Navigation – Plan du site

Comprendre la gestion des risques hydrométéorologiques au Cambodge

Understanding hydrometeorological risk management in Cambodia
Tony Rey et Stéphanie Defossez

Résumés

À travers l’exemple du Cambodge, cet article vise à montrer le poids du contexte territorial dans la prise en compte des risques naturels dans les politiques publiques nationales et les choix de stratégies de gestion. Le Cambodge est exposé à des phénomènes extrêmes récurrents et présente des caractéristiques socio-économiques, démographiques et politiques vulnérables. Sur la base de recherches bibliographiques ainsi que sur des observations de terrain, cette étude explore la gestion des risques dans un pays marqué par son histoire politico-militaire récente dont les stigmates se font sentir à tous les niveaux, des institutions aux citoyens. Les stratégies de gestion restent difficiles à établir en raison des indicateurs de développement défavorables, une sortie de crise politico-militaire lente et encore inscrite dans des instabilités, l’absence ou l’inaccessibilité de données fiables, la méconnaissance des évènements historiques. Il est par ailleurs question d’une approche standardisée des modes de gestion parfois non transposable aux spécificités locales.

Haut de page

Texte intégral

Cette recherche a bénéficié du soutien financier de l’IRD dans le cadre d’une mission longue durée (MLD) de deux mois au Cambodge. Les auteurs remercient l’IRD et particulièrement Bernard Moizo pour son soutien et son implication ainsi que les collègues de l’université Paul Valéry Montpellier 3-UMR GRED. Merci à toutes les personnes rencontrées au Cambodge particulièrement Pascale Turquet (ambassade de France), Didier Lecomte (Institut de Technologie du Cambodge (ITC), Malyne Neang et Sok Kimchhin (Ecoland).

Introduction

  • 1 L’originalité de ce plan national (2014-2018) est de s’intéresser pour la première fois aux aires u (...)

1Cet article émane d’une mission de deux mois effectuée au Cambodge en 2016 guidée par une démarche a priori, au regard des inondations récurrentes qui ont engendré des dommages et des victimes, ainsi que sur la base d’indicateurs de vulnérabilité territoriale. Face aux évènements naturels, l’analyse des disparités géographiques (démographiques, socio-économiques, urbaines…) montre une vulnérabilité sociale plus élevée dans les pays en développement, même si globalement les pays développés et en développement sont exposés à un nombre comparable d’aléas naturels (Bétard et Fort, 2014). La vulnérabilité, notion polysémique, se détermine en fonction de facteurs renvoyant à la sensibilité, la fragilité de sociétés et de territoires. Le niveau de développement ainsi que le contexte politique représentent un cadre général reflétant la vulnérabilité. Les contraintes financières, technologiques, infrastructurelles et institutionnelles productrices de vulnérabilités rendent difficile l’adaptation aux phénomènes naturels. À travers l’exemple du Cambodge, dont les (re)dynamiques territoriales sont récentes (fin des années 1990-début 2000), nous nous sommes intéressés à la gestion des risques naturels, en particulier des risques inondations et côtiers dans les zones de fortes densités. L’analyse de la vulnérabilité des pays de l’Asie du Sud-Est (D’Ercole et al., 2000) place le Cambodge à un niveau élevé de vulnérabilité et de risque (malgré le peu d’informations disponibles sur les événements naturels au Cambodge). Il a été classé 12e dans la liste des pays les plus exposés et vulnérables aux catastrophes naturelles (World Risk Report, 2018). Il fait aussi partie des États les plus vulnérables aux impacts du changement climatique (Solomon et al., 2007 ; Yusuf et Francisco, 2010 ; Standard & Poor’s, 2014 ; Hugon, 2017) en raison de sa faible capacité d’adaptation (UNDP, 2009), malgré des progrès considérables aux chapitres de la croissance économique et de l’éducation. Les caractéristiques socio-économiques, démographiques, techniques et topo-morphologiques amplifient les impacts des événements hydro-météorologiques (Osti et al., 2006 ; Dodman et al., 2009 ; auteur, 2017). Ces contraintes de développement qui fragilisent le Cambodge lorsque surviennent ces phénomènes naturels questionnent les stratégies de gestion des risques naturels dans un contexte socio-économique et historico-politique difficile (sortie de crise). Les politiques publiques de gestion des risques naturels s’inscrivent dans une dimension internationale (cadre théorique de Sendai 2015-2030), alors que les spécificités sociétales et territoriales les guident également. Qu’il s’agisse d’objectifs de développement, comme les ODD (Objectifs de développement durable) ou de réduction des risques et des catastrophes, quelle est la place des spécificités territoriales dans les injonctions internationales ? Comment le contexte historico-politique pèse-t-il sur les orientations des politiques publiques ? La gestion des risques naturels est-elle et peut-elle être une priorité dans ce contexte territorial ? En effet, ce n’est qu’en 2011, suite à de graves inondations (1 600 000 personnes touchées et 247 morts), qu’une planification1 des risques et des catastrophes a été élaborée au Cambodge. Enfin, les données choisies et diffusées par l’État ne biaisent-elles pas la réelle ampleur des événements et leurs conséquences, avec une sous-estimation des niveaux de référence, et ne participent-elles pas à des actions de prévention et de préparation insuffisantes au regard de l’envergure des phénomènes ?

2Après une remise en contexte de l’exposition et des vulnérabilités du Cambodge, nous insisterons sur la difficulté liée à la disponibilité des données avant d’évoquer les impacts et les stratégies de gestion des risques, puis de mettre en perspective une étude locale dans la dimension internationale.

3Cet article s’appuie sur un diagnostic territorial qui a permis d’évaluer l’exposition du territoire cambodgien face aux risques littoraux et d’inondations. L’objectif a visé une étude exploratoire sur les risques hydrométéorologiques au Cambodge (principalement Phnom Penh, Siem Reap et le littoral). Ce diagnostic a été réalisé à partir d’un corpus bibliographique et d’une mission de terrain des auteurs de mai à juillet 2016. La méthode a reposé sur des observations de terrains (diagnostic des digues, de vulnérabilité) et d’entretiens formels et informels (10 institutionnels et chercheurs locaux et internationaux et environ 30 témoignages de populations). La démarche déductive a permis d’étayer une évaluation des vulnérabilités structurelles à échelle infracommunale, notamment en analysant la structure des bâtis ou encore fonctionnelle (état des digues). Des données connexes, telles que des données hydrologiques, des images satellites et des rapports officiels, ont été également collectées et analysées (à partir des bases de données disponibles en open source). Au cours de l’enquête de terrain, les témoignages recueillis sur un échantillon aléatoire de populations résidant à proximité des cours d’eau ou du trait de côte, sur leur vécu des inondations ou leur perception du danger, ont alimenté nos réflexions. La barrière de la langue a limité le nombre d’entretiens qui se sont effectués avec des personnes parlant anglais (mais rappelons qu’il s’agissait d’une étude exploratoire). Les échanges avec des institutionnels ou gestionnaires de données ont conduit à une prise de recul sur les problématiques de risque, complétée par une lecture des acteurs du réseau français implanté au Cambodge (experts techniques des ministères, universitaires, étudiants).

1. Exposition et vulnérabilités du territoire cambodgien

1.1. Des événements hydrométéorologiques fréquents mais peu étudiés

  • 2 Plus de 90 % de la population du pays vit en zone rurale et dépend de l'agriculture pour vivre et s (...)

4Au Cambodge, inondations et sécheresses sont les risques les plus récurrents (Helmers et Jegillos, 2004 ; Osti et al., 2006). Elles éprouvent le pays avec des conséquences désastreuses (350 morts en 2000 d’après le PNUD). Les risques d’inondation ont été largement évalués pour les communautés rurales2, notamment sous l’angle des vulnérabilités et de la résilience (Nuorteva et al., 2010 ; Sok et Yu, 2015). Les inondations sont aussi souvent analysées sous un angle sanitaire (Davies et al., 2014) parce qu’elles génèrent une recrudescence et une propagation de maladies diarrhéiques (Helmers et Jegillos, 2004) en partie liées à un mauvais système d’évacuation des eaux usées et d’élimination des déchets. Jusqu’à récemment, la gestion des risques d’inondation dans les espaces urbains et périurbains au Cambodge était marginalisée. Les premiers travaux à traiter exclusivement de ce thème sont les recherches menées par C. Pierdet (2008). Il faut ensuite attendre le rapport de Flower et Fortnam publié en 2015, intitulé « Urbanizing Disaster Risk: vulnerability of the urban poor in Cambodia to flooding and other hazards », suivi du premier retour d’expérience scientifique sur les inondations de 2011 (Nagumo et al., 2016). Le constat est encore plus édifiant pour les espaces côtiers pourtant exposés aux tempêtes tropicales et typhons ainsi qu’au risque d’érosion côtière (Fee et al., 2012). Le nombre de catastrophes répertoriées avant les années 2000 dans les bases de données amende ce bilan, une catastrophe pour la période 1900-1971 et quatre de 1972 à 1996 (données du CRED) (D’Ercole et Pigeon, 1999).

5Même si le Cambodge reste un territoire majoritairement agricole, les grands projets immobiliers dans la capitale Phnom Penh et les grandes villes touristiques comme Siem Reap, Sihanoukville ou Kampot aux densités élevées participent à la vulnérabilité territoriale, augmentant potentiellement les conséquences structurelles et humaines. Les inondations en zones urbaines et périurbaines posent désormais question.

1.2. Contexte géographique du bas Mékong, facteur d’exposition ?

6Le Cambodge (181 035 km²), dont les marges montagneuses et zones de plateaux encadrent le centre du pays, se caractérise par la dépression du Tonlé Sap et les vastes plaines d’inondation qui se raccordent au delta du Mékong au sud. 80 % des terres du Cambodge se trouvent dans le bassin inférieur du Mékong qu’il partage avec le Myanmar, le Laos et le Vietnam (Fig. 1).

Figure 1 : Localisation des sites étudiés (CAO : auteurs, 2018)

Figure 1 : Localisation des sites étudiés (CAO : auteurs, 2018)
  • 3 Données issues de l’analyse diachronique des images acquises par le satellite Modis en 2008.

7Le Mékong, élément structurant du paysage, entre en crue à chaque saison des pluies. 75 à 85 % des précipitations annuelles se concentrent pendant cette saison de mai à octobre. Les précipitations saisonnières provoquent des dynamiques hydrologiques remarquables pour le Mékong et le lac Tonlé Sap dont le niveau d’eau passe de 0,7 m à 9 m pendant la saison humide, augmentant la surface du lac de 2 500 km² à plus de 12 500 km² (Holtgrieve et al., 2013)3. Les inondations sont attendues en zone rurale, car bienfaitrices pour la riziculture. Cependant, leur irrégularité et leur imprévisibilité ont des conséquences négatives sur la production agricole et les systèmes de subsistance des ruraux (Heng et al., 2013). Par exemple, les inondations de 2011 ont causé une perte importante de la production agricole et des dégâts dans plusieurs villes du Cambodge, estimés à plus de 620 millions de dollars (Asian Development Bank, 2014).

8Les espaces littoraux n’échappent pas aux risques. Le littoral cambodgien s’étire sur 435 km de côtes basses depuis Koh Kong à la frontière thaïlandaise jusqu’à Kep côté frontière vietnamienne. Près d’un million de personnes vivent sur la frange côtière et les îles. Le littoral se caractérise par des plages sableuses, de la mangrove qui couvrait une surface de 63 039 ha en 2006 (MLMUPC 2006) principalement autour de Koh Kong (90 %) et des récifs coralliens qui s’étirent sur plus de 2 806 ha, inégalement répartis entre Koh Kong 42,7 %, Sihanoukville 34 %, Kep 21,4 % et Kampot 1,9 % (d’après les données de MoE, 2007). De nombreuses activités se concentrent sur le littoral, comme la crevetticulture, pêche, exploitation du bois de mangrove, production de sel, auxquelles s’ajoutent d’autres pressions foncières, immobilières (tourisme et résidentiel de luxe) et activités portuaires extrêmement demandeuses en foncier et perturbatrices des écosystèmes côtiers. À Kampot existe le projet d’un nouveau port international pour les croisiéristes (Fig. 2.A) (à destination de Phu Quoc, île vietnamienne située au large de Kampot, desservie jusqu’à présent au départ du Vietnam uniquement). Le projet était arrêté lors de notre mission en 2016, puis il a repris en 2018 et devrait se finaliser en 2019. Une zone économique spéciale (ZES) de 1 000 ha est en cours de développement. Sihanoukville est devenue un puissant aimant à capitaux et à travaux transformant la ville qui s’étend et se densifie au détriment des plages, de la campagne. Des buildings-hôtels jaillissent sur le front de mer en quelques mois (Fig. 2.B).

Figure 2 : Le développement du littoral cambodgien. A) Réalisation du port international pour croisiéristes à Kampot ; B) Hôtel en construction à Sihanoukville (clichés des auteurs, 2016).

Figure 2 : Le développement du littoral cambodgien. A) Réalisation du port international pour croisiéristes à Kampot ; B) Hôtel en construction à Sihanoukville (clichés des auteurs, 2016).

9Cette récente densification de l’urbanisation, l’étalement urbain et les futurs projets d’aménagements dans les principales villes de l’intérieur du pays et sur l’interface côtière participent à une exposition croissante du territoire, lequel présente a priori une vulnérabilité élevée.

1.3. Des caractéristiques démographiques et socio-économiques reflet des vulnérabilités

  • 4 Rapport mondial du PNUD sur le développement humain, 2015.

10Même si les méthodes et les chiffres doivent être considérés avec prudence puisqu’ils s’inscrivent dans des données standardisées, les indicateurs de développement qui qualifient notamment les facteurs socio-économiques et démographiques, renseignent sur la vulnérabilité sociale d’un territoire. La relation est également établie entre impact des catastrophes et niveau de développement (D’Ercole, 2003) Ces indicateurs définissent le Cambodge comme un pays en développement, avec un niveau de développement humain moyen4 (Tab. 1) dans la fourchette basse, à la limite du niveau faible qu’il atteignait en 1990 (IDH = 0,364).

Tableau 1 : Indice de développement humain et ses composants au Cambodge en comparaison à la région et aux rangs élevé et faible

Norvège
(rang 1)

Cambodge
(rang 143)

Niger
(rang 188)

Asie de l’Est et Pacifique
(région)

IDH (valeur)

0,944

0,555

0,348

0,71

Espérance de vie à la naissance (années)

81,6

68,4

61,4

74

Durée attendue de scolarisation (années)

17,5

10,9

5,4

12,7

Durée moyenne de scolarisation (années)

12,6

4,4

1,5

7,5

RNB (dollars de 2011 en PPA)

64 992

2 949

908

11 449

Rang selon le RNB par habitant moins rang selon l’IDH

5

7

-5

Source : Rapport mondial du PNUD sur le développement humain, 2015 – IDH et ses composants Données de 2014. Classement établi sur 188 pays.

11Les croissances démographique et urbaine participent à l’exposition croissante aux risques. Selon les données de la Banque Mondiale (2015), la population s’élève à 15,5 millions d’habitants avec une croissance autour de 1,5 % depuis 10 ans, soit près de 21 % de la population qui vit désormais en zone urbaine contre 17 % environ en 1995 (Fig. 3). 5,4 millions de Cambodgiens, soit près de 30 % de la population devraient vivre dans une ville à l’horizon 2030. Comparé aux taux d’urbanisation des pays voisins, le Cambodge reste à tendance rurale, mais les perspectives de développement urbain ne doivent pas être négligées.

Figure 3 : Évolution de la part de population urbaine et rurale au Cambodge depuis 1961 (source : Banque Mondiale, 2015).

Figure 3 : Évolution de la part de population urbaine et rurale au Cambodge depuis 1961 (source : Banque Mondiale, 2015).

12Les fortes densités de population dans un contexte de tendance à l’urbanisation viennent grossir les principales villes, dont la capitale Phnom Penh. Les densités de population renvoyant à la pression et la croissance de l’urbanisation, et plus globalement l’aménagement du territoire mal maîtrisé participent à la vulnérabilité (D’Ercole et al., 1994 ; Provitolo, 2007 ; Rufat, 2007 ; Zaninetti et al., 2014 ; Defossez et al., 2018). En ce sens, la vulnérabilité urbaine se concentre dans quelques villes du Cambodge, dont Phnom Penh, Siem Reap, ou encore Sihanoukville, dans lesquelles se cumulent des enjeux exposés aux aléas hydro-climatiques. À une échelle plus fine, les enjeux présentent également dans certains quartiers une forte vulnérabilité structurelle avec des structures de bâti souvent fragiles, précaires (observations de terrain, 2016). Mais la relation entre développement et gestion des risques reste peu prise en compte (Bétard et Fort, 2014).

13La vulnérabilité sociale, territoriale s’explique également par le contexte historique et politique.

2. Une gestion adaptée des risques naturels freinée par le poids des héritages et la conjoncture politique actuelle

2.1. Une sortie de crise historico-militaire lente qui pèse sur les politiques de gestion des risques

14L’histoire récente du Cambodge participe en partie aux difficultés de gestion des risques et des catastrophes naturelles, ce rôle des troubles politiques a pris une place importante au Cambodge et dans d’autres pays de la région asiatique (D’Ercole et Pigeon, 1999). Au Cambodge, le coup d’État de 1970 a conduit à une longue guerre civile qui s’est temporairement achevée en 1975 par l’installation au pouvoir des Khmers rouges. Durant le régime des Khmers rouges, les deux tiers des fonctionnaires et policiers, les quatre cinquièmes des officiers, la moitié des diplômés du supérieur sont assassinés, les populations citadines sont exterminées à 40 % (Bruneteau, 2004). Après leur éviction par l’armée vietnamienne en 1979, la guerre civile (ou guérilla) se poursuivra jusqu’à la fin des années 1990, malgré la signature des accords de Paris dès 1991. Ces décennies de crise militaire et politique ont pesé sur le développement du Cambodge et sur les orientations des politiques publiques. Le renouvellement des cadres est un processus long, tout comme la remise en état des infrastructures et des équipements de mesures des services météorologiques et hydrologiques. Peu à peu, ressources humaines et acquisition de données permettent d’alimenter des bases de données hydrométéorologiques, mais elles restent discontinues, avec de surcroît un hiatus de près de 30 ans. La disponibilité et la diffusion des données récentes ne sont pas toujours garanties, notamment à cause de l’instabilité politique. La donnée n’est alors pas uniquement collectée, mais elle est choisie après luttes et discussions (Vallette et Cartier, 2012). Par ailleurs, les données existent essentiellement à l’échelle nationale et régionale, et rarement à l’échelle locale ce qui, comme l’évoque S. Revet (2015), « rend la compréhension des facteurs sociaux de vulnérabilité peu précise ». En revanche les données disponibles à l’échelle nationale sont utiles pour les acteurs agissant dans la gestion de crise et post-crise.

15L’instabilité politique persistante empêche une amélioration de la récolte ou de l’accès aux données. Or, pour organiser la gestion des risques, la constitution des séries est indispensable à la connaissance et la mémoire des évènements, et représente un préalable pour définir une quelconque politique ou stratégie de gestion.

2.2. Comprendre et connaître les risques au Cambodge : quels critères ?

16L’approche géographique des risques s’interroge sur les évènements de référence, marquants pour le territoire et les sociétés. Notre approche standardisée (« occidentale ») fait reposer les facteurs définissant ce type d’événement, qualifié parfois de catastrophe, sur les impacts matériels et humains des phénomènes. En France, par exemple, le cadre institutionnel qui entoure cette notion repose sur un bilan quantitatif (nombre de morts et/ou coût des dommages). Afin de déterminer des évènements marquants pour le Cambodge et partant de ces facteurs, les données sont apparues très disparates, lacunaires, parfois contradictoires, en fonction notamment des bases de données. La comparaison des bases de données DesInventar et EM-DAT en est une bonne illustration, avec l’exemple du nombre de morts liés aux phénomènes d’inondations (Fig. 4). Par ailleurs, les données spatialisées et spatialisables (zone inondée/inondable) font défaut et ne peuvent par conséquent pas participer à définir un zonage des risques.

Figure 4 : Comparaison des données de mortalité dues aux inondations au Cambodge entre deux bases de données internationales (source : EM-DAT et DesInventar).

Figure 4 : Comparaison des données de mortalité dues aux inondations au Cambodge entre deux bases de données internationales (source : EM-DAT et DesInventar).

17En comparant ces deux bases de données, seules les données des inondations de 2000 sont concordantes, avec pour les autres évènements des écarts tantôt surestimés tantôt sous-estimés par l’une ou l’autre source. Et la comparaison étendue aux autres caractéristiques des évènements (nombre d’affectés, de déplacés…) n’amène pas à un consensus sur l’identification d’un éventuel événement de référence. Nous convenons que cette approche d’évènement de référence repose sur une démarche (trop) quantitative et générale, mais elle permet selon nous d’établir des bases de stratégies de gestion. En faisant le lien entre les bases de données suscitées et les informations relayées par la presse, les organismes internationaux tel que le PNUD ou la Banque Mondiale, ou encore la bibliographie scientifique (Flower et Fortnam, 2015), plusieurs événements marquants se dégagent, telles que les inondations de 1994, 1996, 2000, 2001, 2011 et 2013, mais quel niveau d’aléa pour définir l’aléa de référence ? La crue de 1994 était considérée comme une crue millénale (Pierdet, 2008), mais elle a été écartée après les niveaux plus élevés de 1996, eux-mêmes écartés après la crue de 2000 lors de laquelle la cote d’alerte fixée à 8,5 m NGK a atteint 10,12 m (Pierdet, 2008)… entraînant la mort de 59 personnes. En 2011, une crue aux circonstances similaires a causé la mort de 247 personnes (données EM-DAT). Cette histoire lacunaire des inondations les plus fortes pose un réel problème pour la gestion des risques. Le répertoriage plus systématique pousse à la prudence tout comme l’occurrence des crues. Ce que l’on peut affirmer, c’est que le nombre de personnes affectées et les dégâts occasionnés sont de plus en plus importants. Ils sont avant tout corrélatifs de la croissance démographique et de la densification des enjeux dans des zones à risques. Ils reflètent peut-être un meilleur recensement et/ou un intérêt croissant pour le sujet ainsi qu’une ouverture du pays à la mise à disposition (directe ou indirecte) des informations.

2.3. Des bases de données hétérogènes qui masquent les grandes et les petites catastrophes

18Au Cambodge, la principale source d’informations, avec une diffusion des données, est la plateforme Open Development Cambodia5 mais, comme nous l’avons évoqué, les données diffusées sont le fruit de choix et masquent les conséquences des aléas naturels. Pour affiner notre analyse, nous nous sommes tournés vers les bases EM-DAT et DesInventar6 qui représentent les principales sources de données concernant les impacts des évènements naturels. Les répertoires des chiffres concernant les dommages matériels, agricoles ou humains ne sont pas issus des mêmes sources en fonction des territoires étudiés. Par exemple, EM-DAT ne couvre que les événements causant plus de 10 morts, affectant au moins 100 personnes et pour lesquels il y a eu une déclaration d’état d’urgence et/ou un appel à l’aide internationale. Les données proviennent aussi des organisations humanitaires comme Oxfam ou la Croix-Rouge qui, en gestion de crise et post-crise, réalisent une évaluation des dommages et des vulnérabilités. Cependant, toutes les bases de données internationales ne couvrent pas les mêmes catastrophes. En 2019, la base de données EM-DAT couvre les évènements ayant touché le Cambodge pour la période 2001-2009 et 2010, alors que ce n’était pas le cas il y a encore quelques mois (en 2017). On peut aussi noter que les impacts du typhon Ketsana, le plus important typhon ayant traversé le Cambodge entre le 29 septembre et le 5 octobre 2009, sont répertoriés dans EM-DAT mais n’apparaissent pas dans les bases de données DesInventar et ReliefWeb (données du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations-Unies), alors que ces deux autres bases de données recensent les impacts du typhon Ketsana pour le Vietnam et les Philippines. Pourtant, le bilan pour le Cambodge a été important : 43 morts, 67 blessés graves, 1 700 habitations détruites et près de 5 000 personnes évacuées (Sann et al., 2013). Les dommages avaient été évalués à 132 millions de dollars par la Banque de développement asiatique. Parfois invisibles au niveau national, non médiatisées ou incomprises, les petites catastrophes n’attirent pas l’attention des organisations gouvernementales et non gouvernementales, et ne bénéficient donc pas de soutiens financiers et techniques extérieurs, parfois même internes (Wisner et Gaillard, 2009 ; Marulanda et al., 2010). Les impacts cumulés des petites catastrophes fragilisent les structures socio-économiques des populations, amplifient la pauvreté et limitent la résilience (Gaillard et al., 2014). Toute la difficulté réside dans la manière de les reconnaître et de les répertorier. Elles sont souvent absentes des bases de données, même si le projet DesInventar a souligné son intention de « s’intéresser à tous les types de catastrophes et ne pas considérer de seuil minimal pour ce qui est du nombre de morts ou de la quantité de dégâts » (Revet, 2015). Une autre difficulté, évoquée plus haut, relève de l’absence de spatialisation à échelle fine des phénomènes. Là encore, les bases de données montrent une pertinence en attribuant aux caractéristiques une localisation à l’échelle de la province. Cependant, à échelle locale, il n’existe pas ou peu de représentations des zones inondables par exemple. Malgré les données à l’échelle administrative, il n’est pas possible de représenter l’emprise de zones inondables. Enfin, mais cela est également valable pour de nombreux pays développés, les données ne concernent que rarement la magnitude et la cinématique des aléas. Le défi pour le Cambodge est d’arriver à produire des données multidimensionnelles à l’échelle nationale pour les prises de décision et l’intervention des organisations gouvernementales et ONG, mais aussi à l’échelle locale pour détecter et intégrer la persistance et l’accumulation des effets des petites catastrophes sur les populations socio-économiques les plus fragiles.

3. Face aux risques naturels, quelle gestion pour quels enjeux ?

3.1. Emboîtement d’échelles locale, nationale et internationale dans les stratégies de gestion

19La question de la gestion des risques naturels et des catastrophes au Cambodge, notamment les inondations, émerge dans les années 1990 lorsque des inondations à répétition affectent l’ensemble du pays, et que dans un même temps s’ouvre une période de relative stabilité politique.

20En 1995, le gouvernement royal créé le National Committee for Disaster Management (NCDM) en coordination avec les ministères du gouvernement royal, les Nations-Unies, des ONG, des donateurs et des associations. Cette structure constitue le maillon entre les stratégies de gestion du gouvernement et les actions à réaliser à l’échelle locale (protection, préparation). La création du NCDM a eu vocation à remplacer la Croix-Rouge pour établir une politique de préparation à la gestion de crise et post-crise. Toutefois, les objectifs affichés du NCDM n’aboutissent pas faute d’appui politique et économique. Par conséquent, l’aide de nombreuses organisations internationales reste indispensable, particulièrement la Croix-Rouge cambodgienne qui s’occupe de la préparation aux inondations à l’échelle des communautés (zones refuges/projets de mitigation). D’autres ONG interviennent plus localement comme CARE Cambodia (province de Prey Veng) qui participe à la formation des comités de district, Action contre la faim (province de Kampong Cham) qui développe des projets de mitigation ou encore Oxfam (province de Takeo), dont les objectifs sont la préparation, la réponse et les secours en cas de catastrophe. La liste d’organisations gouvernementales, non gouvernementales, internationales et religieuses est longue, elle traduit l’importance des appuis techniques, financiers et humains au Cambodge. Cependant, bien qu’indispensable pour ce pays en développement, la présence de ces structures souvent étrangères pose la question d’une gestion externalisée et du suivi des projets dans le temps. La coopération internationale (ONG, organismes de recherche…) exporte en quelque sorte des mesures de gestion ou injecte des financements pour la protection ou la prévention dans l’objectif d’aider et de guider les acteurs locaux (autorités, associations, citoyens…) dans la gestion des risques naturels. Les actions ne sont parfois pas adaptables à cause de contraintes financières, logistique ou culturelle. La présence de ces « opérateurs » est souvent temporaire, limitant l’intégration des projets par les acteurs locaux sur le long terme. En outre, la multiplicité et la superposition des acteurs complexifient la coordination avec un partage des tâches et des territoires mal défini.

21Un autre acteur déterminant qui travaille en étroite collaboration avec le NDCM est le Mekong River Commission (MRC). Cette structure intergouvernementale (Cambodge-Laos-Thaïlande-Vietnam) assure la gestion de la ressource en eau et du développement durable dans le bassin du Mékong. Les accords signés avec la Chine en 2003, puis en 2008 donnent au MRC un accès aux données hydrologiques du Mékong-amont. Depuis, le MRC a développé des systèmes de prévision des crues, d’alerte et de protection. Les limites sont encore nombreuses, notamment l’accès ou la disponibilité de données de référence, mais aussi les contraintes financières. Par ailleurs, les données restent cantonnées aux crues du Mékong et la prévision se fait aux échelles régionales et provinciales. Les systèmes d’alerte se développent tels que le Early Warning System 1294 qui permet au NDCM d’envoyer un message aux personnes enregistrées auprès de ce service gratuit (environ 50 000 usagers en 2017) et bénéficient du concours des réseaux sociaux pour relayer les informations et pallier une couverture lacunaire des réseaux hydrologiques.

3.2. Une gestion aléa-centrée des inondations en zones urbaines

22Comme dans de nombreux pays, le Royaume du Cambodge aborde la gestion des risques par une approche dite top down de réduction des risques et aléa-centrée, qui s’oriente uniquement sur des mesures structurelles de façon à contrôler les aléas et à en limiter les effets.

23Phnom Penh est construite à l’apex du delta du Mékong, à la confluence du Tonlé Sap et Tonlé Bassac. La ville s’est étendue depuis la fin du xixe siècle grâce à un ingénieux système de remblais hydrauliques et d’endiguement, associé à un réseau d’assainissement et de drainage. Cependant, le manque d’entretien des infrastructures et leur sous-dimensionnement, auxquels s’ajoute une urbanisation galopante ces dernières décennies ne permettent pas d’enrayer la problématique inondation (Pierdet, 2008). Un vaste programme d’endiguement inscrit dans le schéma directeur de protection contre les inondations a été mis en place dès la fin des années 1990 avec l’aide de la coopération japonaise, mais il reste insuffisant et souffre d’un manque de planification d’ensemble avec une organisation et un dimensionnement des canaux et des lacs de toutes les banlieues. La modernisation des infrastructures demande du temps et un financement à la hauteur du projet. Les infrastructures d’endiguement du Mékong restent qualitativement inégales. Ainsi l’hypercentre de Phnom Penh ne présente pas le même niveau d’exposition et de protection au risque que les périphéries ni les périphéries entre elles. La protection participe pour certains quartiers à réduire l’exposition et la vulnérabilité, les exacerbant pour d’autres quartiers non protégés. Des digues en dur protègent les quartiers de l’hypercentre comme le quartier du Palais royal ou de Kho Pich (Fig. 5.A), construit en 2006 sur un banc sédimentaire situé à la confluence du Mékong, tandis que les berges qui délimitent les quartiers les plus pauvres en périphérie de Phnom Penh présentent des berges peu consolidées et peu résistantes à l’action de l’eau (Fig. 5.B). Aux abords de ces quartiers pauvres, les berges s’érodent rapidement sous l’action des eaux du Mékong et des vagues de bateaux. À Kin Svay, le recul des berges est exceptionnel, il atteint en moyenne 3 à 4 m/an, avec des vitesses pouvant atteindre 10 m/an (auteur, 2017).

Figure 5 : La protection des berges à Phnom Penh. A) Digue en béton protégeant Kho Pich des inondations et de l’érosion ; B) Essai de consolidation des berges avec des matériaux de récupération à Kin Svay, Phnom Penh (clichés des auteurs, 2016).

Figure 5 : La protection des berges à Phnom Penh. A) Digue en béton protégeant Kho Pich des inondations et de l’érosion ; B) Essai de consolidation des berges avec des matériaux de récupération à Kin Svay, Phnom Penh (clichés des auteurs, 2016).

24Comme l’ont souligné C. Pierdet et J. Blot (2014), la modernisation de Phnom Penh s’effectue au prix de l’éviction et/ou du délaissement de quartiers informels du centre-ville. La restructuration rapide de la capitale a pour conséquence l’émergence de nouvelles territorialités au risque urbain et des vulnérabilités exacerbées. La vulnérabilité structurelle du bâti reflète la vulnérabilité sociale avec les habitations constituées de matériaux précaires et moins résistants (Fig. 6.A). Des actions de mitigation existent comme les habitations sur pilotis, mais restent rares en ville (Fig. 6.B).

Figure 6 : La vulnérabilité structurelle du bâti en zone inondable. A) Exemple d’habitat vulnérable à Phnom Penh ; B) Bâti adapté à Phnom Penh (clichés des auteurs, 2016).

Figure 6 : La vulnérabilité structurelle du bâti en zone inondable. A) Exemple d’habitat vulnérable à Phnom Penh ; B) Bâti adapté à Phnom Penh (clichés des auteurs, 2016).

3.3. Vers une préparation à l’échelle locale (et citoyenne ?)

25Au-delà de cette approche techniciste de la gestion du risque inondation que l’on retrouve dans de nombreuses villes situées sur la plaine du Mékong, il faut souligner les importants efforts réalisés pour mieux préparer la population aux inondations. Les communautés urbaines et périurbaines sont de plus en plus encouragées à développer leurs propres moyens de préparation, de réaction et de protection pour être moins vulnérables et plus résilientes. L’approche participative démarre et participe à l’émergence d’une gestion du risque à l’échelle locale. Depuis 2011, la préparation aux inondations se développe avec en priorité la mise à l’abri des aliments secs et le riz, le stockage de l’eau, un meilleur suivi des informations à la télévision et à la radio, la création de sacs « anti-inondations » pour calfeutrer les habitations et la sensibilisation des enfants (dont l’apprentissage de la natation). Ces actions sont encouragées et aidées par les organisations internationales et les ONG qui agissent au sein de leurs aires d’action. Un important travail est aussi réalisé pour intégrer les femmes dans les processus de réduction de risques (UNISDR, 2015), cela passe notamment par des sessions de formation.

26La question des risques devient une préoccupation pour le Royaume du Cambodge, même si les stratégies ne sont pas toujours bien ciblées et à la hauteur du phénomène (cf. infra). En plus des zones urbaines installées dans les lits majeurs, depuis quelques années le littoral souffre d’une pression immobilière croissante qui entraîne une dégradation des écosystèmes, érosion des côtes, et exposition accrue de la population aux aléas météo-marins.

3.4. Des écosystèmes côtiers fragilisés par la littoralisation

27La question des risques côtiers au Cambodge s’installe progressivement dans le débat public. L’exposition aux aléas côtiers s’accroît, résultat de l’érosion côtière qui s’observe le long du littoral urbanisé. En 2006, une expertise réalisée par le ministère de l’Environnement et le DANIDA (Denmark’s development cooperation) (Ministry of Environment and DANIDA, 2016) mettait en lumière une érosion rapide des plages urbanisées : en moyenne la côte a reculé de 10 m en 15 ans à Kep, sur les plages Victoria, Otres Beach 1 et 2 et Ochheuteal à Sihanoukville (Fig. 7).

Figure 7 : Littoral de Sihanoukville : plages en érosion (CAO : auteurs, 2018).

Figure 7 : Littoral de Sihanoukville : plages en érosion (CAO : auteurs, 2018).

28Les observations géomorphologiques réalisées en 2016 (auteur, 2017) confirment cette tendance d’évolution. De façon très disparate et localisée, certaines plages sont équipées de structures de protection. Les objectifs sont avant tout la protection des bâtiments, restaurants et paillotes situés sur le front de mer (Fig. 8). Les modes de protection (murets de protection, enrochements, sacs de sable) servent surtout à faire face aux tempêtes marines.

Figure 8. Érosion côtière et protection individuelle sur les plages de Sihanoukville (clichés des auteurs, 2016).

Figure 8. Érosion côtière et protection individuelle sur les plages de Sihanoukville (clichés des auteurs, 2016).
  • 7 Information du ministère des Mines et de l’Énergie relayée par le Cambodia Daily (10 déc. 2016). Le (...)

29Il est difficile d’être exhaustif sur les causes responsables de ces situations, tout comme il reste difficile de les hiérarchiser. Cependant, les plages souffrent d’un déficit sédimentaire chronique. Manh et al. (2015) signalent que la zone côtière du delta du Mékong ne recevrait plus qu’entre 48 et 60 % de la charge totale du Mékong. Cette diminution répond surtout aux pressions anthropiques exercées le long du fleuve (Dietsch et al., 2014). L’exploitation des sables constitue un facteur majeur de déficit sédimentaire. L’extraction de sables est réglementée par le ministère des Mines et de l’Énergie. Toutefois, le Cambodge a récemment accusé Singapour de fermer les yeux sur des importations de sable provenant de sources illégales. Entre 2007 et 2015, la cité-État déclare avoir importé plus de 73,6 millions de tonnes de sable en provenance du Cambodge, soit 26 fois plus que les 2,8 millions de tonnes déclarées par Phnom Penh sur cette même période7. Cet exemple montre l’absence d’une gouvernance littorale dont les impacts se retrouvent à d’autres niveaux. En effet, une autre pression exercée sur le littoral cambodgien est la coupe des forêts de mangroves. Au Cambodge, les pertes sont estimées à 2,28 % entre 2000-2012 (Richards et Friess, 2016). Les terres ainsi gagnées ont permis de développer l’aquaculture (ex. : crevetticulture), les plantations de palmiers à huile, les marais salants, et d’autre part le bois de coupe permet d’alimenter les pays voisins en bois et en charbon. Dans certaines provinces littorales telles que Kampot et Sihanoukville (les zones urbaines les plus denses), les surfaces forestières ont respectivement diminué de 44 % et 30 % entre 1997 et 2002 (Ministry of Environment, 2005). Mais il reste difficile d’estimer à sa juste valeur l’ampleur de la déforestation compte tenu de l’opacité autour de cette activité et des coupes illégales. Cette situation, localement alarmante, a déclenché la création de pépinières de mangrove comme celle de Kampot, gérées par d’anciens exploitants du sel reconvertis en pécheurs. Les pépinières sont financées par des ONG et accueillent des volontaires internationaux. Les initiatives sont localisées et, devant l’ampleur de la croissance urbaine, on s’interroge sur le devenir des écosystèmes côtiers. Paradoxalement, les pressions étrangères exercées sur les côtes cambodgiennes ont impulsé une politique de réinvestissement de cet espace.

3.5. Une réappropriation récente du littoral par la réglementation : quels objectifs ?

30Le Royaume du Cambodge s’est récemment (depuis 2015-2016) lancé dans un processus de réappropriation du littoral, en réglementant l’occupation des sols et en (re)prenant possession des terrains en bordure côtière qui avaient été concédés provisoirement aux usagers (hôtels, commerces…). Les raisons sont surtout économiques et géopolitiques, reléguant les questions environnementales au second plan. Le roi Norodom Sihamoni, à l’origine de ce processus, a décidé de réaffirmer son autorité sur cet espace d’interface et de concurrence entre le Vietnam et la Thaïlande, très convoité par les promoteurs étrangers. Les premiers signes de cette action sont visibles à Sihanoukville (infra). L’objectif vise à « récupérer » la bande côtière dans un cadre réglementaire en cours de consolidation. Cependant, les grands projets d’aménagement du littoral tels que les complexes hôteliers, marinas, casinos se poursuivent à un rythme effréné, et paradoxalement avec le soutien des politiques. À Sihanoukville, la ville se transforme à coup d’investissements en provenance de la Chine, pour les touristes chinois. Elle y compterait deux fois plus de casinos qu’à Macao (ce qui lui vaut le surnom de Little Macao), de façon à répondre à une demande forte des pays d’Asie pour lesquels les casinos sont interdits ou réservés aux étrangers. Finalement, le thème des risques côtiers et de l’adaptation aux changements climatiques semble bien loin de la réalité de terrain et des préoccupations institutionnelles, alors que par ailleurs les congrès et les rencontres internationales autour de ces sujets sont quasi annuels au Cambodge.

31La gestion actuelle du littoral et des risques côtiers souffre de nombreuses défaillances non spécifiques au Cambodge. Le Coastal Management and Development Committee, équivalent du Conservatoire du littoral en France, est une structure étatique dont on identifie difficilement les objectifs, les actions et les ressources. Le législateur réglemente peu les usages du littoral et, lorsqu’elles existent, les obligations sont peu suivies. En 2016, de nombreuses procédures de démolition ont été lancées sur la côte de Sihanoukville. Ces premières destructions devaient correspondre à l’application de la loi littorale dont la promulgation aurait été faite en 2016. La largeur de la bande d’inconstructibilité se fait au cas par cas, par exemple à Sihanoukville la contrainte est de l’ordre de 30 m. Les sanctions en cas de non-respect sont rares, notamment à cause du manque de ressources financières et humaines. Le processus de prise de décision concernant le développement de la zone côtière apparaît mal défini, vague et ambigu. Les mécanismes officiels se heurtent à des conflits entre décideurs provinciaux et nationaux qui fonctionnent indépendamment, ou encore à des intérêts économiques prioritaires aux intérêts environnementaux. Pourtant le cadre politico-juridique existe pour la gestion de la zone côtière. Toutes les provinces et les communes doivent préparer des plans directeurs, mais ceux-ci ne s’inscrivent dans aucune planification littorale ni ligne directrice pour les normes de développement. Dans la perspective du changement climatique avec les conséquences, même incertaines, sur l’élévation du niveau marin ou face à des phénomènes ponctuels tels que les typhons (Hijioka et al., 2014), les conséquences s’avéreraient potentiellement catastrophiques.

4. Des contextes locaux vulnérables dans une stratégie internationale de réduction des risques

32Les politiques publiques des pays développés s’engagent dans une volonté de gestion concertée et intégrée des risques naturels. Les évènements rythment les stratégies de gestion et réactivent les volontés institutionnelles et individuelles. Les capacités économiques, techniques ou encore politiques mènent vers des adaptations face aux risques avec la perspective du changement climatique, même si les stratégies reposent encore largement sur une approche techniciste et des mesures structurelles. Les limites de ce type de mesures s’affirment et amènent une réflexion sur les mesures préventives nécessaires pour la compléter. À échelle internationale les ODD, les conférences de Hyōgo en 2005, puis de Sendai 2015 affirment la nécessité de réduire les risques de catastrophes. La médiatisation des potentielles conséquences du changement climatique incite une prise en compte des risques naturels dans les politiques nationales et internationales. Cependant, les caractéristiques socio-économiques et politiques des pays en développement amènent à différencier les objectifs de développement durable et de réduction des risques de catastrophes. Le cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe (UNISDR, 2015) souligne l’attention particulière à porter aux pays en développement, notamment en renforçant la coopération internationale. Les stratégies de prévention dans les pays en développement, en l’occurrence au Cambodge, restent souvent à l’initiative des organisations internationales qui lancent de grands projets avec financements à la clé. Les expertises et les consultants internationaux appliquent un protocole, mettent en place une structure de gestion des risques et des catastrophes, mais cette approche occidentale n’est-elle pas contre-productive pour des États dont les priorités sont ailleurs ? Les actions proposées sont-elles adaptées au contexte territorial ? Les travaux de Hulme (2010) et de Buffet (2012) ont par exemple démontré l’importance de créer des organismes locaux pour briser le cercle vicieux qui octroyait les activités d’expertise exclusivement à des organisations occidentales, bloquant ainsi l’émergence d’une expertise au Sud. Il ne s’agit pas d’écarter toutes les avancées produites, mais plutôt de parvenir à une approche hybride des risques avec la prise en considération des pratiques et des savoirs locaux (auteur et al., 2017). Il est question également d’une vision standardisée de la catastrophe sur la base d’un montant de dommages et d’un nombre de morts qui qualifient la gravité de l’événement, alors même que les petits évènements aggravent des situations déjà difficiles.

  • 8 5,8 cas mortels pour 100 000 (d’après une étude de 2007, institut Pasteur).

33Au Cambodge, les organisations gouvernementales sont préoccupées par le sujet, mais tant d’autres priorités sont à traiter que les risques naturels restent relégués au second plan. La sécurité routière reste très préoccupante (2 300 morts en 2015 selon l’OMS), la rage tue environ 800 personnes par an (Ly et al., 2009)8. D’autres priorités guident les politiques publiques comme la santé, l’éducation, l’accès à l’eau potable, l’assainissement. Un autre paramètre, non spécifique aux pays en développement, a émergé de cette analyse : celui d’absence d’événement marquant. Dès lors, quid de l’approche a priori et donc des études d’anticipation ? Le manque d’événement marquant ou de référence, ou du moins perçu comme tel, peut nuire à l’implication des acteurs dans les stratégies de prévention. Enfin, en plus du contexte socio-économique et démographique, des caractéristiques historico-politiques influent sur les volontés et capacités d’investissement, c’est le cas des pays en guerre ou en sortie de guerre comme le Cambodge. L’exode forcé et le génocide perpétré par les Khmers rouges participent largement au décalage entre besoins, attentes et actions de gestion. Les répercussions se ressentent aujourd’hui. Le pays est encore en reconstruction, notamment concernant ces problématiques avec l’absence de séries longues sur les données météorologiques ou hydrologiques par la destruction des données, des instrumentations et la perte des cadres. Le processus de formation des nouvelles générations est en marche, mais prend du temps.

Conclusion

34Interpellés par la récurrence et les conséquences (dommages matériels, nombre de morts élevé) des événements hydrométéorologiques, nous avons conduit une étude exploratoire sur cette problématique au Cambodge. Mais il semble que la gestion des risques naturels ne soit pas au centre des préoccupations des politiques publiques. D’une part les inondations ont longtemps été considérées comme bénéfiques pour la riziculture ; d’autre part elles ne représentent pas une priorité, tant d’autres problématiques, socio-économiques, sanitaires… touchent ce pays en développement. Ce constat vaut pour de nombreux pays, cependant le Cambodge amorce une sortie de crise historico-militaire qui pèse sur les politiques publiques, mais aussi sur l’acquisition de données nécessaires à définir un contexte d’évènements historiques. La gouvernance et la coordination souffrent en outre d’une approche sectorielle des risques naturels. Une approche intégrée des risques avec un travail en réseau (voire en partenariats) à tous les niveaux pour identifier et gérer les risques paraît opportune. Une réglementation de la gestion des risques pourrait participer au développement de la coordination entre les organismes de tutelle concernés. Le renforcement des capacités du NDCM par exemple permettrait d’exploiter efficacement les ressources et les expertises du gouvernement et d’autres organisations. Le Cambodge, qui privilégie une approche top down dans la lutte contre les risques et les catastrophes, se confronte à l’inadaptation des mesures structurelles et à leur inefficience dans le temps et l’espace. La dimension locale n’est pas suffisamment considérée tant du point de vue de l’aléa (avec ses spécificités) que des vulnérabilités. Ce sont surtout les ONG qui développent les approches participatives. Au contact avec la population, elles possèdent un diagnostic pertinent qui pourrait profiter aux services de l’État (NDCM). Cibler les expertises et les actions sur la réduction de la vulnérabilité à l’échelle de la communauté et utiliser les connaissances locales et scientifiques pour établir un plan de gestion hybride autour des risques naturels et des catastrophes concourraient à développer des stratégies d’adaptation à ces problématiques.

Haut de page

Bibliographie

Asian Development Bank, 2014, Cambodia, country poverty analysis 2014.

Bétard F., Fort M., 2014, « Les risques liés à la nature et leur gestion dans les Suds », Bulletin de l’association de géographes français, vol. 91, n° 3, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 14 mai 2018. http://journals.openedition.org/bagf/1571

Buffet C., 2012, « Vers une nouvelle géographie de l’expertise climatique ? BCAS et ICCCAD, des expertises “locales” au Bangladesh », Pollution atmosphérique [en ligne], n° 227.

Bruneteau B., 2004, Le siècle des génocides, Paris, Armand Colin.

Davies G.I., McIver L., Kim Y., Hashizume M., Iddings S., Chan V., 2014, « Water-Borne Diseases and Extreme Weather Events in Cambodia: Review of Impacts and Implications of Climate Change », Int. J. Environ. Res. Public. Health, 12, pp. 191-213.

Defossez S., Vinet F., Leone F., 2018, « Diagnostiquer la vulnérabilité face aux inondations : progrès et limites », in Vinet F. (dir.), Connaissance et gestion des inondations, tome 1, ISTE Édition, chap. 16.

D’Ercole, R., 2003, « Catastrophes et disparités de développement dans la Caraïbe », M@ppemonde, Maison de la géographie, vol. 72, n° 4, pp. 37-42. http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/Mappe403.html.hal-01186959

D’Ercole R., Thouret J.-C., Dollfus O., Asté J.-P., 1994, « Les vulnérabilités des sociétés et des espaces urbanisés : concepts, typologie, modes d’analyse », Revue de géographie alpine, tome 82, n° 4, pp. 87-96.

D’Ercole R., Pigeon P., 1999, « L’expertise internationale des risques dits naturels : intérêt géographique/Geographical relevance of natural risk assessment on an international scale », Annales de géographie, t. 108, n° 608, 1, p. 339-357 ; doi : https://doi.org/10.3406/geo.1999.21777

D'Ercole R., Pigeon P. (2000). « L'évaluation du risque à l'échelle internationale : méthodologie et application aux diagnostics préalables aux actions de préparation et de prévention des catastrophes », in R. D'Ercole et P. Pigeon (coord.) La géographie des risques dits "naturels" : entre géographie fondamentale et géographie appliquée. Laboratoire Edytem, Cahiers Savoisiens de Géographie, (1), pp.29-36.

Dietsch B. J., Densmore B. K. & Wilson R. C., 2014, Hydrographic survey of Chaktomuk, the confluence of the Mekong, Tonlé Sap and Bassac Rivers near Phnom Penh, Cambodia, 2012. Scientific Investigations Report 2014-5227, United States Geological Survey.

Dilley M., Chen R.S., Deichman U., Lerner-Lam A.L., Arnold M., 2005, Natural Disaster Hotspots: A Global Risk Analysis, Washington, DC, World Bank.

Dodman D., Hardoy J., Satterthwaite D., 2009, Contribution to the 2009 Global Assessment Report on Disaster Risk Reduction, International Institute for Environment and Development, 67 p. http://www.preventionweb.net/preventionweb-files/english/hyogo/gar/2011/en/bgdocs/GAR-2009/background_papers/Chap4/Dodman-Hardoy-Satterthwaite-Urban-Poverty-and-Disaster-Risk.doc

Fee L., Visal P., Visa P., Sally N., Sok N., Vanna V., 2012, Sihanoukville, Cambodia: Climate Change Vulnerability Assessment vulnerability assessment, Nairobi, United Nations Human Settlements Programme (UN-Habitat).

Flower B., Fortnam M., 2015, Urbanizing Disaster Risk: vulnerability of the urban poor in Cambodia to flooding and other hazards, Cambodia, People in Need (PIN).

Gaillard J.-C., Wisner B., Nava B., 2014, « Petites catastrophes et réduction des risques », Humanitaire, n° 38, pp. 60-69.

Helmers K., Jegillos S., 2004, Linkage between flood and drought disasters and Cambodian rural livelihoods and food security: how can the CRC Community Disaster Preparedness Program further enhance livelihood and food security of Cambodian rural people in the face of natural disaster ? Phnom Penh, Cambodia, DiPECHO.

Heng C., Doch S., Diepart J.-C., 2013, « Towards Measuring the Vulnerability of Agricultural Production to Flood: Insight from Sangkae River Cathcment, Battambang Province, Cambodia », International Journal of Environmental and Rural Development, vol. 4, n° 2, pp. 89-97.

Hijioka Y., Lin E., Pereira J.J., Corlett R.T., Cui X., Insarov G.E., Lasco R.D., Lindgren E., Surjan A., 2014, « Asia », in Yasuaki Hijioka Y., Erda Lin E., Joy Jacqueline Pereira J. J., Climate Change 2014: Impacts, Adaptation, and Vulnerability. Part B: Regional Aspects. Contribution of Working Group II to the 5 Assessment Report of the IPCC, Cambridge, United Kingdom and New York, Cambridge University Press, pp. 1327-1370.

Holtgrieve G. W., Arias M. E., Irvine K. N., Lamberts D., Ward E. J., Kummu M., Koponen J, Sarkkula J., Richey J. E., 2013, « Patterns of Ecosystem Metabolism in the Tonle Sap Lake, Cambodia with Links to Capture Fisheries », Deng ZD, ed. PLoS ONE, 8(8), mis en ligne le 13 août 2013, consulté le 30 avril 2018, e71395. doi:10.1371/journal.pone.0071395.

Hugon P., 2017, « Les trappes à vulnérabilité et les catastrophes : niveaux d’analyse et approches systémiques », Mondes en développement, vol. 4, n° 180, p. 13-34. DOI : 10.3917/med.180.0013. https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2017-4-page-13.htm

Hulme M., 2010, « Problems with making and govering global kind of knowledge », Global Environmental Change, vol. 20, n° 10, pp. 558-564.

Ly S., Ly S., Buchy P., Heng N.Y., Ong S., Chhor N., Bourhy H., Vong S., 2009, « Rabies situation in Cambodia » PLoS Negl Trop Dis., Sep 8 ; 3(9), mis en ligne le 8 septembre 2009, consulté le 30 avril 2018, e511. doi: 10.1371/journal.pntd.0000511.

Manh N.V., Dung N.V., Hung N.N., Kummu M., Merz B., Ape H., 2015, « Future sediment dynamics in the Mekong Delta floodplains: Impacts of hydropower development, climate change and sea level rise », Global & Planet. Change, vol. 127, pp. 22-23.

Marulanda M.C., Cardona O.D., Barbat A.H., 2010, « Revealing the socioeconomic impact of small disasters in Colombia using the DesInventar database », Disasters, vol. 34, nº 2, pp. 552-570.

Ministry of Environment and DANIDA, 2016, Environmental Management of the Coastal Zone Project – Cambodia shoreline management strategy, April 2016.

Ministry of Environment (MoE), 2005, State of the Coastal Environment and Socio-Economy in Cambodia, Phnom Penh, Cambodia.

Ministry of Land Management, Urban Planning and Construction (MLMUPC), 2006, Annual Report on the 2005 Results and Achievements and Next Steps for 2006.

Ministry of Environment (MoE), 2006, National Adaptation Programme of Action to Climate Change (NAP A), Phnom Penh, Cambodia

Ministry of Planning (MoP), 2009. General Population Census of Cambodia 2008. Phnom Penh.

Nagumo N., Sumiko Kubo S., Sugai T., 2016, « Characteristics of Extreme Monsoon Floods and Local Land Use in the Lower Mekong Basin, Cambodia », in Communicating Climate-Change and Natural Hazard Risk and Cultivating Resilience, vol. 45, pp. 205-221.

Nuorteva P., Keskinen M., Varis O., 2010, « Water, livelihoods and climate change adaptation in the Tonle Sap Lake area, Cambodia: learning from the past to understand the future », Journal of Water and Climate Change, vol. 1, pp. 87-101.

Osti R., Toshikazu T., Tanaka S., 2006, An overview on flood 2006 and flood hazard mapping related problems in Thailand and Cambodia, Icharm.

Pierdet C., 2008, « Les infrastructures hydrauliques de Phnom Penh (Cambodge) face au risque d’inondation depuis 1979 », Environnement urbain, Institut national de la recherche scientifique – Réseau Villes Régions Monde, 2 (Inondations en milieux urbains et périurbains), pp. 90-106.

Pierdet C., Blot J., 2014, « La modernisation de Phnom Penh (Cambodge) au prix de l’éviction des quartiers informels de la ville-centre : l’émergence de nouvelles territorialités » in Le Blanc A., Piermay J.L., Gervais-Lambony P., Giroud M., Pierdet C., Rufat S., Métropoles en débat : (dé)constructions de la ville compétitive, Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, pp. 39-57, coll. « Espace et justice », 978-2-84016-179-0.

PNUD, 2004, Reducing Disaster Risk, A Challenge for Development, New York.

Provitolo D., 2007, « Vulnérabilité aux inondations méditerranéennes en milieu urbain : une nouvelle démarche géographique », Annales de géographie, vol. 653, n° 1, pp. 23-40.

Rey T., 2017, Des paléoenvironnements aux aléas côtiers : un géomorphologue à travers les temporalités littorales. Dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paul-Valéry Montpellier 3, vol. 1, essai inédit, 200 p.

Rey T., Le Dé L., Leone F., David G., 2017. An integrative approach to understand vulnerability and resilience post-disaster: the 2015 cyclone Pam in urban Vanuatu as case study.Disaster Prevention and Management: An International Journal, vol. 26, issue 3, pp. 259-275.

Revet S., 2015, « Compter et raconter les catastrophes », Communications, vol. 96, n° 1, pp. 81-92.

Richards D.R., Friess D.A., 2016, « Rates and drivers of mangrove deforestation in Southeast Asia, 2000-2012 », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 113, n° 2, p. 344-349. mis en ligne le 28 décembre 2015, consulté le 30 avril 2018, doi:10.1073/pnas.1510272113

Rufat S., 2007, « L’estimation de la vulnérabilité urbaine, un outil pour la gestion du risque », Géocarrefour, vol. 82/1-2, pp. 7-16.

Sann V., Oum S., Kan P., Chervier C., 2013, Impact to disasters and role of social protection in natural disaster risk management in Cambodia, ERIA Discussion paper series.

Standard & Poor’s, 2014, Climate Change is a Global Mega-Trend for Sovereign Risk, mis en ligne le 15 mai 2014, consulté le 25 mai 2018, http://www.acclimatise.uk.com/login/uploaded/resources/climate-change-is-a-global-mega-trend-for-sovereign-risk-15-may-14-.pdf

Solomon S.D., Qin M., Manning Z., Chen M., Marquis K.B., Averyt M., Tignor., Miller, H.L., 2007, « Summary for policymakers », Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Inter-governmental Panel on Climate Change, Cambridge, United Kingdom, Cambridge University Press.

Sok S., Yu X., 2015, « Adaptation, resilience and sustainable livelihoods in the communities of the Lower Mekong Basin, Cambodia », International Journal of Water Resources Development, vol. 3, n° 4, p. 1-14, mis en ligne le 5 mars 2015, consulté le 30 avril 2018 DOI: 10.1080/07900627.2015.1012659

UNISDR, 2015, Sendai Framework for Disaster Risk Reduction 2015-2030, 18 March, United Nations Office for Disaster Risk Reduction (UNISDR), A/CONF.224/CRP.1

UNDP, 2009, Human Development Report 2009. Overcoming barriers: Human mobility and development, 229 p.

Vallette C., Cartier S., 2012, « Dénombrer pour maîtriser les dommages des catastrophes naturelles », VertigO La revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 12, no 1,| mai 2012, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 22 septembre 2019. http://journals.openedition.org/vertigo/12138 ; DOI : 10.4000/vertigo.12138

Wisner B., Gaillard J.C., 2009, « An introduction to neglected disasters, Jàmbá », Journal of Disaster Risk Studies, vol. 2, nº 3, pp. 151-15.

World Risk Report, 2018, « Focus: Child Protection and Children’s Rights », 64 p. https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/WorldRiskReport-2018.pdf

Yusuf A.A., Francisco H, 2010, Hotspots: Mapping Climate Change Vulnerability in Southeast Asia. Singapore, Economy and Environment Program for Southeast Asia.

Zaninetti J-M., Ngo A.T., Grivel S., 2014, « La construction sociale de la vulnérabilité face au risque d’inondation au Viêt Nam », Mappemonde, n° 114.

Haut de page

Notes

1 L’originalité de ce plan national (2014-2018) est de s’intéresser pour la première fois aux aires urbaines et leur vulnérabilité face aux inondations, typhons, feux et accidents industriels.

2 Plus de 90 % de la population du pays vit en zone rurale et dépend de l'agriculture pour vivre et se procurer des revenus (Mop, 2009).

3 Données issues de l’analyse diachronique des images acquises par le satellite Modis en 2008.

4 Rapport mondial du PNUD sur le développement humain, 2015.

5 https://opendevelopmentcambodia.net/

6 La B.D. EM-DAT est alimentée par le CRED (Centre for Research on the Epidemiology of Disasters).

7 Information du ministère des Mines et de l’Énergie relayée par le Cambodia Daily (10 déc. 2016). Les données sont extraites de l’United Nations Comtrade Database.

8 5,8 cas mortels pour 100 000 (d’après une étude de 2007, institut Pasteur).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des sites étudiés (CAO : auteurs, 2018)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5761/img-1.jpg
Fichier image/, 512k
Titre Figure 2 : Le développement du littoral cambodgien. A) Réalisation du port international pour croisiéristes à Kampot ; B) Hôtel en construction à Sihanoukville (clichés des auteurs, 2016).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5761/img-2.jpg
Fichier image/, 296k
Titre Figure 3 : Évolution de la part de population urbaine et rurale au Cambodge depuis 1961 (source : Banque Mondiale, 2015).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5761/img-3.jpg
Fichier image/, 80k
Titre Figure 4 : Comparaison des données de mortalité dues aux inondations au Cambodge entre deux bases de données internationales (source : EM-DAT et DesInventar).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5761/img-4.png
Fichier image/, 103k
Titre Figure 5 : La protection des berges à Phnom Penh. A) Digue en béton protégeant Kho Pich des inondations et de l’érosion ; B) Essai de consolidation des berges avec des matériaux de récupération à Kin Svay, Phnom Penh (clichés des auteurs, 2016).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5761/img-5.jpg
Fichier image/, 612k
Titre Figure 6 : La vulnérabilité structurelle du bâti en zone inondable. A) Exemple d’habitat vulnérable à Phnom Penh ; B) Bâti adapté à Phnom Penh (clichés des auteurs, 2016).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5761/img-6.jpg
Fichier image/, 632k
Titre Figure 7 : Littoral de Sihanoukville : plages en érosion (CAO : auteurs, 2018).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5761/img-7.jpg
Fichier image/, 324k
Titre Figure 8. Érosion côtière et protection individuelle sur les plages de Sihanoukville (clichés des auteurs, 2016).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5761/img-8.jpg
Fichier image/, 168k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tony Rey et Stéphanie Defossez, « Comprendre la gestion des risques hydrométéorologiques au Cambodge », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], Articles, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tem/5761

Haut de page

Auteurs

Tony Rey

Maître de Conférences – HDR,
Université Paul-Valéry Montpellier 3
UMR GRED
Route de Mende
34199 Montpellier Cedex 5
tony.rey@univ-montp3.fr

Stéphanie Defossez

Maître de Conférences,
Université Paul-Valéry Montpellier 3
UMR GRED
Route de Mende
34199 Montpellier Cedex 5
stephanie.defossez@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page