Navigation – Plan du site

Bioévaluation du paysage végétal du massif du Haut-Vénacais (Haute-Corse)

Bioevaluation of the vegetation landscape of the Haut-Vénacais massif (Haute-Corse)
Pauline Delbosc, Marion Tanné, Christophe Panaïotis et Frédéric Bioret

Résumés

Situé au centre de la Corse, le massif du Haut-Vénacais constitue l’un des secteurs montagneux les plus diversifiés d’un point de vue phytocoenotique. Ce massif a été choisi dans le cadre d’une évaluation écologique et d’état de conservation. L’Indice de distance potentielle (IDP) développé par Penas et al. (2005) est un indice objectif permettant de quantifier la distance entre le paysage végétal actuel et la potentialité végétale au sein d’un territoire. Cet article présente les résultats de l’application de cet indice sur le massif du Haut-Vénacais (Haute-Corse) pour évaluer les menaces naturelles et/ou anthropiques auxquelles il peut être soumis ainsi que son état de conservation global. Les résultats montrent que le paysage végétal du massif du Haut-Vénacais est marqué par les activités agropastorales : une tendance décroissante se dessine depuis les piémonts jusqu’aux parties sommitales du massif. Les résultats numériques et cartographiques de l’IDP illustrent l’état de conservation du Haut-Vénacais et permettent de hiérarchiser les politiques de gestion en matière de valorisation ou de protection du massif.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier l’ensemble de l’équipe scientifique du Conservatoire botanique de Corse, et plus particulièrement Laetitia Hugot, Alain Delage, Kévin O’Deye-Guizien, Julie Reymann, Paula Spinosi et Caroline Favier-Vittori. Merci à Jacques Gamisans (†) et Christian Gauberville pour la mise à disposition de données et pour leur aide précieuse lors de l’interprétation écologique des végétations.

1. Introduction

1Les changements paysagers et biologiques des territoires constituent une étape fondamentale pour les études d’aménagement des espaces dans l’objectif de définir les impacts environnementaux et préconiser des mesures de gestion durables (Loidi, 1994 ; Blasi et al., 2008 ; Biondi, 2012). L’apport de connaissances sur la structure et la dynamique des paysages constitue une base pour la compréhension de l’organisation et du fonctionnement des territoires ainsi qu’une aide à la décision pour les projets et documents d’aménagement (plan de gestion, création de réserves, trame verte et bleue, plan local d’urbanisme, Schéma de cohérence territoriale…). Le paysage végétal intègre divers éléments de la végétation naturelle, semi-naturelle et anthropique : il est la résultante d’interactions spatio-temporelles naturelles et anthropiques s’exprimant à différents niveaux d’organisation (Burel et Baudry, 1999). Le tapis végétal est considéré comme un indicateur intégrant les conditions mésologiques dans la mesure où il est adapté aux conditions environnementales liées à la résultante des facteurs abiotiques et des facteurs biotiques (Bouzillé, 2007 ; Cadiñanos Aguirre et al., 2011 ; Pedrotti, 2013). Pour cette raison, la connaissance de la flore et de la végétation d’un territoire est fondamentale pour étudier et évaluer son statut de conservation.

2L’évaluation de l’état de conservation des habitats naturels et semi-naturels répond à l’une des obligations de la directive européenne Habitats Faune Flore. Ce travail s’inscrit dans le développement d’outils d’aide à l’aménagement du territoire qui permettent de répondre aux politiques nationales de protection de la nature et aux obligations européennes (évaluation de l’état de conservation des habitats d’intérêt communautaire, stratégie de création d’aires protégées…). La recherche sur la surveillance et l’évaluation de l’état de conservation des habitats est plus que nécessaire pour améliorer les protocoles de surveillance et clarifier la définition de certains critères de conservation. Plusieurs publications ont exposé les problèmes de définition des concepts de la directive Habitats (Angelini et al., 2018 ; Ellwanger et al., 2018 ; Gigante et al., 2018) et de l’évaluation de certains des quatre critères – « Distribution », « Surface », « Structure et fonctions », « Évolution prospective » – (Pinna et al., 2015 ; Tsiripidis et al., 2018).

3Penas et al. (2005) ont développé un Indice de distance potentielle (IDP) qui statue sur l’état de conservation du paysage végétal au sein d’un territoire et répond en partie aux critères « Structure et fonctions » et « Évolution prospective » de la directive Habitats. La structure étant définie par la composition physique et par la physionomie liée aux communautés végétales qui composent l’habitat ; la fonction étant définie par les processus écologiques et dynamiques qui se produisent en interne (Gigante et al., 2016). L’IDP permet de classer le niveau de maturité ou de dégradation en fonction de la position de chaque communauté végétale dans la succession végétale, et indirectement en fonction de l’influence anthropique. La valeur finale de l’IDP permet de comparer l’impact anthropique au sein d’un territoire, dans un objectif de priorisation et de planification de gestion. Cet indice a été testé à des échelles locales (Perrin, 2014) et à des échelles de territoire ou de bassin versant (Batista et al., 2012).

4L’objectif de cet article est de présenter l’application de la méthode de l’indice de distance potentielle à des fins de gestion conservatoire des végétations naturelles et semi-naturelles du massif montagneux du Haut-Vénacais (Haute-Corse). Il s’agit en parallèle de discuter des résultats dans un contexte d’évaluation des menaces naturelles et anthropiques auxquelles peut être soumis ce territoire, et plus largement d’évaluation de l’état de conservation.

2. Le massif du Haut-Vénacais

5Situé au centre de la Corse, le massif du Haut-Vénacais s’étend sur près de 8 000 hectares et comprend l’un des secteurs montagneux les plus puissants de l’île. Il unit le Monte Rotondo (2 625 m) à la Punta Lattiniccia et au Monte Cardo (2 450 m). Cette crête, culminant à 2 622 mètres, sépare les versants nord et sud et se traduit par une dichotomie des végétations des ubacs et des adrets. Le Haut-Vénacais s’étale sur cinq communes : Corte, Casanova, Santo-Pietro-di-Venaco, Venaco et Vivario.

6Le Haut-Vénacais fait partie intégrante de la « Corse hercynienne » (Gauthier, 1983). Ce massif est constitué essentiellement de roches granitiques (Durand-Delga, 1978) et comprend quelques rares lambeaux de roches sédimentaires. Il se caractérise par la présence d’un maillage de cours d’eau relativement important. De nombreux torrents de montagne prennent leur source le long de la crête reliant le Monte Rotondo à la Punta Lattiniccia, et dévalent les pentes au sein de talwegs. Le ruisseau principal, le Verghellu, se trouve au sud de la zone d’étude, il est formé par la réunion de plusieurs affluents torrentueux (Quarceto, Petra Rotta, Paratella…).

7Les sols rencontrés dans le Haut-Vénacais se sont développés sur un matériel parental cristallin. Ce sont des sols peu différenciés de type lithosols ou rankosols. La nature du substratum est fine, avec une tendance limono-sableuse. La proportion d’argile est relativement faible, souvent inférieure à 10 %, et généralement les limons fins ne sont guère plus importants. Ce type de sol est particulièrement filtrant et possède une rétention en eau relativement faible (Roche et Roux, 1976 ; Demartini et Favreau, 2011).

8Les amplitudes thermiques et altitudinales permettent de distinguer trois types de climats (Gamisans, 1991) :

  • un climat méditerranéen dont la température moyenne annuelle varie de 6 à 15 °C, des pluies abondantes, mais irrégulières (400 à 800 mm) et une longue saison sèche en été ;

  • un climat méditerranéen d’altitude (600 à 1 200 m), avec des températures moyennes annuelles comprises entre 10 et 13 °C, avec des précipitations comprises entre 800 et 1 500 mm et une saison sèche estivale moins longue ; le brouillard et la neige jouent un rôle déterminant dans la répartition de la végétation ;

  • un climat à tonalité alpine (au-dessus de 1 200 m), à hiver rigoureux, à contrastes saisonniers et quotidiens de températures, et à précipitations (en particulier neige) très abondantes.

9Le massif du Haut-Vénacais se compose de six étages de végétation qui vont du mésoméditerranéen jusqu’à l’étage alpin représenté uniquement le long de la ligne de crête reliant le Monte Cardo au Monte Rotondo, à partir de 2 100 mètres d’altitude (Fig. 1).

10Le Vénacais, entre « a piaghja è a muntagna » – plaine et montagne –, a toujours en son centre des parcours traditionnels de la transhumance qui amenaient les troupeaux aux estives et les ramenaient, à l’automne, vers la plaine orientale d’Aléria. Sur cette terre de tradition pastorale, aux alentours des villages, se trouvent bergeries et pagliaghji, en pierre sèche, casgile où s’affinait le fromage, aires de battage (aghje), autant de témoignages d’un passé agropastoral omniprésent. Aujourd’hui encore, ce territoire reste une terre de prédilection pour les bergers qui ont modernisé leurs installations. Il en résulte un paysage fortement marqué par le pastoralisme avec quelques particularités liées très certainement à cette histoire (Amandier et al., 1984). Les multiples aménagements (terrasses, murettes, ouvrages d’irrigation…) qui façonnent encore actuellement le paysage sont les traces immédiatement perceptibles de l’ancienne activité humaine (Ravis-Giordani, 1983 ; Luccioni et Giannesini, 2009).

11Le Haut-Vénacais possède un patrimoine naturel caractérisé par une grande richesse floristique et faunistique (Artemisia Environnement, 2010). Cette région fait partie intégrante du Parc naturel régional de Corse. La présence d’un site classé (vallée de la Restonica), de deux Zones d’importance pour la conservation des oiseaux (ZICO), ainsi que cinq Zones naturelles d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF) confirment l’intérêt patrimonial de cette microrégion. Cette richesse dépasse le cadre régional ou national, comme en témoigne le classement d’une partie du site au titre de la directive Habitats Faune Flore (DHFF) (Zone de protection spéciale – FR9410107 Asco, Tartagine, Popolasca).

12Les données sur la végétation reposent pour l’essentiel sur le travail notable réalisé par Gamisans et al., en 1981, sur les végétations et les séries de végétation. Ces travaux ont été repris dans de nombreuses publications (Gamisans, 1991, 2010). Plus récemment, Tanné (2014) a révisé et amendé la typologie des végétations de ce secteur. Lors de ce travail, la cartographie des végétations été mise à jour et a été transposée en cartographie des séries et des géoséries de végétation.

Figure 1: caractéristiques écologiques et physiques du massif du Haut-Vénacais. (d'après Delbosc 2015).

Figure 1: caractéristiques écologiques et physiques du massif du Haut-Vénacais. (d'après Delbosc 2015).

*Les types ombrothermiques sont définis selon la typologie bioclimatique établie par par Rivas-Martinez (https://www.globalbioclimatics.org/​form/​maps.htm)

3. Méthodologie

3.1. Phytosociologie paysagère (ou phytosociologie dynamico-caténale)

13Le principe de l’Indice de distance potentielle (IDP) est fondé sur la méthode phytosociologique paysagère (ou dynamico-caténale). Elle correspond à l’analyse du paysage végétal au travers des communautés végétales (ou associations végétales) matures, de substitution, pionnières et anthropiques, susceptibles de s’exprimer au sein d’une tessela. Cette dernière constitue un territoire homogène d’un point de vue litho-géomorphologique et bioclimatique (Blasi et al., 2018). Ces différents stades dynamiques caractérisent « la série de végétation » (sigmetum, Fig. 2). Au-delà des trajectoires dynamiques, la phytosociologie paysagère repose sur le concept de végétation potentielle naturelle (Chytrý, 1998 ; Carrión et Fernández, 2009 ; Loidi et Fernández-González, 2012), cette dernière se rapportant à la phase finale d’une succession écologique progressive qui indique la phase la plus stable de l’environnement selon les conditions mésologiques (Géhu et Rivas-Martínez, 1981). Cette phase finale est également appelée « tête de série » (Biondi, 2011).

14L’IDP considère que l’état de conservation d’un territoire est optimal lorsque le territoire est occupé par la tête de série. La complémentarité des données cartographiques de la végétation actuelle et des séries de végétation permet de connaître la distance de chaque végétation par rapport à la tête de série et, ainsi, d’évaluer son état de conservation indépendamment des autres territoires.

Figure 2. Concept de série de végétation : exemple de la série du chêne vert (D’après Rivas-Martínez, 2007) composée de différents stades dynamiques : (1) – Pelouses ; (2) – Fruticées ; (3) – Maquis ; (4) – Forêt.

Figure 2. Concept de série de végétation : exemple de la série du chêne vert (D’après Rivas-Martínez, 2007) composée de différents stades dynamiques : (1) – Pelouses ; (2) – Fruticées ; (3) – Maquis ; (4) – Forêt.

15Les conditions écologiques parfois contraignantes (halophilie, cryoturbation, substrat superficiel…) impliquent un blocage dans la dynamique des végétations. Deux types de séries peuvent être distingués (Rivas-Martínez, 2007) :

  • les permaséries, constituées de groupements permanents, stables, vivaces, monostratifiés, sont généralement situées au sein de zones subissant de fortes contraintes écologiques comme les crêtes de haute montagne ;

  • les minoriséries sont des séries tronquées à deux ou trois stades dynamiques n’atteignant pas le stade forestier.

3.2. Cartographie des végétations et des séries de végétation

16La méthodologie cartographique des végétations adoptée s’est appuyée sur la méthodologie nationale « Cartographie des habitats naturels et des espèces végétales appliquée aux sites terrestres du réseau Natura 2000 » (Clair et al., 2005) élaborée par le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et la Fédération des conservatoires botaniques nationaux (FCBN). Les unités cartographiées correspondent aux associations végétales inventoriées sur le massif (Tanné, 2014).

17Dans le cadre du programme CarHAB (Cartographie des HABitats) appliqué en Corse, Tanné (2014) a effectué :

  • une cartographie de la végétation présentant 50 postes typologiques correspondant à 47 communautés végétales et trois unités non végétalisées : les zones urbanisées, les éboulis/rochers et les lacs ;

  • une cartographie des séries végétation réalisée selon une approche déductive (Biondi et al., 2011), à partir des croisements (sous SIG) de la carte des végétations et des cartes des facteurs écologiques (géologie, pédologie, insolation et géomorphologie). Cette carte comprend 17 séries de végétation (Tab. 1). De même que pour la carte de la végétation, les zones urbanisées, les éboulis et rochers, ainsi que les lacs ont été représentés.

18Ces travaux cartographiques étant déjà présentés au sein d’un atlas cartographique de Delbosc (2015), ils ne seront pas exposés dans cet article.

Tableau 1. Typologie des séries de végétation du massif du Haut-Vénacais.

Tableau 1. Typologie des séries de végétation du massif du Haut-Vénacais.

3.3. Méthode de l’Indice de distance potentielle (IDP)

3.3.1. Principe de l’IDP

19La méthodologie de l’IDP prévoit deux unités complémentaires pour considérer les stades perturbés et anthropisés : communautés nitrophiles de la dynamique régressive et zones urbanisées (villages, hameaux).

20À partir de la carte de végétation établie par Tanné (2014), chaque polygone correspondant à une association végétale, a été renseigné par les trois informations suivantes :

  • les communautés végétales observées et leurs superficies ;

  • l’inclusion de chaque communauté végétale dans une série de végétation ;

  • l’indice de naturalité (NI) calculé par communauté végétale.

21Ces données ont été utilisées pour calculer la distance de chaque stade dynamique par rapport à la tête de série, grâce à l’équation suivante :

IDP : Indice de distance potentielle, i = i-th communauté végétale, Ωi = Surface de l’aire de i-th communauté végétale, Ω TOTAL = Surface totale occupée par l’ensemble des communautés végétales, DIi = Valeur de la distance potentielle de i-th communauté végétale :

Pi = Position de i-th communauté végétale dans sa série de végétation en relation avec la tête de série, NIi = Indice de naturalité des communautés végétales, n = Nombre de stades dynamiques dans la série de végétation résultant du processus de succession végétale.

22La valeur de Pi diffère selon la position des communautés végétales dans la succession végétale : Pi = 1 pour les stades matures ; Pi = 2 pour la première étape de série, et ainsi de suite jusqu’aux stades dynamiques les plus dégradés de chaque série. Peñas et al. (2005) soulignent que le nombre de stades dynamiques dans une série varie en fonction du type de végétation, du bioclimat et des caractéristiques biogéographiques. Les superficies occupées par les végétations anthropiques doivent être prises en compte, car elles contribuent à l’évaluation de l’état de conservation.

3.3.2. Échelle et indice de naturalité

23Selon Peñas et al. (2005), l’indice de naturalité (NI) d’une communauté végétale est considéré par rapport à sa distance avec la tête de série et à son degré d’influence anthropique ou la variabilité de la trajectoire dynamique :

  • NI = 1 : communautés végétales soumises à une forte influence humaine (distance au stade optimal : > 50 %). Il s’agit pour l’essentiel des végétations anthropiques (cultures, hameaux, villages…) où la pression est importante.

  • NI = 2 : communautés végétales soumises à une faible pression humaine (distance au stade optimal : 30-50 %). Il peut s’agir de végétations forestières clairsemées par des coupes, avec modification du cortège floristique.

  • NI = 3 : communautés végétales ne subissant pas ou peu d’influence anthropique (distance au stade optimal : < 30 %). Il s’agit de forêts avec une composition floristique et structurelle non modifiée.

3.3.3. Application typologique de l’IDP

24Les valeurs de l’IDP calculées pour chaque unité sériale sont présentées dans le tableau 2.

Tableau 2. Classement typologique des valeurs de l’IDP (d’après Penas et al., 2005).

Tableau 2. Classement typologique des valeurs de l’IDP (d’après Penas et al., 2005).

3.3.4. Application cartographique

25Selon les résultats d’état de conservation des séries de végétation, un travail a été effectué sous SIG pour attribuer à chacune d’elles un état de conservation. Le code sémiologique correspond à un dégradé de vert, le vert foncé à un état de conservation considéré comme « très bon », et le vert clair est considéré comme un état de conservation « modéré ».

4. Résultats

26Seize végétations potentielles naturelles ont été identifiées sur le massif du Haut-Vénacais. La série montagnarde à Pin laricio et Luzule du piémont (Galio rotundifolii-Pino laricii sigmetum variante à Luzula pedemontana) couvre la majorité du massif avec une présence de 28 % (2 195 ha). Ce territoire est également dominé par deux autres principales séries : la série subalpine à sorbier des oiseleurs et érable à feuilles de platane (Sorbo aucupariae-Aceri pseudoplatani sigmetum) représentant 15 % du territoire (1 162 ha) et la minorisérie cryo-oroméditerranéenne à paronychie à feuilles de renouée et herbe des mouflons (Paronychio polygonifoliae-Armerio multicepitis minorisigmetum) occupant 11,5 % (895 ha). Les autres unités de végétations observées sont essentiellement des unités paysagères rupicoles ou ripicoles : leur faible pourcentage surfacique s’explique par leur représentation linéaire ou ponctuelle dans le paysage végétal.

27Nous présentons dans cet article l’analyse de sept séries de végétation qui comprennent plus de deux stades dynamiques et qui sont caractéristiques du paysage végétal du massif du Haut-Vénacais. Les résultats sont présentés sous forme de figures (3 à 10) où les stades dynamiques sont représentés en abscisse (valeur qualitative). En ordonnée, la superficie de chaque stade est représentée en pourcentage (valeur quantitative).

4.1. IDP des stades dynamiques des séries de végétation

28La série mésoméditerranéenne à gaillet scabre et chêne vert (Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Lathyrus venetus) comporte huit stades dynamiques (la tête de série, deux communautés anthropiques (végétales et zones ubanisées) (Fig. 3). Le nombre de stades dynamiques s’explique par sa proximité avec le village de Venaco et les pratiques agricoles (terrasses, pâturages, incendies) qui s’exercent sur ce secteur. Le pourcentage surfacique élevé de la forêt (25 % – Galio scabri-Quercetum illicis lathyretosum veneti) et des pinèdes à pin maritime (43 % – Pulicario odoratae-Arbutetum unedonis pinetosum hamiltonii) montre une recolonisation forestière importante liée à l’abandon des pratiques agropastorales depuis plusieurs décennies (les années 1980-1990, même avant). L’abandon pastoral est plus récent que l’abandon agricole (sur terrasses) et l’abandon céréalier de subsistance a laissé la place au pastoralisme de plus en plus extensif. Aujourd’hui, la déprise pastorale engendre une forte reconquête forestière naturelle.

Figure 3. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Lathyrus venetus.

Figure 3. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Lathyrus venetus.

29La série supraméditerranéenne à pin laricio et bruyère arborescente (Fig. 4) se caractérise par cinq stades dynamiques et est physionomiquement marquée par le maquis à ronce et bruyère arborescente (52 % – Rubo ulmiifolii-Ericetum arboreae). La tête de série (Galio rotundifolii-Pinetum laricii ericetosum arboreae) n’occupe que 9 % du territoire. Les forêts de pin laricio ont régressé au profité des maquis à bruyère arborescente en raison de la fréquence et de l’intensité des incendies (Tanné, 2014). Il en est de même pour la série montagnarde à pin laricio et luzule de Piémont (Galio rotundifolii-Pino laricionis sigmetum variante à Luzula pedemontana) composée de quatre stades dynamiques, et dont la tête occupe un peu moins d’un quart de la superficie de la série ; mais elle est physionomiquement dominée (70 %) par des fruticées et des fourrés anthropiques (Fig. 5). Les activités pastorales et la fréquence des incendies favorisent l’expression de végétations ouvertes.

Figure 4. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Galio rotundifolii-Pino laricionis sigmetum variante à Erica arborea.

Figure 4. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Galio rotundifolii-Pino laricionis sigmetum variante à Erica arborea.

Figure 5. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Galio rotundifolii-Pino laricionis sigmetum variante à Luzula pedemontana.

Figure 5. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Galio rotundifolii-Pino laricionis sigmetum variante à Luzula pedemontana.

30Pour ce qui est de la série à sorbier des oiseleurs et érable à feuilles de platane (Fig. 6), elle est essentiellement composée d’aulnaies odorantes (98 % – Alnetum suaveolentis alnetosum suaveolentis). Ces aulnaies recouvrent des surfaces importantes sur le massif du Haut-Vénacais, elles sont maintenues par une pression pastorale extensive. Lorsque cette pression diminue, ces aulnaies sont piquetées par des individus de sorbier des oiseleurs et d’érable à feuilles de platane. Ces deux espèces caractérisent l’abandon des pratiques et la dynamique naturelle.

Figure 6. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Sorbo praemorsae-Aceri pseudoplatani sigmetum.

Figure 6. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Sorbo praemorsae-Aceri pseudoplatani sigmetum.

31A contrario, certaines séries sont composées pour l’essentiel de la tête de série et des stades forestiers (entre 80 et 90 % de recouvrement). C’est le cas de la série mésoméditerranéenne à gaillet scabre et chêne pubescent (Galio scabri-Querco ilicis sigmetum variante à Quercus pubescentis, Fig. 7), de la série supraméditerranéenne à œnanthe faux boucage et chêne pubescent (Oenantho pimpinelloides-Querco pubescentis sigmetum, Fig. 8) et de la série montagnarde à hêtre (Poo balbisii-Fago sylvaticae sigmetum, Fig. 9). Ces séries sont ponctuelles sur le massif du Haut-Vénacais (soit 5 % de la superficie totale) : les enveloppes écologiques sur lesquelles elles se développent (sols profonds, climat humide) sont rares sur le territoire d’étude. L’abandon des pratiques agricoles, notamment l’exploitation pour le bois de chauffage, a favorisé le développement des forêts de chêne pubescent.

Figure 7. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Galio scabri-Querco ilicis sigmetum variante à Quercus pubescentis.

Figure 7. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Galio scabri-Querco ilicis sigmetum variante à Quercus pubescentis.

Figure 8. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Oenantho pimpinelloides-Querco pubescentis sigmetum.

Figure 8. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Oenantho pimpinelloides-Querco pubescentis sigmetum.

Figure 9. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Poo balbisii-Fago sylvaticae sigmetum.

Figure 9. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Poo balbisii-Fago sylvaticae sigmetum.

32Le tableau 3 indique les valeurs de DI (valeur de la distance potentielle de i-th communauté végétale) pour chacune des séries de végétation. Le tableau 4 expose les résultats de l’IDP des stades dynamiques par séries de végétation. Les valeurs de l’IDP par séries de végétation sont présentées dans la figure 10.

Tableau 3. Valeur de Di pour chaque valeur possible de NI par stade dynamique pour toutes les unités sériales du massif du Haut-Vénacais.

Tableau 3. Valeur de Di pour chaque valeur possible de NI par stade dynamique pour toutes les unités sériales du massif du Haut-Vénacais.

Tableau 4. Associations végétales et IDP au sein de la carte des végétations actuelles du massif du Haut-Vénacais.

Tableau 4. Associations végétales et IDP au sein de la carte des végétations actuelles du massif du Haut-Vénacais.

Figure 10. Indice de Distance Potentielle par série de végétation.

Figure 10. Indice de Distance Potentielle par série de végétation.

33Les séries montrant un IDP maximal (IDP = 1) sont les unités permasériales (Pinguiculo corsicae-Trichophoretum cespitosi, Geo montani-Phleetum brachystachyi, Acini corsici-Tanacetetum tomentosi) dont la dynamique est bloquée compte tenu des conditions écologiques très contraignantes.

34Les principales séries qui présentent un IDP faible sont le Galio rotundifolii-Pino laricii sigmetum variante à Luzula pedemontana, le Paronychio polygonifoliae-Armerio multicepitis minorisigmetum, le Sorbo aucupariae-Aceri pseudoplatani sigmetum, le Galio rotundifolii-Pino laricii sigmetum variante à Erica arborea et le Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Lathyrus venetus.

35La valeur finale de l’IDP pour le massif du Haut-Vénacais est de 0,73.

4.2. Application cartographique

36La figure 11 met en évidence trois types d’état de conservation : très bon, bon et modéré. L’état de conservation de type « modéré » concerne essentiellement les unités végétales des étages supraméditerranéen et montagnard-oroméditerranéen. Ces étages sont soumis à une pression anthropique plus accrue que dans les autres étages, car ils représentent les secteurs d’estive (brûlage fréquent, passage répété du bétail). A contrario, les séries de végétation situées sur les parties sommitales restent peu fréquentées et sont donc peu ou pas influencées par les pressions anthropiques.

Figure 11. Cartographie de l’indice de Distance Potentielle.

Figure 11. Cartographie de l’indice de Distance Potentielle.

5. Discussion

5.1. Dynamique des végétations

37À partir de l’analyse de l’indice de distance potentielle, il est possible de visualiser les secteurs les plus vulnérables ou non aux facteurs anthropiques. Les processus dynamiques qui s’opèrent au sein ce massif sont dus à deux facteurs exogènes majeurs : les feux et le pâturage (Gamisans et al., 1981 ; Tanné, 2014 ; Delbosc et al., 2018). Les incendies répétés en sont les principales causes. L’activité pastorale, avec notamment la transhumance estivale, a été très importante et a joué un rôle majeur dans cette dynamique régressive, par la pratique de l’écobuage, fortement utilisée dans les années 1960. Si les incendies de 1965, 1970, 1973, 1980 s’intègrent encore dans ces pratiques pastorales, le grand feu de 2000, correspond à un accident ou à de la malveillance. Il a couvert plus de 2 100 hectares, car la biomasse végétale était suffisante pour l’alimenter et les conditions de températures et de vent étaient telles que les services d’intervention n’ont pu agir efficacement. Ces grands incendies (qui représentent 1 % des mises à feu) sont possibles, car les végétations pelousaires et les fruticées ont largement évolué vers les maquis et les jeunes forêts dans les massifs montagneux corses.

38Pour les étages de végétation mésoméditerranéen et supraméditerranéen, les trajectoires dynamiques sont nombreuses et complexes, puisque leurs végétations sont le résultat des actions anthropiques passées ou actuelles (Ravis-Giordani, 1983 ; Amandier et al., 1984). L’intensité et la fréquence des incendies et du pâturage induisent une mosaïque de végétation depuis la pelouse jusqu’aux maquis. Pour les étages alticoles (cryo-oroméditerranéen, subalpin et alpin), la dynamique est contrainte par des gradients écologiques liés au climat (enneigement, vent) et par une très faible profondeur du substrat (Gamisans, 1991). Les trajectoires successionnelles sont soit tronquées (cas des minoriséries), soit bloquées à un seul stade (cas des permaséries). L’étage subalpin se distingue par une forte occupation des aulnaies odorantes liées aux activités pastorales qui maintiennent l’ouverture des milieux et favorisent le développement des aulnaies. Le massif ne possède que de rares individus d’érables à feuilles de platane, traduisant l’absence quasi totale de semenciers sur la zone d’étude.

39L’IDP constitue un outil d’aide pour mieux appréhender la spatiotemporalité de la dynamique des végétations. D’une part il permet d’interpréter les successions des différents types de végétation, de les quantifier au sein d’une même unité paysagère et de les spatialiser. D’autre part, il permet de mettre en exergue les végétations anthropiques et leur pourcentage surfacique, et d’en déduire l’état de conservation d’un paysage d’un territoire au moyen de l’indice de naturalité.

5.2. Utilisation et limites de l’Indice de distance potentielle

40Selon Penas et al. (2005) l’IDP constitue un outil d’aide à l’évaluation objective et globale de l’état de conservation d’un territoire (très bon, bon, moyen et pauvre). Mais cet indice ne tient compte que de la distance des végétations par rapport à la tête de série, et nécessite d’être complété par d’autres paramètres pour évaluer l’état de conservation. Le terme d’« état de conservation » est aujourd’hui très utilisé, plus particulièrement dans le domaine de l’écologie végétale et animale pour répondre aux objectifs d’évaluation et de préservation des habitats et des espèces menacées de la directive Habitats, Faune, Flore. Pour autant, l’expression « état de conservation » reste assez floue en raison de son évolution sémantique depuis son apparition (subjectivité intrinsèque aux indices) dans les cadres de l’application législative pour gérer le territoire et de l’application des concepts à la conservation de la nature ou à l’aménagement du territoire (Carnino, 2009 ; Da Lage et Métailié, 2015). Le mot « état » se réfère à un état initial correspondant à un ensemble de paramètres. Ces derniers caractérisent, à un moment donné, un environnement local ou une de ses composantes, permettant d’établir des comparaisons qualitatives et quantitatives relatives aux changements qui ont pu s’opérer pendant les années ou les époques (caractérisée par des dynamiques spontanées, des interventions anthropiques ou bien un mélange des deux). Le mot conservation traduit le type de protection des espèces, des espaces ou des milieux, intégrant des activités humaines compatibles avec le maintien des entités ainsi protégées.

41Même si l’IDP présente des limites méthodologiques, il reste un indice de quantification objectif qui évalue l’impact anthropique sur le paysage végétal. Sur le plan méthodologique, ce type d’outil est facile à mettre œuvre, pragmatique, reproductible et accessible à tous les opérateurs.

42Les éléments, qui constituent une série de végétation (stades dynamiques), dépendent de nombreux facteurs (écologiques et anthropiques notamment) variables dans le temps et dans l’espace. Selon la fonctionnalité des milieux (résilience et résistance notamment) et la nature des facteurs anthropiques, l’expression des stades dynamiques peut varier spatialement et structurellement. Par exemple, cette méthode ne tient pas compte des processus fonctionnels (traits fonctionnels et traits de réponse des communautés végétales) et phytodynamiques des séries de végétation. La bioévaluation des séries et des géoséries de végétation de la Corse amorcée dans la cadre de notre travail ne constitue que les prémices d’un travail plus conséquent. Elle nécessiterait en amont la bioévaluation des stades dynamiques qui composent les séries (Biondi et al., 2005 ; Penas et al., 2005 ; Galdenzi et al., 2011) et la prise en compte d’autres critères tels que la diversité, la rareté, l’originalité, la qualité botanique et le type de pressions anthropiques (Costa et al., 1987 ; Martin Osorio et Asensi Marfil, 1987).

43Le concept de climax, défini par Clements (1916) : « un état végétal stable dans des conditions naturelles stables », caractérise un état d’équilibre qui est fonction du climat régional, il s’agit d’un climax climatique, gommant les influences des sols ou des topoclimats en conditions moyennes. Il correspond à l’achèvement d’une succession progressive primaire. Transley (1935) a remis en cause l’existence du concept par la théorie trophique des écosystèmes (Van der Valk, 2014). Le concept de végétation potentielle englobe l’ensemble des stades terminaux stables, y compris ceux soumis à des contraintes écologiques où le climax est incapable de se développer (paraclimax) et ceux qui sont liés à la dégradation du climax et de son milieu (subclimax) (Stein, 1987). La végétation naturelle potentielle ne reflète pas la végétation primitive (avant l’apparition de l’homme), car elle intègre les stigmates des usages et occupations des sols (Chytrý, 1998). La notion de végétation potentielle naturelle reste discutable dans la mesure où l’action anthropique a été tellement forte que certains milieux sont très imprégnés des usages, et la potentialité végétale est difficilement interprétable. Ce fait soulève un point important à prendre en compte dans l’approche symphytosociologique : l’effet temporel. Le concept de « la végétation potentielle actuelle » représente l’expression de la végétation potentielle à venir dans une région donnée, tant que l’homme est présent hors événements soudains, et des changements climatiques (Biondi, 2011). Le choix des échelles de travail, tant sur le plan typologique que cartographique, est une étape fondamentale qui conditionne le cheminement méthodologique. Dans notre étude, l’échelle temporelle choisie pour déterminer la végétation potentielle actuelle est d’un demi-siècle. Ce choix est discutable, mais il permet de répondre à des enjeux de gestion à échelle humaine.

5.3. Applications à la gestion conservatoire

44Le massif du Haut-Vénacais a été sélectionné pour un essai préliminaire à une évaluation écologique par l’application de l’Index de distance au potentiel (IDP). Cet indice, basé sur les cartes de la végétation actuelle et potentielle, permet une double analyse, numérique et surfacique. Il permet d’établir la distance d’une communauté végétale à son état optimal potentiel (climax) et les valeurs finales de l’IDP illustrent l’état de conservation du territoire et permettent l’estimation numérique et surfacique des besoins en matière de valorisation et/ou de protection. Ainsi les politiques de gestion du territoire disposent d’un outil d’aide à la décision pour définir et prioriser des mesures de gestion en faveur de la conservation de la biodiversité. Cette méthode constitue donc une étape essentielle pour une meilleure prise en compte de l’aménagement du paysage, car elle favorise l’ajustement des propositions de développement et de surveillance des impacts anthropiques.

45Le massif du Haut-Vénacais est un paysage marqué par une longue histoire agro-sylvopastorale qui a conduit à l’appauvrissement des sols au cours des siècles. Le patrimoine végétal actuel témoigne de l’occupation du sol en raison de sa diversité et de sa composition structurale : si les parties sommitales sont essentiellement composées de pelouses et d’affleurements rocheux, les piémonts et les versants du Haut-Vénacais sont constitués de forêts, de maquis, de fruticées et de pelouses. Les résultats de l’IDP mettent en évidence la relation déséquilibrée entre les activités économiques et la protection de la nature ; elles démontrent la nécessité de repenser la gestion du paysage et de procéder à des changements dans la gestion de la couverture végétale, avec des actions de restauration et de protection contre les incendies. Les prochaines étapes comprendront : la cartographie des risques et des besoins de préservation des secteurs les plus importants ; l’identification des éléments des agents de dégradation, en analysant les problèmes et les difficultés des propriétaires dans ce domaine et leurs solutions ; et les mécanismes de planification aux nouvelles exigences du paysage et de la population.

5.4. Vers une fonctionnalité territoriale des paysages végétaux

46En géobotanique, la fonctionnalité correspond au rôle que peut jouer une plante ou une végétation au regard de certains critères (production de bois, production de graines, biodiversité, paysage protection, etc.) et dans le mécanisme d’un ensemble (relations causales, interdépendances, continuité…) (Bastien et Gauberville, 2005 ; Pedrotti, 2013). Replacée dans un contexte territorial, cette fonctionnalité correspond aux interactions et aux réponses du paysage végétal (série de végétation) aux exigences écologiques et aux activités anthropiques du territoire concerné. Selon la fonction attribuée aux différentes enveloppes écologiques (production de bois, vergers, gestion pastorale…), cette dernière peut être entièrement ou en partie modifiée. Par exemple, sur certains secteurs où les activités agro-sylvopastorale sont présentes, le passage répété des feux et la pression pastorale impliquent une érosion des sols (passage de brunisols aux brunisols lessivés). Cette période est finie depuis une quinzaine d’années… La mesure de l’IDP constitue un bon indicateur de la fonctionnalité des séries de végétation (mise en évidence des liens dynamiques, des exigences écologiques, de la structuration paysagère, de la capacité de résilience des végétations) et des territoires (quantification des végétations anthropiques, mise en évidence des secteurs influencés par une activité anthropique, mesures de la pression anthropique).

47La fonctionnalité territoriale se traduit également par les relations entre les différents acteurs d’un territoire. Cet article s’est concentré sur les enjeux naturalistes du massif du Haut-Vénacais sans retranscrire la perception des acteurs du territoire sur l’évolution des usages et sur les transformations paysagères au cours du temps. Les enjeux territoriaux de ce massif s’inscrivent dans une politique paysagère pluriscalaire : régionale, nationale et européenne. Les décisions prises en matière de conservation des habitats nécessitent une concertation globale afin de pouvoir mener une gestion de conservation adéquate. Sur le massif du Haut-Vénacais, le projet destiné à classer la vallée du Verghellu en Réserve naturelle de Corse a abouti en septembre 2017 (dans la réserve du massif du Ritondu). Ce projet est porté par l’Office de l’environnement de la Corse (Albertini, 2015) et un ensemble d’acteurs a été sollicité pour dresser un état des lieux de la biodiversité du site. La figure 12 contextualise les acteurs intervenants dans ce projet afin de mieux comprendre les enjeux (écologiques, économiques et sociaux) autour de la conservation de la nature.

Figure 12. Schéma des acteurs du territoire du massif du Haut-Vénacais.

Figure 12. Schéma des acteurs du territoire du massif du Haut-Vénacais.

48Afin de développer la réflexion portant sur les paysages, qui ont été en partie façonnés par la société corse, deux types d’enquêtes pourraient être menés : des entretiens semi-directifs et des questionnaires semi-quantitatifs. Cette double entrée permettrait l’analyse des discours dans une logique inductive pour obtenir des éléments qualitatifs et quantitatifs. D’autre part, ces approches permettraient une meilleure compréhension des acteurs du territoire et de leur positionnement sur les choix en matière de gestion conservatoire et de protection de la nature.

6. Conclusion-Perspectives

49Le massif du Haut-Vénacais est un paysage marqué par les activités agropastorales qui a conduit à l’érosion des sols et au maintien des paysages ouverts (prairies et fruticées notamment) au cours des siècles. Les résultats de l’IDP montrent une tendance décroissante vers les parties sommitales du massif. Les crêtes du Haut-Vénacais sont constituées essentiellement de permaséries et de minoriséries, en raison des conditions écologiques contraignantes (vent, neige, insolation…). Ces unités paysagères sont constituées de végétation naturelle et semi-naturelle, faiblement anthropisée, et présentent un IDP compris entre 0,76 et 1. A contrario, l’IDP des unités paysagères situées à basse et moyenne altitude (jusqu’à 1 400 m) montre un éloignement important des végétations par rapport à la tête de série. Ces résultats soulignent la relation entre les activités économiques et la conservation de la nature ; ils démontrent la nécessité de repenser ce paysage et de procéder à une gestion concertée et intégrée (prenant à la fois en compte les aspects environnementaux, socio-économiques et historiques) du massif, avec des actions de protection de la végétation. Cette méthode apparaît comme un outil pragmatique d’aide à l’identification des secteurs à enjeux de conservation. L’indice de distance potentielle a été testé, mais la complexité du fonctionnement et des influences anthropiques exercées sur chacune des séries et géoséries pourrait faire l’objet d’une étude plus précise. Certains secteurs pourraient être sélectionnés selon leurs originalités écologique et anthropique afin de réaliser des suivis à une échelle plus fine (végétations). Ceci dans l’objectif de mieux appréhender les impacts anthropiques et les échelles spatio-temporelles des successions végétales en fonction des degrés de perturbation. Il semblerait judicieux de réaliser des synrelevés et des géosynrelevés sur la totalité de ces mêmes secteurs, afin de caractériser des gradients de perturbation. Dans ce cadre du projet de classification de la vallée du Verghellu en Réserve naturelle de Corse, la cartographie de l’état de conservation et des zones à enjeux de conservation pourrait constituer un outil d’aide aux décideurs en termes de délimitation et de zonage de l’espace protégé, et de priorisation et de préconisation de gestion.

Haut de page

Bibliographie

Albertini P.-J., 2015, « Projet de classement en réserve naturelle de Corse des lacs du Monte Ritondu », Corte, Office de l’environnement de la Corse.

Amandier L., Dureau R., Joffre L.-M., Joffre R., Laurent J.-L., 1982, « Éléments pour un zonage agro-sylvo-pastoral de la Corse, un outil cartographique pour la mise en valeur », Forêt méditerranéenne, vol. IV, n° 1, pp. 13-23.

Angelini P., Chiarucci A., Nascimbene J., Cerabolini B.-E., Dalle Fratte M., Casella L. 2018, « Plant assemblages and conservation status of habitats of Community interest (Directive 92/43/EEC): definitions and concepts », Ecological Questions, vol. 29, n° 3, pp. 87-97.

Artemisia Environnement, 2010, « Typologie et cartographie d’habitats, site Natura 2000 n° FR9400578 : Massif du Rotondo », documents d’objectifs, Corte, Artemisia Environnement.

Bastien Y., Gauberville C., 2005, Vocabulaire forestier : écologie, gestion et conservation des espaces boisés. Forêt privée française.

Batista T., Cavaco J., Mendes P., Vila-Vicosa C., Peñas A., Del Río S., Cabezas J., Fernandez-Pozo L., Arancibia N., Pinto-Gomes C., 2012, « Conservation status of vegetation in the North and Central area of Pardiela river basin (Évora, Portugal) », Acta Botanica Gallica, vol. 159, n° 2, pp. 177-185.

Biondi E., 2011, « Phytosociology today: methodological and conceptual evolution », Plant Biosystems, vol. 145, pp. 19-29.

Biondi E., 2012, « Phytosociologie paysagère et évaluation de l’état de conservation des habitats. (Communication) », La cartographie de la végétation d’Europe : méthodologies de cartographie phytosociologique en Europe : approches symphytosociologique et géosymphytosociologique – Synthèse bibliographique, pp. 17-19, octobre.

Biondi E., Casavecchia S., Nanni L., Paradisi L., Pesaresi S., Pinzi M., 2005, « Methodologies and processes for the analysis, conservation and monitoring of plant biodiversity », Annali di Botanica, nuova serie, vol. V, pp. 212-221.

Biondi E., Casavecchia S., Pesaresi S., 2011, « Phytosociological synrelevés and plant landscape mapping: From theory to practice », Plant Biosystems, vol. 145, n° 2, pp. 261-273.

Blasi C., Zavattero L., Marignani M., Smiraglia D., Copiz R., 2008, « The concept of land ecological network and its design using a land unit approach », Plant Biosystems, vol. 142, n° 3, pp. 540-549.

Blasi C., Capotorti G., Copiz R., Mollo B., 2018, A first revision of the Italian Ecoregion map, Plant Biosystems-An International Journal Dealing with all Aspects of Plant Biology, vol. 152, n° 6, p. 1201-1204.

Bouzillé J.-B., 2007, Gestion des habitats naturels et biodiversité : concepts, méthodes et démarches, Paris, Tec & Doc Lavoisier.

Burel F., Baudry J., 1999, Écologie du paysage. Concepts, méthodes et applications, Paris, Technique & Documentation.

Cadiñanos Aguirre J.-A., Lozano Valencia P.-J., Quintanilla V., 2011, « Propuesta de marco metológico integrado para la valoración biogeográphica de espacios red Natura 2000 de la communidad autónoma del País Vasco. El ejemplo de Gárate-Santa Bárbara (Guipúzcoa) », Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, vol. 57, pp. 33-56.

Carnino N., 2009, État de conservation des habitats d’intérêt communautaire à l’échelle du site – Méthode d’évaluation des habitats forestiers, Muséum national d’histoire naturelle, Office national des forêts.

Carrión J.-S., Fernández S., 2009, « The survival of the “natural potential vegetation” concept (or the power of tradition) », Journal of Biogeography, vol. 36, pp. 202-220.

Chytrý M., 1998, « Potential replacement vegetation: an approach to vegetation mapping of cultural landscapes », Applied Vegetation Science, vol. 1, pp. 177-188.

Clair M., Gaudillat V., Herard K., 2005, Cartographie des habitats naturels et des espèces végétales appliquée aux sites terrestres du réseau Natura 2000 (guide méthodologique), Paris, Museum national d’histoire naturelle, Fédération des Conservatoires botaniques nationaux.

Clements F.-E., 1916, Plant succession: an analysis of the development of vegetation, Institution of Washington, Carnegie.

Costa M., Perez R., Soriano P., 1987, « La vegetacion como elemento de diagnostico y valoracion en la conservacion del littoral », Colloques phytosociologiquesPhytosociologie et conservation de la nature, vol. XV, pp. 281-298.

Da Lage A., Métailié G., 2015, Dictionnaire de biogéographie végétale, Paris, CNRS Éditions.

Delbosc P., 2015, Phytosociologie dynamico-caténale des végétations de la Corse : méthodologies typologique et cartographique, Brest, thèse de doctorat – Université de Bretagne occidentale, 848 p. Consulté le 9 avril 2018, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01262724.

Delbosc P., Tanné M., Panaïotis C., Bioret F., Sawtschuk J., 2018, Application des approches méthodologiques de cartographie pour une approche spatio-temporelle du paysage végétal : cas du Haut-Vénacais (Haute-Corse), Cybergeo: European Journal of Geography, Environnement, Nature, Paysage, document 846. Consulté le 18 mai 2018, http://journals.openedition.org/cybergeo/28937 ; DOI : 10.4000/cybergeo.28937

Demartini J., Favreau P., 2011, « Référentiel pédologique approfondi (RPA), Caractérisation des sols des plaines et coteaux de basse altitude au 1 :25 000 », Bastia, Office du développement agricole et rural de la Corse.

Durand-Delga M., Amaudric Du chaffaut S., Bonin B., Bonnal M., Caron J.-M., Conchon O., Delcey R., Orsini J., Orszag-Sperber F., Pilot M.-D., Vellutini P., 1978, Corse, Guides géologiques régionaux, Paris, Éditions Masson.

Ellwanger G., Runge S., Wagner M., Ackermann W., Neukirchen M., Frederking W., Müller C., Ssymank A., Sukopp U., 2018, « Current status of habitat monitoring in the European Union according to Article 17 of the Habitats Directive, with an emphasis on habitat structure and functions and on Germany », Nature Conservation, 29, pp. 57-78, https://doi.org/10.3897/natureconservation.29.27273

Gamisans J., 1991, La végétation de la Corse, Genève, Édisud Conservatoire et jardin botaniques de la ville de Genève.

Galdenzi D., Pesaresi S., Colosi L., Biondi E., 2011, « Methodological aspects for the valuation of the quality of agro-ecosystems and landscapes that give rise », Fitosociologia, vol. 48, n° 2, pp. 65-76.

Gauthier A., 1983, Roches et paysages de la Corse, Ajaccio, Parc naturel régional de Corse.

Gamisans J., 2010, Le paysage végétal de la Corse, Ajaccio, Albiana.

Gamisans J., Gruber M., Claudin J., Casanova J.-B., 1981, Carte de la végétation du Haut-Vénecais au 1/25 000, Ecologia Mediterranea, vol. 7, n° 1, pp. 85-98.

Géhu J.-M., Rivas-Martínez S., 1981, Notions fondamentales de phytosociologie, Berichte der Internationalen Symposien der Internationalen Vereinigung für Vegetationskunde. Syntaxonomie, Berlin, J. Cramer.

Gigante D., Acosta A.T.R., Agrillo E., Armiraglio S., Assini S., Attorre F., Bagella S., Buffa G., Casella L., Giancola C., Giusso del Galdo G.P., Marcenò C., Pezzi G., Prisco I., Venanzoni R., Viciani D., 2018, « Habitat conservation in Italy: the state of the art in the light of the first European Red List of Terrestrial and Freshwater Habitats », Rendiconti Lincei. Scienze Fisiche e Naturali, vol. 29, n° 2, pp. 251-265.

Gigante D., Attorre F., Venanzoni R., Acosta ATR., Agrillo E., Alef M., Alessi N., Allegrezza M., Angelini P., Angiolini C., Assini S., Azzella MM., Bagella S., Biondi E., Bolpagni R., Bonari G., Bracco F., Brullo S., Bufa G., Carli E., Caruso G., Casavecchia S., Casella L., Cerabolini BEL., Ciaschetti G., Copiz R., Cutini M., Del Vecchio S., Del Vico E., Di Martino L., Facioni L., Fanelli G., Foggi B., Frattaroli AR., Galdenzi D., Gangale C., Gasparri R., Genovesi P., Gianguzzi L., Gironi F., Giusso del Galdo G., Gualmini M., Guarino R., Lasen C., Lastrucci L., Maneli F., Pasta S., Paura B., Perrino EV., Petraglia A., Pirone G., Poponessi S., Prisco I., Puglisi M., Ravera S., Sburlino G., Sciandrello S., Selvaggi A., Spada F., Spampinato G., Strumia S., Tomaselli M., Tomaselli V., Uzunov D., Viciani D., Villani M., Wagensommer RP., Zitti S., 2016, « A methodological protocol for Annex I Habitats monitoring: the contribution of Vegetation science », Plant Sociol, vol. 53, n° 2, pp. 77-87.

Loidi J., 1994, « Phytosociology applied to nature conservation and land management » in Y. Song, H. Dierschke, X Wang (Eds.), Applied Ecology, p. 17-30. Proceed. 35th Symposium IAVS in Shanghai, East China Normal Univ. Press.

Loidi J., Fernández-González F., 2012, « Potential natural vegetation: reburying or reboring? », Journal of Vegetation Science, vol. 23, pp. 596-604.

Luccioni P.-J., Giannesini G., 2009, Tempi fà : Arts et traditions populaires de Corse, Corte, Albiana.

Martin Osorio V.-E., Asensi Marfil A., 1987, « Evaluacion biologica del parque natural sierra de Grazalema », Colloques phytosociologiquesPhytosociologie et conservation de la nature, vol. XV, pp. 677-693.

Pedrotti F., 2013, Plant and vegetation mapping, Camerino, Springer.

Penas A., Del Río S., Herrero L., 2005, « A new methodology for the quantitative evaluation of the conservation status of vegetation : the potentiality distance index (PDI) », Fitosociologia, vol. 42, n° 2, pp. 23-31.

Perrin G., 2014, « Symphytosociologie et évaluation de l’état de conservation des habitats : intérêt, aspects méthodologiques et implications conservatoires », étude de cas sur des habitats humides oligotrophes atlantiques, Colloque international, 1973-2014 : La phytosociologie paysagère : des concepts aux applications, 23 au 25 septembre 2014, Brest (France).

Pinna M.S., Cogoni D., Fenu G., Bacchetta G., 2015, « The conservation status and anthropogenic impacts assessments of Mediterranean coastal dune », Estuarine, Coastal and Shelf Science 167, p. 25-31. https://doi.org/10.1016/j.ecss.2015.07.002

Ravis-Giordani G., 1983, Berges corses, les communautés villageoises du Niolu, Aix-en-Provence, Édisud.

Rivas-Martínez S., 2007, « Mapa de series, geoseries y geopermaseries de vegetación de España (Memoria del mapa de vegetacion potencial de España) », Itinera geobotanica, vol. 17, pp. 1-436.

Roche D., Roux C., 1976, Les sols d’une séquence bioclimatique méditerranéo-montagnarde en Corse cristalline, Montpellier, CEPE.

Tanné M., 2014, Végétations et séries de végétation du Haut-Vénacais (Haute-Corse) : typologie, cartographie et analyse diachronique, Corte, mémoire de master II – Agrocampus-ouest : Conservatoire botanique national de Corse, Office de l’environnement de Corse.

Transley A.-G., 1935, The British Isles and their Vegetation, Cambridge, Cambridge University Press.

Tsiripidis I., Xystrakis F., Kallimanis A., Panitsa M., Dimopoulos P., 2018, « A bottom-up approach for the conservation status assessment of structure and functions of habitat types », Rendiconti Lincei. Scienze Fisiche e Naturali, vol. 29, n° 2, pp. 267-282.

Van der Valk, A.-G., 2014, « From formation to ecosystem: Tansley’s response to Clements’ climax », Journal of the History of Biology, vol. 47, n° 2, pp. 293-321.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: caractéristiques écologiques et physiques du massif du Haut-Vénacais. (d'après Delbosc 2015).
Crédits *Les types ombrothermiques sont définis selon la typologie bioclimatique établie par par Rivas-Martinez (https://www.globalbioclimatics.org/​form/​maps.htm)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 2. Concept de série de végétation : exemple de la série du chêne vert (D’après Rivas-Martínez, 2007) composée de différents stades dynamiques : (1) – Pelouses ; (2) – Fruticées ; (3) – Maquis ; (4) – Forêt.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-2.png
Fichier image/png, 42k
Titre Tableau 1. Typologie des séries de végétation du massif du Haut-Vénacais.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-4.png
Fichier image/png, 5,2k
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-5.png
Fichier image/png, 4,3k
Titre Tableau 2. Classement typologique des valeurs de l’IDP (d’après Penas et al., 2005).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-6.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 3. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Lathyrus venetus.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-7.png
Fichier image/png, 9,2k
Titre Figure 4. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Galio rotundifolii-Pino laricionis sigmetum variante à Erica arborea.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-8.png
Fichier image/png, 8,7k
Titre Figure 5. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Galio rotundifolii-Pino laricionis sigmetum variante à Luzula pedemontana.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-9.png
Fichier image/png, 8,1k
Titre Figure 6. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Sorbo praemorsae-Aceri pseudoplatani sigmetum.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-10.png
Fichier image/png, 8,5k
Titre Figure 7. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Galio scabri-Querco ilicis sigmetum variante à Quercus pubescentis.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-11.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre Figure 8. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Oenantho pimpinelloides-Querco pubescentis sigmetum.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-12.png
Fichier image/png, 8,1k
Titre Figure 9. Répartition des stades dynamiques de la série de végétation Poo balbisii-Fago sylvaticae sigmetum.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-13.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre Tableau 3. Valeur de Di pour chaque valeur possible de NI par stade dynamique pour toutes les unités sériales du massif du Haut-Vénacais.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 4. Associations végétales et IDP au sein de la carte des végétations actuelles du massif du Haut-Vénacais.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 10. Indice de Distance Potentielle par série de végétation.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 11. Cartographie de l’indice de Distance Potentielle.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-17.png
Fichier image/png, 316k
Titre Figure 12. Schéma des acteurs du territoire du massif du Haut-Vénacais.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5598/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Delbosc, Marion Tanné, Christophe Panaïotis et Frédéric Bioret, « Bioévaluation du paysage végétal du massif du Haut-Vénacais (Haute-Corse) », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], Articles, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tem/5598

Haut de page

Auteurs

Pauline Delbosc

Post-doctorante
EA 7462 Géoarchitecture : Territoire, Urbanisation, Biodiversité, Environnement
Université de Bretagne occidentale
UFR sciences et techniques,
Institut de géoarchitecture
6 avenue Victor-Le-Gorgeu
CS 93837
29238 BREST Cedex 3
delboscpauline@gmail.com

Marion Tanné

Chargée d’études « Flore et Habitats »
Conservatoire d’espaces naturels du Languedoc-Roussillon
Le Thèbes
26 allée de Mycènes
34000 Montpellier
marion.tanne@gmail.com

Christophe Panaïotis

Assistant
Office de l’environnement de la Corse
14 avenue Jean-Nicoli
20 250 Corte
panaiotis@oec.fr

Frédéric Bioret

Professeur des universités
Directeur EA7462 géoarchitecture : Territoire, Urbanisation, Biodiversité, Environnement
Université de Bretagne occidentale
UFR sciences et techniques,
Institut de géoarchitecture
6 avenue Victor-Le-Gorgeu
CS 93837
29238 BREST Cedex 3
frederic.bioret@univ-brest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page