Navigation – Plan du site
Compte-rendu de lecture

Mayol Pascal, Gangneron Etienne, 2019, Lagriculture urbaine : un outil déterminant pour les villes durables

Les avis du Conseil économique, social et environnemental (CESE), éditions du Journal officiel, juin 2019, 98 p.1
Pierre Donadieu
Référence(s) :

Mayol Pascal, Gangneron Etienne, 2019, Lagriculture urbaine : un outil déterminant pour les villes durables, Les avis du Conseil économique, social et environnement (CESE), éditions du Journal officiel, juin 2019, 98 p.

Texte intégral

Un avis du Conseil économique, social et environnemental (CESE) : « L’agriculture urbaine : un outil déterminant pour les villes durables »

1Au cours des années 2010, six publications majeures concernant les agricultures urbaines ont cherché à cerner ce phénomène économique et social, émergeant ou de retour en France et dans le monde depuis au moins 20 ans.

Une littérature abondante

2Trois ouvrages collectifs en langue française avaient initié ces publications. Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville, Vertigo, Montréal, 2013, 388 p. ; Agricultures urbaines (dossier), revue POUR, n° 224, pp. 37-425, 2015 ; et Agriculture urbaine. Vers une réconciliation ville-nature, (A. Lagneau, M. Barra, G. Lecur), Neuvy-en-Champagne, Le Passager Clandestin, Naturparif/Région Ile-de-France, 2015, 313 p.

3À la fin de l’année 2017, deux nouveaux ouvrages collectifs sont venus s’ajouter pour éclairer le développement des pratiques d’agriculture urbaine en France et dans le monde. L’un : Agriculteurs urbains, du balcon à la profession, découverte des pionniers de la production agricole en ville, éditions France Agricole, Paris, 2017, 278 p. sur support papier, dirigé par Guillaume Morel-Chevillet, édité avec le concours de l’Institut technique de l’horticulture Astredhor, est consacré aux différentes figures des agriculteurs urbains. L’autre, sous forme électronique, intitulé Agir pour les agricultures des aires urbaines, guide d’aide à la décision a été élaborée par l’association d’ingénierie de la nature en ville Plante&Cité avec celle de Terres en Villes2.

4Sans compter le rapport de l’ADEME de décembre 2017 Agriculture urbaine, quels enjeux de durabilité ? qui a inspiré l’analyse du Conseil économique, social et environnemental (CESE) un an et demi après. En juin 2019 est publié un avis du CESE par Pascal Mayol et Étienne Gangneron : Lagriculture urbaine : un outil déterminant pour les villes durables3. Qu’apporte-t-il de nouveau ?

Une agriculture vertueuse de production et de services, mais à la durabilité fragile ou douteuse

5Etant donné son développement vertigineux en France et dans le monde, personne ne doute qu’il s’agisse « d’une affaire sérieuse ». Même si ses formes sont imprévisibles et parfois discutables (greenwashing). L’enjeu est, selon les auteurs de l’avis, de préciser quels soutiens les pouvoirs publics doivent lui apporter, comme ils le font pour l’agriculture « rurale » en Europe. Ils avancent des critères de durabilité comme facteurs discriminants, par exemple la sécurité alimentaire, la lutte contre le réchauffement climatique (la végétalisation des villes) et le renforcement de la cohésion sociale.

6L’analyse admet qu’il existe, inscrite dans les régions urbaines, voire au-delà, des agricultures urbaines, marchandes et non marchandes, de productions végétales et animales, de services environnementaux, sociaux et pédagogiques, conventionnelles et biologiques, lowtech et hightech. Cette typologie s’arrête aux balcons et aux jardins « qui, sans être dénué (s) de sens, répond(ent) moins aux services de cohésion sociale portés par les projets collectifs ». Curieux ! La plupart des entreprises agricoles en régions urbaines sont individuelles, autant que le jardinage ordinaire de banlieues. L’agriculture urbaine peut-elle être restreinte aux projets publics ou collectifs des jardins familiaux et partagés ?

7Les auteurs conviennent que les pratiques d’agricultures urbaines peuvent répondre aux enjeux du développement durable urbain, mais avec beaucoup de limites. Elles améliorent en principe la sécurité et l’autonomie de l’approvisionnement agroalimentaire urbain, mais de manière relativement faible, variable dans l’espace et dans le temps et pas pour tous.

8Les agricultures urbaines favorisent le lien entre citadins (jardins familiaux et partagés) et avec les acteurs agricoles (vente à la ferme), mais dans des proportions encore faibles et une intensité imprévisible. Elles s’inscrivent parfois dans une perspective agroécologique de régulation climatique et hydrique à condition d’offrir des surfaces végétalisées, réelles ou potentielles, importantes et pérennes. En ayant recours à des sols artificiels (technosols, toitures végétalisés), elles permettent le recyclage des déchets organiques urbains. Dans tous les cas, elles peuvent favoriser la santé publique et la biodiversité végétale et animale à condition d’appliquer des principes agroécologiques de culture. Elles peuvent offrir des facilités d’insertion sociale et d’emplois mais en fonction des politiques publiques qui leur sont dédiées.

9L’avis reconnait et souligne les limites du développement des agricultures urbaines et de leurs bienfaits : des règles foncières et d’urbanisme restrictives, des contraintes d’installations d’exploitations trop contraignantes, la rigidité du statut d’agriculteur, la fragilité financière des start-up, surtout dans le domaine de l’économie sociale et solidaire, le doute sur la durabilité des entreprises high tech, …

Des préconisations pertinentes, prudentes mais non hiérarchisées

10Comment les pouvoirs publics peuvent-ils accompagner le développement des agricultures urbaines, en s’inscrivant dans les indications du Millenium ecosystem assessement (2005) qu’auraient pu citer les auteurs ? L’avis énumère seize préconisations :

111-2 - Aider les projets d’exploitations qui produisent des biens agroalimentaires et des services écosystémiques territorialisés d’approvisionnement, d’environnement, sociaux et culturels. Rémunérer par des fonds publics (collectivités, Etat, Europe) les services d’intérêt général rendus par les exploitants. On peut se demander selon quels choix (services locaux et/ou globaux) et pour quels montants ?

123-Articuler les plans alimentaires territoriaux, avec les documents d’urbanisme (documents d’urbanisme intercommunaux). Cela sera difficile car la culture des urbanistes est pour l’instant étrangère (en France) à la question de la sécurité alimentaire, sauf si les élus locaux s’en mêlent.

134-5 Planter plus d’arbres dans les espaces agricoles à finalité alimentaires (fruits) en s’inscrivant dans les pratiques d’agroforesterie. Réformer le droit rural pour l’adapter aux conditions particulières des régions urbaines et permettre l’installation d’exploitants. Des vœux pieux s’il n’y a pas suffisamment d’aides financières publiques et si le problème des locations de terres n’est pas résolu (l’arbre appartient aux propriétaires). Mais des mesures indispensables, sinon l’urbanisation l’emportera presque toujours !

146-7 Impliquer les collectivités locales dans l’émergence et l’accompagnement des projets d’agriculture urbaine. Dédier dans les documents d’urbanisme intercommunaux des surfaces réservées à l’agriculture. Nécessaire dans les préconisations 1, 2, 3, 4, cette mesure ne dépend que des compétences et du bon vouloir des collectivités et ne s’impose pas à elles. Il faut un certain courage politique pour les faire admettre. Mais des exemples réussis existent.

158- Adapter les projets d’architecture et d’urbanisme (locaux administratifs, industriels et commerciaux) aux besoins de l’agriculture urbaine. Pourquoi pas les locaux d’habitation, ce qui se fait parfois aujourd’hui dans les écoquartiers ?

169 -Disposer d’indicateurs de qualité des sols notamment d’origine industrielle (pollutions) pour prévenir les problèmes de santé publique. Une recherche est nécessaire surtout quand les sols agricoles sont utilisés pour recycler des boues d’épuration.

1710 et 11- Exonérer temporairement de taxes foncières les terrains abandonnés utilisables par l’agriculture urbaine. Stabiliser les statuts fonciers des espaces d’agricultures et jardinage collectifs, avec un cahier des charges d’intérêt général (biodiversité, régulation environnementale). Des mesures juridiques de bon sens, mais complexes à mettre en œuvre…

1812-Favoriser l’agriculture urbaine d’insertion sociale avec les municipalités et les associations dédiées.

1913-Développer les jardins scolaires en liaison avec les cantines, mesure qui a été adoptée dans de nombreuses écoles primaires au cours des dix dernières années en France.

2014-15 et 16 - Développer l’agriurbanisme et la recherche interdisciplinaire dans les formations d’aménageurs à tous les niveaux (architecture, urbanisme, ingénierie agronomique, paysagisme …). Presque 20 ans de recherches internationales existent, mais peinent à faire disparaitre les blocages politiques et culturels persistants.

En résumé

21Approuvé à l’unanimité par les votes du CESE, l’avis remet bien en lumière les nombreux problèmes déjà connus que pose le développement souhaitable des agricultures urbaines. L’enjeu politique est le renforcement de la résilience des habitants de la région urbaine, quelle que soit la densité démographique des collectivités. Mais la mise en œuvre de beaucoup de ces mesures est renvoyée aux politiques des collectivités territoriales et à leurs incertitudes électorales.

22L’avis, prudent (trop prudent ?), ne répond pourtant pas à une question, qui n’a pas été posée, et qui est nécessairement politique : Y-a-t-il des priorités ou bien faut-il essayer de tout faire « en même temps » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Donadieu, « Mayol Pascal, Gangneron Etienne, 2019, Lagriculture urbaine : un outil déterminant pour les villes durables », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 44-45 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/tem/6309

Haut de page

Auteur

Pierre Donadieu

Ecole Nationale Supérieure de Paysage de Versailles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page