Navigation – Plan du site
Compte-rendu de lecture

Collectif Rosa Bonheur, 2019, La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire

Paris, Editions Amsterdam, 288 pages
Hervé Flanquart
Référence(s) :

Collectif Rosa Bonheur, 2019, La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire, Paris, Editions Amsterdam, 288 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage, écrit par un collectif de cinq sociologues de l’Université de Lille et un géographe et urbaniste de l’Université Paris-Est Marne-la Vallée, fait suite à une enquête de type anthropologique menée sur plusieurs années (de 2011 à 2015) à Roubaix, ville de l’agglomération lilloise fortement touchée par la désindustrialisation. En plus de déambulations dans l’espace public, de participations à différentes manifestations et d’entretiens réalisés avec des porteurs de parole, l’équipe a choisi deux terrains privilégiés pour comprendre comment vivent les habitants des quartiers populaires. Les ateliers organisés par les centres sociaux de Roubaix et destinés aux femmes ont constitué le premier, la mécanique automobile et le négoce de véhicules d’occasion le second. Malgré la pluralité d’auteurs et des cadres théoriques utilisés, cette double focalisation donne une certaine unité à l’ensemble.

Une description fine des modes de vie et d’action des catégories populaires

2Le livre est divisé en quatre chapitres. Chacun d’eux rend compte d’un aspect particulier de la vie des catégories populaires précarisées de la ville : la question du travail de subsistance, la production d’une centralité urbaine populaire, les liens de solidarité et l’encadrement de ces populations par le dispositif d’aide sociale et les institutions publiques.

3De chapitre en chapitre, le lecteur suit la vie de Roubaisiens, majoritairement d’origine maghrébine, dans leurs épisodes d’emploi et de chômage, leurs difficultés d’insertion dans le marché du travail formel et les stratégies développées pour subsister aux marges de celui-ci. La mécanique de rue fournit à certains un travail et à d’autres la possibilité de faire réparer et entretenir leur voiture à petit budget, l’auto-réhabilitation des maisons ouvrières dégradées permet à certaines familles d’échapper aux logements insalubres, l’épluchage régulier des prospectus des grandes surfaces et l’échange d’informations entre femmes offrent des possibilités d’approvisionnement à bas coût. Toutes ces pratiques sont assez bien décrites et montrent comment l’inventivité, la débrouille et les relations sociales structurent à la fois la vie quotidienne de ces populations et participent au modelage du paysage urbain. Sont également exposés quelques cas individuels montrant qu’une certaine ascension sociale – surtout par l’immobilier – est parfois possible.

4Le fait d’adopter le point de vue « d’en bas » pour décrypter ce qui se passe en matière de travail et de production de la ville permet donc aux auteurs de mettre en évidence des mécanismes et processus souvent cachés. Il leur est ainsi possible de montrer que ces habitants, que les statistiques classent parmi les « inactifs » ou les « actifs non occupés », s’activent en fait au quotidien dans toute une série de tâches relevant du « travail de subsistance » et de la construction d’une « centralité populaire ». En mobilisant des savoir-faire transmis en-dehors des lieux classiques de formation et en utilisant des liens sociaux horizontaux, les habitants des quartiers populaires de Roubaix contribuent à produire un environnement économique et un cadre de vie adaptés à leurs besoins. Ainsi, ce qui, dans la transformation et l’usage de l’espace urbain, peut apparaître à première vue comme anarchique, voire dysfonctionnel, possède en fait sa propre logique et contribue à faciliter la vie de la population de ces quartiers.

Ce qui peut manquer au lecteur

5Néanmoins, si à chaque page du livre ou presque on parle de précarité financière et de difficultés quotidiennes pour assurer la survie de la famille, les auteurs ne fournissent quasiment aucun chiffre pour illustrer leurs dires. On ne peut s’empêcher de penser qu’il aurait été intéressant de faire une étude fine du budget du ménage de quelques-unes des personnes rencontrées au cours de l’enquête. Cela aurait notamment permis au lecteur de saisir à quelle hauteur chaque source de revenus y contribue. Quelle y est la part des revenus liés à la production, salaires et bénéfices du secteur formel, celle des salaires et bénéfices du secteur informel ? Quelle est celle des revenus de transfert, RSA, aides et allocations diverses ? L’Etat Providence se montre sans conteste moins généreux que par le passé et les filets de sécurité qu’il propose sont moins larges et moins solides qu’avant, mais quelle est encore sa contribution à la survie économique de ces classes populaires aux marges du salariat ? Est-il ou pas l’acteur central de la vie économique roubaisienne ? A toutes ces questions le livre ne répond pas.

  • 1 Karl Marx, 1966 « Formes antérieures à la production capitaliste (Un inédit de Karl Marx) », L’Homm (...)

6Par ailleurs, l’un des auteurs mobilise les notions marxistes de valeur d’usage et valeur d’échange pour rendre compte de la réalité économique et sociale décrite, mais on peut se demander si souligner que le travail de subsistance s’ancre plus dans la première que dans la seconde éclaire beaucoup les choses. Il aurait peut-être été plus profitable de mobiliser – issus de ce même courant de pensée – les concepts de « formation économique et sociale » et de « mode de production marchand simple ». Du point de vue marxiste, la société dans laquelle nous vivons peut être décrite comme une formation économique et sociale comprenant plusieurs modes de production : le capitaliste en son centre et, à ses côtés, un ou plusieurs autres, dont le marchand simple (aussi dénommé mode de production simple des marchandises)1. Ce dernier, que l’on peut définir comme celui dans lequel possesseurs et utilisateurs des moyens de production ne font qu’un, rend assez bien compte des activités et aspirations de nombreuses personnes croisées dans le livre. On y rencontre en effet des hommes et des femmes qui, sortis du salariat, travaillent à leur compte avec leurs propres outils. Il y a Youssef, dans son atelier de mécanique auto, Ouassila, qui cuisine pour des clients privés, les fils et le petit-fils de Germaine, tous entrepreneurs en maçonnerie, Mohamed, le revendeur de voitures et ses « rabatteurs » d’affaires, Nahuel, dans son snack, le fils de Donata, devenu bailleur et promoteur, et quelques autres encore. Et si, pour certains, il s’agit sans conteste d’une orientation ou une reconversion forcées face à un marché du travail qui les discrimine du fait de leur origine ethnique, pour d’autres, il existe une part de choix dans leur destin professionnel. Ainsi en est-il d’Hakim, ancien travailleur social devenu mécanicien de rue par goût et pour mieux s’occuper de ses enfants, ou de Soraya et de son mari, à la tête de deux salons de coiffure. Considérer que cette abondance d’artisans ou petits commerçants parmi cette population des quartiers populaires de Roubaix est le résultat mécanique d’une simple impossibilité d’acquérir ou garder le statut de salarié serait donc inexact. Le mode de production marchand simple existait déjà (dans les unités urbaines) durant l’époque féodale, et s’il a été malmené au moment de l’émergence du capitalisme, il l’accompagne néanmoins encore aujourd’hui, avec une certaine vivacité même. Et il n’est pas tout-à-fait étonnant que certains fils et petits-fils de « paysans parcellaires » et artisans ruraux des Aurès, de l’Atlas ou des plaines du Maghreb puissent s’y retrouver. Après-tout, pour cette population issue d’une immigration relativement récente, le salariat dans la grande industrie constitue un intermède qui n’a occupé qu’une ou deux générations.

Vu d’en bas, vu d’en haut

7Certains lecteurs – mais probablement pas tous ! – peuvent aussi se sentir frustrés de ce que l’exposé par le micro et le bas de la vie des habitants des quartiers populaires de Roubaix ne soit pas complété par un autre, qui adopterait cette fois une vision macro et « institutionnelle ». On peut en effet estimer que l’on se trouve ici, à Roubaix, devant le conflit entre deux façons de se représenter la réalité et de vouloir agir sur elle, chacune possédant sa propre légitimité. L’une est portée par ceux qui veulent retravailler l’espace urbain pour lui donner les « qualités » susceptibles d’attirer les classes moyennes et exprime l’espoir que l’ensemble de la ville en profitera, l’autre est visible à travers les mécanismes concrets d’utilisation des ressources de la ville par ses habitants les plus pauvres et constitue une adaptation spontanée de ceux-ci dans un contexte de désindustrialisation. Et si au décryptage et à l’analyse du « regard d’en bas » ne vient pas s’ajouter un même travail sur le « regard d’en haut » (celui des élus, des travailleurs sociaux, des urbanistes opérationnels…), il est difficile de bien comprendre les tensions qui peuvent exister entre, d’un côté, les ambitions et actions de ces acteurs en matière de mixité sociale dans les quartiers populaires et de retour à l’emploi des chômeurs et, de l’autre, les inerties et les résistances que les habitants de ces quartiers peuvent opposent à ce programme.

Ce qui peut étonner le lecteur

8En fait, la véritable critique que l’on peut faire au auteurs – mais il semble qu’elle ne doive s’adresser qu’à une partie d’entre eux –, est que le cadre théorique utilisé est parfois si lourd qu’il sert surtout à imprimer sur le terrain meuble de l’enquête les idées qu’on y a apportées. Ainsi, si on revient à l’affrontement entre les deux légitimités que nous venons d’exposer, décrire la position et l’action des élus locaux et nationaux en lui accolant systématiquement ou presque les termes de « répression », « disciplinarisation » ou « coercition » paraît excessif. Cela ne reflète pas plus la réalité dans ses nuances et contradictions que le discours de certaines fractions politiques et certains acteurs de la ville qui évoquent les catégories populaires de Roubaix, et plus particulièrement celles issus de l’immigration, uniquement en termes de « communautarisme », d’« assistanat » ou de « délinquance ». Considérer par exemple que l’expropriation, même dans le cadre d’un programme de rénovation urbaine contestable, de l’atelier d’un garagiste qui travaille de manière plus ou moins informelle, ainsi que la sollicitation de femmes au RSA pour la préparation d’un couscous en vue de financer une sortie organisée par un centre social constituent des « exemples emblématiques » de répression du travail de subsistance semble tout-à-fait exagéré.

Pour conclure

9Le mieux est de lire l’ouvrage en se focalisant sur la richesse des exemples donnés et la description des mécanismes concrets de « travail de subsistance » et de production de ce qui est appelé une « centralité populaire ». En revanche, il y a bénéfice à faire abstraction de la lourde grille théorique qui, par moments, vient écraser la réalité et lui donner l’apparence qui répond le mieux à la vision de l’auteur. On peut d’ailleurs percevoir, au gré des chapitres et des pages, que tous les membres du collectif ne se placent pas dans cette logique, que certains passages sont même écrits d’une plume plus légère et avec une encre moins teintée d’idéologie. Et c’est de ces passages, qui ont plus pour but de décrire et analyser les choses que d’asséner des « vérités », que la lecture est à la fois la plus plaisante et la plus utile à la compréhension de ce qu’est la « ville vue d’en bas ».

Haut de page

Notes

1 Karl Marx, 1966 « Formes antérieures à la production capitaliste (Un inédit de Karl Marx) », L’Homme et la société, - 1,  pp. 89-116.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Flanquart, « Collectif Rosa Bonheur, 2019, La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 43 | 2019, mis en ligne le 12 février 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/tem/6002

Haut de page

Auteur

Hervé Flanquart

Université du Littoral Côte d’Opale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page