Navigation – Plan du site
Articles

S’approprier la « frontière » et invisibiliser l’immigré dans la fabrique urbaine de Nicosie Sud

Taming the “border” and invisibilising the immigrant in the urban fabric of South Nicosia, Cyprus
Marion Sabrié

Résumés

Depuis l’invasion turque de 1974, la partie méridionale de la vieille ville de Nicosie, la capitale de Chypre, a été délaissée par ses habitants hellénophones parce qu’elle leur rappelait ce passé douloureux. Des communautés immigrées s’y sont alors installées. Depuis l’ouverture, en 2003, en plein cœur de la vieille ville, de trois points de passage de la Ligne verte (dont un à l’extrémité occidentale de la ville historique), les hellénophones reviennent dans ce quartier. Malgré le conflit souvent latent dans les esprits, la pacification de la ligne de démarcation et de ses abords explique cette réappropriation de l’ancien centre-ville. Basé sur une soixantaine d’entretiens semi-directifs menés auprès de Nicosiotes entre 2015 et 2018, cet article analyse les modalités d’apaisement de la question chypriote par l’urbain et la métropolisation de la capitale, accélérée par l’adhésion à l’Union européenne de l’île en 2004, ainsi que la façon dont ces processus poussent les Chypriotes grecs à réinvestir un centre-ville longtemps répulsif, déplaçant ses populations immigrées défavorisées vers les périphéries. Les différents processus mentionnés, ainsi que la « mise en tourisme » des abords de la zone tampon ou « mise en scène de la conflictualité » (Gœury, 2008), sont concomitants avec une stratégie inconsciente d’effacement des groupes non hellénophones. Parallèlement à la mise en visibilité de la frontière, les communautés immigrées sont progressivement invisibilisées par la lente gentrification, alors que les hellénophones se réinstallent dans le territoire de la vieille ville méridionale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Comme dans la plupart des pays colonisés par les Britanniques, le gouvernement chypriote a décidé e (...)
  • 2 Personne interrogée dans le cadre de la recherche ayant donné lieu au présent article (Cf. méthodol (...)
  • 3 La séparation entre le Nord et le Sud n’est pas visible sur l’ensemble de l’île en raison de sa lon (...)

1Nicosie1 est marquée par la fermeture : la zone tampon démilitarisée, qui sépare le Nord du Sud de la ville et du pays depuis 1964, a été rendue infranchissable après l’invasion turque de 1974. La vieille ville méridionale s’était alors vidée de ses habitants en raison de la présence d’un conflit latent dans les esprits. Les Chypriotes « évitaient de s’en approcher, le front étant trop présent », comme Andreas2 (trentenaire, avocat de profession) l’a entendu de sa famille. Ce dernier, comme beaucoup d’autres jeunes de sa génération, n’a pas connu les événements de 1974 ni le déplacement forcé de sa famille et de sa communauté du Nord de Chypre vers le Sud du pays. Ses souvenirs lui ont cependant été transmis par ses proches. Cet épisode est encore très vivant et douloureux dans la mémoire nationale, et « un sentiment d’injustice » continue de le révolter, à l’instar d’une grande partie de la jeunesse hellénophone. Selon ses mots, le jeune homme refuse, comme tant d’autres, de « montrer son passeport dans son propre pays » : il s’y sent « réfugié ». Afin d’afficher publiquement son « écœurement », il se prive ainsi d’aller dans le Nord. Mais ce n’est pas le cas de tous les Nicosiotes. En effet, depuis le début des années 2000, Nicosie connaît un début d’ouverture, qui semble indiquer une détente et une pacification de la ligne de démarcation. La « frontière » peut être traversée depuis avril 2003 au point de passage du palais Ledras, à l’ouest des fortifications, et depuis avril 2008, au cœur de la vieille ville, au milieu de la rue Ledras/Lokmaçi et au palais Ledras, à l’ouest de la ville historique (Carte 1). Bien que franchissable, la ligne de démarcation est particulièrement visible entre Chypre Nord et Sud, notamment à Nicosie3. La guerre des drapeaux (Carmenos et Sabrié, 2018) dans l’espace urbain est évidente (Photographie 2), ainsi que la présence de nombreux autres signes nationalistes ostentatoires, voire agressifs (slogans tagués ou affichés). Ces signes contribuent à la théâtralisation du conflit dont les passants et les touristes sont les spectateurs participant d’une « mise en tourisme » de la « frontière » (Ibid. ; Lageiste et Moullé, 2015). D’autres processus spatiaux significatifs sont plus discrets, comme l’appropriation de la vieille ville par les communautés immigrées ces dernières décennies, et encore plus récemment, par la communauté hellénophone.

Carte 1 : La réappropriation de la vieille ville méridionale de Nicosie par les hellénophones (Sabrié, 2018)

Carte 1 : La réappropriation de la vieille ville méridionale de Nicosie par les hellénophones (Sabrié, 2018)
  • 4 La métropolisation de Nicosie se caractérise par son internationalisation, sa croissance démographi (...)

2Dans cet article, il s’agit d’interroger les dimensions spatiales de cette transition et les processus d’appropriation de la « frontière » à l’œuvre dans les villes divisées, en examinant le cas particulier de Nicosie. Comment l’apaisement de la question chypriote à Nicosie, la construction de la paix par l’urbain et par la coexistence urbaine, la métropolisation4 croissante de la capitale (accélérée par l’adhésion de l’île à l’Union européenne) poussent-ils les Chypriotes à réinvestir un centre-ville longtemps répulsif, reléguant ses populations immigrées vers les périphéries ? En d’autres termes, comment la détente entre Chypre du Nord et du Sud et la « mise en scène de la conflictualité » (Gœury, 2008) permettent-elles aux Nicosiotes, appuyés par les acteurs économiques locaux et internationaux, de réinvestir un espace frontalier qu’ils avaient délaissé ? Et dans quelle mesure cette dynamique de lente gentrification exclut-elle les populations immigrées ?

3Après une présentation du contexte très politique de Nicosie et de la méthodologie de mon terrain chypriote, j’analyse comment la vieille ville méridionale a longtemps été structurée par le conflit qui a survisibilisé la ligne de front et comment les immigrés ont occupé cet espace urbain répulsif aux yeux des hellénophones. Dans un troisième temps, j’étudie la réappropriation de la vieille ville par les Chypriotes grecs grâce à la détente géopolitique et aux projets de revalorisation urbaine et de quelle façon elle mène à l’effacement des communautés immigrées.

1. Contexte général et méthodologie

4Nicosie s’étend sur 111 km² et comptait 310 255 habitants au recensement de 2011. Sa métropolisation est encore assez lente : malgré son statut de capitale politique, elle demeure une ville moyenne et ne joue pas le rôle de capitale régionale. Limassol, la seconde ville en nombre d’habitants, est la capitale économique du pays. Du fait de l’adhésion de l’île entière à l’Union européenne en 2004, la métropolisation de Nicosie et de Limassol s’est amorcée, même si cette dynamique est encore récente.

  • 5 L’appellation « Ligne verte » viendrait de la couleur du crayon utilisé par l’officier des Nations (...)

5Nicosie reste la dernière capitale européenne à être divisée par un mur. Neuf ans après la sanglante invasion turque, la République turque de Chypre du Nord (RTCN) prend son indépendance et s’autoproclame État. Elle s’étend sur 37 % de la superficie de l’île et n’est reconnue que par la Turquie voisine. Le mur n’est pas seulement une barrière entre Nicosie Nord et Sud et entre la République de Chypre et la RTCN. Démilitarisée, la Ligne verte5 (Prasini Grammi et Yesil Hat, respectivement en grec et en turc) ampute 10 % du territoire urbain de la capitale et 3,7 % de celui de l’île « afin d’amortir les tensions immédiates qui pourraient survenir entre les communautés hellénophone et turcophone » (Péchoux, 2002 : 103). Les hellénophones la qualifient de « pseudo-frontière », rappelant qu’il ne s’agit pas d’une frontière reconnue internationalement comme telle.

Photographie 1. Effets de frontière (voie sans issues, casemate de l’armée chypriote grecque et drapeaux chypriote grec et grec).

Photographie 1. Effets de frontière (voie sans issues, casemate de l’armée chypriote grecque et drapeaux chypriote grec et grec).

Source : Sabrié, 2017.

Photographie 2. Barbelés, blocs défensifs, ruines et drapeaux chypriote turc et turc (Prise à côté de la précédente photographie).

Photographie 2. Barbelés, blocs défensifs, ruines et drapeaux chypriote turc et turc (Prise à côté de la précédente photographie).

Source : Sabrié, 2017.

6Nicosie est le territoire où la ligne de séparation est la plus matérialisée. Mon analyse a porté sur sa vieille ville méridionale, qui est entourée par des remparts vénitiens. Cette dernière possède un mode de fonctionnement particulier, avec des codes singuliers en raison de la présence de la ligne de front au milieu de son territoire urbain (Photographies 1 et 2). La ville a déjà fait l’objet de plusieurs analyses géographiques, notamment au prisme de la zone tampon et du conflit par Péchoux (2002) qui en fait une analyse géo-économique et géopolitique dans son ensemble, ou bien encore Oktay (2007) qui se focalise sur l’inadéquation entre les initiatives bicommunautaires dont le Nicosia Master Plan et les problèmes grandissants auxquels est confrontée la politique urbaine. Clochard (2008) se penche, une année plus tard (il y a onze ans), sur les flux migratoires – de part et d’autre de la zone-tampon - à l’une des « frontières » de l’Union européenne. Gronau et Constanti (2008) explorent davantage la politique municipale responsable du manque d’intérêt des touristes en 2006 pour la régénération urbaine dans la vieille ville historique. Fokaz (2015) étudie le processus d’appropriation culturelle du territoire « frontalier ». Lageiste et Moullé (2015) sont les premiers à parler d’une « mise en tourisme » de la « zone-frontière » chypriote. Quant à Patel (2013), il étudie l’européanisation de la capitale divisée. Ma dernière copublication sur Nicosie (Carmenos et Sabrié, 2018) montre comment Nicosie est devenue un laboratoire de l’urbain en raison de la présence de la « frontière ». Cependant, au sein des publications sur la capitale chypriote, aucune n’analyse le réinvestissement récent par les Nicosiotes de l’espace « frontalier » méridional, initialement délaissé au profit des communautés immigrées et dans lequel la conflictualité a été mise en scène. Cette mise en scène est très proche du concept utilisé par Gœury pour décrire la frontière indo-pakistanaise : la théâtralisation symbolique d’un affrontement quotidien entre les deux armées est un élément de normalisation des relations entre les deux pays et participe à la pacification de la frontière. Il s’agit d’une « conversion » d’un territoire conflictuel « en espace de conciliation » traversé par les flux de personnes et de marchandises (Goeury, 2008 : 17).

7Les résultats de cet article s’appuient sur une enquête de terrain géographique menée entre 2015 et 2018 à Nicosie (où je résidais jusqu’en 2019) grâce à laquelle j’ai obtenu des données qualitatives sur les représentations (au sens de « construction mentale détachée du terrain », Brunet et al., 1992 : 378) que les différents acteurs se font de la zone-tampon de la capitale chypriote. L’enquête a été réalisée en anglais, dans le cadre d’entretiens semi-directifs en face à face auprès d’une soixantaine de Nicosiotes, immigrés ou Chypriotes hellénophones. Majoritairement composée de questions ouvertes, l’enquête a été conduite dans des espaces publics (rues et cafés) situés à proximité de la Ligne verte. Il faut également y ajouter une trentaine d’entretiens informels menés auprès d’autres acteurs de la fabrique urbaine (architectes, gérants de cafés, de restaurants et de magasins et employés municipaux). Ces entretiens visaient à faire entendre à la communauté internationale, aux chercheurs et aux acteurs institutionnels les Nicosiotes, dont la voix est peu médiatisée contrairement à celle de leurs dirigeants politiques, et à analyser leurs points de vue. Il s’agissait également de confronter leurs versions à celle des acteurs de la fabrique urbaine plus institutionnels.

2. La vieille ville longtemps structurée par le conflit et investie par les immigrés

8Les immigrés ont investi la vieille ville de Nicosie et y ont créé des territorialités et des paysages spécifiques.

2.1. La vieille ville marquée par la guerre

9Le conflit est toujours présent dans la vieille ville, et sa théâtralisation a été orchestrée par les autorités pour se défendre et pour revendiquer le territoire, conformément aux mentalités des Chypriotes grecs choqués par l’invasion de 1974. Les acteurs institutionnels ont mis en lumière la « frontière » en la survisibilisant et en insistant sur l’opposition identitaire entre les communautés hellénophone et turcophone (Di Méo, 2001), comme nous le montrions dans une publication précédente (Carmenos et Sabrié, 2018), et comme le confirment les observations de terrains effectuées (Photographie 2), ainsi que les paroles recueillies auprès des personnes interrogées : « les Chypriotes turcs et les Turcs nous insultent en mettant de grands drapeaux », « les haut-parleurs des minarets sont volontairement orientés vers le Sud » et « il est important de montrer le drapeau chypriote et celui de l’Église : nous sommes chez nous ».

10L’armée britannique chargée du maintien de la paix est la première à avoir instauré la séparation entre les deux communautés en 1964, soit quatre années après l’indépendance du pays. Ces forces ont depuis été remplacées par celle des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre, qui contribue à rappeler le conflit par son emprise spatiale et son marquage visuel : barrières, barbelés (Photographies 2 et 6), drapeaux onusiens et miradors de couleur blanche bien reconnaissable postés sur des bastions de la vieille ville ou dans ses douves vides.

11Les autres acteurs institutionnels qui mettent en scène la séparation sont les municipalités chypriotes grecque et turque de Nicosie. La présence des municipalités « occupées » ou « en exil », comme les hellénophones les appellent, de Kyrenia (dans la zone tampon à l’ouest de la vieille ville) et de Morphou (à l’extrémité sud de la vieille ville, Carte 2) participe également à perpétuer le souvenir du conflit. Une frange des Chypriotes souhaite « ne pas oublier » l’invasion sanglante, comme l’affirme le plus populaire de leurs slogans (Photographie 3).

Photographie 3. « Je n’oublie pas ».

Photographie 3. « Je n’oublie pas ».

Source : Sabrié, 2019.

  • 6 Un grand pont est d’ailleurs en construction depuis 2015 pour désenclaver la vieille ville méridion (...)

12Au milieu de la rue Ledras/Lokmaci, l’une des rues principales de la vieille ville et l’un des trois points de passage du centre-ville, la « frontière » est matérialisée par la présence des douaniers, qui montre que la Ligne verte, fermée pendant 34 ans, est franchissable depuis une décennie. Cependant, ils rappellent également que la zone tampon est toujours bel et bien présente et qu’elle crée une discontinuité dans le tissu urbain (visible sur la Carte 1). Avant 1963, la municipalité bicommunautaire fonctionnait comme un tout. Aujourd’hui, les principales rues commerçantes d’alors (comme la rue Kikkou ou la rue Ermou) sont soit situées dans la zone tampon, soit coupées en deux par la « frontière » (Carte 1). La vieille ville est devenue un labyrinthe pour les voitures avec ses voies sans issue (Photographies 4 et 5), et le réseau de transport routier infra-urbain, un casse-tête pour les urbanistes6.

Photographie 4. Voie sans issue dans la vieille ville.

Photographie 4. Voie sans issue dans la vieille ville.

Source : Sabrié, 2019.

Photographie 5. Autre voie sans issue dans Nicosie historique avec deux bouches à feu.

Photographie 5. Autre voie sans issue dans Nicosie historique avec deux bouches à feu.

Source : Sabrié, 2019.

13La « frontière » est également rendue visible par les bâtiments tombant en ruines dans la zone tampon, les militaires chypriotes grecs et turcs postés dans des casemates ou des guérites dressées tous les 200 mètres dans la vieille ville, les barbelés et les gros blocs défensifs en béton (qui entravent volontairement la fluidité du trafic depuis et vers la frontière et qui ont été laissés tels quels depuis la fin de l’invasion, Photographies 1 et 2). Les drapeaux se multiplient sur les toits des bâtiments de la vieille ville à proximité de la zone tampon (Photographie 6). Le drapeau de Chypre Sud est souvent associé au drapeau grec ou à celui de l’Église orthodoxe grecque et celui de Chypre Nord au drapeau turc. Ils sont hissés tant par les acteurs officiels que par les particuliers. Le summum est atteint avec l’immense drapeau chypriote turc qui s’étend sur le flanc méridional de la chaîne du Pentadaktylos (Photographie 7). Visible de jour comme de nuit, grand comme 10 terrains de football7 (70 000 m²), il est considéré comme une provocation par les Chypriotes grecs. Sur des gros blocs de béton placés à l’ouest des remparts de la vieille ville, au point de passage du palais Ledras, sont affichés les portraits des deux hommes qui ont volontairement franchi la Ligne verte en 1996 : sauvagement abattus par des soldats turcs, ils sont des martyrs pour les Chypriotes grecs. Les photographies de cet événement participent à perpétuer la conflictualité avec le voisin, tout comme les caméras, récemment installées, qui permettent de surveiller la ligne de séparation. Les innombrables rappels du conflit que nous venons d’énumérer ont longtemps rendu la vieille ville répulsive aux yeux des Nicosiotes hellénophones.

Photographie 6. « La guerre des drapeaux » à Nicosie de part et d’autre de la zone tampon, au point de passage de la rue Ledras/Lokmaçi. Au premier plan, les drapeaux chypriote turc et turc et au second plan, les drapeaux grec et chypriote grec.

Photographie 6. « La guerre des drapeaux » à Nicosie de part et d’autre de la zone tampon, au point de passage de la rue Ledras/Lokmaçi. Au premier plan, les drapeaux chypriote turc et turc et au second plan, les drapeaux grec et chypriote grec.

Source : Sabrié, 2019.

Photographie 7. Le drapeau chypriote turc de la chaîne de Kyrenia.

Photographie 7. Le drapeau chypriote turc de la chaîne de Kyrenia.

Source : Sabrié, mai 2016.

2.2. Un centre longtemps répulsif pour les Chypriotes grecs

14Bien que la paix règne depuis 46 ans (à l’exception de quelques incidents dont les derniers datent des années 1990), les lieux de la guerre ont été conservés presque tels quels dans Nicosie. La mise en scène du conflit et ses représentations ont perturbé la fabrique urbaine. La vieille ville méridionale a été répulsive pendant trois décennies aux yeux des Chypriotes grecs - « nous ne voulions plus habiter à Nicosie près des soldats turcs » (employé municipal, soixantenaire et d’origine nicosiote), « ce n’est pas le centre-ville ; on l’a construit plus loin pour éviter les rues touchées par les affrontements de 74 » (cinquantenaire, manager d’un magasin) ou bien encore « ma famille est partie s’installer à Larnaca pour être loin de la zone des combats » (enseignante trentenaire) -, alors que du côté Nord, elle est densément habitée par des Chypriotes turcs et par des familles immigrées de Turquie (dans le cadre d’une politique plus générale de colonisation du territoire chypriote).

  • 8 En raison de l’absence d’université chypriote pour y mener des études, de nombreux jeunes partaient (...)

15Lors de l’invasion et pendant les mois qui ont suivi, ne se sentant plus en sécurité ni dans la capitale ni dans l’île entière, les Chypriotes ont été nombreux à quitter leur pays. En 1991, la moitié de la population de Chypre Sud vivait à l’étranger (Anthias, 1992). L’île dans sa totalité a longtemps été un territoire de départ, d’abord en raison du conflit8. C’est seulement depuis trois décennies qu’elle est une terre d’accueil grâce à une politique migratoire plus ouverte mais mesurée et à son adhésion à l’Union européenne en 2004. Cette inversion du solde migratoire à partir des années 1990 montre la détente dans le pays et la pacification du conflit. Cette immigration est visible dans la vieille ville où elle a modelé le territoire urbain, profitant du vide laissé par les Chypriotes hellénophones.

2.3. Une vieille ville investie par les immigrés qui y créent des territorialités et des paysages spécifiques

2.3.1. Des travailleurs migrants extra-européens déconsidérés

  • 9 Si les immigrés philippins ou sri lankais préfèrent généralement être légalement enregistrés, ils d (...)

16Le nombre d’habitants issus des dernières vagues d’immigration n’est pas disponible à l’échelle de Nicosie Sud, et encore moins de la vieille ville. Mais sur l’île en 2011, sont officiellement enregistrés 10 009 Philippins, 7 327 Sri Lankais, 3 272 Syriens et 3 292 Égyptiens. Entre 2001 et 2011, on peut noter une hausse de 65 % du nombre de Philippins enregistrés9 et de 32 % de Sri Lankais. Celle-ci traduit une régularisation administrative d’une partie des immigrés vivant déjà dans le pays et, plus généralement, un assouplissement des mesures gouvernementales en faveur de l’immigration.

  • 10 Gouvernement de Chypre, ministère des Affaires étrangères, Statistiques du travail http://www.mof.g (...)

17Selon les entretiens informels menés dans la vieille ville auprès d’une quinzaine d’immigrés philippins, sri lankais, syriens et égyptiens, ces derniers sont employés de maison, artistes, danseurs, plongeurs, cuisiniers ou ouvriers. Ils ont souvent des situations administratives compliquées et la majeure partie d’entre eux attend souvent une régularisation de leur statut sur le territoire chypriote. L’informalité est fréquente dans la plupart de ces emplois, mais l’irrégularité administrative est synonyme d’absence de droits et de sécurité. Avec un chômage10 de 2,7 % en avril 2018, la majeure partie des Nicosiotes hellénophones interrogés ne souhaite pas exercer les métiers effectués par les immigrés. Ces derniers assurent une partie importante du fonctionnement de la ville. Main-d’œuvre bon marché, disponibles de jour comme de nuit et peu formés, ils reçoivent le salaire minimum (5 € de l’heure en 2019), voire souvent moins car ils ne sont pas officiellement déclarés, certains en raison de leur entrée illégale sur le territoire, généralement par le Nord. Ces immigrés sont peu visibles dans l’espace urbain en raison des métiers souvent confinés qu’ils exercent.

  • 11 Bien que les immigrés ne soient pas tous officiellement enregistrés, les immigrés les plus nombreux (...)

18De nombreuses recherches géopolitiques ont été menées sur la frontière chypriote (Blanc, 2000 ; Constantinou et Papadakis, 2011 ; Mirante-Psaltakis, 2011 ; Sahin, 2011 ; Sanguin, 2005), mais très peu de chercheurs se sont attelés à analyser les frontières mentales qui existent sur ce territoire insulaire. Le concept de frontière mentale n’apparaît d’ailleurs pas en tant que tel dans la littérature géographique ; j’entends par là  des délimitations qui nont pas de fondement géopolitique, mais qui existent dans les représentations et cartes mentales des habitants. Si les médias participent à la diabolisation et au rejet (depuis la période du joug ottoman sur l’île) de la communauté immigrée turque installée dans le Nord de Chypre (à ne pas confondre avec les Chypriotes turcs qui vivent sur l’île depuis des siècles), ils contribuent également à desservir l’image des immigrés notamment extra-européens. Parmi les immigrés, des distinctions sont faites par les Chypriotes grecs entre les migrants des pays voisins (Libanais principalement maronites, Syriens et Égyptiens), les Européens (de Grande Bretagne, de Grèce ou d’Europe de l’Est) et les migrants venus de pays plus lointains11. Ces derniers sont considérés comme des migrants de seconde catégorie par de nombreux Chypriotes grecs, chez qui la xénophobie est importante (Trimikliniotis, 1999). Si certaines barrières sont physiques, comme celle de la zone tampon, les frontières mentales se répercutent également sur les dynamiques socio-spatiales de Nicosie (comme nous le verrons aussi dans le 3.3).

2.3.2. Des territorialités et des paysages spécifiques aux immigrés extra-européens

19Les communautés d’immigrés philippins, sri lankais, syriens et égyptiens ont investi certains quartiers de Nicosie Sud, notamment celui de la rue Trikoupi entre le rond-point Oxi et la mosquée Omeriye ou de la rue Ousounian (Carte 1). L’empreinte culturelle et sociale des immigrés est évidente. On l’observe dans le type de commerces (fast foods proposant de la nourriture orientale, épiceries exotiques, magasins de télécommunications et de transferts d’argent à la famille demeurée dans le pays d’origine, etc. – Photographie 8) et dans les modes de sociabilisation qui diffèrent de ceux des hellénophones. Cette présence est également visible dans les logements qui leur sont proposés (majoritairement des petits appartements vétustes ou de grands appartements à partager) et dans les langues que l’on voit écrites ou que l’on entend résonner.

20Ces travailleurs immigrés, notamment les employés de maison, ont accès à l’espace public de la vieille ville surtout le dimanche (leur jour de repos). Ils s’y rencontrent dans les lieux de culte, comme la cathédrale catholique où se retrouvent les Philippins (avec une forte majorité de femmes), mais également aux environs, comme dans les cafés près de la mosquée Omeriye (Carte 1). Les autres espaces de rencontre sont la rue Ledras/Lokmaçi et ses boutiques, mais aussi les bancs devant le parking du bastion Tripoli, à côté de la Plateia Solomou, sur les remparts méridionaux (Carte 1).

  • 12 Hormis un minibus dont le trajet est limité, les transports en commun ne desservent pas l’intérieur (...)

21Peu considérés, ces immigrés ne sont pas toujours pris en compte dans les politiques urbaines, bien qu’ils soient présents dans l’espace public. Le mode de vie chypriote repose essentiellement sur la voiture individuelle : les transports en commun intra-urbains sont peu développés (en comparaison, le réseau de bus interurbain, destiné principalement aux touristes et dont la fréquence augmente l’été, est d’une meilleure qualité et d’une plus grande fiabilité). À Nicosie, il n’est pas rare de voir des usagers attendre longuement au soleil à l’arrêt d’un autobus12 qui ne passera peut-être pas. D’après mes observations, les immigrés semblent être les principaux passagers de ces transports en commun intra-urbains déficients.

Photographie 8. Vue du quartier principalement habité par des immigrés non hellénophones (échoppes aux noms écrits en anglais et à destination de ces derniers).

Photographie 8. Vue du quartier principalement habité par des immigrés non hellénophones (échoppes aux noms écrits en anglais et à destination de ces derniers).

Source : Sabrié, 2018.

3. La réappropriation de la ville par les hellénophones et la marginalisation des immigrés

22La pacification du conflit et de la Ligne verte rend possible le retour des Chypriotes grecs à Nicosie Sud et marginalise les communautés immigrées, reléguées vers la périphérie. Plusieurs logiques spatiales sont concomitantes : l’une spécifique à Nicosie, qui est liée aux facteurs historiques, et l’autre mondiale, qui comprend l’apparition des promoteurs immobiliers, la muséification avec l’aide des organisations internationales et la gentrification. Ces deux tendances se nourrissent l’une de l’autre et œuvrent en faveur de la métropolisation émergente de Nicosie.

3.1. L’ouverture de la « frontière » et le Master Plan commun

  • 13 Les Chypriotes turcophones viennent dans le Sud pour travailler ou acheter des produits moins facil (...)

23Une des données majeures de la transformation qualitative de Nicosie est l’ouverture du point de passage de la rue Ledras/Lokmaçi en plein cœur de la vieille ville (Carte 1). Plébiscitée par une importante partie de la population de part et d’autre de la « frontière », cette ouverture a permis de multiplier la fréquentation de la vieille ville et le commerce « transfrontalier »13. La ligne de front paraît ainsi moins « anxiogène » aux Nicosiotes hellénophones qu’auparavant : c’est l’adjectif qu’utilisent une dizaine des interviewés. Ils justifient ce changement de ressenti par le fait que le conflit n’est plus « latent comme il l’était dans les années 1980 et 1990 ». L’ouverture des points de passage a permis de reconsidérer la vieille ville comme un tout, avec un plan commun de rénovation et de requalification des quartiers.

3.1.1. L’attractivité nicosiote retrouvée grâce à l’ouverture et la pacification

24L’adhésion à l’Union européenne a joué un rôle crucial dans les processus migratoires décrits dans la partie précédente. Inversant les polarités, elle a aussi participé à la transformation de la vieille ville en espace attractif. L’intégration européenne et la détente géopolitique à l’égard de Chypre Nord ont permis de rétablir une certaine confiance des Nicosiotes, qui leur a donné envie de réinvestir l’espace urbain.

25Une petite moitié des Chypriotes hellénophones avec lesquels je me suis entretenue à Nicosie a connu un déplacement forcé du Nord vers le Sud de l’île et éprouve une certaine résignation : «nous avons peu d’espoir », « il y a peu de chance que la réunification aboutisse », « les hommes politiques n’arrivent pas à se mettre d’accord », etc.. Les négociations de l’automne 2017 en faveur de la réunification de l’île se sont soldées par un échec et la moitié des Nicosiotes interrogés se réapproprient la ville telle qu’elle est, toujours divisée. Les plus jeunes en particulier sont persuadés que la réunification entre le Nord et le Sud passera d’abord par un changement des mentalités au sein de la société civile, et dans un second temps, par les actions des dirigeants. Se réapproprier les lieux du conflit est un premier pas vers une matérialisation politique de la réunification. Un exemple de cette réappropriation, bien qu’éphémère, est celui des manifestations bicommunautaires menées en 2017 et 2018 par l’organisation Unite Cyprus Now dans la zone tampon au point de passage de la rue Ledras/Lokmaçi.

26Si le mur est toujours survisibilisé, la représentation qu’en ont une grande partie des Nicosiotes hellénophones a changé, comme celle du conflit. Émerge alors un paradoxe entre la frontière survisibilisée, au sens d’un spectacle frontalier (De Genova, 2016), avec une course à l’empreinte nationaliste sur le territoire urbain des deux côtés du mur, et des processus moins visibles de réappropriation de la ville par ses habitants. La réappropriation de la vieille ville méridionale par les Chypriotes grecs n’est pas incompatible avec le nationalisme : ce mouvement peut aussi être interprété comme un sursaut nationaliste de leur part. Ils reviennent au contact des Chypriotes turcs et des Turcs, pour défendre leur droit à vivre dans le centre-ville et marquer l’espace comme étant le leur. La mise en tourisme et la commercialisation du secteur participent à cette réappropriation. Gœury (2008 : 17) analyse ainsi le tourisme à la frontière indo-pakistanaise : « ce tourisme […] même s’il se fait autour des symboles de la nation, est un élément de pacification du lieu. Il permet de convertir un espace de conflit en un espace de conciliation ». Puis, reprenant les travaux de Brunet (2006 : 257), il continue son analyse en écrivant que ce tourisme « prépare le passage d’une gestion purement politique de la frontière à une gestion plus économique, en générant de nouveaux flux et de nouvelles activités ». À Nicosie aussi, depuis 2003, de nouveaux flux ont été générés par les Chypriotes grecs et turcs, qui passent de l’autre côté pour travailler ou faire des courses, mais aussi par les touristes qui franchissent la Ligne verte, signe d’une certaine détente géopolitique et de l’évolution des représentations. Le territoire, rénové dans le cadre du Master Plan, est de plus en plus investi par les hellénophones et les touristes.

3.1.2. Les rénovations dans le cadre du Master Plan

  • 14 « Différents projets ont été réalisés dans le cadre de ce programme, comme le Municipal Arts Centre (...)
  • 15 Banque européenne d’investissements, mis en ligne le 10/01/2011, consulté le 06/05/2018, http://www (...)

27Les acteurs publics et internationaux ont d’abord souhaité rénover le patrimoine facilement accessible de la vieille ville, puis celui de la Ligne verte, qui nécessite des autorisations pour être rénové. Les financements ont été attribués à des projets considérés comme prioritaires par la municipalité : dans Nicosie sud, la rénovation du quartier Chrysaliniotissa, la piétonisation du quartier commercial de la rue Ledras, la préservation de l’aqueduc Silihtar, la revitalisation de la mosquée et du hammam Omeriye (Photographie 9), celle du quartier Faneromenis et la rénovation de la Ligne verte de Nicosie14 (Carte 2) en sont des exemples. Selon Park (2004), les rénovations urbaines les plus fréquemment effectuées dans les métropoles mondiales ces dernières décennies sont liées à la culture. À Nicosie, il s’agit aussi de requalifications urbaines, comme dans la rue Ermou où une ancienne usine de fabrication de chaussures est devenue une salle de concert (Carte 1). La majeure partie de ces projets a été exécutée dans le cadre du Nicosia Master Plan, élaboré à partir de 1979 par la municipalité de Nicosie, le ministère de l’Urbanisme et du Logement, le PNUD (Programme des Nations unies pour le Développement) et l’Union européenne (notamment dans le cadre de projets de développement régional et urbain de la Commission). La Banque de développement du Conseil de l’Europe et la Banque européenne d’investissement15 participent également au financement de cet important chantier. Les projets sont ensuite mis en œuvre avec les communautés chypriotes grecque et turque de la ville.

28Les projets décrétés comme prioritaires par la municipalité de Nicosie16 Sud tiennent généralement compte de l’héritage bicommunautaire. Cette dernière explique son choix par trois critères : le caractère architectural du lieu, ses mérites sociaux et sa viabilité économique. Loin de vouloir limiter les inégalités socio-spatiales, les projets semblent, dès leur conception, être basés une vision néolibérale du développement économique de la ville (comme les bâtiments rénovés pour faire des habitations à loyer élevé ou des bars et restaurants chics destinés à une clientèle aisée). L’objectif premier du programme de rénovation est pourtant d’« améliorer les conditions de vie actuelles et futures pour tous les habitants de Nicosie » (Municipalité de Nicosie, 2017). Les autorités du Nord et du Sud ont donc coopéré pour élaborer le Master Plan : ce symbole qui explique également en large partie pourquoi les Chypriotes grecs sont prêts à retourner dans la vieille ville. Ce réinvestissement participe à la métropolisation de Nicosie, sous l’impulsion des autorités, des organisations internationales et des acteurs économiques.

Photographie 9. La mosquée Omeriye rénovée, au cœur de la vieille ville sud, dans le cadre de Nicosia Master Plan, une vision future unifiée de Nicosie.

Photographie 9. La mosquée Omeriye rénovée, au cœur de la vieille ville sud, dans le cadre de Nicosia Master Plan, une vision future unifiée de Nicosie.

Source : Sabrié, 2018.

Carte 2 : La vieille ville de Nicosie Sud en revitalisation (Sabrié, 2019)

Carte 2 : La vieille ville de Nicosie Sud en revitalisation (Sabrié, 2019)

3.1.2. Tourisme culturel, muséification et gentrification

29Grâce aux projets de rénovation portés par les acteurs municipaux, menés par l’Union européenne pour restaurer les bâtiments historiques, et reconstruire ainsi le tissu urbain et par les Nations Unies, l’espace de la vieille ville est embelli et les conditions y sont meilleures. La mobilisation des acteurs publics pour la préservation du patrimoine historique dénote aussi une certaine idée de la ville et du patrimoine à conserver. Cette idée poussée à l’extrême peut induire un processus de muséification, renforçant encore davantage la gentrification et les inégalités socio-spatiales. Ce processus est renforcé par l’intérêt croissant que représente le développement d’un tourisme culturel à Chypre. Selon les mots des dirigeants de la Banque européenne d’investissement, les habitants actuels ne sont pas prioritaires aux yeux des autorités publiques : « la ville de Nicosie cherche à attirer de nouveaux habitants, à créer un sentiment d’appartenance à la communauté et à stimuler l’activité économique, par le tourisme notamment » (Banque européenne d’investissement, 2011). En rénovant un patrimoine culturel hérité, les différents acteurs participent à la mise en tourisme de Nicosie. Bien qu’encore limité par rapport à la très grande fréquentation des stations balnéaires du pays, un tourisme culturel et urbain se développe dans la capitale. La rénovation urbaine peut influer sur une mise en tourisme plus importante (Gronau et Constanti, 2008), et, plus généralement, stimuler le développement économique. Les projets de modernisation, qui sont d’abord l’œuvre du secteur public, permettent de revitaliser des quartiers grâce aux bénéfices qui en découlent, mais aussi avec l’implication du secteur privé.

30Parallèlement à ces projets de rénovation, de nouveaux acteurs de l’économie et de la gouvernance urbaine émergent : les promoteurs immobiliers nationaux ou étrangers, très souvent européens. Ces derniers impulsent une certaine gentrification assumée par ces promoteurs (« le but est de faire de Nicosie une ville propre et moderne »). L’une des spécificités de Chypre, depuis son indépendance, a été le blanchiment d’argent (Stergiou, 2011). Les nouveaux gratte-ciels sont souvent des témoins de cette pratique, qui a un peu décrue, et de la fiscalisation avantageuse qu’offre toujours l’île. Ces nouveaux bâtiments sont beaucoup plus visibles que les rénovations. Ils sont encore peu nombreux dans la vieille ville, mais commencent à l’encercler, contrastant avec le patrimoine architectural historique.

3.2. La réappropriation de la vieille ville par les Chypriotes grecs : la revalorisation des commerces et des logements anciens

31Malgré la théatralisalisation du conflit dans l’espace urbain, les quartiers, qui s’étaient vidés de leurs habitants et qui n’avaient pas tous été investis par les communautés immigrées (il s’agissait pour certains de friches urbaines ou de bâtiments délabrés), retrouvent lentement une certaine activité. Cette revitalisation de la vieille ville s’effectue en deux temps : le premier est dédié au réinvestissement des rez-de-chaussée par des magasins, des cafés et des restaurants (Photographie 10). Cette première étape est bien avancée dans plusieurs quartiers : principalement celui des rues Ledras, Onasagorou et de la place Faneromenis et celui de la rue Ermou, à l’extrémité nord-est de la vieille ville (Carte 1). Même s’il n’y a pas encore de réelle spécialisation fonctionnelle, la vieille ville est surtout dédiée aux commerces, à la restauration et au tourisme.

32Dans un second temps, les étages sont lentement rénovés afin que les appartements, délaissés et délabrés pendant plusieurs décennies, redeviennent habitables. Cette seconde étape est en cours (Photographie 9), mais ne concerne encore que peu de bâtiments. Il y a quelques années, la demande n’était guère importante pour vivre dans la vieille ville, dont les désavantages étaient nombreux : délabrement avancé des immeubles, appartements répondant aux besoins de la société des années 1960 et 1970, absence d’isolation contre le froid et le bruit, difficultés pour se déplacer et pour se garer (l’unique moyen de transport des Chypriotes étant l’automobile), etc. Aujourd’hui, grâce à sa revalorisation, la vieille ville est devenue plus attractive et le marché du logement ancien se développe lentement. En contrepartie, le prix des loyers y a augmenté (autour de 14 % d’augmentation annuelle17 à Nicosie, les données spécifiques sur la hausse dans la vieille ville n’étant pas disponibles). Les Nicosiotes hellénophones réinvestissent les lieux, alors que les communautés immigrées sont lentement reléguées vers des quartiers périphériques dans lesquels les prix des loyers sont plus abordables. La réconciliation par l’urbain entre les deux communautés se fait donc au détriment d’une troisième communauté : celle des immigrés.

Photographie 10. Exemple de rénovation progressive des habitations situées aux étages sur la rue commerçante principale, la Ledras/Lokmaçi.

Photographie 10. Exemple de rénovation progressive des habitations situées aux étages sur la rue commerçante principale, la Ledras/Lokmaçi.

Source : Sabrié, 2018.

3.3. L’éviction des populations immigrées vers les périphéries et leur marginalisation

33La lente gentrification du centre-ville, au sens de déplacement des populations les plus démunies vers la périphérie (Smith, 1996), a pour conséquence l’effacement des immigrés face aux nouvelles dynamiques mondialisées de la métropole émergente. Ces immigrés non hellénophones, que j’ai précédemment décrits, sont déplacés par la réinstallation de Chypriotes grecs, issus de classes économiques plus aisées ; progressivement évincés de la vieille ville, et notamment des lieux très identitaires précédemment décrits. Reléguées vers des quartiers périphériques, comme dans certaines parties de Lakadamia ou d’Aglantzia (Carte 3), ces communautés immigrées ont de moins en moins le « droit à la ville » (Lefebvre, 1974) ou du moins, à la ville-centre. Les périphéries dans lesquelles ils s’installent sont certes relatives à Nicosie, la distance depuis la vieille ville n’étant que de quelques kilomètres. L’offre de transports en commun étant cependant très limitée, le temps de transport pour venir travailler dans la ville-centre devient plus important. Ce déplacement vers la périphérie, impulsé par la communauté hellénophone, est d’origine économique : les immigrés ne peuvent plus payer les loyers qui augmentent en raison du retour des hellénophones. La lente gentrification en cours est visible dans la multiplication de cafés (Carmenos et Sabrié, 2018) et de bars à cocktails huppés (Carte 1) au détriment des autres magasins plus traditionnels ou des boutiques spécialisées destinées aux immigrés. Cette multiplication des cafés et des bars sur un modèle mondialisé et de succursales de grandes multinationales (Starbucks, Kentucky Fried Chicken ou encore Subway) a commencé depuis une décennie et s’est accélérée ces trois dernières années. La logique de l’entre-soi aisé prévaut, alors que le prix d’un café ou d’un sandwich y est supérieur aux prix habituels pratiqués sur l’île. Des petites boutiques luxueuses vendent des produits importés comme des vêtements pour enfants ou des jeux en bois.

34Il serait intéressant de savoir si l’adhésion à l’Union européenne a permis l’émergence d’une classe moyenne qui a envie de consommation et de loisirs et qui participe au déplacement des espaces de la diaspora par la gentrification. En tout cas, les nouveaux habitants de la vieille ville ne proviennent pas de la classe très aisée, qui, elle, demeure dans les quartiers résidentiels, mais bien d’une classe moyenne (plus aisée que les immigrés) dont la venue transforme socialement la population de la vieille ville.

Carte 3 : Des communautés immigrés reléguées vers des quartiers périphériques

Carte 3 : Des communautés immigrés reléguées vers des quartiers périphériques

(Sabrié, 2019)

Conclusion

35En se réappropriant la vieille ville méridionale à proximité de la ligne de séparation depuis une dizaine d’années, les Nicosiotes hellénophones oublient le conflit et le mur le temps d’une soirée (Carmenos & Sabrié, 2018), ce qui équivaut à invisibiliser la « frontière », à la faire disparaître mentalement. Dans la vieille ville, la dualité visible/invisible et contact/division évolue.

36Aujourd’hui, le conflit s’est quelque peu déplacé : ce n’est plus seulement un conflit géopolitique entre Chypre Nord, Chypre Sud et la Turquie, mais aussi un conflit d’usage urbain. À ce jeu-là, les immigrés sont perdants face aux Chypriotes grecs, mais aussi face aux promoteurs nationaux et étrangers. La métropolisation émergente de la ville fait entrer ces nouveaux acteurs dans la gouvernance urbaine. Si les Nicosiotes se réapproprient la ville, ils occupent justement les appartements récemment construits ou rénovés par les promoteurs immobiliers.

37La vieille ville de Nicosie connaît une transition vers une métropolisation émergente. Les financements attribués pour la rénovation de la vieille ville de Nicosie sud ne sont pas en faveur d’une vision qui réduirait les inégalités socio-spatiales. Cette dernière est davantage basée sur la conservation du patrimoine historique et mènerait donc progressivement à une muséification du centre-ville. Cependant, la vieille ville connaît aussi la lente réinstallation des Chypriotes hellénophones : en revenant y vivre, ils initient une certaine gentrification. Ni les acteurs publics de la gouvernance urbaine, ni les investisseurs privés, ni la communauté hellénophone ne subissent ces processus liés à la métropolisation : ils en sont des acteurs à part entière. Les dynamiques de métropolisation et de la mise en tourisme de la vieille ville et de sa Ligne verte (Lageiste et Mouillé, 2015) sont avant tout subies par les immigrés de la vieille ville, et il n’y a pas à ce jour de réflexion des autorités sur une logique d’équilibre territorial ou un mécanisme de régulation pour réduire les ségrégations et inégalités socio-spatiales à Nicosie.

Haut de page

Bibliographie

Anthias F., 1992, Ethnicity, Class, Gender, and Migration: Greek Cypriots in Britain. Avebury : Avebury, 176 p.

Arbaret-Schulz Ch., 2008, La question du continu et du discontinu à lépreuve de la dimension technique des sociétés, in Alexandre A. et Génin A., Continu et discontinu dans lespace géographique, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, p. 409-416.

Banque européenne d’investissement, 2011, « Préserver le patrimoine architectural dans la ville fortifiée de Nicosie », mis en ligne le 10/06/2011 et consulté le 28/01/2019. URL : http://www.eib.org/fr/infocentre/stories/all/2011-june-02/preserving-the-architectural-heritage-in-the-buffer-zone-of-cyprus-s-walled-city.htm

Blanc P., 2000, La déchirure chypriote : géopolitique dune île divisée. Paris : L’Harmattan, 288 p.

Brunet S., 2006, La planète disneylandisée. Chroniques dun tour du monde. Paris : Éditions Sciences humaines, 280 p.

Brunet R., Ferras R., Théry H., 1992, Les mots de la géographie. Dictionnaire critique. Paris : La Documentation française, 520 p.

Carmenos Y., Sabrié M., 2018, « Effacer la frontière : nouvelles pratiques urbaines et sociales dans la vieille ville méridionale de Nicosie, Chypre », LEspace politique, vol. 3, n° 33, mis en ligne le 06/02/2018, consulté le 29/05/2018, URL : https://journals.openedition.org/espacepolitique/4458

Clochard O., 2008,« La frontière, discontinuités et dynamiques. Jeux de frontières à Chypre : quels impacts sur les flux migratoires en Méditerranée orientale ? », Géoconfluences. URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/frontier/FrontScient8.htm. Mis en ligne en 01/12/2008 et consulté le 01/12/2018.

Constantinou C., Papadakis Y., 2001, « The Cypriot State(s) in situ: Cross-ethnic contact and the discourse of recognition ». Global Society, vol. 15, n° 2, p. 125-148.

De Genova N. P., 2016, « The Incorrigible Subject of the Border Spectacle » in : Haynes A., Power M.J., Devereux E., Dillane A., Carr J., Public and Political Discourses of Migration, Rowman & Littlefield.

Di Meo G., 2001, Géographie sociale et territoires, Paris : Nathan, 317 p.

Gœury D., 2008, « Wagah Border. Mise en tourisme d’un rituel nationaliste à la frontière indo-pakistanaise ». Civilisations, n° 57, Université Libre de Bruxelles, p. 139-154.

Gronau W., Constanti P., 2008, « Urban rehabilitation : a promising opportunity for product enhancement in tourism industry ? A case study from Nicosia/Cyprus », International Journal of Management Cases, vol. 10, n° 3, p. 436-444.

Foka Z., 2015, « Shared Space in Conflict Areas: Cultural Processes of Space Appropriation in Nicosia’s Walled City », conférence internationale RC21 sur « The Ideal City: between myth and reality. Representations, policies, contradictions and challenges for tomorrow’s urban life » Urbino (Italie) 27-29/08/2015. URL : http://www.rc21.org/en/wp-content/uploads/2014/12/B2.1-Foka.pdf, mis en ligne au 01/08/2015 et consulté le 25/06/2018.

Kyrenia Municipality, 2019.  « Occupied Municipalities in Cyprus ». Consulté le 14/02/2019, URL : http://kyreniamunicipality.com/en/the-municipality/occupied-municipalities/

Lageiste J., Moullé F., 2015, « Discontinuité et ouverture à Chypre : la mise en tourisme de la frontière », Territoire en mouvement, n° 25-26, mis en ligne le 28/10/2016 et consulté le 30/04/2018, URL : http://tem.revues.org/2836.

Lefebvre H., 1974, « La production de lespace », LHomme et la société, vol. 31, n° 1, p. 15-32.

Mirante-Psaltakis F.K., 2011, « Chypre : un enjeu prépondérant de l’équilibre géopolitique et géostratégique est-méditerranéen », Hellenic Studies/Études helléniques, vol. 19, n° 2.

Oktay D., 2007, « An analysis and review of the divided city of Nicosia, Cyprus, and new perspectives. » Londres : Geography, vol. 92, n° 3, p. 231-237. Mise en ligne non communiquée et consulté le 11/02/2019, URL : https://www.academia.edu/1929171/An_Analysis_and_Review_of_the_Divided_City_of_Nicosia_Cyprus_and_New_Perspectives

Park A., 2004, « Current perspectives on the role of art in urban development. Do artistic intervention benefit a community? Art in Community Seetings », University of London, mise en ligne non communiquée, consulté le 01/06/2018, URL : www.msdm.org.uk/sos-ok/perspectives.html

Patel K. K., (Ed.) 2013, « Lefkosia/Lefkoşa: Europeanisation and the politics of culture in a divided city », in : The Cultural Politics of Europe. Routledge, p. 210-228.

Péchoux P.-Y., 2002, « La zone tampon ou buffer zone des Nations Unies à Chypre », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 1, p. 97-118.

Sabrié M., 2019, Dictionnaire insolite de Chypre, Paris : Éditions Cosmopoles, ouvrage accepté en cours de publication.

Sahin S., 2011, « Open borders, closed minds: The discursive construction of national identity in North Cyprus », Media, Culture & Society, vol. 33, n° 4, mis en ligne le 10/05/2011, consulté le 06/05/2018, URL : http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/0163443711398694.

Sanguin A. L., 2005, « Nettoyage ethnique, partition et réunification à Chypre », Revue géographique de lEst, vol. 45, n° 1, p. 13-21, mis en ligne le 18/05/2009 et consulté le 30/04/2018, URL : http://rge.revues.org/548.

Smith N., 1996, The new urban frontier. Gentrification and the revanchist city, Londres/New York : Routledge.

Stergiou A. (2011). « Les Russes à Chypre dans l’après-Guerre froide ». Outre-Terre, n° 27, p. 121-128.

Trimikliniotis N., 1999, « Racism and new migration to Cyprus: the racialisation of migrant workers ». In F. Anthias, G. Lazaridis (dir.), Into the margins: Migration and exclusion in Southern Europe, Farnham : Ashgate, p. 139-178.

Haut de page

Notes

1 Comme dans la plupart des pays colonisés par les Britanniques, le gouvernement chypriote a décidé en 1999 de retourner aux toponymes antérieurs à la colonisation : c’est ainsi que Nicosia est redevenue Lefkosia, le nom qu’elle portait durant l’époque byzantine.

2 Personne interrogée dans le cadre de la recherche ayant donné lieu au présent article (Cf. méthodologie ci-après).

3 La séparation entre le Nord et le Sud n’est pas visible sur l’ensemble de l’île en raison de sa longueur (180 kilomètres) et de sa largeur (entre 4 mètres et 4 kilomètres). La majeure partie de la zone tampon est inhabitée, mais une partie est mise en culture.

4 La métropolisation de Nicosie se caractérise par son internationalisation, sa croissance démographique (doublée d’un étalement urbain), par une augmentation de la concentration d’activités économiques et par son poids économique majeur à l’échelle nationale.

5 L’appellation « Ligne verte » viendrait de la couleur du crayon utilisé par l’officier des Nations Unies pour tracer la ligne de séparation entre le Nord et le Sud de l’île. Cette séparation entre n’est pas la conséquence de l’invasion turque de 1974 : elle a été dessinée en 1963 par un officier des Nations Unies afin de pacifier onze années de conflits au cœur de la ville entre les deux communautés. Les tensions n’étaient pas directement liées à des problèmes urbains, mais Nicosie correspondait à un point de contact majeur entre les deux communautés.

6 Un grand pont est d’ailleurs en construction depuis 2015 pour désenclaver la vieille ville méridionale.

7 Parlement européen, mis en ligne le 20/01/2012, consulté le 03/05/2018. http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+WQ+P-2011-012514+0+DOC+XML+V0//FR

8 En raison de l’absence d’université chypriote pour y mener des études, de nombreux jeunes partaient étudier en Angleterre et s’y installaient définitivement. Ce lien avec l’ancien colonisateur (protectorat britannique de 1878 à 1914 et colonie de 1914 à 1960) perdure, même si les destinations d’émigration temporaire ou permanente sont plus variées. De nombreux Chypriotes turcs, notamment ceux qui vivaient dans la partie méridionale de l’île et qui ont été déplacés de force vers le Nord, se sont également réfugiés au Royaume-Uni.

9 Si les immigrés philippins ou sri lankais préfèrent généralement être légalement enregistrés, ils décrivent les démarches comme « compliquées » et « pas certaines d’aboutir ». La communauté vietnamienne présente sur l’île est aussi nombreuse que la communauté sri lankaise, mais elle est invisible dans l’espace public.

10 Gouvernement de Chypre, ministère des Affaires étrangères, Statistiques du travail http://www.mof.gov.cy/mof/cystat/statistics.nsf/labour_32main_en/labour_32main_en?OpenForm&sub=2&sel=1, mis en ligne le 01/05/2018, consulté le 24/05/2018

11 Bien que les immigrés ne soient pas tous officiellement enregistrés, les immigrés les plus nombreux seraient les Britanniques (31 495), les Roumains (24 532 enregistrés sur l’île en 2011), les Bulgares (19 284), les Grecs (18 788 immigrés, mais qui sont la majeure partie du temps considérés comme des « cousins », d’après les entretiens menés par l’auteure, 2016), les Géorgiens (11 814) et les Russes (10 520). Il s’agit cependant de deux types d’immigrations différents : de nombreux Britanniques viennent sur l’île pour travailler dans les bases militaires ou pour y passer leur retraite alors que l’immigration depuis la Grèce et l’Europe de l’Est est avant tout économique. Cela n’exclut cependant pas qu’une frange des immigrés britanniques se soit installée pour faire des affaires. Une partie des immigrés d’Europe de l’Est, attirée par le faible taux d’imposition sur les sociétés (l’un des plus faibles de l’Union européenne), vient investir dans le pays ou chercher un emploi dans la comptabilité des entreprises, le Forex, les nouvelles technologies ou bien encore les jeux vidéo. L’autre partie, minoritaire et issue d’une classe plus pauvre, occupe des postes d’employés dans la restauration ou le tourisme (entretiens menés en 2018 auprès de six immigrés d’Europe de l’Est résidant à Nicosie).

12 Hormis un minibus dont le trajet est limité, les transports en commun ne desservent pas l’intérieur de la vieille ville car les distances sont réalisables à pied.

13 Les Chypriotes turcophones viennent dans le Sud pour travailler ou acheter des produits moins facilement disponibles dans le Nord, alors que les hellénophones traversent la frontière pour revoir leur région d’origine ou acquérir des biens de consommation à moindre coût (Carmenos et Sabrié, 2018).

14 « Différents projets ont été réalisés dans le cadre de ce programme, comme le Municipal Arts Centre, les parkings sur les rues Ledras et Onasagorou dans la vieille ville, le Linear Park, le dallage de la rue Ayia Varvara à Kaimakli, les trottoirs et la piste cyclable à Pallouriotissa et le nouvel hôtel de ville dans la vieille ville ». [Traduction de l’auteure] http://www.nicosia.org.cy/en-GB/municipality/services/nmp/projects/, mise en ligne non communiquée, consulté le 08/05/2018.

15 Banque européenne d’investissements, mis en ligne le 10/01/2011, consulté le 06/05/2018, http://www.eib.org/infocentre/stories/all/2011-june-02/preserving-the-architectural-heritage-in-the-buffer-zone-of-cyprus-s-walled-city.htm?lang=fr

16 Municipalité de Nicosie, mise en ligne non précisée, consulté le 08/05/2017, http://www.nicosia.org.cy/en-GB/municipality/services/nmp/projects/

17 Nicos Rossor, Cyprus Mail, https://cyprus-mail.com/2018/06/10/how-to-contain-significant-price-increases-of-houses-and-rents/ mis en ligne le 10/06/2018, consulté le 17/04/2019

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La réappropriation de la vieille ville méridionale de Nicosie par les hellénophones (Sabrié, 2018)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-1.png
Fichier image/png, 443k
Titre Photographie 1. Effets de frontière (voie sans issues, casemate de l’armée chypriote grecque et drapeaux chypriote grec et grec).
Crédits Source : Sabrié, 2017.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Photographie 2. Barbelés, blocs défensifs, ruines et drapeaux chypriote turc et turc (Prise à côté de la précédente photographie).
Crédits Source : Sabrié, 2017.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Photographie 3. « Je n’oublie pas ».
Crédits Source : Sabrié, 2019.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-4.png
Fichier image/png, 180k
Titre Photographie 4. Voie sans issue dans la vieille ville.
Crédits Source : Sabrié, 2019.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Photographie 5. Autre voie sans issue dans Nicosie historique avec deux bouches à feu.
Crédits Source : Sabrié, 2019.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Photographie 6. « La guerre des drapeaux » à Nicosie de part et d’autre de la zone tampon, au point de passage de la rue Ledras/Lokmaçi. Au premier plan, les drapeaux chypriote turc et turc et au second plan, les drapeaux grec et chypriote grec.
Crédits Source : Sabrié, 2019.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photographie 7. Le drapeau chypriote turc de la chaîne de Kyrenia.
Crédits Source : Sabrié, mai 2016.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Photographie 8. Vue du quartier principalement habité par des immigrés non hellénophones (échoppes aux noms écrits en anglais et à destination de ces derniers).
Crédits Source : Sabrié, 2018.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Photographie 9. La mosquée Omeriye rénovée, au cœur de la vieille ville sud, dans le cadre de Nicosia Master Plan, une vision future unifiée de Nicosie.
Crédits Source : Sabrié, 2018.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Carte 2 : La vieille ville de Nicosie Sud en revitalisation (Sabrié, 2019)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-11.png
Fichier image/png, 376k
Titre Photographie 10. Exemple de rénovation progressive des habitations situées aux étages sur la rue commerçante principale, la Ledras/Lokmaçi.
Crédits Source : Sabrié, 2018.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Carte 3 : Des communautés immigrés reléguées vers des quartiers périphériques
Crédits (Sabrié, 2019)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/5965/img-13.png
Fichier image/png, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Sabrié, « S’approprier la « frontière » et invisibiliser l’immigré dans la fabrique urbaine de Nicosie Sud », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 43 | 2019, mis en ligne le 11 février 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/tem/5965 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.5965

Haut de page

Auteur

Marion Sabrié

Docteure en géographie
Enseignante contractuelle
Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Laboratoire IDEES UMRS 6266
7 rue Thomas Becket
76821 MONT ST AIGNAN CEDEX
sabrie.marion@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page