Navigation – Plan du site
Articles

L’hypothèse de l’inconnaissance dans les dynamiques d’(in)visibilisation de la ville informelle

The hypothesis of unknowledge in the dynamics of (in)visibility of the informal city
Franck Dorso

Résumés

Le texte propose d’explorer les dynamiques de visibilisation et d’invisibilisation relatives aux pratiques informelles dans l’espace urbain, en centrant l’approche sur les modes de production de connaissance des acteurs les uns sur les autres et sur leurs pratiques. La comparaison de trois cas d’étude en Turquie, au Brésil et en France permet d’explorer différentes variations du lien entre rapport au savoir et rapport de pouvoir. Elle conduit à identifier un mode singulier basé sur une absence de connaissance, qui semble relever moins d’une lacune que d’un choix stratégique et tactique, et pour lequel est proposé le terme provisoire d’inconnaissance. La contribution présente les contours de cette dynamique, avant d’en envisager les implications en terme d’action opérationnelle, de circulation et de recherche.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : informalités urbaines et dynamiques d’(in)visibilisation

1Par leur caractère problématique d’écart à la loi, les pratiques informelles qui prennent place dans l’espace urbain sont susceptibles de s’inscrire dans des processus de visibilisation et d’invisibilisation singuliers. Les pratiquants peuvent les cacher, ou bien elles peuvent être cachées par les institutions, au même titre que les pauvretés. Elles sont parfois montrées, au contraire, pour défendre et revendiquer une place dans l’espace et la société ou bien, à l’inverse, pour justifier des déplacements ou des évictions dans le cadre de projets d’aménagement ou de réglementations d’usages des espaces publics.

2Cet écart au cadre légal les place dans une situation potentiellement conflictuelle vis à vis des institutions, et les situe dans des rapports de force et de pouvoir fréquemment asymétriques. La maîtrise de la visibilité ou de l’invisibilité représente un enjeu important dans ces rapports (Boissonade, Guevel et Poulain, 2008). Nous en explorerons ici une dimension particulière : la construction de connaissances des différents acteurs sur les uns et les autres et sur leurs pratiques. Il s’agit de saisir les rapports de pouvoir à l’œuvre dans les processus d’(in)visibilisation sous l’angle particulier des rapports au savoir et à la connaissance. Ce cheminement nous conduira à proposer à la discussion une dynamique spécifique, désignée provisoirement par le terme d’inconnaissance.

3La notion de ville informelle recouvre une variété de situations. Nous utiliserons le terme d’informalités pour désigner une typologie qui englobe quatre types de pratiques : le logement informel, l’économie informelle (deux domaines bien explorés par la recherche), les usages quotidiens et les micro-transgressions momentanées dans des espaces-temps non autorisés (Dorso, 2018), enfin l’informalité politique qui caractérise les relations entre acteurs, avec et au sein des institutions, en dehors des cadres légaux et légitimes (Jacquot, Sierra et Tadié, 2016). La notion d’informalité désigne a minima des pratiques qui s’inscrivent dans l’illégalité et dans un rapport d’évitement, d’arrangement ou d’opposition aux normes communes et aux institutions.

4Mais cet écart peut s’inscrire dans un gradient élargi pour chaque catégorie. La construction des quartiers informels aux Sud et aux Nord peut se déployer dans des zones d’incertitude sur le plan de la propriété du sol ou des bâtiments (après la collectivisation du foncier dans les anciens pays communistes) ou dans le cadre de politiques de régularisation mises en œuvre par les pouvoirs publics (dans les Sud). De la même façon le terme d’économie grise désigne des activités non déclarées à l’administration fiscale (commerce de rue, artisanat, réparation) mais non condamnables sur un plan pénal, pour les distinguer des activités criminelles (trafic d’armes, de stupéfiants). Sur un plan urbain, l’informalité caractérise le déploiement d’activités sur des espaces (et parfois des temps) non autorisés, de l’occupation de friches urbaines pour le pâturage ou la culture, aux raccourcis et lignes de désirs qui franchissent des clôtures et tracent des chemins. Les pratiques informelles quotidiennes du troisième type (retraits, sociabilités dans des lieux non autorisés, pratiques transgressives) laissent peu de trace et de prégnance, mais s’inscrivent, en plus, dans un rapport problématique aux normes non écrites de la vie sociale, autrement dit à la morale : libations, sexualités, retraits, isolements, qui se réalisent le plus souvent dans des lieux et des temps cachés.

5Des traits communs rassemblent ces caractères, même si le débat sur les définitions et les typologies se poursuit : un écart ou une incertitude vis à vis des cadres légaux et normatifs ; une désignation (souvent externe ou descendante) en terme de problème pour la société.

6La comparaison des dynamiques de visibilisation associées aux informalités reposera sur trois terrains relevant de contextes différents : Istanbul au Proche-Orient, Salvador de Bahia en Amérique du Sud, le Bois de Vincennes à Paris en Europe. Le texte s’appuiera d’abord sur le cas d’Istanbul, et les deux terrains brésilien et français permettront d’éclairer cette analyse principale. A Istanbul les pratiques informelles se déploient depuis plus d’un siècle sur la muraille antique qui entoure la vieille ville. Ce temps long montre plusieurs phases de visibilisation et d’invisibilisation, à la fois du site lui-même, des usages et des usagers qui le pratiquent. A Salvador un processus de sauvegarde patrimoniale du centre historique menace les résidents pauvres de ces secteurs. Le logement informel ou à la limite du vide juridique concerne une partie des habitants du quartier de la Ladeira da Preguiça, en lisière intérieure du périmètre de sauvegarde. Nous reviendrons sur l’observation d’une phase de latence caractérisée par une relation et un regard distanciés des acteurs les uns sur les autres. En France le Bois de Vincennes est situé en périphérie est du territoire de la commune de Paris. Dans un contexte de difficultés économiques pour une partie de la population, des campements et un certain nombre d’activités informelles se sont déployés dans le Bois. Un hiver rigoureux a fait plusieurs victimes du froid et de l’isolement il y a une dizaine d’années, transformant en profondeur les processus d’(in)visibilisation qui prévalaient jusque-là, et amenant la création d’outils de production de connaissance sur les occupations et les installations informelles.

7Nous explorerons dans cet article le maniement par les acteurs des processus de visibilisation et d’invisibilisation dans ces trois situations. Le texte commencera par définir les termes : de la visibilité à l’invisibilité, à l’inconnu puis à l’inconnaissance. Nous présenterons dans un deuxième temps l’évolution des processus d’(in)visibilisation sur le terrain à Istanbul, Salvador et Paris, et centrerons la comparaison sur la façon dont les acteurs engagent une production de connaissance sur les autres et sur les faits. Cela nous conduira à proposer une discussion autour de la notion d’inconnaissance en tant que mode particulier de rapport au savoir – et à partir de là au pouvoir. Le cheminement se conclura par les implications constatées ou potentielles de ces analyses en termes d’action urbanistique et d’activité de recherche.

8Les données mentionnées dans les cas d’études ont été recueillies lors d’enquêtes menées auprès des institutions et des pratiquants de l’informel, et de phases d’immersion sur le terrain. Trois phases de recherche ont été conduites à Istanbul (2000-2001, 2005-2008, depuis 2011), la recherche à Salvador a été menée en 2014 dans le cadre d’un programme Cofecub-Capes (2013-2016), les travaux sur les informalités en Ile de France ont cumulé plusieurs enquêtes de 2010 à aujourd’hui.

1. Invisibilité, inconnu et inconnaissance

9Dans les trois situations rencontrées la visibilité et l’invisibilité des faits et des personnes s’apparentent plus souvent à des constructions sociales qu’à des attributs essentiels. Il est difficile en effet d’identifier des faits invisibles par nature. Les transactions d’ordre politique entre les acteurs peuvent avoir un support ténu (conversation téléphonique, entrevue discrète) mais rester visibles ou invisibles selon la volonté d’au moins une des parties prenantes. Nous reprendrons les termes de processus et de dynamiques d’(in)visibilisation proposés dans l’appel à texte pour désigner des (in)visibilités socialement construites.

10Les données de terrain conduisent ensuite à distinguer visibilité, invisibilité et savoir. La visibilité désigne l’accessibilité de la connaissance d’une chose par au moins une personne, mais l’invisibilité ne signifie pas que l’on ne sait pas. L’invisibilité désignera ce que l’on sait, même imparfaitement, mais qui fait l’objet d’une dissimulation.

11Pour désigner ce que l’on ne sait pas on pourra distinguer l’inconnu et l’impensé. Dans les enquêtes sur les pratiques illégales et informelles à Istanbul, des acteurs institutionnels peuvent répondre « cela, nous ne le savons pas. » L’inconnu ne désigne pas quelque chose que l’on ignore complètement, mais quelque chose que l’on ne sait pas encore, et que l’on aimerait dans certains cas connaître, dans un domaine déjà identifié. L’impensé correspond en revanche à un domaine de connaissance ou à des faits qui échappent aux acteurs, dont ils ne conçoivent pas l’existence. Cet impensé dépend des parcours et des ressources des individus, et demeure en tant que tel partie prenante des rapports sociaux.

12Nous rencontrerons plus loin un processus que nous désignerons par le terme d’inconnaissance. Ici, les choses ne sont pas impensées : le domaine de connaissance est clairement identifié (par exemple les usages informels d’un site), mais certains acteurs estiment avoir intérêt à s’organiser pour ne pas savoir. Il s’agit d’un processus actif de retrait et de mise à distance de la connaissance. Nous présenterons le détail de ce processus dans la dernière partie mais il peut être utile de proposer un balisage des sens que peut revêtir le terme.

13Le mot d’inconnaissance apparaît une première fois dans une œuvre mystique anglaise anonyme, The cloude of unknowyng (Le nuage de l’inconnaissance). Elle renvoie aux conceptions et au vocabulaire religieux européens du XIVième siècle et désigne l’acceptation de son état, la recherche de Dieu et d’un état mystique. Le dictionnaire du CNRTL la définit comme une « absence, chez un individu, de la faculté de connaître, ignorance » (CNRTL, 2018). Au cours du XXième siècle l’inconnaissance se définit toujours en regard de la connaissance, et peut renvoyer à l’obscurantisme et à l’assujettissement. Chez Michel Foucault, le savoir et la connaissance sont des dimensions du pouvoir, mais la connaissance peut être aussi un outil d’émancipation : « le discours véhicule et produit du pouvoir ; il le renforce mais aussi le mine, l’expose, le rend fragile et permet de le barrer » (Foucault, 1976, p. 133).

14Si la connaissance se présente spontanément sous la forme d’un discours (oral ou écrit) elle est aussi une pratique (la production et les conditions de production du discours) et un ensemble de dispositifs de diffusion, de transmission, de réception, d’échange et d’interprétation (Vinck, 2007). Elle est située dans des contextes et des rapports sociaux : la connaissance et le savoir sont « le produit de conditions sociales, politiques, pratiques » (Mangez, 2012, p. 16) qui remettent en question la notion de vérité au profit des conditions de production des éléments de la connaissance.

15L’inconnaissance peut elle aussi être définie comme un ensemble de discours et de dispositifs de production et de circulation socialement construits. En Wallonie, Eric Mangez montre par exemple et sur un registre proche comment, dans le contexte belge décentralisé et dans un objectif de paix intercommunautaire, les institutions nationales ont mis en œuvre un principe de discrétion envers les institutions et les acteurs locaux concernant certaines données sur les populations (Mangez, 2009).

16Pour finir on peut situer l’inconnaissance vis à vis de termes voisins que nous serons amenés à croiser plus loin. La problématique du récit urbain pose la question de la vérité et du mensonge : une majorité des acteurs sociaux s’accorde sur une fiction souvent fausse vis-à-vis de faits qu’elle désigne (par exemple un récit des bas-fonds basé sur les usages d’un lieu) pour opérer la partition entre les bons et les mauvais sujets et comportements (Dorso, 2018). En définissant une altérité négative, autour d’un mensonge partagé et admis (Lanne, 2016), le récit participe à la construction et à l’actualisation des normes urbaines et sociales de la vie commune. Mais il s’agit là d’un procédé affirmatif, qui crée quelque chose – et pour les groupes sociaux menacés de déclassement l’enjeu est important de se rallier à un récit commun – tandis que la pratique de l’inconnaissance semble s’apparenter plutôt à une posture de mise à distance.

17Dans ces rapports au savoir l’inconnaissance peut également être distinguée du secret. Le secret consiste à réserver des connaissances en les soustrayant aux autres. Pour Georg Simmel les relations sociales profitent de ces élasticités permises par l’indécision, le flou et le non-dit, elles jouent un rôle d’équilibrage entre les pressions du contrôle social et l’affiliation normative des individus. Le secret reste un jeu dynamique, fait de choix et de fuites, inscrits dans les rapports aux autres, mais aussi de soi à soi, il renvoie aux marges de manœuvre des acteurs (Petitat, 1998). Les raisons logiques du secret et de l’inconnaissance peuvent se rapprocher sur un plan général (en tant qu’élaborations stratégiques au sein de rapports sociaux donnés) mais se réaliser dans des choix et des constructions tactiques différents (cacher versus ne pas savoir).

2. Un siècle et demi d’informalités sur la muraille terrestre d’Istanbul

18La muraille terrestre d’Istanbul désigne la partie conservée du rempart construit au Ve siècle sous le règne de Théodose II. Elle délimite à l’ouest la ville historique, construite sur un isthme bordé au sud par la mer de Marmara, à l’est par le détroit du Bosphore, et au nord par le canal de la Corne d’Or. La fortification complète avait une longueur totale de vingt-six kilomètres. Mais la partie maritime a disparu et il ne reste aujourd’hui que les sept kilomètres de sa partie terrestre, orientés sur un axe nord-sud. Ce dispositif est composé dans sa plus grande partie de trois murs parallèles, dont deux sont équipés d’une centaine de tours chacun. Cette architecture militaire a montré son efficacité, ne cédant que deux fois en 1204 puis en 1453 lors de la conquête ottomane. Au XIXe siècle les progrès de l’artillerie la rendent obsolète et les premières occupations informelles s’installent : pâturage, maraîchage, artisanat puis petite industrie. Les travaux d’entretien courants ou suite aux séismes sont moins nombreux, hormis près des portes, et le site devient également un lieu de déambulation dans un paysage gagné par la végétation (Figure 1).

19Lors des phases d’expansion urbaine des années 1950 et 1970 la population et l’agglomération s’étendent à un rythme rapide. La muraille terrestre ne fait plus frontière urbaine et accueille de nombreuses activités informelles : les migrations rurales renforcent les activités agricoles dans les fossés comblés, des logements illégaux se déploient dans les murs, le commerce de rue s’installe à l’intérieur et autour des portes. Avec la croissance urbaine d’autres usages relevant des informalités du troisième type se développent : libations à l’écart des espaces publics ou familiaux, pratiques sexuelles, personnes qui s’isolent, rencontres, trafics, marquages de l’espace. Ces pratiques labiles participent de la configuration socio-spatiale et des représentations d’un lieu de liberté et d’écart à la norme commune.

Fig. 1 : Parcours et chemins sur la muraille terrestre d’Istanbul

Fig. 1 : Parcours et chemins sur la muraille terrestre d’Istanbul

Source : F. Dorso, campagne 2011-2017.

20L’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1985 conduit à quelques évictions et à des chantiers (parfois critiqués sur le plan de la sauvegarde archéologique), mais les occupations informelles s’adaptent et parviennent à maintenir leur présence, en dépit d’un rapport de force apparent défavorable vis-à-vis des autorités publiques propriétaires et gestionnaires du site. Plus récemment, trois types d’opérations se sont développées aux abords de la muraille : des chantiers de régénération urbaine amenant la destruction de quartiers populaires riverains, un grand parc urbain réglementé à la place d’un marché couvert, et le démontage d’installations de certains maraîchers pourtant établis sur la partie sud en vertu d’accords semi-formels avec la municipalité. Ces opérations ne concernent pas toujours directement la muraille mais ont pu avoir un impact sur ses usages en certains points : en limitant la densité d’occupation elles ont affaibli les rituels tacites de coprésence, qui assuraient une accessibilité partagée des lieux, et ont favorisé des usages ou rapports plus conflictuels.

21Le jeu d’acteurs rassemble plusieurs catégories de groupes ou d’institutions et se dédouble entre un niveau apparent et un niveau implicite relevant de l’informalité politique. La municipalité centrale et la municipalité d’arrondissement de Fatih partagent la gestion de ce terrain municipal avec la police municipale (Zabita) et, à partir de 2005, avec la section « Ville-musée » (Müzekent) du Centre de planification métropolitaine (IMP). La préfecture et les services déconcentrés du Ministère de la culture et du tourisme interviennent avec plus ou moins d’intensité selon les périodes et en fonction des lois de protection du patrimoine historique, depuis celles de 1973 et de 1983 (Girard, 2014), jusqu’aux plus récentes qui ont accompagné les politiques de transformation urbaine (Marquart, 2014), en particulier la loi de 2012. Selon les périodes politiques, ces services ont travaillé ensemble ou en concurrence, mais il n’y a jamais eu de projet global pour la sauvegarde ou l’aménagement des murailles. A l’échelle micro, les muftar, maires des petits quartiers, jouent un rôle important dans la régulation de la vie collective. A l’échelle macro l’Unesco et l’Icomos jugent les résultats des politiques de sauvegarde. Les chambres consulaires (architectes, urbanistes) s’opposent fréquemment aux actions (ou à l’inaction) de la municipalité. Des associations locales interviennent également pour organiser des mobilisations contre les politiques urbaines. Les acteurs du tourisme ont quant à eux un rapport ambivalent avec un site dont la mauvaise réputation a longtemps éloigné les visiteurs.

22Plusieurs transactions relient ces différents acteurs autour de l’enjeu constitué par la présence problématique des informalités sur ce site municipal et historique. On constate un dédoublement de la transaction entre une strate explicite construite autour de la conservation patrimoniale, qui nécessite le « nettoyage » des lieux (un front visible mais peu investi dans les faits), et une strate implicite, relevant de l’informalité politique. Le maintien des informalités s’explique en effet par le rôle qu’elles jouent dans les régulations économique, urbanistique, psycho-sociale et symbolique. Les différents acteurs, à l’échelle méso comme micro, peuvent avoir plus d’intérêt à leur maintien qu’à leur disparition. Les informalités suppléent à l’absence, aux choix ou à des incapacités de l’action publique (en termes d’emploi, de logement, de règlements urbains) et contribuent, par les régulations qu’elles rendent possible, à une forme de maintien de la paix sociale. Les usagers ou habitants des quartiers riverains, de leur côté, peuvent préférer les opportunités offertes par le statu quo que le déploiement de politiques sociales instituées, possiblement avantageuses mais qu’ils craignent de moins maîtriser. Ces convergences d’intérêts expliquent la construction de compromis pratiques et tacites autour de la tolérance et de la résilience des informalités sur la muraille terrestre.

3. Enjeux et niveaux de l’(in)visibilité

23Dans cette histoire longue, le jeu entre la visibilisation et l’invisibilisation s’est présenté comme une solution pratique pour permettre l’établissement et la continuation de ces compromis. Mais ces processus ont fait face à des difficultés conjoncturelles et structurelles qui ont fait évoluer le mécanisme.

24La forme spatiale de la muraille joue un rôle important : les pratiquants de l’informel ont pu choisir de rendre visibles leurs activités (sur des points exposés, pour attirer des clients, pour se protéger de mauvaises rencontres, en écrivant sur les pierres ou en affichant des messages) ou les invisibiliser (habitats repliés dans les tours après 1985, campements Roms, dépôts des récupérateurs de matériaux, pratiques immorales et illégales dans les parties intérieures invisibles depuis les rues et la rocade). Le jeu peut associer les acteurs de l’informel et l’institution municipale : les maraîchers acceptent de dissimuler leurs serres derrière l’avant-mur pour qu’elles ne soient pas visibles depuis la rocade, comme le leur demande la municipalité, et tous acceptent l’opacité des transactions qui régulent la location et l’attribution des parcelles.

25L’invisibilisation domine pourtant, globalement. Un seul registre relie l’ensemble des acteurs autour de la visibilisation. Un récit urbain globalement faux assimile la muraille terrestre à un coupe-gorge. Ce récit est accepté, relayé et actualisé par toutes les catégories d’acteurs, y compris les usagers informels du site qui sont souvent les habitants des quartiers populaires riverains. Sa fonction est double : d’un côté, réguler l’accessibilité du site au profit des usagers proches, tout en leur permettant de se situer du côté des gens qui savent critiquer et faire la part du bien et du mal. De l’autre, construire une fiction utile au processus de construction normative à l’échelle urbaine et plus globalement sociale, en balisant la distinction entre la bonne et la mauvaise ville.

26Si l’on se tourne maintenant vers les modes de production des connaissances sur les informalités qui accompagnent les dynamiques d’(in)visiblisation, un paradoxe apparaît au niveau de l’action des institutions. Sur un dossier potentiellement important (spatialement, politiquement, économiquement en termes touristiques) il n’y a jamais eu de projet d’ensemble pour la muraille. Et en dépit d’un discours officiel critique sur les occupations informelles il n’y a pas de connaissances précises sur les faits.

27Dans le service d’urbanisme de la municipalité centrale et à la direction de la police d’arrondissement de Fatih les agents ne connaissent pas les différents types d’activités économiques, hormis les péages des kahya (circulation à travers les portes étroites en échange de pourboires). Ils ne peuvent pas fournir une localisation des habitats et ne sont pas en mesure de donner une quantification des usages économiques. La transaction locative avec les maraîchers est reportée vers un service du trésor public à l’accès difficile. Les erreurs portent également sur la catégorisation des usagers, souvent décrits comme un ensemble homogène de personnes en difficulté : migrants ruraux ou étrangers, chômeurs, clochards, enfants des rues et tinerci (sniffeurs de colle) alors que les enquêtes montrent une plus grande hétérogénéité. Les usagers sont majoritairement des habitants des quartiers riverains qui appartiennent aux classes populaires et sont normalement intégrés. La muraille n’est pas non plus un territoire réservé aux hommes ni aux adultes, les femmes y sont présentes (majoritaires dans le maraîchage), de même que les enfants (jeux dans les tours, péages sauvages) et les gens âgés (cueillette, repos).

28Les services déclarent régulièrement préparer des « nettoyages » mais ne disposent pas de données de première main sur les lieux. Les relevés de l’Icomos qui sont parfois utilisés reposent sur des visites de terrain ponctuelles et orientées sur les données archéologiques. Au niveau municipal, les seules enquêtes citées ont été réalisées par des sociétés extérieures (Genar) et se situent hors-champs (habitants des quartiers alentours). Quant aux médias, ils relatent ponctuellement des faits lorsqu’un accident survient et sur un mode sensationnaliste.

29Pour tenter d’expliquer ce paradoxe on peut considérer la mécanique du compromis et les difficultés et contradictions internes qui le constituent. Au niveau des institutions il est périlleux de reconnaître, dans le déploiement et la tolérance des informalités, l’incapacité d’un pouvoir public à trouver des solutions légales et à mettre en œuvre des politiques publiques efficaces. Cela est particulièrement sensible pour les villes qui affichent des ambitions mondiales (Pérouse, 2017), et cherchent à montrer qu’elles sont en mesure de mettre en œuvre les bonnes pratiques des standards internationaux.

30Sur un plan interne le compromis place également les agents et les professionnels face à des contradictions. Dans les entretiens, les agents se montrent soucieux de deux échelles de jugement et de reconnaissance. La première est celle de leur service : il s’agit d’en défendre la compétence et l’efficacité – surtout lorsque des concurrences internes existent – et de garantir la continuité de leur emploi et de leur poste. Ils sont également soucieux d’offrir, sur un plan plus personnel et déontologique, l’image de bons professionnels.

31Une façon d’échapper à ces contradictions est de ne pas savoir ce qui se passe sur le terrain. Cette position résout plusieurs problèmes : elle ne remet pas en cause les compétences personnelles, ni la probité et l’efficacité du service, et facilite l’établissement et la durée de vie des compromis locaux. Les services font ainsi le choix par défaut de ne pas produire de données sur les informalités, ni de recourir à des enquêtes extérieures ciblées sur le sujet. Les interviewés le déclarent rarement ouvertement, ce qui rend l’investigation plus longue sur le plan méthodologique : ces contradictions sont généralement évoquées en off des entretiens enregistrés. Elles les placent en effet devant des injonctions contradictoires difficilement exprimables sur un plan officiel et vis-à-vis de leurs hiérarchies. Un entretien au service de la planification urbaine d’IBB s’est brusquement arrêté au moment où l’on abordait la question des données. Un autre entretien sur ce sujet au siège de la police d’arrondissement de Fatih fut encadré sans préavis par deux agents plus gradés que la personne interviewée. Assis en retrait, ces hommes ne prononcèrent aucun mot mais orientèrent et surtout limitèrent par leur présence la parole de l’interviewée. Si tous les acteurs n’optent pas de façon concertée pour cette forme de non-savoir, celle-ci semble néanmoins se réaliser concrètement dans l’absence ou l’inexactitude de données sur un problème identifié.

32Le mode de production des connaissances sur les informalités semble ainsi orienté à Istanbul vers un registre singulier qui pourrait, en partie, s’apparenter à une non-production, et pour lequel nous proposons de mettre en discussion la notion d’inconnaissance. Celle-ci apparaîtrait comme un outil et une garantie pour maintenir et protéger des compromis autour d’un certain nombre de régulations. Pour alimenter cette discussion nous présentons deux autres situations, à Salvador et Paris, afin d’envisager dans la dernière partie les potentielles montées en généralité et variations de ce processus.

4. La Ladeira da Preguiça à Salvador de Bahia

33La Ladeira da Preguiça désigne l’une des sept pentes qui relient le front de mer portuaire à la ville haute de Salvador. Le quartier est structuré autour d’une rue principale (la pente) entourée de rues secondaires (Figure 2). Le nom du quartier signifie la pente de la paresse et trouve son origine dans les quolibets lancés par les armateurs aux esclaves noirs qui montaient à la main ou en guidant des bœufs les billes de bois déchargées sur le port en contrebas.

Fig. 2 : La montée de la Preguiça

Fig. 2 : La montée de la Preguiça

Source : F. Dorso, 2014.

34Avec le déclin des activités industrialo-portuaires au tournant du vingtième siècle et la fin de l’esclavage en 1888, le quartier se transforme. Les maisons et les établissements sont progressivement abandonnés avec le déplacement des activités vers le nord-ouest ou suite à des problèmes de succession. De cette époque datent les premières transactions problématiques, lorsque des biens sont vendus ou loués de façon illégale. Dans les années 1970 le mouvement d’occupation informelle s’amplifie avec l’arrivée de nouvelles populations issues de l’exode rural. C’est une période où se développe l’économie informelle, dans une continuité historique qui remonte à la fin de l’esclavage, et dont Salvador et les états du Nordeste ont concentré les effets (De Almeida Vasconcelos, 1998). Dans les années 1990, alors que la ville se voit reconnaître un statut métropolitain, la consommation de crack fait son apparition et la Ladeira da Preguiça devient l’un des centres du trafic.

35Les opérations de sauvegarde patrimoniale se développent dans les années 1980. Le Tombamento désigne l’inventaire des biens patrimoniaux. Celui du centre ancien de Salvador est réalisé sous l’autorité de l’Etat fédéral et s’achève en 1984. En 1988 la ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco au titre de son centre ancien, et deux périmètres sont définis (Sant’Anna, 2014) : le centre historique, secteur élargi au niveau de l’agglomération, et le centre ancien, périmètre plus réduit, dont fait partie, sur sa bordure sud-ouest, le quartier de la Ladeira da Preguiça.

36Les interventions démarrent à la fin des années 1980, en partant de l’hyper-centre du Pelourinho (Gomes et Fernandes, 1995). Après les phases d’étude, des travaux de réhabilitation sont réalisés. Ces interventions reposent sur le déplacement des populations riveraines, souvent pauvres, pour lesquelles de nouveaux logements sont proposés à la location ou à l’achat en périphérie. Des mobilisations locales infléchissent ces principes en certains points dans les années 2000 et introduisent des dispositifs de maintien des populations résidentes.

37Trois niveaux institutionnels interagissent à Salvador : le niveau fédéral (national – représenté par l’IPHAN), le niveau de l’Etat (ici l’Etat de Bahia, avec le Dircas et le Fonds Immobilier SUIAT) et le niveau local (municipal et intercommunal pour l’agglomération de Salvador, auquel s’associent la préfecture et des fondations). A cela s’ajoutent les acteurs du secteur privé : banques, promoteurs, investisseurs et la catégorie plurielle des propriétaires (personnes privées, mais aussi les congrégations religieuses, qui possèdent encore beaucoup de biens). Les habitants des quartiers concernés se sont parfois mobilisé collectivement pour défendre leur maintien. Plutôt séparés jusque-là, ces mouvements ont commencé à se coordonner à partir de 2014. Plusieurs programmes de recherches universitaires ont produit des analyses qui peuvent circuler et être utilisés par les acteurs.

38Quelles ont été à la Ladeira da Preguiça les dynamiques de visibilisation et d’invisibilisation, et les modes de production de connaissances des acteurs les uns sur les autres ? Du côté des habitants deux phases peuvent être identifiées. Jusqu’au début des années 2010 les habitants vivent dans une relative discrétion. L’occupation de certains logements (maisons R+2 et petits immeubles) présente un caractère illégal ou indécis et le quartier pauvre a mauvaise réputation. L’installation du trafic de crack en haut du quartier, autour des conteneurs à ordures, a renforcé cette situation.

39Lors de l’enquête de 2014 le quartier ne fait pas encore l’objet d’opérations de sauvegarde. Seules deux actions ont été engagées au début des années 2000 pour réduire l’insécurité dans les abords directs du centre ancien : le déplacement des conteneurs à ordure pour déloger le centre du trafic de crack, et le dégagement de l’escalier joignant la place Castro Alves au bas de la Ladeira, sur l’emplacement d’une petite favela latérale au quartier.

40Mais les années 2010 voient s’ouvrir une nouvelle période du côté des habitants. Tirant les leçons des déplacements de population lors des premiers travaux dans le Pelourinho, et redoutant de voir se reproduire ici le même schéma, avec des situations très précaires pour plusieurs familles, certains habitants optent pour la visibilisation.

41Une mobilisation locale s’organise autour de l’association culturelle Que ladeira é essa ? (quelle est cette pente ?) dont l’objectif est de s’opposer aux futures expropriations et déplacements de population, en rendant visibles les modes de vie des habitants. Le nom de l’association emprunte au refrain d’une chanson de Gilberto Gil composée dans les années 1970. Il s’agit de contrer le discours institutionnel sur la dégradation et la misère supposées du quartier, qui justifieraient la nécessité d’opérations de sauvegarde à venir, et de légitimer la présence et la valeur de la vie sociale locale.

42Les enquêtes révèlent une disjonction sur deux plans. Tout d’abord les acteurs directement impliqués ne sont pas en contact les uns des autres. Les agents de Dircas et du Fonds Immobilier, chargés de produire le diagnostic et de proposer les développements potentiels, n’ont jamais entendu parler de l’association locale qui entend représenter le quartier. Celle-ci ne connaît pas non plus les institutions qui sont censées menacer le secteur. Les désignations restent vagues – en partie du fait de la complexité du feuilleté administratif brésilien, et en partie parce que les militants locaux ne savent pas comment faire pour accéder aux données institutionnelles, qui représentent, d’ordinaire, une clef pour établir un rapport de force (Bobbio et Melé, 2015).

43Le fossé est aussi significatif sur le plan des connaissances. Les membres de l’association évoquent l’achat par des investisseurs de trois propriétés situées en haut du quartier. La municipalité est également accusée d’avoir commencé à expulser des occupants. Mais ces expulsions sont alors rendues impossibles du fait d’un problème administratif de chevauchement entre deux décrets (Etat et municipalité).

44Les agents institutionnels de leur côté n’ont pas de données sur les habitants ni sur les propriétaires, en dépit d’un diagnostic de dégradation des bâtiments qui couvre le périmètre global du centre ancien. Dans l’entretien réalisé au Fonds Immobilier (Etat de Bahia) le responsable de projet déclare que ce quartier, comme d’autres, « représente d’abord une ressource pour l’activité économique. » Il s’agit d’exproprier les habitants actuels tout en cherchant des investisseurs « pour racheter les bâtiments et les rénover, afin de proposer une offre immobilière ou locative de meilleur niveau. » Mais il s’agit encore d’un horizon général, sans plan précis. Par ailleurs, les trois achats spéculatifs de propriétés dénoncés par l’association n’ont pu être vérifiées nulle part auprès des institutions, même auprès des services disposant des plans cadastraux. Nous avons également interrogé les agents des différentes institutions sur le sens du nom du quartier. Le responsable du Fonds Immobilier avance : « je ne sais pas d’où ça vient, mais vous pouvez trouver ça sur internet sans doute, en googlelisant. »

45Il y a donc des informations avancées mais invérifiables, des éléments contradictoires selon les acteurs, des images imprécises issues de récits urbains (les projets cachés des institutions) et enfin des ignorances reconnues. Les différents services interrogés, y compris les fondations émanant de la municipalité, et supposées impliquées dans les relations au terrain, déclarent ne pas disposer de données sur la population du quartier, les propriétaires ou les transactions. Lors des entretiens, les relances orientent finalement sur les plans d’ensemble et les données globales éditées par l’IPHAN (niveau fédéral).

46Dans cette phase de latence qui va jusqu’au début de l’année 2015, le mode de production des connaissance est lacunaire et s’établit sur des rumeurs, dans le cadre d’une disjonction entre les acteurs. Il est balisé par deux représentations opposées de la relation : du côté des habitants la crainte d’actes et d’acteurs forts et mal identifiés ; du côté des institutions la négligence de faibles obstacles pour un projet de requalification future justifié et légitime. Il faudra l’effondrement de maisons causé par de fortes pluies et le décès de deux personnes pour provoquer, à partir de mai 2015, une mobilisation élargie de plusieurs catégories d’acteurs (résidents, architectes) et le passage à une dynamique de visibilisation partagée, et à un débat explicite (Andrade Junior et Sant’Anna, 2016).

5. Les campements du Bois de Vincennes

47A Paris la densité d’occupation et la contrainte foncière n’ont pas éradiqué les usages informels dans l’espace urbain. L’habitat léger et informel pose particulièrement problème du fait de son emprise spatiale. Il se déploie sur tout le territoire de l’Île-de-France mais peine à se maintenir intramuros. Aux abords directs de Paris, des cabanes et campements de tentes investissent encore des délaissés urbains (abords de routes et de voies ferrées) ou l’un des deux grands bois situés en bordure externe à l’est et à l’ouest du territoire communal.

Fig. 3 : Cabane dans le Bois de Vincennes

Fig. 3 : Cabane dans le Bois de Vincennes

Source : F. Dorso, 2013.

48L’installation de sans-abris dans le Bois de Vincennes est ancienne mais peu documentée avant 2008. Les témoignages de riverains font remonter les premières occupations aux années 1980. Dans les années 1990 le développement des politiques environnementales facilite de nouvelles installations : les Sans-Domicile-Fixe mettent à profit la fermeture de chemins, ou se déploient dans les zones de régénération mises en place après la tempête de 1999 (Grésillon, Amat et Tibaut, 2014). Selon les estimations des associations ou des pouvoirs publics, entre 200 et 300 personnes vivent dans le Bois de Vincennes jusqu’au début des années 2010. Aux constructions en dur et aux cabanes (Figure 3) vont progressivement succéder les tentes isolées ou en groupe. Les autres usages informels (véhicules habités en lisière du Bois, prostitution) font l’objet d’une prise en compte distincte de la part des acteurs institutionnels, au premier rang desquels la Division du Bois de Vincennes (au service de la Direction de Espaces Verts et de l’Environnement de la Ville de Paris), pour qui l’enjeu consiste à maintenir un équilibre entre les fonctions de loisir, d’espace public et d’espace naturel.

49Le début de l’hiver 2008 marque une nouvelle période : une vague de froid fait plusieurs morts en France parmi les sans-abris, quatre SDF décèdent dans le Bois. Ces événements amènent un premier épisode d’émois médiatique et politique et posent la question de la mise à l’abri de force. Après quelques interventions des forces de police pour expulser les personnes, une MOUS (Maîtrise d’Oeuvre Urbaine et Sociale) est mise en place en 2009.

50Les entretiens auprès des acteurs institutionnels montrent que plusieurs strates de compromis se succèdent. La MOUS est un premier compromis entre l’Etat et la Ville, opposés politiquement, mais qui vont finalement cofinancer la mission. Le champ d’action des MOUS porte sur l’éradication de l’habitat insalubre et l’objectif sera et reste encore aujourd’hui la sortie du Bois et la réinsertion. Emmaüs obtient la maitrise d’œuvre et la coordination de l’action associative. Les décès ont en effet suscité l’intervention d’un nombre important d’associations et de collectifs, dont les objectifs peuvent diverger. Parmi les quatorze associations engagées sur le terrain en 2008-2009, certaines œuvrent au maintien des campements, apportent des aides matérielles, organisent des distribution de nourriture, un bus-douches… La première mission est « une forme de régulation sociale introduite par Emmaüs, c’est à dire qu’on les a, officiellement, chargés de réaliser une coordination, et essayer de faire travailler tout le monde dans le même sens » (Mission Sans-Abris de la Ville de Paris). Cette phase a opéré un tri parmi les intervenants et légitimé un objectif commun. Mais son caractère conflictuel a laissé des traces dans les mémoires et a pu susciter le retour de tensions ponctuelles, comme lors des interventions ultérieures des Enfants du Canal.

51Aujourd’hui le partenariat regroupe plusieurs acteurs. Le pilotage rassemble la Division du Bois de Vincennes (direction et services techniques), sur les aspects logistiques et environnementaux ; la Mission Sans-Abris de la Ville de Paris, la Direction de la Protection, de la Sécurité et de la Prévention (DPSP) et son Unité d’Aide aux Sans-Abris (UASA), qui interviennent sur les aspects sécurité et prévention ; enfin Emmaüs, qui coordonne les actions d’insertion. La Croix-Rouge, le Secours Catholique, le Samu Social et des équipes mobiles de psychiatrie leur sont associés sur le terrain.

52Après la mise en place de la MOUS, puis la sélection des associations, un troisième compromis s’est ainsi établi pour gérer les installations de sans-abris dans le Bois. L’action porte dorénavant sur deux objectifs : 1) limiter l’attrait du Bois, en limitant notamment les « facilités » (points d’eau, équipements) ; 2) gérer les présences : favoriser les sorties par les parcours d’insertion, surveiller les personnes et leurs installations, privilégier le flux sur la sédentarisation. En 2017, un CSPDA (Conseil local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance d’Arrondissement) relie ces acteurs à la Mairie du douzième arrondissement sur des objectifs de sécurité, de tranquillité publique et de suivi des publics vulnérables.

53Dans ce cas d’étude le processus de visibilisation change lors des événements de l’hiver 2008. Dès avant la mise en place de la MOUS, cette mortalité est venue interroger la conception que la société se fait des Sans-Abris (Terrolle, 2010). A partir de 2008-2009 les médias produisent périodiquement des reportages au début de l’hiver sur les SDF dans le Bois. Et cette visibilisation amène en retour des primo-arrivants qui ont vu ces reportages.

54La dynamique de visibilisation est alors d’origine institutionnelle et n’a généralement pas pris en compte le point de vue des personnes installées dans le Bois. La construction du compromis s’est faite entre représentants des institutions. Ce processus a suscité ou réveillé des controverses et des analyses critiques. D’une part, les motivations en termes de liberté d’agir et les compétences de construction des « habitants » du Bois ont été ignorées. D’autre part, le discours institutionnel, en les qualifiant par des désignations externes et en concevant le contexte en termes sanitaires et de vulnérabilité, simplifie la complexité des situations et les réifie dans une catégorie qui est celle de la marginalité. En ce sens l’exclusion a pu apparaître comme le résultat des politiques publiques (Lion, 2015). C’est une des interprétations du sens de la visibilisation dans le rapport social : le langage en tant qu’un acte de pouvoir consiste à dire et à désigner l’autre depuis une position extérieure et, ici, surplombante.

55Mais dans ces rapports sociaux conflictuels ou asymétriques les occupants eux-mêmes peuvent prendre conscience du processus et, sans l’exprimer ouvertement, se positionner et agir (Scott J.C., 2009). Soit en testant le rapport de force avec des dispositifs ou de transgressions qui leur sont propres (reconstructions), soit en cherchant à le fuir. Cette dernière attitude caractérise plusieurs groupes (migrants qui se cachent des autorités, ou personnes en règle mais qui ne croient plus à l’action sociale et la fuient) qui peuvent répondre au processus de visibilisation institutionnelle par des dynamiques d’invisibilisation qui leur sont propres. Le terme de « sherwoodisation » a été utilisé pour désigner des personnes qui poussent cette logique au point de choisir de se rendre invisibles aux institutions, aux services sociaux et donc aux statistiques et aux données, en détruisant ou en n’utilisant plus leurs papiers entre autres, comme cela a pu être observé en Angleterre et en Wallonie (Van Asbrouck, 2015).

56Les entretiens montrent enfin les tensions internes au processus de visibilisation au sein du groupe des acteurs autorisés. Les installations restent en effet considérées comme des « occupations illicites » : « on pourrait procéder, si on était assez réactif, à des expulsions immédiates, mais ce n’est pas tout à fait la position en fait que s’est donnée la ville de Paris » (Direction du Bois). Comme à Istanbul, les acteurs institutionnels ont le pouvoir, s’ils le souhaitent, de dégager un secteur. Ce fut le cas pour le triangle de Saint-Mandé, du fait de la présence de jeux d’enfants, et parce que de jeunes riverains avaient organisé des patrouilles sauvages et agressé des SDF. Mais cette solution n’est pas généralisée. Les acteurs du pilotage déclarent construisent un compromis qui s’établit entre des valeurs (humanitaires, envers des publics considérés « en détresse ») et des intérêts (pacifier la situation en opérant un tri mesuré, et en maintenant des contacts).

57L’élément le plus significatif en terme de production de connaissance est l’outil mis en place par les acteurs institutionnels pour maîtriser les occupations illicites. Une cartographie des installations est tenue à jour, identifiant chaque campement par un numéro et un nom (qui ne reprend pas strictement l’identité de la personne). Au moment de l’enquête, en 2017, le plan quadrillé est partagé entre les partenaires et transmis aux pompiers. Cet outil de base permet d’articuler les différentes actions : maraudes, prises de contact, rappels à l’ordre quand les tolérances sont dépassées, actions des associations. Les acteurs et particulièrement la Mission Sans-Abris qui l’administre sont conscients des critiques en terme de fichage, mais avancent qu’il est le meilleur moyen d’articuler l’action des différents intervenants : « si on a un problème sur un campement (…) on consulte Emmaüs, les personnes sont connues, pas connues, suivies, pas suivies, coopératives ou pas, et à partir de là, une fois qu’on a ces éléments réunis, on agit ou pas. »

58Ce dispositif de connaissance très contrôlé alimente une visibilisation à deux versants : forte en interne, mais réticente vis à vis de l’extérieur, par souci d’éviter l’agitation médiatique contre-productive, et pour se détacher de la critique sur le fichage. Le dispositif a montré son efficacité : les effectifs sont passés de 290 à 120 personnes en huit ans, et les cabanes, passées de quelques dizaines à trois, ont diminué au profit des tentes. Dans le même temps et en parallèle un autre dispositif de production de connaissance s’est développé : les études scientifiques se sont multipliées depuis 2008 sur ce thème et sur ce terrain. Avec d’autres rapports à la visibilisation : les données peuvent être publicisées à des fins militantes, tandis que certains chercheurs, conscients que les données produites peuvent être utilisées dans un sens ou dans l’autre, optent parfois pour une présentation floue, non-précise ou invisibilisée de certains éléments (Grésillon, Amat et Tibaut, 2014).

6. L’hypothèse de l’inconnaissance. D’un mode de production à un mode de relation à la connaissance ?

59Quels sont les traits communs ou au contraire les spécificités des modes de production de connaissance mis en œuvre par les acteurs dans les trois processus d’(in)visibilisation présentés ? Dans tous les cas la production d’information et l’(in)visibilisation s’inscrivent dans un enjeu global de maîtrise d’un territoire et du maintien d’un certain état des rapports entre les acteurs. A ce titre elles font figure d’outils au service de stratégies générales puis de tactiques pratiques et situées.

60Cependant l’usage et la finalité des outils diffèrent, et renvoient à des histoires, des conceptions et des projections différentes. A Paris les institutions développent une connaissance et une maîtrise les plus complètes d’une situation dont elles ont repris le contrôle depuis une dizaine d’années. L’asymétrie du rapport de pouvoir trouve une objectivation dans l’outil pratique (la carte des identifications et du suivi de chaque individu) et dans le sens du regard : la production de connaissance des uns sur les autres s’exerce majoritairement des institutions vers les résidents (les résidents connaissent certains interlocuteurs immédiats mais pas l’ensemble du dispositifs, les primo-arrivants ne connaissent souvent rien). A Salvador l’asymétrie existe mais les rapports entre les acteurs et la production de connaissance semblent plutôt marqués par une disjonction. D’un côté les occupants de la Preguiça tentent d’établir un rapport de force et de produire des connaissances sur la situation sans réel accès aux ressources ; de l’autre les acteurs institutionnels envisagent une maîtrise unilatérale, appuyée sur une connaissance différée du territoire. Dans ce temps d’attente d’un conflit prévu mais non encore advenu, et d’absence de relation, peu d’informations fiables sont produites de part et d’autres. A Salvador comme à Paris la forme que prend la production de connaissance est liée à la temporalité de l’action.

61C’est ce qui rend la situation stambouliote particulière. Ici, un siècle de désaccord légal et moral sur l’occupation d’un site a fini par aboutir, sinon à un recul, au moins à une faiblesse de la connaissance. Comme on l’a vu dans le point 3, le refus ou l’évitement de la production de connaissance a pour but de protéger et de prolonger un compromis peu légitime sur des formes de régulations urbaines sociales, économiques et symboliques opérées par les informalités à la place, en parallèle ou contre les institutions. Cette position reste maîtrisée par le haut, car la municipalité dispose des moyens de connaître : elle finance parfois des études sur les quartiers limitrophes qui incluent tout les dimensions de la vie urbaine, y compris les informalités. Elle est mise en œuvre par les agents des services, notamment la direction de l’urbanisme de la municipalité centrale et le Centre de planification métropolitaine. Ce processus reste toutefois fragile et peut être bousculé quand des acteurs ou des intérêts plus puissants interviennent, comme ce fut le cas dans la reconstruction de deux quartiers riverains de la muraille à Sulukule et Ayvansaray, qui ont modifié les situations localement.

62La notion d’inconnaissance proposée à partir du cas stambouliote désigne une pratique qui n’est ni un oubli, ni une lacune, et qui dépasse l’ignorance pour composer une action positive, c’est-à-dire appuyée sur des actes (ne pas utiliser les moyens potentiels de produire des données sur tel fait, ne pas vérifier les faits, déclarer ne pas les étudier) et destinée à atteindre un ou des objectifs (protéger les compromis sur les régulations auxquelles contribuent les informalités, protéger son service, protéger son image de bon professionnel). Connaissant son objet mais le tenant à distance, elle se distingue de la méconnaissance ou de la non-connaissance. Il ne s’agit pas non plus d’une fuite (comme une politique de l’autruche) dans la mesure où les acteurs interrogés n’ont pas peur des informalités, mais en connaissent au contraire certaines vertus ou avantages, qu’il convient de conserver.

63Cela conduit à interroger la dimension performatrice de l’inconnaissance, pour envisager comment cette pratique impacte en retour les rapports sociaux et la structuration des situations. Dans le cas de la muraille terrestre d’Istanbul le regard du haut est moins soutenu et moins précis, libérant des marges de manœuvre et des possibilités endogènes de régulation, dans des degrés variables de conscientisation de la situation par les différents acteurs. Si cela ne remet guère en question les inégalités de position ou les rapports de pouvoir plus structurels, et n’élimine pas non plus les risques d’assujettissements locaux par absence des pouvoirs publics, ce mécanisme permet toutefois le développement de compétences et la maîtrise locale de formes d’organisation.

64Du côté des professionnels de l’aménagement urbain ou des polices d’arrondissements, si l’inconnaissance ne peut être définie comme une compétence explicite, elle reste une pratique conscientisée et organisée, et peut faire figure de pratique professionnelle implicite qui intervient au côté d’autres pratiques explicites dans la manière de gérer et d’aménager un territoire – sans porter de jugement éthique ou moral sur ses effets. Cette perspective permet de relativiser les jugements ou les procès en incompétence portés sur les villes dites des Sud et sur leurs institutions. Bien que cela ne transforme pas profondément les rapports économiques et sociaux, les pratiques d’inconnaissance renvoient à des formes d’intelligence implicite de l’aménagement urbain qui donnent ou laissent du pouvoir d’agir aux acteurs de l’informel.

65Nous pourrions conclure cette proposition en envisageant l’hypothèse d’une inconnaissance qui ne serait plus à proprement un mode de production de la connaissance, mais qui se situerait un peu en amont, en tant que mode de relation à la connaissance. Autrement dit les acteurs qui mettraient en œuvre l’inconnaissance témoigneraient d’une conscience réflexive importante du rôle joué par la connaissance dans les rapports de pouvoir et, voulant préserver un certain état de ce rapport, agiraient au niveau du rapport au savoir. C’est à dire en ne choisissant plus seulement comment savoir, mais s’il convient ou non de savoir. Dans les épisodes relatés à Istanbul les acteurs se montreraient ainsi en mesure d’élaborer des tactiques à ces deux niveaux.

Conclusion : méthode d’analyse et circulation des pratiques

66En explorant les dynamiques de visibilisation et d’invisibilisation à partir des modes de production des connaissances des acteurs les uns sur les autres et sur leurs pratiques, nous avons comparé trois situations qui montrent le rôle pratique joué par les actes de savoir dans les actes de pouvoir. Ce parcours nous a conduit à décrire une dynamique particulière, pour laquelle nous utilisons le terme d’inconnaissance. Dans l’exemple discuté, des acteurs situés en position dominante desserrent leur regard – et ce faisant leur emprise – sur la situation afin de favoriser un compromis illégitime qui leur profite. Ils laissent de cette façon exister ou s’étendre des marges de manœuvre pour les acteurs en position plus faible. Cette situation ne se confond pas avec un partage du pouvoir (l’inconnaissance reste choisie par le haut), mais s’apparente à une forme de compromis complexe, destiné à prolonger un accord qui doit rester dans l’implicite.

67La discussion pourrait ouvrir sur deux prolongements. Nous pourrions tout d’abord formuler une proposition méthodologique destinée à envisager la montée en généralité à partir de comparaisons étendues, et qui prendrait la forme d’une grille d’analyse en quatre étapes :

  1. le sens et la direction de l’inconnaissance : entre le haut et le bas et, au delà de ces pôles, dans les configurations spécifiques aux situations ;

  2. le degré de conscientisation par les acteurs impliqués, qui peut varier d’une situation à l’autre, et d’un acteur à l’autre au sein de chaque situation ;

  3. la finalité et les intentions poursuivies : protéger des compromis entre acteurs, masquer des lacunes ou des manques de moyen, maintenir des légitimités… ;

  4. la dynamique processuelle : évolution et temporalités de l’inconnaissance, quelle mise en œuvre, quelles étapes, quelles réversibilités ?

68Enfin nous pourrions poursuivre la réflexion évoquée dans les points précédents sur les implications pratiques de ces processus en termes opérationnel et de recherche. La pratique de l’inconnaissance, qui laisse des marges de manœuvres à des acteurs en sachant moins et en faisant moins, peut retenir l’attention dans le cadre des débats sur la participation, balisés entre une demande croissante de partage du pouvoir d’agir d’un coté, et, de l’autre, une contestation critique des dispositifs institués de participation citoyenne (Neveu, 2011). Envisager la circulation de la pratique de l’inconnaissance suppose toutefois d’en discuter la transférabilité, les vertus potentielles sur un plan éthique, et les limites pratiques.

69Une première difficulté de la circulation tient en effet à l’institutionnalisation d’une pratique qui se construit en marge voire en retrait de l’action officielle et explicite, c’est-à-dire dans le registre de l’informalité politique. L’implicite et l’écart que réclament un tel processus peuvent-il résister à une systématisation permettant le partage et la réplication d’expérience ? La dynamique reste fragile et interroge d’ailleurs l’acte même de la recherche qui, en dévoilant ce qui ne fonctionne qu’en restant caché, peut contribuer à le mettre en péril.

70Ces questions interrogent en amont le postulat d’une vertu de l’inconnaissance, qui reste discutable. Elle renvoie aux apories de l’intervention, en urbanisme et plus globalement en termes de politiques publiques. Sur le terrain, le retrait et le laisser-faire institutionnels n’améliorent pas toujours les ressources et les positions des pratiquants de l’informel, et peut les mettre face à d’autres rapports de force (réseaux, trafiquants, maffias). A contrario les actions instituées sont susceptibles (et parfois suspectées) de leur faire perdre une part de leurs compétences et de leur pouvoir d’agir localisé.

71A supposer que ces questions trouvent des réponses, l’inconnaissance aurait à faire face à deux obstacles pratiques. Premièrement la notion de « maîtrise » qui, dans le champ urbain, tend à résumer tous les niveaux de l’action (maîtrise d’ouvrage, d’œuvre et d’usage). Si la posture démiurgique de l’urbaniste semble dépassée dans les discours, l’habitus professionnel des acteurs semble concevoir difficilement, dans les faits, la possibilité de « ne pas savoir » ou de « ne pas faire. » Une autre limite tient au développement croissant des outils de production de connaissance, en particulier numériques. Ces outils sont mis au service d’une excellence professionnelle et d’une employabilité revendiquées sur la base d’une connaissance toujours plus fine des faits, dans les métiers de la ville. Ils représentent dans le même temps des biens sur un marché de l’économie de la connaissance en expansion. Si des évaluations critiques commencent à apparaître, leur développement participe encore du paradigme de la maîtrise, globalement contraire aux logiques de l’inconnaissance. Ce sont ces limites éthiques, politiques et pratiques qui rendent l’étude de ce phénomène et de sa persistance intéressante, et motivent des comparaisons étendues à des contextes différents.

Haut de page

Bibliographie

Andrade Junior N. et Sant’Anna M., 2016, « The historic center of Salvador De Bahia. Contemporary challenges in conservation and management », CSE City Safety Energy Journal, 1, pp. 51-69.

Bobbio L. et Melé P., 2015, « Introduction. Les relations paradoxales entre conflit et participation », Participations, n° 13, pp. 7-33.

Boissonade J., Guevel S. et Poulain F., (dir.), 2008, Ville visible, Ville invisible, La jeune recherche urbaine en Europe, Paris, L’Harmattan.

CNRTL, 2018, « Inconnaissance », http://www.cnrtl.fr/definition/inconnaissance

De Almeida Vasconcelos P., 1998, « Les racines du travail informel au Brésil », Espaces et Sociétés, no 92/93, L’Harmattan, Paris, pp. 194-214.

Dorso F., 2018, « Un récit de la bonne et de la mauvaise ville. Travail de l’altérité dans le processus de construction normative », Recherches Sociologiques et Anthropologiques, 2, Louvain-la-Neuve, pp. 135-156.

Foucault M., 1976, La volonté de savoir, Gallimard, Paris.

Girard M., 2015, « Ce que nous apprend le patrimoine de l’État et de la société turcs : vue d’ensemble sur ce numéro double », European Journal of Turkish Studies, 19, online since 3 march 2015. URL : http://ejts.revues.org/5040

Gomes M. et Fernandes A., 1995, « Pelourinho : Turismo, identidade e consumo cultural, » in Gomes M., Pelo Pelô : História, cultura e cidade, EDUFBA, Salvador, pp. 47–58.

Grésillon E., Amat J.-P. et Tibaut A., 2014, « Les « sans domicile fixe » du bois de Vincennes : une précarité dans des espaces de durabilité », Géocarrefour, vol. 89, 4, pp. 261-269.

Jacquot S., Sierra A. et Tadié J., 2016, « Informalité politique, pouvoirs et envers des espaces urbains », L’Espace Politique, n° 29, 2, mis en ligne le 02 septembre 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/3805

Lanne J.-B., 2016, « Le Pacte mensonger, un acte d’informalité politique à Kibera, Kenya », L’Espace Politique, n° 29, URL : http://espacepolitique.revues.org/3816

Lion G., 2015, « Vulnérables et indésirables. Le cas des habitants des bois parisiens », Métropolitiques, 1er juillet 2015. URL : http://www.metropolitiques.eu/Vulnerables-et-indesirables-Le-cas.html

Mangez E., 2009, « De la nécessité de discrétion à l’État évaluateur », Revue Nouvelle, pp. 32-37.

Mangez E., 2012, « Une sociologie de la connaissance, un impératif ! », Recherches sociologiques et anthropologiques, hors-série, pp. 15-18.

Marquart V., 2014, « Insurmountable Tension? On the Relation of World Heritage and Rapid Urban Transformation in Istanbul », European Journal of Turkish Studies, online since 11 December 2014. URL : http://ejts.revues.org/5044

Neveu C., 2011, « Démocratie participative et mouvements sociaux : entre domestication et ensauvagement ? », Participations, vol. 1, no. 1, pp. 186-209.

Petitat A., 1998, Secret et formes sociales, Sociologies d’aujourd’hui, PUF, Paris.

Pérouse J.-F., 2017, « Istanbul : étalement, diffraction de la rente et gouvernement passif », in Lorrain, D., Métropole en Méditerranée. Gouverner par les rentes, Paris, Presses de Sciences Po.

Sant’Anna M., 2014, La problématique de protection et conservation du centre historique de Salvador (trad.), Salvador de Bahia, UFBA.

Scott J.C., 2009, La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Éditions Amsterdam, Paris.

Terrolle D., 2010, « Recyclage », Etudes sur la mort, n° 137, pp. 95-101

Van Asbrouck, B., 2015, « La Sherwoodisation ou l’obsolescence de la cité », La Revue nouvelle, vol. 70, n° 7, pp. 9-12.

Vinck D., 2007, « Présentation. Cet obscur objet de connaissances. », Revue d'anthropologie des connaissances, vol. 1, n° 1, pp. 5-10.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Parcours et chemins sur la muraille terrestre d’Istanbul
Crédits Source : F. Dorso, campagne 2011-2017.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 : La montée de la Preguiça
Crédits Source : F. Dorso, 2014.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 3 : Cabane dans le Bois de Vincennes
Crédits Source : F. Dorso, 2013.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6201/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Dorso, « L’hypothèse de l’inconnaissance dans les dynamiques d’(in)visibilisation de la ville informelle », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 43 | 2019, mis en ligne le 31 mars 2020, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/tem/6201 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.6201

Haut de page

Auteur

Franck Dorso

Maître de Conférences
Université Paris Est
Lab’Urba EA 3482
Chercheur associé
Institut Français d’Etudes Anatoliennes Georges Dumézil, USR CNRS 3131
Ecole d’Urbanisme de Paris
Cité Descartes
14-20 Boulevard Newton
Champs-sur-Marne
77 447 Marne-la-Vallée Cedex 2
+33.1.71.40.80.87
franck.dorso@u-pec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page