Navigation – Plan du site
Articles

Genèse des formations en urbanisme en France : Grenoble un “laboratoire urbain” pas comme les autres ?

Genesis of urban planning training in France: Grenoble an “urban laboratory” like no other?
Jennifer Buyck, Samuel Martin, Maryvonne Prévot et Fleur Romano

Résumés

Cet article repose sur une histoire de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble fondée sur une exploration inédite de ses archives et mise en récit à partir d’entretiens d’anciens professeur-e-s et étudiant-e-s dans le contexte de l’organisation à Grenoble de nombreux cinquantenaires – celui de l’Agence d’Urbanisme de la Région Grenobloise en 2017, celui des Jeux Olympiques en 2018, celui de la Villeneuve... – Fondé en 1969 sous le nom Unité d’Enseignement et de Recherche « Urbanisation Aménagement », l’Institut d’Urbanisme de Grenoble rattaché à l’Université des Sciences Sociales puis à l’université fusionnée Grenoble-Alpes émerge de l’effervescence de mai 1968 mais aussi de l’élection quelques années plus tôt (1965) d’une équipe inspirée par un socialisme municipal renouvelé emmenée par Hubert Dubedout (Groupe d’Action Municipale – GAM). Pour s’émanciper de la tutelle étatique, le « laboratoire urbain grenoblois » s’est alors doté à la fois d’une agence d’urbanisme et d’un outil de formation et d’expérimentation en matière d’enseignement et de recherches en urbanisme. Expérimentation, en effet, car le projet pédagogique initial n’est pas commun. Contrairement aux autres formations en urbanisme se structurant à la même l’époque, à Grenoble, dans un Institut « ouvert aux quatre vents », on mise sur une double formation : l’une de troisième cycle, c’est-à-dire aboutissant à une thèse de doctorat, et l’autre continue. Séminaires de recherche, stages et études de cas – avant d’être nommés ateliers de terrain puis ateliers de projet – façonnent alors l’emploi du temps des étudiant-e-s. Par l’analyse des liens au monde professionnel, politique, militant, par la compréhension des relations à d’autres disciplines universitaires (architecture, droit, économie, ingénierie, géographie, psychologie et sociologie), à la recherche urbaine contractuelle et à diverses structures de recherche, par l’étude, enfin, des processus d’institutionnalisation et d’ancrage territorial, nous cherchons à démontrer en quoi et à quels moments la pédagogie grenobloise de l’urbanisme s’est révélée innovante. Les fondements et la portée de cet enseignement seront pour cela discutés. D’autre part, cette histoire de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble est aussi une manière de questionner l’évolution de la discipline urbanistique (doctrines et pratiques), notamment à travers les trajectoires de personnalités influentes, universitaires ou praticiennes qui ont ponctué la vie de l’Institut (Jean Verlhac, Claude Domenach, Jean-François Parent, Christian Lacroix, ...). Son évolution est également révélatrice des idées et contextes qui la fondent et la parcourent (ZUP et grands ensembles revisités, revitalisation des centres anciens, création d’équipements sociaux et culturels, participation citoyenne jusqu’aux problématiques contemporaines de métropolisation). On peut l’observer par les thèmes d’atelier et problématiques abordées dans les thèses, les rapports d’étude et les parcours d’étudiant-e-s, qu’ils soient français ou étrangers.

Haut de page

Texte intégral

1Alors que l’Institut d’Urbanisme de Grenoble (IUG, 1969-2017) vient tout juste de fusionner avec l’Institut de Géographie Alpine (IGA, 1907-2017), et ce après avoir été le témoin de la recomposition des universités locales, le moment semble opportun de revenir sur l’histoire de ce centre de formation et de recherche en urbanisme et aménagement. Depuis presque cinquante ans des urbanistes sont en effet formés à Grenoble, et l’histoire de l’institution reste majoritairement à découvrir (Figure 1). Rares sont les publications qui retracent cette histoire dans son entièreté et toute sa diversité, tant ce demi-siècle d’existence a été rythmé par des expériences pédagogiques variées et des projets de recherche divers. Lié à la fois à un contexte local spécifique mais emblématique aussi d’enjeux nationaux (Bognon, Lehec, 2018 ; Cohen, Devisme, 2018), cet institut s’est métamorphosé maintes fois : créations et disparitions de formations, changements d’appellation et de tutelle, évolution des partenariats et du rapport à la recherche... Quelles ont été les raisons de telles modifications ? Quels ont été les partis-pris en matière de recherche et d’enseignement ? Peut-on y lire l’essence d’une « école grenobloise » ? Peut-on plus qu’ailleurs parler de « laboratoire urbain » ? Commencés en septembre 2016, les travaux de collectage de documents, de traitements d’archives et d’entretiens apportent ici quelques premiers éléments de réponse, tant sur les contextes – national et local – de cette création, les individus, réseaux et sources de financement initiaux que sur les principes, contenus et méthodes d’un apprentissage de l’urbanisme et de l’aménagement par la recherche-action. S’y esquisse une expérience pédagogique inaugurale, imaginée dès 1965, soit quatre années avant l’ouverture officielle de l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) de Grenoble.

Figure 1 : Chronologie revenant sur les 50 années d’enseignement et de recherche à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble

Figure 1 : Chronologie revenant sur les 50 années d’enseignement et de recherche à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble

1. Contextes d’émergence de l’UER d’urbanisation et aménagement de Grenoble

1.1 Une toute nouvelle discipline « interdisciplinaire »

2Par rapport à l’architecture, à l’ingénierie ou à la géographie, l’enseignement de l’aménagement et de l’urbanisme est relativement récent. En Grande-Bretagne, l’Université de Liverpool met en place le premier Institut universitaire dédié aux questions d’aménagement en 1909. En France, la Société Française des Architectes Urbanistes (SFAU) a été créée en 1911. Elle est, pour une large part, une émanation du Musée Social fondé en 1894 par le Comte de Chambrun et Émile Cheysson. C’est au sein du Musée Social qu’est concoctée la loi Cornudet qui, en 1919, instaure les premiers plans d’aménagement, d’embellissement et d’extension (PAEE). La réforme urbaine va de paire avec l’acquisition de la compétence technique (Claude & Saunier, 1999 ; Claude, 2006) et l’ambition de constituer une véritable discipline : l’urbanisme. Aux géomètres-experts, architectes et autres ingénieurs devenus "urbanistes" se mêleraient désormais des nouveaux professionnels, "hommes de synthèse", soucieux de l’interdisciplinarité. Ce désir entraîne la création d’une Ecole des Hautes Études Urbaines en 1919 (Baudouï, 1988). Rattachée à la Sorbonne, celle-ci devient, en 1924, l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris (IUUP) (Chevalier, 2000) – ancienne dénomination de l’Institut d’Urbanisme de Paris (Busquet, et al., 2005). Au fil des décennies, et malgré la création du corps des urbanistes d’Etat en 1962, l’envie de renouveler les profils et les bases des enseignements se manifeste, qui trouve dans les événements de mai 1968 matière à exprimer des revendications dans l’air du temps.

  • 1 Mallet E., 1969, L’Institut d’urbanisme de Paris est parvenu à organiser un enseignement original, (...)
  • 2 Mallet E., 1969, L’urbanisme entre à l’Université mais cherche encore sa voie, Le Monde, 11.11.1969

3Dans un article de mai 19691, le quotidien Le Monde revient sur la longue grève menée depuis janvier 1968 pour obtenir la création, à Paris, d’un Institut d’Urbanisme moderne qui prenne précisément la succession de celui de la rue Michelet, créé en 1924. L’IUUP ne dispense alors que des cours du soir, de 18 à 22 heures, cinq jours par semaine, pour des étudiant-e-s déjà diplômés de deuxième cycle et le plus souvent engagés professionnellement. En cette même année 1969, qui voit la naissance de l’UER d’urbanisation et d’aménagement de Grenoble, sont aussi créés le département d’urbanisme du Centre universitaire expérimental de Vincennes, futur Institut Français d’Urbanisme (IFU), le Centre d’Etudes Scientifiques d’aménagement (CESA) de Tours et l’Institut d’Aménagement Régional (IAR) d’Aix-en-Provence. L’IUUP déménage alors place Dauphine à Paris et fait peau neuve. Cette diversité de formations émergentes fait dire au Monde qu’en 1969 « l’urbanisme entre à l’Université mais cherche encore sa voie »2.

1.2 Une discipline et une pratique en prise avec les « réalités »

  • 3 Auteur non spécifié, « Des étudiants du centre Dauphine envisagent la grève pour protester contre l (...)
  • 4 Robert Caumont (1930-2017), énarque, sous-préfet du Calvados et fondateur du Club politique Caen De (...)

4Les grévistes avaient mis en avant la pluridisciplinarité, la diversité des formations d’origine, les profils mêlés de praticiens et d’administrateurs et la nécessité de travailler en équipe3. Après 1969 et le déménagement place Dauphine, les diplômes de l’IUUP ne portent plus que sur les propositions d’aménagement et les aspects politiques et sociaux de l’urbanisme. La discipline historique, déjà concurrencée par les autres sciences humaines telles que la sociologie et la géographie, disparaît des sujets de thèse de l’IUUP après 1969. En 1971, Robert de Caumont, son nouveau directeur4 énumère, dans un éditorial de la revue La vie urbaine, les disciplines motrices de la recherche en urbanisme. L’histoire perçue comme « classique, parcellaire et passéiste » (Busquet & Carriou, 2007) n’y figure pas. L’urbanisme souhaité se veut désormais en prise directe avec la « réalité ».

5Quelques mois avant l’article du Monde, la revue Urbanisme s’était fait l’écho des réflexions grenobloises, en publiant dans ses colonnes un article du directeur départemental de l’Equipement (DDE) de l’Isère Edouard Krau :

  • 5 Krau E., 1968, Réflexions sur l’agence, Urbanisme, « Région grenobloise : prévision et action conce (...)

« Le processus [de planification urbaine] est continu, jamais achevé. Les décisions sectorielles prises à tout instant viennent modifier les données du problème et obligent à infléchir et corriger les décisions antérieures. On ne peut donc jamais s’en remettre à un plan, quel qu’il soit, à moins de figer définitivement le système. Cette notion de continuité a de multiples conséquences : d’une part elle conduit à traiter les agences [d’urbanisme], non plus comme un phénomène accidentel et passager, mais bien à les prendre au sérieux, à les organiser et normaliser ; d’autre part, elle nécessite la création d’instituts d’urbanisme largement ouverts aux techniciens de toutes disciplines qui auraient pour mission de former et de recycler ces derniers, et de favoriser la recherche dans les différentes disciplines touchant à l’urbanisme et à l’aménagement du territoire, tout en restant en contact avec la réalité d’aujourd’hui5 ».

  • 6 Décédé le 24 octobre 2016, cet ingénieur X-Ponts (promotion 1953) avait d’abord été affecté au Serv (...)

6Son collègue, Jean Winghart6, dans le même numéro, appuie cette première considération en affirmant :

  • 7 Winghart J., 1968, L’agence dans la région Rhône-Alpes, Urbanisme, « Région grenobloise : prévision (...)

« Forte de ce maintien de son expansion humaine à un rythme honorable, Grenoble, avec son environnement, continuera d’être un site d’expériences novatrices, une ’’Ville-Test’’ au sens de l’ouvrage de Dominique Dubreuilh : l’Agence [d’urbanisme de l’Agglomération Grenobloise] ne manquera pas de s’y associer, qu’il s’agisse du projet d’un Institut d’Enseignement et de Recherche sur l’Urbanisation et l’Aménagement, né des initiatives de la Ville de Grenoble, de l’Université et de la DATAR, – ou de la création dans les prochains mois d’une Exposition Permanente d’Urbanisme – ou de l’application pratique de l’informatique à la vie administrative et à la science de l’aménagement7 ».

7Ces citations démontrent bien la volonté grenobloise de prendre à bras le corps la complexité des réalités urbaines et de s’en saisir de deux manières : en créant et consolidant une agence d’urbanisme au niveau communal (et même inter-communal) et en ouvrant, parallèlement, un centre de formation initiale et continue dans le même domaine.

1.3 Un sujet dont s’emparent les communes dans un contexte national de déconcentration

  • 8 Club Jean Moulin, 1968, Les citoyens au pouvoir, 12 régions, 2000 communes, Paris : Le Seuil
  • 9 Prévot M., 2013, Décoloniser la province : le PSU et les collectivités locales dans les années 1960 (...)
  • 10 Un quartier qui sera aussi l’objet des recherches du Groupe d’études urbaines et de recherche socio (...)
  • 11 L’UNEF et la MNEF ont été deux viviers de cadres en aménagement et urbanisme : Bernard Archer, Marc (...)

8L’initiative de créer une agence d’urbanisme et une formation en urbanisme et aménagement, à Grenoble et ailleurs, est donc en phase avec le contexte politico-intellectuel et institutionnel national. L’exercice du pouvoir par les collectivités locales fait alors l’objet d’une littérature assez abondante émanant tant du Club Jean Moulin8 que du Parti socialiste unifié (PSU) de Michel Rocard9. Quant au contexte législatif citons, pour la seule année 1966, la création des premières communautés urbaines, des Organismes Régionaux d’Étude d’Aires Métropolitaines (OREAM), des missions d’études des villes nouvelles ou encore de la Caisse d’Aide à l’Équipement des Collectivités Locales (CAECL) par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). L’aménagement du territoire comme l’aménagement urbain sont désormais des attributions des collectivités locales, que la loi doit articuler avec le développement économique qui reste une prérogative de l’Etat. La planification doit être le moyen d’assurer une concertation entre les collectivités, avec l’ébauche de l’intercommunalité. La Loi d’Orientation Foncière (LOF) de 1967 institue le principe de l’élaboration conjointe des nouveaux documents d’urbanisme réglementaires : le Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (SDAU), à l’échelle des agglomérations de plus de 10 000 habitants, et le Plan d’Occupation des Sols (POS) à l’échelle communale. Pour autant, la condition concrète de toute déconcentration véritable, même limitée, et de traduction opérationnelle du couple prévision/concertation doit résider dans l’existence d’un pouvoir expert, placé à la disposition des communes sous la forme de structures d’études et de conseil. C’est dans ce but qu’est créée l’agence d’urbanisme de Grenoble, en février 1966, municipale d’abord, puis intercommunale dès 1967. Elle accueille en son sein Gérard Blanc, membre du bureau fédéral du PSU de l’Isère, impliqué comme d’autres futur-e-s enseignant-e-s et étudiant-e-s de l’UER dans la rénovation du quartier insalubre de Très-Cloîtres10, mais aussi Georges Videcocq, ancien militant de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) et de la Mutuelle nationale des étudiants de France (MNEF)11 engagé dans les études économiques sur la Villeneuve de Grenoble-Echirolles avec l’architecte Pierre Sicard, ancien de la MNEF lui-aussi, ou encore Gérard Delbard, sociologue de formation et homme-clé de la relation entre la municipalité et l’agence. Des noms que l’on retrouvera parmi les premiers enseignants de l’UER et qui illustre bien la porosité des mondes. Ce que nous rappelle cette histoire d’hommes et de réseaux est bien l’adéquation complémentaire entre une volonté politique nationale de déconcentration de l’action urbaine et sa résonance singulière en local ; une double dynamique dont le but n’est autre que de donner à voir, à penser et à fabriquer – par l’interdisciplinarité – les « réalités » urbaines contemporaines et à venir.

1.4 Un lieu privilégié de rencontre de « passeurs d’idée » aux appartenances multiples

  • 12 Frappat P., 2016, Hubert Dubedout, une pensée en action : Ecrits et discours, Grenoble : Presses un (...)
  • 13 Chenot L., Beaunez R., 1969, Villes et citoyens, Méthode d’enquête pour la connaissance et l’analys (...)
  • 14 cf. supra
  • 15 Lebret L.-J., 1952, Manuel de l’enquêteur, Paris : Presses universitaires de France
  • 16 Nous nous référons ici aux trois ouvrages suivants : Dubreuil D., 1968, Grenoble, ville test, Paris (...)

9Comprendre les ressorts de la création de l’UER d’urbanisation et d’aménagement de Grenoble nécessite donc de replonger dans une socio-histoire du PSU (Prévot, 2013) en terme de structure-réseau. Alliée notamment à celle de l’Association pour la Démocratie et l’Éducation Locale et Sociale (ADELS) (Prévot, 2017) et des GAM (Morin, 2003), la socio-histoire du PSU doit être croisée avec celle des organismes d’études, de conseil et de planification des territoires, à l’image des agences d’urbanisme (Prévot, 2008). Le rôle joué par des membres majeurs du PSU – à commencer par Jean Verlhac (1923-1995), adjoint à l’urbanisme d’Hubert Dubedout12 et membre la direction nationale du PSU de 1960 à 1973 – dans la création desdits organismes et des premières formations professionnelles en aménagement est un indicateur de première importance des orientations fortes défendues par le PSU et qui sont à la base d’expérimentations concrètes de la part de ses militant-e-s placés à divers postes de responsabilité. La plupart des personnalités que nous allons mentionner possèdent certains traits caractéristiques communs. Tous sont ainsi de véritables « passeurs d’idées », aux appartenances multiples, investis dans des réseaux, nationaux – au cœur de l’appareil d’Etat compris – et locaux, dont il faut aussi souligner, pour nombre d’entre eux – dont Verlhac – les origines chrétiennes (Prévot, 2012, 2015). Avec l’ADELS et les GAM, c’est la technicisation locale du politique que défend au fond le PSU, avec la nécessaire éducation des populations à la rationalité des aménageurs. L’ouvrage de Roger Beaunez et de la Centralienne Lorraine Chenot, Villes et citoyens. Méthodes denquêtes pour la connaissance et laménagement dune ville13, publié en 1969, l’illustre parfaitement. Prenant précisément appui sur des travaux de la première agence d’urbanisme de province – la SORETUR – créée à Rouen en 1963 et dont le premier directeur, Bernard Archer – Centralien lui – comptera au nombre des enseignants ponctuels de l’UER de Grenoble14, cet ouvrage se situe dans la filiation intellectuelle et pratique du Manuel de l’enquêteur du dominicain Louis-Joseph Lebret15, figure fondatrice d’Economie&Humanisme. Influencer le débat national et local par des actions de formation et d’information des élu-e-s locaux, plaider pour la création de périmètres d’action pertinents et de territoires fonctionnels, gouvernés démocratiquement à la bonne échelle, outiller intellectuellement et techniquement les collectivités locales pour les acculturer aux problématiques de l’aménagement et de l’urbanisme : telles sont les ambitions des responsables du PSU et de leurs alliés. Des intentions qui s’expriment au niveau national comme en local et qui trouvent à Grenoble l’occasion d’être testées de façon privilégiée16.

2. La création de l’UER : des hommes et des femmes, des réseaux et des financements

2.1 Une initiative de la Ville relayée par son Agence mais liées à des bureaux d’étude nationaux

  • 17 Adjoint à l’urbanisme d’Hubert Dubedout à Grenoble de 1965-1983, Jean Verlhac est aussi premier adj (...)
  • 18 Jean-Marie Domenach prend ensuite la tête, en 1957, de la revue Esprit, fondée par Emmanuel Mounier (...)
  • 19 Claude Domenach en tant qu’enseignant à l’IEP de Grenoble enseignera aussi à l’UER d’urbanisation e (...)
  • 20 Il a participé à plusieurs grands projets de transformation de la ville comme la construction du vi (...)

10Un homme – Jean Verlhac17 – est à la manœuvre dès 1965, qui mobilise ses réseaux. En 1965, en effet, l’alliance GAM/PSU/SFIO a remporté la mairie de Grenoble. Arrivé un an auparavant, en qualité de professeur d’histoire nommé au lycée Champollion, Verlhac est un militant chevronné. Passé par les Jeunes Chrétiens Combattants (JCC), il était devenu l’officier de liaison du Général Descour – l’un des chefs de l’Armée Secrète – et rédacteur en chef du journal  Aux armes,  dont le directeur n’était autre que Jean-Marie Domenach18. C’est son frère, l’énarque Claude Domenach19, en charge de la préparation à l’ENA à l’IEP de Grenoble, qui va être l’un des facilitateurs de la création de l’UER d’urbanisation et d’aménagement. En tant qu’adjoint à l’urbanisme, Jean Verlhac a fortement contribué à la métamorphose urbaine grenobloise20 : que ce soit aux travers de réalisations emblématiques telles que le quartier de Villeneuve ou par la création d’instances réflexives telles que l’agence d’urbanisme et l’UER. Les projets urbains, l’agence et le centre de formation et de recherche en urbanisme sont des parties distinctes d’une seule et même politique municipale dont Jean Verlhac est la cheville ouvrière.

  • 21 Prévot M., 2017, Aux origines du BERU. Un bureau d’études pour une ville plus « humaine », 1957-197 (...)
  • 22 L’AUA (1960-1986) est une société civile coopérative (puis d’étude) en urbanisme et architecture fo (...)
  • 23 C’est la COPEF qui lancera les études préliminaires à la réalisation du quartier de la Villeneuve d (...)
  • 24 Maurice Blanc (1924-1988) est notamment l’architecte du Théâtre en Rond de Sassenage, de l’Église S (...)
  • 25 Dans le premier numéro paru en novembre 1962, Jacques Allégret affirme son intention « d’offrir un (...)
  • 26 Le Vot S, Quand la ville fait peau neuve : les années grenobloises de l’AUA, in Cohen J.-L., Grossm (...)

11Car Jean Verlhac va s’employer à rassembler à Grenoble des professionnels venus de toute la France. Pour cela il s’appuie sur un réseau à la fois militant et professionnel issu pour partie d’amitiés nées durant la Guerre et de la Résistance et parmi lequel on trouve des bureaux d’études de renom tel que le Bureau d’Études et de Réalisations Urbaines21 (BERU), l’Atelier d’Urbanisme et d’Architecture (AUA)22et de la Coopérative d’études foncières (COPEF)23. En 1947, Verlhac adhère en effet à l’Union des Chrétiens Progressistes (UCP) créée par des partisans d’une alliance entre chrétiens et communistes. Il est alors rédacteur du bimensuel La Quinzaine et fréquente Max Stern, fondateur du BERU en 1957 (Prévot, 2015). Nombre des enseignant-e-s à temps plein (Louis Couvreur), ou plus ponctuels (Bernard Archer, Maurice Ducreux, Alain Medam, Anatole Kopp) mais aussi certains des étudiant-e-s de l’UER (Jean-François Augoyard), seront préalablement passés par le BERU. Véritable « structure-passoire », le BERU a aussi vu transiter par ses rangs certains des fondateurs de l’Atelier d’Urbanisme et d’Architecture (AUA) et de la Coopérative d’études foncières (COPEF) (Prévot, 2015). Verlhac entre en contact avec ces deux structures par l’entregent de l’architecte Pierre Sicard mais aussi de Maurice Blanc24, conseiller municipal délégué à l’urbanisme de la Ville de Grenoble. Tous deux sont abonnés à la revue Forum, éditée par l’AUA, qui promeut la pluridisciplinarité en matière d’urbanisme et l’autonomie des communes par rapport à l’Etat25. C’est donc par leur intermédiaire que Verlhac rencontre Jacques Allégret, fondateur de l’AUA et de la COPEF à laquelle il confie une mission de préfiguration de l’agence d’urbanisme. Quatre personnes à plein temps, payés par la COPEF sont ainsi détachées pour travailler à la création de cet outil d’aménagement et d’urbanisme : Jean-François Parent, Michel Steinebach, Anne Dottelonde (sociologue) et une économiste. Viennent rapidement s’y ajouter des techniciens locaux : Georges Videcocq, précédemment cité, l’architecte Giacometti qui travaillait déjà à la Ville, trois sociologues (Odile Rolland, Martine Toulotte, Gérard Delbard) et un ingénieur voirie. Tous comptent au nombre des douze présents aux réunions préparatoires à l’ouverture de l’UER urbanisation-aménagement de Grenoble. Ce dont fait état cette socio-histoire relève, là encore, de la résonance entre une volonté municipale et dynamique nationale. Cette convergence se traduit et se cristallise à Grenoble par une triple construction : celle de l’agence d’urbanisme d’abord (1967), celle de l’UER deux années après (1969) et, enfin, celle du quartier de la Villeneuve26 deux années plus tard (1971). Quatre années bien remplies au cours desquelles une bascule s’opère à Grenoble, un profond renouvellement du paysage institutionnel, académique et opérationnel en urbanisme (Joly, 1982 ; Joly, Parent, 1988 ; Joly, 1995) – renouvellement porté par une poignée d’hommes et de femmes que l’on retrouve parfois engagés dans chacun de ces trois projets.

2.2 Une nouvelle formation qui ne fait pas l’unanimité dans le monde universitaire

  • 27 Jean-Louis Quermonne est directeur de l’IEP de 1958 à 1969 avant d’être président de la toute nouve (...)
  • 28 Consulté, Le docteur H. Heyward de l’hôpital psychiatrique départemental de Saint-Égrève se prononc (...)
  • 29 Outre ces structures, d’autres organismes sont mentionnés tels l’OREAM-Lyon, l’Université de Besanç (...)
  • 30 Créé en 1963 par Jean-Louis Quermonne dans le cadre de l’IEP de Grenoble, cf. Centre de recherche : (...)
  • 31 Lors de la création de l’UER et de ses premières années de fonctionnement, très peu de lien existai (...)

12Il est intéressant de constater que l’UER – futur lieu d’enseignement et de recherche – s’imagine d’abord en dehors de l’université et de manière assez éloignée des « mondes académiques ». Au printemps 1968, les discussions s’engagent dans les locaux de la mairie où l’AURG était hébergée, certes bientôt relayée par l’Université dans le cadre de la loi Faure. Jean-Louis Quermonne27, alors directeur de l’IEP, oeuvre à la création de l’UER et à son ancrage dans le monde académique. Le recteur Niveau – tuteur des universités – crée le 12 mars 1969 une commission, présidée par Jean Winghart, chargée de réfléchir à la préfiguration de l’UER sur la base d’un projet élaboré par l’AURG. Entre mars et octobre 1969, cette commission va jouer un rôle central dans la création de l’UER. Animée par des fonctionnaires de l’Equipement, elle va solliciter plusieurs responsables de formations universitaires en formulant des demandes d’appui pédagogique et/ou de soutien au projet. Seul le doyen de la faculté de Droit exprime sa réserve. L’ensemble des autres lettres rédigées par des universitaires en réaction au projet d’UER – géographes, géologue, psychiatre28, politiste et sociologue – témoigne de leur enthousiasme et propose parfois des aménagements constructifs. En dépit de ces réactions positives sont finalement identifiés comme partenaires29 : l’AURG, le Centre d’Etudes et de Recherche sur l’Administration et le Territoire (CERAT)30, l’école d’architecture31, l’Institut de mathématique appliquée aux sciences sociales, l’IEP de Grenoble et sa préparation à l’ENA. Très peu de départements universitaires sont finalement concernés. Jean-François Parent explique cela de la sorte :

  • 32 Entretien avec Jean-François Parent réalisé par Jennifer Buyck et Samuel Martin le 08/11/2016, p.3/ (...)

« Les profs de droit voulaient que ce soit rattaché au droit, les géographes que ce soit rattaché à la géographie, les sociologues disaient : ‘Mais l’urbanisme, c’est la sociologie’ et pour être tranquille, on n’avait pas invité les architectes, comme ça, il n’y avait pas de problème32 ».

  • 33 Jean François Parent nous a relaté avoir longuement cherché avec Jean Verlhac un lieu pour l’UER. B (...)

13Jean-Louis Quermonne et le recteur Niveau, lassés de cette situation, décident alors d’opter pour l’indépendance c’est-à-dire pour la création d’une UER autonome. Ainsi, malgré le soutien de l’IEP et l’intérêt de nombreux universitaires, l’UER se construit en parallèle du monde académique. C’est d’ailleurs la Ville qui mettra à disposition les locaux33.

  • 34 Centre de recherche sur le politique, l’administration et le territoire, UER Urbanisation-aménageme (...)

14Au niveau national, ce n’est pas vers le Ministère de l’Education nationale que le recteur Niveau se tourne pour solliciter une subvention mais auprès d’Albin Chalandon, Ministre de l’Equipement, qui lui répond favorablement le 18 avril 1969. Notons qu’à cette date, Max Stern est au Cabinet du Ministre. Il n’est pas impossible que l’appui du ministre en ait été facilité. Claude Domenach, administrateur civil à la Direction de l’Aménagement Foncier et de l’Urbanisme (DAFU) jusqu’en 1968 et son arrivée à l’IEP de Grenoble, y retourne en juillet 1969 afin d’assister à une réunion au cours de laquelle sont examinées en détail les aides que peut espérer l’UER en voie de constitution. Trois types d’aides sont tour à tour exposés. Le premier est une aide provisoire en personnel d’enseignement ; le second une aide exceptionnelle pour le démarrage qui sera pérennisée par la suite pour le fonctionnement normal ; et enfin le troisième une aide à la recherche puisque : « l’UER est une unité de troisième cycle d’études et de recherche et que la recherche fait partie intégrante de son activité ». Pour ce faire, la DAFU dit vouloir financer un premier programme de recherche commun à l’AURG et à l’UER, ainsi qu’éventuellement aux autres instituts de l’agglomération (CERAT, IREP) intéressés. Effectivement mis en œuvre sous une forme appelée « contrat commun », ce programme de recherche donne lieu à une publication intitulée : Contradictions, structures et pouvoirs dans lurbain34.

2.3 Apprendre à faire et apprendre à penser

  • 35 cf. supra

15A chacune des deux premières aides est associé un protagoniste majeur des débuts de l’UER d’urbanisation et d’aménagement. Le nom de Christian Lacroix apparaît en lien avec l’aide provisoire promise en termes de personnel enseignant. Ce Centralien est alors contractuel au Service Technique Central de l’Aménagement et de l’Urbanisme (STCAU). Créé en décembre 1967 dans la foulée de la LOF, le STCAU a pour rôle de préparer les nombreux textes et outils de mise en œuvre de la nouvelle loi, d’élaborer une doctrine concernant les nouveaux outils de planification (SDAU, POS) et de porter la bonne parole – via des missi dominici – au sein des GEP des DDE et/ou des agences d’urbanisme (Saunier, 2005). Dirigé par l’X-Ponts Georges Pébereau, le STCAU entend incarner, à la fois l’administration de mission et la mainmise des ingénieurs des Ponts sur l’aménagement. Pourtant, ces derniers s’adjoignent les services de toute une série de contractuels issus des sciences sociales en plein développement (sociologues, économistes, géographes, démographes), introduisant par là-même le « vers dans le fruit ». En mai 1968, le STCAU conçu comme une « machine de guerre » de l’administration de mission devient ainsi le talon d’Achille du Ministère : les grèves et les assemblées générales se multiplient. Se pose alors la question de l’engagement à la fois citoyen et professionnel de ces ingénieurs, sociologues et autres économistes devenus très critiques à l’endroit de leur hiérarchie. Si le STCAU disparaît des organigrammes en 1972 (Verdès-Leroux, 1972), certaines des postures critiques qui l’ont traversé vont trouver à s’incarner dans d’autres expériences, en province notamment, dont l’UER de Grenoble fait incontestablement partie. Christian Lacroix compte en effet au nombre de ces contractuels en désaccord profond et désireux de servir en province l’intérêt général. Le sociologue Michel Marié, passé par le BERU ou encore l’X-Ponts Jacques Dreyfus, tous deux passés par le STCAU prodigueront aussi le fruit de leurs expériences et réflexions lors des séminaires de l’UER35. Avec Christian Lacroix, l’UER de Grenoble devient la caisse de résonance de l’évolution des problématiques, des méthodologies et des approches de l’aménagement et de l’urbanisme. Officiellement Lacroix est affecté à la DDE de l’Isère. Dans les faits, il devient enseignant à plein temps à l’UER, payé par le STCAU. Il assume officieusement les fonctions de directeur entre 1969 et 1973 ; la direction officielle étant dévolue à l’élu Jean Verlhac.

  • 36 Il est intéressant de relever que Jean-François Parent quitte Paris pour s’installer définitivement (...)
  • 37 L’ORGECO, fondé par Henri Viala, est une structure d’études inscrite au registre du commerce le 6 a (...)

16Le second protagoniste-clé du lancement de l’aventure est aussi lié aux moyens dégagés pour préfigurer et lancer l’UER, à savoir un contrat passé entre l’AUA et la DATAR en 1969. C’est l’AUA qui détache Jean-François Parent36à Grenoble, d’abord pour créer l’agence d’urbanisme, via la COPEF, puis pour animer l’UER. Ce contrat donne aussi lieu à la rédaction d’un « rapport sur la formation d’aménageurs et d’urbanistes », précisément rédigé par Parent. Né en 1930, cet ingénieur de formation spécialisé dans l’électricité et les installations industrielles s’inscrit ensuite aux cours du soir du CNAM en constructions civiles puis entame, à partir de 1962, une thèse de troisième cycle à l’IUUP, dont il sort major. Parallèlement il suit le séminaire d’urbanisme des Beaux-Arts, dans l’atelier de Robert Auzelle et André Gutton. Passé par l’ORGECO37, il crée brièvement sa propre structure d’études – l’ACTUA – avant de devenir coopérateur au sein de l’AUA. Un temps maître de conférences à l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées (ENPC), entre 1966 et 1968, il compte parmi ses étudiants Jean-Jacques Chapoutot qu’il fait venir à l’UER dès son arrivée en 1969.

  • 38 Voici la composition de l’équipe enseignante en juillet 1970 – c’est à dire à la fin de la première (...)
  • 39 En ce sens un rapport fait date : Augoyard J.-F., Medam A., Pessin A., Torgue H., 1975, L’urbain à (...)
  • 40 Henry Torgue lors de son entretien du 12 janvier 2017 rappelle notamment que sa thèse a été effectu (...)
  • 41 En 1972, Bernard Archer (ingénieur & urbaniste), Anatole Kopp (architecte) et Bernard Poche (ingéni (...)
  • 42 Par exemple la Direction générale de la recherche scientifique et technique (DGRST), Comité de rech (...)

17En résumé, l’équipe pédagogique de la première année de l’UER38 ne comporte aucun enseignant-e chercheur-e issu du monde académique hormis deux enseignants de l’IEP détachés à mi-temps. Les tâches s’enseignement se répartissent alors autour des deux protagonistes clés – Parent et Lacroix – le premier apprenant aux étudiant-e-s « à faire » et le second « à penser » comme le résumera plus tard François Ascher – lui-même ancien étudiant de l’UER. L’absence d’universitaire expérimenté n’empêche pas alors la formation à la recherche : au moins quatre des étudiant-e-s de la promotion de 1972 auront ainsi des carrières de chercheur-e-s : Jean-François Augoyard, fondateur du Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (le Cresson), Elisabeth Campagnac directrice de recherche et rattachée au Latts (ENPC), Alain Pessin professeur et directeur du département de sociologie de l’université Grenoble II et enfin, Henry Torgue, chercheur au Cresson pour qui « Urba à cette époque fonctionnait comme un laboratoire »39. Une expérience pédagogique qui attire très vite des universitaires locaux40 et nationaux41, tout en ne gagnant pas totalement la légitimité académique locale. S’ensuit alors une longue marche vers l’intégration et la légitimation universitaire qui va aussi de paire avec l’efflorescence puis le tarissement de la manne étatique des contrats de recherche-action. Entre 1958 et 1975 s’est en effet mis en place un dispositif qui visait à organiser à la coopération entre chercheur-e-s « hors statut » ou « de plein air », souvent issus des bureaux d’études, et administrateurs/planificateurs ; à créer des zones de transaction institutionnalisées, sous formes d’espaces hybrides42 qui permettaient à ces différents mondes de coopérer. Toutes ces initiatives ont créé, dans un premier temps au moins, un effet d’aubaine pour des professionnel-le-s chercheur-e-s en sciences sociales que l’on trouvait, notamment, au sein des bureaux d’études.

3. Principes, contenus et méthodes d’une formation par la recherche-action

3.1 L’urbanisation comme objet d’étude, d’action et de recherche

  • 43 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Gr (...)
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid.

18« L’urbanisme n’est pas un corps de connaissance mais une manière de comprendre et d’agir sur un phénomène : l’urbanisation43 ». Tel est le principe à partir duquel s’articule la toute nouvelle formation de l’UER Urbanisation-Aménagement et que s’organise un programme pédagogique dans lequel pluridisciplinarité, recherche et complexité des situations constituent les fondements. Constat est dressé de « l’insuffisance de la préparation des membres de ces équipes et leur inadaptation à un véritable travail en équipe pluridisciplinaire44 », et de ce qu’une « une carence de recherches théoriques (méthodologiques ou conceptuelles) apparaît et rend souvent difficile les choix pour l’action45 ». Et ce à un moment où la complexité des situations interroge :

  • 46 Ibid.

« Les élus, les représentants de la population, les fonctionnaires et quelquefois les praticiens mêmes qui ont la responsabilité de l’aménagement n’ont pu, en général, appréhender le phénomène d’urbanisation dans toutes ces composantes et ont rarement la possibilité de tirer expérience des difficultés rencontrées46 ».

  • 47 Ibid.

19La formation qui ouvre ses portes le 27 octobre 1969 propose donc une mise en situation professionnelle dans des conditions les plus proches possibles du travail réel des études urbaines. C’est à dire en équipe pluridisciplinaire, pour une appréhension globale de la complexité et de la continuité du moindre problème d’aménagement, « et non plus de composition analytique par discipline, puis synthèse47 ». L’approfondissement de données théoriques et conceptuelles n’est pas laissé pour compte pour autant. Il est même étroitement lié à cette mise en situation professionnelle. Dans ce cadre professionnalisant, la confrontation des travaux réalisés est permanente :

  • 48 Ibid., p. 2

« Non une critique de travaux terminés, mais une élaboration conjointe, sinon continue, d’éléments de travaux communs entre étudiants et élus, fonctionnaires ou praticiens participants à une formation de ’’recyclage’’48».

  • 49 Notamment celles de premier cycle du Centre Universitaire de Vincennes et de Tours mais aussi celle (...)
  • 50 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Gr (...)

20Contrairement à la majorité des formations en urbanisme49, l’UER de Grenoble se focalise spécifiquement sur la formation de 3ème cycle, c’est-à-dire se fonde sur une formation à la recherche par la recherche aboutissant à une thèse de doctorat – mais pas n’importe quelle thèse : « La reconnaissance de la formation est normalement le doctorat de 3ème cycle qui, ici, ne saurait être décerné, dans la majorité des cas, que pour des travaux collectifs50 ».

  • 51 Augoyard J.-F., Medam A., Pessin A., Torgue H., 1975, L’urbain à l’action. L’urbain du savoir à Gre (...)
  • 52 Parmi les étudiant-e-s, trois seulement ont une formation initiale en urbanisme.
  • 53 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Gr (...)
  • 54 Ibid., p. 3

21D’une durée de deux ans, cette formation de sensibilisation et d’approfondissement théorique accueille des étudiant-e-s, originaires de disciplines différentes. En septembre 1972, ils sont 69 à composer la promotion d’« Urba »51. Architecture, droit, économie, géographie, histoire, ingénieure, lettres, philosophie, psychologie, sciences politiques, sociologie y sont représentés de manière quasiment équivalente52. Ils ont au préalable acquis un niveau de connaissances de 2ème cycle (licence, maîtrise ou diplôme d’ingénieur) ou sont d’ores et déjà inscrits dans le monde professionnel (praticiens d’agences d’urbanisme, des DDA, DDE, des municipalités, etc.). Un cycle « court » ou dit de « recyclage » est aménagé, à destination des élu-e-s, des associations et groupements d’éducation populaire, des agent-e-s économiques, des fonctionnaires et des personnels des sociétés d’aménagement. En fait, il y a autant de « schémas d’insertion avec le cycle normal qu’il y a de groupes avec des problèmes spécifiques »53. Le cycle « normal » et le cycle « court » sont organisés simultanément afin que les acteurs de l’urbanisation – que l’on retrouve dans le cycle « court » – puissent saisir comment leurs problèmes particuliers s’insèrent dans la problématique générale, tout en permettant aux étudiant-e-s du cycle « long » : « de mieux saisir les problématiques particulières »54.

  • 55 Ibid., p. 2
  • 56 Ibid.

22La formation en elle-même, qu’elle soit « courte » ou « longue », est donc, nous y reviendrons, une formation par la recherche mais dont la finalité n’est pas nécessairement la recherche. Les liens entre action et recherche sont ici clairement affirmés. D’un côté, « les praticiens formés par l’enseignement supérieur ayant dû constater que leurs connaissances étaient difficilement utilisables pour l’étude et la mise en oeuvre des actions d’aménagement alors, que vivant ces difficultés, ils se sentent aptes à définir les orientations de la recherche55 ». Et, de l’autre, « les chercheurs (…) qui ont besoin d’un approfondissement tant au niveau comparaison avec les recherches étrangères que conceptualisation des problèmes spécifiques de l’aménagement en France56 ».

  • 57 Ibid.

23À l’UER on revendique donc une recherche très orientée par les besoins, diffusée auprès des praticien-ne-s et en confrontation permanente avec les réalités quotidiennes et les opinions des responsables politiques, administratifs et des usager-ère-s. La recherche et l’action se retrouvent en ceci qu’elles se fondent ici toutes deux « par un contact avec le ’’vécu’’ de l’urbanisation57 ». Les étudiant-e-s sont donc confrontés à :

  • 58 Ibid.

« une série d’études de cas ’’réels’’, d’ampleur et de complexité croissante, cherchant à faire percevoir la multiplicité des acteurs, l’enchevêtrement de leurs motivations, la continuité de toute création urbaine sans accumulation d’analyses, recherche de synthèse ou critique par rapport à un ’’urbanisme de référence’’58 ».

  • 59 Ibid., p. 3

24A ce titre, la conceptualisation ne peut être un a priori de la recherche. Les concepts n’émergent pas non plus directement « des catégories d’études urbaines (sociologie urbaine, économie urbaine, ...) mais des problèmes de l’urbanisation (pouvoir urbain, mise en modèles, information, ...)59 ».

3.2 L’amphithéâtre urbain, la ville comme méthode

25La première semaine de rentrée est consacrée à l’élaboration, avec les étudiant-e-s, du programme de l’année. Contenus, objectifs et déroulement sont alors conjointement débattus. Aucun cours, au sens classique du terme, n’est proposé à l’UER Urbanisation de Grenoble :

  • 60 Ibid.

« L’enseignement nécessaire des connaissances de base suppose qu’elles aient été formulées d’une manière pluridisciplinaire autour d’un phénomène et non d’une discipline. D’où l’absence de cours même complémentaires de sociologie urbaine, d’économie urbaine, etc. et leur remplacement par les séminaires60 ».

  • 61 Département des sciences de la Terre de la faculté des sciences de Grenoble
  • 62 Courrier rédigé le 23 avril 1969 à l’attention du directeur départemental de l’Equipement de l’Isèr (...)
  • 63 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Gr (...)

26Bien que représentatif d’une époque, ce parti-pris a fait couler beaucoup d’encre. Par exemple, invité à réagir au projet d’UER, Jean Sarrot-Reynauld du Laboratoire de Géologie Alpine et de l’Institut Dolomieu61 souhaite que soit privilégier l’effort personnel des étudiant-e-s pour former « des chefs de file et non pas des lampistes62 ». En conséquence, il demande à ce que soient enseignés des fondements de base, thématiques. Malgré ces discours réfractaires, essentiellement extérieurs à l’UER, le déroulement de la scolarité sur deux ans se fait bien sans cours mais aussi « sans examens, unités de valeur ou autres systèmes63 ». Les étudiant-e-s qui ne participent pas à toutes les autres formes de travaux imaginés s’excluent alors d’eux-mêmes.

  • 64 Ibid., p. 4
  • 65 Ibid.
  • 66 Intéressant de constater que les sujets de l’époque ne sont pas si éloignés de ceux des ateliers d’ (...)

27Se substituent aux cours les études de cas, qui ont pour objectif de « faire percevoir la complexité, l’enchevêtrement et la continuité des problèmes d’aménagement à différentes échelles de réalisations (locale, d’agglomération, régionale, …) et dans les différents ’’espaces’’ (social, politique, économique, géographique)64 ». Les étudiant-e-s réunis en petites équipes pluridisciplinaires (5-6 spécialistes de formation différente) travaillent sur un problème d’aménagement réel durant trois semaines environ. Ils oeuvrent à une histoire du problème en lien étroit avec les acteurs concernés. Chaque semaine, une confrontation inter-équipe est proposée, notamment à partir des difficultés méthodologiques rencontrées et des similitudes entre équipes. Durant l’année, les étudiant-e-s travaillent successivement sur plusieurs études de cas aux échelles et aux espaces différents. Idéalement, une rotation des membres de l’équipe est prévue afin de s’habituer au travail inter-disciplinaire et d’obliger à une rotation du leadership. Ces études de cas sont l’occasion d’une sensibilisation au domaine de l’urbain et à ses problèmes théoriques et idéologiques : « il ne s’agit ni d’élaborer un contre-projet, ni de faire une monographie descriptive65 ». A titre d’exemple, voici les sujets66 proposés lors de la toute première série d’études de cas : le problème commercial de Carrefour (Videcoq), les problèmes fonciers de la rénovation de la Mutualité (Lacroix), l’environnement de la Maison de la Culture (Giacometti), transport et circulation de la voie 27 (Parent), l’implantation universitaire récente (Domenach), le quartier Saint-Laurent (Delbard) et le logement des travailleurs du bâtiment (Roland). Le même procédé est aussi déployé pour l’analyse de documents. C’est un travail en équipe qui s’étale sur un semestre et où la rencontre des « auteurs » du document (ouvrage, politique, documents d’urbanisme) est à organiser et à inscrire au planning collectif de la formation.

  • 67 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Gr (...)
  • 68 A titre d’exemple les 13 et 14 mars 1973, un tel séminaire est organisé ; son thème « Imaginaire et (...)
  • 69 Entre autres thèmes abordés on retrouve : pouvoir urbain, élaboration des programmes d’équipements, (...)

28En plus des études de cas, il y a donc les séminaires dont l’ambition est l’« acquisition commune à tous les étudiants des bases théoriques et conceptuelles nécessaires à l’abord des problèmes d’aménagement67 ». Les thèmes de séminaire68 ne sont pas prédéterminés par les enseignant-e-s mais sont issus des difficultés ou des inquiétudes révélées par les études de cas. Ces séminaires sont préparés par les étudiant-e-s eux-mêmes. Une équipe d’étudiant-e-s est ainsi responsable d’un ou plusieurs séminaires et, avec l’aide des enseignant-e-s, elle dépouille la documentation connue sur le sujet et va à la rencontre des spécialistes de la question. L’équipe prépare ensuite des documents et une ou plusieurs séances pour toutes les équipes. A ces séances de travail participent certaines personnalités extérieures à l’UER, dont les travaux et les responsabilités peuvent éclairer les débats. Les séminaires sont peu nombreux car c’est dans leur préparation, des semaines durant, que réside l’essentiel de leur intérêt. Chaque année, une équipe aborde entre trois et quatre thèmes, une vingtaine de thèmes par an sont donc collectivement débattus69.

29D’autre part, la formation est un lieu privilégié pour répondre à des commandes issues du monde professionnel. Des commandes qui s’étendent de la recherche fondamentale à la recherche appliquée telle qu’elle est menée pour les différents ministères (Prévot, 2015), par les bureaux d’études ou organismes d’aménagement :

  • 70 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Gr (...)

« Il apparaît comme nécessaire à la fois pour les enseignants et les étudiants de mener à l’UER des travaux de recherche et d’études correspondant à des programmes lancés par les divers organismes s’occupant d’aménagement70 ».

  • 71 Ibid.

30A l’heure actuelle, nous avons essentiellement trouvé la trace de l’insertion de l’UER dans le monde de la recherche contractuelle. Mais l’idée d’élaborer des projets d’aménagement au sein de l’UER n’était pas totalement exclue. Nous avons trouvé parmi les différentes versions d’avant-projet de l’UER consultées un certain nombre de propositions en faveur du portage de projet d’aménagement. Dans ce cas, le département de formation était à chaque fois baptisé Institut d’urbanisme et non UER Urbanisation. En tout état de cause, « le besoin d’insertion dans le processus vivant des études urbaines est ressenti comme indispensable tant du point de vue méthodologique qu’au point de vue connaissance des résultats71».

4. Une formation expérimentale qui interroge discipline et pédagogie

4.1 L’urbain du savoir, dialectiques à l’œuvre

31La lecture des différents proto-projets de formation nous apprend qu’avant de se nommer UER Urbanisation-Aménagement, beaucoup d’autres noms ont été évoqués. Derrière chacun de ces noms on découvre un projet singulier. Il y a celui nommé « Institut National Interdisciplinaire d’Enseignement et de Recherche sur l’Urbanisation et l’Aménagement », et ceux qui s’appellent « UER d’urbanisme et d’aménagement » ou, de manière anticipée, « Institut d’urbanisme ». Ce qui se joue derrière tous ces noms, c’est notamment une question disciplinaire. Dans le cas des intitulés s’appuyant sur la notion d’urbanisation – ce qui est le cas de l’UER au moment de sa création –, c’est la connaissance du phénomène urbain qui est centrale. Et, lorsque c’est le mot urbanisme qui est mobilisé, c’est la maîtrise de l’action sur le phénomène urbain qui est mise en avant. Il serait pour autant caricatural d’opposer ces deux visions car cette dialectique entre études urbaines et urbanisme est en définitive constitutive de l’enseignement et de la recherche urbaine (Scherrer, 2010). D’autre part, ces différents noms d’unité de formation témoignent aussi de rapports particuliers à la pédagogie et au monde professionnel. Le projet d’UER s’oppose à celui d’Institut, car l’UER « ne peut être assimilé à une ’’super grande école’’72 ». Ainsi, l’UER a-t-elle pour ambition de « ne pas favoriser la formation d’une nouvelle ’’caste’’ ou d’un nouveau ’’corps’’ d’aménageurs dont les intérêts sont plus axés sur la promotion à l’intérieur du corps que sur les services à rendre73 ». L’autre intérêt qu’entrevoit la Mission économique régionale en 1969 à l’appellation UER est qu’elle ne réduit pas « le recrutement à un recrutement ’’au non choix’’ de candidats sur mesure74». Enfin, en novembre 1968 – soit un an avant l’ouverture de l’UER – les débats sont encore vifs sur l’offre de formation à proposer. Certains militent pour la création d’un Institut d’urbanisme, principalement fondé sur une formation de deuxième cycle. On y retrouverait des cours, des « matières spécifiques de ’’l’espace’’ et des techniques ayant trait à son aménagement75». En d’autres termes, l’Institut d’Urbanisme tel que nous le connaissons aujourd’hui est déjà en gestation alors même que l’UER – cet « amphithéâtre ouvert à quatre vents76» n’a pas encore accueilli ces premiers étudiant-e-s.

  • 77 Compte rendu rédigé par Bordes J.-P. (AUAG), Note au sujet de l’U.E.R. d’urbanisme et d’aménagement (...)

32Un autre proto-projet ou contre-projet mérite qu’on s’y attarde. Il s’agit bien là d’une formation de 3ème cycle mais où la « pédagogie progressive et dynamique77» s’accompagne d’une formation complémentaire « de type classique » dans les différents domaines concernés. Dans ce cas, il est alors proposé que la formation soit évaluée par un rapport collectif pluridisciplinaire sur le sujet qui a fait l’objet d’une étude ainsi que sur un rapport concernant une discipline (rapport individuel ou à deux ou trois). Cette alternative montre bien que là encore, les partis pris pédagogiques sont divers, complexes, subtils et qu’il serait bien difficile et hasardeux de les opposer frontalement.

4.2 L’urbain de l’action, didactiques à l’œuvre

  • 78 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Gr (...)
  • 79 Ibid., p. 8

33Les rapports entre les personnes investies dans ce projet d’UER sont eux aussi très intéressants à observer. Les dichotomies conventionnelles entre enseignant-e-s et étudiant-e-s, enseignant-e-s et personnels administratifs, monde universitaire et professionnel sont quelque peu bousculées ; et la frontière entre enseignant-e-s et étudiant-e-s bien poreuse. Non seulement « les enseignants sont tous en contact avec les étudiants78 » mais, surtout, l’équipe d’enseignants-chercheurs participe directement aux travaux, « et au même niveau de travail que les étudiants79 ». Ce qui a pour corolaire la participation des enseignant-e-s aux séminaires de leurs collègues. Autant dire que les débats sont vifs et animés. Notons au passage que ce système de proximité et de travail coopératif est rendu possible par le généreux taux d’encadrement. On compte en 1969 trente-cinq étudiant-e-s pour six enseignant-e-s permanent-e-s et quatre à temps partiel. D’autre part, le statut d’enseignant est lui-même très ouvert :

  • 80 Auteur inconnu, 1969, « Projet de création à Grenoble d’un Institut National Interdisciplinaire d’E (...)

« Les enseignants ne pourront être permanents. Une limitation de 3 ans pourrait être une hypothèse. Les enseignants pourront avoir une origine double : universitaires-professionnels, élus ou usagers. Les enseignants seront en même temps des chercheurs et réciproquement. La recherche collective est un moyen d’enseignement80 ».

  • 81 La bibliothèque est abordée dès le démarrage, « Chapoutot prépare une liste d’environ 250 livres re (...)

34Lors de la création de l’UER, le personnel administratif est lui aussi présent dans l’amphithéâtre. Par exemple, la bibliothécaire y prend note des thèmes, des documents et des ouvrages cités, afin de construire collectivement et au fil de l’eau la politique d’acquisition de la nouvelle bibliothèque81. La bibliothécaire est aussi dans ce cadre force de proposition et d’interrogation. Enfin, la frontière entre monde universitaire et monde professionnel est pour sa part assez difficile à distinguer. A ce titre, le statut de l’AUAG est emblématique :

  • 82 Bordes J-P, 1968, « Complément à la note sur le projet de création à Grenoble d’un Institut Nationa (...)

« En résumé l’Agence jouerait à la fois un rôle de support d’enseignement et de catalyse des études et des contacts où l’éventail complet des spécialistes qui la composent apporterait un concours intéressant, tant pour l’organisation des cours ou séminaires de l’Institut que pour l’établissement des programmes d’études et le choix des sujets de recherche82 ».

35La question des objets d’étude à proprement parler est aussi fondamentale. Là, il semble que des pans entiers des territoires habités aient été oubliés. Le monde rural est ainsi le « grand oublié » de l’UER lors de sa création. Pourtant, en 1968, Jacques Frappat de l’Institut de Gestion et d’Economie Rurale et Emile Leynaud – directeur des services des aménagements et d’Etudes Economiques du Ministère de l’Agriculture – demandaient déjà à ce que la compréhension du phénomène d’urbanisation soit la plus large possible afin d’inclure les problématiques rurales dans le projet d’UER. Notons que dans la note de cadrage relative à la création de l’UER, l’internationalisation de la formation était peut-être plus à l’ordre du jour que l’implication dans les thématiques du monde rural.

36Enfin, entre urbaniste-généraliste et urbaniste-spécialiste se joue aussi une dialectique structurante. A partir du tronc commun, les intérêts des étudiant-e-s divergent à l’image des débouchés offerts aux urbanistes :

  • 83 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Gr (...)

« La réponse “urbaniste-généraliste” ou “urbaniste-spécialiste” n’est pas univoque, pas plus que la demande du ’’marché’’. Des besoins certains existent d’homme de synthèse (si ce n’est d’une synthèse conceptuelle tout au moins d’une synthèse dans l’action...) tout comme des besoins de spécialistes possesseurs d’une technique approfondie existent, et encore des besoins de réflexions idéologiques... Il n’est donc pas dans l’intention de l’UER de ne former qu’une espèce ou une autre ’’d’urbanistes’’ mais bien de laisser – à partir d’un langage et d’une connaissance commune acquise en un an – les personnalités s’épanouir dans leur propre sens83 ».

  • 84 Ibid.
  • 85 Ibid.
  • 86 Ibid.
  • 87 Ibid.

37Certains donc s’orienteront vers « une acquisition plus poussée d’une pratique opérationnelle avec l’élaboration en équipe de projets d’aménagement84 », alors que d’autres rechercheront « la signification de phénomènes85 ». D’autres, enfin, poursuivront « l’approfondissement d’une technique avec confrontation de leur conception sur des projets réels86 ». On pressent alors que la pierre angulaire de la formation délivrée à l’UER réside dans les liens « créés par la confrontation permanente, sinon continue, des projets des uns, des réflexions des autres, (et) des méthodes des troisièmes87 ».

Conclusion

38Quels enseignements et surtout quelles perspectives tirer de cette plongée dans les archives ? L’expérience inaugurale grenobloise peut-elle – et si oui à quel titre être et selon quel sens – être qualifiée de laboratoire ? Quatre figures ou motifs de laboratoire se distinguent ici. Premièrement, l’UER est un laboratoire de l’urbain à l’échelle nationale. En effet, les premiers résultats témoignent de ce que la naissance et les premiers temps d’existence de l’UER sont profondément ancrés, à la fois dans un contexte politique national et local mais aussi – et les montages et sources de financement imaginés en témoignent – dans un moment particulier d’apogée – certes finissante – de la recherche urbaine contractuelle (1958-1975). Durant cette période se sont mis en place, non sans une certaine opacité parfois, des dispositifs visant à organiser la coopération entre chercheurs – contractuels ou pas – techniciens des bureaux et autres structures d’études et administrateurs / planificateurs. Deuxièmement, l’UER de Grenoble incarne d’emblée un de ces espaces hybrides qui permettaient à différents mondes de coopérer et constituer ensemble un laboratoire de recherche sur l’urbain. Mais, troisièmement, ce laboratoire de recherche est aussi pour et par l’urbain. Les méthodes pédagogiques initiales en témoignent : c’est en se confrontant à l’urbain que se constitue la recherche, c’est indistinctement pour l’action ou la constitution de savoirs que s’engage cette recherche et c’est par l’urbain que se cristallisent ses méthodes. Enfin, cette plongée dans les archives de l’AURG témoigne notamment de l’importance de cette structure dans la genèse de l’UER. Dans quelle mesure, à quelle(s) époque(s) et dans quelle(s) autre(s) formation(s) en urbanisme ce partenariat fort, dans les enseignements, ateliers, et stages a-t-il pu ou peut-il encore être observé ? Ainsi, quatrièmement, l’UER grenoblois apparaît comme un laboratoire urbain expérimental et hybride où pendant quelques années des personnes d’horizon différents proposent de tester ensemble une autre manière d’observer, de penser et d’expérimenter la ville et son devenir. Soulignons la modernité et l’actualité de ces questionnements et des ambitions didactiques, pédagogiques et professionnelles qui sous-tendent les différents proto-projets et prennent corps dans les premiers dispositifs d’apprentissage en urbanisme. En ce sens, l’UER semble bien avoir été un précurseur à (re)découvrir.

39Archives du Monde, de l’Agence d’Urbanisme de la Région Grenobloise, de l’Université des Sciences Sociales, de la Ville de Grenoble, Fonds Jean-François Parent.

Haut de page

Bibliographie

Augoyard J.-F., Medam A., Pessin A., Torgue H., 1975, L’urbain à l’action. L’urbain du savoir à Grenoble, Grenoble : UER Aménagement et urbanisation.

Baudouï R., 1988, La naissance de l’École des Hautes Études urbaines et le premier enseignement de l’urbanisme en France, des années dix aux années vingt, Paris : Plan urbain / École d’architecture Paris-Villemin.

Bognon S., Lehec E. (dir.), 2018, Quelle place pour l’aménagement et l’urbanisme dans les sciences sociales ? Revue européenne des sciences sociales, n° 56, pp. 145-262.

Bruneteau B., 1998, Le « mythe de Grenoble » des années 1960 et 1970 un usage politique de la modernité, Vingtième Siècle, n°58, pp. 111-126.

Busquet G., Carriou C., 2007, Entre art et science, l’histoire à l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris (1919-1971), Espaces et sociétés, n° 130, pp. 57-70.

Busquet G., Carriou G., Coudroy de Lille L., 2005, Un ancien Institut... Une histoire de l’Institut d’urbanisme de Paris, Créteil : Institut d’urbanisme-Ville de Créteil.

Cabos Bartoli M., Nenneron A., Verdillon C., 1973, Habitat spectaculaire et misère de la vie quotidienne. Le Village Olympique, Thèse de 3ème cycle, Grenoble : Université des sciences sociales de Grenoble, UER Urbanisation Aménagement.

Centre de recherche sur le politique, l’administration et le territoire, UER Urbanisation-aménagement, 1972, Contradictions, structures et pouvoirs dans l’urbain, Paris : Ministère de l’équipement et du logement, Service des affaires économiques et internationales.

Chenot L., Beaunez R., 1969, Villes et citoyens, Méthode d’enquête pour la connaissance et l’analyse d’un ville, Paris : Les Editions ouvrières, Coll. Pouvoir local.

Chevalier G., 2000, L’entrée de l’urbanisme à l’Université. La création de l’Institut d’urbanisme (1921-1924), Genèses, n°39, pp. 98-120.

Claude V., Saunier P.-Y., 1999, L’urbanisme au début du siècle. De la réforme urbaine à la compétence technique, Vingtième Siècle, n°64, pp. 25-40.

Claude V., 2006, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Marseille : Parenthèses.

Club Jean Moulin, 1968, Les citoyens au pouvoir, 12 régions, 2000 communes, Paris : Le Seuil.

Cohen C., Devisme L. (dir.), 2018, L’architecture et l’urbanisme. Au miroir des formations, Cahiers du RAMAU, n°9.

Cohen J.-L., Grossman V., Une architecture de l’engagement : l’AUA (1960-1985), Paris : Cité de l’architecture et du patrimoine.

Delbard B., Gattefosse R.-P., Lacroix C., Parent J.-F., Soulage M.-F., 1979, L’adolescence d’un nouveau pouvoir communal, Grenoble : 1965-1976, Grenoble : Université des Sciences sociales, UER Urbanisation-Aménagement, 1979.

Dubreuil D., 1968, Grenoble, ville test, Paris : Le Seuil.

Ducros P., Frappat P., Lalande F., Rizzardo R., 1998, Action municipale, innovation politique et décentralisation : les années Dubedout à Grenoble, Grenoble : La Pensée sauvage.

Frappat P., 1979, Grenoble, le mythe blessé, Paris : Alain Moreau.

Frappat P., 2016, Hubert Dubedout, une pensée en action : Ecrits et discours, Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Joly J., 1982, Aspects de la politique urbaine à Grenoble, Revue de géographie alpine, n°70, pp. 7‑30. https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1982_num_70_1_2491

Joly J, 1995, Formes urbaines et pouvoir local. Le cas de Grenoble des années 60 et 70, Toulouse : Presses universitaires du Mirail.

Joly J., Parent J.-F., 1988, Grenoble de 1965 à 1983. Paysages et politique de la ville, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Lambersens S., 2018, Réflexions sur Hubert Dubedout et ses contemporains, Blog Hypothèses.

Lebret L.-J., 1952, Manuel de l’enquêteur, Paris : Presses universitaires de France.

Le Vot S., 2015, Quand la ville fait peau neuve : les années grenobloises de l’AUA, in Cohen J.-L., et Grossman V. (dir.), Une architecture de l’engagement : l’AUA (1960-1985), cat. exp., Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 2015, pp. 178-190.

Mallet E., 1969, L’Institut d’urbanisme de Paris est parvenu à organiser un enseignement original, Le Monde, 27.05.1969.

Mallet E., 1969, L’urbanisme entre à l’Université mais cherche encore sa voie, Le Monde, 11.11.1969.

Morin G., 2003, Les GAM et l’autogestion, in Georgi F. (dir), L’autogestion, la dernière utopie ? Paris : Publications de la Sorbonne, pp. 309-322.

Prévot M., Bentayou G., Chatelan O., Desage F., Gardon S., Linossier R., Meillerand M.-C. et Verdeil E., 2008, Les agences d’urbanisme en France : perspectives de recherche pluridisciplinaires et premiers résultats autour d’un nouvel objet, Métropoles, n°3, pp.1-26. https://journals.openedition.org/metropoles/2322

Prévot M., 2017, Aux origines du BERU. Un bureau d’études pour une ville plus « humaine », 1957-1977, Histoire urbaine, vol. 48, no. 1, pp. 77-93.

Prévot M., 2012, Les militants d’origine chrétienne dans la fabrique de la Ville, des années 1960 à nos jours : un objet pertinent ? L’Information géographique, n°76, pp. 11-27

Prévot M., 2013, Décoloniser la province : le PSU et les collectivités locales dans les années 1960 et 1970, in Castagnez N., Jalabert L., Morin G., Lazar M., Sirinelli J.-F., Le parti socialiste unifié ; histoire et postérité, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, pp. 131-141

Prévot M., 2015, Catholicisme social et urbanisme, Maurice Ducreux (1924-1985) et la fabrique de la Cité, Rennes : Presses Universitaires de Rennes

Prévot M., 2017, Aux origines du BERU. Un bureau d’études pour une ville plus « humaine », 1957-1977, Histoire urbaine, vol. 48, no. 1, pp. 77-93

Prévot M., 2017, La naissance de l’Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale (ADELS) en 1959 : une histoire ou des histoires ? Histoire@Politique, n° 31

Revue Urbanisme, 1968, « Région grenobloise : prévision et action concertée », n°107

Revue Urbanisme, 1974, « Enseignement de l’urbanisme », n°142

Scherrer F., 2010, Le contrepoint des études urbaines et de l’urbanisme : ou comment se détacher de l’évidence de leur utilité sociale, Tracés. Revue de Sciences humaines, hors-série n°10, pp 187-195. https://journals.openedition.org/traces/4805

Verdès-Leroux J., 1972, Le STCAU : des candidats aménageurs dans une organisation en quête de finalité, Action concertée de recherche urbaine, Paris : Ministère de l’équipement

Haut de page

Notes

1 Mallet E., 1969, L’Institut d’urbanisme de Paris est parvenu à organiser un enseignement original, Le Monde, 27.05.1969

2 Mallet E., 1969, L’urbanisme entre à l’Université mais cherche encore sa voie, Le Monde, 11.11.1969

3 Auteur non spécifié, « Des étudiants du centre Dauphine envisagent la grève pour protester contre le sous-développement de l’enseignement de l’urbanisme », Le Monde, 19.05.1969

4 Robert Caumont (1930-2017), énarque, sous-préfet du Calvados et fondateur du Club politique Caen Demain, est séduit par Hubert Dudebout, élu maire de Grenoble en 1965 à la tête d’un Groupe d’Action Municipale (GAM). De Caumont reproduit la démarche à Hérouville Saint-Clair en 1971 et remporte la mairie. Il quitte ensuite la Normandie pour le Briançonnais. Elu député PS en 1981, il devient maire de Briançon de 1983 à 1991 et rapporteur de la première de la première la Loi Montagne Loi Montagne en 1985.

5 Krau E., 1968, Réflexions sur l’agence, Urbanisme, « Région grenobloise : prévision et action concertée », n°107, p.7

6 Décédé le 24 octobre 2016, cet ingénieur X-Ponts (promotion 1953) avait d’abord été affecté au Service ordinaire des Ponts et Chaussées (SOPC) du Rhône avant d’être nommé à la tête du Groupe d’études et de programmation (GEP) de la DDE d’Isère en 1966. A ce titre, il va aussi prendre la direction de l’agence d’urbanisme de la région de Grenoble (AURG).

7 Winghart J., 1968, L’agence dans la région Rhône-Alpes, Urbanisme, « Région grenobloise : prévision et action concertée », n°107, p.12

8 Club Jean Moulin, 1968, Les citoyens au pouvoir, 12 régions, 2000 communes, Paris : Le Seuil

9 Prévot M., 2013, Décoloniser la province : le PSU et les collectivités locales dans les années 1960 et 1970, in Castagnez N., Jalabert L., Morin G., Lazar M., Sirinelli J.-F., Le parti socialiste unifié ; histoire et postérité, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, pp. 131-141

10 Un quartier qui sera aussi l’objet des recherches du Groupe d’études urbaines et de recherche sociologique (le GETUR) de Grenoble avec notamment René Ballain, Alain Jeantet et Claude Jacquier.

11 L’UNEF et la MNEF ont été deux viviers de cadres en aménagement et urbanisme : Bernard Archer, Marc Wiel, Pierre Gaudez pour ne citer qu’eux.

12 Frappat P., 2016, Hubert Dubedout, une pensée en action : Ecrits et discours, Grenoble : Presses universitaires de Grenoble. Faisant suite à l’article de Bernard Bruneteau, 1998, Le “mythe de Grenoble” des années 1960 et 1970 un usage politique de la modernité, Vingtième Siècle. Revue d'histoire, l’UMR PACTE a récemment organisé un colloque, le 5 avril, 2018 intitulé "Hubert Dubedout, la ville et la modernité en politique" www.sciencespo-grenoble.fr/sciencespo-grenoble/sciences-po-grenoble-fete-ses-70-ans/colloque-dubedout/. A ce sujet consulter notamment : Lambersens S., 2008, Réflexions sur Hubert Dubedout et ses contemporains, Blog Hypothèses du 5 avril 2018.

13 Chenot L., Beaunez R., 1969, Villes et citoyens, Méthode d’enquête pour la connaissance et l’analyse d’une ville, Paris : Les Editions ouvrières, Coll. Pouvoir local

14 cf. supra

15 Lebret L.-J., 1952, Manuel de l’enquêteur, Paris : Presses universitaires de France

16 Nous nous référons ici aux trois ouvrages suivants : Dubreuil D., 1968, Grenoble, ville test, Paris : Le Seuil ; Delbard B., Gattefosse R.-P., Lacroix C., Parent J.-F., Soulage M.-F., 1979, L’adolescence d’un nouveau pouvoir communal, Grenoble : 1965-1976, Grenoble : Université des Sciences sociales, UER Urbanisation-Aménagement & Ducros P., Frappat P., Lalande F., Rizzardo R., 1998, Action municipale, innovation politique et décentralisation : les années Dubedout à Grenoble, Grenoble : La Pensée sauvage

17 Adjoint à l’urbanisme d’Hubert Dubedout à Grenoble de 1965-1983, Jean Verlhac est aussi premier adjoint au maire de 1977 à 1983 puis conseiller municipal d’opposition de 1983 à 1989.

18 Jean-Marie Domenach prend ensuite la tête, en 1957, de la revue Esprit, fondée par Emmanuel Mounier, à l’héritage chrétien revendiqué.

19 Claude Domenach en tant qu’enseignant à l’IEP de Grenoble enseignera aussi à l’UER d’urbanisation et ce avec le soutien de son directeur Jean-Louis Quermonne. Claude Domenach sera lui-même directeur de l’IEP de 1971 à 1981.

20 Il a participé à plusieurs grands projets de transformation de la ville comme la construction du village olympique pour les Jeux Olympiques de 1968 ou à celle du quartier de la Villeneuve de Grenoble dont le parc porte son nom.

21 Prévot M., 2017, Aux origines du BERU. Un bureau d’études pour une ville plus « humaine », 1957-1977, Histoire urbaine, vol. 48, no. 1, pp. 77-93

22 L’AUA (1960-1986) est une société civile coopérative (puis d’étude) en urbanisme et architecture fondé par Jacques Allégret et rassemblant en France une vingtaine (voire une cinquantaine en 1970) de jeunes professionnels de l’architecture, de la décoration, de l’ingénierie, du paysage et l’urbanisme en France. Un idéal d’ouverture de l’architecture et de l’urbanisme aux sciences sociales les rassemble. Parmi les nombreuses réalisations de l’agence, celles de Grenoble sont emblématiques. On pense entre autres à la création en 1974 du parc de la Villeneuve réalisé par Michel Corajoud avec l’AUA. Cohen J.-L., Grossman V., 2015, Une architecture de l’engagement : l’AUA (1960-1985), Paris : Cité de l’architecture et du patrimoine

23 C’est la COPEF qui lancera les études préliminaires à la réalisation du quartier de la Villeneuve de Grenoble. Menées par Michel Steinbach à l’échelle de l’agglomération, après le départ du fondateur de la COPEF – Jacques Allégret – au Canada. Élaboré à partir de 1967 par Georges Loiseau, Jean Tribel et Jean-François Parent, le projet d’aménagement répond aux critiques que l’AUA formulait depuis longtemps contre la répétitivité et la ségrégation spatiale typiques des grands ensembles.

24 Maurice Blanc (1924-1988) est notamment l’architecte du Théâtre en Rond de Sassenage, de l’Église Saint-Jean de Grenoble, de la Faculté de droit et des sciences économiques de Grenoble et des Résidences 2000 de Grenoble (au Nord du Parc de la Villeneuve), Valence et Chambéry.

25 Dans le premier numéro paru en novembre 1962, Jacques Allégret affirme son intention « d’offrir un lieu qui permette à différents spécialistes de travailler côte à côte sur les mêmes dossiers, d’apprendre à se connaître et à se comprendre ». Telle est l’ambition conjointe de l’AUA et de la revue Forum.

26 Le Vot S, Quand la ville fait peau neuve : les années grenobloises de l’AUA, in Cohen J.-L., Grossman V, 2015, Une architecture de l’engagement : l’AUA (1960-1985), Paris : Cité de l’architecture et du patrimoine, pp. 178-190.

27 Jean-Louis Quermonne est directeur de l’IEP de 1958 à 1969 avant d’être président de la toute nouvelle université des sciences sociales de Grenoble de 1970 à 1975. Par la suite, il devient directeur des enseignements supérieurs et de la recherche au Ministère chargé des Universités et membre du Conseil supérieur de la recherche et de la technologie de 1981 à 1985 puis membre du Comité national d’évaluation des universités jusqu’en 1989. Président de l’Association française de science politique jusqu’en 2000, il est depuis président d’honneur de l’Association française des constitutionnalistes.

28 Consulté, Le docteur H. Heyward de l’hôpital psychiatrique départemental de Saint-Égrève se prononcera en faveur de la création de l’UER. Il rappellera à cette occasion les liens étroits qui unissent selon lui psychologie et urbanisme : « Plus particulièrement, en ce qui concerne la psychiatrie, et en général tous les phénomènes d’aliénation, j’en suis venu personnellement à la constatation de structures aliénantes dont certaines sont évidemment administratives ou légales, mais dont un nombre non négligeable appartient soit à l’architecture, soit au contraire à l’urbanisme ». On s’interroge sur la réception de ces quelques lignes auprès des créateurs de l’UER.

29 Outre ces structures, d’autres organismes sont mentionnés tels l’OREAM-Lyon, l’Université de Besançon, l’IUUP de Robert de Caumont, l’Institut de gestion et d’économie rurale, hébergé par le CEMAGREF, et le Ministère de l’Agriculture et représenté par Jacques Frappat.

30 Créé en 1963 par Jean-Louis Quermonne dans le cadre de l’IEP de Grenoble, cf. Centre de recherche : le CERAT de Grenoble in Politix Année 1989 Vol 2/6 pp. 80-83

31 Lors de la création de l’UER et de ses premières années de fonctionnement, très peu de lien existait avec l’école d’architecture. Pourtant, l’école et l’UER partageait un même bâtiment, celui qui accueille aujourd’hui l’Agence d’Urbanisme de la Région Grenobloise, rue Lesdiguières. L’UER était alors au rez-de-chaussée – là où est à l’heure actuelle le commissariat de police –, l’école d’architecture elle à l’étage. La porte reliant les deux centres de formation avait été scellée et les entrées des étudiant-e-s se faisaient séparément – les architectes par la porte principale au Nord et les urbanistes par la cour intérieure au Sud. Comment expliquer si peu de porosité ? L’hypothèse d’un conflit d’idéologies politiques est avancée par nombre des interviewés.

32 Entretien avec Jean-François Parent réalisé par Jennifer Buyck et Samuel Martin le 08/11/2016, p.3/31

33 Jean François Parent nous a relaté avoir longuement cherché avec Jean Verlhac un lieu pour l’UER. Bien que tout le monde s’accorde alors sur la nécessité d’ouvrir un tel centre de formation, personne n’avait de place pour l’accueillir. Le Maire propose donc que la Ville mette à disposition un local. Parent et Verlhac consacrent ainsi une partie du printemps 1969 à visiter les locaux libres de la Ville. L’ancien conservatoire de musique est notamment envisagé. Finalement l’ancienne faculté de Médecine rue Lesdiguières a été retenue. Les travaux d’aménagement ont été fait à toute vitesse pendant l’été : « il y avait encore les tables de dissection (…) et au sous-sol, la morgue ».

34 Centre de recherche sur le politique, l’administration et le territoire, UER Urbanisation-aménagement, 1972, Contradictions, structures et pouvoirs dans l’urbain, Paris : Ministère de l’équipement et du logement, Service des affaires économiques et internationales

35 cf. supra

36 Il est intéressant de relever que Jean-François Parent quitte Paris pour s’installer définitivement à Grenoble grâce à ce contrat d’enseignant à l’UER à plein temps.

37 L’ORGECO, fondé par Henri Viala, est une structure d’études inscrite au registre du commerce le 6 avril 1961 et liée au PCF et à ses élus, tout comme le BERIM, constitué en 1948 par Raymond Aubrac (Prévot, 2015).

38 Voici la composition de l’équipe enseignante en juillet 1970 – c’est à dire à la fin de la première année. Quatre enseignants-chercheurs constituent le noyau des permanents à plein temps avec Geneviève Mas à la documentation et Chantal Demoustier au secrétariat. Il s’agit de François Ascher, Jean-Jacques Chapoutot, Louis Couvreur et Christian Lacroix. André Bruston les rejoint à plein temps dès septembre. Jean-François Parent et Martine Toulotte, partagés entre leurs travaux à l’agence et à l’UER, choisissent des voix différentes : le premier opte pour un plein temps à l’UER, la seconde pour un plein temps à l’agence. François D’Arcy et Claude Domenach – tous deux enseignants titulaires à l’IEP – confirment leur détachement en tant qu’enseignants à temps partiel à l’UER. Deux autres enseignants à mi-temps complètent l’équipe : Philip Langley (architecte) et Pierre Frappat (économiste, cf. Frappat P., 1979, Grenoble, le mythe blessé, Paris : Alain Moreau)

39 En ce sens un rapport fait date : Augoyard J.-F., Medam A., Pessin A., Torgue H., 1975, L’urbain à l’action. L’urbain du savoir à Grenoble, Grenoble : UER Aménagement et urbanisation. Il s’agit du rapport final d’un programme de recherche piloté par Alain Medam dont l’objectif est de faire le bilan de l’expérience pédagogique grenobloise 5 ans après l’ouverture de l’UER. Pour ce faire, Alain Medam rassemble un petit groupe d’étudiants autour de lui et ils réalisent ensemble cette recherche de la même manière que le ferait un laboratoire de recherche aujourd’hui.

40 Henry Torgue lors de son entretien du 12 janvier 2017 rappelle notamment que sa thèse a été effectuée à l’UER Urbanisation mais encadrée par un universitaire extérieur au domaine et curieux de découvrir ce souffle nouveau – Gilbert Durand auteur de Structures anthropologiques de l’imaginaire et fondateur du Centre de Recherche sur l’Imaginaire à Grenoble. Pierre Sansot, alors enseignant de philosophie au sein du département de sociologie, se rapproche aussi de l’UER.

41 En 1972, Bernard Archer (ingénieur & urbaniste), Anatole Kopp (architecte) et Bernard Poche (ingénieur & sociologue) viennent compléter l’équipe à mi-temps. Alexis Ferrand (sociologue), Jacques Gagneur (économiste), Jacques Lacoste (architecte), Michel Mafesoli (philosophe) et Alain Medam (économiste) s’engagent eux à plein temps. A cette date, Jean-François Parent quitte l’équipe des permanents de l’UER pour se consacrer au projet de la Villeneuve.

42 Par exemple la Direction générale de la recherche scientifique et technique (DGRST), Comité de recherches sur le développement économique et social (CORDES), Comité de la recherche et du développement en architecture (CORDA), Centre de recherche en urbanisme (CRU) et Mission de la recherche urbaine (MRU)

43 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Grenoble : Académie de Grenoble, Université des Sciences Sociales, 31 octobre 1969, p. 1

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 2

49 Notamment celles de premier cycle du Centre Universitaire de Vincennes et de Tours mais aussi celles de second cycle que l’on retrouve essentiellement sous la forme d’options dans les facultés de droit, de géographie et de sociologie mais aussi à l’Ecole des Ponts et Chaussées, à l’Ecole Centrale, dans les écoles d’architecture et à l’Institut d’études politiques de Paris. Seuls l’Institut d’Urbanisme du Centre Dauphine et l’UER de Grenoble optent pour le troisième cycle. Celui d’Aix fera ensuite le même pari. Mallet E, L’urbanisme entre à l’Université mais cherche encore sa voie, Le Monde, 11.11.1969 & Revue Urbanisme, 1974, « Enseignement de l’urbanisme », n°142

50 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Grenoble : Académie de Grenoble, Université des Sciences Sociales, 31 octobre 1969, p. 11
À titre d’exemple des thèses menées et soutenues en équipe : Cabos Bartoli M., Nenneron A., Verdillon C., Habitat spectaculaire et misère de la vie quotidienne. Le Village Olympique, Thèse de 3ème cycle, Grenoble : Université des sciences sociales de Grenoble, UER Urbanisation Aménagement, juin 1973.

51 Augoyard J.-F., Medam A., Pessin A., Torgue H., 1975, L’urbain à l’action. L’urbain du savoir à Grenoble, Grenoble : UER Aménagement et urbanisation

52 Parmi les étudiant-e-s, trois seulement ont une formation initiale en urbanisme.

53 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Grenoble : Académie de Grenoble, Université des Sciences Sociales, 31 octobre 1969, p. 9

54 Ibid., p. 3

55 Ibid., p. 2

56 Ibid.

57 Ibid.

58 Ibid.

59 Ibid., p. 3

60 Ibid.

61 Département des sciences de la Terre de la faculté des sciences de Grenoble

62 Courrier rédigé le 23 avril 1969 à l’attention du directeur départemental de l’Equipement de l’Isère Edouard Krau et transmise en copie à Bordes, Delbard, Parent, Videcoq (AUAG).

63 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Grenoble : Académie de Grenoble, Université des Sciences Sociales, 31 octobre 1969, p. 11

64 Ibid., p. 4

65 Ibid.

66 Intéressant de constater que les sujets de l’époque ne sont pas si éloignés de ceux des ateliers d’aujourd’hui : la polarité Sud autour de Grand Place, le quartier Flaubert jouxtant la Maison de la Culture (MC2), la vie étudiante sur le campus universitaire, les quais de l’Isère et le quartier Saint Laurent.

67 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Grenoble : Académie de Grenoble, Université des Sciences Sociales, 31 octobre 1969, p. 6

68 A titre d’exemple les 13 et 14 mars 1973, un tel séminaire est organisé ; son thème « Imaginaire et idéologie dans la ville ». Trois intervenants sont conviés, chacun animant une demie journée : Pierre Sansot autour de « l’imaginaire dans la ville », Jean Baudrillard sociologue à Nanterre pour « réel - imaginaire / symbolisme » et Claude Maritan, psychiatre au CHU de Lyon, sur « L’imaginaire chez Lacan ».

69 Entre autres thèmes abordés on retrouve : pouvoir urbain, élaboration des programmes d’équipements, techniques de programmation, modèles, formes nouvelles, …

70 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Grenoble : Académie de Grenoble, Université des Sciences Sociales, 31 octobre 1969, p. 11

71 Ibid.

72 Mission économique régionale, Note au sujet de l’U.E.R. d’urbanisme et d’aménagement, 1968, p. 12

73 Ibid.

74 Ibid.

75 Auteur inconnu, « ENSEIGNEMENT : URBANISME », Notes de l’agence d’urbanisme, rédigées le 26.11.1968, p.1

76 Expression employée par Samuel Martin https://iug.univ-grenoble-alpes.fr/menu-principal/iug/historique/histoire-et-memoires-de-l-iug-43433.kjsp

77 Compte rendu rédigé par Bordes J.-P. (AUAG), Note au sujet de l’U.E.R. d’urbanisme et d’aménagement, 20 mars 1969, p.8

78 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Grenoble : Académie de Grenoble, Université des Sciences Sociales, 31 octobre 1969, p. 11

79 Ibid., p. 8

80 Auteur inconnu, 1969, « Projet de création à Grenoble d’un Institut National Interdisciplinaire d’Enseignement et de Recherche sur l’Urbanisation et l’Aménagement », p. 11

81 La bibliothèque est abordée dès le démarrage, « Chapoutot prépare une liste d’environ 250 livres relevés dans les différentes listes que nous possédons et diffuse cette liste à l’équipe UER pour que chacun souligne ce qui lui semble intéressant (et y ajoute ce qu’il voudrait y voir figurer) ». Parent J-F, « Compte rendu réunion du lundi 13 octobre 1969 », Grenoble, U.E.R Aménagement- Urbanisation, 16 octobre 1969, p. 4

82 Bordes J-P, 1968, « Complément à la note sur le projet de création à Grenoble d’un Institut National pluridisciplinaire d’enseignement et de recherche sur l’Urbanisme et l’Aménagement », Grenoble : AUAG, p. 3

83 UER « Urbanisation - Aménagement », Principes, contenu et méthode de la formation de 3ème cycle, Grenoble : Académie de Grenoble, Université des Sciences Sociales, 31 octobre 1969, p. 8

84 Ibid.

85 Ibid.

86 Ibid.

87 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Chronologie revenant sur les 50 années d’enseignement et de recherche à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4773/img-1.jpg
Fichier image/, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jennifer Buyck, Samuel Martin, Maryvonne Prévot et Fleur Romano, « Genèse des formations en urbanisme en France : Grenoble un “laboratoire urbain” pas comme les autres ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 39-40 | 2018, mis en ligne le 26 septembre 2018, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tem/4773 ; DOI : 10.4000/tem.4773

Haut de page

Auteurs

Maryvonne Prévot

Maîtresse de conférences HDR en Urbanisme
Université de Lille
UFR de Géographie et Aménagement
Laboratoire TVES
prevot.maryvonne@neuf.fr

Articles du même auteur

Jennifer Buyck

Maîtresse de conférences en urbanisme
Université Grenoble Alpes
Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine
UMR PACTE
jennifer.buyck@univ-grenoble-alpes.fr

Samuel Martin

Maître de conférences à la retraite
Université Grenoble Alpes
Institut d’Urbanisme de Grenoble
samuel.martin263@orange.fr

Fleur Romano

Etudiante en master mention recherche
Université Grenoble Alpes
Institut d’Urbanisme de Grenoble
romano.fleur@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page