils ne nous disent d’ailleurs pas quelles auraient pu être les stratégies alternatives ; celles qui, selon eux, auraient produit de meilleurs résultats. Aurait-il fallu, pour éviter la reconversion tertiaire qui a laissé une partie non négligeable de la main d’œuvre sur le bord de la route et accru les inégalités sociales, s’obstiner dans l’industrie ? Mais quelle industrie ? Et comment l’attirer sur le territoire ? De même, quelle était la solution alternative à la métropolisation ? Laisser l’agglomération lilloise n’être qu’un conglomérat de communes disparates, sans structuration centrale et sans solidarité ? On est prêt à suivre les auteurs dans leur conviction que la politique de métropolisation, doublée d’une forte dimension marketing territorial, a été plus nocive qu’utile, mais encore faudrait-il qu’ils nous expliquent quelle stratégie aurait été meilleure et sur quels exemples ils fondent cette croyance.

  • 2 Voir à ce propos Jean-Claude Rabier et Benoît Boussemart, 1985, La restructuration de l'industrie t (...)

4Dès la page 4, une phrase révèle le prisme déformant à travers lequel le collectif de Degeyter examine la réalité : « La désindustrialisation est portée dès les années 1960 par le patronat textile et l’Etat, qui souhaitent alors fermer les usines, redéployer leurs activités dans la vente par correspondance et la grande distribution, licenciant des dizaines de milliers d’ouvriers, notamment ceux issus des vagues successives d’immigration, devenus surnuméraires ». L’emploi des verbes « porter » – pour la désindustrialisation – et « souhaiter » – pour la fermeture des usines – est tout sauf neutre ; ils indiquent que les auteurs défendent la thèse de la désindustrialisation volontaire, de l’abandon choisi de l’activité industrielle. De même, le sujet de ces verbes, en associant Industriels du textile et Etat, indique qu’il y a eu collusion pour cette destruction volontaire du tissu industriel et de l’emploi (notons au passage que ce double sujet donne à la suite de la phrase un sens quelque peu cocasse : l’Etat souhaite, comme les industriels, « redéployer [ses]activités dans la vente par correspondance et la grande distribution » !.). On peut reprocher à l’Etat d’avoir été inefficace dans son aide à l’industrie textile, de ne pas avoir assez contrôlé les subventions versées pour soutenir l’activité du secteur, d’avoir été trop timide dans ses mesures de protectionnisme, mais on ne peut sérieusement l’accuser d’avoir souhaité la désindustrialisation et la fermeture des usines ! De même, on peut parfaitement estimer que certains industriels du textile ont su rebondir et trouver un nouvel emploi rentable à leurs capitaux dans le grand commerce, les assurances et d’autres secteurs, qu’ils ont par ailleurs laissé sans trop de scrupules leurs anciens employés sur le carreau ; mais il est difficile de défendre l’idée que les héritiers de grandes familles, qui devaient leur fortune au filage, au cardage, ou au tissage de la laine ou du coton, ont souhaité le déclin des firmes fondées par leurs ancêtres. La déconfiture de l’industrie textile dans le Nord de la France (et dans les Vosges) a été essentiellement le résultat conjugué d’un retard dans la modernisation de l’appareil productif et du développement parallèle de l’activité textile dans les pays à bas coûts (européens dans un premier temps : Italie, Portugal, Grèce, Yougoslavie…). Les gouvernements français successifs – et en particulier celui de Pierre Mauroy – ont été, en toute logique colbertiste, parmi les plus protectionnistes en Europe dans les accords multifibres (de 1974 à 2005) et ont beaucoup distribué d’aides publiques aux industries textiles2, mais cela n’a pas été suffisant pour empêcher leur écroulement. Il n’est donc nul besoin d’imaginer qu’un complot, liant grand capital et gouvernants, aurait « porté » le projet de désindustrialiser l’agglomération de Lille (et le reste du pays) et « souhaité » la fermeture des usines, l’internationalisation de la production textile et le manque d’innovation et d’investissement dans l’industrie locale suffisent amplement à expliquer le phénomène.

5Le croisement de cette volonté des auteurs du livre d’exposer une position engagée et de la contrainte des 125 pages de la collection dans lequel il paraît fait, qu’au final, les analyses sociologiques passent quelque peu à la trappe. Le lecteur assiste à un théâtre d’ombres, où la grande bourgeoisie et les classes populaires défendent chacun leurs intérêts – les premiers réussissant sans conteste bien mieux que les seconds –, mais d’analyse fine des différentes catégories sociales qui composent la « société » de l’agglomération, de leur mode de vie, de leur vote, de leurs pratiques culturelles, etc., il est assez peu question.

  • 3 Weber M., [1917], « Essai sur le sens de la “neutralité axiologique” dans les sciences sociologique (...)
  • 4 Voir : Norbert Elias, 1983, Engagement et distanciation. Contributions à la sociologie de la connai (...)

6Au final, ce livre n’est dépourvu ni d’intérêt ni d’utilité, néanmoins il souffre du défaut d’avoir voulu développer une thèse mal assise, d’avoir adopté un point de vue militant. Que les sciences sociales aient plus de difficultés avec l’objectivité que leurs sœurs dites « exactes », c’est un fait, mais ce n’est pas une raison pour en abandonner totalement l’exigence. Max Weber plaidait pour que le sociologue soit en recherche constante de la neutralité axiologique3, Norbert Elias affirmait de son côté que l’on doit s’éloigner de l’engagement et pour aller vers le maximum de distanciation4, mais aujourd’hui – du moins en France –, il semble que de nombreux chercheurs en sciences sociales rompent délibérément avec cette exigence et se flattent d’être plus militants que scientifiques. Que répondre alors à celles et ceux qui dénigrent les sciences sociales, qui ne voient en elles que bavardage et discours politique ? Le militantisme n’est a priori pas une posture moins légitime ou moins intéressante que la recherche scientifique, mais il est difficile de pratiquer les deux en même temps, de les mêler dans un même texte. C’est un peu comme le jazz et la java dans la chanson de Nougaro, quand l’un arrive, l’autre s’en va…

Haut de page

Notes

1 Il existe une économie expérimentale, ainsi qu’une psychologie qui, en laboratoire, met en évidence des comportements sociaux au sein de groupes.

2 Voir à ce propos Jean-Claude Rabier et Benoît Boussemart, 1985, La restructuration de l'industrie textile française : les problèmes de l'intégration à une filière mondiale, Revue d'économie industrielle, 31, pp. 57-67.

3 Weber M., [1917], « Essai sur le sens de la “neutralité axiologique” dans les sciences sociologiques et économiques » in Essais sur la théorie de la science, Paris, Pocket Agora, 1992.

4 Voir : Norbert Elias, 1983, Engagement et distanciation. Contributions à la sociologie de la connaissance, Paris, Fayard et Norbert Elias, 2016, La dynamique sociale de la conscience. Sociologie de la connaissance et des sciences, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Flanquart, « Collectif Degeyter, 2017, Sociologie de Lille », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], mis en ligne le 04 avril 2018, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/tem/4525

Haut de page

Auteur

Hervé Flanquart

Université du Littoral Côte d’Opale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page