Navigation – Plan du site

De la plaine au bosquet, des figures archétypales du projet de paysage périurbain en périphérie de Montréal (Québec)

From the plain to the grove: the archetypal features of the periurban landscape project on the Montreal’s fringe (Quebec)
Sylvain Paquette, Philippe Poullaouec-Gonidec et Patrick Marmen

Résumés

Dans un contexte où le développement accéléré des nouveaux territoires périurbains est souvent synonyme de banalisation, les attraits qualitatifs de ces espaces prennent paradoxalement une importance inégalée. Ces territoires à la fois polymorphes et génériques d’interfaces urbaine et agricole sont porteurs de fragments de nature, de parcelles agricoles ou de noyaux villageois valorisés par les populations habitantes. À ce titre, la relation entre réalités urbaines et réalités agricoles représente un vecteur de sens à explorer du point de vue de la planification urbaine. Cet article rapporte les résultats d’une recherche-action menée en collaboration avec une collectivité périurbaine de l’agglomération montréalaise cherchant à donner du sens et une cohérence territoriale à divers projets de densification résidentielle et de développement économique à la jonction des espaces habités et cultivés. Par la mise en place d’un processus de coproduction des connaissances situé au carrefour des savoirs locaux, des savoir-faire pratiques et des savoirs universitaires, cette réflexion a permis de dégager un diagnostic des enjeux d’aménagement issu d’un travail de caractérisation des paysages, d’énoncer les termes d’une vision stratégique d’aménagement et de générer des propositions aptes à mettre en mots et en images cette vision. Basés sur l’utilisation des figures paysagères significatives et valorisées, les principes et les critères qui résultent de cet exercice illustrent les possibilités de transformation du territoire en termes de préservation, de mise en valeur et de développement afin de guider les projets municipaux à venir. Inspirée par diverses expérimentations du projet de paysage menées au Québec, l’actuelle démarche offre l’occasion de montrer le potentiel de la figure paysagère archétypale comme dispositif permettant d’induire une trame narrative de projet inclusive de regards pluriels qui tirent profit de la relation entre milieu urbanisé et milieu agricole.

Haut de page

Texte intégral

Cet article tire profit de certains résultats d'une démarche de recherche-action menée en 2016-17 en collaboration avec la Ville de Mercier (Québec, Canada). Les auteurs remercient l'ensemble des participants (élus, professionnels municipaux, citoyens, consultants) qui ont contribué à ce projet. Ils sont également reconnaissants des avis éclairés de deux évaluateurs externes anonymes qui ont accepté d’évaluer une version antérieure de ce manuscrit.

Introduction

1Les territoires périurbains évoluent dans un contexte marqué par une concurrence de plus en plus vive face aux dynamiques des marchés résidentiel, commercial, industriel ou touristique. Ne pouvant échapper à la logique des avantages comparatifs, les attraits qualitatifs de ces espaces prennent une importance inégalée (FNAU, 2003 ; Bergeron et coll., 2014). Paradoxalement, le développement accéléré des nouveaux territoires urbanisés est souvent synonyme d’incohérence et/ou de banalisation, voire de dégradation, de la qualité des paysages, laissant partout les mêmes empreintes : infrastructures de transport, centres commerciaux, développements pavillonnaires, etc. Cherchant à contrer ces tendances lourdes, différentes initiatives attestent de nouvelles préoccupations que suscitent l’aménagement et le développement des paysages et des territoires périurbains. Les concours internationaux d’idéation et d’expérimentation de projets périurbains (EUROPAN 7, 2003 ; Van Alen Institute, 2006) ou les démarches de design collaboratif (Fortin et coll., 2005) en sont l’expression. Cette situation n’est pas étrangère au fait que, aux côtés des enjeux de préservation de certains monuments naturels ou lieux emblématiques, la qualité des paysages de proximité (Poullaouec-Gonidec, et Paquette, 2011) et cadres « ordinaires » de vie représente une préoccupation en très forte effervescence (Luginbühl, 2001).

2Dans la foulée de ces nouvelles préoccupations, les développements qui se déploient aujourd’hui de plus en plus loin en périphérie de la centralité urbaine retiennent depuis quelques années l’attention d’un certain nombre d’observateurs qui ont cherché au départ à définir ce nouvel objet (Oatley, 2001). Le caractère polycentrique, discontinu et diffus de ces nouveaux territoires pose un défi de taille à cet égard. À l’instar de Tress et Tress (2004), ce continuum d’espaces sous influence urbaine rendrait caduque toute recherche de frontière nette entre milieu urbain et milieu rural. En effet, cette « ville-territoire » polymorphe, à la fois générique et hétérogène, se composerait de noyaux villageois, de fragments de nature, de parcelles de ruralité, bref, d’une certaine géographie et de valeurs qui font sens pour les populations qui l’habitent (Masboungi, 2009).

3Ces attributs territoriaux constituent autant de potentialités pour réfléchir à ces territoires en termes d’actions aménagistes. À l’instar de B. Secchi et P. Vigano, agir sur ces territoires périphériques nécessite de leur redonner du sens. Ceux-ci ne devraient plus être envisagés comme « des résidus urbains reliés à la ville centre », mais comme des entités pour lesquelles il nous est essentiel de « fabriquer du lien, de l’identité et surtout du sentiment d’appartenance » (Masboungi, 2009, p. 14). Suivant le point de vue de T. Sieverts (2004), il s’agirait également de travailler la lisibilité de ces paysages, soit les qualités singulières de ces territoires de l’entre-deux.

4À ce titre, la relation entre réalités urbaines et réalités agricoles peut représenter un vecteur de sens à explorer du point de vue notamment de la planification urbaine. Cette perspective prend forme actuellement du côté européen, et de l’Île-de-France en particulier, avec la recherche d’une véritable intégration, voire d’une hybridation, des développements en cours à l’interface des pratiques de façonnements de la ville et de l’agricole (Poulot, 2014). Des évolutions comparables ont émergé dans la région métropolitaine de Montréal au tournant des années 2000. Bien que son territoire d’action reste relativement réduit et que certains freins de nature légale posent toujours des limites à son plein déploiement, le projet Continuum Ville-Campagne, initié par les acteurs de l’agglomération de Longueuil situé dans la couronne sud de Montréal, fait aujourd’hui figure de pionnier au Québec en matière d’aménagement agriurbain (Agglomération de Longueuil, 2014). Profitant de la relation de proximité avec un pôle urbain d’importance, l’objectif de ce projet d’agriculture multifonctionnelle s’articulait autour de trois priorités : rendre ce territoire agricole plus accessible à la population, travailler son attrait et accroître sa productivité. Les enjeux et les défis liés à la reconnaissance de la nature multifonctionnelle d’une agriculture se développant à l’interface d’un milieu urbanisé ont fait l’objet d’autres études dans la foulée notamment de la mise en œuvre du statut de paysage humanisé pour le secteur de l’Île Bizard (Courcier et Domon, sous presse).

  • 1 Expressions territoriales cernables de nature métaphorique, analogique ou emblématique issues de va (...)

5Aux côtés de ces projets d’aménagement intégré, la métropole montréalaise a été la scène d’autres initiatives qui ont permis d’éveiller le potentiel sensible de la trame agricole à partir de démarches de design urbain. Notons par exemple le projet de paysage mené par P. Poullaouec-Gonidec et P. Jacobs en collaboration avec la municipalité de Verchères et le ministère de la Culture et des Communications du Québec (Poullaouec-Gonidec, 1995) qui permettait de tirer profit de manière innovante des figures paysagères1 propres à ce territoire périurbain, soit celles des îlettes agricoles et des îles du fleuve Saint-Laurent. Dans un autre registre, soulignons la proposition lauréate du concours d’idée « Une cité-jardin pour Rosemère » (Affleck de la Riva, 1995) ou encore les résultats de l’atelier de design de l’arrondissement de Pierrefonds-Ouest (Gagné, 2009). Dans ces deux expérimentations, les propositions de densification urbaine s’inscrivent non pas en négation au contexte agricole, comme c’est souvent le cas autrement (Paquette et Poullaouec-Gonidec, 2005), mais tire profit de celui-ci comme trame narrative de la proposition architecturale et urbaine.

6Tout juste au-delà des limites de la métropole montréalaise, notons enfin le projet de recherche-action mené avec la MRC des Maskoutains où les acteurs locaux ont été appelés à penser la multifonctionnalité de ce territoire d’intensification agricole à partir d’une logique de projet de paysage (Domon et Ruiz, 2014; Ruiz et coll., 2012).

7S’inscrivant au carrefour de la recherche-action collaborative (Doucet et Dumain, 2015) et des approches sensibles du projet de paysage (Boutinet, 2001), le présent texte rapporte un travail de recherche et d’expérimentation par le projet mené en collaboration étroite avec une collectivité périurbaine de l’agglomération montréalaise, soit la municipalité de Mercier. De manière ultime, il s’agissait d’accompagner les acteurs locaux dans l’élaboration d’une vision d’aménagement et de développement stratégique. En présentant au préalable le contexte de planification à l’échelle métropolitaine sous-jacent à cette démarche municipale, tout en faisant état d’un bref portrait de ce territoire d’étude sur le plan agricole et sociodémographique, le texte porte une attention aux phases de diagnostic du territoire et des paysages et d’élaboration collective de la vision municipale d’aménagement pour enfin exposer les principaux résultats de la phase d’idéation qui permettent d’articuler cette relation sensible entre milieu urbanisé et milieu agricole. Il rappelle en conclusion les principes et critères d’aménagement qui ressortent comme les plus significatifs en regard des préoccupations de préservation, de mise en valeur et de développement des paysages agriurbains et souligne les efforts à consentir pour poursuivre cette réflexion auprès de l’ensemble des acteurs visés par ces questions.

1. Contexte de planification et portrait du territoire d’étude

8Bassin de près de quatre millions d’habitants, la métropole montréalaise représente actuellement près de la moitié de la population de la province du Québec. Or, comme plusieurs métropoles nord-américaines, la croissance s’est concentrée dans les zones périphériques. En effet, les couronnes périurbaines situées au nord comme au sud de la métropole ont connu entre 2011 et 2016 une croissance démographique deux fois plus importante (5,4%-5,8%) que celle des secteurs centraux de l’agglomération (2,8% - 2,9%) (Observatoire du Grand Montréal, 2019).

9Pour contrer cet étalement urbain et ses effets négatifs sur le plan environnemental et agricole, les 14 autorités régionales adoptaient en 2011 un Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD). Parmi les orientations clés de ce plan, il est prévu de canaliser 40% de la croissance démographique autour des stations de transport collectif et d’augmenter la densité résidentielle des banlieues. Dans la foulée de l’adoption du PMAD (CMM, 2011), les 82 municipalités de la communauté métropolitaine étaient conviées à réviser leur planification territoriale en vue de répondre à ces nouvelles exigences.

10Sur le plan agricole, 58% du territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) est protégé (Observatoire du Grand Montréal, 2019) et à l’échelle de la sous-région de notre territoire d’étude, soit celle de la Municipalité régionale de comté (MRC) de Roussillon, c’est 72,8% de la superficie terrestre qui se situe en zone agricole, terres qui présentent un potentiel agricole relativement élevé (MRC de Roussillon, 2019) (figure 1). Ce territoire est marqué par une agriculture reposant sur le modèle de la ferme conventionnelle dont la commercialisation est largement subordonnée aux grands réseaux de distribution. De même, l’urbanisation diffuse de ce territoire soulève des préoccupations sur le plan de la cohabitation des fonctions agricoles et résidentielles (MRC de Roussillon, 2019).

  • 2 Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), 2010. Limites administratives de la CMM : http://cmm.q (...)

Figure 1 : Territoire agricole de la Communauté métropolitaine de Montréal et localisation de la municipalité régionale de comté de Roussillon et de la Ville de Mercier, sources : Communauté métropolitaine de Montréal (2010), Commission de protection du territoire agricole du Québec (2019) et Ville de Montréal (2019)2.

Figure 1 : Territoire agricole de la Communauté métropolitaine de Montréal et localisation de la municipalité régionale de comté de Roussillon et de la Ville de Mercier, sources : Communauté métropolitaine de Montréal (2010), Commission de protection du territoire agricole du Québec (2019) et Ville de Montréal (2019)2.

11Pour le territoire de la Ville de Mercier, situé dans la frange sud de la métropole (figure 1), 89% de celui-ci est situé en zone agricole protégée. Des 42 exploitations agricoles de la municipalité, la production végétale domine (37/42) avec une concentration observée dans la production de légumes (15/37) ainsi que de céréales et de protéagineux (9/37). Bien qu’une majorité d’exploitants de Mercier poursuive une mise en marché conventionnelle, une part non négligeable opte pour une diversification de leurs activités, comme l’agrotourisme (4), ou opte pour les circuits courts sous la forme de kiosques de vente à la ferme (12), de pratiques de l’autocueillette (6) et de vente en marché public (11) (MRC de Roussillon, 2019). Sur le plan démographique, la Ville de Mercier comptait 13 115 habitants en 2016, population connaissant une croissance démographique importante, soit un bond de 13 % entre 2011 – 2016. L’âge médian en 2016 de 38,5 ans se situait par ailleurs parmi les plus faibles valeurs recensées à l’échelle de la CMM (Observatoire du Grand Montréal, 2019).

12C’est dans ce contexte que la municipalité de Mercier a engagé en 2016 une réflexion sur le devenir de son territoire. Devant composer avec les nouveaux seuils de densification résidentielle imposés par le PMAD, un temps de réflexion lui apparaissait nécessaire pour répondre à cet enjeu. Prenant une certaine distance relativement aux approches normatives régulièrement empruntées dans ce type de situation, la municipalité a opté pour une démarche plus adaptée à l’intégration des dimensions qualitatives de son territoire. En effet, rares sont les municipalités de cette taille qui, en amont de ce processus de planification, ont cherché à articuler une vision stratégique d’aménagement à partir d’une perspective paysagère.

2. Une démarche de recherche-action collaborative au service d’une vision d’aménagement

  • 3 L’étude de la CPEUM (Paquette et coll., 2017) a été menée parallèlement à d’autres mandats donnés p (...)

13Dans le cadre de la réflexion sur le développement stratégique de son territoire, la Ville de Mercier a mandaté la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CPEUM) pour réaliser une démarche de recherche-action en collaboration avec l’ensemble des acteurs concernés. Parmi ces derniers, un comité de suivi composé de huit personnes, incluant des élus de Mercier, un représentant de la direction générale, un professionnel de la Direction urbanisme et environnement ainsi qu’un représentant du comité citoyen de Mercier, a été impliqué dans les diverses interactions avec le milieu prévues au cours de la démarche3. Par l’intermédiaire de la mise en place d’un processus de coproduction des connaissances situé à l’interface des savoirs locaux, des savoir-faire pratiques et des savoirs universitaires, la réflexion a permis de dégager les enjeux d’aménagement du territoire municipal et d’illustrer les possibilités de transformation en termes de préservation, de mise en valeur et de développement de ce territoire afin de guider les projets de développement à venir. De manière spécifique, l’étude s’est déroulée en trois phases distinctes (figure 2).

Figure 2 : Phases de réalisation de la démarche de recherche-action, source : CPEUM 2019.

Figure 2 : Phases de réalisation de la démarche de recherche-action, source : CPEUM 2019.
  • Une première phase de diagnostic des enjeux d’aménagement issu d’un travail de caractérisation des paysages du territoire d’étude complété par d’autres études portant sur le développement résidentiel, commercial et industriel du territoire ;

  • Une seconde phase d’élaboration d’un énoncé de vision stratégique coconstruite avec l’ensemble des acteurs visés par le projet (élus, experts locaux, publics) ;

  • Une dernière phase d’idéation permettant de générer des propositions illustratives de la vision stratégique préalablement dégagée afin d’identifier des principes et des critères d’aménagement qui facilitent l’appropriation des résultats de la démarche par les acteurs locaux.

  • 4 Voir à ce sujet les résultats des Workshop_atelier-terrain de la CUPUM à l’adresse suivante : http: (...)

14Ce faisant, le raisonnement par le processus qui a été adopté ici, raisonnement propre à la recherche-action collaborative (Doucet et Dumais, 2015), permet d’explorer le plein potentiel des approches de design prospectif (Rauws et van Dijk, 2013) dans une démarche de planification. Loin de représenter une finalité en soi, les résultats de l’actuel travail d’idéation ont été envisagés d’abord et avant tout comme une coproduction de connaissances nécessaire pour traduire une vision d’aménagement en mots et ensuite en images (Poullaouec-Gonidec et coll., 2015). Soulignons que cette perspective s’inscrit dans la foulée des exercices de visions stratégiques de paysage urbain conduits par la Chaire UNESCO en paysage urbain de l’Université de Montréal dans divers contextes périurbains à l’échelle internationale depuis plus de 15 ans4. À l’instar de P. Donadieu qui soutient que « les paysages coproduits peuvent devenir des ressources communes aux habitants d’un territoire » (2014, p. 129), une telle approche présente l’avantage de favoriser le dialogue et l’appropriation locale de la vision territoriale, sachant que les acteurs locaux sont impliqués tout au long de la démarche, notamment dans l’identification des enjeux, de la vision et des actions stratégiques à mettre en œuvre.

2.1. Diagnostic et enjeux

2.1.1 Portrait des préoccupations et des valorisations paysagères

  • 5 Il s’agit des documents suivants : Planification stratégique (2015-19) et Plan d’urbanisme (2009) d (...)

15Tirant profit notamment des résultats d’une consultation menée par la Ville de Mercier auprès de résidents, d’agriculteurs, de commerçants et de promoteurs, la phase de diagnostic a été l’occasion de dégager un portrait des préoccupations et des valorisations paysagères à l’aide de l’analyse de sources secondaires5 et d’un entretien auprès des principaux acteurs visés par le projet (figure 2). Cinq grands types de préoccupations paysagères sont ressortis de l’exercice. L’analyse de ce corpus d’information a été réalisée suivant la grille de lecture des enjeux de paysage proposée par Poullaouec-Gonidec et Paquette (2011) qui ont permis de relever les thématiques de valorisation, les formes et lieux appréciés ainsi que les aspirations d’aménagement. Il s’agit des préoccupations liées à la qualité du cadre de vie, au potentiel de développement de la municipalité, à la qualité de l’environnement, au caractère distinctif du territoire et à l’importance du milieu agricole. Ils sont ici brièvement synthétisés.

16L’enjeu de la qualité du cadre de vie s’énonce à travers l’appréciation de la tranquillité des lieux, la sécurité de ses quartiers et la proximité des services. La qualité du cadre de vie s’exprime également par la proximité du milieu agricole maraîcher qui offre des produits frais de qualité. Parmi les occasions de projets pour améliorer la qualité du cadre de vie, notons : le renforcement du noyau villageois ancien pour en faire un lieu de rassemblement ; l’intégration du transport en commun pour faciliter l’accès aux services pour une population variée (jeunes, personnes âgées) ; la création d’un réseau de corridors en faveur de modes de déplacements doux (piétonniers, cyclistes, etc.).

17Dans le contexte de l’adoption du PMAD évoqué précédemment, les enjeux de développement s’articulent pour leur part autour des exigences liées à la densification résidentielle du territoire et de la croissance attendue du bassin d’emplois et de commerces afin de répondre aux besoins de la population. Aussi, tout projet de développement, qu’il soit industriel, commercial ou résidentiel, serait à envisager en respect des qualités environnementales du territoire et en phase avec le milieu agricole.

18En plus des lieux porteurs de valeurs environnementales importantes pour la population (ex. : rivière Châteauguay et bois résiduels), la mise en valeur de ces qualités environnementales présente un fort potentiel pour ancrer l’identité de la municipalité. L’amélioration des accès à la rivière et l’utilisation des bois comme milieu récréatif ainsi que la mise en valeur du réseau de ruisseaux et fossés servant à la captation des eaux de ruisselement en sont quelques exemples qui ressortent des consultations.

19Développer le caractère distinctif de la municipalité constitue une autre préoccupation majeure pour la collectivité. Malgré la présence d’un noyau villageois ancien qui a vu sa périphérie s’urbaniser avec le temps, il y a peu d’action de mise en valeur du patrimoine. Selon les réponses obtenues, la faible qualité des aménagements publics et de l’affichage commercial influerait négativement sur l’identité de la ville. La multiplicité des infrastructures d’utilité publique générerait à ce titre un « désordre visuel ». L’aménagement des entrées de ville se dégage comme un potentiel à explorer à ce titre.

20Enfin, il ressort de ce travail que la proximité avec le milieu agricole est fortement valorisée, que ce soit par la présence de vues ouvertes sur les terres agricoles ou par l’accès à des produits locaux (ex. : kiosques de vente de produits maraîchers, autocueillette). Ainsi, le développement du potentiel agrotouristique de la municipalité est souhaité dans ce contexte de même que l’intérêt de tirer profit de la relation entre le milieu urbanisé et le milieu agricole comme potentiel à explorer sur le plan des projets d’aménagement à mettre en œuvre.

2.1.2. Analyse des transformations de l’utilisation du sol et des séquences visuelles

  • 6 Cette analyse cartographique des transformations de l’utilisation du sol a été réalisée à partir de (...)

21À partir de cartes anciennes et de photographies aériennes, cette analyse a permis de dégager les tendances et séquences de transformation du territoire sur le long terme (1915-2016) afin d’identifier les éléments de persistance6. Cette série cartographique montre d’abord la prédominance continue dans le temps de la trame agricole qui marque encore en 2016 près de 90% du territoire municipal. Elle relève également la persistance d’autres figures paysagères importantes : d’une part le noyau villageois et son axe routier traversant et d’autre part, le grand bois central (bois Giroux-Desgroseillers) présent en continu depuis 1915 (figure 3).

Figure 3 : Transformation de l’utilisation du sol de la municipalité de Mercier (1915-2016) – éléments de persistance, source : CPEUM 2017.

Figure 3 : Transformation de l’utilisation du sol de la municipalité de Mercier (1915-2016) – éléments de persistance, source : CPEUM 2017.
  • 7 Pour ce faire, des captures vidéo en vision frontale et latérale ont été relevées à partir d’une si (...)

22Comme troisième démarche d’analyse préalable au projet de paysage, l’analyse des séquences visuelles a été l’occasion de déterminer les effets visuels produits en vue d’identifier les tronçons de la route d’entrée et de traversée de la municipalité (boul. Saint-Jean-Baptiste, route 138) qui présentent des caractéristiques singulières (figure 4)7.

Figure 4 : Synthèse de la caractérisation physico-spatiale et visuelle du corridor de la route 138 (boul. Saint-Jean-Baptiste) de la municipalité de Mercier et présentation des séquences paysagères relevées: rurale (1), de transition (2, 6), villageoise (3), boisée (4), commerciale (5) et d’entrée de ville (7), source : CPEUM 2017.

Figure 4 : Synthèse de la caractérisation physico-spatiale et visuelle du corridor de la route 138 (boul. Saint-Jean-Baptiste) de la municipalité de Mercier et présentation des séquences paysagères relevées: rurale (1), de transition (2, 6), villageoise (3), boisée (4), commerciale (5) et d’entrée de ville (7), source : CPEUM 2017.

23À ce titre, trois segments offrent des attributs paysagers à préserver ou à mettre en valeur, il s’agit de la séquence rurale (1), villageoise (3) et boisée (4) (figure 4). La première reflète la forte empreinte agricole du paysage de Mercier rendue possible par les grandes ouvertures visuelles sur les champs cultivés et la simplicité de la composition de la chaussée. La troisième présente les caractères propres à une artère villageoise, notamment l’étroitesse de la chaussée, la présence de trottoirs, l’encadrement serré des bâtiments résidentiels et commerciaux ainsi que la présence significative de points de repère (église, château d’eau). La quatrième séquence marque significativement l’expérience visuelle par la présence de nombreux arbres, et ce, à un point névralgique, soit au début de la portion plus ancienne de la route.

24Quatre autres séquences méritent de faire l’objet d’actions de requalification (2, 5, 6 et 7). De manière générale, il s’agit de segments marquant la transition entre deux milieux (agricole et urbanisé, entrée de ville), composés pour la plupart d’éléments hétérogènes. Ceux-ci sont porteurs d’occasions de projets à travailler autour des principales figures paysagères de la municipalité.

2.2. Vision stratégique d’aménagement et figures paysagères

  • 8 Notons que la version définitive de cette vision a fait l’objet d’une validation et d’une bonificat (...)

25Reposant à la fois sur le diagnostic issu de l’étude de caractérisation des paysages de la Ville de Mercier ainsi que d’autres études portant sur le développement résidentiel, commercial et industriel du territoire, les éléments de la vision ont été élaborés en collaboration étroite avec l’équipe de direction municipale et ses partenaires à travers un dialogue itératif8. À l’aide de questions ouvertes et de propositions à débattre, cet échange a permis de formuler de manière plus précise les principaux secteurs d’enjeux et de prioriser les grandes orientations d’aménagement. La vision d’aménagement résultante prend la forme d’une stratégie interprétative et discursive qui illustre les orientations pour différents secteurs de la ville ainsi que leur mise en cohérence dans un ensemble intégré de propositions.

26La localisation sur le territoire de la Ville de Mercier des éléments de valorisation et les occasions de projet liées aux cinq grandes préoccupations paysagères a permis de constater la présence de deux grands axes stratégiques d’aménagement, l’un principalement lié à la valorisation du cadre de vie et de l’environnement, l’autre lié principalement au développement résidentiel, commercial ou industriel (figure 5).

Figure 5 : Schéma conceptuel de la vision stratégique d’aménagement de la municipalité de Mercier, source : CPEUM 2017.

Figure 5 : Schéma conceptuel de la vision stratégique d’aménagement de la municipalité de Mercier, source : CPEUM 2017.

27L’axe Cadre de vie et environnement vise à révéler ce territoire comme un milieu de vie convivial et ancré sur ses éléments de valorisation naturelle et agricole. En effet, cet axe relie les différents milieux habités de Mercier au pôle civique central qui regroupe plusieurs équipements collectifs de la municipalité. Il relie également les milieux habités aux rangs agricoles9. Finalement, cet axe vise à créer un lien plus fort entre le pôle habité de Mercier et la rivière Châteauguay ainsi que le bois central, soit les deux principaux attraits naturels du territoire municipal qui possèdent un potentiel de développement récréatif important. L’axe de Développement se concentre pour sa part sur la traversée routière nord-sud (route 138) qui constitue le principal axe de densification résidentielle et commerciale de la municipalité. Les objectifs d’intervention visent à garantir la cohérence des différents tronçons précédemment identifiés (figure 4) tout en permettant l’émergence de milieux de vie conviviaux malgré la présence d’une route à haut débit de circulation.

28Comme soulevée précédemment, l’idée de la figure paysagère et de sa mise en projet a été explorée dès le début des années 1990 dans le cadre du projet de paysage de Verchères ou celui de la place Berri à Montréal (Poullaouec-Gonidec, 1993 ; 1995). Ces démarches basées sur des interprétations archétypales de structures et d’entités territoriales locales (Bilodeau, 2003), offraient l’occasion de montrer le potentiel de la figure paysagère comme dispositif permettant d’induire la trame narrative du projet à l’aide d’analogies territoriales.

29Inspirée par ces initiatives antérieures, rappelons qu’une des principales préoccupations relevées par la collectivité dans le cadre de l’actuelle démarche était d’explorer les potentiels de projet des multiples interfaces entre milieu urbanisé et milieu agricole, notamment dans ses dimensions visuelles et sensibles. Penser ces lieux de frontières plus ou moins nettes invite à une mise en cohérence de l’organisation spatiale des fonctions résidentielles, commerciales, industrielles et agricoles. Pour ce faire, le présent projet a eu recours aux figures marquantes qui composent les paysages ordinaires des lieux, soit la figure de la plaine et celle du bosquet. En effet, les paysages de Mercier offrent à la fois une expérience visuelle ouverte par ses champs (figure 6) et un encadrement fermé généré par l’amalgame d’un tissu urbain de faible hauteur et d’une végétation arborescente relativement dense qui génèrent une échelle de proximité et un encadrement plus intime (figure 7).

Figure 6 : Les vastes horizons de la plaine agricole de Mercier, source : CPEUM 2016.

Figure 6 : Les vastes horizons de la plaine agricole de Mercier, source : CPEUM 2016.

Figure 7 : Quartier de Mercier caractérisé par une canopée importante, source : CPEUM 2016.

Figure 7 : Quartier de Mercier caractérisé par une canopée importante, source : CPEUM 2016.

30D’une part donc, l’ouverture vers les plaines agricoles apporte une profondeur au regard, soit un horizon qui rejoint le ciel et une texture et une luminosité changeante des champs au gré des jours et des saisons. Cette ambiance est d’autant plus marquée qu’elle est accentuée par de légères déclinaisons topographiques (terrasses de la rivière) qui livrent des vues en plongée sur les secteurs urbanisés de la ville. De plus, les variations dans l’orientation du cadastre agricole amènent des changements dans l’organisation de la trame urbaine et l’orientation du bâti. Cette situation cadastrale qui constitue l’une des structures historiques de l’organisation territoriale de la municipalité crée une singularité paysagère. Dans bien des cas, le marquage des rangs agricoles par les haies arbustives et les ruisseaux de drainage des terres guide le regard vers l’horizon créant ainsi un sentiment d’immensité territoriale. La figure de la plaine agricole constitue ainsi une première assise du projet de paysage.

31D’autre part et à l’opposé, les quartiers et le boulevard Saint-Jean-Baptiste offrent une ambiance bien différente. L’architecture relativement basse (1 à 3 étages) associée à l’encadrement d’une végétation faite d’arbres et de haies crée des espaces à échelle humaine. L’encadrement met en valeur les premiers plans visuels de ces espaces, soit à titre d’exemple les façades de maison, les trottoirs, les arbres de rue, etc. Ainsi, cette échelle s’associe à l’image d’un milieu urbanisé clairement défini. Ce contexte rappelle les configurations rencontrées à l’échelle des emplacements agricoles. De fait, dans la zone agricole de Mercier, les arbres qui entourent les habitations et les bâtiments agricoles prennent la forme d’un bosquet qui améliore le confort climatique et le caractère intime de l’espace habité (figure 8). À l’échelle du territoire municipal, le jeu d’ouverture de l’espace agricole et de fermeture du milieu urbain crée un effet similaire à cette figure paysagère du bosquet qui ponctue les propriétés agricoles. Par analogie, la zone habitée de la ville de Mercier semble être à l’intérieur d’un vaste bosquet surgissant au cœur de la plaine agricole. La figure du bosquet constitue ainsi une seconde assise du projet de paysage qu’il convient de mettre en valeur pour affirmer l’identité de cette municipalité.

Figure 8 : Bosquet d’arbres typiques des implantations agricoles de la plaine de Mercier, source : CPEUM 2016.

Figure 8 : Bosquet d’arbres typiques des implantations agricoles de la plaine de Mercier, source : CPEUM 2016.

32Ainsi, ces deux figures paysagères, celle de la plaine agricole et celle du bosquet, renvoient à une double échelle paysagère (territoriale et humaine) à partir desquelles peuvent être explorées les relations visuelles et sensibles entre milieu bâti et milieu agricole. Le projet de paysage porte de ce fait l’énoncé d’une vision stratégique pour la municipalité de Mercier qui a pour objectif de proposer des aménagements qui contribueront à rendre plus visibles et lisibles ces expressions singulières du territoire tout en considérant les actions de densification et de consolidation du tissu commercial et résidentiel.

33En ce sens, les orientations d’aménagement proposées s’articulent autour de trois grands objectifs de qualité paysagère, soit 1) la préservation de l’échelle humaine par le renforcement de la figure paysagère du bosquet ; 2) la mise en valeur des caractéristiques territoriales par le développement d’une nouvelle typologie architecturale et 3) le développement des ambiances urbaines par la création et la mise en réseau d’espaces publics. Bien que ciblant des actions à l’intérieur du périmètre d’urbanisation, l’ensemble de ces objectifs ont été formulés en tenant compte de la singularité du contexte agricole limitrophe.

2.3. L’idéation : l’illustration d’un projet de paysage

34Sur la base de l’énoncé d’une vision stratégique d’aménagement, cette dernière phase d’idéation a été l’occasion d’approfondir des propositions d’aménagement pour les différents segments du territoire d’intervention. Ces propositions ne sont pas envisagées ici comme des projets à mettre en œuvre, mais davantage comme des hypothèses de transformation du territoire à explorer. Celles-ci sont illustratives d’une vision coconstruite par l’ensemble des acteurs locaux et les équipes d’experts invités tout autant que le socle des principes et des critères d’aménagement qui faciliteront l’appropriation des résultats par ces derniers. Pour les fins du présent texte, et sans prétendre couvrir l’ensemble des résultats du projet de recherche-action, une attention sera portée aux propositions d’intervention paysagère qui s’attèlent plus particulièrement à composer avec les enjeux des paysages de l’agriurbain. Aussi, les lignes suivantes exposent quelques aspects des propositions d’intervention visant 1) la consolidation du milieu résidentiel ; 2) la mise en valeur du pôle civique 3) le développement de la centralité commerciale et 4) le développement du milieu industriel (figure 5) qui permettent de tirer profit de la relation entre le milieu agricole et le milieu urbanisé.

2.3.1. Pôle de consolidation du milieu résidentiel

35À l’entrée de la zone urbanisée de Mercier, la transition entre le milieu agricole et le milieu urbanisé y est relativement claire. Une certaine densification du tissu résidentiel peut déjà être remarquée par la construction récente de nouveaux immeubles multilogements le long de l’axe routier (figure 9). Ces immeubles de trois étages contrastent cependant avec le plus petit gabarit (1 à 2 étages) des autres bâtiments qui sont présents sur ce boulevard (figure 10). Favoriser la densification résidentielle pose ainsi le défi de l’harmonisation des gabarits des nouveaux bâtiments au tissu existant.

Figure 9 : Exemple d’une insertion d’un bâtiment de trois étages sur la route 138, source : CPEUM 2016.

Figure 9 : Exemple d’une insertion d’un bâtiment de trois étages sur la route 138, source : CPEUM 2016.

Figure 10 : Gabarit original des bâtiments du noyau villageois ancien de Mercier, source : CPEUM 2016.

Figure 10 : Gabarit original des bâtiments du noyau villageois ancien de Mercier, source : CPEUM 2016.

36Une des propositions retenues est de favoriser la présence de toitures en pente habitée. Ce nouveau langage architectural permet d’augmenter la hauteur des bâtiments en conservant une échelle similaire au cadre bâti existant. Dans un contexte de densification résidentielle, l’aménagement de toits-terrasses offre un ajout d’espaces extérieurs privés qui assurent une intimité et une qualité de vie aux résidents. En raison de leur surélévation, ces terrasses pourront également offrir des vues dégagées vers la plaine agricole, horizons qui ne sont autrement pas accessibles à partir du noyau villageois.

37De même, la plantation d’arbres sur les terrains des futurs projets immobiliers à construire à la limite sud du périmètre d’urbanisation ainsi que le long du boulevard Saint-Jean-Baptiste offre l’occasion d’affirmer la figure paysagère du bosquet. Cette action permet de marquer la transition entre un milieu agricole ouvert et un milieu urbain boisé tout en créant un cadre de vie de qualité au nouveau milieu résidentiel. Des plantations le long du boulevard ainsi que sur le contour des frontières cadastrales permettent aussi de marquer le contraste d’alignement en front de lot et de rendre visible la trame agricole originale (figure 11).

Figure 11 : Plan-image de l’aménagement du pôle de consolidation du milieu résidentiel, source : CPEUM 2017.

Figure 11 : Plan-image de l’aménagement du pôle de consolidation du milieu résidentiel, source : CPEUM 2017.

2.3.2. Mise en valeur du pôle civique

38L’ensemble des fonctions institutionnelles du noyau villageois ancien fait de ce secteur le lieu de rassemblement naturel pour les citoyens de Mercier. La stratégie d’intervention proposée permet d’explorer le potentiel multifonctionnel des espaces publics à refaçonner. À cet égard, l’articulation de la relation entre milieu agricole et milieu urbain prend son sens par l’intermédiaire de l’amélioration des qualités paysagères de l’allée piétonne qui longe le bâtiment de l’Hôtel de Ville ainsi que par le biais de l’utilisation multifonctionnelle de l’aire de stationnement. Ce lieu offre une occasion de rapprocher la distribution locale de produits agricoles locaux dans le contexte par exemple de l’installation d’une place du marché qui serait utilisée sur un mode temporaire.

2.3.3. Développement de la centralité commerciale

39En plus de concentrer une part importante de l’activité commerciale, les abords du boulevard de l’entrée nord du noyau villageois sont actuellement en processus de transformation avec l’implantation de nouveaux établissements commerciaux. Afin de produire un nouvel espace commercial offrant des espaces de qualité aux résidents, la présence du grand bois central représente ici une opportunité de mise en valeur paysagère et de marquage identitaire. Le bois dont la canopée est actuellement visible au-dessus des bâtiments commerciaux est l’un des éléments singuliers du paysage de Mercier. Or, l’aménagement des stationnements de surface tend actuellement à déboiser les portions les plus rapprochées du boulevard. Il est donc proposé de favoriser la plantation d’arbres dans les superficies ouvertes des terrains commerciaux, tels les stationnements extérieurs. En mettant en valeur tant la relation physique que visuelle avec le bois, cette stratégie permet de marquer plus franchement le point de contact entre le bois et le contexte agricole (figure 12). Ce faisant, cette proposition permet d’atténuer l’image et les effets de l’urbanisation diffuse du territoire.

Figure 12 : Plan-image de l’aménagement du pôle de développement de la centralité commerciale, source : CPEUM 2017.

Figure 12 : Plan-image de l’aménagement du pôle de développement de la centralité commerciale, source : CPEUM 2017.

2.3.4. Développement du milieu industriel

40La transformation d’un terrain en friche, localisé dans le secteur de l’entrée nord de la municipalité, se situe au cœur de sa vision de développement économique. Vu cette position stratégique de vitrine naturelle, les interventions de développement proposées visent à souligner les éléments singuliers et les caractéristiques identitaires de la ville de Mercier et tout particulièrement celles qui s’articulent autour des préoccupations environnementales et agricoles.

41Ainsi, plusieurs caractéristiques naturelles du futur site industriel soulèvent un intérêt pour leur préservation. Bien que la végétation arborescente du terrain à développer soit relativement jeune, il est proposé de limiter le déboisement uniquement aux sites à construire. Cette stratégie, combinée à un effort de plantation d’arbres à certaines de ses périphéries, assurera la perception du site industriel comme l’un des bosquets boisés de la ville de Mercier. Par ailleurs, la préservation de deux ruisseaux agricoles permet de générer des liens visuels entre le secteur industriel et la zone agricole tout en favorisant la biodiversité du site. La programmation de ce projet fournit également l’opportunité de mettre en place une véritable vitrine agroalimentaire. Cette proposition pourrait prendre la forme d’un guichet unique rassemblant sous un même lieu des services de soutien et d’accompagnement à l’innovation agricole et de diversification de la production agroalimentaire. L’aménagement proposé d’un guichet d’information agrotouristique constitue enfin un point d’arrêt pour les visiteurs.

Conclusion

42Par-delà le caractère spécifique de ces propositions, ce travail a donné lieu à l’identification de principes d’aménagement. Face aux forces de développement « générique » de ce fragment de territoire métropolitain, il s’agissait, dans la perspective d’une densification accrue du tissu urbain, de définir un langage architectural et paysager plus sensible à l’identité agricole du contexte territorial limitrophe et à l’appartenance forte à un cadre de vie valorisé par cette proximité. Pour composer avec ces enjeux d’aménagement, certains principes ont été dégagés, dont :

  • Utiliser la figure paysagère du bosquet pour rehausser la qualité des espaces publics et marquer l’identité de la municipalité ;

  • Respecter l’orientation des lignes de découpage des terres agricoles dans l’implantation des bâtiments en front de lot ;

  • Aménager des toits-terrasses pour mettre en valeur les horizons sur la plaine agricole.

43La programmation proposée de certains secteurs à aménager permet également de renforcer l’identité agricole et sa visibilité dans l’espace plus proprement urbain. Cette situation serait possible par la mise en œuvre des principes d’aménagement suivants :

  • Favoriser les circuits courts de mise en marché de produits agricoles à valeur ajoutée (ex. : produits biologiques, de niche) au cœur du noyau villageois ;

  • Mettre en place une vitrine agricole au sein du nouveau quartier industriel (ex. : stratégie de soutien à l’innovation agricole et agroalimentaire).

44Les différentes composantes de cette stratégie d’aménagement offrent un cadre suffisamment souple pour convenir à divers types de développement tout en assurant une cohérence d’ensemble aux actions municipales sur le long terme. Les principes préalablement identifiés présentent un potentiel d’appropriation tant à travers les actions directes de la municipalité en ce qui concerne les espaces publics que par l’intermédiaire des outils de réglementation urbanistique afin d’orienter et contrôler les actions de transformation des terrains privés.

45Considérant l’ampleur des défis liés à l’aménagement des territoires agriurbains, il importe toutefois de garder à l’esprit que ces principes ne constituent pas en soi une panacée. Le cadre de l’actuelle démarche présente en effet diverses limites. Relevons d’abord que le périmètre très circonscrit du territoire visé par notre démarche a limité sa portée à quelques points de contact entre milieu urbanisé et milieu agricole. Soulignons ensuite qu’une véritable réflexion à l’échelle plus vaste des paysages agriurbains aurait nécessité une implication et des interactions plus soutenues avec les représentants du secteur agricole. Comme l’ont démontré d’autres démarches en périphérie de la métropole montréalaise (Domon et Ruiz, 2014; Courcier et Domon, sous presse), les acteurs municipaux n’ont pas de prise directe sur les grandes orientations des politiques agricoles, de là la nécessité d’interpeler les acteurs qui agissent à d’autres échelles d’intervention, soit à l’échelle de la planification régionale et à l’échelle d’élaboration des politiques publiques agricoles (gouvernement provincial). Aussi, une meilleure intégration des exercices de planification du secteur agroalimentaire et de planification territoriale représente un défi à relever pour soutenir une vision multifonctionnelle de ces territoires considérant les fonctions agricoles, environnementales, socioéconomiques, culturelles et touristiques de ces derniers.

46Malgré le chemin important qui reste à faire en ce sens, une telle réflexion est nécessaire afin d’atteindre les objectifs de qualité paysagère de ces territoires d’interface entre milieu urbain et milieu agricole soumis à une grande variété de demandes sociales et publiques qui apparaissent souvent difficiles à concilier. Ainsi, une démarche misant sur l’énoncé de figures paysagères pourrait être élargie à une échelle plus vaste afin d’induire des assises de sens singuliers et appropriables; une condition essentielle pour fédérer un projet de paysage socialement partageable.

Haut de page

Bibliographie

Affleck de la Riva, 1995, La cité-jardin de Rosemère. Site de la firme Affleck de la Riva, http://www.affleckdelariva.com/fr/projects/la-cite-jardin-de-rosemere/, consulté le 5 décembre 2018

Agglomération de Longueuil, 2014, Plan de développement de la zone agricole (PDZA), https://www.longueuil.quebec/files/longueuil/images/PDF/PDZA_Plan_2014.pdf, consulté le 17 novembre 2018

Bergeron J., Paquette S. et Poullaouec-Gonidec P., 2014, Uncovering landscape values and micro-geographies of meaning with the go-along method, Landscape and Urban Planning, vol. 122, pp. 108-121

Bilodeau D., 2003, Archétype et épiphanie du paysage québécois, in P. Poullaouec-Gonidec, S. Paquette et G. Domon (Dir.), Les temps du paysage, Montréal : Les presses de l’Université de Montréal, pp. 247-274

Boutinet J.-P., 2001, À propos du projet de paysage, repères anthropologiques, Carnets du paysage, no 7, pp. 65-82

Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), 2011, Plan d’aménagement et de développement, Montréal : http://cmm.qc.ca/fileadmin/user_upload/pmad2012/documentation/20120530_PMAD.pdf, consulté le 17 novembre 2018

Courcier S. et Domon G., sous presse, Recognizing the multifunctional nature of agriculture: Stakes and challenges in Montréal and Ile Bizard, in L. Scazzosi et P. N. Branduini (Dir.), Agriculture, Elsevier, Urban Agriculture Series, 16 p.

Domon G. et Ruiz J., 2014, Un diagnostic pour les paysages des zones d’intensification agricole, in J. Ruiz et G. Domon (Dir.), Agriculture et paysage. Aménager autrement les territoires ruraux, Montréal, : Les Presses de l’Université de Montréal, pp. 255-274

Donadieu P., 2014, Paysages en commun. Pour une éthique des mondes vécus, Collection Contrées et Concepts, Valenciennes : Presses Universitaires de Valenciennes

Doucet M.-C. et Dumais L., 2015, La recherche-action collaborative, une activité dialogique pour produire des connaissances, in Les chercheurs ignorants, collectif d’auteurs (Dir.), Les recherches-actions collaboratives : une révolution de la connaissance, Rennes, France : Presses de l’École des hautes études en santé publique, pp. 75-84

EUROPAN 7, 2003, Sub-urban challenge: Urban intensity and housing diversity, Towns and juries forum, Graz, Autriche, 14-16 novembre 2003.

FNAU (Fédération Nationale des Agences d'Urbanisme - France), 2003, Actes du colloque « Territoires en quête d'images : Les ressorts de l'attractivité », Revue Urbanisme, no 18 (Hors-série)

Fortin A., Després C. et Vachon G., 2005, Design urbain en collaboration. Bilan et enjeux, Géocarrefour, vol. 80, no 2, 145-154

Gagné F., 2009, Après l’éden, l’oubli. Le projet urbain montréalais et la charrette du secteur Ouest de Pierrefonds, Revue ARQ (Architecture-Québec), no 147, pp. 12-19

Luginbühl Y., 2001, La demande sociale de paysage, Rapport du ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement (France) présenté au Conseil national du paysage, pp. 11-30

Masboungi A., 2009, Un diagnostic sans complaisance, in A. Masboungi et D. Mangin (Dir.) Agir sur les grands territoires, Paris : Éditions du Moniteur, pp. 9-23

MRC de Roussillon, 2010, Plan de développement de la zone agricole (PDZA), https://www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/DeveloppementRegional/PDZA/PDZA_MRC_Roussillon_Octobre_2010.pdf, consulté le 17 novembre 2018

MRC de Roussillon, 2019, Plan de développement de la zone agricole (PDZA), https://roussillon.ca/wp-content/uploads/2019/06/PDZA_2019_WEB_VF.pdf, consulté le 9 octobre 2019

Oatley N., 2001, L'apparition de l'Edge (of) City: quels mots pour les "nouveaux" espaces urbains ? in H. Rivière d'Arc, (Dir.), Nommer les nouveaux territoires urbains, Paris : Éditions UNESCO / Fondation Maison des sciences de l'homme, pp. 17-38

Observatoire du Grand Montréal, 2019, http://cmm.qc.ca/donnees-et-territoire/observatoire-grand-montreal/, consulté le 10 octobre 2019

Paquette S. et Poullaouec-Gonidec P., 2005, Paysages urbains : Montréal et sa périphérie, in P. Poullaouec-Gonidec, G. Domon et S. Paquette (Dir.), Paysages en perspective, Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal, pp. 319-352

Paquette S., Poullaouec-Gonidec P. et Marmen P., 2017, Vision stratégique d’aménagement de la Ville de Mercier. Corridor du boulevard Saint-Jean-Baptiste. Cahier d’idéation, rapport déposé à la Ville de Mercier, Montréal : Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal

Poullaouec-Gonidec P., 1993, La place Berri, propos sur le paysage, Revue de l’aménagement Trames, n° 7, pp. 10-17.

Poullaouec-Gonidec P., 1995, Le projet de paysage du village de Verchères, Revue ARQ (Architecture-Québec), no 90, pp. 15-20

Poullaouec-Gonidec P. et Paquette S., 2011, Montréal en paysages, Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal

Poullaouec-Gonidec P., Paquette S. et P. Marmen, 2015, YUL/MTL Paysages en mouvement, Applied Design + Research Publishing, ORO Editions

Poulot M., 2014, L’invention de l’agri-urbain en Île-de-France. Quand la ville se repense aussi autour de l’agriculture, Géocarrefour, vol. 89, no 1-2, pp. 11-19

Rauws W. et van Dijk T., 2013, A Design Approach to Forge Visions That Amplify Paths of Peri-Urban Development, Environment and Planning B: Planning and Design, vol. 40, pp. 254-270

Ruiz J., Domon, G., Jambon, C., Paquin, C. et Rousselle-Brosseau, L.-P., 2012, Connaître et comprendre les paysages d’aujourd’hui pour penser ceux de demain. Le diagnostic paysager de la MRC des Maskoutains, Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal et Université du Québec à Trois-Rivières

Sieverts T., 2004, Entre-ville, une lecture de la Zwischenstadt, Marseille : Éditions Parenthèses

Tress G. et Tress B., 2004, Metropolitan landscapes: Contours of an emerging concept, in G. Tress, B. Tress, B. Harms, P. Smeets et A. Van der Valk, Planning Metropolitan Landscapes : Concepts, Demands, Approaches, Wageningen : DELTA Series 4, pp. 276-287

Van Alen Institute, 2006, Philadelphia LandVisions – An International Design Competition, Urban Voids : Grounds for Change, www.vanalen.org/projects/urban-voids-grounds-for-change/, consulté le 17 novembre 2018

Haut de page

Notes

1 Expressions territoriales cernables de nature métaphorique, analogique ou emblématique issues de valorisation et/ou aspirations sociales qui contribuent à des enracinements au lieu. Les figures paysagères ont la capacité d’induire l’imaginaire et l’appropriation sociale par leurs interprétations inclusives de sens.

2 Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), 2010. Limites administratives de la CMM : http://cmm.qc.ca/donnees-et-territoire/observatoire-grand-montreal/produits-cartographiques/donnees-georeferencees/ ; Commission de protection du territoire agricole du Québec, 2019. Limites de la zone agricole : https://www.donneesquebec.ca/recherche/fr/dataset/zone-agricole-du-quebec ; Ville de Montréal, 2019. Limites municipales : www.donneesquebec.ca/recherche/fr/dataset/vmtl-polygones-arrondissements, consultées le 9 octobre 2019.

3 L’étude de la CPEUM (Paquette et coll., 2017) a été menée parallèlement à d’autres mandats donnés par la municipalité à différentes organisations visant principalement à étudier le potentiel de développement résidentiel, commercial et industriel du secteur à l’étude. Les représentants de ces organisations ont également participé aux diverses phases de ce projet.

4 Voir à ce sujet les résultats des Workshop_atelier-terrain de la CUPUM à l’adresse suivante : http://www.unesco-paysage.umontreal.ca/fr/recherches-et-projets/workshop-atelier-terrain-wat_unesco, consultée le 9 décembre 2018.

5 Il s’agit des documents suivants : Planification stratégique (2015-19) et Plan d’urbanisme (2009) de la Ville de Mercier ; Schéma d’aménagement et de développement révisé (2014) et Plan de développement de la zone agricole (2010) de la MRC de Roussillon ; Documents issus de la consultation publique intitulée Je rêve ma ville réalisée par la Ville de Mercier (2016).

6 Cette analyse cartographique des transformations de l’utilisation du sol a été réalisée à partir de couvertures périodiques (1915, 1935, 1968, 1984, 2016) rapportées selon les mêmes conventions graphiques.

7 Pour ce faire, des captures vidéo en vision frontale et latérale ont été relevées à partir d’une situation de conduite routière effectuée le long de la route 138. Les éléments de composition de l’expérience visuelle de ce corridor routier ont été identifiés en portant une attention particulière à la présence des surfaces minéralisées et végétalisées, à la composition de la voie publique et aux équipements aériens d’utilité publique. L’évaluation des repères visuels et des effets d’ouverture et de fermeture visuelle a été schématisée pour chacun des segments.

8 Notons que la version définitive de cette vision a fait l’objet d’une validation et d’une bonification à la suite d’une présentation publique des résultats des phases de diagnostic et d’élaboration de la vision stratégique d’aménagement.

9 Selon l'Office québécois de la langue française (http://www.granddictionnaire.com), le rang agricole est une "voie de communication, en milieu rural, tracée perpendiculairement aux lots et desservant des exploitations agricoles et des habitations. Les lots que ces voies de communication desservent correspondent, pour les plus anciens, aux premiers découpages des terres du régime seigneurial [en vigueur au Québec entre 1627-1854], aussi appelés rangs."

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Territoire agricole de la Communauté métropolitaine de Montréal et localisation de la municipalité régionale de comté de Roussillon et de la Ville de Mercier, sources : Communauté métropolitaine de Montréal (2010), Commission de protection du territoire agricole du Québec (2019) et Ville de Montréal (2019)2.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5688/img-1.png
Fichier image/png, 276k
Titre Figure 2 : Phases de réalisation de la démarche de recherche-action, source : CPEUM 2019.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5688/img-2.png
Fichier image/png, 181k
Titre Figure 3 : Transformation de l’utilisation du sol de la municipalité de Mercier (1915-2016) – éléments de persistance, source : CPEUM 2017.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5688/img-3.png
Fichier image/png, 739k
Titre Figure 4 : Synthèse de la caractérisation physico-spatiale et visuelle du corridor de la route 138 (boul. Saint-Jean-Baptiste) de la municipalité de Mercier et présentation des séquences paysagères relevées: rurale (1), de transition (2, 6), villageoise (3), boisée (4), commerciale (5) et d’entrée de ville (7), source : CPEUM 2017.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5688/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 5 : Schéma conceptuel de la vision stratégique d’aménagement de la municipalité de Mercier, source : CPEUM 2017.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5688/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 6 : Les vastes horizons de la plaine agricole de Mercier, source : CPEUM 2016.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5688/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 7 : Quartier de Mercier caractérisé par une canopée importante, source : CPEUM 2016.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5688/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Figure 8 : Bosquet d’arbres typiques des implantations agricoles de la plaine de Mercier, source : CPEUM 2016.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5688/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 9 : Exemple d’une insertion d’un bâtiment de trois étages sur la route 138, source : CPEUM 2016.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5688/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 10 : Gabarit original des bâtiments du noyau villageois ancien de Mercier, source : CPEUM 2016.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5688/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 11 : Plan-image de l’aménagement du pôle de consolidation du milieu résidentiel, source : CPEUM 2017.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5688/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 12 : Plan-image de l’aménagement du pôle de développement de la centralité commerciale, source : CPEUM 2017.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5688/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Paquette, Philippe Poullaouec-Gonidec et Patrick Marmen, « De la plaine au bosquet, des figures archétypales du projet de paysage périurbain en périphérie de Montréal (Québec) », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], Articles, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/tem/5688

Haut de page

Auteurs

Sylvain Paquette

Auteur de correspondance

Titulaire, Chaire en paysage et environnement
Professeur titulaire
École d’urbanisme et d’architecture de paysage
Université de Montréal
C.P. 6128, succ. Centre-ville
Montréal (Québec)
Canada H3C 3J7
sylvain.paquette@umontreal.ca

Philippe Poullaouec-Gonidec

Titulaire, Chaire UNESCO en paysage urbain
Professeur associé
École d’urbanisme et d’architecture de paysage
Université de Montréal
C.P. 6128, succ. Centre-ville
Montréal (Québec)
Canada H3C 3J7
philippe.poullaouec-gonidec@umontreal.ca

Patrick Marmen

Chercheur, Chaire en paysage et environnement
Université de Montréal
C.P. 6128, succ. Centre-ville
Montréal (Québec)
Canada H3C 3J7
patrick.marmen@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page