Navigation – Plan du site
Articles

La lisière : un outil de la fabrique agriurbaine. Lecture francilienne

The edge as a tool for agriurbanism. The case of Paris metropolitan area
Claire Aragau et Monique Toublanc

Résumés

Envisagée comme catégorie de l’action dans le champ de la planification et de l’aménagement urbains, la lisière est questionnée à partir de ses qualités supposées comme outil de structuration des franges des agglomérations, apte à décliner de nouveaux projets de territoire inscrits dans la mouvance de l’agriurbanisme. La notion est mise à l’épreuve du terrain en région Île-de-France, notamment dans les territoires agriurbains, véritables scènes sur lesquelles se jouent de nouveaux scénarios métropolitains recherchant des combinaisons ville-agriculture singulières. La lisière s’avère être un instrument efficace, à valeur heuristique, dans la phase du diagnostic d’un projet pour comprendre les interactions entre l’urbain et le rural, pour explorer les paysages composites qui en résultent ; elle devient également le moyen d’inventer de nouvelles procédures issues de la rencontre des acteurs de la ville et de la campagne, de la porosité des codes de loi-rural et urbain. La lisière renouvelle la grammaire de l’urbanisme au service d’une lecture de l’hybridation des espaces.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La politique de la ville se formalise véritablement à la fin des 1970 et met l’accent sur des opéra (...)
  • 2 Les auteurs de cet article soulignent le fait qu’en dépit d’une réflexion engagée sur la lisière à (...)
  • 3 Tendance amorcée par la loi SRU, la loi Grenelle II renforce les obligations des SCoT et des PLU po (...)

1Si les centres des agglomérations ont fait l’objet de nombreuses politiques d’aménagement, depuis les opérations cœur de ville jusqu’à celles de rénovations et renouvellements urbains1, leurs franges ont été pour ainsi dire les oubliées des urbanistes (Bonin et al., 2016)2 jusqu’à ce que récemment – au tournant des années 2010 avec la loi Grenelle II3 – elles fassent l’objet de réflexions plus abouties et de procédures en lien avec des injonctions à la durabilité des espaces métropolitains. Tantôt vitrines dépréciées de la ville, à travers un urbanisme commercial et des formes de logement déqualifiés, tantôt vitrines dégradées de la campagne par le biais d’espaces agricoles en friche parfois marqués par des dépôts sauvages, les lisières ville-campagne portent les germes d’une hybridité spatiale en attente de valorisation.

  • 4 Espaces ouverts : l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Île-de-France reprend en 201 (...)
  • 5 La loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain (SRU) de 2000 acte l’obligation à densi (...)

2Alors que la lisière évoque un linéaire, celui-ci n’en est pas moins mouvant, épousant les rythmes de la croissance urbaine et de la rétractation des espaces agricoles, plus globalement des espaces ouverts dits de nature4 (Poulot, 2013). Cette instabilité de la lisière est porteuse de sens à l’heure où se repensent les formes et le fonctionnement métropolitains. De l’échelle de la parcelle à celle du territoire, elle fait référence à des rapports de force qui s’expriment dans les arbitrages autour du foncier agricole à préserver ou destiné à l’urbanisation ; elle renvoie aussi aux issues à trouver – d’ordre écologique, environnemental, mais aussi alimentaire et paysager – depuis la loi SRU5 de 2000, pour compenser et supporter la course à la densification urbaine. Ainsi l’article propose de questionner la lisière à la fois comme une scène sur laquelle se jouent de nouveaux scénarios métropolitains recherchant des combinaisons ville-agriculture originales, mais aussi comme un outil d’aménagement apte à décliner des projets de territoire inscrits dans la mouvance de l’agriurbanisme (Vidal et Fleury, 2009).

  • 6 PSDR : Pour et sur le développement régional (2016-2020). Agrige : Archipels agriurbains, résistanc (...)
  • 7 Les territoires agriurbains sont des territoires de projet nés en Île-de-France à la fin des années (...)

3Le propos s’appuie sur une recherche financée par la région Île-de-France et l’Inra, dans le cadre du PSDR-Agrige6, et mobilise des documents d’urbanisme, des études de professionnels du paysage, une banque de photographies ainsi que des enquêtes compréhensives d’acteurs provenant de territoires labellisés « agriurbains7 » (Fig. 1), mais aussi d’autres territoires ayant développé des actions en lien avec la notion de lisière.

Figure 1 : Carte des territoires agriurbains (TAU) labellisés par la région Île-de-France en 2017

Figure 1 : Carte des territoires agriurbains (TAU) labellisés par la région Île-de-France en 2017

Source : D’après le site du Réseau rural de la région Île-de-France et les sites des TAU, INSEE et IGN Admin Express 2019
Cartographie : J. Robert et C. Aragau, Université Paris Nanterre ; M. Toublanc, ENSP, 2020

4Ce matériau invite, dans la grammaire de l’urbanisme et du paysagisme, à introduire un nouvel outil, celui de la lisière, pour penser l’instable et appréhender des logiques de transaction, d’hybridation entre ville et campagne, puisant aussi bien du côté des procédures juridiques et réglementaires que des jeux d’acteurs.

1. La lisière : un vocabulaire de l’agriurbain

1.1. Rupture, trait, épaisseur : la lisière dans ses dimensions spatiales

5À compter des années 1990, en France, l’expression « lisière urbaine » va apparaître dans le vocabulaire de certains paysagistes (Agence Folléa – Gautier, Desvignes, Chemettof…) qui l’érigent en outil et figure de projet pour les espaces périurbains, les franges urbaines et rurales (Bonin, 2013). C’est donc à la fois dans une culture professionnelle spécifique et dans un contexte sociétal particulier que la notion intègre la sphère aménagiste.

  • 8 Oream : Organisme régional d’étude et d’aménagement d’aire métropolitaine. Institution mise en plac (...)
  • 9 La figure du paysagiste d’aménagement verra le jour concomitamment au développement urbain sans pré (...)
  • 10 Le paysagiste B. Folléa, a été identifié (Bonin, 2013) comme le créateur de la notion « lisière urb (...)
  • 11 M. Desvignes reprendra l’idée dans la consultation du Grand Paris (2008-2009).
  • 12 « Tenir qqn en lisière(s). Diriger avec rigueur, exercer une tutelle sur (qqn) » (Le Petit Robert, (...)

6Pour comprendre ce basculement, il est utile de revenir sur la signification plurielle du terme lisière, sur son évolution sémantique à la faveur d’une circulation entre différents univers, géographique, littéraire, écologique. La lisière comme notion répond à plusieurs finalités : la première, faire obstacle au développement urbain. Elle est construite comme une réponse à une commande récurrente de la maîtrise d’ouvrage (ex. : les Oream8) à l’adresse des praticiens de l’aménagement urbain, notamment les paysagistes9 : limiter, contenir et accompagner l’extension urbaine. À cette question déjà ancienne (décennie 1970) les tentatives de réponse ne manquent pas, notamment dans le champ de l’urbanisme, à travers le paradigme du zonage (loi foncière de 1967, schémas directeurs d’urbanisme, POS puis PLU (i)), mais elles s’avèrent souvent peu efficaces : en effet, les frontières, les ruptures, alors décidées et dessinées sont sans cesse déplacées à la faveur de la révision des documents et des besoins de construire, repoussant les marges de la ville toujours plus loin. Cette première finalité affichée de « trouver une limite [spatiale] à la ville » n’est pas sans évoquer le sens donné au xixe siècle et au début du xxe par la géographie et la littérature à ce terme qui signifie alors une situation géographique à la frontière de, en bordure de, à la limite de : « sur la lisière orientale, lisière de plaine, à la lisière des polders, à la lisière entre le désert et les steppes agricoles, à la lisière de l’agglomération… » (extraits d’ouvrages de Vidal de la Blache et Demangeon consultés sur Gallica). La lisière paysagiste aborde la ville sur ses différents fronts urbains, par ses bords, elle se substitue à la ligne tracée sur un plan (Vanbutsele et Decleve, 2015) en venant la conforter, en l’épaississant sous la forme d’un aménagement affirmé. « Le contact même entre le bâti et le non bâti doit se matérialiser par un espace et non rester une simple ligne sur un plan » (Folléa, 2013 p. 97)10. Le postulat sous-jacent étant qu’une limite marquée, pensée, sera signifiante11 et donc de nature à fixer une frontière (une limite) à la ville, à la contenir, à l’instar de la lisière qui termine dans le sens du droit fil un tissu et surtout le consolide (sens technique et premier du terme renvoyant à la fabrication textile et à l’univers du tissage). Ou encore à « tenir en lisières12 », sous tutelle, pour empêcher qu’elle ne s’étende, ce qui suppose une inversion du rapport de force entre « l’espace ouvert », agricole ou pas, et l’espace construit, ou a minima une mise en tension entre les deux.

  • 13 PAT : Projets alimentaires territoriaux issus de la loi d’Avenir pour l’agriculture, l’alimentation (...)
  • 14 Le vocabulaire des paysagistes n’est pas sans évoquer l’univers du tissage et la métaphore couturiè (...)
  • 15 Agence Folléa-Gautier, 2009, « Schéma intercommunal d’aménagement des lisières urbaines sur le Terr (...)

7Cela conduit à la deuxième finalité de la lisière : ancrer la ville dans son territoire et chercher à l’articuler à ce qui l’environne, le plus souvent des espaces agricoles, proches spatialement des espaces urbains adjacents, mais dissociés d’un point de vue fonctionnel; une mise à distance depuis les années 1950 où l’économie agricole (marchés régionaux, voire nationaux ou internationaux) a commencé à se détacher de l’économie urbaine alors que par le passé (fin xixe - début xxe), en région Île-de-France, la ville était pour l’agriculture un marché privilégié à l’origine d’une couronne agricole intensive et diversifiée, repérable à travers la toponymie. Avec le retour aujourd’hui sur le devant de la scène de la question alimentaire (voir les PAT13 et le développement de l’agriculture urbaine), les terres agricoles redeviennent, au moins dans les discours, des espaces convoités pour nourrir la ville proche, et l’enjeu, à travers l’idée de lisière, est de mettre en relation ville et espaces ouverts, de réconcilier des modes d’occupation du sol agricole et urbain, de prime abord concurrents (Bonin et al., 2016), de « mutualiser deux milieux distincts pour qu’ils profitent l’un de l’autre » (Vanbutsele et Decleve, 2015). Le choix de la lisière par les paysagistes répond en tout point à la définition que certains paysagistes, et non des moindres, donnent du paysage « comme [étant] le lieu du relationnel » (Corajoud, 1982, p. 38) et à la posture intellectuelle qu’ils affichent : recoudre14 un territoire perçu comme fragmenté, émietté (Charmes, 2011 ; Héran, 2011) en lisant l’espace à partir de ses interfaces dont « l’observation intensive [….] recompose une géographie nouvelle… Comme si toutes les qualités sensibles ne pouvaient apparaître que [… là] où les milieux et les choses se touchent dans un impressionnant tumulte » (Corajoud, 1982, p. 40). Pour arrimer la ville à son socle, certains praticiens projettent alors une armature, un réseau voulu multifonctionnel et, pour ce faire, conjuguent la lisière au pluriel sous la forme d’un schéma dit des lisières 15, parfois réinterprété par un jeu subtil de superposition dans les projets de TVU (Trame verte urbaine) à une échelle métropolitaine (Toublanc et Bonin, 2012) et de TVB (Trame verte et bleue) à une échelle territoriale plus large. Mobilisée aujourd’hui pour penser la ville « archipel » (zones de contact urbain/non urbain démultipliées) et sa fabrique, la lisière se déploie à différentes échelles géographiques (de l’entité paysagère au quartier) correspondant à différents registres d’action (la planification, l’aménagement au sens opérationnel du terme).

8In fine l’objectif est de penser et faire exister un entre-deux multifonctionnel – intégrant entre autres choses une finalité nourricière – plus riche que les espaces situés de part et d’autre. Ceci est sans doute à inscrire dans une évolution métonymique au cours de la seconde moitié du xxe siècle du mot lisière. Les scientifiques mettront alors l’accent sur la spécificité et la richesse écologique de la « végétation de lisière » à la fois différente de celles des milieux situés de part et d’autre et plus composite (mélange d’espèces). Les biogéographes français construiront dans les années 1980 le concept d’écotone pour insister sur la complexité du fonctionnement écologique des zones de transition, de jonction entre deux écosystèmes différents. Une parenté de sens que les paysagistes ne démentiraient pas, car la lisière qu’ils construisent emprunte à ces disciplines l’idée d’un espace hybride entre milieu urbain et milieu ouvert, riche de ce métissage et envisagé dans son épaisseur et non plus comme un trait. Les valeurs, les fonctions et les aménités qu’ils associent à la lisière relèvent de plusieurs registres : espace de ressources alimentaires et de loisirs, elle est tout autant un support de biens environnementaux. Ils revendiquent pour cet espace une multifonctionnalité écologique, sociale et économique créatrice de liens, d’interactions et d’interrelations.

9Les différentes dimensions de l’idée de lisière en phase avec les valeurs de notre époque et sa déclinaison multiscalaire expliquent sans doute son entrée dans les documents d’urbanisme et son appropriation par les acteurs de la planification.

1.2. Quand la lisière fait projet dans le champ de la planification à l’échelle de la parcelle

  • 16 Les Parcs naturels régionaux (PNR), les CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnemen (...)

10La lisière a fait une entrée progressive dans les documents d’aménagement souvent appariée à d’autres termes et expressions, dont le front urbain est la plus emblématique, dans l’idée d’établir une lecture équilibrée des deux environnements, urbain et rural. Nombre d’études ont alerté sur la nécessité de construire des politiques d’aménagement spécifiques dans ces espaces de l’entre-deux ; ainsi en est-il de celles menées par des PNR, des CAUE et des TAU16 précurseurs en la matière, mais à chaque fois déplorant une absence de passage à la phase opérationnelle (Bonin et al., ibid.). À partir de manifestations artistiques, le PNR de la haute vallée de Chevreuse a organisé un « voyage dans les lisières », tout comme le Triangle vert avec l’aide du CAUE 91 a rédigé un « Guide des lisières » destiné à être un outil d’aide à la décision pour les politiques publiques. Le document a été présenté en octobre 2018 aux élus et techniciens à l’urbanisme avec l’objectif de lui donner une issue opérationnelle, mais toujours sans réelles garanties. Le CAUE de l’Eure s’est engagé en 2011 dans une démarche similaire en commandant aux étudiants de l’École nationale supérieure de paysage de Versailles (ENSPV) une étude qui s’intitulera « Des lisières vivantes : comment habiter les bourgs de l’Eure ? » ; mais là encore, sans déboucher sur des éléments tangibles d’une possible mise en œuvre. À travers cette expertise technique, scientifique et habitante, la lisière est érigée en outil, se nourrissant d’attentes qui se précisent autour de sa multifonctionnalité mais elle peine à s’incarner sous la forme d’actions effectives.

  • 17 Opération d’intérêt national : celle de Paris-Saclay est créée en mars 2009 pour mettre en œuvre, s (...)
  • 18 ZPNAF (Zone de protection naturelle, agricole et forestière), outil inédit créé ad hoc porté devant (...)

11Ces toutes dernières années, quelques éléments de contexte semblent cependant favoriser la concrétisation du principe de lisière. Le premier relève de la course à l’innovation favorisée par les appels à projet et autres appels à manifestation d’intérêt (AMI) obligeant les candidats à travailler un vocabulaire servant leur communication autour du projet qu’elle porte ; ceci s’établit dans un environnement de concurrence importante où le choix des mots a trouvé à faire avec le terme de lisière. Ainsi en est-il de : « La lisière du campus urbain du quartier de Moulon » sur le plateau de Saclay, projet sélectionné en 2017 et subventionné par la région Île-de-France au titre de son programme « 100 quartiers innovants et écologiques ». Le projet a été retenu à partir de critères portés par l’idée de lisière : concilier l’aménagement urbain du plateau de Saclay autour du cluster (OIN Paris-Saclay17) et la préservation d’espaces agricoles, naturels et forestiers, soutenue en partie par le périmètre de la ZPNAF18(Spaak, 2013). La lisière évoque la rencontre de ces deux entités spatiales autour de l’idée de transition et participe de la mise en récit du projet urbain en déclinant diverses thématiques concrétisées dans des aménagements (voir aussi partie 3) : la gestion de l’eau et la participation à l’élaboration de la Trame verte et bleue, un lieu d’expérimentation agricole pour les écoles et centres de recherche du cluster (l’université Paris-Sud et AgroParistech notamment), les usages récréatifs. Le projet de lisière s’applique sur tout le plateau en intégrant une procédure d’aménagement, celle de la ZAC (Zone d’aménagement concerté) et notamment la ZAC de l’école polytechnique, celles de Corbeville et de Moulon. Dans les dossiers de ZAC, la lisière acquiert une matérialité au sein d’un foncier délimité, représentant 150 ha, soit un quart de la superficie du campus urbain (Fig. 2).

Figure 2 : La lisière du campus Paris Saclay

Figure 2 : La lisière du campus Paris Saclay

Source : Ordonnancement, pilotage et coordination de la ZAC Du Moulon, plan de phasage prévisionnel des travaux 2017 – 2022, Version de juillet 201719.

  • 20 Pour accompagner les futurs projets sur les limites parcellaires et leur déclinaison dans les docum (...)

12Le second élément de contexte qui tend à favoriser le passage à l’opérationnel de la lisière est intimement lié au premier ; il correspond à la promotion de l’urbanisme de projet associé au Grenelle II de l’environnement et placé sous le signe du développement durable. En développant de nouveaux outils favorables au croisement de logiques sectorielles, cet urbanisme a permis à la lisière de trouver sa place dans les PLU (Plan local d’urbanisme) au sein d’OAP (Orientation d’aménagement et de programmation) devenues obligatoires depuis 2010. Celles-ci revêtent un caractère de compatibilité sur le plan juridique leur donnant une puissance prescriptive bien supérieure aux orientations que pouvaient jusque-là porter les PADD (Projet d’aménagement et de développement durable) ; évidemment l’interprétation de l’OAP peut être sujette à litige dans la mesure où le règlement du PLU impose la conformité et est lui seul en capacité de délivrer ou pas une autorisation de construire. Il n’empêche que le renforcement des OAP va jusqu’à indiquer des pourcentages imposant des limites d’emprise particulièrement prescriptives. La commune de Fontenay-le-Fleury, intégrée au périmètre du TAU de la plaine de Versailles, développe cinq OAP dans son PLU, faisant écho à des études conduites par l’APPVPA20, et l’une d’elles porte la mention de lisière sous l’intitulé « Les lisières agri-urbaines entre la ville et la plaine de Versailles ». Elle indique des éléments de recommandation touchant à la fois les paysages agricoles et urbains autour de la valorisation et de la préservation des terres agricoles, des jardins maraîchers et horticoles, mais aussi des continuités d’eau (aqueduc et rus) : ceci par le dégagement de cônes de vue, par des restrictions de constructibilité précisées dans la partie réglementaire de la zone N du PLU, par des hauteurs de plantation, mais aussi par des indications de requalification d’entrées de ville, de préservation de hameaux. L’OAP tricote ainsi la lisière et pose les fondements d’un paysage agriurbain en cours d’installation.

13Notion invitant au débat sur les morphologies et la fonctionnalité des espaces d’interface ville-campagne, la lisière est saisie par la planification pour donner à lire des destinations foncières et paysagères empreintes de projets où environnement, agriculture et nouveaux modes d’habiter se rencontrent. Tout en intégrant la réglementation relative à l’urbanisme, la lisière est reconnue par des paysagistes, par des géographes (Germaine et al., 2017) comme étant un outil de diagnostic et une grille d’analyse pré-opérationnelle efficaces pour appréhender la complexité des problématiques spatiales et socio-économiques de ces entre-deux.

2. La lisière : un outil de diagnostic au service d’espaces en cours d’appropriation

  • 21 On aurait pu citer, parmi d’autres, Alexandre Chemettof, 2004-2015, « Le Plateau de la Haye (54). H (...)

14La portée holistique de la lisière permet une « traversée des échelles » (Corajoud, 2000, p. 47), depuis la parcelle jusqu’à des épaisseurs agriurbaines plus vastes faites d’îlots agricoles et urbains ; manifestant une pensée intégratrice, elle s’avère un outil de lecture particulièrement précieux pour monter des projets d’aménagement dans les franges urbaines. Corajoud21, figure charismatique du métier de paysagiste, revendique comme posture celle d’« explorer les limites, [de] les outrepasser » (idem, p. 44) et met en avant les qualités heuristiques de celles-ci. « C’est donc aux situations limites que l’on trouve le gisement de toutes les qualités. Celles qui affirment la présence des choses et celles qui, dans le même temps, les estompent pour les faire coexister et les fondre dans un milieu plus vaste » (ibid., p. 45). Autre figure faisant autorité, Gilles Clément préconise d’« envisager la marge comme un territoire d’investigation des richesses à la rencontre de milieux différents » (Clément, 2004, p. 90). La figure de la lisière est topique en ce qu’elle permet de régler la focale sur une caractéristique forte des franges urbaines, leur fragmentation et les nombreuses interfaces qui les traversent de part en part ; et ce faisant, d’explorer des situations spatiales particulières où se lisent notamment l’imbrication entre l’urbain et le rural (ou ce qu’il en reste), entre des systèmes spatiaux et temporels différents.

15Les franges urbaines franciliennes où sont situés les territoires agriurbains, offrent à la vue des paysages composites, en mouvement ou éphémères, marqués bien souvent par une dynamique d’abandon, et constituant de ce fait potentiellement des espaces de liberté, autant de traits que l’outil lisière permet d’explorer aux deux échelles, parcellaire et territoriale.

2.1. La lisière pour lire des paysages composites, mouvants et résiduels : délaissés urbains, délaissés agricoles

16Kaléidoscopique, telle est la première caractéristique des paysages des franges urbaines faits d’une juxtaposition, d’une imbrication d’éléments divers, voire hétéroclites. Le premier élément qui vient à l’esprit, c’est le logement et sa forme bien connue du lotissement et de l’habitat individuel marqué aujourd’hui par une dynamique de densification. Le deuxième, ce sont les « annexes urbaines » (Georges, 1989). « La ville a besoin de « dégagements » et transforme une partie de ses marges en « espaces [ou surfaces] de service » (idem, p. 359) : zones d’activités, stations d’épuration, déchetteries, terrains dédiés aux gens du voyage, aéroports, espaces commerciaux, cimetières, Ehpad, échangeurs, infrastructures de toute nature (transport ferroviaire, routier, aérien, d’énergie), entrepôts et plates-formes logistiques, fourrières. Autant d’objets qui découpent le territoire, « distendent l’espace bâti et vécu », estompent les relations ville-campagne (ibid., p. 361) sauf à habiter sur les bords dans une résidence avec vue sur le territoire agricole. Celui-ci, troisième élément du kaléidoscope, se déploie sur les bords externes des franges urbaines ou s’insinue entre les espaces bâtis sur les bords internes des enclaves non construites constitutives d’une ville émiettée (Charmes, 2011). En somme, une composition fragmentée faite d’assemblages, d’alliances, de frontalités, de ruptures, d’interrelations que l’outil lisière permet de qualifier et d’identifier en proposant une lecture de l’espace à partir des zones de contacts entre les différents milieux.

17Façonnée par des dynamiques croisées d’appropriation privée ou publique, la matérialité des franges urbaines est le fruit de constructions socio-spatiales complexes mettant en jeu une grande diversité d’acteurs, de logiques de cohabitation et de transactions à l’échelle de la parcelle (Fig. 3 et 4). Habitants, acteurs économiques privés – grande distribution, plateformes logistiques (Raffin et al., 2016), industriels, artisans, agriculteurs – acteurs publics y fabriquent des paysages à leur image, des limites qui leur conviennent : clôture très haute de barbelé autour d’infrastructures militaires, industrielles ou de transports, haies de résineux taillées au carré assimilées à du « béton vert » autour de lotissements. Considérer les modes de fabrique habitante des limites conduit à questionner le paysage habité et la manière dont les bords sont expérimentés et vécus (cf. supra) et là encore la lisière comme outil d’exploration convient parfaitement car elle conduit à regarder et décrire les formes en coprésence et à décrypter, notamment à l’échelle parcellaire, les processus à l’œuvre de part et d’autre de la limite et sur l’emprise spatiale de celle-ci.

Figure 3 : Quand agriculture et « annexes de la ville » se côtoient (territoire de la communauté d’agglomération Val-de-France, 95)

Figure 3 : Quand agriculture et « annexes de la ville » se côtoient (territoire de la communauté d’agglomération Val-de-France, 95)

Source : Monique Toublanc, 2012

Figure 4 : Quand une exploitation se maintient et compose avec son environnement, un quartier d’habitation (territoire de la communauté d’agglomération Val-de-France, 95)

Figure 4 : Quand une exploitation se maintient et compose avec son environnement, un quartier d’habitation (territoire de la communauté d’agglomération Val-de-France, 95)

Source : Monique Toublanc, 2012

18Mais, les franges urbaines sont souvent le fruit d’une longue histoire, et là encore l’outil lisière s’avère opératoire pour en saisir la trajectoire. En effet, aborder, la ville par ses bords externes ou internes, comme nous y invite l’outil lisière, c’est prendre en charge cette dynamique historique. En Île-de-France, les limites externes se sont déplacées au fil du temps, sans cesse repoussées au-delà du périphérique puis de la banlieue. De même, les éléments qui composent les bords internes des enclaves ouvertes au sein du tissu urbain nous racontent aussi l’histoire des lieux : un passé souvent agricole dont la ville porte encore les marques, en témoignent les murs à pêches de Montreuil, des arbres paysans conservés ou restés là, inclus de fait dans le tissu urbain (Toublanc et al., 2013). Des bords mouvants, mais aussi des paysages en mouvement dont la morphologie change au gré des usages, des pratiques et des fonctions qui se modifient au fil du temps. Le changement d’affectation rapide (turn-over), l’instabilité, l’inconstance, voire l’abandon, au moins provisoire, semblent être des marqueurs forts des paysages des franges urbaines (Jackson, 1re édition anglaise 1984) qu’il est possible de mettre en récit à partir de la lisière.

19Paysages du transitoire, de l’éphémère, les franges urbaines ce sont aussi des espaces oubliés, dont les processus d’émergence peuvent être différents biens qu’entremêlés et convergents. Les uns sont le résultat de dynamiques socio-économiques à l’œuvre sur les territoires : espaces désaffectés, friches industrielles, agricoles (bâtiments abandonnés, parcelles non cultivées), commerciales (centres commerciaux, stations-service, commerces), résidentielles (Fig. 5a et 5b). Les autres sont produits par les modes d’action publique et les grands opérateurs de l’aménagement du territoire : l’impensé de la ville (Degeorges et Nochy, 2002) tels les délaissés liés aux emprises des infrastructures de transport ferroviaire, aérienne, routier, énergétique et leurs équipements connexes comme les échangeurs et ronds-points ; ou encore les terrains enclavés dans un territoire morcelé, entaillé par les infrastructures et les équipements. Ces interstices ou entre-deux ont perdu leur fonction antérieure, par exemple agricole, du fait des difficultés d’accessibilité. Foncier en attente d’occupation (spéculations de la ville sur les terres agricoles) ou bien tout simplement effacé du fait de son invisibilité et de sa fermeture physique (clôture, talus, végétation haute, friches), il est souvent occupé, approprié de façon informelle et illégale (décharges sauvages, squat, lieux de fête) (Fig. 6), innovante (agriculture urbaine) (Fig. 7) produisant des paysages résiduels et labiles. Inscrites dans l’univers du transitoire, les franges urbaines sur leurs bords émergent comme des espaces d’opportunité pour des pratiques transgressives, comme des espaces de liberté (Fig. 8a et 8b), voire comme de nouveaux espaces publics (Mahey, 1999 ; Delbaere, 2011). Réponse à l’invisibilité spatiale et sociale de ces entre-deux, de ces espaces de transition, l’outil lisière permet de les considérer (au sens premier du terme) en les regardant dans leur épaisseur, de les décrire avec le plus de justesse possible, de les rendre visibles et de les reconnaître pour ce qu’ils sont, des réponses à des quêtes individuelles ou collectives au quotidien. Mais considérer le bord de la parcelle, c’est aussi s’autoriser à scruter au-delà et ainsi pénétrer dans les territoires situés de part et d’autre : il est alors possible de saisir les marques d’appropriation et l’empreinte de pratiques informelles, et d’interroger leurs modalités de cohabitation avec les autres fonctions du territoire, évidentes, installées durablement, institutionnalisées et reconnues, comme un échangeur, un aéroport.

Figure 5a : Des friches urbaines à Goussainville-Le vieux village (95), 50 ans d’abandon

Figure 5a : Des friches urbaines à Goussainville-Le vieux village (95), 50 ans d’abandon

Source : Monique Toublanc, 2012

Figure 5b : Des friches industrielles à Gonesse, Le Thillay (95)

Figure 5b : Des friches industrielles à Gonesse, Le Thillay (95)

Source : Monique Toublanc, 2017

Figure 6 : Une décharge sauvage sur le territoire de la communauté d’agglomération Val-de-France (95)

Figure 6 : Une décharge sauvage sur le territoire de la communauté d’agglomération Val-de-France (95)

Source : Monique Toublanc, 2012

Figure 7 : Des délaissés urbains retrouvant une fonction agricole : le troupeau de la ferme du Bonheur à Nanterre (92)

Figure 7 : Des délaissés urbains retrouvant une fonction agricole : le troupeau de la ferme du Bonheur à Nanterre (92)

Source : Roberta Pistoni, 2018

Figures 8a et 8b : Une appropriation informelle : de la friche industrielle au street art à Gonesse, Le Tillay (95)

Figures 8a et 8b : Une appropriation informelle : de la friche industrielle au street art à Gonesse, Le Tillay (95)

Source : Monique Toublanc, 2017

2.2. Entre ville et campagne, la lisière pour lire la plasticité des lieux

20Permettant de croiser les diagnostics des délaissés, du résiduel et de l’ordinaire, la lisière offre une grille de lecture d’un cadre spatial dans lequel se forge un habiter. Cet habiter évoque tout à la fois la relégation et l’existence d’un espace ressource pour intégrer la métropole.

  • 22 À titre d’exemple, cet article du journal Le Monde faisant état des maraudes à la « lisière du bois (...)
  • 23 Périmètre d’intervention foncière de la Région Île-de-France : outil de surveillance foncière pour (...)

21L’actualité se fait le relais de réalités socio-spatiales22 au sein desquelles les interfaces urbain-rural sont des espaces refuges pour des populations mises aux portes de la ville, aux portes des villages. Les échangeurs routiers et remblais de voies rapides laissent apparaître des tentes à peine dissimulées, tout comme les bois des franges des agglomérations (Grésillon et al., 2014) sont occupés çà et là par des abris de fortune (Lion, 2015) autant de signes d’un droit à la ville (Lefèvre, 1968), d’un droit au logement, d’un droit à la vie plus que fragilisé et auquel une métropole de rang mondial comme Paris n’offre pas de réponses suffisantes. La commune de Périgny dans le Val-de-Marne compte un certain nombre de serres agricoles abandonnées (Fig. 9) et occupées partiellement par des personnes sans domicile précisément sur ce que le Sdrif (Schéma directeur de la région Île-de-France) de 2013 identifie comme un « front urbain » d’intérêt régional ; sur cette zone tampon entre le plateau agricole protégé par un Prif23 et la ville, arrêtée dans son extension, l’utilisation de la lisière comme outil d’analyse et de compréhension des franges permet de voir et décrypter l’occupation - en l’occurrence illégale - par des populations perpétuellement déplacées, évacuées d’espaces interstitiels. En raison des limitations de constructibilité, la commune argue de son impossibilité à trouver du foncier pour faire du logement social tout en se trouvant confrontée à une très grande précarité dans ses franges ; pourtant contrainte par la loi SRU à 25 % de logements sociaux, elle n’en compte pour l’heure que 7,5 %. Tandis que le front urbain décline un règlement imposant une limite stricte, étanche, entre occupations urbaines et espaces agricoles, la lisière comme outil de lecture conduit à poser au contraire, à l’échelle de la parcelle, le diagnostic de sa porosité, et par voie de conséquence, la difficulté pour de nombreuses localités (Fig. 10), situées en limite d’agglomération à tenir les prescriptions réglementaires inscrites sur les documents de planification.

Figure 9 : Habitats de fortune dans les interfaces urbain-rural : serres abandonnées à Périgny (94)

Figure 9 : Habitats de fortune dans les interfaces urbain-rural : serres abandonnées à Périgny (94)

Source : Géoportail, 2018

Figure 10 : Cabanons d’habitation à Saint-Germain-de-la-Grange sur des terres agricoles (78)

Figure 10 : Cabanons d’habitation à Saint-Germain-de-la-Grange sur des terres agricoles (78)

Source : Claire Aragau, 2019

22À l’échelle d’un territoire, la lisière permet aussi de lire, dans ces marges résidentielles, des stratégies agricoles : ces interfaces s’offrent comme des portes d’entrée vers de nouveaux marchés alimentaires. Des agriculteurs, en situation de sous-location auprès de gros céréaliers, y voient une possibilité d’insertion dans les marchés urbains de proximité ; la frange agricole se complexifie en comprenant du maraîchage de produits dits « ethniques » (Ma Meung, 1996) au sein du parcellaire céréalier pour alimenter en choux chinois et autres produits des restaurants asiatiques (Fig. 11). Dans d’autres cas, la lisière met en exergue un effet de situation : l’opportunité d’un changement de système de culture pour des exploitants agricoles cherchant à capter pleinement de nouveaux circuits de commercialisation. Ainsi en est-il de la cueillette du Plessis-Gassot (95) développée par une famille de céréaliers attentive à la présence de ménages originaires de Turquie et d’Afrique du Nord recherchant une production légumière spécifique, et sensibles au lien à la terre que procure la cueillette. Prise en tenaille dans un paysage mouvant marqué par la perte récurrente de terres depuis les années 1970, l’exploitation a perdu 50 ha de terres (notamment avec l’extension du site Veolia : carrière et enfouissement de matériaux inertes). Le caractère agriurbain du site offre à l’exploitant la possibilité de réorienter son plan de culture, la lisière comme clé de lecture révèle cette fois une situation-tremplin pour une diversification de l’exploitation agricole : 100 ha sont maintenus en céréales, tandis que 20 ha sont dédiés au maraîchage, avec en plus une serre de 1 800 m2 de cultures hors-sol de fraises, l’idée étant de capter un marché de niche, autour d’une production précoce et de qualité (sans herbicide avec le hors-sol), à haute valeur ajoutée et prisée des citadins. Les profils des cueilleurs du Plessis-Gassot (77) comme ceux de Compans (95) – autre grande exploitation proche développant la cueillette (150 ha en céréales et 25 ha en maraîchage) – (Toublanc et Poulot, 2018) diffèrent de ceux de la ferme de Gally dans la plaine de Versailles (78). Le modèle de la ferme de Gally épouse une logique entrepreneuriale autour du modèle de la ferme-loisirs, la cueillette comme découverte étant ces dernières années rattrapée par une demande sociale du manger mieux. En Plaine de France, une agriculture lovée dans des interstices du territoire et développant des formes de diversification, apparaît quant à elle comme un vecteur d’ancrage et de sécurisation alimentaire (Hochedez et Le Gall, 2016) pour des populations, en large partie issues de l’immigration, qui construisent leur intégration à l’espace métropolitain (Chiffoleau, 2012 ; Aubry, 2013).

Figure 11 : Serres et cultures en maraîchage de productions asiatiques dans un territoire céréalier à Thieux (77)

Figure 11 : Serres et cultures en maraîchage de productions asiatiques dans un territoire céréalier à Thieux (77)

Source : Géoportail, 2019

23La lisière, au service d’une lecture de la marge, de la frange, invite à diagnostiquer, de la parcelle au territoire, l’entrelacs des appartenances socio-spatiales des habitants qui la vivent ; elle facilite une lecture holistique de mondes sociaux et culturels qui cohabitent, parfois entrent en conflits, et cherchent à s’inscrire dans la dynamique métropolitaine, tant du point de vue résidentiel qu’économique. Elle est un instrument efficace pour une compréhension de la porosité des environnements urbains et ruraux, condition sine qua non de projets d’aménagement amarrés aux territoires.

3. Des projets de lisière au service de l’agriurbain

24Si la lisière permet de lire des interactions entre l’urbain et le rural, elle est aussi efficace pour repérer des blocages, des situations-verrous que le panel des outils de l’aménagement actuel ne parvient pas véritablement à surmonter, en particulier du côté de la maîtrise foncière. Quelle plasticité la lisière peut-elle conférer au foncier en matière juridique et d’usages ? Quels nouveaux espaces peut-elle créer au nom de l’intérêt public et quelle vitrine de l’agriurbain peut-elle offrir ?

3.1. Des lisières pour lier l’inconciliable

25S’il est une lisière des plus difficiles pour construire des porosités, c’est sans doute celle qui met en contact le parcellaire d’une zone d’activités commerciales avec celui de l’agricole. La situation est pourtant courante, offrant des paysages plus que contestés : urbanisme en boîtes à chaussure, espaces fermés multipliant les culs-de-sac vers les champs, autant de paysages de la fragmentation, entre le plein des espaces commerciaux et le vide d’un parcellaire agricole déshumanisé. Les facteurs d’explication en sont assez simples et relèvent de cadres juridiques du foncier véritablement étanches : le parcellaire agricole soumis au code rural et à un marché qui lui est propre versus le parcellaire de la zone commerciale relevant du code de l’urbanisme et réparti entre un nombre de propriétaires dont la multitude ne peut rivaliser avec ceux pourtant divers du monde agricole. Deux régimes fonciers dictant un rapport à la terre très différent, les logiques spéculatives les plus poussées se trouvant côté espaces commerciaux. En outre, le rythme de changement de propriété est sans comparaison entre les deux sphères, la pérennité de la propriété agricole reste encore largement associée à la valeur patrimoniale du bien tandis que la financiarisation l’emporte côté commercial. Ces éléments posés, la puissance publique se trouve souvent dans l’incapacité technique et financière, non seulement de s’adresser à la multitude de propriétaires présents sur une zone commerciale, mais encore de préempter et de procéder à des rachats de foncier pour maîtriser le développement de la zone, ouvrir des cheminements et penser les continuités avec le parcellaire agricole.

  • 24 Société d’aménagement foncier et d’établissement rural : porteur du foncier agricole.
  • 25 Établissement public foncier : porteur du foncier à bâtir. Safer et EPF développent ensemble des dé (...)

26Le rapport de force étant particulièrement inégalitaire, la logique du donnant-donnant entre acteurs publics et privés ouvre des pistes faisant de la lisière un outil pour conduire une procédure de transaction. Sans s’attarder sur les cônes de vue et autres continuités vertes dessinés sur les plans guides des maîtres d’ouvrage fonctionnant comme des effets d’annonce, la question alimentaire retient en revanche l’attention. Elle pourrait transcender un certain nombre d’obstacles et offrir des possibilités d’échanges à partir d’un projet de lisière dont le foncier, porté tantôt par le rural (en zone A ou N des PLU) et tantôt par l’urbain (en zone U ou AU) inscrirait sa pérennité dans un usage purement nourricier. La ZAD (Zone d’aménagement différé) de la plaine de Montesson, objet de conflit entre les tenants (élus, promoteurs) d’un projet d’extension de la zone commerciale et des citoyens militants regroupés autour de la ZAD baptisée « ZAD patate », rejoint les espaces de résistance où se réinventent des procédures à travers des projets de lisières. À l’heure où des intérêts convergent entre société civile désireuse de s’approvisionner à proximité et grandes enseignes contraintes de s’adapter à cette nouvelle demande tout en cherchant à réhabiliter leur image, la ZAD ouvre une brèche pour penser l’hybridité. Alors qu’à Montesson le projet d’extension est abandonné, la ZAD, réserve foncière en attente de projet urbain, change de nature et devient une réserve foncière au service de l’agricole, même si son avenir reste toujours hypothéqué. Reste à consolider ce projet agriurbain entre demande sociale et recherche de foncier agricole par des grands groupes comme Carrefour, et à l’image d’Auchan qui souhaite développer une activité agricole autour de ses magasins dans une démarche de circuit court reprenant le modèle des magasins 0’Tera (Rouget et al., 2014). À ce jour, le groupe Auchan a acquis plusieurs centaines d’hectares autour d’une cinquantaine de magasins hors Île-de-France, il est prêt à mettre en culture un foncier parfois acheté au prix de la terre à bâtir, situé soit en zone U (immédiatement sur l’enveloppe foncière du magasin dont l’emprise ne recouvre pas toute la parcelle) soit en AU (Zones à urbaniser). La démarche fait l’objet de nombreuses contestations citoyennes au regard des difficultés d’installation des agriculteurs : coût du foncier et pénurie de la ressource. Les logiques d’accaparement sont à craindre, mais il n’empêche que la lisière comme visée offre une scène nouvelle pour déployer des projets agriurbains rassemblant des acteurs jusque-là peu enclins à se rencontrer : acteurs économiques (foncières et promoteurs détenant le capital ; agriculteurs sans lesquels la production ne peut se faire), acteurs politiques (élus, garants des arbitrages réglementaires), acteurs institutionnels (Safer24 engagée dans la lutte contre la spéculation foncière ; les EPF25 contractualisant de plus en plus avec la Safer) et associatifs (groupements citoyens en capacité de bloquer des projets).

27Ainsi la mobilisation et la demande sociales bousculent les procédures et participent de l’élaboration de véritables projets de lisière.

3.2. Des lisières pour ouvrir des paysages et faire espaces publics

28Partant du constat que les espaces construits et ouverts (bois et forêt/ agriculture) se tournent le dos, les aménageurs, au premier rang desquels certains paysagistes (cf. infra), projettent des interventions à l’échelle du quartier, qui visent à transformer la matérialité des bords, en particulier habités, pour mieux articuler des territoires – la ville et les champs (la campagne) – qui s’ignorent.

29C’est à la faveur d’opérations locales de construction de nouveaux quartiers urbains en périphérie métropolitaine, souvent estampillés « écoquartiers » ou « quartiers agriurbains » que l’aménagement des limites est envisagé dans le cadre de projets paysagers, au demeurant assez concrets dans leur formulation : la lisière est tantôt vergers ou parcelles de maraîchage, tantôt mail planté, piste cyclable ou bassin de rétention mixant des usages vecteurs d’appropriations habitantes ; en lieu et place des « espaces verts » qui accompagnaient chaque opération urbaine dans les années 1960-1970, autre époque, autre terme. À moins qu’il ne s’agisse de fabriquer en limite de quartier de nouveaux parcs urbains qui deviendraient des espaces publics, c’est en tout cas le message véhiculé par les images produites par les bureaux d’études en charge des opérations urbaines (Fig. 12). Dans tous les cas, les lisières s’inscrivent dans un processus historique dont on peut penser qu’elles marquent une étape. Dans les années 1990-2000, les projets d’aménagement étaient placés sous le signe du développement durable et de la multifonctionnalité des espaces et de leurs composantes, et donnaient lieu à la conception d’objets récurrents – surfaces enherbées, cheminements doux, arbres, bois, noues, prairies fleuries – traduisant une volonté d’intégrer la nature dans la ville (et vice versa la ville dans son environnement), dont on notera d’ailleurs qu’ils ont pour origine le plus souvent l’univers de la campagne et de l’agriculture. L’analyse croisée des discours et des images produites (cf. entre autres Fig. 12), dans le cadre des projets de lisière actuels, montre une récurrence de ces marqueurs paysagers de la ville durable, mais elle indique aussi que ces éléments emblématiques, notamment des ZAC des années 1990-2000 (Terrade et El Moualy, 2019) sont maintenant complétés, voire supplantés par d’autres motifs comme les espaces de production agricole, maraîchères entre autres. L’attribut agricole, relativement récent, mais insistant, dénote une évolution du modèle, qu’il est possible de lire dans le changement de vocabulaire – de la lisière urbaine à la lisière agri(gro)urbaine, de la ville nature à la ville fertile ; encore que certains paysagistes utilisent le vocable « lisière urbaine » et le nourrissent du motif de l’agriculture, comme l’attestent la citation et les figures ci-dessus. Pour autant, on peut s’interroger sur l’intention par ailleurs affichée et réitérée d’établir un dialogue, de nouer des interrelations avec l’espace non construit agricole.

  • 26 Terme emprunté à Erhman S. et Brisson, J.-L. (revue Projets de paysages, n° 19, « L’imagerie du pay (...)

Figure 12 : Une « imagerie26 » du projet de paysage agriurbain projetée sur le réel

Figure 12 : Une « imagerie26 » du projet de paysage agriurbain projetée sur le réel

Source : Projets de lisières à Montévrain mis en images par l’agence Folléa-Gautier en 201127

30Que signifie alors à une échelle opérationnelle une lisière « agriurbaine » ? Espace de dialogue ou espace-tampon (Vantbutsele et Decleve, 2015) ? Trait d’union ou sas ? Une ambiguïté que le paysagiste qui a joué un rôle de pionnier dans la construction de l’idée de lisière urbaine comme projet d’aménagement exprime à sa manière en nous disant : la lisière est en même temps un espace de dialogue et un espace-tampon bien utile pour apaiser « les conflits d’usage qui ne manquent pas d’éclater en situation de ville-archipel » « en protégeant les cultures contre les fréquentations non maîtrisées, destructrices des cultures ; inversement elle permet les traitements des cultures tout en protégeant les riverains des nuisances et des risques sanitaires qui y sont liés » (Folléa, 2013, p. 107 ).

31Aujourd’hui, les réalisations restent encore assez rares et cela pose la question de la concrétisation du modèle et du passage du discours, du langage à la matérialité, à la réalité. Et les quelques projets réalisés prennent fréquemment la forme d’espaces publics en bordure du quartier, le plus souvent des aménagements linéaires permettant de faire le tour du quartier (Fig. 13a et 13b). Des espaces de partage pour qui les fréquente, mais peut-on dire que ceux-ci établissent des liens entre la ville et le territoire environnant ? Oui sur le plan visuel (cf. Fig 13a et 13b), car les transitions aménagées ne sont pas opaques, elles laissent passer le regard et ouvrent sur l’espace agricole, elles permettent de regarder de l’autre côté de la ligne ; tout en séparant les deux entités, elles les font en quelque sorte exister et cohabiter. En revanche, que reste-t-il de l’intention initiale de mise en relation, en dialogue de l’espace urbain avec l’espace agricole adjacent, de réconciliation de deux mondes qui se tournent le dos ? Il semble que le modèle ne tienne pas toutes ses promesses, à moins que celui-ci ne soit trop récent et n’ait pas encore trouvé les conditions nécessaires à sa concrétisation qui supposerait une cogestion. Autre hypothèse plus pessimiste : que la figure soit instrumentalisée comme un outil de marketing dans des projets d’extension urbaine pour rendre acceptable une urbanisation de terres agricoles.

Figure 13a et 13b : Aménagements piétons en bordure d’un quartier d’habitation, Fontenay-le-Fleury (78)

Figure 13a et 13b : Aménagements piétons en bordure d’un quartier d’habitation, Fontenay-le-Fleury (78)

Source : Monique Toublanc, 2012

3.3. Des lisières « vitrines » de l’agriurbain

32La lisière finit par être érigée en « vitrine » pour des projets d’aménagement repensés à l’aune de la durabilité. Celle-ci se décline différemment au gré des priorités que les projets mettent en exergue, tantôt l’environnement, tantôt l’alimentaire autour de modalités de gouvernances qui elles-mêmes varient et tentent l’expérimentation pour lever des verrous récurrents dans le montage des projets urbains.

33Les projets urbains sont soumis à des critères de rentabilité auxquels les fortes densités du bâti - logements et bureaux surtout - permettent de répondre via la vente de charges foncières (i.e. de droits à construire). Dans cette logique, un foncier non bâti fait courir des risques financiers car non rémunérateur. Toute la question est de savoir à qui faire porter la charge de l’entretien des espaces ouverts que la puissance publique peine à pouvoir assumer et que les promoteurs privés ne souhaitent pas imputer à des copropriétés, c’est-à-dire à de futurs acheteurs pouvant en redouter le montant.

34Dans ce contexte peuvent s’initier et se nouer des partenariats innovants autour du maintien des espaces ouverts. Ainsi, sur le plateau de Saclay (cf. partie 1), l’emprise foncière de la lisière inscrite dans les plans de ZAC recouvre différentes fonctionnalités dessinant des paysages – champs d’expansion des crues et noues – composantes d’une Trame verte et bleue (Fig. 14) : initiés par des acteurs publics en charge de la gestion du territoire, ils sont entretenus pour l’étude des micro-organismes dans la colonisation des zones humides par des entités d’enseignement et de recherche, l’université Paris Sud et AgroParisTech. De même, dans des projets lisières aménagées sous forme de jardins, une partie de ce paysage alimentaire relève de la propriété publique, mais est entretenue par des particuliers pour les jardins familiaux, et par des associations pour les jardins partagés (Toublanc et Poulot, 2018). La lisière comme projet se présente alors comme une ressource pour des montages renouvelés et originaux mixant des procédures et des statuts juridiques différents.

Figure 14a et 14b : Paysages de champs d’expansion de crue et de noues : fragments de la Trame verte et bleue et espaces d’expérimentation pour le Cluster Paris-Saclay (78)

Figure 14a et 14b : Paysages de champs d’expansion de crue et de noues : fragments de la Trame verte et bleue et espaces d’expérimentation pour le Cluster Paris-Saclay (78)

Source : Claire Aragau, 2018

35Dans d’autres cas de figure, le projet de lisière engage une hybridation des missions des acteurs traditionnels de l’aménagement. Ainsi en est-il de l’EPA-Marne (Établissement public d’aménagement) maître d’ouvrage de l’écoquartier de Montévrain (77) situé dans la communauté d’agglomération Marne-et-Gondoire. Le nouveau quartier de 153 ha labellisé ÉcoQuartier en décembre 2018 construit l’agriurbain autour d’un cœur d’opération appelé « cœur agro-urbain » correspondant à 19 ha destinés au maraîchage. Le maire revendique à travers cette agriculture « une identité mixte entre ville et campagne » pour sa commune, et la lisière joue le rôle d’un seuil d’entrée en territoire agriurbain, au-delà de l’effet marketing de ce que pourrait être une agriculture urbaine sur la plaquette d’un promoteur. Le contexte est celui d’une commune comptant deux exploitations en grande culture, une en polyculture-élevage et un centre équestre ; ces exploitations sont fragilisées par l’avancée de l’urbanisation, les baux précaires représentent 66 % de la SAU (Surface agricole utile) de Montévrain, mais des jeunes sont prêts à s’installer. Un appel à manifestation d’intérêt (Ami) a été lancé, retenant sur un total de trois candidatures (deux collectives et une individuelle), une équipe lauréate composée de quatre exploitants. Le comité de sélection pioche ses membres côté ville (CA de Marne-et-Gondoire, commune de Montévrain, commune de Chanteloup-en-Brie) et côté campagne avec des institutionnels de la profession agricole (chambre d’agriculture, Abiosol pour le label biologique exigé) sans oublier le mouvement citoyen Terres de liens. EPA-Marne, dont la vocation est de conduire, comme tout établissement public d’aménagement au service de l’urbain, des opérations de logements ou des infrastructures, se voit entrer dans une procédure inhabituelle de soutien à l’agriculture : à la faveur de l’aménagement d’une lisière agriurbaine, il devient porteur d’un foncier agricole délivrant des baux ruraux de 18 ans (conformément au code rural) à des agriculteurs sur du foncier maintenu en zones A et N des PLU. À terme, l’établissement public n’ayant pas vocation à rester gestionnaire des terrains prévoit de transmettre la propriété aux collectivités territoriales en garantissant la continuité des baux. En outre, détenant 5 % de chaque programme de logements locatifs aidés, EPA-Marne propose de soutenir des dossiers de candidature auprès du bailleur pour permettre aux agriculteurs de loger à proximité, autre élément non négligeable de la couture agriurbaine.

36Ainsi, à travers les projets de lisière s’expérimente un renouvellement des procédures qui réécrit les missions des acteurs de l’aménagement et dans lequel la ville se met au service de l’agricole comme l’agricole rend service à la ville ; ceci dans le cadre d’une continuité fonctionnelle avec les espaces adjacents mais pas toujours évidente à poursuivre ni à coconstruire, le risque étant l’alibi marketing, le hors-sol.

Conclusion

  • 28 La commande passée à des photographes « représenter le paysage français des années 1980 » a révélé (...)
  • 29 On citera le film « Caléidoscope : une promenade sur la limite des villes » d’Olivier Marty, artist (...)
  • 30 C’est en 1978 dans cet ouvrage qu’Alain Roger expose la première fois sa théorie sur l’artialisatio (...)

37Longtemps dépréciées, les franges urbaines sont devenues, dans le sillage entre autres de la mission photographique de la Datar (décennie 1980)28, une source d’inspiration et un espace de liberté pour la création artistique dans différents champs : musiciens, photographes, cinéastes, romanciers29. Elles deviennent aussi un objet d’investigation (Fagnoni et al., 2017) pour des chercheurs à la recherche de l’inédit, certains y voyant « une opportunité de renouvellement pour la géographie de la France » (Grésillon et al., 2017). De tels phénomènes participent à un mouvement qui fait advenir une nouvelle esthétique de la périphérie (Paquet, 2008), contribuant à l’artialisation (Roger, 1978)30de ces « non-lieux » (Augé, 1992) mis en image et érigés en paysages cristallisant un faisceau de valeurs esthétique, culturelle et sociale. Jusqu’alors invisibles ou déconsidérées, les franges urbaines sont regardées d’un autre œil, pour ne pas dire d’un bon œil.

  • 31 En décembre 2018 eut lieu la 15e édition du concours national « Entrée de ville et reconquête des f (...)

38C’est portée par ce processus de reconnaissance des franges, en quelque sorte un appel des marges – auquel elle participe et répond – que la lisière fait son entrée dans le champ de l’aménagement et s’inscrit dans une dynamique de requalification de paysages qualifiés au mieux d’ordinaires, au pire de dégradés ; en cela, elle n’est que le dernier avatar d’une préoccupation récurrente de la puissance publique qui n’a eu de cesse de déployer sur les marges urbaines et métropolitaines des politiques publiques aux succès incertains dont l’une d’entre elles, la plus significative au regard de la notion de la lisière, est identifiée par l’expression « entrée de ville31 » (pointant l’urbanisme commercial et la pollution visuelle engendrée par la publicité).

39Quand les centres des grandes villes donnent le sentiment d’être figés, que tout est déjà joué, les périphéries et entre-deux sont en revanche perçus comme des réceptacles, des matrices, des laboratoires, des terreaux où tout projet semble encore possible ; s’y construisent des utopies comme celles véhiculées par la figure de la lisière qui décline une idée-force, la multifonctionnalité de l’espace autour d’un habiter croisant le logement, l’alimentaire, l’activité et le loisir, dans un paysage chargé d’une fonction écologique. Support de bien-être, véhicule de symboles et de valeurs idéales, la lisière est présentée comme un outil d’aménagement de la fabrique agriurbaine.

40La mise en récit de l’agriurbain à travers la figure de la lisière propose un nouveau paradigme, une nouvelle vision au sens politique du terme, qui ne manquent pas d’être utilisés comme élément de marketing territorial par les collectivités, mais aussi par les opérateurs privés et publics en charge des projets d’extension urbaine. Comment faire pour dépasser cette mise en récit qui contribue certes à la reconnaissance des marges urbaines, mais ne conduit pas toujours à la création d’espaces ayant un rôle social (fonction récréative et bien-être), environnemental (biodiversité, gestion des eaux de surface) et économique (production alimentaire) comme annoncé ? L’outil lisière a le mérite de reconnaître l’interstitiel, les moindres densités et une plasticité spatiale pour penser et aménager la métropole dans la durée, en faisant sauter le verrou d’une hyperminéralisation des sols ; il participe à un saut qualitatif érigeant entre autres le périurbain en lieu de tous les possibles pour inventer d’autres modèles métropolitains en dehors de la ville dense.

Haut de page

Bibliographie

Aubry C., 2013, « Les fonctions alimentaires de l’agriculture urbaine au Nord et au Sud – Diversité et convergences », Bulletin de l’association des géographes français, 90, 3, pp. 303-317.

Augé M., 1992, Non-lieux, Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Seuil, 160 p.

Bonin S., 2013, « The concept of urban Lisière and its Application on Reunion Island », in A. Lambertini (ed.), The role of open spaces in the transformation of urban landscape, Editore Compositori, pp. 211-227, https://cloud.topia.fr/index.php/s/JoXUt0TU2bZa8Mo#pdfviewer

Bonin S., Toublanc M., Dérioz P., Béringuier P., 2016, « Des franges du projet urbain au projet de frange urbaine, la lisière comme nouvelle figure paysagère ? », Projets de paysage, n°13, http://www.projetsdepaysage.fr/fr/des_franges_du_projet_urbain_au_projet_de_frange_urbaine

Charmes E., 2011, « La périurbanisation ou l’émiettement des villes », in E. Charmes, La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris, PUF, coll. « La ville en débat », pp. 17-72.

Chiffoleau Y., 2012, « Circuits courts alimentaires, dynamiques relationnelles et lutte contre l’exclusion en agriculture », Économie rurale, n° 332, pp. 88-101.

Clément G., 2004, Manifeste du Tiers paysage, Paris, Éditions Sujet/Objet.

Corajoud M., 2000, « Le projet de paysage : lettre aux étudiants » in J.-L. Brisson (dir.), Le jardinier, l’artiste et l’ingénieur, Besançon, Les Éditions de l’Imprimeur, p. 37-50.

Corajoud M., 1982, « Le paysage, c’est l’endroit où le ciel et la terre se touchent », in F. Dagognet, Mort du paysage ? Philosophie et esthétique du paysage, Seyssel, Champ Vallon, pp. 37-53.

Degeorges P., Nochy A., 2002, « L’impensé de la ville », atelier la Forêt des délaissés, janvier 2002, consulté sur le site https://collectiflieuxcommuns.fr/?285-l-impense-de-la-ville

Delbaere D., 2011, La fabrique de l’espace public. Ville, paysage et démocratie, Paris, Ellipses, 186 p.

Desvigne M., 2010, « Épaissir les lisières », Pour, vol. 205-206, n° 2, pp. 145-148.

Fagnoni E., Milhaud O., Refhezza-Zitt M. (dir.), 2017, La France des marges, Bulletin de l’association de géographes français, vol. 94, n° 3.

Folléa B., 2013, « La ville archipel, figure du paysage urbain durable ? », Périurbains. Territoires, réseaux et temporalités, Actes du colloque d’Amiens 30 septembre – 1er octobre 2010, Éditions Lieux dits, Cahiers du Patrimoine, p. 97-107. 

Folléa B., 2019, « L’île -jardin », Les carnets du paysage, n° 35, mai 2019, pp. 92-110.

George P., 1989, « Les franges urbaines. Les effets marginaux de l’urbanisation », Espace Populations Sociétés, 3, n° 20, pp. 357-364, doi : https://doi.org/10.3406/espos.1989.1342 https://www.persee.fr/doc/espos_0755-7809_1989_num_7_3_1342

Germaine M., Temple-Boyer E., Milian J., Fouraut-Cauet V., Raymond R., 2017, « La diversité des paysages des franges périurbaines : proposition d’indicateurs pour caractériser les espaces entre ville et campagne. Deux cas de terrains franciliens », L’Espace géographique, 1, tome 46, pp. 19-40.

Grésillon E., Alexandre F., Sajaloli B., 2017, « Synthèse, conclusions, perspectives : les marges françaises, une géographie de la déconstruction ? », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 94, n° 3 : Journée de l’AGF sur la France des marges, institut de géographie, Paris, 21 janvier, pp. 549-558.

Grésillon E., Amat J.-P., Tibaut A., 2014, « Les “sans-domicile fixe” du bois de Vincennes : une précarité dans les espaces de durabilité », Géocarrefour, vol. 89, n° 4, pp. 261-269.

Héran F., 2011, La ville morcelée. Effet de coupure en milieu urbain, Paris, Economica, 211 p.

Hochedez C., Le Gall J., 2016, Justice alimentaire et agriculture, Justice spatiale, n° 9, https://www.jssj.org/article/justice-alimentaire-et-agriculture/

Jackson J. B., 2003, [1984, 1re édition en américain], À la découverte du paysage vernaculaire, Actes sud/ENSP, 277 p.

Lefèbvre H., 1968, Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 164 p.

Lion G., 2015, « Vulnérables, indésirables. Le cas des habitants des bois parisiens », Métropolitiques, https://www.metropolitiques.eu/Vulnerables-indesirables-Le-cas.html

Mahey P., 1999, « La lisière, Le potentiel d’accueil de la lisière », Les Annales de la recherche urbaine, n° 82, mars, pp.140-141.

Ma Mung E., 1996, « Entreprise économique et appartenance ethnique », Revue européenne des migrations internationales, vol. 12, nº 2, pp. 211-233.

Paquet S., 2008, « Une nouvelle topographie, ou l’art de la périphérie », Nouvelle revue d’esthétique, n° 1, p. 35-43. DOI : 10.3917/nre.001.0035. https://www.cairn.info/revue-nouvelle-revue-d-esthetique-2008-1-page-35.htm

Poulot M., 2013, « Du vert dans le périurbain. Les espaces ouverts, une hybridation de l’espace public (exemples franciliens) », EspacesTemps.net, http://www.espacestemps.net/articles/du-vert-dans-le-periurbain-les-espaces-ouverts-une-hybridation. <hal-00974374>

Raffin F., Antoine Luginbühl A., Pollet O., 2016, « Paysages de la logistique des marchandises. Le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Un paysage stratifié entre projets, amnésies et créations », Projets de paysage, n° 13, http://www.projetsdepaysage.fr/fr/le_bassin_minier_du_nord_pas_de_calais._un_paysage_stratifi_entre_projets_amn_sies_et_cr_ations

Roger A., 1978 (édition revue et augmentée en 2001), Nus et paysages. Essai sur la fonction de l’art, Paris, Aubier, 322 p. 

Rouget N., Heude J., Pfirsch Th., Schmitt G., Lescureux F., Letniowska-Swiat S., 2014, « L’entrée de la grande distribution dans le marché des circuits courts : vers un modèle “hybride” ? Le cas des magasins O’Tera dans la métropole lilloise », Pour, n° 224, pp. 185-194.

Spaak D., 2013, Le plateau de Saclay : une terre pionnière pour la protection foncière en attente d’un projet pour ses espaces ouverts et agricoles, Pour, n° 220, pp. 315-326.

Srong A.-L, 1965, Open space for urban Amercia. For urban renewal administration, Department of housing and urban development, U.S. Government Printing Office, Washington, 154 p.

Toublanc M., Poulot M., 2018, Les territoires agriurbains en Île-de-France : entre paysage ordinaire, paysage agricole et paysage alimentaire ? http://www.projetsdepaysage.fr/fr/les_territoires_agriurbains_en_le_de_france_entre_paysage_ordinaire_paysage_agricole_et_paysage_alimentaire_

Toublanc M., Frileux P., Lizet B., 2013, « Réinterprétation d’un héritage. L’arbre d’émonde dans les périphéries d’Angers et de Rennes », in Y. Luginbühl et D. Terrasson (dir.), Paysage et développement durable, Versailles, Éditions Quæ, pp. 25-36.

Toublanc M., Bonin S., 2012, « Planifier les trames vertes dans les aires urbaines : une alliance à trouver entre paysagisme et écologie », Développement durable & territoires, vol. 3, n° 2, juillet, mis en ligne le 7 juillet 2012, http://journals.openedition.org/developpementdurable/9347 ; DOI : 10.4000/developpementdurable.9347

Vanbutsele S., DecleveB., 2015, « La lisière des espaces ouverts : support de densification qualitative des métropoles », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], « Débats et Perspectives », mis en ligne le 28 mars 2015. http://journals.openedition.org/vertigo/15700 ; DOI : 10.4000/vertigo.15700

Vidal R., Fleury A., 2009, « Aménager les relations entre la ville et l’agri-culture. De nouveaux enjeux territoriaux et une nouvelle approche “agriurbaniste” », Urbia, n° 8, pp. 127-142.

Woolley H., 2003, Urban Open Spaces, Londres/New York, Spon Press, 260 p.

Zonneweld W., 2007, « A sea of houses: preserving open space in urbanised country », Journal of Environnemental Planning and Management, n° 5, pp.657-675.

Haut de page

Notes

1 La politique de la ville se formalise véritablement à la fin des 1970 et met l’accent sur des opérations de requalification urbaine dans les quartiers centraux et péricentraux ; elle est particulièrement mise en lumière, médiatisée par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) créée par la loi d'orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine de 2003.

2 Les auteurs de cet article soulignent le fait qu’en dépit d’une réflexion engagée sur la lisière à travers la mobilisation de différents termes associés (frange, front, entrée de ville entre autres) dans les documents d’aménagement, la notion peine à intégrer la sphère opérationnelle.

3 Tendance amorcée par la loi SRU, la loi Grenelle II renforce les obligations des SCoT et des PLU pour lutter contre le mitage et l’étalement urbain. Ainsi le SCoT, dans son rapport de présentation, doit inclure une analyse de la consommation des espaces agricoles, naturels et forestiers au cours des 10 dernières années précédant son approbation. Le PADD doit en faire autant. Et avant toute nouvelle ouverture à l’urbanisation, le SCoT pourra introduire la réalisation d’un état des lieux des zones susceptibles d’être densifiées.

4 Espaces ouverts : l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Île-de-France reprend en 2011, à titre opérationnel, une définition des espaces ouverts tirée de la littérature anglo-saxonne sur les open spaces (Strong, 1965 ; Woolley, 2003 ; Zonneveld, 2007) : espaces non bitumés constitués de sols vivants, non imperméabilisés tels que le parcellaire agricole, les prés, bois, forêt, berges et plans d’eau.

5 La loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain (SRU) de 2000 acte l’obligation à densifier la ville pour lutter contre l’étalement urbain et la consommation effrénée des terres agricoles.

6 PSDR : Pour et sur le développement régional (2016-2020). Agrige : Archipels agriurbains, résistances et gouvernances. Cette recherche associe des acteurs de six territoires agriurbains (Adadsa en Seine Aval, APPVPA sur la plaine de Versailles, Plaine d’Avenir 78 à Montesson, Terre et Cité sur le plateau de Saclay, Triangle vert sur le plateau de Marcoussis, communauté d’agglomération du Val d’Orge à Brétigny), le CAUE de l’Essonne et des chercheurs.

Le protocole d’enquête est constitué d’entretiens compréhensifs (4 chargés de mission territoire, 3 services d’urbanisme, 3 élus, 9 agriculteurs), d’analyses des PLU, des chartes en place dans les territoires et du Schéma directeur de la région Île-de-France (Sdrif), de banques d’images (cartographie des documents d’aménagement, photographies prises sur les territoires agriurbains du programme mais aussi sur le territoire agriurbain de Roissy-Plaine de France non inclus dans le programme (labellisé en 2017) et prises enfin sur le territoire non labellisé du Grand Paris Sud Est Avenir (GPSEA).

7 Les territoires agriurbains sont des territoires de projet nés en Île-de-France à la fin des années 1990 (par le biais de chartes) et sont véritablement institutionnalisés en 2005 par la loi relative au développement des territoires ruraux. La dernière labellisation date de 2017 après appel à projet en 2016.

8 Oream : Organisme régional d’étude et d’aménagement d’aire métropolitaine. Institution mise en place en 1967 dans le cadre de la politique des métropoles d’équilibre et dissoute en 1983.

9 La figure du paysagiste d’aménagement verra le jour concomitamment au développement urbain sans précédent des années 1970 -1980.

10 Le paysagiste B. Folléa, a été identifié (Bonin, 2013) comme le créateur de la notion « lisière urbaine » ou « lisière agro-urbaine » qu’il formalisera et explicitera dès 1997 pour la Plaine de France (RIF) « Plan guide pour la valorisation agricole et paysagère de la Plaine de France, secteur sud », AEV et pour le territoire de la Côte ouest (La Réunion) « Étude pour un plan de paysage de l’ouest de l’Île de La Réunion », DDE/Diren (Folléa, 2019).

11 M. Desvignes reprendra l’idée dans la consultation du Grand Paris (2008-2009).

12 « Tenir qqn en lisière(s). Diriger avec rigueur, exercer une tutelle sur (qqn) » (Le Petit Robert, 2002, p. 1499). « A contrario, rompre ses lisières, sortir de ses lisières. Se dégager de ses liens, se libérer » (TLFi). Cette acception métaphorique provient du deuxième sens du terme lisière : « bandes ou cordons attachés au vêtement » d’un enfant apprenant à marcher : sorte de harnais de marche (Bonin, 2013).

13 PAT : Projets alimentaires territoriaux issus de la loi d’Avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt de 2014.

14 Le vocabulaire des paysagistes n’est pas sans évoquer l’univers du tissage et la métaphore couturière.

15 Agence Folléa-Gautier, 2009, « Schéma intercommunal d’aménagement des lisières urbaines sur le Territoire de la Côte Ouest (TCO, La Réunion) », communauté d’agglomération TCO.

16 Les Parcs naturels régionaux (PNR), les CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement) ainsi que les Territoires agriurbains d’Île-de-France sont des lieux et des instances de réflexion, d’expérimentation et d’innovation pour penser et aménager les territoires.

17 Opération d’intérêt national : celle de Paris-Saclay est créée en mars 2009 pour mettre en œuvre, sur le plateau de Saclay, le projet de cluster scientifique et technologique de rang mondial.

18 ZPNAF (Zone de protection naturelle, agricole et forestière), outil inédit créé ad hoc porté devant le préfet, de 2 354 ha de terres agricoles sur le plateau de Saclay faisant pourtant l’objet d’une Opération d’intérêt national (OIN).

19 http://www.essonne.gouv.fr/content/download/24142/194426/file/180420_Servier+Saclay+-+M%C3%A9mo+r%C3%A9ponse+avis+MRAe_annexe+2.2.pdf

20 Pour accompagner les futurs projets sur les limites parcellaires et leur déclinaison dans les documents d’urbanisme, l’Association patrimoniale de la plaine de Versailles (APPVPA) publie un guide en deux tomes : Claus I., 2018, « Lisière agri-urbaines et limites parcellaires de la plaine de Versailles, que lire et qu’écrire dans les documents d’urbanisme ? », 81 p. ; Claus I., 2018, « Limites de parcelles, que choisir en lisières agri-urbaines de la plaine de Versailles ? », APPVPA, 79 p. Fontenay-le-Fleury y est identifiée comme une porte de la plaine à qualifier.

21 On aurait pu citer, parmi d’autres, Alexandre Chemettof, 2004-2015, « Le Plateau de la Haye (54). Habiter la lisière forestière », Grand prix national ÉcoQuartier, 2011.

22 À titre d’exemple, cet article du journal Le Monde faisant état des maraudes à la « lisière du bois de Vincennes » tous les mardis : https://www.lemonde.fr/societe/visuel/2016/07/14/le-travail-au-long-cours-du-samu-social_4969554_3224.html

23 Périmètre d’intervention foncière de la Région Île-de-France : outil de surveillance foncière pour préserver certains périmètres de l’urbanisation.

24 Société d’aménagement foncier et d’établissement rural : porteur du foncier agricole.

25 Établissement public foncier : porteur du foncier à bâtir. Safer et EPF développent ensemble des démarches contractuelles dans le but de constituer des enveloppes foncières cohérentes en limitant la consommation des terres agricoles et la fragmentation du parcellaire, dont la cohérence est gage de durabilité économique pour les exploitations.

26 Terme emprunté à Erhman S. et Brisson, J.-L. (revue Projets de paysages, n° 19, « L’imagerie du paysage »).

27 http://www.follea-gautier.com/pageficheprojet.php?id_projet=263

28 La commande passée à des photographes « représenter le paysage français des années 1980 » a révélé les paysages des franges urbaines. Ceux - ci constituent une part importante du corpus constitué.

29 On citera le film « Caléidoscope : une promenade sur la limite des villes » d’Olivier Marty, artiste et paysagiste, la musique hip-hop, par exemple « El Nota », le roman Les Lisières d’Olivier Adam, Stalker – Laboratoire d’art urbain, Rome, 1995.

30 C’est en 1978 dans cet ouvrage qu’Alain Roger expose la première fois sa théorie sur l’artialisation. Mais c’est dans un ouvrage plus récent qu’il va la développer et la « perfectionner » : ROGER, A, 1997, Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 165 p. 

31 En décembre 2018 eut lieu la 15e édition du concours national « Entrée de ville et reconquête des franges urbaines ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte des territoires agriurbains (TAU) labellisés par la région Île-de-France en 2017
Crédits Source : D’après le site du Réseau rural de la région Île-de-France et les sites des TAU, INSEE et IGN Admin Express 2019 Cartographie : J. Robert et C. Aragau, Université Paris Nanterre ; M. Toublanc, ENSP, 2020
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-1.png
Fichier image/png, 447k
Titre Figure 2 : La lisière du campus Paris Saclay
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 3 : Quand agriculture et « annexes de la ville » se côtoient (territoire de la communauté d’agglomération Val-de-France, 95)
Crédits Source : Monique Toublanc, 2012
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Figure 4 : Quand une exploitation se maintient et compose avec son environnement, un quartier d’habitation (territoire de la communauté d’agglomération Val-de-France, 95)
Crédits Source : Monique Toublanc, 2012
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre Figure 5a : Des friches urbaines à Goussainville-Le vieux village (95), 50 ans d’abandon
Crédits Source : Monique Toublanc, 2012
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Figure 5b : Des friches industrielles à Gonesse, Le Thillay (95)
Crédits Source : Monique Toublanc, 2017
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 6 : Une décharge sauvage sur le territoire de la communauté d’agglomération Val-de-France (95)
Crédits Source : Monique Toublanc, 2012
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 7 : Des délaissés urbains retrouvant une fonction agricole : le troupeau de la ferme du Bonheur à Nanterre (92)
Crédits Source : Roberta Pistoni, 2018
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Figures 8a et 8b : Une appropriation informelle : de la friche industrielle au street art à Gonesse, Le Tillay (95)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Crédits Source : Monique Toublanc, 2017
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 9 : Habitats de fortune dans les interfaces urbain-rural : serres abandonnées à Périgny (94)
Crédits Source : Géoportail, 2018
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 10 : Cabanons d’habitation à Saint-Germain-de-la-Grange sur des terres agricoles (78)
Crédits Source : Claire Aragau, 2019
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 11 : Serres et cultures en maraîchage de productions asiatiques dans un territoire céréalier à Thieux (77)
Crédits Source : Géoportail, 2019
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 12 : Une « imagerie26 » du projet de paysage agriurbain projetée sur le réel
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 13a et 13b : Aménagements piétons en bordure d’un quartier d’habitation, Fontenay-le-Fleury (78)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Crédits Source : Monique Toublanc, 2012
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 14a et 14b : Paysages de champs d’expansion de crue et de noues : fragments de la Trame verte et bleue et espaces d’expérimentation pour le Cluster Paris-Saclay (78)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Crédits Source : Claire Aragau, 2018
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6334/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Aragau et Monique Toublanc, « La lisière : un outil de la fabrique agriurbaine. Lecture francilienne », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 44-45 | 2020, mis en ligne le 06 avril 2020, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/tem/6334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.6334

Haut de page

Auteurs

Claire Aragau

Maître de conférences
Université Paris Nanterre
Bâtiment Max Weber, Laboratoire CNRS LAVUE
200 avenue de la république
92 001 Nanterre cedex
claire.aragau@parisnanterre.fr

Monique Toublanc

Maître de conférences
Ecole Nationale Supérieure de Paysage, LAREP
10 rue du Maréchal Joffre
78 000 Versailles
m.toublanc@ecole-paysage.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page