Navigation – Plan du site

Agrégation du bâti résidentiel et mutation des établissements humains dans les campagnes françaises

Residential Buildings Aggregation and Human Settlements Changes in the French Countryside
Antoine Brès

Résumés

Au moment où le renouveau démographique des campagnes françaises, initié dès avant les années quatre-vingt-dix, est confirmé par les récentes statistiques, il semble indispensable d’analyser finement son impact concret sur ce qui contribue à composer et à organiser les petits établissements humains, qu’ils soient périurbains ou ruraux : les bourgs et les petites villes, les villages et les hameaux. Cette exploration de la « face cachée » de la mutation des campagnes durant ces 50 dernières années s’appuie sur la notion de granularité qui caractérise, dans un territoire donné, la distribution de ses habitants au sein des différentes classes d’établissements humains. Elle s’appuie sur la comparaison de 14 échantillons régionaux représentatifs de diverses structures agraires héritées. Plusieurs constats en émergent : la diversité des granularités régionales qui témoignent de la pérennité du semis de peuplement issu du « substrat rural » ; une redistribution généralisée des populations au sein des différentes classes d’établissements humains, notamment au profit des petites villes et des bourgs. En combinant ainsi approches morphologique et démographique aux niveaux inférieurs de la hiérarchie urbaine, ces travaux incitent à développer une réflexion sur les micro-agencements territoriaux, complémentaire à celle, déjà ancienne, qui porte sur les villes et les métropoles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Pour une approche morphologique de la « renaissance » des campagnes 

1Les derniers recensements de la population française (Insee, 2016) et les résultats des recherches académiques menées récemment convergent vers le constat d’un renouveau démographique des campagnes françaises, avec toutes les nuances qu’il est nécessaire d’apporter à cette tendance générale.

2Dès les années quatre-vingt-dix, B. Kayser (1990) évoquait la « renaissance rurale », tandis que, durant ces dernières décennies, la France a connu une complète inversion des rythmes de la croissance démographique comme l’observent V. Jousseaume et M. Talandier (2016 : 11) : « En 1968, le rythme de la croissance urbaine était corrélé à la hiérarchie urbaine : les populations s’accroissent d’autant plus vite qu’on s’élève dans les niveaux supérieurs de la hiérarchie urbaine. En 2009, la corrélation est pratiquement inverse. » C’est ainsi que les espaces situés hors des villes grandes et moyennes connaissent depuis les années 1990 une mutation profonde, notamment « l’émergence triomphante de la fonction résidentielle » qui, selon Bertrand Hervieu, constitue une « rupture définitive dans l’histoire des campagnes », et, ajoute-t-il, « celle-ci l’emporte sur toutes les autres, physiquement et symboliquement » (2012 : 7).

  • 1 Ainsi, entre 2003 et 2008, sur les 58 millions de Français habitant en métropole, 13 millions ont c (...)

3Nous assistons en fait à un brassage de population sans doute inédit entre villes et campagnes, et qui fonctionne en faveur des campagnes, et notamment des petits établissements humains, les excédents d’arrivées dans le rural concernant « essentiellement des communes hors des petites villes1 ». C’est le constat que fait également l’ADF (2013 : 8) : « À l’échelle nationale, entre 1982 et 1999, la croissance démographique s’est effectuée de manière concentrique autour des villes alors que depuis une dizaine d’années, la répartition de cette croissance s’effectue de manière beaucoup plus diffuse sur le territoire national. » 

Une approche morphologique passée au second plan

4Cependant, depuis l’après-guerre, à la suite de l’exode rural puis de la déprise des campagnes, la dimension morphologique de l’occupation des campagnes françaises par le bâti résidentiel a semblé passer au second plan des préoccupations des chercheurs alors que, simultanément, leur attention se trouvait accaparée par les grandes villes et leurs aires d’extension, qualifiées de suburbaines ou de périurbaines, puis, plus récemment, par les métropoles. Tandis que « la substitution du terme d’espace rural à celui de campagnes, la multiplication des échanges entre sociologues, économistes et géographes ont conduit les chercheurs ruralistes à privilégier une analyse démographique et sociologique des campagnes » (Papy et al., 2012 : 15), les préoccupations portées par l’aménagement des espaces périurbains et ruraux ont pour l’essentiel suscité des investigations à caractère principalement sociologique (les périurbains), socio-économique (l’économie résidentielle ou présentielle) ou politique (le vote de la France rurale ou « périphérique ») ou portant sur les mobilités en réponse aux exigences de la transition écologique.

5À côté de cela, peu de recherches se sont intéressées à l’impact de ces mutations sur ce qui contribue à composer et à organiser concrètement les espaces d’urbanisation dispersée, périurbains et ruraux : les bourgs et les petites villes, les villages et les hameaux. Ces établissements humains, situés à la base de la hiérarchie territoriale, ont été relativement peu investis par la recherche, ou observés depuis la ville, comme le donne à penser le terme périurbain. Les dernières réflexions vraiment approfondies portant sur la dimension morphologique des transformations qui ont impacté les espaces hérités du monde rural ont été menées dans les années soixante-dix par G. Bauer et J.-M. Roux (1976). Ils posaient la question de l’implantation des populations citadines et de l’insertion de leur habitat dans la trame héritée des villages. Leurs réflexions étaient cependant restreintes aux espaces situés en périphérie des villes – le périurbain – et à leur appropriation par des populations qualifiées par les auteurs de « rurbaines ».

Comment s’est traduite concrètement la renaissance des campagnes ?

  • 2 Nous retiendrons à la suite les établissements dont la population est située en deçà du seuil infér (...)

6Explorer cette « face cachée » de la mutation des campagnes introduit un vaste questionnement sur l’occupation concrète des espaces situés hors des villes grandes et moyennes2. Dans quels types d’établissements humains vivent les Français qui ne sont pas citadins ? De manière diachronique, comment s’est traduite au plan morphologique la renaissance démographique des campagnes, et sa déclinaison est-elle identique sur l’ensemble du territoire de la France métropolitaine ? Comment les micro-agencements territoriaux que composent localement ces établissements humains se sont-ils transformés ? Plus généralement, une approche morphologique a-t-elle encore sa raison d’être dans un contexte d’urbain généralisé ?

7Ainsi, « mesurer en toute rigueur l’urbanisation de la société française nécessite d’analyser les campagnes au même titre que les villes » (Blancard et al., 2016 : 2), en portant la même attention à leurs caractéristiques morphologiques, alors que, sur ce plan, « elles se révèlent aussi individuelles, aussi différentes les unes des autres que nos villes historiques » (Sieverts et al., 2011 : 2).

8C’est à ces questions que les investigations présentées ici tentent d’apporter des éléments de réponse. Elles sont développées à la suite en trois parties et une conclusion.

9La première partie précise les principaux éléments de méthode adoptés pour explorer les caractéristiques morphologiques et démographiques des établissements humains situés hors des villes grandes et moyennes. Elle introduit en particulier la notion de granularité comme mode de rapprochement entre ces caractéristiques. Les proximités entre certains questionnements propres à la géographie rurale et l’approche adoptée sont notamment ici pointées. 

10La deuxième partie confirme les constats de la diversité des situations régionales des campagnes déjà effectués à partir d’autres méthodes et outils issus parfois d’autres domaines (économie, sociologie…). Elle en propose cependant une représentation renouvelée par la spécificité de l’approche morphologique adoptée.

11La troisième partie traite des processus de mutation sur ces 50 dernières années (1962-2012) qui affectent les établissements humains à leur échelle propre et à celle de leur distribution au sein des échantillons régionaux. Elle met en lumière la recomposition interne de leur granularité.

12Enfin, on conclut sur l’intérêt d’une recherche morphologique fine qui conteste le caractère générique trop souvent attribué à l’urbain généralisé. Si le constat est fait de la diffusion de l’urbanisation à l’échelle de la presque totalité du territoire métropolitain français, cela ne signifie pas que la déclinaison locale de ce processus est identique partout.

1. Mesurer concrètement l’agrégation humaine

  • 3 Brès, Beaucire et Mariolle (dir.), 2017.

13Les résultats présentés à la suite sont issus pour partie de la recherche ANR intitulée « Figures rurales de l’urbain généralisé » (acronyme Frugal)3. Il s’agissait de mener une analyse détaillée et comparative d’échantillons régionaux d’espaces d’urbanisation dispersée, périurbains ou ruraux, en suivant une démarche « ascendante », de manière à cerner la part d’endogénéité des mutations spatiales et fonctionnelles de ces espaces.

Les établissements humains au fondement de la démarche

14La démarche est fondée sur quelques principes méthodologiques simples qui permettent de rapprocher morphologie du bâti résidentiel et démographie, et de restituer ainsi toute sa pertinence à la notion d’établissement humain dans ses dimensions matérielle et habitante.

15Il s’agit en premier lieu d’appréhender les caractéristiques des établissements humains, puis les processus de leur mutation au sein d’un périmètre suffisamment vaste et représentatif qui permette de saisir concrètement à la fois chacun d’eux et leur distribution locale. L’échelle territoriale retenue permet ainsi à la fois de comprendre les processus d’agrégation du bâti à l’origine de la constitution des établissements humains répartis entre différentes classes, et de saisir les proximités et les distances entre eux. Le principe retenu est de prélever des échantillons de 50 x 50 kilomètres de territoires régionaux situés en dehors des villes de plus de 20 000 habitants, seuil de la ville « moyenne ». Cette approche par « fenêtre » est préférée à celle par « transect » (Duany et Talen, 2002) qui fonctionne généralement sur un gradient urbain-rural, ou un « gradient d’urbanité » (Levy et Lussault, 2013) dont il s’agit justement de se libérer. Elle se révèle par ailleurs cohérente avec le maillage territorial et administratif issu de la Révolution française en portant l’attention sur les territoires situés à l’intérieur des mailles, et donc à cheval sur les limites départementales. La localisation des différentes fenêtres tient au souci d’une part d’explorer une diversité de contextes régionaux et, d’autre part, d’éliminer les territoires littoraux, de montagne ou partie prenante d’un PNR, aux caractéristiques géophysiques trop marquées.

  • 4 Les superficies moyennes des communes sont dans un rapport de 1 à 4 entre, d’un côté la Picardie et (...)

16La seconde spécificité de la démarche est de s’affranchir des limites institutionnelles (communale et départementale) couramment adoptées pour les analyses statistiques et quantitatives, qui sont trop diverses pour fournir un cadre homogène aux observations4. C’est pourquoi l’échelle infracommunale s’est imposée. Elle seule permet en effet de gommer les écarts très importants qui existent entre les superficies des communes, et d’aborder leur occupation au niveau du singleton que représente l’unité bâtie résidentielle.

  • 5 Notamment la méthode de calcul de la « tache urbaine » mise au point par le Certu (2008) à partir d (...)
  • 6 La question du seuil ne fait pas l’objet d’un consensus, que ce soit entre les institutions ou les (...)

17La troisième spécificité de la démarche est de déterminer des entités bâties pertinentes, dénommées à la suite « agrégats », à partir du seul critère de continuité/discontinuité entre bâtiments. Le seuil de 100 mètres retenu ici, construit sur la base d’un tampon de 50 mètres tracé à partir du centroïde de chaque bâtiment, résulte des pratiques recensées et de tests effectués à partir du SIG. Il recoupe les résultats de certaines études portant sur des thématiques voisines5. Ainsi deux hameaux d’une même commune sont pris en compte comme deux agrégats distincts si la distance qui les sépare dépasse le seuil de 100 mètres, tandis que deux villages dont les bâtiments sont situés à une distance inférieure à ce seuil sont considérés comme un seul agrégat6.

  • 7 La population des agrégats est estimée en croisant des données « logements » géolocalisées issues d (...)

18Enfin la dernière spécificité méthodologique tient au croisement de ces données morphologiques portant sur le bâti résidentiel avec les statistiques démographiques qui a permis de déterminer la répartition des populations au sein des différentes classes d’établissements humains7. La classification adoptée dans ce cadre s’inspire de différentes approches issues principalement de la géographie rurale, et qui déclinent par convention les établissements humains en hameau, village, bourg et ville. Ce mode de classification permet de répartir les agrégats au sein des différentes classes d’établissements humains en fonction de leur nombre d’habitants. Les classes retenues sont dans l’ensemble identiques chez les différents auteurs, géographes pour l’essentiel : G. Chabot, M. Sorre, P. Claval, A. Robert en France, ou B. J. L. Berry aux États-Unis d’Amérique (Brès et Delaville, 2017 : 45-47). Les seuils de population adoptés pour différencier les classes d’établissements humains divergent cependant suivant ces auteurs. Les seuils retenus ici sont le résultat d’une synthèse de leurs diverses propositions.

Tableau 1 : Classes d’établissements humains de population inférieure à 20 000 habitants (seuil de la ville moyenne)

Tableau 1 : Classes d’établissements humains de population inférieure à 20 000 habitants (seuil de la ville moyenne)

À l’école de la géographie rurale

  • 8 Étymologiquement, le terme de village désigne un groupement de maisons.

19Par le point de vue qu’elle adopte et les questions qu’elle pose, cette démarche renoue d’une certaine manière avec les approches spécifiques à la géographie du mitan du siècle dernier, davantage préoccupée des espaces ruraux : G. Chabot (1948), M. Sorre (1954), R. Lebeau (1969)… À l’inverse d’une approche « citadine » qui privilégie les notions de continuité physique, de densité, d’extension ou d’étalement de la seule ville, certaines approches « ruralistes » de l’habitat, par la nature même de leurs objets d’étude (la maison paysanne, le hameau ou le village), ont porté sur les processus d’agrégation du bâti8 en prenant pour point de départ la discontinuité d’occupation d’un territoire par les établissements humains et en posant la question ainsi formulée par M. Sorre (1952 : 44) : « À partir de quel moment peut-on dire d’une maison qu’elle est isolée ? » L’observation des configurations bâties contemporaines, héritées encore pour l’essentiel du rural, introduit en effet des questions de distance et de proximité : à partir de quelle distance deux bâtiments sont-ils suffisamment proches pour qu’on puisse considérer qu’il existe une certaine continuité construite entre eux ? Ou, à l’inverse, « à quel moment les espaces vides [entre les bâtiments] deviennent-ils assez importants pour que le village cesse d’exister ? » (ibid. : 45).

20À l’échelle régionale cette fois, ces approches ruralistes se sont en même temps préoccupées de la distribution différenciée des populations entre les différentes classes d’établissements humains au sein d’un territoire donné. Max Sorre suggérait également la mise au point d’« une méthode qui consisterait, pour un pays déterminé, à étudier la fréquence des différents modes de groupements (maisons isolées, hameaux de 3 à 10 maisons, de 10 à 25 maisons, de 25 à 50 et ainsi de suite » (ibid. : 47-48).

La granularité, outil descriptif de l’occupation humaine des espaces d’urbanisation dispersée

21Poursuivre l’objectif de Max Sorre conduit ainsi à circonscrire l’analyse aux établissements humains dans leurs seules dimensions morphologique et démographique. En tentant de répondre à la question : en combien de villages, de bourgs et de petites villes la population d’un territoire est-elle distribuée ?, la notion centrale de granularité a émergé. Elle permet d’articuler l’échelle des établissements humains et celle du territoire où ils sont situés, en mettant notamment en lumière certains déterminants morphologiques des agencements territoriaux qu’ils contribuent à composer localement.

22La granularité, dans la définition que nous lui donnons, caractérise ainsi, dans un territoire donné, la distribution de ses habitants au sein des différentes classes d’établissements humains : ville (plus ou moins « petite »), bourg, village, hameau, habitat isolé.

23Grâce à l’outil SIG qui permet de traiter dans l’espace les quantités faibles et discrètes qui caractérisent les espaces hérités du monde rural et surtout de révéler leur diversité, ce recoupement des données morphologiques et démographiques à l’échelle infracommunale enrichit considérablement le propos, et permet in fine de donner à voir concrètement la distribution de la population au sein des échantillons régionaux. Elle permet de l’imager en la rapportant aux catégories conventionnelles d’établissements humains. Par là même, la granularité représente une variable descriptive et explicative de certaines caractéristiques spatiales et organisationnelles des espaces situés en dehors des villes grandes et moyennes et de leur recomposition, bien que la difficulté de leur représentation reste un obstacle à leur appréhension. Cependant, ce parti pris morphologique présente de nombreuses limites. Cette focalisation sur la dimension spatiale et cet affranchissement des données administratives font que l’on appelle ici village, et plus encore bourgs ou villes, des ensembles bâtis qui peuvent être composés du regroupement de plusieurs entités (hameaux, village, bourg…) en raison de la continuité constatée de leur bâti.

Figure 1 - Granularité de deux échantillons régionaux : en haut, échantillon picard (1 466 agrégats pour 246336 habitants) ; en bas, échantillon limousin (4 198 agrégats pour 70 002 habitants)

Figure 1 - Granularité de deux échantillons régionaux : en haut, échantillon picard (1 466 agrégats pour 246336 habitants) ; en bas, échantillon limousin (4 198 agrégats pour 70 002 habitants)

2. Une représentation renouvelée des diversités régionales

« Inertie du semis urbain »

24Ce sur quoi il faut, encore et toujours, insister est l’extrême diversité des modes d’occupation discrète des territoires par les établissements humains, et de distribution spatiale des populations suivant les régions où elles habitent ; ces modes reflétant encore pour partie les structures agraires héritées. On a pu ainsi constater la persistance depuis 50 ans des singularités régionales, et ceci en dépit, ou grâce comme nous le verrons, à une généralisation spatiale du phénomène d’urbanisation. Comme le remarquaient encore récemment H. Le Bras et E. Todd (2012 : 119), « les différentes vagues d’unification n’ont pas résorbé les différences régionales de modes d’occupation de l’espace ». Ils confirment un quart de siècle après Marcel Roncayolo « l’inertie du semis urbain » (Roncayolo, 1997 : 66) que ce dernier interprétait alors comme la « résistance plus ou moins longue et victorieuse d’une société localisée. »

25Même si la simple observation des paysages en dehors des villes grandes et moyennes rend évidentes leur diversité et leur singularité régionale, elle n’en restitue cependant qu’une vision éclatée (le village ou le bourg pittoresque) ou englobante (le grand paysage), et peine à fournir une vision d’ensemble et systémique de l’occupation d’un territoire par ses habitants. D’autant que le système automobile (Dupuy, 1995) a contribué à l’effacement des distances entre les différents établissements humains, tandis que les aménagements viaires (construction d’infrastructures dédiées, et adaptation des voies existantes) ont bouleversé la lecture du maillage local, et donc les rapports de proximité entre les établissements humains.

  • 9 Par exemple, à surface équivalente, l’échantillon régional est composé de 342 communes en Picardie (...)

26Ces spécificités régionales concernent aussi bien la taille des communes que le nombre d’agrégats qu’elles regroupent ; ce qui rend complètement inopérante toute démarche qui se contenterait de travailler à l’échelon communal9.

  • 10 De superficies quasi identiques (autour de 2 500 km2) suivant le principe méthodologique retenu de (...)

27Si l’on compare le nombre d’agrégats habités qu’incluent les différents échantillons régionaux de surface équivalente10, on constate des écarts très importants d’un échantillon à l’autre. Il est dans un rapport de presque 1 à 10 entre l’échantillon lorrain avec à peine plus de 1 000 agrégats (1 011) et presque 10 000 agrégats en Aquitaine (9 562) pour respectivement 140 000 et 235 000 habitants en 2012. Cependant, le nombre d’agrégats est sans rapport avec la taille de la population. À population à peu près équivalente à celle de l’échantillon lorrain déjà évoqué, le nombre d’agrégats est quatre fois plus important au sein de l’échantillon bourguignon et cinq fois plus au sein du breton.

28Dans le cas d’autres échantillons régionaux de populations plus importantes mais proches en nombre (autour de 240 000 habitants), on décompte 9 562 agrégats en Aquitaine, 2 301 agrégats en Île-de-France et 1 466 en Picardie.

  • 11 Notamment dans le cas du Limousin dont la population a considérablement diminué durant la première (...)

29Une plus grande profondeur historique permettrait sans doute d’argumenter certaines distorsions qui semblent apparaître entre niveau de population et nombre d’agrégats habités dans certaines régions11.

Disparités régionales de la distribution des populations

30L’occupation discrète des territoires que traduit concrètement la granularité apporte de nombreux enseignements sur la répartition des populations au sein des échantillons régionaux.

31En premier lieu, si l’on considère les petites villes des deux classes, on constate que leur présence et leur nombre ne sont pas corrélés à leur niveau de population ou au plus ou moins grand nombre d’agrégats qu’ils englobent.

  • 12 Le seuil de 20 000 habitants est inhérent à la méthodologie adoptée.

32Ainsi, en ce qui concerne la classe des villes les plus importantes de notre classification (i. e. dont la population se situe entre 10 000 et 19 999 habitants12) :

  • cinq échantillons régionaux n’en comprennent aucune, bien qu’ils présentent des niveaux de population du simple au quadruple : qu’il s’agisse, d’un côté, de Poitou-Charentes (plus de 240 000 habitants) ou, de l’autre, du Limousin, quatre fois moins habité ; ou, à un niveau intermédiaire de population (entre 100 000 et 140 000 habitants), du Languedoc-Roussillon, de la Bourgogne et de la Lorraine ;

  • cinq échantillons régionaux comprennent un seul établissement humain de cette classe de ville : Centre (Romorantin), Normandie (Argentan), Bretagne (Chateaubriand), Aquitaine (Langon) ;

  • et les autres échantillons en comprennent deux ou trois : Picardie (Noyon, Chauny, Tergnier), Midi-Pyrénées (Gaillac, Graulhet), Île-de-France (Provins, Coulommiers) et Rhône-Alpes (Tarare, Montbrison).

33Concernant la classe inférieure des petites villes (entre 1 000 et 9 999 habitants), on en dénombre de 3 à 24 suivant les échantillons, par exemple : 3 en Limousin et 5 en Poitou-Charentes, 13 en Picardie et Languedoc-Roussillon, 23 en Île-de-France et 24 en Rhône-Alpes.

34Par ailleurs, les petites villes, les deux classes confondues, regroupent une proportion très variée de population suivant les échantillons. En Île-de-France les 25 petites villes recensées regroupent ainsi presque la moitié de la population (49 %), 43 % en Midi-Pyrénées (17 villes) et en région Centre (11 villes). À l’opposé, les 3 petites villes du Limousin ne regroupent que 7 % de la population ; et les 5 petites villes de Poitou-Charentes, les 7 petites villes de Bretagne et les 10 villes de Bourgogne regroupent entre le quart et le cinquième de la population de ces échantillons.

35Les graphes 1 et 2 sont basés d’un côté sur le nombre d’établissements humains de chaque classe et de l’autre sur la proportion de population qu’ils accueillent. Ils montrent bien les profils contrastés de granularité des différents échantillons régionaux, et la concentration différenciée des populations entre les classes d’établissements humains.

36Ainsi, ce sont les petites villes de Picardie qui regroupent la plus grande part de la population (plus de 35 %), tandis qu’en Poitou-Charentes et en Normandie, ce sont les villages (entre 20 et 30 %) ; et les hameaux en Limousin (plus du quart de la population) ; l’armature urbaine de ces échantillons régionaux étant héritée des structures agraires : l’openfield pour la Picardie, le bocage pour les trois derniers (Lebeau, 2004).

Graphe 1 – Échantillons régionaux et pourcentage d’agrégats par classes d’établissements humains

Graphe 1 – Échantillons régionaux et pourcentage d’agrégats par classes d’établissements humains

Graphe 2 – Échantillons régionaux et pourcentage de population par classes d’établissements humains

Graphe 2 – Échantillons régionaux et pourcentage de population par classes d’établissements humains

Petites villes et bourgs au cœur des hiérarchies urbaines locales

  • 13 Les classes retenues regroupent de deux tiers à quatre cinquièmes de la population des échantillons
  • 14 Les villes les plus grandes de cette classification (de 10 000 à 19 999 habitants) ne sont pas pris (...)

37La diversité de la granularité des échantillons régionaux peut être également mise en évidence en déterminant les différentes classes intermédiaires d’établissements humains (petite ville, bourg, village, hameau) dont la position est centrale dans les configurations territoriales intrarégionales13. L’objectif est de donner à voir le rapport entre ces classes représentatives des niveaux inférieurs de la hiérarchie urbaine14.

  • 15 245 000 habitants en Île-de-France et 246 000 en Picardie.

38Trois illustrations de la prépondérance de certaines classes d’établissements humains peuvent être données à partir des échantillons régionaux de Picardie et d’Île-de-France, de populations équivalentes en nombre15 :

  • en Picardie : 13 petites villes, 91 bourgs et 226 villages regroupent 78 % de la population ;

  • en Île-de-France : 23 petites villes, 71 bourgs et 176 villages regroupent 79 % de la population.

  • 16 Un peu moins de 120 000 habitants en Poitou-Charentes et à peine plus de 70 000 habitants en Limous (...)

39À l’opposé, dans les échantillons régionaux d’urbanisation plus dispersée, la majorité de la population habite dans des établissements humains de classes inférieures –villages, hameaux et habitat isolé – alors que leur population est deux à trois fois moins importante16 :

  • en Poitou-Charentes : 166 villages, 750  hameaux, et plus de 2 000 habitats isolés regroupent 60 % de la population ;

  • en Limousin : 60 villages, 858 hameaux, et plus de 3 200 habitats isolés regroupent 72 % de la population.

Tableau 2 – Classes prépondérantes (en gras) de la granularité en Île-de-France, Limousin et Picardie : en Île-de-France et en Picardie, ce sont les classes des petites villes, des bourgs et des villages qui dominent (respectivement 79 et 78 % de la population y habitent), tandis qu’en Limousin ce sont les classes des hameaux, du diffus et des villages (72 % de la population y habitent).

Tableau 2 – Classes prépondérantes (en gras) de la granularité en Île-de-France, Limousin et Picardie : en Île-de-France et en Picardie, ce sont les classes des petites villes, des bourgs et des villages qui dominent (respectivement 79 et 78 % de la population y habitent), tandis qu’en Limousin ce sont les classes des hameaux, du diffus et des villages (72 % de la population y habitent).

3. Une dynamique commune, mais des processus divers de redistribution territoriale

40L’observation diachronique de l’évolution sur 50 ans (1962-2010) de la granularité des échantillons régionaux confirme le processus d’urbanisation généralisée des campagnes. Et cette généralisation est d’autant plus pertinente à évoquer que l’extension du bâti concerne la presque quasi-totalité des établissements humains, quelle que soit leur classe d’appartenance.

  • 17 Ce dernier connaissant une légère décrue démographique en même temps qu’une extension du bâti pour (...)

41Tous les échantillons régionaux connaissent une recomposition spatiale interne qui associe augmentation de leur population (à l’exception du Limousin17) et extension de leur bâti.

Figure 2 – Évolution de la granularité en Picardie : 1962 (aplat) et 2010 (cercle)

Figure 2 – Évolution de la granularité en Picardie : 1962 (aplat) et 2010 (cercle)

42Parmi les similitudes observées dans les processus qui affectent les différents échantillons régionaux, on constate la concentration de leur population dans les établissements humains de classes intermédiaires, petites villes et bourgs.

43Tous les indicateurs retenus témoignent de ce processus : le nombre d’agrégats par classe d’établissements humains, la part de population, et donc son taux de variation par classe. Cependant, la déclinaison régionale de ce processus de concentration est différenciée en fonction des spécificités locales, ce qui a donné lieu, comme on le verra à la suite, à des recompositions internes de la granularité en termes de classes dominantes d’établissements humains.

Petites villes et bourgs tirent profit de la dynamique démographique

44Si l’on considère la part de la population habitant les trois classes supérieures d’établissements humains, elle augmente dans tous les échantillons régionaux (sauf celle des bourgs en Limousin). La part de la classe des petites villes a doublé en moyenne et elle a quadruplé en Île-de-France.

45Ainsi, dans l’échantillon de Bretagne, la part de la population habitant des établissements humains de plus de 500 habitants (bourgs et petites villes) est passée d’un peu plus d’un quart à presque la moitié, tandis que, inversement, la part de la population habitant villages et hameaux passait d’environ trois quarts à la moitié.

46Autre exemple, en Aquitaine : tandis que la population de l’échantillon augmentait de 38 % en un demi-siècle pour atteindre 235 000 habitants, la part de la population habitant les bourgs et les petites villes passait de 25 % à 44 %, celle des petites villes doublant (de 10 % à 19 %) ; et la part de la population habitant les villages et la seule grande ville se maintenait (respectivement à 18 % et 7 %). C’est la part de la population des hameaux et de l’habitat isolé qui diminuait considérablement (de 49 à 30 %). Dans le même temps, le nombre de petites villes était multiplié par trois (de 5 à 14), et celui des bourgs presque par deux (de 31 à 57).

47L’évolution de la granularité de l’échantillon de la région Rhône-Alpes, dont la population a cru de 58 % durant ce demi-siècle, présente une dynamique similaire : la part de la population habitant les bourgs et les petites villes a augmenté dans des proportions importantes, passant de 34 % à 53 %, celle des petites villes doublant également (de 16 à 31 %). Cependant, dans ce cas, la part de la population habitant les plus grandes villes diminuait légèrement (12 à 9 %), leur nombre restant malgré tout le même (2). Comme en Aquitaine, le nombre de petites villes était multiplié par trois (de 8 à 24) tandis que celui des bourgs faisait plus que doubler (de 33 à 73).

48Ce constat peut être ainsi fait dans l’ensemble des échantillons régionaux : les petites villes, en premier lieu, et les bourgs à la suite ont accueilli la plus grande part de l’augmentation de la population, et cela s’est traduit concrètement par l’augmentation de leur nombre. Dans le même temps, la part de la population vivant dans des hameaux a diminué dans la plupart des échantillons régionaux, à l’exception de trois d’entre eux où elle a augmenté : en Lorraine (+7 %) et en Languedoc-Roussillon (+11 %), et très fortement en Midi-Pyrénées (+57 %) ; tandis que la part de la population des villes et des villages présentait des évolutions différentes suivant les échantillons.

Des transferts multiples et complexes entre classes d’établissements humains

49L’observation des évolutions affectant les différentes classes d’établissements humains, que ce soit en nombre ou en population, reste cependant tout à fait insuffisante pour appréhender correctement les mutations spatiales de ces derniers et, au-delà, les recompositions au sein des échantillons régionaux. Les principes méthodologiques retenus, basés sur la proximité et l’agrégation, et l’observation à l’échelle fine du bâti, ont en effet révélé différents processus de recomposition des agrégats qui expliquent les transferts très importants constatés entre les classes. Ils expliquent notamment pour partie la diminution du nombre d’établissements humains de classes inférieures (hameaux, villages) au profit des classes intermédiaires (bourgs et petites villes) : hameau ou village « absorbé » par l’extension périphérique d’un bourg ou d’une petite ville ; jonction de deux villages donnant naissance à un bourg ; simple changement de classe d’un établissement humain, de bourg à petite ville, par augmentation de sa population induite par des processus d’accrétion ou d’inclusion, etc.

50Ainsi, en Rhône-Alpes, bien que le nombre de bourgs ait été multiplié par plus de deux (33  à 73), la moitié des bourgs recensés en 1960 sont passés dans la classe des petites villes, tandis que 19 d’entre eux restaient dans leur classe d’origine et 54 nouveaux bourgs étaient issus de l’extension et/ou du regroupement de villages et/ou de hameaux. Dans le même temps, le nombre de villages et de hameaux augmentait cependant d’environ 30 %. Parmi les 158 villages d’origine, 84 sont restés dans cette classe, 48 sont passés dans la classe des bourgs, mais, dans le même temps, 144 nouveaux villages étaient issus de hameaux, regroupés ou étendus.

51En Aquitaine, l’évolution est équivalente : un cinquième des bourgs est passé dans la classe supérieure des petites villes, tandis que, dans le même temps, leur nombre augmentait de 80 % et celui des villages de 45 %.

  • 18 L’augmentation moyenne de la population des échantillons régionaux est de 36 %.

52Au sein des échantillons dont l’évolution démographique est négative (Limousin) ou inférieure à 20 % (Normandie, Poitou-Charentes, Picardie, Lorraine)18, les transferts entre les classes sont observés dans les deux sens.

Figure 3 - Transferts d’agrégats entre les classes d’établissements humains en Picardie entre 1962 et 2010 – à gauche : entre toutes les classes ; à droite : au sein de la classe des bourgs (500 à 1 999 habitants).

Figure 3 - Transferts d’agrégats entre les classes d’établissements humains en Picardie entre 1962 et 2010 – à gauche : entre toutes les classes ; à droite : au sein de la classe des bourgs (500 à 1 999 habitants).

53Par exemple, dans le cas de l’échantillon picard, dont la population a augmenté de 17 %, des transferts entre les classes des petites villes, des bourgs et des villages se sont effectivement produits dans les deux sens, alors que le nombre de bourgs augmentait de moitié (61 à 91), que le nombre de petites villes des deux catégories augmentait peu (de 14 à 16), et que celui des villages diminuait de 14 %. Ainsi, 37 nouveaux bourgs étaient issus de l’extension et/ou du regroupement de villages et de hameaux et une petite ville était rétrogradée dans la classe des bourgs, tandis que, à l’inverse, 4 bourgs passaient dans la classe des petites villes, et 3 bourgs rétrogradaient dans la classe des villages.

Une recomposition interne des granularités

54Ces changements observés dans la distribution des populations au sein des échantillons régionaux conduisent à des recompositions internes au sein des classes dominantes de la granularité déjà présentées. Ces changements ne modifient que très rarement leur caractère dominant, c’est-à-dire le fait qu’elles regroupent la plus grande part de la population des échantillons concernés (entre 70 et 80 %).

Tableau 3 – Recomposition de la granularité dominante en Île-de France et Picardie 1962 et 2010 : la part en population des classes dominantes (villages, bourgs et petites villes) augmente, mais les transferts de population se font au profit des classes intermédiaires supérieures : les petites villes en Île-de-France et les bourgs en Picardie. Leur nombre augmente simultanément, tandis que la part de population des hameaux et du diffus diminue de plus de la moitié en Île-de-France et d’environ 40 % en Picardie.

Tableau 3 – Recomposition de la granularité dominante en Île-de France et Picardie 1962 et 2010 : la part en population des classes dominantes (villages, bourgs et petites villes) augmente, mais les transferts de population se font au profit des classes intermédiaires supérieures : les petites villes en Île-de-France et les bourgs en Picardie. Leur nombre augmente simultanément, tandis que la part de population des hameaux et du diffus diminue de plus de la moitié en Île-de-France et d’environ 40 % en Picardie.

55Ainsi, dans le cas de l’échantillon régional picard, où le nombre d’établissements humains, déjà faible, a le plus fortement diminué, et où, comme on vient de le voir, le nombre des petites villes des deux classes a légèrement augmenté, tandis que celui des bourgs était multiplié par plus de 1,5 et celui des villages diminuait un peu (15 %), la configuration dominante de la granularité s’en trouve modifiée : ces trois classes regroupent aujourd’hui à peu de chose près la même proportion de population (78 %) qu’un demi-siècle auparavant (77 %), tout en ayant bénéficié d’une augmentation de 20 % de leur population. Il s’agit donc d’une mutation interne à la granularité dominante due à la montée en puissance, en nombre et en population, de la classe des bourgs.

56Dans le cas de l’échantillon régional de Rhône-Alpes, où le nombre d’établissements humains n’a que légèrement diminué, et où le nombre de petites villes de la classe supérieure se maintenait à 2, tandis que celui des petites villes de la classe inférieure et des bourgs augmentait fortement, ces trois classes regroupent aujourd’hui 70 % de la population (au lieu de 53 % un demi-siècle auparavant), mais avec une inversion de la hiérarchie, les petites villes de la classe inférieure prenant le dessus sur les bourgs et les villages en termes de nombre d’habitants.

57De la même façon, dans le cas de l’échantillon régional d’Île-de-France, où le nombre d’établissements humains a connu une très faible diminution, le nombre de petites villes était multiplié par plus de cinq, tandis que celui des bourgs et des villages augmentait dans de moindres proportions. Ces trois classes regroupent aujourd’hui 79 % de la population, au lieu de 69 % un demi-siècle auparavant, mais avec une forte domination des petites villes en termes de nombre d’habitants, qui se substitue à celle des villages.

58Dans le cas des échantillons régionaux dont la population résidait, et réside encore parfois, en majorité dans des établissements humains de classes inférieures (villages, hameaux et habitat isolé), la diminution constatée de leur nombre a des conséquences différenciées sur la configuration dominante de leur granularité.

59En Poitou-Charentes, la diminution globale du nombre de villages et de hameaux ne modifie pas la configuration dominante de la granularité qui est encore composée aujourd’hui de villages, de hameaux et d’habitats isolés. Cependant, la part de la population concernée par ces classes diminue de 72 % à 60 %.

60En Aquitaine, la configuration dominante de la granularité est modifiée en profondeur. Alors qu’il y a 50 ans une grande majorité de la population (67 %) habitait dans les classes inférieures d’établissements humains (villages, hameaux, habitats isolés), aujourd’hui, ces classes d’établissements humains n’accueillent plus que 48 % de la population. Les classes dominantes pour 61 % de la population sont plutôt les petites villes, les bourgs et des villages (43 % de la population auparavant). Le nombre des petites villes a en effet presque triplé tandis que doublait celui des bourgs.

Conclusion

61Ces quelques constats incitent ainsi à regarder de très près ce qui se joue dans ces espaces d’urbanisation dispersée situés en dehors des villes grandes et moyennes, d’autant qu’ils ont constitué ces dernières décennies le premier front de la croissance démographique. Les différences constatées entre les modes de distribution des établissements humains au sein des échantillons régionaux et, de manière plus originale entre les processus qui ont affecté leur granularité durant ces cinq dernières décennies, montrent bien l’intérêt d’une approche morphologique fine menée à l’échelle infracommunale. Même si l’urbanisation généralisée de nos campagnes est confirmée, cela ne signifie pas pour autant qu’il s’agit d’un processus générique.

Une double dynamique de concentration et de dispersion

62Paradoxalement, cette démarche qui s’appuie sur le caractère discontinu des établissements humains participe à la réhabilitation des approches portant sur les processus d’agrégation du bâti. En introduisant la notion de granularité, elle permet en effet de rapprocher les processus démographique et morphologique portant sur le bâti résidentiel, la dissémination des populations et l’extension de l’urbanisation.

63Elle révèle le double processus qui contribue à la recomposition interne de ces espaces : la dissémination du gain de population de ces dernières décennies dans l’ensemble des classes d’établissements humains, quel que soit l’échantillon régional concerné (à l’exception du Limousin) et, en même temps, la forte concentration dans certaines de leurs classes de cette dynamique démographique, mais qui se différencie suivant les régions. Les observations faites à ces deux échelles ouvrent ainsi la voie à une réflexion à mener sur la redistribution des populations et des établissements humains qui les accueillent, plutôt que sur l’étalement ou le mitage, alors que le développement urbain de ces territoires périurbains et ruraux s’est effectué le plus souvent dans les « zones grises » de la planification territoriale.

64Plutôt que d’opposer ville et campagne, ou figures compactes et dispersées de l’urbain, il paraîtrait pertinent, sur la base de ces résultats, de développer une réflexion sur la distribution des populations entre les différents types d’établissements humains que la granularité contribue à appréhender, en même temps que sur l’évolution du cadre de vie de leurs populations. « L’enjeu de cette redistribution de la population sur le territoire est bien de penser d’une façon nouvelle notre façon d’habiter. Nous avons été des paysans dispersés dans l’espace, puis des ouvriers regroupés dans des villes industrielles, demain nous serons dispersés sur le territoire mais sans être des paysans » (Jousseaume, 2016 : 4).

Bourgs et petites villes reconfigurent le maillage territorial

65Ces constats mettent en lumière le rôle central que jouent dans les reconfigurations territoriales certaines classes d’établissements humains. Ils incitent à développer une réflexion sur ces agencements territoriaux des établissements humains situés aux niveaux inférieurs de la hiérarchie urbaine, complémentaire à celle, déjà ancienne, qui s’est intéressée aux systèmes de villes ou de métropoles. Ils sont par ailleurs susceptibles d’offrir un cadre spatial détaillé et précis aux recherches portant sur la répartition des commerces et des services, et donc sur les mobilités qu’induit leur accessibilité, mais en prenant en compte la diversité des situations territoriales. En effet, « réorganiser la maille des bourgs et petites villes ne veut pas dire qu’il faut définir un niveau d’accès au service à partir d’un seuil de population qui serait de 1 000 ou 1 500 habitants : il faut partir des contextes territoriaux d’occupation de l’espace qui ne sont pas les mêmes en Bretagne, dans le Massif central, dans les plaines du Sud-Ouest ou du Nord-Est. Il faut regarder cette organisation au niveau régional ou départemental car l’enjeu n’est pas uniquement micro-local. […] Il y a des enjeux d’agrégation, de compacité à prendre en compte [c’est moi qui souligne] » (ADF, 2013 : 46-48).

Une classification et des représentations à renouveler

66Cependant, même si les notions de hameau, village ou bourg, et même de petite ville, restent encore très évocatrices d’une certaine échelle et de fonctions précises, notamment de marché pour ces deux dernières classes, un travail d’actualisation de cette classification reste à faire si l’on veut tenir compte de l’extraordinaire mutation que les niveaux inférieurs de la hiérarchie urbaine viennent de connaître, socialement et morphologiquement, et dans les fonctions qu’ils accueillent. L’analyse de leur dynamique démographique reste en effet à conforter par la mobilisation des travaux récents des géographes et économistes qui portent par exemple sur les niveaux de services des pôles ruraux (Jousseaume et Talandier, 2016) ou sur les « petites centralités » (CGET, 2019), et qui contribuent à la formulation d’un « nouveau récit territorial » qu’O. Bouba-Olga appelle de ses vœux (2019).

Haut de page

Bibliographie

ADF/ Assemblée des départements de France, 2013, « Nouvelles ruralités. Le grand pari des campagnes », rapport de mission, 76 p.

Bauer G., Roux J.-M., 1976, La rurbanisation ou la ville éparpillée, Paris, Seuil, 192 p.

Bouba-Olga O., 2019, Pour un nouveau récit territorial, Les conférences POPSU.

Brès A., Delaville D., 2016, « La dynamique de peuplement et d’occupation des sols n’est pas réductible à l’étalement urbain », La revue foncière, n° 12, pp. 13-16.

Brès A., Beaucire F., Mariolle B., 2017, Territoire frugal, Les campagnes françaises à l’heure des métropoles, Genève, MétisPresses, 248 p.

CERTU, 2008, « Détermination d’un MOS et calcul d’une tache urbaine à partir de la BD TOPO de l’IGN », étude expérimentale, DGHUC, 67 p.

Chabot G., 1948, Les villes : aperçu de géographie humaine, Paris, Armand Colin, 224 p.

CGET, 2019, « Les petites centralités – Entre desserrement urbain et dynamiques macro-régionales », En détail-Synthèse.

Détang-Dessendre C., Piguet V., 2016, « La population des villes et des campagnes : des mobilités qui comblent les disparités historiques » in Blancard S., Détang-Dessendre C., Renahy N., coord., Campagnes contemporaines, Enjeux économiques et sociaux des espaces ruraux français, Versailles, Quae, 168 p.

Duany A., Talen E., 2002, « Transect Planning », Journal of the American Planning Association, vol. 68, n° 3, pp. 245-266.

Dupuy G., 1995, Les territoires de l’automobile, Paris, Persée, 216 p.

Hervieu B., 2012, « Préface », in Papy F., Mathieu N., Ferault C., Flamant J.-C., Nouveaux rapports à la nature dans les campagnes, Versailles, Quae, 192 p.

Jousseaume V., 2016, « Suffit-il de densifier ? Trois réflexions sur les enjeux d’un urbanisme rural contemporain », actes du colloque La Renaissance rurale, d’un siècle à l’autre, Toulouse, LISST Dynamiques rurales / CNFG, 15 p.

Jousseaume V., Talandier M., 2016, « Bourgs-centres et petites villes en France – Méthode pour une base harmonisée de l’armature urbaine française », Territoire en mouvement – Revue de géographie et aménagement [en ligne], n° 32, 21 p.

Kayser B., 1990, La renaissance rurale, Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Armand Colin, 316 p.

Lebeau R., 2004, Les grands types de structure agraire dans le monde, Paris, Masson, 184 p.

Le Bras H., Todd E., 2013, Le mystère français, 2013, Paris, Seuil, 308 p.

Levy J., Lussault M., 2003, Dictionnaire de la géographie, Paris, Belin, 1 128 p.

Papy F., Mathieu N., Ferault C., Flamant J.-C., 2012, Nouveaux rapports à la nature dans les campagnes, Versailles, Quae, 192 p.

Roncayolo M., 1997, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 288 p.

Sieverts T., Bonzani S., Fuessery S., 2011, « Entre villes et campagnes, l’avenir de nos métropoles », Métropolitiques.

Sorre M., 1952, Les fondements de la géographie humaine, tome III L’habitat rural, Paris, Armand Colin, 499 p.

Haut de page

Notes

1 Ainsi, entre 2003 et 2008, sur les 58 millions de Français habitant en métropole, 13 millions ont changé de lieu de résidence et 45 % ont changé de type d’espace ; et ce sont les espaces ruraux qui ont vu leur population s’accroître de 200 000 habitants, avec 1,2 million d’arrivées pour 1 million de départs (Détang-Dessendre et Piguet, 2016, p. 17).

2 Nous retiendrons à la suite les établissements dont la population est située en deçà du seuil inférieur des villes dites « moyennes », soit 20 000 habitants.

3 Brès, Beaucire et Mariolle (dir.), 2017.

4 Les superficies moyennes des communes sont dans un rapport de 1 à 4 entre, d’un côté la Picardie et la Lorraine (autour de 8 hectares) et, de l’autre, la Bretagne ou le Loir-et-Cher (autour de 35 hectares).

5 Notamment la méthode de calcul de la « tache urbaine » mise au point par le Certu (2008) à partir d’un tampon de 50 mètres de rayon, soit 100 mètres de diamètre considérée « comme un bon compromis pour un suivi de l’artificialisation des sols tant sur les espaces ruraux que périurbains et urbains ».

6 La question du seuil ne fait pas l’objet d’un consensus, que ce soit entre les institutions ou les administrations françaises, ou même européennes et internationales. Les critères de distance à prendre en compte dans la définition d’une agglomération bâtie restent encore très divers : en France l’Insee retient une distance 200 mètres pour une population de 2 000 habitants ou plus, à l’instar du code de la route qui retient également 200 mètres ; en Belgique, l’INS retient pour sa part une distance 50 à 100 mètres selon les régions ; au Royaume-Uni l’Office of Population Censuses and Surveys a fixé le seuil à 50 mètres.

7 La population des agrégats est estimée en croisant des données « logements » géolocalisées issues des fichiers fonciers (Cerema/DGFIP) et des données statistiques de population à la commune du recensement de l’Insee. Pour les données se rapportant à l’année 1962, avant de recouper les données Bdtopo avec le RGP 1962, le croisement de la Bdtopo et des données majic sur le parcellaire bâti avant 62 a été effectué.

Deux biais sont cependant susceptibles d’affecter le traitement des données à l’échelle communale : d’une part, la part de vacance du bâti et des résidences secondaires est proportionnelle sur chacun des agrégats, et, d’autre part, la taille des ménages est égale au sein de chaque logement.

8 Étymologiquement, le terme de village désigne un groupement de maisons.

9 Par exemple, à surface équivalente, l’échantillon régional est composé de 342 communes en Picardie et de 73 communes en Bretagne avec une superficie communale moyenne respectivement de 8 km2 et 35 km2 ; tandis qu’une commune regroupe en moyenne 7 agrégats en Picardie et 99 agrégats en Bretagne. Ramené au rapport plus objectif du nombre d’agrégats par km2, l’échantillon picard présente une densité de 1 agrégat au km2, alors qu’en Bretagne, elle est de 2,7 agrégats au km2.

10 De superficies quasi identiques (autour de 2 500 km2) suivant le principe méthodologique retenu de la fenêtre de 50x50 kilomètres.

11 Notamment dans le cas du Limousin dont la population a considérablement diminué durant la première moitié du siècle précédent : de 970 000 habitants en 1900 à 740 000 en 1950.

12 Le seuil de 20 000 habitants est inhérent à la méthodologie adoptée.

13 Les classes retenues regroupent de deux tiers à quatre cinquièmes de la population des échantillons.

14 Les villes les plus grandes de cette classification (de 10 000 à 19 999 habitants) ne sont pas prises en compte. Leur faible nombre (de 0 à 3 comme on vient de le voir) et l’attractivité des villes plus importantes (20 000 habitants et plus) situées en périphérie des échantillons régionaux rendraient cette hypothèse peu pertinente à ce niveau de la hiérarchie urbaine.

15 245 000 habitants en Île-de-France et 246 000 en Picardie.

16 Un peu moins de 120 000 habitants en Poitou-Charentes et à peine plus de 70 000 habitants en Limousin.

17 Ce dernier connaissant une légère décrue démographique en même temps qu’une extension du bâti pour des raisons évidentes de desserrement résidentiel.

18 L’augmentation moyenne de la population des échantillons régionaux est de 36 %.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Classes d’établissements humains de population inférieure à 20 000 habitants (seuil de la ville moyenne)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5443/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 1 - Granularité de deux échantillons régionaux : en haut, échantillon picard (1 466 agrégats pour 246336 habitants) ; en bas, échantillon limousin (4 198 agrégats pour 70 002 habitants)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5443/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Graphe 1 – Échantillons régionaux et pourcentage d’agrégats par classes d’établissements humains
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5443/img-3.png
Fichier image/png, 61k
Titre Graphe 2 – Échantillons régionaux et pourcentage de population par classes d’établissements humains
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5443/img-4.png
Fichier image/png, 58k
Titre Tableau 2 – Classes prépondérantes (en gras) de la granularité en Île-de-France, Limousin et Picardie : en Île-de-France et en Picardie, ce sont les classes des petites villes, des bourgs et des villages qui dominent (respectivement 79 et 78 % de la population y habitent), tandis qu’en Limousin ce sont les classes des hameaux, du diffus et des villages (72 % de la population y habitent).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5443/img-5.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 2 – Évolution de la granularité en Picardie : 1962 (aplat) et 2010 (cercle)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5443/img-6.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 3 - Transferts d’agrégats entre les classes d’établissements humains en Picardie entre 1962 et 2010 – à gauche : entre toutes les classes ; à droite : au sein de la classe des bourgs (500 à 1 999 habitants).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5443/img-7.png
Fichier image/png, 230k
Titre Tableau 3 – Recomposition de la granularité dominante en Île-de France et Picardie 1962 et 2010 : la part en population des classes dominantes (villages, bourgs et petites villes) augmente, mais les transferts de population se font au profit des classes intermédiaires supérieures : les petites villes en Île-de-France et les bourgs en Picardie. Leur nombre augmente simultanément, tandis que la part de population des hameaux et du diffus diminue de plus de la moitié en Île-de-France et d’environ 40 % en Picardie.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5443/img-8.png
Fichier image/png, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Brès, « Agrégation du bâti résidentiel et mutation des établissements humains dans les campagnes françaises », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], Articles, mis en ligne le 06 novembre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tem/5443

Haut de page

Auteur

Antoine Brès

Architecte-urbaniste
Docteur/HDR en urbanisme et aménagement Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Chercheur associé UMR Géographie-Cités, équipe CRIA
15, rue de Chabrol
75010 Paris
a.bres@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page