Navigation – Plan du site
Articles

Cultiver d’abord et habiter après : l’agriculture périurbaine comme stratégie d’appropriation foncière dans l’arrière-pays de Yaoundé

Cultivate first and settle down after : periurban agriculture as land acquisition strategy in Yaounde suburbs
Gaston Ndock Ndock

Résumés

À partir des données de terrain collectées par le biais d’observations directes et d’entretiens semi-dirigés, ainsi que de l’analyse diachronique des images satellites de la ville de Yaoundé et sa périphérie, cet article montre que les pratiques agricoles sur les franges urbaines d’une grande ville africaine comme Yaoundé résultent des arrangements sociaux et spatiaux entre des populations ne pouvant accéder à la propriété foncière urbaine et des propriétaires fonciers en périphérie. Le travail expose le caractère sélectif et exclusif d’un marché foncier et immobilier métropolitain aux coûts prohibitifs pour les composantes sociales indigentes. Cela mène à questionner l’activisme agricole périurbain de ces démunis, au-delà de sa fonction traditionnelle de production des denrées alimentaires d’origine agricole. Les pratiques agricoles sont envisagées comme une stratégie d’accès à la terre dans les espaces périurbains de Yaoundé par des populations pauvres. À titre principal, deux facteurs majeurs organisent la réflexion. Premièrement, usant de la faiblesse du pouvoir d’achat des propriétaires coutumiers en bute à une conjoncture d’adversité permanente, les néo-citadins en quête du sol enclenchent un processus transactionnel socialement structuré autour des dons pour accéder à la terre. Deuxièmement, usant de la mise en valeur répétitive des mêmes parcelles et de la contrainte morale subtilement générée par les multiples apports financiers et matériels circonstanciels en faveur des propriétaires, ils mutent le droit d’usage agricole du sol en un droit d’usage de construction d’habitations familiales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Institut national des statistiques.

1La plupart des Camerounais sont soumis à une précarité matérielle extrême (Kobou, 1999 ; Mbembe, 1999 :107). Selon les résultats de l’enquête sur l’emploi, plus de 90 % des nationaux actifs se « débrouillent » dans le secteur informel (INS1, 2005), et vivent par conséquent dans l’incertitude du lendemain pour ce qui est de l’emploi rémunéré. Cette situation est davantage ressentie en milieu urbain où, selon l’Institut national de la statistique du Cameroun, la pauvreté urbaine se matérialise par la pauvreté monétaire (INS, 2008) avec ses corollaires dans d’autres secteurs de la vie sociale où plus de la moitié de la population urbaine n’a pas directement accès à l’eau potable et à l’énergie électrique. Bien plus, 60 % de la population vit dans les logements précaires, l’insécurité alimentaire touche 92 % des pauvres et 70 % de ceux-ci sont exposés au paludisme et au choléra à cause de leur cadre de vie (logements en matériaux provisoires, absence d’assainissement, insalubrité, promiscuité, insécurité…). En effet, avec la crise économique de l’année 1986, l’offre de logements est devenue de plus en plus insuffisante au fil des ans. Ainsi les populations fabriquent elles-mêmes leur habitat avec les moyens du bord, ce malgré de nombreux risques liés aux sites d’implantation (Djatcheu, 2018). Ces réalités amènent à caractériser la ville camerounaise comme créatrice de risques sociétaux. Cette crise n’entame pas seulement les capacités des indigents à s’assurer le pain quotidien. Mais aussi, elle les fragilise dès lors qu’il s’agit d’accéder à la propriété foncière urbaine. La problématique d’une pauvreté génératrice d’une incapacité à se nourrir convenablement a alors dominé une littérature dont les grilles d’intelligibilité des pratiques agricoles péri-urbaines des composantes sociales indigentes se partagent entre deux analyseurs. Le premier repose sur la recherche d’une certaine sécurité alimentaire comprise comme l’accès physique et économique de tous à tout moment à une nourriture suffisante, de bonne qualité nutritionnelle et répondant aux préférences culturelles des individus. C’est l’hypothèse de la résilience face à la menace de la faim (Streiffeler, 1993). Le second analyseur articule le problème de la question du chômage de masse (Lachaud, 1994) et met l’accent sur le manque d’emplois dans un contexte spécifique où le taux de chômage dépasse le seuil de 35 % dans les grandes métropoles camerounaises que sont Yaoundé et Douala (INS, 2011). Dans cette configuration, l’agriculture urbaine ou périurbaine est perçue comme une source d’activités lucratives pour la composante sous-employée ou au chômage (Nugent, 2000). Toutefois, ces deux perspectives d’analyse ont tendance à masquer une problématique plus complexe. Tout d’abord, elles s’abstiennent de questionner la situation foncière urbaine des acteurs concernés et leurs aspirations en la matière. De même, le support de ces activités agricoles, à savoir le sol, dans une perspective stratégique d’acteurs qui peuvent en faire une propriété, reste peu exploré. En effet, un constat majeur issu de nos observations de terrain amène à élargir la problématique de l’agriculture péri-urbaine à une ingénierie de conquête d’un lopin de terre pour soi : il s’agit de la tendance de certains acteurs à se lancer dans des travaux de construction d’habitations après quelques cycles de production agricole. Une telle remarque renseigne sur une plausible relation entre la quête d’une propriété du sol urbain et les pratiques agricoles chez des personnes à faibles revenus qui ne peuvent acheter une parcelle de terre en recourant au marché foncier métropolitain. Certes, il faut rappeler l’hypothèse de la multifonctionnalité de l’agriculture urbaine et périurbaine en tant que balise de ce travail. À travers la notion de multifonctionnalité, des travaux établissent la capacité des pratiques agricoles urbaines à servir des causes qui débordent le seul cadre des produits agricoles : fonctions esthétique et d’assainissement sont entre autres soulignées (Fleury et Donadieu, 1997). C’est dans cette veine que l’agriculture comme tremplin d’accès au droit d’usage du sol urbain en Afrique blanche a été questionnée (Choplin, 2006). Au sud du Sahara, chez les acteurs démunis, l’accessibilité des transactions informelles et souvent illégales du point de vue des conventions juridico-administratives qui encadrent le marché foncier, aussi plébiscitées que les pratiques agricoles urbaines pour se construire une propriété foncière, a été abordée (Franck, 2016 ; Denis, 2016). Toutefois, en milieu péri-métropolitain des études systématiques sur la question sont peu répandues.

2Dans cette perspective, ce travail interroge les pratiques agricoles en relation à la question de l’acquisition d’une portion du sol péri-urbain, à partir des usages faits des terres mobilisées une fois terminés les cycles de production agricole. Il est question de réfléchir sur l’activité agricole en tant que stratégie individuelle dont le but est d’accéder d’abord au droit d’usage de la terre et ensuite à la propriété matérialisée par la construction d’une habitation. Aussi, l’hypothèse formulée est que, dans un contexte de précarité généralisée où les classes populaires ne peuvent accéder à la propriété foncière de la métropole, à cause des prix exorbitants pratiqués par le marché de l’immobilier, l’investissement agricole en zone périphérique par les exclus du système foncier métropolitain est une stratégie de conquête et d’acquisition de la propriété foncière.

1. Considérations méthodologiques

3Les référents méthodologiques utilisés dans ce travail combinent la collecte, l’analyse, et le traitement d’images pour saisir les implications spatiales de l’agriculture périurbaine autour de Yaoundé. La démarche empirique a consisté en une enquête quantitative et qualitative menée entre la métropole, Yaoundé et ses espaces environnants. La recherche documentaire, l’observation directe, des interviews semi-directives, l’enquête par questionnaires et l’analyse diachronique des images satellites ont constitué l’essentiel des techniques de collecte des données utilisées. L’étude des effets des dynamiques géographiques de Yaoundé et ses villes satellites dans l’espace qui les sépare a fait ressortir les transformations et les évolutions socio-spatiales liées à l’agriculture périurbaine comme prélude au processus d’appropriation du sol dans le périurbain de Yaoundé. En effet, les images satellites Landsat MSS du 08/03/1973, Landsat TM du 14/10/1987, Landsat ETM du 18/05/2000 et Landsat 8 OLI du 04/01/2018, téléchargées sur le site http://www.earthexplorer.gov, nous ont permis d’avoir une vision globale et détaillée de cet espace intercalaire entre la métropole Yaoundé et son arrière-pays (Carte 1).

Carte 1 : Dynamique de l’occupation du sol et croissance démographique et spatiale de Yaoundé entre 1973, 1987, 2000 et 2018

Carte 1 : Dynamique de l’occupation du sol et croissance démographique et spatiale de Yaoundé entre 1973, 1987, 2000 et 2018

Source : une image Landsat MSS du 08/03/1973 ; une image Landsat TM du 14/10/1987 ; une image Landsat ETM du 18/05/2000 ; une image Landsat 8 OLI du 04/01/2018, téléchargées sur le site http://www.earthexplorer.gov.

4En outre, pour détecter, localiser et caractériser localement les changements de couverture et d’utilisation du sol de faible étendue, localiser la colonisation des terres agricoles par l’habitat et divers objets dans l’espace, une image Landsat 8 OLI du 04/01/2018, de 0,5 m de résolution a été utilisée. Les données utilisées pour la réalisation de la carte 2 sont de type Landsat du capteur OLI du 02 janvier 2015. Les bandes utilisées sont les 2, 3, 4, 5, 6, 7 d’une résolution spatiale de 30 m en multispectral. Cette image a été téléchargée sur le site de https://earthexplorer.usgs.gov/​ donc le code Landsat de scène est en Path : 185 et en Row : 57. Ces données Landsat ont d’abord été associées pour obtenir deux principales compositions colorées réalisées en 432, puis en 642. Ces compositions nous ont permis de choisir les classes d’occupation du sol pour réaliser une classification sur notre zone d’intérêt qui a été préalablement extraite. Ensuite, nous avons créé des parcelles d’entraînement qui sont ici des échantillons de chaque classe d’occupation de sol. Puis, notre classification a été générée à travers trois algorithmes de classification : le maximum de vraisemblance, le minimum de distance et le mahanibis distance. Parmi les trois algorithmes, le meilleur a été choisi et validé à travers deux techniques : une image THRS de 0,5 m, en l’occurrence une image Quickbird et la connaissance du terrain. Les données utilisées pour la réalisation de la carte de la dynamique d’occupation du sol ci-dessous proviennent du site https://earthexplorer.usgs.gov/​, où quatre images de la scène P185R57 ont été téléchargées. Il s’agit des capteurs MSS pour l’année 1970 avec les bandes 1, 2, 3, et 4 d’une résolution de 60 m, du capteur TM et ETM+ des bandes 1, 2, 3, 4, 5 et 7 pour les années 1990 et 2000 de 30 m de résolution spatiale, et du capteur OLI des bandes 2, 3, 4, 5, 6, et 7 pour l’année 2015 pour 30 m de résolution spatiale.

5Les données MSS ont d’abord été échantillonnées afin d’être ramenées sur 30 m de résolution pour que la comparaison soit possible et homogène. Puis, en utilisant les méthodes préalablement décrites, nous avons réalisé une composition colorée et une classification pour chaque image. Ces classifications ont ensuite été vectorisées et les superficies calculées. Ceci nous a permis d’appréhender de manière quantitative la dynamique d’occupation du sol par les activités agricoles à Yaoundé et ses environs, comme le montre la carte 2 ci-dessous.

Carte 2 : Dynamique d’occupation du sol de Yaoundé et sa zone métropolitaine entre 1970 et 2015

Carte 2 : Dynamique d’occupation du sol de Yaoundé et sa zone métropolitaine entre 1970 et 2015

Source : images Landsat, 1970, 1990, 2000, 2015.

6La réalisation de la carte 3 ci-dessous représentant la variation de coûts du terrain en fonction de la distance vis-à-vis de Yaoundé a nécessité l’obtention des données des prix du mètre carré de terrain dans les services spécialisés du cadastre et des affaires foncières. Ces données ont été géoréférencées à travers une série de coordonnées extraites de la base de données des localités de l’Institut national de la cartographie (INC) du Cameroun. Ces informations ont été projetées sous forme de courbes concentriques et d’un nuage de points des coûts ponctuels des terrains dans ces localités (Carte 3). En utilisant les techniques d’interpolation, spécifiquement la méthode de pondération par inverse des distances (IDW), nous sommes passés des coûts ponctuels aux coûts régionaux de Yaoundé et sa zone métropolitaine.

7Enfin, pour comprendre l’enjeu de l’agriculture comme stratégie de conquête et d’appropriation du sol périurbain de Yaoundé, il convient d’abord de prendre la mesure du marché foncier métropolitain prohibitif, où la force du capital régente toutes les opérations d’acquisition ou d’accès à la propriété foncière. Ainsi, entretiens, observations directe ou indirecte, journal de terrain et recherche documentaire ont formalisé nos investigations. L’enquête s’est déroulée à Yaoundé et principalement ses villes satellites (Soa, Mbankomo, Nkolafamba, Mfou, Okola, Obala, Awae, Bikok, Ngoumou) qui hébergent les composantes sociales visées (tableau 1).

Tableau 1 : Croissance démographique et spatiale de Yaoundé et quelques villes satellites de 1976 à 2018.

Villes Satellites de Yaoundé

Effectifs de populations en millions et en milliers d’habitants

Superficies en ha

Distance en Km par rapport à Yaoundé

1976

1987

2005

1976

1987

2005

2018

1

Yaoundé

458 426

809 852

1 881 876

4710

10891

14168

43131

0

2

Soa

-

1466

30588

11

144

325

1115

15

3

Mbankomo

-

1042

20 305

2.9

48

121

413

15

4

Mfou

-

5145

37209

2.3

26

224

760

25

5

Okola

-

2353

41081

-

46

60

149

25

Source : RGPH, 1976, 1987, 2005 et enquêtes de terrain.

8L’entretien semi-directif a été réalisé avec 35 personnes équitablement réparties sur les sites observés. La technique dite boule de neige (Combessie, 1996 ; 2003), laquelle permet de cibler rapidement les catégories d’acteurs aux prises avec les aspects de l’étude, a permis d’approcher autorités traditionnelles, citadins et néo-citadins résidant dans les environs de Yaoundé, et travaillant pour certains à la capitale. Ils pratiquent pour la plupart l’agriculture comme activité secondaire ou principale. L’objectif des entrevues était les causes, la forme et l’ampleur des nouvelles pratiques agricoles et résidentielles dans le périurbain de Yaoundé.

Carte 3 : Variations du coût au mètre carré de terrain à Yaoundé et sa périphérie.

Carte 3 : Variations du coût au mètre carré de terrain à Yaoundé et sa périphérie.

Source : décret n° 2014/3211/PM du 29 septembre 2014, fixant les prix maxima applicables aux transactions sur les terrains relevant du domaine privé de l’État au Cameroun. Enquête de terrain, 2017.

9L’observation directe, quant à elle, a permis de voir et de mesurer les terres occupées par les habitations, mais ayant antérieurement fait l’objet des pratiques agricoles (Planche photographique 1).

Planche photographique 1 : L’agriculture comme stratégie d’appropriation foncière dans le périurbain de Yaoundé.

Planche photographique 1 : L’agriculture comme stratégie d’appropriation foncière dans le périurbain de Yaoundé.

Sources : photos auteur, septembre 2019. Les quatre photos A, B, C et D mettent à l’index quatre (04) lots acquis via une instrumentation des pratiques agricoles par les exclus du système foncier métropolitain. La photo A met en évidence les apprêts pour une construction en matériaux définitifs. Sable et parpaings en témoignent. Les billons et les bananiers sont des vestiges de l’activité agricole précédant les constructions. La photo B, de par le caractère lessivé du sol et des plantes rabougries, montre qu’il y a eu pratiques agricoles répétitives en vue de la protection du lopin de terre contre d’éventuelles ventes aux autres demandeurs. Les fouilles montrent alors l’imminence d’une construction d’habitation qui met fin au cycle de la pratique agricole. Les photos C et D, qui présentent respectivement des bananiers et des tiges de maïs assez verts et bien portants, démontrent le caractère fraîchement investi des lopins de terre, même si l’extrême propreté des sites, en tant qu’ils jouxtent des habitations, traduit cette motivation d’y construire des habitations dans un avenir proche ou lointain.

10Il s’agissait également d’apprécier la pression sur les ressources foncières dans les localités étudiées. Pour le cas d’espèce, Soa s’impose comme site essentiel pour lire les pratiques territoriales des néo-citadins en termes de stratégies d’accès à la terre pour quelques raisons phares. Tout d’abord, Soa est une ville universitaire située à 15 km à la périphérie nord-est de Yaoundé. L’extension territoriale de Yaoundé aboutit certes à l’impulsion de Soa en pôle secondaire de développement, qui reçoit toutes les infrastructures officielles, exigeantes en espace, délocalisées de la capitale pour la périphérie, mais aussi à sa fusion-dilution au sein de la métropole. Ce qui justifie certaines externalités liées à cette interaction centre-périphérie. Par ce statut, Soa est donc devenu non seulement un pôle d’attraction des acquéreurs de terrains, mais aussi et surtout la décharge de la métropole yaoundéenne, un pôle d’insécurité et base arrière du grand banditisme de Yaoundé. Du fait de la présence de l’université de Yaoundé II, Soa est devenu un véritable risque sociétal en termes de transactions et de compétitions foncières, de conflits d’usage et de voisinage, de conflits et replis identitaires justifiant les problèmes de légitimité (autochtone et allogènes) et d’intégration sociale de la diversité.

11De même, située à 10 minutes de la capitale, ville de passage pour les masses de migrants nationaux et sous régionaux, Soa absorbe le trop-plein démographique qui ne parvient pas à s’insérer à Yaoundé. Cela étant, il s’agit d’une périphérie urbaine qui donne mieux à voir la complexité et la diversité des stratégies d’accès au foncier. La ville de Mfou, cité dortoir de Yaoundé située presque dans le même rayon, est aussi choisie sur la base de constats analogues à ceux de Soa. Par ailleurs, toute information susceptible d’éclairer la compréhension des dynamiques d’accès non conventionnelles à la terre, mais n’ayant pas été générée par les outils de recueil de données, est mise à contribution dans cette étude.

2. Le marché foncier métropolitain conventionnel : une arène exclusive

12Deux phénomènes majeurs concourent à définir le profil de la capitale politique du Cameroun, Yaoundé, à savoir une croissance démographique soutenue et une expansion spatiale continue. Ces facteurs ont une incidence sur la disponibilité du capital foncier urbain et sur les coûts pratiqués au sein des filières marchandes d’acquisition de ce type de bien, qui se raréfie aussi bien au centre qu’à la périphérie. De ce fait, la valeur financière du foncier s’accroît de jour en jour, de sorte qu’une partie importante des citadins est incapable d’accéder à la propriété du sol urbain en ville, d’où la course au foncier périurbain (Assogba, 2011).

2.1. La rareté foncière entre saturation démographique et spatiale : corollaire des spéculations foncières

13En Afrique subsaharienne, les campagnes constituent des zones répulsives à cause du manque de commodités socio-économiques, d’emplois rémunérés, et donc du dénuement des villageois (Ela, 1983). Subséquemment, les métropoles africaines sont en permanence aux prises avec des masses issues des campagnes et des centres urbains modestes jugés peu attractifs. Cette masse démographique additionnelle qui fait dire, pour le Cameroun, que les deux métropoles, Yaoundé, capitale politique, et Douala, capitale économique, concentrent 55 % de la population urbaine totale du pays (3e RGPH, 2010), décuple les effets d’un taux d’accroissement démographique lui-même déjà perçu comme vertigineux. En effet, le Plan directeur d’urbanisme de Yaoundé met à l’index un taux d’accroissement démographique constant qui impacte l’étalement spatial de la métropole, comme le montre la figure 1 ci-dessous. Cette expansion spatiale est d’autant plus justifiée que la moyenne d’individus par ménage est estimée à 5,5 personnes (PDU, 2008 :19). Jouant des simulations qui s’appuient sur ces indicateurs démographiques, les autorités chiffrent la population de Yaoundé à 3 400 000 habitants à l’horizon 2020. On entrevoit une forte différence de près d’un million (1 000 000) de personnes avec une population actuelle estimée à 2 500 000 habitants au recensement de 2005. De ce fait, la double croissance spatiale et démographique a pour conséquence un plus grand besoin d’espaces urbanisables que le centre-ville de Yaoundé ne peut plus offrir. L’occupation complète de l’ancien tissu urbain dont la surface est de 9 924 ha oblige à conquérir d’autres espaces à la périphérie, dans un rayon de 15 à 50 km pour l’accueil de diverses infrastructures urbaines nouvelles. En effet, cette croissance démographique métropolitaine soutenue a entraîné, dans un premier temps, une ruée vers les terres jugées constructibles, ceci dans un contexte d’étalement horizontal comme mode d’expansion et de développement urbain.

Figure 1 : Croissance démographique et spatiale de la ville de Yaoundé de 1956 à 2005.

Figure 1 : Croissance démographique et spatiale de la ville de Yaoundé de 1956 à 2005.

Source : conception Gaston NDOCK NDOCK, réalisation Zoning Moffo Olivier 2014.

14L’occupation de ces terres du tissu urbanisé et la raréfaction qui en résulte mènent dans un second temps à la colonisation des terres classées non aedificandi, lesquelles totalisent près de 9 493,02 ha (PDU, 2008 : 54). Le boom démographique et la saturation spatiale progressive du noyau urbain traditionnel agissent fortement sur la demande en terres, d’où une inflation des coûts du mètre carré de terres constructibles dans des filières marchandes conventionnelles de l’immobilier, qui deviennent de ce fait sélectives des catégories à même de recourir à leurs services.

2.2. Logiques censitaires et coûts prohibitifs d’un marché foncier exclusif

15La croissance démographique inflationniste, expressive d’un taux de natalité significatif, soit 36,58 naissances pour 1 000 habitants, et la saturation spatiale de l’ancien noyau urbain enclenchent une surévaluation des prix du mètre carré des terres métropolitaines constructibles du fait de leur rareté. Dès ce moment, deux réalités, notamment le capital et la force des réseaux d’influence, reconfigurent les mécanismes des filières conventionnelles de marchandisation du sol métropolitain (Meliki, 2016).

  • 2 Décret n° 2014/3211/PM du 29 septembre 2014 fixant les prix minima applicables aux transactions sur (...)

16En effet, le capital exerce aujourd’hui un diktat significatif dans les filières d’acquisition des biens immeubles. Au fur et à mesure que le noyau métropolitain se densifie, le contrôle et l’accès au sol deviennent une sphère de pouvoir et d’affrontement où seules les catégories sociales nanties prévalent. Cet exclusivisme est d’autant plus renforcé que, après les premières générations de citadins qui se sont installés et ont construit anarchiquement, la puissance publique essaie de restructurer et de planifier l’espace afin de projeter l’image d’une urbanisation maîtrisée (Djouda Feudio et Mballa Elanga, 2015 ; Tchekoté et Ngouanet, 2015). Cette volonté enclenche ainsi une politique d’exclusion de type censitaire, opérant par les coûts prohibitifs du foncier pour éloigner les indigents qui ne peuvent reproduire le standing d’aménagement spatial et de construction souhaité (Meliki, 2016 : 76). Il s’agit de l’exclusion par le marché. Dans les filières de vente de biens immeubles en zone métropolitaine, les transactions foncières marchandes atteignent des prix prohibitifs qui vont de 15 000 FCFA (22,86 €) à plus de 250 000 FCFA (381,12 €) le mètre carré, le tout en fonction du type de quartier. D’ailleurs, cette grille officielle des prix fixée par un texte ministériel2 visant à réguler les transactions foncières marchandes est de loin inférieure aux coûts réels pratiqués sur le terrain dans un contexte de spéculation. Ces prix excluent de fait une composante majeure de la population du marché foncier urbain conventionnel dans un contexte de régulation non pas par la force du capital, mais aussi par l’influence des réseaux sociaux des acteurs. La carte 4 ci-dessous donne un aperçu de la grille tarifaire du mètre carré, telle que fixée par les autorités d’une part et les prix réels sur le terrain d’autre part.

Carte 4 : De la gauche vers la droite, prix minimum, prix moyen et prix maximum du mètre carré de terrain dans la ville de Yaoundé entre 2014 et 2017.

Carte 4 : De la gauche vers la droite, prix minimum, prix moyen et prix maximum du mètre carré de terrain dans la ville de Yaoundé entre 2014 et 2017.

Source : décret n° 2014/3211/PM du 29 septembre 2014, fixant les prix maxima applicables aux transactions sur les terrains relevant du domaine privé de l’État au Cameroun.

  • 3 Décret n° 2014/2217/PM du 24 juillet 2014 portant revalorisation du Salaire minimum interprofession (...)

17Dans un contexte où le salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) est de 36 270 FCFA3, et considérant le contexte de pauvreté généralisée, les filières conventionnelles d’achat de terrains deviennent ici l’apanage des classes aisées et des privilégiés. De plus, si les coûts prohibitifs du sol métropolitain sont propres à exclure les catégories modestes et les indigents, il demeure que les réseaux de relations sociales influencent aussi la capacité des acteurs à accéder au sol. Ainsi le capital requis pour une portion de terre, en contexte de forte compétition pour le foncier, ne peut pas toujours garantir l’acquisition de ce bien, quand bien même certains indigents réuniraient les sommes requises.

18Les sols mis en vente au sein du marché foncier conventionnel de la capitale deviennent, dans les faits, par le truchement de la force du capital et des réseaux sociaux apparemment exempts de toute logique de privatisation, le bien d’une certaine composante sociale (Brun et Rhein, 1994). Tel est le sens de la dynamique censitaire dans sa logique d’exclusion. Elle opérationnalise cette mise au rebut des indigents de l’accès au sol métropolitain de deux manières. D’abord, par une politique d’exclusion implicite opérant par les coûts exorbitants du mètre carré de terrain. Ensuite, par une autre forme d’exclusion qui procède de l’étendue et de l’influence du capital social. Ainsi donc, le contrôle des terres métropolitaines par les nantis pousse les indigents à converger vers les terres des villes-satellites de la métropole.

3. La périphérie de la métropole yaoundéenne : un réceptacle des exclus du système foncier métropolitain

19La saturation du noyau métropolitain et la logique censitaire qui y régente le marché foncier donnent cours à une renégociation des espaces des villes-satellites par les exclus. La métropole elle-même, suivant le « théorème du volcan », du fait de son engorgement, rejette en périphérie populations, activités et équipements au fur et à mesure de son activation (Lacour, 1999). En effet, la croissance des villes périphériques découle mécaniquement de l’annexion de leurs territoires et des transformations sociales induites par l’agrandissement de la métropole. Cette dynamique décrit une logique « d’impératifs de substituabilité fonctionnelle » qui « extériorisent » le centre en favorisant les villes-satellites à partir des mécanismes commandés par la rente foncière, à titre principal (Ndock Ndock, 2014). Comme corollaire, il y a convergence des néo-citadins et des exclus du système foncier de la capitale vers les villes-satellites comme Soa, Mbankomo, Mfou, Okola, Nkolafamba, situées dans un rayon de 15 à 20 km autour de la capitale (Carte 5). La forte disponibilité en terres et l’existence d’une multiplicité de mécanismes d’acquisition d’une parcelle de terrain justifient alors la ruée.

Carte 5 : De la gauche vers la droite : les extensions spatiales Yaoundé, du centre vers la périphérie.

Carte 5 : De la gauche vers la droite : les extensions spatiales Yaoundé, du centre vers la périphérie.

Source : ministère de la Ville et communauté urbaine de Yaoundé, 2005 ; Ndock Ndock Gaston, 2014 et enquêtes de terrain, 2018.

3.1. Disponibilité en terres et faiblesse des coûts du mètre carré de terrain dans le périurbain de Yaoundé

20Devrions-nous affirmer comme Yao Dziwonou (2008) qu’en périphérie la brousse est en train de finir ? Tout compte fait, dans le processus de production urbaine en zone périphérique des métropoles africaines, l’homme avance et la forêt recule (Priso, 2016). En effet, les villes-satellites constituent pour la plupart de nouveaux pôles de développement économique et social. Elles disposent encore d’importantes réserves foncières susceptibles d’accueillir les excédents démographiques et infrastructurels de Yaoundé, ainsi que les exclus de la civilisation urbaine. Il s’agit, pour le cas d’espèce, de grandes campagnes qui, à un moment donné, décident de s’urbaniser en capitalisant les effets diffuseurs de la métropole (Mbaha et al., 2011). Le caractère semi-rural de ces nouvelles territorialités urbaines témoigne alors à la fois de la faiblesse démographique et d’une forte disponibilité du capital foncier. Au stade urbain embryonnaire, ces deux facteurs mènent à des politiques de quasi-gratuité de distribution de parcelles de terre. L’objectif étant une densification de l’espace urbain. Dans le cas – à titre illustratif – de la ville de Soa, satellite de Yaoundé, durant la décennie 1980, la volonté de l’exécutif municipal de transformer cette grande campagne a engendré une politique d’urbanisation s’appuyant sur la distribution de lots fonciers aux personnes capables de construire en matériaux modernes. D’abord dirigé vers les autochtones, le programme admit davantage des « étrangers » ou des « gens venus d’ailleurs » (Bruneau, 1999 ; 2002 ; 2003) pour désigner les personnes issues de régions autres que celle du centre et, à titre principal, les migrants bamiléké ou grassfields. Le foncier ici ne représentait pas un enjeu significatif, sauf dans le noyau urbain central. Une demande timbrée de 100 FCFA (0,15 €), un plan détaillé de l’habitat et la précision du matériel à utiliser, en plus d’un taux forfaitaire de 30 000 FCFA (45,73€), coût administratif d’un permis de bâtir, étaient les seules conditions pour obtenir une parcelle de terre (Ndock Ndock, 2014).

21Certes, cette configuration de quasi-gratuité du sol ne se rencontre plus sous la même forme actuellement. Car la densification progressive du noyau urbain, ainsi que la compétition entre plusieurs demandeurs d’espace ont pour effet d’enclencher une marchandisation du sol. Toutefois, les coûts pratiqués sur ce marché peu formalisé ici sont de loin inférieurs aux prix appliqués à la métropole, comme l’atteste la figure 2 ci-dessous.

Figure 2 : Variations des prix du m2 de terrain dans la ville de Yaoundé et ses villes-satellites.

Figure 2 : Variations des prix du m2 de terrain dans la ville de Yaoundé et ses villes-satellites.

Source : une image Landsat du capteur OLI du 02 janvier 2015. Grille officielle des prix des terrains à Yaoundé et ses environs, Mindcaf, 2014 et enquête de terrain, 2017.

22Cette faiblesse des coûts est d’autant plus justifiée que, le noyau urbain étant de faible étendue, le capital foncier qui jouxte le centre, et davantage celui excentré sont encore encastrés dans un paysage rustique. C’est dire que l’essentiel des terres des villes-satellites de Yaoundé comme Soa, Mbankomo, Okola, Obala, Awae, Nkolafamba, Mfou est non bâti. Cette remarque met en orbite deux réalités : l’abondance de sols non occupés et la prégnance, hors du centre-ville, de procédures à logiques communautaire et villageoise impliquant parfois peu de frais pour en acquérir. Toutefois, il existe une panoplie des formes et stratégies d’accès au foncier développées par les potentiels acquéreurs dans les communes périurbaines de Yaoundé (Figure 2).

3.2. Multiplicité des formes transactionnelles d’arrangement à l’aune du foncier

23Dans les villes-satellites de Yaoundé, au fur et à mesure de l’éloignement du noyau urbain central, le foncier non seulement perd son faible statut d’enjeu nouveau, mais devient aussi un bien éminemment régi par un système de gestion du sol de référent ancestral. Le concept de référent ancestral usité ici est le descriptif d’un code de gestion foncière qui s’inspire des pratiques traditionnelles différenciées de la logique juridico-moderne de gestion de la propriété foncière, notamment par l’impossibilité d’une appropriation définitive de la terre par un individu (Le Bris et al., 1982). En prenant le cas spécifique de Soa, les enquêtes sur les modes d’acquisition du sol chez les néo-citadins accordent une part faible à l’appropriation par la force du capital, modèle transactionnel expressif d’une appropriation individuelle définitive (Figure 3).

Figure 3 : Les différents modes d’accès à la terre à Soa, ville-satellite de Yaoundé.

Figure 3 : Les différents modes d’accès à la terre à Soa, ville-satellite de Yaoundé.

Source : Gaston Ndock Ndock, 2014.

24Comme on peut le constater, les transactions marchandes représentent une portion congrue au sein des villes-satellites de Yaoundé. Cela revient à souligner que les logiques coutumières demeurent prégnantes dans les mécanismes d’accès et d’acquisition de la terre, même pour les « étrangers ». Pourtant, il faut dire que le droit d’usage d’une parcelle de terre, en recourant au référent ancestral dans de telles territorialités, s’obtient de moult manières. Dans ce sens, l’octroi des droits d’usage foncier à certains est assujetti à une procédure où seuls la confiance et l’honneur sont engagés et quelques victuailles versées à la communauté, au lignage ou à la famille, tel que l’exige la coutume pour sceller le pacte de transfert. Pour ce cas, la renommée du demandeur et les témoignages sur sa moralité deviennent une sorte de monnaie qui octroie la parcelle convoitée. Pour d’autres, ces droits sont obtenus grâce aux alliances matrimoniales. Celles-ci sont utilisées comme tremplin de négociation de nouvelles terres. La femme étant un moyen par lequel deux communautés, en contexte d’exogamie, créent une alliance (Meillassoux, 1980), l’épouse est choisie dans la localité, puis instrumentée par le mari dans la quête du sol au sein de la belle-famille. Pour ce cas, l’impétrant aura au préalable fait connaissance de la progéniture du propriétaire terrien ciblé. Il y choisira sa future épouse. La confiance installée et les familles désormais fusionnées, la femme plaidera pour son époux auprès du gestionnaire coutumier des terres. D’autres personnes demandent à occuper une parcelle de terre, le temps d’un cycle de production agricole. En effet, dans une telle configuration, des parcelles de terre sont souvent attribuées à des « étrangers » pour une utilisation illimitée, sous la seule condition de ne pas planter d’arbres qui, ici, constituent encore des marqueurs tangibles et indiscutables de la propriété foncière d’une famille. En pays béti, comme c’est le cas à Yaoundé et ses environs, « même les étrangers peuvent être autorisés à cultiver […]. Ils en font la demande au chef du village ou au chef de famille sur le territoire duquel ils s’installent. Il ne leur est pas demandé de payer une redevance » (Dikoumé, 1972 : 12). Les « étrangers » accédaient donc à la terre. Mais il leur était interdit de mettre en terre des formations arbustives, parce qu’elles consacrent une propriété foncière définitive (Ndock Ndock, 2015). Cela étant, l’accès à la propriété foncière pour les populations allochtones était relativement facile, après quelques victuailles et surtout une discussion sur les modalités d’usage, une parcelle était concédée par le chef d’unité domestique. C’est donc dire que l’agriculture s’érige ici en zone périphérique, pour les exclus du système foncier métropolitain, en outil de conquête d’un sol constructible.

4. Agriculture et possibilité du droit d’usage d’un sol à la périphérie de Yaoundé

25La signification des pratiques agricoles dans les territoires périurbains de Yaoundé, ne se décline qu’en référence à une double réalité : d’abord le statut d’exclu du système foncier métropolitain des agriculteurs. Ensuite, leur choix de mobilité vers des territorialités où le capital foncier ne régente pas totalement les transactions foncières. C’est pourquoi, actionnant plusieurs mécanismes, les exclus parviennent, par de savantes manœuvres, à détourner les espaces cultivés au niveau des franges territoriales de la métropole, notamment dans les villes-satellites.

4.1. L’agriculture comme moyen d’intégrer et de contrôler un sol

26La sécurité foncière est un concept flou dans de tels contextes. Pour un producteur agricole, la propriété privée ou le fermage garantissent une sécurité foncière, les droits coutumiers des espaces ruraux africains aussi dans bien des cas. Ce qui importe, c’est la confiance que les acteurs accordent au système de propriété et à sa capacité à les défendre contre une expropriation (Dauvergne, 2011). En effet, demander un espace à cultiver, comme préalable d’investissement, est constitutif d’une stratégie destinée à évaluer la plausibilité d’intégration et d’appropriation d’un sol en rendant possible une lecture de la réaction des villageois propriétaires de la parcelle. Le constat central qui émerge des pratiques des exclus du système foncier métropolitain est celui d’une instrumentation de l’agriculture à des fins d’accès et de contrôle du foncier. Les indigents qui font une demande de terre au motif d’y mettre des cultures justifient leur entreprise, non pas d’abord par le besoin de produire des aliments pour eux-mêmes, mais par la disponibilité et l’abondance d’un capital foncier que les villageois ne parviennent pas à exploiter en raison de leur pauvreté et leur faiblesse démographique. L’abondance de terres sur fond d’une faible démographie est le facteur important qui permet leur entreprise. La disponibilité de terres mise en rapport avec une territorialité périphérique indique ainsi l’incapacité des villageois à cultiver et/ou à construire sur la totalité du tissu territorial de leur localité. Dès lors, l’agriculture des « indigents » remplit deux fonctions importantes : donner une matérialité au dessein d’intrusion du domaine appartenant à une famille villageoise et, à court terme, cerner l’éventuelle réaction de la famille face à une entreprise d’occupation pérenne de la terre concernée. En effet, à partir du type de réaction villageoise devant l’entreprise agricole, la plausibilité d’une reconversion de la terre pour un usage hors agricole est cernée et mise en exécution. De ce fait, l’enjeu primordial de cette agriculture, pour la frange d’acteurs qui ne peut accéder à la propriété foncière métropolitaine ou du noyau central de la ville-satellite par transactions marchandes, est l’intégration d’un espace sur lequel on ne peut faire irruption par d’autres moyens. Dès ce moment, les pratiques agricoles deviennent un atout qui garantit l’accès au sol convoité, grâce à la multiplicité de fonctions qu’elles remplissent et dont bénéficient les villageois alentour.

4.2. Une multiplicité de facteurs qui concourent à la création des droits d’usage

27Les pratiques agricoles développées par les exclus de la métropole qui n’usent guère des filières conventionnelles d’accès à la terre, mais davantage des arrangements avec des propriétaires coutumiers, ne doivent leur maintien qu’aux fonctions qu’elles remplissent sur la territorialité de leur mise en œuvre. C’est dire que l’agriculture sur les franges urbaines de Yaoundé est inscrite dans un schème de la multifonctionnalité, c’est-à-dire productrice de retombées plurielles au profit des villageois (Fleury et Donadieu, 1997). La multifonctionnalité introduit le caractère fonctionnel des contributions de l’agriculture sur les volets social, sécuritaire, environnemental. Cela implique des retombées sur la vie collective. En effet, les espaces cultivés par ces exclus de la civilisation urbaine ont une identité. Il s’agit de portions de terre qui ne bénéficient ni d’une mise en valeur ni d’un quelconque investissement de la part des villageois ; ceux-ci ne s’y intéressent que pour récupérer du bois de chauffage et quelques produits naturels qui pourraient y pousser au hasard des saisons. Ces espaces ne sont donc pas débroussaillés et encore moins aménagés. De ce fait, ces portions de terre qui sont pourtant contiguës aux habitations se révèlent être à la fois des nids de risques, notamment sécuritaires par l’hébergement de reptiles venimeux et autres insectes vecteurs des maladies. Ils constituent des lieux de repli et de refuge pour les malfrats de la métropole, mais aussi un bosquet séparant plusieurs blocs de concessions, qui démultiplie ainsi les risques d’agression et de viols des femmes.

28Il convient donc de souligner que ces aspects négatifs sont modifiés par le travail exercé sur l’espace par les agriculteurs. Ils détruisent les foyers de risques, font reculer la broussaille du village, annihilent ou réduisent les agressions, tout en mettant en valeur un sol qui demeurait inculte et sans importance immédiate pour les propriétaires coutumiers. Toute pratique agricole est donc un travail qui aménage l’espace. L’irruption d’un exclu sur un sol implique un investissement en travail et en techniques agraires dont les effets modifient la structure, le paysage et l’identité de la terre. L’agriculture devient donc d’abord un aménagement qui aboutit à la disparition des caractéristiques qui classaient la parcelle de terre dans le registre de facteur de risques multiformes. Cette agriculture remplit ainsi des rôles que les villageois ne remplissaient guère de par leur pauvreté, leur faiblesse démographique et l’abondance du sol. En ce sens, les retombées collectives issues de l’arrivée et des pratiques agricoles des indigents exclus des filières foncières urbaines, en tant qu’elles se traduisent par une dynamique d’aménagement et de mise en valeur spatiale qui transforme un espace naguère producteur de risque et peu esthétique, contribuent à une transformation du cadre de vie collectif (Duchemin et Wegmuller, 2010). Cette importance dérivée de l’activité agricole des « indigents », ainsi que les victuailles versées, tout comme les divers services rendus aux propriétaires, créent ainsi une légitimation de l’occupation du sol et des droits d’usage qui y sont associés. Une telle réception positive de la part des propriétaires coutumiers constitue souvent un indicateur de la plausibilité de construction sur le sol concerné.

5. Construire une maison, une finalité des pratiques agricoles dans le périurbain de Yaoundé

29L’activisme agricole des exclus du système foncier métropolitain a pour visée ultime la construction d’une maison familiale. Cette conquête du droit à la construction s’opère par le biais de plusieurs étapes, dont la première met à profit l’extrême précarité des propriétaires fonciers périurbains.

5.1. Opportunités conjoncturelles, désir de ville et construction d’une maison

  • 4 1 euro = 655,957 FCFA.
  • 5 637 FCFA = 0,971 €

30L’analyse des pratiques des acteurs renseigne sur une ingénierie consciemment entretenue, visant à créer chez le propriétaire coutumier, de manière progressive, une dette morale qui, au fil du temps, devient contraignante (Marie, 2002). En fait, il faut souligner que ces périphéries des grandes villes et des villes-satellites en tant qu’espace rural, n’échappent pas au profil de pauvreté qui définit de telles entités au Cameroun. Il faut effectivement signaler que la question de la pauvreté est davantage accentuée pour les zones rurales. Elles totalisent 9 314 928 habitants (3e RGPH, 2010 :8). Parmi ceux-ci, 5,3 millions vivent en dessous du seuil de pauvreté qui est de l’ordre de 232 547 FCFA4 par adulte et par an, soit 637 FCFA5 par jour (INS 2002 :3). De ce fait, les nouveaux occupants, dont les capacités financières sont souvent au-dessus de celles des propriétaires fonciers coutumiers, deviennent des appuis permanents. En effet, au fil des années et des problèmes qui se présentent, les occupants sont sollicités par la famille, propriétaire du sol exploité. En partie, les fortes dépenses liées aux cérémonies funèbres, matrimoniales, scolarisation de la progéniture, maladies graves, etc. sont prises en charge par les exploitants du sol. Il se crée ainsi un type de sociabilité créancier-débiteur au sein duquel se met en place une domination du premier sur le second qui procède par rappel constant, tacite, des « déclics » apportés dans la résolution des problèmes de l’« obligé ». L’impossibilité de rendre les sommes et services reçus, la logique de la dette ainsi créée et la contrainte y afférente (Mauss, 1973) sont alors instrumentées par les exclus du système foncier métropolitain pour reconvertir l’espace agricole en sol de construction d’une maison familiale.

31Cette ingénierie rencontre d’autant plus de succès chez certains que la volonté de voir leur territorialité rurale se densifier et s’urbaniser est forte. En fait, les communautés des communes périurbaines de Yaoundé nourrissent le même désir de voir la métropole et les commodités y afférentes s’étendre jusqu’à elles (Denis, 2016). D’après le Schéma directeur d’aménagement métropolitain (Sdam) de la ville de Yaoundé horizon 2020, le « Grand Yaoundé », qui intègre la capitale et ses villes-satellites dans un processus d’intercommunalité, vise à restructurer son développement à travers des réalisations qui vont des projets structurants routiers et autoroutiers aux infrastructures à l’instar des immeubles, des aires de détente, des logements sociaux et des programmes d’assainissement. L’aménagement du « Grand Yaoundé » montre le caractère attractif et polarisant de la capitale et son impact sur sa périphérie.

32Ce désir de ville agit ainsi en faveur des occupants qui demandent à construire sur l’espace cultivé. Car les villageois y voient un moyen de densification démographique, d’intégration d’une architecture urbaine dans leur milieu et donc la possibilité, grâce aux capacités financières et aux relations et savoirs des nouveaux venus, d’étendre jusqu’à elles routes, transports, électricité, eau potable, établissements scolaires et/ou universitaires, centres de formation, centres de santé, et autres commodités qui traduisent le processus d’urbanité de la localité.

33Ainsi donc, dans un contexte de pauvreté où les ruraux s’appuient sur les exploitants de leurs terres pour résoudre certains problèmes quotidiens et, au regard du désir de ville qui travaille les populations rurales des périphéries de Yaoundé, les exclus du système foncier métropolitain qui usent du prétexte de l’agriculture pour investir un sol, ne rencontrent pas une grande résistance dans le processus de reconversion du sol. Toutefois, la formulation explicite du vœu de bâtir sur le sol ainsi que le début des travaux qui y sont liés sont subordonnés à certaines formules de compensation.

5.2. Demande de compensation et dynamique d’acquisition de la propriété du sol

34Il faut relativiser l’hypothèse de la gratuité du sol et le désir de ville en zone périphérique de Yaoundé, en tant qu’elle rend compte, en partie, des réussites des stratégies d’acteurs qui conduisent d’abord à l’exploitation agricole du sol, ensuite à la construction d’une bâtisse sur celui-ci. En outre, tous les acteurs ne réussissent pas toujours à construire sur les terres convoitées.

35En effet, le sol « facilement » acquis par les entrepreneurs agricoles leur impose souvent de procéder, à la demande de la communauté ou de l’unité familiale propriétaire des droits coutumiers attachés, à des compensations avant le début des travaux de construction. Dans ce cas, le quitus est obtenu au détour d’une série d’appuis liés à la conjoncture contraignante qui accule les propriétaires. Dans la plupart des cas, la transaction foncière qui s’effectue n’est alors pas perçue sous le prisme d’une transaction foncière marchande, entendue comme un transfert de droits d’usage d’une parcelle de terre sur la base d’un prix (Polanyi, 1957), lequel représente la valeur réelle de la terre sur le marché conventionnel du foncier. Mais, il s’agit plutôt ici, d’un système d’arrangement où les relations sociales nées entre propriétaire foncier coutumier et demandeur de la parcelle priment.

36Cela étant, la compensation finale prend plusieurs formes. Dans certains cas, il s’agit d’une distribution de victuailles au propriétaire et à la famille élargie, comme l’exige la coutume en la matière dans la zone du Centre Cameroun. Il faut toutefois préciser que le propriétaire empoche toujours une somme d’argent dont le montant n’a aucune commune mesure avec ce que pourrait effectivement générer le même sol sur le marché des biens immobiliers. Ce constat est le même lorsqu’un propriétaire terrien villageois décide plutôt de transférer les droits d’usage et la propriété du sol à un exclu de la métropole directement contre de l’argent comptant, et donc sans passer par la pratique coutumière de distribution de victuailles. Dans d’autres cas, en plus de victuailles, le propriétaire foncier exigera un toit de tôle pour sa maison, le crépissage des murs de celle-ci ou son ameublement. Une fois ces compensations explicitement formulées et satisfaites, les exclus du système foncier métropolitain peuvent alors de fait jouir des droits et de la propriété du sol. Le phénomène de compensation devient ainsi la dernière opération d’une ingénierie des exclus visant la validation de la conquête foncière entreprise par le prétexte d’activités agricoles.

Conclusion

37Dans le contexte de précarité socio-économique qui caractérise la majeure partie de la population camerounaise, le droit à la propriété foncière n’est pas aisément acquis. Cette situation est rendue d’autant plus sensible par la forte croissance urbaine dans la ville intra-muros et l’étalement urbain assez prononcé vers les villes-satellites. Cela fait « monter les enchères » du foncier et, par conséquent, exclut les populations à faible revenu. Ces dernières sortent ainsi des logiques et pratiques d’acquisition conventionnelles et formelles d’une propriété foncière juridiquement et administrativement validée. Cette situation a permis à celles-ci de mettre sur pied une ingénierie sociale et des stratégies alternatives d’acquisition de ce bien. C’est cette problématique des voies alternatives d’accès et d’acquisition du foncier dans les villes-satellites de Yaoundé qui a mobilisé nos analyses et explications tout au long de cet article. Il s’agissait alors pour nous de relever les enjeux implicites, tacites et structurants, de l’agriculture pratiquée en zone périurbaine. En suivant les itinéraires des populations à faibles revenus en provenance de Yaoundé qui se ruent dans ces villes satellites à l’exemple de Soa, Mbankomo, Kolafamaba, Mfou, Okola, Awae, Ngoumou, Bikok, Nkometou, Obala, dans le but de pratiquer une agriculture de subsistance, les données analysées montrent que l’agriculture sert de prétexte, voire de courroies de transmission vers un changement d’usage du sol par ces acteurs, non seulement pour faire irruption sur le terrain convoité, mais davantage pour en acquérir, à court, moyen ou long terme, les droits d’usage et la propriété qui permet à terme d’y bâtir une maison familiale. Le succès de cette stratégie des « exclus » du système foncier métropolitain opère par son importance du point de vue de l’aménagement de l’espace, de la viabilisation et de la sécurisation du sol, du désir de ville qui travaille l’imaginaire des ruraux des franges urbaines des métropoles du sud, mais aussi par la logique de la dette morale liée aux multiples aides et interventions des « exclus » en faveur des propriétaires fonciers qui font face aux difficultés économiques. Cependant, le début des travaux de construction est assujetti aux arrangements sociaux via une logique coutumière de distribution de victuailles à la famille, ainsi que d’une certaine somme d’argent qui est cependant bien en deçà du coût réel du sol sur le marché foncier conventionnel.

Haut de page

Bibliographie

Assogba G., 2011, « L’obsession d’habiter sa propre maison à Lomé : quel impact sur la dynamique spatiale ? », Les Cahiers d’outre-mer, n° 256, octobre-décembre, mis en ligne le 1er octobre 2014, http://com.revues.org.

Brun J., Rhein C. (dir), 1994, La ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan.

Bruneau J.-C., 1999, D’ici et d’ailleurs : quand les immigrés se font « autochtones ». Citadins et paysans du haut Katanga, Yaoundé, Presses universitaires de Yaoundé, 448 p.

Bruneau J.-C., 2002, « Vivre la ville à la campagne : crise des sociétés et exurbanisation en Afrique tropicale, Regards sur l’Afrique », Historiens et géographes, n° 379, pp. 185-196.

Bruneau J.-C., 2003, « Ethnies, identités et territoires en Afrique : architectures et recompositions », in F. Bart (dir.), L’Afrique, continent pluriel, Paris, Sedes, pp. 83-105.

Choplin A., 2006, « Le foncier urbain en Afrique : entre informel et rationnel, l’exemple de Nouackchott, capitale de la Mauritanie », Les annales de géographie, n° 647, pp. 89-91.

Combessie J.-C., 1996, La méthode en sociologie, Paris, La Découverte.

Denis É., 2016, « Désirs de ville et convoitises foncières. Marchandisation du sol dans les Suds », Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Desirs-de-ville-et-convoitises.html

Dikoume C., 1972, « Les hommes et la terre : éléments sur les problèmes fonciers au Cameroun oriental », document non édité, 1972.

Djatcheu M. L., 2018, « Fabriquer la ville avec les moyens du bord : l’habitat précaire à Yaoundé (Cameroun) », Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/de-villes-en-metropoles/articles-scientifiques/habitat-precaire-yaounde

Djouda Feudjio Y.-B, Mballa Elanga E., 2015, « Habitat urbain et pratiques de déguerpissement à Yaoundé : une sociologie des rapports de force entre acteurs institutionnels et déguerpis », in B. Tallet, Yemmafouo A., Tchekote H., Kamdem P. (dir.), Repenser l’habitat sous les tropiques. Le défi du logement entre crises identitaires, « modernité » et conflits territoriaux, Yaoundé : Iresma, pp. 157-178

Duchemin E., Wegmuller F., 2010, « Multifonctionnalité de l’agriculture urbaine à Montréal : étude des discours au sein du programme des jardins communautaires », VertigO, vol. 10, n° 2, pp. 1-23.

Fleury A., Donadieu P., « De l’agriculture péri-urbaine à l’agriculture urbaine », Le Courrier de l’environnement de l’Inra, Paris, Institut national de la recherche agronomique : délégation permanente à l’environnement, vol. 31, pp. 45-61.

Franck A., 2016, « Insécurité foncière généralisée à Khartoum : quand les titres de propriété ne protègent plus des prédations publiques », Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Insecurite-fonciere-generalisee-a.html.

Institut national de la statistique, 2002, « Deuxième enquête camerounaise auprès des ménages : profil de pauvreté en milieu rural au Cameroun en 2001 », République du Cameroun, 2002.

Kobou G., 1999, « Ajustement structurel et exclusion sociale : une analyse fondée sur le marché du travail », in L. Sindjoun (dir.), La révolution passive au Cameroun : État, société et changement, Dakar, Codesria, pp. 101-155.

Lachaud J.-P., 1994, Pauvreté et marché du travail urbain en Afrique subsaharienne : analyse comparative, Genève, Institut international d’études sociales.

Lacour C., Puissant S., 1999, La métropolisation. Croissance, diversité et fractures, Paris, Anthropos.

Le Bris E., Le Roy E., Leimdorfer F., Grégoire E., 1982, Enjeux fonciers en Afrique noire, Paris, Orstom-Karthala.

Marie A., 2002, « Une anthropo-logique communautaire à l’épreuve de la mondialisation : de la relation de la dette à la lutte sociale (l’exemple ivoirien) », Cahiers d’études africaines, vol. 2, n° 166, pp. 207-256.

Mauss M., 1973, Sociologie et Anthropologie, 5e édition, Paris, PUF.

Mbaha J.-P., Nsegbe P., Ndock Ndock G., 2011, « Migrations, recompositions territoriales et conflits d’usage dans les espaces périmétropolitains de Yaoundé », in R. J. Assako Assako (dir.), Yaoundé : la métropole face à son arrière-pays, Paris, Dianoiä, pp. 47-71.

Mbembe A., 1999, Du gouvernement privé indirect, Politique africaine, n° 73, pp. 103-121.

Meillassoux C., 1980, Femmes, greniers et capitaux, Paris, François-Maspero.

Meliki H.-M., 2016, « La jeunesse dans la politique des usages de l’espace public urbain au Cameroun : entre répression diurne et légitimité nocturne », Revue de la société suisse d’ethnologie Tsantsa, n° 21, pp. 73-85.

Moustier P., Fall S.A., 2004, « Les dynamiques de l’agriculture urbaine : caractérisation et évaluation », in B. Smith Olanrewaju, P. Moustier, L.J.A. Mougeot, A. Fall (dir.), Développement durable de l’agriculture urbaine en Afrique francophone. Enjeux, concepts et méthodes, Paris, Ottowa, CRDI, Cirad, pp. 23-30.

Ndock Ndock G., 2014, Métropolisation de Yaoundé et développement des villes-satellites. L’exemple de Soa, thèse de doctorat/ Ph.D, Université de Yaoundé I, Falsh, département de géographie, Cameroun

Ndock Ndock G., 2014, « Métropoles et enjeux fonciers dans les villes satellites au Cameroun. Cas de Soa à la périphérie nord-est de Yaoundé », International Journal of Advanced Studies and Research, vol. 5, n° 1, pp 76-86.

Ndock Ndock G., 2015, « Métropolisation de Yaoundé et mutations des structures foncières à Soa, ville-satellite de Yaoundé », Le Journal des sciences sociales, numéro spécial-mars, pp 77- 83.

Nugent R., 2000, « The impact of urban agriculture on the household and local economics », in N. Bakker Dubbeling M., Guendel S., Growing cities, growing food. Urban agriculture on the policy agenda, Feldafing, Zentralstelle für Ernährung und Landwirtschaft, pp. 67-95.

PNUD, 2006, « Rapport sur la pauvreté rurale au Cameroun », Cameroun.

Priso D., 2016, L’homme avance, la forêt recule. Production urbaine en zone périphérique de Douala. Processus, acteurs et enjeux, Yaoundé, Clé, 238 p.

RGPH., 2010, « La population du Cameroun 2010 », République du Cameroun

Sarah D., 2011, Les espaces urbains et périurbains à usage agricole dans les villes d’Afrique subsaharienne (Yaoundé et Accra) : une approche de l’intermédiarité en géographie, thèse de doctorat - Ph. D en géographie, École Normale Supérieure de Lyon.

Streiffeler F., 1993, « General principles and approaches for sustainable urban greenbelts with special reference to Africa », document interne, Humboldt Universitat zu Berlin.

Tchekote H., Ngouanet C., 2015, « Périurbanisation anarchique et problématique de l’aménagement du territoire dans le périurbain de Yaoundé-Cameroun », in J. Bogaert et J.-M. Halleux (dir), Territoires périurbains : développement, enjeux et perspectives dans les pays du Sud, Presse agronomique de Gembloux, pp. 259-270.

Torre A., 2014, « L’agriculture de proximité face aux enjeux fonciers. Quelques réflexions à partir du cas francilien », Espaces et sociétés, vol. 3, n° 158, pp. 31-48.

Yao D., 2008, « En périphérie la brousse est finie », Revue Ahoho, http://www.lodel.tg.refer.org/ahoho/index.php?/publications/ahoho-n.

Haut de page

Notes

1 Institut national des statistiques.

2 Décret n° 2014/3211/PM du 29 septembre 2014 fixant les prix minima applicables aux transactions sur les terrains relevant du domaine privé de l’État.

3 Décret n° 2014/2217/PM du 24 juillet 2014 portant revalorisation du Salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) qui passe de 28 000 FCFA (vingt-huit mille francs CFA ≈ 42,73 €) ≈ à 36 270 FCFA (Trente-six mille deux cent soixante-dix FCFA ≈ 55,34 €) sur toute l’étendue du territoire national, quelle que soit la branche d’activité (1 € = 655,49 FCFA).

4 1 euro = 655,957 FCFA.

5 637 FCFA = 0,971 €

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Dynamique de l’occupation du sol et croissance démographique et spatiale de Yaoundé entre 1973, 1987, 2000 et 2018
Crédits Source : une image Landsat MSS du 08/03/1973 ; une image Landsat TM du 14/10/1987 ; une image Landsat ETM du 18/05/2000 ; une image Landsat 8 OLI du 04/01/2018, téléchargées sur le site http://www.earthexplorer.gov.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Carte 2 : Dynamique d’occupation du sol de Yaoundé et sa zone métropolitaine entre 1970 et 2015
Crédits Source : images Landsat, 1970, 1990, 2000, 2015.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6257/img-2.png
Fichier image/png, 1017k
Titre Carte 3 : Variations du coût au mètre carré de terrain à Yaoundé et sa périphérie.
Crédits Source : décret n° 2014/3211/PM du 29 septembre 2014, fixant les prix maxima applicables aux transactions sur les terrains relevant du domaine privé de l’État au Cameroun. Enquête de terrain, 2017.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6257/img-3.png
Fichier image/png, 336k
Titre Planche photographique 1 : L’agriculture comme stratégie d’appropriation foncière dans le périurbain de Yaoundé.
Légende Sources : photos auteur, septembre 2019. Les quatre photos A, B, C et D mettent à l’index quatre (04) lots acquis via une instrumentation des pratiques agricoles par les exclus du système foncier métropolitain. La photo A met en évidence les apprêts pour une construction en matériaux définitifs. Sable et parpaings en témoignent. Les billons et les bananiers sont des vestiges de l’activité agricole précédant les constructions. La photo B, de par le caractère lessivé du sol et des plantes rabougries, montre qu’il y a eu pratiques agricoles répétitives en vue de la protection du lopin de terre contre d’éventuelles ventes aux autres demandeurs. Les fouilles montrent alors l’imminence d’une construction d’habitation qui met fin au cycle de la pratique agricole. Les photos C et D, qui présentent respectivement des bananiers et des tiges de maïs assez verts et bien portants, démontrent le caractère fraîchement investi des lopins de terre, même si l’extrême propreté des sites, en tant qu’ils jouxtent des habitations, traduit cette motivation d’y construire des habitations dans un avenir proche ou lointain.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6257/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 1 : Croissance démographique et spatiale de la ville de Yaoundé de 1956 à 2005.
Crédits Source : conception Gaston NDOCK NDOCK, réalisation Zoning Moffo Olivier 2014.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6257/img-5.png
Fichier image/png, 144k
Titre Carte 4 : De la gauche vers la droite, prix minimum, prix moyen et prix maximum du mètre carré de terrain dans la ville de Yaoundé entre 2014 et 2017.
Crédits Source : décret n° 2014/3211/PM du 29 septembre 2014, fixant les prix maxima applicables aux transactions sur les terrains relevant du domaine privé de l’État au Cameroun.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6257/img-6.png
Fichier image/png, 275k
Titre Carte 5 : De la gauche vers la droite : les extensions spatiales Yaoundé, du centre vers la périphérie.
Crédits Source : ministère de la Ville et communauté urbaine de Yaoundé, 2005 ; Ndock Ndock Gaston, 2014 et enquêtes de terrain, 2018.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6257/img-7.png
Fichier image/png, 218k
Titre Figure 2 : Variations des prix du m2 de terrain dans la ville de Yaoundé et ses villes-satellites.
Crédits Source : une image Landsat du capteur OLI du 02 janvier 2015. Grille officielle des prix des terrains à Yaoundé et ses environs, Mindcaf, 2014 et enquête de terrain, 2017.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6257/img-8.png
Fichier image/png, 65k
Titre Figure 3 : Les différents modes d’accès à la terre à Soa, ville-satellite de Yaoundé.
Crédits Source : Gaston Ndock Ndock, 2014.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6257/img-9.png
Fichier image/png, 280k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaston Ndock Ndock, « Cultiver d’abord et habiter après : l’agriculture périurbaine comme stratégie d’appropriation foncière dans l’arrière-pays de Yaoundé », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 44-45 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/tem/6257 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.6257

Haut de page

Auteur

Gaston Ndock Ndock

Enseignant, chargé de cours
École normale supérieure de Yaoundé
Département de géographie
Université de Yaoundé 1
B.P. 47, Yaoundé, Cameroun
nndock@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page