Navigation – Plan du site
Articles

Émergence en France de l’agriurbain et modèle associatif francilien : une dynamique paysagère pour les espaces périurbains ?

The emergence in France of agriurban, and the territorial organization model in Ile-de-France: a landscape movement for suburbia?
Sophie Bonin

Résumés

Parmi les différentes acceptions et mots dérivés de l’agriculture urbaine, le terme agriurbain désigne plus spécifiquement des processus de territorialisation de l’agriculture à proximité des villes. Cet article porte sur l’émergence du terme agriurbain, dans la littérature francophone, et sur une étude de la construction de cette territorialité agriurbaine, à partir de six cas franciliens particulièrement emblématiques, et qui portent explicitement la désignation de territoire agriurbain. L’hypothèse du rôle du paysage dans les mobilisations est testée à partir d’enquêtes auprès des témoins ou acteurs de ces constructions territoriales associatives, et des documents de planification ou d’institutionnalisation les concernant. La mise en place de ces gouvernances territoriales originales entre monde agricole (exploitants, propriétaires ou entreprises de valorisation de produits agricoles) et monde citadin (représenté par ses élus locaux et par une mobilisation citoyenne ou associative) nous apprend que des changements de représentations et de modalités de l’action publique sont bien à l’œuvre sur les espaces agricoles périurbains. L’agriurbain se présente comme une « médiance » (Berque, 1990) paysagère qui conduit à considérer de façon tout à fait nouvelle les espaces périurbains. C’est un mouvement qui procède d’une réhabilitation, d’une qualification symbolique positive, par la reconnaissance des qualités environnementales, sociales et alimentaires des espaces agricoles. Mais la mise en place de nouvelles pratiques, aussi bien agricoles qu’urbanistiques, modifie ou pourrait modifier considérablement les paysages.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ces dernières années, les initiatives pour promouvoir une mise en relation des citadins et des agriculteurs, des villes et des activités agricoles proches font l’objet d’un engouement très important, médiatique, politique et social. Ces efforts de mise en relation sont d’ordre symbolique, cognitif, mais également spatial, physique et finalement aussi économique du fait des liens avec l’alimentation et avec la diversification des usages de l’espace agricole (cf. numéro thématique de la revue Géocarrefour paru en 2014, coordonné par Sylvie Lardon et Salma Loudiyi). On entend beaucoup parler de la mise en place de politiques de développement d’activités agricoles émanant entre autres des grandes villes comme Paris et ses « parisculteurs ». Des investissements considérables sont consentis dans des projets innovants de production alimentaire sur les toits, ou dans des fermes urbaines insérées dans le tissu bâti dense.

2Mais à l’échelle régionale, certains territoires, métropolitains ou dans le maillage des villes secondaires des grandes agglomérations, se sont particulièrement mobilisés, organisés, jusqu’à même s’institutionnaliser autour de cette idée. Une différence majeure avec les investissements intra-urbains tient au fait qu’ils ont dans leur périmètre des agriculteurs « déjà là » et surtout un foncier agricole important. Ces territoires de projet agriurbain ont en commun d’être des espaces périurbains ayant une certaine unité géographique et agronomique, où le maintien et la valorisation de l’agriculture font l’objet de démarches concertées entre agriculteurs, élus locaux et citoyens résidents, associations ou entreprises locales. Ce sont des forums qui facilitent le dialogue et les projets entre d’une part les enjeux de l’urbanisation et ceux de la préservation, écologique et sociale, d’un cadre de vie, d’espaces ouverts, et d’autre part les enjeux de l’économie agricole, et du développement local qui peut lui être associé. Ils proposent un mode de gouvernance original, à la recherche de modes de gestion en « bien commun » des productions des espaces agricoles, productions alimentaires, mais aussi de services. Ils développent ainsi un projet de territoire d’un nouveau genre, à la fois de développement local et de résistance à l’urbanisation, bousculant les stéréotypes du « périurbain ».

  • 1 « Il n’y a pas de garantie pour les terres agricoles sans une prise de conscience par les élus des (...)
  • 2 Terres en villes est une association créée en 2000, qui met en réseau des collectivités locales por (...)

3Ces constructions territoriales s’observent particulièrement en Île-de-France, depuis une vingtaine d’années. Elles ont déjà fait l’objet de travaux pionniers, sous l’angle de la multifonctionnalité de l’agriculture dans les « campagnes urbaines » (Donadieu, 1998), ou de nouvelles formes d’hybridation, et de transaction entre rural et urbain, et là c’est bien le terme agri-urbain ou agriurbain qui émerge (Poulot, 2014 ; Vidal et Fleury, 2007). Tissés dans « l’interterritorialité » et ses limites décrites par Martin Vanier, les plus stables et les plus connus des territoires agriurbains sont des associations qui ont en commun de regrouper élus, agriculteurs, citoyens se sentant concernés par la proximité agricole, selon des périmètres où la géographie l’emporte sur les clivages et les fluctuations des regroupements intercommunaux. Elles se désignent elles-mêmes avec des termes qui relèvent de l’unité paysagère (plaine de Versailles, plateau de Saclay, plaine de Montesson, etc.). Elles sont originales – le terme de territoire agriurbain semble ainsi bien venir de cette dynamique francilienne. Mais on en trouve – cas d’école - une préfiguration dans l’aventure de l’Adayg, association pour le développement de l’agriculture dans l’Y grenoblois. Cette association, créée en 1985 en réaction à un projet de ville nouvelle, est sans doute la première à avoir proposé un forum de coconstruction de projets entre les commissions agricoles et les collectivités grenobloises1 (Bertrand et Rousier, 2004 ; Bonnefoy et David, 1986). Elle a permis de soutenir différents projets à destination du monde agricole, de leur valorisation auprès du public citadin à proximité, mais aussi d’offrir une représentation du monde agricole dans l’élaboration des documents d’urbanisme… Jusqu’à être dissoute. Autour de Grenoble, la construction des PNR, l’organisation des intercommunalités et la montée de leurs moyens a créé de nombreux outils et des actions de développement agricole, le travail de Terres en villes2 a permis une montée en compétence des collectivités. Mais c’est bien le même modèle que poursuivent les territoires agriurbains d’Île-de-France, dans des espaces intermédiaires ou intercalaires entre les PNR, plus ruraux, et les collectivités urbaines qui font face aux méfiances du monde agricole et aussi à une méconnaissance réciproque. Cet article vise tout d’abord à éclaircir l’originalité de ce modèle agriurbain dans le champ des recherches sur l’agriculture urbaine, devenu très vaste et très riche en quelques années, puis à examiner de plus près la construction de ces territoires. Il n’est pas seulement question d’ajouter « et périurbaine » pour préciser un contexte géographique. Il y a selon notre enquête avant tout un modèle renouvelant l’identité de « l’entreville », fondé sur un projet de paysage (Besse, 2009) pour ces espaces qui sont plutôt habituellement dénigrés et disqualifiés. Ce faisant, le projet de territoire agriurbain, inscrit dans la recherche du développement durable (Poulot, 2014), serait l’instrument d’une transition agroécologique globale, pour faire évoluer l’agriculture conventionnelle. Il s’agit d’examiner si cela peut être une réponse à une critique majeure du développement actuel de l’agriculture urbaine qui est précisément de ne pas associer le monde agricole en place, créant une rupture sociale et symbolique problématique, ou procédant par planification en ne se souciant pas assez du projet agricole lui-même (Loudiyi et al., 2011).

  • 3 Projet Agrige : archipels agriurbains, résistances et gouvernances, coordonné par Xavier Guiomar (A (...)

4Dans une première partie, des éléments de la bibliographie francophone (France, Canada, Suisse surtout) permettent de montrer l’émergence et le positionnement du terme agriurbain dans les travaux plus généraux sur l’agriculture urbaine. Dans une seconde partie, la création de gouvernances associatives au service du projet agriurbain, mises en place avec ce mot depuis le début des années 2000 en Île-de-France, est analysée en suivant notre hypothèse du rôle du paysage dans les mobilisations. Ce travail s’appuie sur une série d’enquêtes auprès des animateurs des six territoires agriurbains associatifs franciliens, labellisés et soutenus par la Région Île-de-France, ainsi que de personnalités, agriculteurs ou élus, qui ont participé à leur création ; sur l’étude des documents de planification régionaux et locaux (schémas directeurs) ainsi que des documents structurant des projets de ces territoires (statuts des associations, chartes, documents d’objectif ou d’évaluation, en particulier dans le cas des territoires qui portent aussi des programmes Leader). Bien entendu, l’investigation s’appuie aussi sur les publications concernant ces territoires. Cet inventaire bibliographique et ces enquêtes ont été menés dans le cadre du projet de recherche Agrige, soutenu par le programme PSDR, donc par la Région Île-de-France, l’Inra, l’Irstea et AgroParisTech, projet partenarial par construction avec les territoires concernés3 : le tableau 1 présente la liste des territoires concernés et leurs appellations.

Figure 1 : Les territoires agriurbains associatifs d’Île-de-France étudiés dans Agrige (PSDR4)

Figure 1 : Les territoires agriurbains associatifs d’Île-de-France étudiés dans Agrige (PSDR4)

Réalisation : F. Bernardet

1. Agriculture urbaine et agriurbain, des termes emboîtés mais distincts

1.1 Périmètre et montée en puissance des recherches sur l’agriculture urbaine

5La définition de l’agriculture urbaine, souvent tentée et explorée (Soulard et Aubry, 2011 ; Aubry, 2014), achoppe sur l’usage large qui en est fait aussi bien par les acteurs que par les chercheurs. Tous parlent d’agriculture urbaine, mais en réalité à partir d’objets ou de processus qui peuvent être très différents (Moustier et Fall, 2004) ; et par exemple la distinction entre les processus urbains et périurbains semble inextricable (Mundler et al., 2014). Les Journées internationales francophones de l’agriculture urbaine qui se sont tenues à Bordeaux du 9 au 11 juillet 2019 en ont largement témoigné. Notre objectif dans cette première partie n’est pas de proposer une nouvelle définition, qui dès lors doit rester très ouverte et large, mais plutôt de positionner le terme agriurbain, plus rare, dans l’histoire des recherches associées à l’agriculture urbaine. Notre hypothèse est en particulier que le rapport au paysage fournit une clé de lecture à cette histoire.

6Les travaux sur l’agriculture urbaine datent surtout des années 1990 en France, ce qui peut paraître tardif dans un pays largement urbanisé, et où la recherche sur les questions agricoles est très développée. On en trouve des prémices dans les années 1970, dans certains rapports du ministère de l’Agriculture (Acear 1976). Ces travaux se font dans le bouillonnement des réflexions urbanistiques et de l’aménagement du territoire, liées à la périurbanisation et à la métropolisation (Oream, Cnerp, politique des villes nouvelles). Le champ des recherches sur l’agriculture urbaine est alors surtout lié aux réflexions sur la planification régionale. Si le terme de paysage n’est pas forcément très utilisé, c’est bien la transformation des espaces, ruraux en particulier, sous la pression urbaine, qui est mobilisatrice.

7La notion de « Zone naturelle d’équilibre » (ZNE), apparue en Île-de-France lors des réflexions en amont du Sdrif de 1976, est prémonitoire d’une nouvelle façon de considérer les relations ville-campagne dans le champ de l’urbanisme. Elle est aussi en rupture avec la pensée dominante de l’agriculture de cette époque. Il est alors question de créer un statut particulier pour des territoires qui ne sont pas assez ruraux, trop denses pour être des Parcs naturels régionaux, mais qui ne sont pas strictement urbains du fait de la présence forte de l’agriculture, en superficie et en valeur économique.

8C’est la double condition des territoires agriurbains que nous présenterons en deuxième partie : une présence forte de l’agriculture en occupation des sols et dans le jeu d’acteurs ; une population périurbaine au sens de l’Insee, c’est-à-dire en forte relation socio-économique avec les pôles urbains. L’idée de multifonctionnalité des espaces agricoles de ces ZNE, productifs en biens mais aussi en services, y est bien exprimée, proposée et défendue, en lien avec ce contexte géographique. Mais elle sera peu relayée, et ne sera pas soutenue par des moyens institutionnels. Cela restera largement théorique, même s’il est probable que l’idée des ZNE a influencé des dirigeants politiques de l’époque ou des professionnels de l’urbanisme ou du paysagisme qui porteront, plus de 20 ans plus tard, dans ces périmètres des ZNE, les projets des territoires agriurbains. Nous y reviendrons. En Île-de-France toujours, les essais de lotissement agricole dès les années 1970, en même temps que les premières fermes urbaines à Londres, marquèrent les esprits des chercheurs et professionnels intéressés par la planification urbaine, mais restèrent du même ordre que l’expérimentation éphémère (Poulot, 2011).

9En 1993, le premier programme de recherche en agriculture urbaine fut fondé à l’École nationale supérieure de paysage de Versailles, en même temps que le laboratoire de recherches de cette école. Il réunissait André Fleury, professeur d’agronomie récemment arrivé à l’École nationale supérieure d’horticulture, et Pierre Donadieu, ingénieur horticole et géographe à l’ENSP. À cette époque, beaucoup de questions vives d’aujourd’hui ne se posaient pas ou peu dans les mondes de l’urbanisme ou de l’agronomie : la consommation excessive des terres agricoles par l’étalement urbain n’était pas une préoccupation partagée par le grand public ; l’expression d’agriculture urbaine n’existait pas et les pratiques d’agriculture biologique (le logo AB était apparu en 1993) étaient balbutiantes. Autour des villes d’Europe, les dernières ceintures vivrières du xxe siècle continuaient à disparaître. Entre les pratiques des urbanistes et celles des agronomes, des horticulteurs et des agriculteurs, un fossé profond, un point aveugle dans les formations persistait dans l’indifférence générale. André Fleury et Pierre Donadieu ont rencontré leurs premiers partenaires chez les géographes et les économistes : avec Christopher Bryant à Montréal qui travaillait sur le bassin parisien, Jean Vaudois dans le nord de la France et Serge Bonnefoy dans la région grenobloise.

10L’expression nouvelle « agriculture urbaine » apparut alors comme la traduction d’urban agriculture et de city farming. Elle concernait surtout les pays en voie de développement étudiés par les chercheurs du Cirad à Montpellier, et un peu plus tard par le Resource centres on urban agriculture and food security (RUAF).

11Le succès de la notion d’agriculture urbaine est surtout considérable au changement de millénaire, au début des années 2000 (Soulard et al., 2011). Le RUAF est créé en 1999, l’association Terres en villes en 2000, et déjà en 2006 elle dénombre 14 agglomérations adhérentes proposant des programmes de soutien à l’agriculture périurbaine. Rares sont les villes ou régions aujourd’hui qui n’ont pas un programme sur ce sujet. Si les élus locaux ne sont pas militants de la cause, les mouvements associatifs se chargent de faire pression pour que ces actions publiques se mettent en place, au moins dans les discours, ce qui mobilise aussi le monde de la recherche. Le spectre des disciplines est large, répondant à la demande sociale et politique, et aux questionnements qui apparaissent avec le développement des pratiques privées et des actions publiques : qualité des sols, circulation des polluants de l’écosystème urbain à l’assiette, pratiques culturales, mais aussi étude des gouvernances, des outils fonciers, des modèles économiques.

1.2 Des dynamiques paysagères nouvelles entre ville et agriculture

12Les travaux de recherche concernent trois processus conjoints qui créent des dynamiques paysagères nouvelles. Ils sont considérés souvent ensemble parce qu’ils procèdent d’un même mouvement d’innovation, sociale ou économique, et d’engagement de territoires dans la logique du développement durable (Poulot, 2014). Mais ils se distinguent fortement quant à la place des agriculteurs, la considération sociale et économique liée à cette activité :

  • la mise en valeur agricole d’espaces urbains non bâtis, en contexte densément construit : par reconquête de friches en jardins familiaux, « micro-agricultures » par exemple en jardinières sur les trottoirs des « Incroyables comestibles », par installation agricole dans les parcs urbains, ou encore par l’écopâturage qui apporte en outre une nature animale en ville ; la composante sociale est forte, ces agricultures sont désignées en général comme low-tech ;

  • la conquête hors sol d’espaces urbains à des fins de production alimentaire : toits potagers, fermes urbaines (micro-fermes, sous-sols, fermes verticales, in-door) ; ces projets high-tech se réclament d’un nouveau modèle économique, attirant des capitaux très importants du fait des innovations technologiques sur lesquels ils reposent, combinées à une forte valeur ajoutée attendue ;

  • l’adaptation de l’agriculture – et là on parle bien de surface agricole utilisée – aux populations urbaines, dans les espaces où les pressions et les dynamiques démographiques et d’artificialisation des sols sont les plus fortes du pays.

13Ces processus peuvent être précisés selon les différences de contexte d’installation : agriculture intra-urbaine pour les deux premiers, avec le modèle low-tech, plus social, et le high-tech, plus marchand ; agriculture périurbaine ou métropolitaine pour le troisième. Ils répondent aux mêmes tendances de demandes urbaines alimentaires, sociales mais aussi écologiques, photosynthétiques pourrait-on dire, ou animalières : nomadisme pastoral urbain, écopastoralisme, réintroduction de l’élevage. Se joue aussi une volonté des habitants pour « reconquérir » leurs espaces de proximité, retrouver un lien au sol, se réapproprier leurs lieux de vie (Daniel, 2018). Ce sont les moteurs communs de ces changements paysagers.

14Cependant, le contexte géographique plus ou moins dense, pris selon une typologie rural/périurbain/urbain ne fonctionne pas parfaitement et doit être relativisé comme facteur. Des formes d’agriculture « intra-urbaine » peuvent se retrouver développées dans des espaces de moyenne, voire faible densité. Des situations de friches jardinées se rencontrent dans des communes éloignées des grandes métropoles – le Transformateur à Saint-Nicolas-de-Redon, fondé en 2005, est une installation très proche dans ses intentions et ses réalisations de ce qui est décrit à Paris ou Nantes. Symétriquement, les fermes urbaines sont d’abord inspirées des exploitations agricoles hors sol du « rural ».

15Quant à l’agriculture périurbaine, ou métropolitaine, elle figure de longue date dans les préoccupations des urbanistes, en tant qu’offrant des « espaces ouverts ». Le qualificatif de périurbain a été longtemps défini par l’Insee, de façon assez performative dans les milieux professionnels de l’urbanisme et de la recherche géographique, comme l’espace où plus de 40 % des actifs travaillent hors de leur commune de résidence. Cette sujétion au pôle urbain, cette caractérisation de l’espace par les mouvements pendulaires domicile-travail sont souvent récusées par les acteurs locaux. Bien d’autres dynamiques sont à l’œuvre, et la place de l’agriculture est aujourd’hui plus reconnue. Des enquêtes nationales ont montré cette distorsion entre ce cadre statistique et la perception des habitants se considérant en « rural » (De Biasi, 2004, p. 18). Cette perception est aussi exprimée à travers les enquêtes sur le paysage, avec par exemple les photographies du concours « Mon paysage au quotidien » (Bertho, 2014) qui montrent que le périurbain est « réenchanté » par ses habitants, via des images d’une ruralité pittoresque.

16Entre ces deux agricultures urbaines, le couplage entre les paysages produits et les acteurs qui sont en jeu est bien différent. Dans les cas intra-urbains, l’agriculture conquiert de nouveaux espaces et fait apparaître de nouvelles activités, de gros investisseurs s’y intéressent, en parallèle d’une mobilisation sociale et bénévole. Dans le second cas, l’activité, les terres et les hommes qui en vivent sont là et doivent certes « faire leur transition », s’adapter, profiter de ces nouvelles demandes, mais aussi, d’abord, résister, exister, face à des enjeux socio-économiques bien tangibles, d’une pression foncière urbaine d’un côté, d’un système économique agricole mondial de l’autre. La note d’analyse du centre d’études et de prospective du ministère de l’Agriculture, parue en juillet 2019, rédigée par Florent Bidaud et portant sur les fermes maraîchères verticales, renseigne très bien sur ces évolutions, les incertitudes, les zones d’ombre.

17Ces nouvelles dynamiques agricoles s’étudient enfin du point de vue des enjeux écologiques (De Bon et al., 2010). Les préoccupations d’un programme de recherche comme Jassur4, sur les contaminations possibles liées à la situation urbaine (sols et air), mais aussi sur la biodiversité des jardins urbains par rapport à un gradient d’anthropisation ne sont pas du même ordre que les enjeux de trame verte, de biodiversité agricole, de capture du carbone par les sols, se jouant dans les espaces agricoles en place, qui représentent, en France métropolitaine, encore 52 % des surfaces (données Agreste 2018).

1.3 Le qualificatif d’agriurbain

  • 5 Nous n’avons pas trouvé de publications avec ce terme de la part d’André Fleury ; et pour Christoph (...)

18La terminologie d’agriurbain est récente, issue pourtant aussi d’une interrelation complexe à identifier a posteriori, entre chercheurs et acteurs de la planification régionale. Dans un entretien d’André Fleury en juin 2016 – mené par Cécile Mattoug, avec aussi Roland Vidal – sur le sujet de cette apparition de l’agriurbain, celui-ci revendique la création du mot, avec un trait d’union, dans le cadre d’un programme de recherche avec une équipe québécoise menée par Christopher Bryant en 19935. Il est aussi utilisé, toujours avec un trait d’union, dans la thèse de Moez Bouraoui (2000), en titre de chapitre, mais sans faire l’objet d’une définition. On le voit apparaître dans la littérature scientifique lors du colloque de 2007 à Nanterre Les agricultures périurbaines, un enjeu pour la ville. Vers des projets de territoire. Il est alors mis en italique, et doté d’un trait d’union. Du côté des professionnels de l’urbanisme, le mot est employé dans une étude de 2001 de la DERF-ministère de l’Agriculture « Vers des projets agri-urbains », qui propose des fiches méthodologiques. Ce sujet préoccupe au même moment le ministère de l’Équipement (Souchard, 2000). Spécifiquement en Île-de-France, une étude sur les programmes agri-urbains est présentée en octobre 2005 par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Île-de-France (Iaurif) (De Biasi et Pujol, 2005). Le terme concerne particulièrement le troisième processus, en relation avec la périurbanisation (Larcher, 1997). Et la question du paysage y est très forte, voire dominante. On le constate d’ailleurs dans les publications issues de ce colloque de 2007, et dans cette recherche quant aux premières apparitions du terme : André Fleury était professeur à l’ENSP, Moez Bouraoui y a fait sa thèse sous la direction de Pierre Donadieu, l’ENSP a aussi participé à l’élaboration du guide de la DERF en 2001, à partir de l’étude d’un échantillon de sites. Notre hypothèse est que le mouvement agriurbain entendu ainsi renouvelle les catégories de pensée entre urbain et rural, de façon éminemment paysagère, c’est-à-dire selon un double mouvement de transformation physique et fonctionnelle, des activités agricoles, comme de l’aménagement du tissu urbain, et de changement de représentations et de politiques publiques.

  • 6 Programme cadre régional en faveur de l’agriculture périurbaine (CR 60-08), notamment l’axe 5 d’« a (...)
  • 7 Sur 12 territoires agriurbains en 2016, reconnus comme tels par le Réseau des territoires agriurbai (...)

19Le terme agriurbain ne serait pas un mot-valise pour parler d’agriculture urbaine, un simple synonyme contracté pour servir d’adjectif. Il correspond à un besoin de préciser un type de démarche, et à une forme de gouvernance. En Île-de-France, il qualifie des programmes d’action régionaux, coordonnés et dotés de moyen à partir de 20086, puis les projets et les territoires concernés. Cela indique d’emblée des liens, à l’origine, avec la planification régionale, plus qu’avec l’économie agricole. Nous allons expliquer, de façon rétrospective et comparative, la construction de six des territoires agriurbains d’Île-de-France, labellisés comme tels par la Région, subventionnés pour cela. Ils appliquent « à la lettre » l’idée d’agriurbain en ayant institutionnalisé une gouvernance entre acteurs politiques, agricoles et de la société civile de territoires circonscrits. Les « programmes agriurbains », avec cette appellation, s’appliquent aussi en Île-de-France au soutien de collectivités locales, le plus souvent des communautés d’agglomération. Elles développent des projets soutenant l’agriculture, au sens à la fois de la préservation des terres, de la valorisation des produits, mais aussi du patrimoine associé à l’agriculture, et de la sensibilisation, du dialogue mutuel entre agriculteurs et citadins. Cette mobilisation des collectivités locales, en particulier des agglomérations, dans des projets agriurbains est nationale et même européenne. Elle est consolidée par les récents Projets alimentaires territoriaux, elle est bien suivie et documentée par le réseau Terres en ville. C’est pourquoi dans le programme de recherche Agrige, sur le volet de recherche liée à leur création, les six territoires à structure associative ont été privilégiés. Ils existent tous depuis plus de dix ans, ils ont une animation entièrement dédiée, et sont les plus stables, résistant aux changements politiques et aux regroupements des collectivités locales7.

2. Projets et territorialisation agriurbains

  • 8 Cette remarque se fonde sur une recherche internet à partir des mots clés « territoire agri urbain  (...)

20Pour poursuivre l’hypothèse d’une importance particulière du paysage dans la construction des projets agriurbains, l’histoire des six territoires agriurbains en Île-de-France, aux périmètres d’action différents mais qui ont en commun une structuration associative, a été reconstruite et analysée. On s’est attaché en particulier à repérer les points communs et les enjeux exprimés aux différents niveaux de mobilisation concernés. L’objectif était de comprendre les conditions ou les facteurs particuliers de création de ces structures territoriales. Ces territoires agriurbains sont très originaux, par cette appellation, qui ne se rencontre pas ailleurs en France8, mais aussi par ce mode de gouvernance associatif qui se distingue d’autres schémas de l’action publique territoriale sur l’agriculture, plus dissymétrique : celui de politiques de collectivités locales, ou des Parcs naturels régionaux, qui œuvrent à la préservation du foncier agricole, avec tout un éventail d’outils juridiques possibles. Plus récemment, des actions incitatives des collectivités visant à orienter, installer ou développer des projets agricoles se sont multipliées, de type Appel à manifestation d’intérêt. Or les collectivités locales sont toujours fragiles, politiquement et à court terme. Les associations des territoires agriurbains que nous allons décrire, avec leur organisation en collèges, au minimum celui des élus et celui des agriculteurs, et souvent aussi un collège des associations, citoyens habitants ou entreprises locales, se présentent donc comme un modèle alternatif de coconstruction d’un projet de territoire mettant en commun les intérêts citadins et agricoles. Elles fondent leurs actions sur un projet de territoire, la recherche de moyens pour y contribuer, et une résistance à ce qui n’y correspond pas ; mais pas sur la planification.

2.1 La mise en place des gouvernances territoriales agriurbaines

21Il y a 20 ans, l’une des innovations les plus intéressantes pour construire une gouvernance de projets agriurbains fut apportée par les audits patrimoniaux lancés à l’initiative et avec le soutien de la Région Île-de-France et de la Caisse des Dépôts et Consignations, de députés-maires, d’agriculteurs proactifs face à l’urbanisation et aux grands projets. Ces derniers sont souvent issus de familles dont la génération précédente avait été expulsée de ses terres par les projets d’aéroport, de villes nouvelles, et certains ont pu visiter aux États-Unis ou en Allemagne d’autres modèles agricoles, profitant mieux de la proximité de la ville. Les témoins à l’origine de ces audits évoquent aussi le rôle de la Société d’agriculture et des arts, et de l’association Sol et Civilisation, fondée en 1991 à la suite d’une grande manifestation du monde agricole à Paris, qui envisageait déjà un tournant, un changement de modèle pour une reterritorialisation de l’agriculture grâce aux villes : « Paysans en détresse, Parisiens avec nous » était le slogan du « dimanche des terres de France ». Raymond Lacombe, célèbre syndicaliste agricole, fondateur de l’association, lors de cette manifestation déclarait : « J’en appelle aux gens des villes de prendre cette main tendue aujourd’hui et de la croiser avec nous. »

  • 9 Brédif, Pupin, 2012, p. 59, à propos de ces audits : « Les acteurs ont réalisé, grâce à la démarche (...)

22Ces audits se sont déroulés au début des années 2000, selon la méthode de la « gestion du vivant et stratégie patrimoniale » établie par Henry Ollagnon, professeur à AgroParistech, et avec ses collaborateurs (Pupin, 2008 ; Brédif, 2009), d’abord sur quatre petites régions agricoles franciliennes : la plaine de Cergy, la plaine de Sénart, le plateau de Saclay et la plaine de Versailles. Ils ont été complétés avec le soutien de l’Iaurif et de la Driaf (ministère de l’Agriculture en Région Île-de-France) sur huit autres territoires (De Biasi et Pujol, 2005). Ils aboutirent à la création d’instances territoriales associatives dans plusieurs cas (l’Association patrimoniale de la plaine de Versailles et du plateau des Alluets, et Terre et Cité, association patrimoniale pour le plateau de Saclay). Ces instances réunissent agriculteurs, habitants, associations et élus, en leur permettant de travailler ensemble de manière fructueuse jusqu’à aujourd’hui9. C’est aussi une collaboration avec André Fleury, dont le rôle a déjà été évoqué, qui a favorisé la création du Triangle vert, à partir d’un dialogue entre élus et agriculteurs (donc sans la « société civile » et le tissu associatif existant). Sur les trois autres territoires associatifs que nous avons étudiés, soutenus par le programme agriurbain de la Région, des travaux d’élèves, agronomes, urbanistes ou paysagistes, et des procédures de concertation plus ou moins à l’image des audits patrimoniaux ont eu lieu. Ils ont eu ce rôle de catalyseur de la mise en relation des acteurs concernés par la préservation/valorisation des paysages agricoles : le plateau de Centre Essonne, Vernouillet qui a servi de modèle à un élargissement sur sa communauté urbaine en Seine Aval, et la plaine de Montesson.

2.2 Six récits de territoires agriurbains

23Les porte-parole des associations territoriales agriurbaines aiment souvent rappeler les origines de leur institutionnalisation. Leurs récits contribuent à la construction d’une identité pour ces territoires, au même titre que la cohérence géographique est souvent aussi mise en avant. Dans le cadre du premier volet de recherche du projet Agrige, les récits de témoins impliqués dans les débuts de la création et l’animation de ces territoires ont été croisés : élus, agriculteurs, animateurs. Ces récits ont été contextualisés grâce à d’autres sources, en particulier les documents de planification et les grands projets de l’État ou de la Région, ainsi que grâce aux documents historiques produits par ces territoires, ou qui leur sont liés : publications issues des audits patrimoniaux notamment, ou du réseau périurbain d’Île-de-France animé par la Bergerie de Rambouillet pour la Région.

24Le tableau suivant synthétise et met en parallèle les récits de ces territoires, selon une grille de lecture commune : date, superficie agricole concernée, périmètre administratif ; faits déclencheurs externes (projets top-down de l’État ou de la Région) ; faits structurants internes (qui ont pu bien entendu se faire avec le soutien d’autres échelons, mais qui représentent une réaction locale, plus ou moins directe, par rapport aux faits déclencheurs) ; mots clés des orientations stratégiques ; et gouvernance.

Figure 2 : Tableau synoptique de la création et des motivations des six territoires agriurbains associatifs franciliens

Figure 2 : Tableau synoptique de la création et des motivations des six territoires agriurbains associatifs franciliens

Réalisation : Sophie Bonin. Source : Enquêtes AGRIGE 2016-2019

25L’analyse des événements déclencheurs de ces six constructions de territoires agriurbains montre à la fois des facteurs communs et des éléments de variation qui induisent des formes d’institutionnalisation légèrement différentes.

  • 10 Charte de développement des activités agricoles et forestières, 2014, CA2RS, qui détaille, p. 21, l (...)

26Sans surprise, un facteur commun majeur est la pression foncière de l’urbanisation, et plus spécifiquement de la métropolisation. Ce qui est en jeu est autant l’étalement urbain que le report hors de Paris des infrastructures : routes, extension des aéroports, zones d’activités, de logistique. La planification suit une considération de « rééquilibrage » de l’offre d’emploi et de logement. Les logiques qui ont présidé aux villes nouvelles des années soixante ont peu changé de ce point de vue et se poursuivent. Ceci explique que ces territoires se situent essentiellement dans la ceinture verte, c’est-à-dire la grande couronne parisienne. À 15-20 km du périphérique parisien, on peut aussi localiser les choses comme étant les couronnes des agglomérations secondaires, villes nouvelles, historiques, et grands aéroports. Cette pression n’est pas seulement celle de la consommation des terres agricoles, ce sont aussi des problèmes de cohabitation entre activités agricoles et usagers citadins pour qui l’espace agricole est un « espace ouvert », pour reprendre une terminologie d’urbanisme. La communauté d’agglomération des Deux Rives de Seine, aujourd’hui dans le périmètre de l’Adadsa/Seine Aval, avait dressé en 2014 une liste des difficultés pour les agriculteurs, engendrées par la proximité urbaine10. Agriculteurs et élus locaux trouvent donc un intérêt mutuel à avoir un lieu de dialogue, de défense et de promotion de l’agriculture. Les événements provoquant l’institutionnalisation sont alors de l’ordre du symbolique et de la prise de conscience (cf. audits patrimoniaux, certains travaux d’étudiants agronomes, paysagistes ou urbanistes), mais aussi de décisions top-down concernant l’aménagement de ces territoires. C’est le cas des grands projets d’aménagement. Parfois, c’est aussi une situation de mise en protection comme un classement de site qui, à l’opposé, fait craindre la muséification et entraîne une réaction de la part des acteurs locaux préoccupés de leur développement. Il ne faut en effet pas voir cette institutionnalisation, même lorsqu’elle prend une tournure très « patrimoniale » comme dans le cas de la plaine de Versailles (Bonin, 2013), comme une défense, une contestation contre tout projet qui tendrait à modifier l’existant. En effet, la logique de projet est très forte dans ce processus et dans les motivations des acteurs. Le terme de résilience paraît celui qui convient le mieux à ces projets agriurbains. Pour reprendre le cas de la plaine de Versailles, c’est une situation où quelques agriculteurs ont été particulièrement moteurs, car il s’agissait de faire des propositions de gestion du site classé, pour ne pas geler toute évolution sur un espace agricole qui est vivant, et ressource économique. Pour le cas du Triangle vert, qui apparaît aussi dans le tableau un peu différent car sans annonce de grands projets, la situation est autre, mais procède de la même idée d’organiser une résistance proactive, de projet. Des élus de deux communes en particulier (Marcoussis et Saulx-les-Chartreux) qui étaient respectivement urbanistes et paysagiste (Brigitte et Claude Bouvier, Thierry Laverne), habitant un territoire coincé entre les infrastructures routières, et soumis aux pressions diffuses de la métropolisation, ont voulu prendre les devants des mutations par le portage de ce modèle agriurbain.

27Un autre aspect commun qui retient l’attention est l’époque de création de ces associations territoriales, comme on le constate sur le tableau, sur la période 2001-2005. Même si l’appellation de territoire agriurbain n’arrive que dans les années 2010 pour le territoire de Seine Aval et celui de la plaine de Montesson, il existait un collectif ou une association originelle dès le début des années 2000. Cette proximité chronologique peut s’expliquer par différentes hypothèses qui n’ont pas été complètement explorées, mais le contexte réglementaire et politique pèse beaucoup, aussi bien concernant l’urbanisme que la politique agricole. Du côté de l’urbanisme, c’est la période d’obligation des regroupements des communes en intercommunalités, de la décentralisation et son « acte II » (loi constitutionnelle du 28 mars 2003), des lois SRU (2000) et Urbanisme et Habitat (2003) qui offrent de nouvelles opportunités et obligations en matière de planification. Du point de vue des dynamiques paysagères, c’est certainement un moment où les nouvelles générations d’agriculteurs et d’élus, en Île-de-France, sont marquées par le relatif échec des villes nouvelles, désireux de faire entendre leurs voix face aux grands projets, mais aussi marquées par les difficultés de l’agriculture conventionnelle, et le besoin de sortir du modèle productif du xxe siècle. Les programmes européens Leader (Chevalier et Dedeire, 2014), élargis à l’Île-de-France depuis 2007, ont beaucoup contribué à soutenir en termes de moyens le modèle associatif agriurbain. L’Europe contribue alors au financement pour la moitié du coût des actions, ce qui a eu un effet mobilisateur sur la Région Île-de-France et les collectivités invitées à compléter ces financements par projet. La Safer joue aussi un rôle important ces dernières années en hébergeant les postes d’animateurs, de chargés de mission de trois de ces territoires. Ces postes sont cruciaux pour la mise en œuvre des programmes, et ils sont bricolés par mutualisation de contrat à temps partiel (avec la Safer, avec une collectivité), par réunion de financements d’origine diverse : subventions régionales, des collectivités, mais aussi bien sûr par les adhésions des membres à l’association territoriale, et le financement de l’Union européenne – via le Feader.

28Les éléments de variation apparaissent dans la taille des périmètres, en relevant que les plus petites surfaces agricoles concernent des territoires ayant une dominante maraîchère, avec donc néanmoins de nombreux exploitants (plaine de Montesson, Triangle vert). Si l’unité paysagère, géographique semble bien jouer en faveur de la stabilité (relative) des territoires de la plaine de Versailles, du plateau de Saclay, de la plaine de Montesson, du plateau de centre Essonne ou du Triangle vert ; on constate que dans le cas du territoire de Seine Aval, cette unité change d’échelle sous l’influence forte des regroupements intercommunaux. C’est aussi le seul territoire dont le périmètre est associé à l’intercommunalité (la communauté urbaine du Grand Paris Seine & Oise, née en 2016, couvre 500 km²), alors que d’autres se sont construits pour fédérer des communes tiraillées dans des intercommunalités différentes, mais ayant une unité agricole. Pour Seine Aval, l’animatrice témoigne travailler surtout avec les agriculteurs, qui sont les principaux porteurs de projet. Pour les élus, elle s’appuie surtout sur la présidente de l’association, conseillère municipale et sénatrice. Enfin, la société civile n’est pas associée à la gouvernance. On peut alors suggérer, prudemment néanmoins car chaque situation a ses spécificités, que la taille de ce territoire ne permet pas de porter pleinement le modèle agriurbain tripartite.

29Enfin, soulignons qu’un autre dénominateur commun de ces territorialisations agriurbaines n’apparaît pas dans le tableau, mais ressort de l’historique de ces territoires : c’est le rôle clé de personnalités, soit élues soit agriculteurs, ou qui ont parfois les deux casquettes d’élus agriculteurs, comme nous l’avons déjà évoqué à propos du lancement des audits patrimoniaux. C’est une constante révélée par nos enquêtes pour remonter aux sources de ces territoires. Dans les six cas, quelques noms reviennent tout au long de l’historique, et ce sont ceux que l’on va retrouver dans le syndicalisme agricole, dans les lobbies professionnels, dans l’engagement politique environnemental, ou simplement dans les innovateurs en termes de valorisations, de diversification pour ce qui est de l’agriculture, ou en termes de vision du projet urbanistique et paysager pour ce qui est des élus ou des acteurs non agriculteurs. Certains de ces noms récurrents sur les 10 à 20 ans d’histoire de ces territoires sont aussi des habitants au fort capital social ou intellectuel. Ils ne sont pas en responsabilité directe sur les territoires, mais ils apportent leur accompagnement, intellectuel ou artistique en particulier, avec la constance de l’engagement bénévole de l’habitant attaché à ces paysages. C’est le cas de photographes, paysagistes, géographes habitant – ou ayant habité – ces territoires. C’est sans doute une force et une explication du succès de la forme associative que de permettre d’intégrer ces personnalités dans la gouvernance de ces territoires.

2.3 Actions des territoires agriurbains sur les paysages

30Les motivations pour la construction de territoires agriurbains sont donc nombreuses et diverses, et elles concernent beaucoup le paysage, tant au sens de la planification qu’au sens des valeurs et d’une requalification des espaces périurbains, par la sensibilisation et l’éducation réciproque entre pratiques citadines et agricoles. Mais l’autre sens de la médiance paysagère implique aussi d’examiner comment ces représentations politiques et sociales du paysage agissent sur les dynamiques des paysages agricoles à proximité des villes.

31D’une part, c’est un truisme, les paysages agricoles ont surtout disparu, par urbanisation et construction d’infrastructures. Les ceintures maraîchères ou de vergers autour des villages d’Île-de-France ont offert les espaces les plus faciles et les plus rapidement urbanisables. Les territoires étudiés sont tous très impliqués dans la planification pour limiter cette artificialisation : ZPNAF du plateau de Saclay, ZAP de Vernouillet, Prif… Mais ils peuvent aussi jouer un grand rôle, lorsque l’inévitable arrive, pour conseiller, voire guider un aménagement urbain valorisant la proximité agricole, et ne faisant pas table rase. Cela passe par la rédaction de guides, de chartes, et une animation auprès des collectivités, voire jusqu’aux promoteurs immobiliers. C’est ainsi qu’une paysagiste, Isabel Claus, sur la plaine de Versailles, d’abord recrutée par l’association pour réaliser un guide d’aménagement des lisières urbaines, a encadré des « tours de plaine » avec les élus. Elle a même pu discuter et infléchir le projet d’un promoteur, Kaufmann & Broad, maître d’œuvre d’une ZAC en lisière de la plaine agricole, et qui avait dans un premier temps complètement négligé de travailler cette mise en relation (photo 1).

Photo 1 : Les explications difficiles avec la promotion immobilière pour construire une lisière agriurbaine plus conforme à la charte paysagère (ZAC des Hauts-du-Moulin, plaine de Versailles)

Photo 1 : Les explications difficiles avec la promotion immobilière pour construire une lisière agriurbaine plus conforme à la charte paysagère (ZAC des Hauts-du-Moulin, plaine de Versailles)

Crédits : ©S. Bonin

32L’influence la plus nette concernant les paysages urbains est bien la thématique de l’aménagement de lisières agriurbaines (Bonin et al., 2016), en jardins familiaux, ou en espaces de transition avec les champs, et une planification qui se soucie de la relation avec les espaces agricoles (photo 2). Des chemins agricoles sont aménagés en concertation avec les agriculteurs pour les mobilités douces, comme l’allée de Villepreux sur la plaine de Versailles (photo 3). Au départ, il s’agissait d’un projet à forte valeur patrimoniale, de reconstitution d’une allée du grand parc de chasse de Louis XIV, porté par l’État (Diren et gestion d’un site classé) et par l’agglomération de Versailles Grand Parc dans une logique de développement touristique, source de conflit avec les agriculteurs. Une solution négociée a été trouvée, réduisant considérablement l’emprise du projet en largeur, mais permettant néanmoins l’enrobage du chemin et des jonctions pavées.

Photo 2 : Jardins familiaux installés à la place d’un terrain de sport, faisant transition entre bâti et champs (Fontenay-le-Fleury, plaine de Versailles)

Photo 2 : Jardins familiaux installés à la place d’un terrain de sport, faisant transition entre bâti et champs (Fontenay-le-Fleury, plaine de Versailles)

Crédits : ©S. Bonin

Photo 3 : Aménagement des chemins agricoles conciliant mobilités douces et respect des emprises cultivées (allée royale de Villepreux, plaine de Versailles)

Photo 3 : Aménagement des chemins agricoles conciliant mobilités douces et respect des emprises cultivées (allée royale de Villepreux, plaine de Versailles)

Crédits : ©T. Babulle

33Les sentiers d’interprétation agricole, à l’initiative de jeux d’acteurs complexes (Guiomar, 2010), sont promus par les associations agriurbaines. Ils procèdent aussi de ce type de nouvelles relations entre les mondes agricoles et urbains, qui passent par des aménagements paysagers doux (photo 4), l’installation de tables par exemple, des panneaux de sensibilisation, des cheminements associés aux cueillettes à la ferme.

Photo 4 : Sentier d’interprétation agricole du plateau de Saclay, promu par Terre et Cité, adossé à une cueillette à la ferme de Viltain, et une ferme laitière en vente directe

Photo 4 : Sentier d’interprétation agricole du plateau de Saclay, promu par Terre et Cité, adossé à une cueillette à la ferme de Viltain, et une ferme laitière en vente directe

Crédits : ©S. Bonin

34D’autre part, les paysages agricoles eux-mêmes ont changé selon des processus de mondialisation bien connus contre lesquels la proximité urbaine n’a eu que peu d’influence au long du xxe siècle (Perrin, 2013). Mais aujourd’hui, de réelles nouvelles dynamiques s’observent dans les aires métropolitaines. Elles sont liées aux initiatives des agriculteurs et des jardiniers qui ont su s’adapter à de nouvelles demandes des consommateurs, le terme de circuit court et la quête de proximité étant associés à une diversité de pratiques et de motivations : sécurité et qualité alimentaire, solidarité locale, autonomie alimentaire relative des métropoles notamment, économie circulaire où l’agriculture profite des déchets urbains. Ces dynamiques modifient les paysages agricoles : ainsi observe-t-on la réinstallation de maraîchers, ce qui implique aussi des serres, de vergers, d’élevages de plein air, la multiplication de points de vente directe ou de cueillette, avec toute une signalétique associée (photo 5), les projets de compostière ou de méthaniseur, l’augmentation de l’agriculture biologique, la diversification des pratiques agricoles, par expérimentation puis par diffusion. L’agriculture de conservation des sols, ou l’agroforesterie, modifient bien les écosystèmes agricoles et leur physionomie. Les parcellaires sont redécoupés, et enfin de nouvelles grandes cultures apparaissent, en particulier pour la fourniture d’énergie ou pour la gestion de sols pollués (miscanthus, chanvre…).

Photo 5 : Mise en visibilité du tourisme agriurbain et mise en prairie (ferme des Moulineaux, Bailly, plaine de Versailles)

Photo 5 : Mise en visibilité du tourisme agriurbain et mise en prairie (ferme des Moulineaux, Bailly, plaine de Versailles)

Crédits : ©S. Bonin

35Les territoires agriurbains ne sont pas indispensables pour ces dynamiques, qui procèdent de tendances générales, mais ils apparaissent comme des structures idéales pour les accompagner, pour permettre des échanges de savoirs et de pratiques sur les sujets liés à la transition agroécologique, et pour jouer le rôle de soutien en termes de recherche de moyens. En effet, le bilan des actions menées par ces associations se présente selon une typologie à trois entrées, d’après le rapport effectué par la bergerie de Rambouillet en 2016, qui concerne les territoires agriurbains franciliens sur la période 2013-2015 (Saint-Guily, 2016). Elle se trouve corroborée par l’examen des objectifs stratégiques actuels :

  • intervention, appui ou promotion pour le développement des activités agricoles (les bénéficiaires sont alors directement les exploitants) ;

  • prise en compte de l’agriculture dans l’aménagement et le développement du territoire, par mobilisation et accompagnement des acteurs locaux (guides en lien avec la planification ou sur les questions de circulation ou d’aménagement urbain), par animation concertée de projet de territoire orienté autour de l’agriculture, par prospective et approfondissement des connaissances (les bénéficiaires sont alors plutôt les collectivités) ;

  • valorisation de l’agriculture et sensibilisation à l’alimentation et l’environnement, par organisation d’événements, d’outils pédagogiques ou de communication sur l’accueil du public et l’écologie des pratiques (les bénéficiaires visés sont alors les habitants surtout).

36Le rôle des associations territoriales est d’aller chercher les moyens financiers et humains pour ces actions : les fonds régionaux et les fonds Leader sont les principales sources, en particulier pour assurer justement le financement de l’équipe permanente qui met en relation les acteurs aux différents échelons, des différents mondes (de l’agriculture, de l’urbain, des citoyens) et aide à monter les dossiers de demande de moyens.

37On constate que ces trois types d’action concernent les paysages agricoles. La première catégorie amène à des transformations très matérielles comme on l’a évoqué – qui nécessiterait de mieux composer avec la deuxième catégorie, liée au cadre de vie. Une écologisation des pratiques se produit même en grandes cultures, et transforme les paysages : haies ou bosquets prennent ou reprennent place.

38La deuxième catégorie conduit à des évolutions dans les pratiques d’aménagement des villes. Ainsi, l’association de la plaine de Versailles ou celle du Triangle vert ont-elles porté des guides d’aménagement de lisières agriurbaines, avec des prescriptions en matière visuelle ou d’installation de transition, ainsi qu’en matière de continuités de circulation douce entre ville et champs11.

Photo 6 : Espace public entre bâti et champs, suivant la charte paysagère (Villepreux, plaine de Versailles)

Photo 6 : Espace public entre bâti et champs, suivant la charte paysagère (Villepreux, plaine de Versailles)

Crédits : ©S. Bonin

39La troisième catégorie enfin procède plus d’une sensibilisation, d’une reconnaissance des paysages agricoles auprès des citadins, au titre de l’éducation à l’environnement, mais cela influence aussi en retour les pratiques agricoles, car les agriculteurs deviennent plus conscients, et plus intéressés par rapport aux espaces qu’ils fabriquent. C’est ce que montre la charte paysagère participative de la plaine de Versailles (2013), lancée à l’initiative du collège des agriculteurs. Elle vise à trouver les arrangements paysagers en réponse aux enjeux de la proximité urbaine. De la même façon, les territoires agriurbains portent des actions de type atelier-terrain dont l’entrée par le paysage vise une conciliation des intérêts et un croisement des regards ayant bien comme objectif la construction en commun de plans d’action, de gestion du territoire. Ainsi sur le plateau de Saclay, le CAUE de l’Essonne, avec l’agence Initial, a initié en 2018 une série d’ateliers visant l’élaboration d’un « référentiel de valeurs paysagères », pour nourrir la réflexion sur le plan de gestion de la ZPNAF, avec une grande diversité d’acteurs. Sur la plaine de Montesson, la « fête de la salade » est organisée tous les ans par Plaine d’Avenir, et propose conjointement aux habitants et aux maraîchers une randonnée entre les parcelles.

Conclusion

40Finalement, ces constructions territoriales nous apprennent surtout que des changements de représentations et de modalités de l’action publique sont à l’œuvre dans ces territoires périurbains. L’agriurbain se présente bien comme une médiance paysagère qui conduit à considérer de façon tout à fait nouvelle les espaces périurbains. Ce mouvement procède d’une réhabilitation, d’une qualification symbolique positive, mais aussi de la mise en place de nouvelles pratiques aussi bien agricoles, alimentaires qu’urbanistiques, qui modifient les paysages. L’historique que nous avons pu dresser montre une recherche de communs paysagers (Donadieu, 2014) autour des espaces agricoles qui s’est bien institutionnalisée, et qui dure dans le temps. Sans doute est-ce un signe qu’aucun maire de ces territoires n’ait été tenté de prendre un arrêté de « zone non traitée » autour de son bâti12 : la recherche de solution concertée y est installée. La culture paysagiste croissante de nos sociétés a fait émerger une nouvelle conscience de l’intérêt des paysages agricoles, de l’opportunité qu’ils représentaient. Cette notion d’agriurbain est intégratrice de questions d’alimentation de proximité et de santé publique, comme de convivialité (jardins partagés), d’identité (caractères paysagers patrimoniaux), de pratiques agricoles plus écologiques et de lutte contre l’étalement urbain. Le projet agriurbain génère de nouvelles représentations, de nouvelles pratiques urbanistiques et agricoles, et de nouvelles actions publiques, en lieu et place de l’informe périurbain.

41L’enjeu du dialogue entre agriculture et urbanité n’est pourtant certainement pas parfaitement résolu avec cette forme politique, ni totalement vérifiée l’hypothèse que l’agriurbain est un grand mouvement de requalification et de réaménagement des paysages périurbains. Tout d’abord ces territoires agriurbains que nous avons mis en lumière reconnaissent eux-mêmes avoir du mal à porter une identité forte pour tous les habitants. Même lorsque leur gouvernance inclut un collège des habitants et associations, et dans le cas des associations les plus anciennes et les mieux dotées, les enquêtes montrent que les habitants ne sont pas toujours au courant des actions de ces associations, ni même de leur existence. Il y a une forme d’élitisme dans le recrutement des adhérents de ces collèges censés représenter la société civile qui est indéniable. L’idée que l’espace agricole est d’abord un mode d’occupation du sol parmi les moins « compétitifs » par rapport à l’artificialisation reste assez courante. Les discours sur l’agriculture intra-urbaine, high-tech, des fermes verticales ou des potagers sur les toits sont de ce point de vue porteurs d’une ambiguïté qui provoque l’animosité de nos enquêtés des territoires agriurbains : si les villes peuvent devenir agricoles, pourquoi encore se soucier de préserver les terres ? L’engouement pour l’agriculture urbaine ne doit pas faire oublier le sens commun quant à la meilleure localisation de l’activité de production de notre alimentation. Certaines formes technologiques nient matériellement et surtout symboliquement le lien à la terre, au sol, et rencontrent pourtant un grand succès auprès des investisseurs comme auprès des politiques. Pourtant le hors-sol n’offre pas les aménités des paysages, ni les fonctions écologiques présentes ou potentielles des terres agricoles.

42Il faut enfin terminer sur un rappel quant au chemin parcouru depuis seulement le début des années 1990. La grande majorité des textes que nous avons pu retrouver sur ces territoires à cette époque sont marqués par une vision de l’agriculture sans aucune attente citadine faisant le lien avec une ressource alimentaire, avec le métabolisme urbain, ou plus globalement l’idée d’un projet territorial commun, où intérêts agricoles, habitants et urbanistiques pourraient entrer en synergie. L’idée d’une agriculture en relation avec son territoire, une agriculture comme ressource pour la ville ne semble pas concevable à cette époque, ou relever d’un passé archaïque. Certes, la préoccupation pour la préservation « d’espaces ouverts » est très présente, mais surtout par inquiétude d’un étalement urbain généralisé, et pas pour une valeur intrinsèque des terres cultivées. De ce point de vue, les débats ont fondamentalement changé de nature.

Haut de page

Bibliographie

ACEAR, 1976. Vers une politique agricole péri-urbaine : 1. Rapport, ministère de l’Agriculture, direction de l’Aménagement rural et des structures, atelier central d’études d’aménagement rural.

Aubry C., 2014, « Les agricultures urbaines et les questionnements de la recherche », Pour, vol. 224, n° 4, pp. 35-49.

Bertrand N., Rousier N., 2004, « L’agriculture périurbaine, une proximité ville agriculture à construire », Quatrièmes Journées de la proximité, Idep-Lest-Greqam, Groupe de recherche dynamique de proximité, Marseille, 17-18 juin 2004.

Berque A., 1990, Médiance, de milieux en paysages, coll. « Géographiques ». GIP Reclus.

Bertho R. (dir.), 2014, « Mon paysage au quotidien : une pratique ordinaire ? », rapport pour le Bureau des paysages du MEDD.

Besse J.-M., 2009, Le goût du monde. Exercices de paysage, Actes Sud/ENSP.

Bonin S., 2013, « Patrimonialisation des paysages de grandes cultures : la plaine de Versailles et son association patrimoniale », L’Espace géographique, Belin Éditeur, t. 42, n° 3, pp. 227-240

Bonin S., Toublanc M., Dérioz P., Béringuier P., 2016, « Des franges du projet urbain au projet de frange urbaine », Projets de paysage, n° 13.

Bonnefoy S., David J., 1986, « L’agriculture périurbaine grenobloise, nouvelle composante de l’aménagement », Revue de géographie alpine, t. 74, n° 3, pp. 265-290.

Brédif H., 2009, « Quel projet d’intérêt national pour le plateau de Saclay ? », L’Espace géographique, Belin Éditeur, vol. 38, pp. 251-266.

Brédif H., Pupin V., 2012, « Réévaluer la place de l’agriculture à l’heure du Grand Paris », Annales de géographie, vol. 683, n° 1, pp. 43-65.

CAUE 91, Initial paysagistes, 2018, « Le plateau de Saclay, paysage agricole métropolitain ? », Terre et Cité, Paris-Saclay, Saint-Quentin-en-Yvelines, Versailles Grand Parc, AEV Île-de-France (poster).

Chevalier P., Dedeire M., 2014, « Application du programme Leader selon les principes de base du développement local », Économie rurale, n° 342, pp. 9-25.

Daniel A.-C., 2018, « Les micro-fermes urbaines, de nouvelles fabriques agri-urbaines », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], hors-série 31.

Perrin C., 2013, « L’empreinte des structures agraires sur les dynamiques paysagères en périurbain : une modélisation spatiale diachronique comparée entre la Provence et la Toscane », Méditerranée, n° 120, p. 59-71 ; https://journals.openedition.org/mediterranee/6692

De Biasi L., Pujol D., 2005, « Les programmes agriurbains : un partenariat entre agriculteurs et collectivités, un nouveau mode de gouvernance », Iaurif-Driaf.

De Biasi L., 2004, « La ruralité vue par les Franciliens », Atlas rural et agricole d’Île-de-France, Iaurif-Driaf.

De Bon H., Parrot L., Moustier P., 2010, « Sustainable urban agriculture in developing countries. A review », Agronomy for Sustainable Development, vol. 30, n° 1, pp. 21-32.

DERF-Ministère de l’Agriculture, RCT, ENSP, 2001, Vers des projets agri-urbains, guide méthodologique. (rapport disponible aux archives de l’ENSP)

Donadieu P., Fleury A., 1997, « L’agriculture, une nature pour la ville ? » Les Annales de la recherche urbaine, n° 74, « Natures en villes », pp. 31-39.

Donadieu P., 1998, Campagnes urbaines, Arles, Actes Sud.

Donadieu P., 2014, Paysages en commun, Valenciennes, PUV.

Guiomar X., 2010, « Éveiller le regard du marcheur sur l’agriculture : les sentiers d’interprétation agricole en Île-de-France », Pour, 2, nos 205-206, pp. 299-309.

Larcher G., 1997, « Les terroirs urbains et paysagers : pour un nouvel équilibre des espaces périurbains », Paris, Les rapports du Sénat, n° 415.

Lardon S., Loudiyi S., 2014, « Agriculture et alimentation urbaines : entre politiques publiques et initiatives locales », Géocarrefour, vol. 89, nos 1-2, pp. 3-10.

Loudiyi S., Maury C., Lardon S., 2011, « Agriculture(s) et projet urbain durable : issues incertaines, destinées imprévisibles », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], vol. 11, n2, septembre.

Mattoug C., 2016, « Tensions de l’agriurbain : des récits de territoires en Île-de-France », rapport de stage Agrige/ENSP (dir. Sophie Bonin).

Mesnet M., 2016, « Un plateau agricole pris dans une opération d’intérêt national, le cas du plateau de Saclay », rapport de master 1 université Paris Ouest (dir. Claire Aragau).

Moustier P., Fall A. S., 2004, « Les dynamiques de l’agriculture urbaine : caractérisation et évaluation », in Smith O.B., Moustier P., Mougeot L.J.A, Fall A. S., Développement durable de l’agriculture urbaine en Afrique francophone. Enjeux, concepts et méthodes, Paris, Cirad et CRDI, pp. 23-43.

Mundler P., Consalès J.-N., Melin G., Pouvesle C., Vandenbroucke P., 2014, « Tous agriculteurs ? L’agriculture urbaine et ses frontières », Géocarrefour, vol. 89, nos 1-2, pp. 53-63.

Poulot M., 2011, « Des arrangements autour de l’agriculture en périurbain : du lotissement agricole au projet de territoire », VertigO, vol. 11, n° 2, septembre.

Poulot M., 2012, « Résurgences paysagères et nouvelles économies agricoles dans le périurbain francilien », Projet de paysage.

Poulot M., 2014, « L’invention de l’agri-urbain en Île-de-France. Quand la ville se repense autour de l’agriculture », Géocarrefour, vol. 89, nos 1-2.

Pupin V., Viel J.-M., Colin M., 2008, « Une démarche patrimoniale de gestion de la qualité du vivant en Île-de-France : l’expérience de la plaine de Versailles et du plateau des Alluets », Le Courrier de l’environnement de l’Inra, n° 55, pp. 125-134.

Saint-Guily J.-X. (dir.), 2016, Les programmes agriurbains d’Île-de-France, état des lieux, bilan et perspectives, département 3DFI, Bergerie nationale de Rambouillet, Région Île-de-France, préfecture d’Île-de-France.

Souchard N., 2000, « L’agriculture dans la nouvelle structuration territoriale des agglomérations urbaines », rapport pour le ministère de l’Équipement, programme « Ville émergente », Rennes, Cedag.

Soulard C., Aubry C., 2011, « Cultiver les milieux habités. Quelle agronomie en zone urbaine ? », Agronomie Environnement & Sociétés, AFA, vol. 1-2, pp. 89-101.

Soulard C., Margetic C., Valette E., 2011, « Introduction : Innovations et agricultures urbaines durables », Norois, n° 221, pp. 7-10.

Terres en ville, 2006, « La coconstruction des politiques agricoles périurbaines », http://terresenvilles.org/wp-content/uploads/2016/11/TEV_CH1.1_ConstPolPeriurb_2006.pdf

Vidal R., Fleury A., 2007, « De la ville nature à la ville agriculture : le projet agriurbain », Anthos,n° 3, pp. 59-60.

Haut de page

Notes

1 « Il n’y a pas de garantie pour les terres agricoles sans une prise de conscience par les élus des contraintes de l’agriculture et sans une nouvelle attitude des agriculteurs qui doivent devenir une force de propositions pour l’aménagement local. » (Bonnefoy et David, 1986, p. 281 ; il est alors question de « programme agricole périurbain ».)

2 Terres en villes est une association créée en 2000, qui met en réseau des collectivités locales porteuses de projet agricole ou alimentaire avec les chambres d’agriculture. Les collectivités sont surtout des métropoles ou des communautés d’agglomération. A noter que l’Ile-de-France y fait figure d’exception, avec seulement deux des associations agriurbaines que nous avons étudiées ; aucune agglomération ni chambre d’agriculture.

3 Projet Agrige : archipels agriurbains, résistances et gouvernances, coordonné par Xavier Guiomar (AgroParisTech), qui réunit une équipe de six chercheurs (Xavier Guiomar, Monique Poulot et Claire Aragau, université de Nanterre ; Patrick Moquay, Monique Toublanc, Sophie Bonin, Larep-ENSP), et les territoires agriurbains (cf. partie 2) ainsi que le CAUE de l’Essonne (Valérie Kauffmann). Les enquêtes exploitées dans la partie 2 ont été menées par Sophie Bonin, mais également par des stagiaires du programme. Cet article a bénéficié tout particulièrement des contributions de Cécile Mattoug ainsi que, pour les retranscriptions d’enquête de Solène Palencino et Marguerite Mesnet, stagiaires du projet en 2016. Enfin, nous remercions particulièrement Jean-Xavier Saint-Guily, de la bergerie de Rambouillet, qui a partagé les données du réseau rural et périurbain d’Île-de-France, devenu réseau agriurbain, qu’il anime depuis les années 2010, ainsi que ses matériaux d’enquête effectuées début 2019 pour le projet Agrige.

4 Cf. le compte-rendu de fin de programme, p. 12, https://www.plante-et-cite.fr/data/fichiers_ressources/jassur_rapport_final_anr_20161021.pdf

5 Nous n’avons pas trouvé de publications avec ce terme de la part d’André Fleury ; et pour Christopher Bryant, c’est le terme « agriculture périurbaine » qui semble prévaloir. Dans un article commun avec Pierre Donadieu en 1997, qui esquisse bien le cœur de la problématique de relations à renouveler entre agriculteurs et citadins, il n’est fait nulle mention du terme agriurbain, avec ou sans tiret…

6 Programme cadre régional en faveur de l’agriculture périurbaine (CR 60-08), notamment l’axe 5 d’« accompagnement des démarches territoriales », et qui énonce les conditions du « soutien aux programmes des territoires agriurbains ».

7 Sur 12 territoires agriurbains en 2016, reconnus comme tels par le Réseau des territoires agriurbains soutenu par la Région Île-de-France, quatre relevaient de commune (Coubron) ou de communautés d’agglomération (Marne-et-Gondoire, Marne-et-Chantereine, et Cergy-Pontoise). En 2019, certains de ces projets agriurbains ne sont plus identifiables comme tels (ce qui ne signifie pas que ces collectivités se désintéressent de l’agriculture, mais qu’aucune gouvernance élus-citoyens-agriculteurs n’est actuellement animée ni outillée).

8 Cette remarque se fonde sur une recherche internet à partir des mots clés « territoire agri urbain », sur la lecture des rapports consacrés aux projets ville-agriculture qui passent en revue beaucoup d’expériences partout en France (études de Terres en ville), et sur les rencontres et colloques consacrés à l’agriculture urbaine ou à la relation entre urbanisme et agriculture hors Île-de-France (à Toulouse en octobre 2018, à Grenoble en mars 2019, à Bordeaux en juillet 2019). Des collègues travaillant sur cette thématique ont aussi été interrogés pour Pau, Lille, Rennes et Nantes, sans succès et à chaque fois avec une réelle curiosité sur ces « objets » institutionnels franciliens.

9 Brédif, Pupin, 2012, p. 59, à propos de ces audits : « Les acteurs ont réalisé, grâce à la démarche de facilitation, qu’ils n’étaient pas seuls à accorder de l’importance à ces espaces [ouverts à caractère agricoles]. Ils sont alors passés d’une posture de défense ou de défiance à une posture de projet reposant sur l’idée que les espaces ouverts agricoles pouvaient jouer un rôle de premier plan dans la construction d’une identité pour de vastes secteurs de la métropole francilienne. »

10 Charte de développement des activités agricoles et forestières, 2014, CA2RS, qui détaille, p. 21, les problèmes de friches agricoles, qui ont différentes raisons et engendrent différentes nuisances, les dégâts des intrusions et circulations, les contraintes de circulation, l’absence de visibilité à long terme, les difficultés de cohabitation et d’image de la profession.

11 Cf. le guide réalisé par l’Atelier de l’Ours en 2019 : http://www.trianglevert.org/IMG/pdf/guide-lisieres-web.pdf et pour l’APPVPA, par Isabel Claus : https://www.plainedeversailles.fr/upload/modules/news/files/13-1.pdf en 2018.

12 D’après une enquête de France Inter du 6 septembre 2019 : https://www.franceinter.fr/environnement/info-france-inter-la-carte-des-communes-qui-ont-pris-des-arretes-anti-pesticides

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les territoires agriurbains associatifs d’Île-de-France étudiés dans Agrige (PSDR4)
Crédits Réalisation : F. Bernardet
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6186/img-1.png
Fichier image/png, 172k
Titre Figure 2 : Tableau synoptique de la création et des motivations des six territoires agriurbains associatifs franciliens
Crédits Réalisation : Sophie Bonin. Source : Enquêtes AGRIGE 2016-2019
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6186/img-2.png
Fichier image/png, 760k
Titre Photo 1 : Les explications difficiles avec la promotion immobilière pour construire une lisière agriurbaine plus conforme à la charte paysagère (ZAC des Hauts-du-Moulin, plaine de Versailles)
Crédits Crédits : ©S. Bonin
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6186/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Photo 2 : Jardins familiaux installés à la place d’un terrain de sport, faisant transition entre bâti et champs (Fontenay-le-Fleury, plaine de Versailles)
Crédits Crédits : ©S. Bonin
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6186/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Photo 3 : Aménagement des chemins agricoles conciliant mobilités douces et respect des emprises cultivées (allée royale de Villepreux, plaine de Versailles)
Crédits Crédits : ©T. Babulle
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6186/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Photo 4 : Sentier d’interprétation agricole du plateau de Saclay, promu par Terre et Cité, adossé à une cueillette à la ferme de Viltain, et une ferme laitière en vente directe
Crédits Crédits : ©S. Bonin
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6186/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Photo 5 : Mise en visibilité du tourisme agriurbain et mise en prairie (ferme des Moulineaux, Bailly, plaine de Versailles)
Crédits Crédits : ©S. Bonin
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6186/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Photo 6 : Espace public entre bâti et champs, suivant la charte paysagère (Villepreux, plaine de Versailles)
Crédits Crédits : ©S. Bonin
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6186/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Bonin, « Émergence en France de l’agriurbain et modèle associatif francilien : une dynamique paysagère pour les espaces périurbains ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 44-45 | 2020, mis en ligne le 21 février 2020, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/tem/6186 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.6186

Haut de page

Auteur

Sophie Bonin

Maître de conférences
École nationale supérieure de paysage de Versailles
Larep
10 rue Maréchal Joffre
78000 Versailles
s.bonin@ecole-paysage.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page