Navigation – Plan du site
Articles

Agriculture urbaine et trajectoires d’accès au foncier pour les citadins précarisés au Cameroun : l’agriurbain comme perspective stratégique

Urban Agriculture as and Land Appropriation among Poor Citizens in Cameroon: a strategic analysis
Hugues Morell Meliki

Résumés

Cette réflexion montre comment, à travers l’utilité paysagiste, sécuritaire et d’assainissement des activités agricoles et les bâtiments associés, des citoyens indigents peuvent s’approprier et contrôler une part du capital foncier urbain. Les procédures et exigences d’un marché foncier conventionnel, aux coûts prohibitifs, qui mettent le sol métropolitain hors de leur portée justifient une telle démarche. L’agriculture urbaine apparaît chez ces acteurs caractérisés par une incapacité pécuniaire face aux filières marchandes d’accès à la terre urbaine comme un dispositif stratégique, au sens sociologique, c’est-à-dire un outil de quête de capitaux autres que ceux qui sont liés à la seule production agricole.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Troisième enquête camerounaise auprès des ménages.

1Les études sur l’agriculture urbaine camerounaise donnent à voir quelques hypothèses majeures. D’abord, celle de stratégie de résilience en contexte d’insécurité alimentaire. Ensuite, celle de source substitutive d’emplois face à la faible capacité d’absorption du marché du travail (Aerts, 2000 ; Kobou, 1999). Enfin, celle de matrice d’innovations organisationnelles et techniques (Temple et al., 2008). La première hypothèse s’appuie sur le niveau de pauvreté mesuré par quelques indicateurs : pour 40 % des ménages camerounais vivant dans la pauvreté, un adulte dépense moins de 22 454 FCFA (34,23 €) par mois pour vivre, soit moins de 783 FCFA (1,19 €) par jour (ECAM1 3, 2008). Elle met en œuvre l’argumentaire selon lequel, dans ce contexte de pauvreté, doublé de l’inflation du coût des denrées alimentaires, l’insécurité alimentaire née des « difficultés à s’approvisionner, en temps opportun et à moindre coût, selon des critères de quantité et de qualité établis, dans le respect des spécificités locales » (Janin, 2006 : 356) amène les classes sociales précarisées à s’adonner à l’agriculture urbaine pour s’assurer un stock des produits désirés (Mfoukou-Ntsakala et al., 2006 ; Mougeot, 1993 ; Streiffeler, 1993). De surcroît, une certaine catégorie sociale aisée exige toujours plus d’aliments à la qualité sanitaire avérée, ce qu’apporte la proximité géographique des exploitations agricoles urbaines, devenue garante de traçabilité, fraîcheur et bonne qualité nutritionnelle des produits (Temple et al., 2008). Cette tendance range les pratiques agricoles urbaines en Afrique noire dans le registre de la résilience face à la menace de la faim et la recherche de produits sains.

  • 2 Institut national de la statistique.

2La seconde hypothèse, pour sa part, procède d’une analyse économique sur la structure du marché du travail : le taux de chômage urbain atteint 35 % dans les métropoles que sont Yaoundé et Douala, alors que le taux minimal pour les centres urbains de plus petite taille est de 24 % (INS2, 2011). Dans ce contexte d’une société en proie au chômage de masse, elle envisage l’agriculture urbaine comme une niche pourvoyeuse d’activités lucratives à la composante sous-employée ou au chômage. L’agriculture urbaine, par cette externalité économique, est ici perçue comme un pôle palliatif d’emplois pour la population au chômage (Moustier et Pages, 1997) : elle est soit une source exclusive de revenus, soit le complément de faibles revenus retirés d’autres activités (Temple et Moustier, 2004).

3La dernière hypothèse quant à elle fait de l’agriculture urbaine une matrice du changement. Elle pose que la proximité de la ville et des institutions de recherche agricole, la densité spatiale des exploitations et les interactions qui se nouent entre producteurs, ainsi que les diverses exigences des marchés et des consommateurs induisent des innovations. En fait, des structures de coordination se créent ; elles viennent régionaliser la production, rationner l’approvisionnement et influer sur les prix. La proximité organisationnelle qui en découle assure la circulation des informations, des pratiques techniques et savoir-faire culturaux et une interpellation des institutions de recherche agronomiques pour plus de performance. Production, conditionnement, transport et commercialisation des produits s’en trouvent améliorés (Temple et al., 2008).

4Ces différents prismes ont tendance à cantonner l’intelligibilité de l’agriculture dans le diptyque fournisseur de denrées alimentaires additionnelles et pourvoyeur d’activités lucratives. Ils peinent à sortir des analyses de circonstances dictées par une temporalité de l’immédiateté, pour questionner les usages post-agricoles des sols investis. Certes, certaines études mettent en lumière le caractère multifonctionnel de l’agriculture urbaine (Fleury et Donadieu, 1997). L’investissement agricole sur des terres marécageuses, réceptacles de détritus et d’eaux usées, ou le développement de l’horticulture sur des espaces interstitiels sans valeur ponctuelle pour l’État et souvent transformés en dépotoir sont ainsi envisagés sous un angle d’assainissement et d’embellissement des villes. Mais une fois posées en objet d’analyse, ces activités agricoles sont articulées sous le seul angle de leur impact immédiat : environnementaliste et esthétique (Smit et Nasr, 1992).

5Au regard des travaux existants, il apparaît que les usages post-agricoles du sol mobilisé par les acteurs ont été marginalisés. En s’enfermant dans la fonction de l’acte de production et de ses produits, soit dans la multifonctionnalité classique, ces analyses se refusent à envisager l’agriculture urbaine comme une démarche dont l’objectif recouvre des calculs ayant pour enjeu le sol. D’une certaine manière, la littérature dominante minorise la question de la reconversion des terres, à replacer nécessairement dans la problématique du rapport de l’agriculture à l’accès au sol urbain pour des catégories sociales précarisées qui ne peuvent en acquérir par les voies d’un marché foncier aux coûts prohibitifs. Ce constat exige d’aborder l’agriculture urbaine sous une perspective stratégique pour les acteurs désireux d’accéder à la propriété foncière urbaine. Le paradigme stratégique, au sens sociologique, commande d’étudier l’agriculture urbaine comme un dispositif qui permet d’accéder à des capitaux autres que ceux qui sont liés à la seule production agricole. La stratégie des acteurs devient le fondement inféré a posteriori des régularités de leurs comportements observés sur le terrain (Bernoux, 1985).

6Quelques observations de terrain à Yaoundé imposent une telle orientation. Ce sont d’abord, les conflits entre acteurs qui investissent, d’un point de vue agricole, les mêmes parcelles de terres urbaines. Ce sont ensuite, les investissements immobiliers – maisons d’habitation, boutiques – et les diverses activités commerciales pérennes initiés sur ces terres après cessation des activités agricoles par les mêmes acteurs. Ces éléments viennent questionner le rapport que crée l’agriculture entre mise en valeur et processus d’appropriation de fait des terres sans intérêt ponctuel pour l’État, et révèlent chez ces agriculteurs urbains une démarche stratégique. Ainsi cette réflexion met-elle l’accent sur ce que les acteurs font des sols mobilisés une fois qu’ils cessent définitivement les pratiques agricoles. Il s’agit dans cet article de réfléchir non pas tant sur l’agriculture urbaine en elle-même, mais sur des investissements agricoles de terres urbaines comme une pratique ayant la capacité d’octroyer un droit d’usage et, à titre exceptionnel, un droit de propriété de fait aux entrepreneurs agricoles. L’objectif est d’interroger les rapports entre agriculture et modalités d’accès au foncier urbain, pour des citoyens déshérités, en prenant appui sur l’importance environnementale, sécuritaire et d’enjolivement des espaces ainsi investis. Ce travail vient éclairer la problématique générale d’accès, d’appropriation et d’accumulation du foncier dans les villes subsahariennes, avec des acteurs au statut socioéconomique précaire et dans un milieu où marché formel de l’immobilier, des stratégies et des transactions coutumières, informelles, voire illégales constituent autant de tremplins d’accès au sol (Choplin, 2006 ; Franck, 2016 ; Denis, 2016). Mais il permet surtout de voir, à rebours de la démarche attendue, comment les acteurs instrumentent la fonction d’aménagement, d’assainissement ou paysagiste globale remplie par l’agriculture en zone urbaine pour accéder à la propriété.

7Dans le contexte africain du laisser-faire tributaire de la faiblesse de l’État face à l’occupation du sol, ainsi que la fragilité financière des institutions d’aménagement, ce travail entend montrer, qu’en assainissant et en aménageant un terrain en lieu et place du pouvoir, l’agriculture urbaine devient une opération qui concéderait, en pratique, aux acteurs un droit d’accès, quoique précaire, et d’usage du sol urbain convoité. L’intérêt de la réflexion est de voir comment, à travers l’utilité paysagiste des activités agricoles et des bâtiments associés, des citoyens indigents peuvent s’approprier et contrôler une part du capital foncier urbain auquel ils ne peuvent accéder en usant des procédures et exigences du marché foncier conventionnel.

1. Contours méthodologiques

8L’étude a pour ancrage empirique la ville de Yaoundé, capitale politique du Cameroun. D’une étendue de 304 km2 pour une superficie urbanisée de 183 km2,elle abrite plus de 2 500 000 habitants (carte 1).

Carte 1 : La ville de Yaoundé, capitale du Cameroun

Carte 1 : La ville de Yaoundé, capitale du Cameroun
  • 3 Projet d’assainissement des eaux pluviales de la ville de Yaoundé

Source : communauté́ urbaine 2016 (projet PADY3).

9Après Douala, la capitale économique, Yaoundé apparaît comme la plus peuplée des villes. Cette masse démographique suggère à l’évidence des luttes et stratégies multiformes autour du foncier.

10La réflexion s’appuie majoritairement sur des données qualitatives primaires, sans toutefois se fermer aux données secondaires. L’enquête a eu lieu entre le 28 avril et le 19 août 2016 avec une actualisation de données liées aux types de bâtisses et commerces érigés sur les terres antérieurement occupées par des cultures en novembre 2017. L’entretien semi-directif a été mobilisé auprès de 13 personnes interrogées in situ. Si l’échantillon paraît statistiquement faible, deux postures méthodologiques subséquentes ont été appliquées. D’abord, le mode d’entretien dit répétitif qui consiste à questionner le même acteur à plusieurs reprises : certains acteurs ont été interrogés deux fois et d’autres trois fois ; bas-fonds, espaces interstitiels et zone périurbaine nord de Yaoundé ont été observés à deux, voire trois reprises. Ensuite, j’ai entrepris la reconstitution de quelques trames biographiques dans lesquelles est enchâssée l’histoire de la pratique agricole et de la reconversion des terres : l’objectif était de cerner la trajectoire de l’enquêté pour reconstruire son identité sociale et économique afin de mieux contextualiser la fonction de ses pratiques agricoles et le devenir des sols mobilisés. Les enquêtés se répartissent entre agriculteurs urbains, propriétaires de structures de production et de maisons sur des terres agricoles reconverties, et anciens propriétaires de parcelles d’un quartier rasé par l’État. Quatre points ont structuré les échanges : motifs d’investissement des terres, type de sol mobilisé, motivations d’un changement d’usage des sols et rationalisations des acteurs sur leur « droit » à une appropriation de fait des sols pour des activités non agricoles. Si les premiers entretiens ont duré une trentaine de minutes, les second et troisième duraient plutôt une heure du fait de la confiance instaurée. L’observation directe a été le second outil mis à profit. Deux types d’espaces ont été scrutés : des terrains en plein investissement agricole, à l’entrée nord de la capitale pour catégoriser les sols investis, ainsi que les cultures ; puis des terres reconverties après la production agricole par les mêmes acteurs pour cerner les types d’investissements post-agricoles. Plus particulièrement, l’enquête a porté sur des espaces interstitiels et les terres hydromorphes, localement dites elobi, sur la base d’une grille d’observation inspirée de l’hypothèse.

11La réflexion a privilégié les expériences, les logiques et rationalités qui affleurent des pratiques des entrepreneurs agricoles afin de reconstruire le cadre global d’accès et d’appropriation de fait d’un sol : telle est la trame d’une sociologie des logiques d’action ici appliquée (Lallement, 2000). Mais afin de saisir l’intelligibilité de l’agriculture urbaine chez les enquêtés, un détour par les capacités à l’aménagement et au contrôle du foncier par l’État s’impose.

2. Faiblesse des institutions d’aménagement et formation de « friches » urbaines

12Le Plan directeur d’urbanisme 2020 (PDU) de Yaoundé donne une place centrale aux institutions publiques et parapubliques en matière d’aménagement du tissu urbain. Leur tâche principale consiste à viabiliser des espaces et construire des logements et infrastructures dans une logique inclusive, ce qui, dans les faits, peine à être réalisé.

2.1. Des institutions d’aménagement aux capacités limitées

  • 4 Ministère de l’Habitat et du Développement urbain
  • 5 SIC, société immobilière du Cameroun, créée en 1952 pour fournir l’essentiel de l’habitat collectif (...)
  • 6 Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles. Sa mission consiste à encadrer spatial (...)

13L’étalement de Yaoundé s’organise autour de quatre fronts d’urbanisation qui se heurtent à une structure collinaire du relief de la ville, comme obstacle naturel limitatif. Il s’agit, au nord, des voies en direction d’Okola et d’Obala ; au nord-est, de la voie en direction de Soa, vers le site de l’Université ; à l’est, dans la direction d’Ayos et au sud en suivant les voies vers Douala et Mbalmayo, par le site aéroportuaire de Nsimalen (PDU, 2008 : 32). L’aménagement de l’espace urbain global impliqué par ces fronts constitue l’un des premiers défis des institutions sollicitées dans le PDU, notamment la Communauté urbaine de Yaoundé (CUY) et le Minduh4, ordonnanceurs des réformes urbaines, à titre principal. Ils sont appuyés par les communes locales, des acteurs privés et parapublics chargés d’aménager, de lotir et de proposer des espaces constructibles ou des logements (SIC, CFC, Maetur)5, voire des sites industriels (Magzi)6.

14Toutefois, il faut rappeler que, sur le plan démographique, la ville connaît une croissance soutenue avec une taille moyenne des ménages estimée à 5,5 personnes (PDU, 2008 : 19). Dans cette hypothèse d’accroissement, les projections du PDU estiment la population à 3 400 000 habitants en 2020 et un dépassement des limites actuelles du tissu urbain occupé de quelque 9 924 hectares (ha) pour une superficie totale de 30 954,18 ha. De fait, les institutions d’aménagement se retrouvent face à un double problème : une dynamique métropolitaine qui dépasse les anciennes limites de l’espace urbain et les tentatives populaires de colonisation de la superficie consacrée comme non constructible, soit un total de 9 493,02 ha (PDU, 2008 : 54). Pour saisir l’ampleur des projections du PDU 2020 et la masse financière requise, un regard comparatif avec l’environnement urbain de 2005 s’impose (carte 2).

Carte 2 : L’environnement urbain de Yaoundé en 2005

Carte 2 : L’environnement urbain de Yaoundé en 2005

Source : base de données Open Street Map (OSM) 2016

  • 7 Gérard Essi, chef cellule de développement urbain de la CUY. Entretien réalisé par F. Mben Lissouck (...)
  • 8 Contrat de désendettement et de développement (politique permettant de reconvertir la dette de cert (...)
  • 9 Pays pauvres très endettés.

15Cela étant, dans un contexte où « L’État […] ne dispose pas suffisamment de fonds pour financer la modernisation de Yaoundé7 » – vu que les principales sources de financement étaient issues du C2D8 et des fonds PPTE –9 et, au regard des diverses crises financières qui ont occasionné une réduction des ressources allouées à la restructuration urbaine, le PDU 2020 est un « programme dont la réalisation relève du miracle. […] Si hier, le Cameroun, pays à revenu intermédiaire, n’a pas pu profiter du boom pétrolier pour assainir sa capitale, ce n’est certainement pas le Cameroun [actuel] qui le fera. Si le SDAU 2000 n’a pas été réalisé, ce n’est pas le SDAU 2020 qui le sera » (Guiffo, 2007 : 55-56). La faiblesse des revenus ainsi mise en évidence se traduit dans les faits par un aménagement sporadique et spatialement situé.

2.2. Aménagement foncier discriminatoire et exclusion par le marché des classes précarisées

16La dynamique métropolitaine et le contexte de trésorerie exsangue génèrent une pratique d’aménagement discriminatoire qui conduit à une forte stratification en fonction de la topographie urbaine. Cette hiérarchisation pousse à des modes d’aménagement spécifiques qui consacrent le binôme quartiers riches et quartiers pauvres, source d’une ségrégation socio-spatiale qui génère deux phénomènes.

17Premièrement, les efforts d’aménagement et d’assainissement se concentrent sur des portions territoriales spécifiques permettant à l’État de projeter l’image d’une urbanisation maîtrisée. Afin de sauvegarder cette image, une politique d’exclusion opérant par les coûts prohibitifs du foncier est mise en œuvre pour éloigner les indigents qui ne peuvent reproduire le standing souhaité (Meliki, 2016). On peut ainsi parler d’une exclusion par le marché. Les transactions foncières marchandes atteignent des prix prohibitifs qui vont de 15 000 FCFA (22,86 €) à plus de 250 000 FCFA (381,12 €) le mètre carré, le tout en fonction du type de quartier. Ces prix excluent une composante majeure de la population du marché foncier urbain officiel régulé par les textes administratifs et juridiques.

18Deuxièmement se dessinent de vastes portions territoriales urbaines « temporairement délaissées » par les autorités. Il s’agit en grande partie des couronnes périphériques urbaines, mais aussi des interstices urbains et, comme le montre la section suivante, d’une catégorie de terres sans valeur ponctuelle pour les autorités. Ces espaces délaissés sont mobilisés pour des pratiques agricoles urbaines dont la finalité est une appropriation de fait des sols par les indigents qui s’y investissent.

3. Taxinomie des sols mobilisés par l’agriculture urbaine

  • 10 Il s’agit du tissu administratif, commercial et des secteurs résidentiels planifiés.

19La topographie de la métropole décline des reliefs de montagnes, des sols hydromorphes, des plateaux, des plaines et vallées. Ce pluralisme instaure une gradation tacite des sols dont l’importance pour les autorités varie avec le degré de constructibilité immédiat et la situation par rapport au centre-ville10. Ces facteurs qui impliquent un contrôle foncier sélectif ont pour résultante la construction d’un imaginaire des terres inviolables versus celles pour qui le pouvoir n’a d’intérêt que ponctuel. C’est sur cette dernière catégorie de terres qui peuvent être récupérées sans risque immédiat de déguerpissement, que les indigents mènent leurs activités agricoles. Ces espaces agricoles ont une identité commune : structure du sol peu propice à la construction, faible valeur et un éloignement du centre-ville.

3.1. Les terres périurbaines et espaces classés non aedificandi

20Les périphéries et espaces classés non aedificandi ou non constructibles constituent des sites privilégiés des pratiques agricoles étudiées. Celles-ci ne se répartissent pas de manière aléatoire sur le tissu métropolitain, mais mobilisent des lieux spécifiques dont la caractéristique est de limiter le risque de déguerpissement ou d’interruption des activités. Les cultures reposent sur des productions à cycle court : laitues, légumes verts, épices, maïs de contre-saison. Pour certains enquêtés, la petite production est orientée vers les besoins domestiques ; pour d’autres elle s’écoule sur les marchés et devant les domiciles. La faiblesse des surfaces cultivées, le manque de spécialisation et l’absence d’une finalité économique justifient de faibles recettes cumulées qui n’atteignent pas une moyenne de 70 000 FCFA (107 €) chez cette catégorie d’acteurs.

21Les terres mobilisées dites périphériques sont à saisir comme un « espace compris entre la ville et ses banlieues d’un côté, et la campagne rurale de l’autre » (Bryant et Marois, 1998) : elles se différencient du capital foncier des entités satellites de la métropole et désignent les terres comprises aux extrémités du tissu urbain. Elles se situent dans un entre-deux, au point de sortie des campagnes et à l’amorce du tissu urbanisé ou du début de l’agglomération physique de la ville. La périphérie est donc l’entrée ou la sortie de ville, en fonction du sens du parcours (Yemmafouo, 2013). Ces sols investis sont majoritairement situés hors des principaux fronts d’urbanisation.

22La seconde catégorie de terres, notamment les espaces non constructibles, intègre des terres hydromorphes – marécages, bas-fonds empuantis par les eaux usées et déchets déversés – et des zones accidentées (versants de montagnes dont la pente dépasse 20 % et souvent profondément entaillés par l’érosion, tout comme les zones à risque d’éboulement ou propices aux inondations). Yaoundé a la particularité d’avoir une urbanisation lâche : le tissu urbain est parsemé d’enclaves non aménagées, de terres mises en rebut et transformées en espaces-dépotoirs. Ces espaces signalent une topographie accidentée ou hydromorphe qui, dans la plupart des cas, stoppe l’avancée des fronts d’urbanisation ou prescrit un tracé de déviation (carte 3). La rhétorique officielle parle de zones à risques.

Carte 3: Les sols non constructibles mobilisés par les classes précarisées

Carte 3: Les sols non constructibles mobilisés par les classes précarisées

Sources : aster DEM (Digital Elevation Model) 2014 in https://earthexplorer.usgs.gov/​ et base de données Open Street Map (OSM) 2016

23Globalement, les motivations des acteurs se rejoignent pour le choix d’un type d’espace comme en témoignent les entretiens. Le premier extrait est celui d’un ressortissant de l’Ouest-Cameroun, nanti d’une formation en mécanique automobile et résidant au quartier Mendong. Il est propriétaire d’un garage de réparation d’automobiles bâti sur une terre agricole reconvertie à l’entrée nord de la ville.

C’est en 1998 que j’arrive ici. Ce n’était que la broussaille. Je prends des renseignements. On me dit que c’est le terrain de l’État et que je dois aller à la communauté urbaine pour la procédure. Moi, je n’ai pas les moyens pour acheter ou louer une terre commerciale. Et, je ne pouvais pas rester à la maison dans le chômage alors qu’il y a des espaces libres partout. Ça n’appartient à personne, sauf quand la ville va arriver. Mais, quand alors ? En attendant, j’exerce mon métier. C’est comme ça que j’ai d’abord commencé à travailler ce terrain et après deux ans j’ai mis mon garage. Comme la ville ne peut pas arriver par ici maintenant, personne ne peut réclamer quoi que ce soit (E3, propriétaire de garage, Yaoundé, 15 juin 2016).

24Si ces propos relèvent du cas des terres périphériques, ceux d’une enquêtée originaire de Nanga-Eboko, épouse d’un décompressé et revendeuse de vivres frais caractérise une zone interstitielle, un sol non constructible, en l’occurrence un marécage ou elobi.

J’arrive à Yaoundé avec mon mari en 1987. Il venait de perdre son petit travail. Il fallait se débrouiller. Nlongkak-Elobi était encore un vrai marécage où les rares immeubles d’à côté rejetaient l’eau usée. J’ai décidé un matin de travailler sur une partie comme quelques femmes faisaient. Elles s’étaient opposées au départ. Lorsque j’avais demandé si le terrain leur appartenait et si elles avaient des papiers, elles ont cédé. Le terrain c’est pour l’État et c’est lui seulement qui peut venir me chasser d’ici. Mais les marécages n’intéressent pas l’État. Y a encore trop de terres dans cette ville pour ça (E1, propriétaire d’une habitation en carabotte, Yaoundé, 10 juin 2016).

25Selon ces entretiens, la mobilisation des terres périphériques ou non constructibles s’appuie sur le registre d’une incapacité de la puissance publique à viabiliser et à bâtir sur des sols excentrés ou à structure peu viable. De tels terrains garantissent d’une certaine manière quiétude et continuité pour les activités agricoles et il n’existe aucune procédure préalable à l’occupation d’une parcelle pour les acteurs (Moustier et Pages, 1997 : 50). Ces éléments soulignent certaines incapacités de l’État en matière d’urbanisation. En effet, pour les acteurs, le pouvoir a une double incapacité : son impossibilité à aménager la totalité du tissu urbain et son inaptitude à bâtir, à moyen terme, l’ensemble de l’espace urbain. Ces faits tiennent de l’absence d’une politique de logement et d’infrastructures dont la justification majeure se réfère à l’état actuel du développement financier et technologique du pouvoir. Il est vrai que la dynamique d’étalement horizontal des métropoles sur des fronts accidentés ou hydromorphes est complexe, mais les organismes chargés d’aménager les sols pour l’implantation d’unités industrielles ou de logements et autres infrastructures manquent de toute façon de budgets conséquents. Ainsi les sols périphériques et non constructibles qui présentent une probabilité nulle d’investissement de la part de l’État deviennent-ils les principales cibles pour les indigents, tout comme les zones interstitielles de la ville.

3.2. Les espaces interstitiels marginalisés par l’aménagement urbain

26Par espace interstitiel, on entend un résidu spatial, un vide urbain ou une zone d’abandon constitutive d’une transition entre deux blocs de construction ou deux espaces planifiés (Rivière, 2012). Dans la capitale politique, ces espaces interstitiels sont envahis par une broussaille qui y forme des bosquets, réceptacles de la matière fécale des passants, mais aussi alcôves des brigands. Les propos d’un acteur du département du Noun ayant connu un décrochage scolaire en classe de 3e, résident du quartier Madagascar et gérant d’une entreprise artisanale de fonte de ferraille de récupération à des fins de production d’ustensiles de cuisine, permettent de cerner les imaginaires qui renseignent sur les rapports de l’autorité avec les espaces interstitiels.

Avant, cet emplacement était une poubelle. Personne ne s’y intéressait. C’est à peine que la communauté urbaine arrive même à la briqueterie pour travailler, combien de fois ici à la vallée de Mokolo. Nous avons récupéré l’endroit et construit la forge. Pour s’assurer qu’on ne va pas nous chasser, on avait d’abord cultivé des légumes verts pendant deux saisons pour observer. Et rien ne s’était passé. On est tranquilles. Avec notre installation, c’est propre, c’est sécurisé et c’est pour le bien de tout le monde (E5, propriétaire d’une forge, Yaoundé, 18 juin 2016).

27Selon ce récit, valeur et intérêt d’un sol pour l’État sont tributaires de sa proximité avec les éléments de centralité de la ville – institutions administratives, politiques, pôles des affaires. Ainsi, plus on s’éloigne du centre et des abords de routes principales, moins il y a d’opérations d’aménagement et de contrôle d’occupation des sols.

  • 11 Hygiène et salubrité du Cameroun.

28De fait, la répartition de la ville en quartiers riches et quartiers pauvres sous-tend un aménagement discriminatoire des espaces. Au centre-ville et dans les quartiers résidentiels nantis, les opérations d’aménagement, d’hygiène et de salubrité d’Hysacam11 sont pointilleuses. Aires horticoles, parcs boisés et chutes d’eau artificielles ponctuent les espaces entre les blocs immobiliers. Ici, chaque interstice est une emprise importante à partir de laquelle les aménageurs rehaussent la valeur des paysages, d’où un contrôle strict de toute occupation des sols.

29A contrario, les quartiers pauvres, quoiqu’abritant souvent quelques résidents aisés, constituent la ville de seconde zone. Celle-ci renvoie aux marges externes non viabilisées, c’est-à-dire des couronnes territoriales externes du tissu urbain peu ou mal aménagées. Ces secteurs montrent des carences en matière d’aménagement et d’opérations d’hygiène et de salubrité. Un tel paysage dénote du peu d’intérêt des décideurs sur ces territoires, avec éventuellement un contrôle foncier du seul ordre de l’exceptionnalité de leur part ; des pratiques populaires ou territorialités visant à intégrer et à contrôler de tels espaces peuvent alors s’y développer.

4. L’agriculture comme stratégie d’intégration spatiale

  • 12 Nous ne traiterons pas de cet aspect qui demanderait une étude complète.

30Le croisement de trois variables permet d’accéder à l’intelligibilité des pratiques agricoles des enquêtés : statut foncier urbain, identité socioculturelle et seuil des revenus. La première variable renvoie à une approche économique : elle définit l’impécuniosité des acteurs et, partant, leur incapacité à accéder à la propriété foncière sur l’espace urbain. La seconde implique une analyse de l’identité par rapport au territoire : elle souligne le plus souvent le statut d’étranger des enquêtés12. La dernière variable est corrélée à la première, puisqu’elle révèle un niveau de revenus de classe précarisée. Cette identité sociale exprime l’impossibilité d’accès au foncier par legs ou par transaction marchande ; le détournement des espaces présentés précédemment s’offre alors comme une possibilité. La première opération de cette entreprise consiste à cerner la réaction du pouvoir.

4.1. Tester la réaction du pouvoir face à l’initiative d’accès au sol

31Cultiver un espace, comme préalable d’investissement, est une stratégie destinée à évaluer la plausibilité d’intégration et d’appropriation à travers la réaction de l’État (Franck, 2016). En fait, comme le montrent les sections qui suivent, le constat majeur qui émerge des pratiques en question est celui d’une instrumentation de l’agriculture à des fins d’accès et de contrôle du sol urbain. Les acteurs apparaissent comme des entrepreneurs, au sens stratégique du terme : ils usent de l’activité agricole pour accéder à des capitaux différents, en l’occurrence le sol.

Pendant quatre ans, j’ai travaillé sur cette pente de Nkolbikok. Je l’avais aménagée comme je pouvais. Entretemps, personne n’était passé demander quoi que ce soit. C’est comme ça qu’à la fin, j’ai monté ma baraque. On dit que c‘est le terrain de la communauté urbaine et qu’elle refuse qu’on construise parce que c‘est dangereux ; qu’on viendra raser. On verra (E2, propriétaire d’une maison en brique de terre, Yaoundé, 23 juin 2016).

32Ce propos est celui d’un ressortissant de la Lekié, propriétaire d’un véhicule « clando » assurant le transport intra-urbain. Il permet de cerner deux fonctions remplies par l’agriculture. D’abord, donner une matérialité au dessein d’intrusion du domaine appartenant à l’État. Ensuite, approcher l’éventuelle réaction des autorités face à une entreprise individuelle d’occupation d’une terre qui rentre dans sa propriété.

33Les investissements agricoles sur un sol deviennent donc un instrument qui permet à l’acteur d’analyser, d’un côté la probabilité d’une continuité, en toute quiétude, de l’activité sur la parcelle en question ; et de l’autre, à partir du type de réaction de l’impérium étatique, celle d’une reconversion de la terre pour un usage hors agricole sans risque immédiat de déguerpissement ou de poursuite pénale. Aussi, dans les métropoles, l’agriculture apparaît-elle comme un dispositif permissif d’intégration d’un espace que l’on ne peut acquérir par des voies transactionnelles marchandes.

4.2. Un dispositif d’intégration spatiale

34Les entretiens soulignent tous la relative faiblesse de l’État comme un élément permissif de leur stratégie de conquête foncière. La faiblesse du pouvoir, ramenée à la problématique foncière urbaine, souligne l’incapacité des autorités à régir et à administrer le tissu territorial dans sa totalité et, plus encore, à appliquer les lois qu’elle édicte en matière d’occupation des sols partout. La traduction empirique de cette faiblesse tient au fait que, sur la question de l’investissement de ces friches urbaines par les indigents, « l’État a souvent adopté des positions pour le moins ambiguës. […] il oscille entre différentes stratégies parfois contradictoires. […] Dépassé, il s’est [souvent] désintéressé de la production urbaine » (Choplin, 2006 : 10). En effet, l’État camerounais n’affiche pas une position claire et univoque face aux tentatives d’appropriation de portions de son domaine, fussent-elles aedificandi, c’est-à-dire constructibles, ou pas. Surtout, la création de quartiers entiers sur des terres non constructibles, comme naguère Ntaba-Nlongkak, ou des quartiers érigés sur des sols hydromorphes, comme Nlongkak-Elobi, tout comme l’installation d’unités de production sur les espaces interstitiels confortent l’imaginaire collectif de la faiblesse de l’État et du laisser-aller en la matière.

35De ce fait, l’enjeu primordial de ces pratiques agricoles urbaines, pour la frange d’acteurs qui ne peut accéder à la propriété foncière urbaine par transactions marchandes ou par hérédité, est l’appropriation d’un espace qui autrement s’avère inviolable. L’agriculture devient ainsi un atout qui garantit l’accès au sol convoité sans provoquer dans l’immédiat au niveau de la puissance publique des mesures de rétorsion contre le dessein formulé d’une utilisation pérenne et non agricole de l’espace. Cette absence de risque de rétorsion puise dans le caractère multifonctionnel de l’agriculture sur des parcelles marginalisées par les politiques d’aménagement du territoire.

5. La dialectique aménagement, assainissement et production d’un droit d’usage

36En effet, les activités agricoles urbaines des acteurs qui n’usent pas des canaux conventionnels d’accès à la terre, ou des arrangements avec des propriétaires coutumiers, doivent leur existence et leur maintien aux fonctions qu’elles remplissent sur l’espace concerné. L’agriculture urbaine, comme réalité inscrite dans un schème de la multifonctionnalité, est en effet productrice de retombées diverses dont bénéficie la population.

5.1. Multifonctionnalité et processus de création de droits d’usage

37La multifonctionnalité, en tant qu’elle se réfère aux contributions de l’agriculture sur les aspects économique, social, sécuritaire, environnemental, impacte la vie collective. L’agriculture urbaine des citadins précarisés se pratique sur des parcelles qui n’entrent ni dans les espaces prioritaires d’exercice du contrôle foncier par le pouvoir ni dans sa politique ponctuelle d’aménagement spatial. Ces lieux sont des « nids de risques multiples » – environnementaux, pollutions et sécuritaires – que vient juguler le travail exercé sur l’espace par les agriculteurs qui ont d’ailleurs conscience de leur importance. Le récit d’un horticulteur-paysagiste, ressortissant de l’Ouest-Cameroun et habitant du quartier Nkoldongo en témoigne.

Qui viendra me chasser d’ici ? Personne. J’ai sué sang et eau quand je m’installais. C’était le coin d’aisance de monsieur-tout-le-monde. Il fallait se boucher les narines en passant. La brousse, la ferraille et les cailloux, c’était l’enfer. Aujourd’hui, tout le monde se plaît à rôder là, à se filmer. J’ai même pensé à imposer un prix pour toute prise d’image sur mon jardin (E4, propriétaire d’une aire horticole entre le carrefour Warda et le Palais polyvalent des sports, Yaoundé, 9 juillet 2016).

38Ces propos soulignent bien que, toute pratique agricole est un aménagement spatial. L’irruption d’un indigent sur les sols évoqués implique un investissement en travail et en techniques agraires dont les effets concourent à la modification de la structure du sol et de l’ancien paysage de l’espace. L’agriculture est un aménagement aboutissant à la disparition des caractéristiques qui classaient le sol dans le registre de la marginalité ou comme facteur de risques multiformes. Ici, l’acteur souligne une triple fonction remplie par son aire horticole : purificatrice d’atmosphère, esthétique par la présence des fleurs et paysagiste par le remodelage de l’espace.

39De ce fait, les acteurs qui usent de l’agriculture pour investir frauduleusement un sol assurent le maintien et la mise en valeur de paysages, ainsi que des fonctions esthétiques qui créent des espaces champêtres propices aux activités récréotouristiques (Fleury et Donadieu, 1997). L’agriculture urbaine va même plus loin localement : elle assure des fonctions sécuritaires dans les espaces interstitiels en détruisant toute formation de bosquet-refuge pour brigands.

40L’agriculture remplit donc des rôles que l’État ne parvient pas à assurer. Dans une sorte de retournement paradoxal, la composante indigente devient productrice d’une dynamique d’aménagement urbain et d’un environnement de sécurité sur les interstices investis ; d’autre part, elle transforme les espaces inesthétiques en espaces verts et horticoles. Cet embellissement du paysage contribue à améliorer la qualité de vie collective. Ces différentes réalités justifient le silence approbateur du pouvoir qui y entrevoit des pratiques sécuritaires et d’aménagement alternatives susceptibles de pallier les défaillances de la puissance publique en la matière. Il y a ainsi une légitimation de fait, distincte d’une légitimation administrative, de l’occupation de ces espaces, ce qui crée pour les acteurs un droit d’usage.

5.2. Droits d’usage versus propriété du sol

41Les acteurs acquièrent, via l’importance de leur agriculture, des droits d’usage, entendus comme capacité reconnue à l’individu d’exploiter une terre, telle qu’issue de la conception des traditions d’inspiration coutumière de régulation de l’accès au capital foncier (Le Bris et al., 1982). Ces droits ne correspondent toutefois pas à la propriété privée du sol, dans un contexte africain où droit juridique et dispositions foncières coutumières s’entrechoquent.

  • 13 Seul le droit moderne garantit d’ailleurs ce droit.

42Il faut en effet rappeler que le régime foncier coutumier, inspiré du référent ancestral qui octroie les droits d’usage d’une terre et la jouissance de ses fruits à un individu, ne reconnaît pas à ce dernier la possibilité d’une privatisation définitive13. Le droit de propriété relève alors d’une combinaison du droit d’user de la terre (usus), du droit d’en percevoir les fruits (fructus) et du droit d’en disposer selon une réglementation et un horizon temporel définis. Être détenteur de droits d’usage sur un sol urbain, dans ce contexte, « ce n’est pas être propriétaire [du terrain], mais être propriétaire de droits sur un espace sachant que tous les droits sur cet espace n’appartiennent pas nécessairement au même titulaire » (Comby, 2008 : 3). Aussi, les terres mobilisées pour l’agriculture demeurent-elles le bien du pouvoir central qui, seul, peut revendiquer la propriété du sol en question. Les acteurs ne seraient donc, pour le régime juridique, que des usufruitiers. Cependant, ces droits d’usage du sol, à cause de la faiblesse relative de l’État et de ses moyens d’aménagement du territoire, permettent généralement la reconversion des terres agricoles en sols urbains sur lesquels les individus construisent des locaux aussi bien pour des raisons commerciales que pour des besoins de logement familial, s’inscrivant de ce fait dans une logique de possible reconnaissance du droit à la propriété foncière urbaine.

6. Reconversion des sols et potentielle reconnaissance de propriété

43La reconversion du sol constitue l’objectif structurant de la plupart des pratiques agricoles urbaines. Cette conquête du foncier obéit à des étapes dont les fonctions spécifiques tendent à créer et à faire reconnaître certains droits à l’acteur.

6.1. Reconvertir le sol, un point d’achèvement de l’activisme agricole urbain

44L’analyse des pratiques renseigne sur une transformation progressive de la terre agricole mobilisée en un sol susceptible d’accueillir tout type d’infrastructure liée à la vie citadine. La fin du temps agricole enclenche le début d’un nouveau cycle d’utilisation du sol hors agriculture. Les discours d’acteurs permettent d’en saisir le processus.

45L’enquêté Eest originaire du Nord-Ouest. Chômeur avec une licence, il s’est reconverti dans la vente de consommables informatiques et détient une maison en briques de type rez-de-chaussée plus un niveau, située dans une dépression topographique sur le versant sud de la cité universitaire de Yaoundé I. Elle est bâtie sur le terrain de l’institution. Il se confie.

J’ai travaillé sur cette place pendant plus de sept ans. Je mettais le maïs et les légumes. Bien sûr, ça ne produisait rien ; c’est la roche. Mon problème n’était pas la nourriture, mais une boutique entre Bonamoussadi et l’université. Puisque je travaillais toujours sur la même partie, même l’année où je ne le faisais pas, personne ne touchait, on savait que c’est mon espace et c’est comme ça partout à côté. Voilà comment j’ai construit. L’université le sait. Ils ont voulu détruire deux fois, mais ils ont laissé. Sans cette maison, les agressions n’auraient pas cessé sur le raccourci (E7, propriétaire d’une maison à niveau, Yaoundé, 6 juillet 2016).

46Cette déclaration est représentative de l’objectif et de la démarche adoptés par ceux qui enclenchent une reconversion des usages des sols agricoles. Le travail de recensement de ces usages post-agricoles revêt trois formes chez les acteurs : la construction de commerces, le montage de petites unités de production artisanales et l’édification de maisons familiales.

47La première et seconde option sont le fait d’acteurs désireux de s’auto-employer, sans toutefois être à même d’accéder de manière légale au marché des terres commerciales et aux espaces aménagés par la communauté à cet effet tant les coûts sont prohibitifs. Il s’agit d’unités de production et de commerces qui rappellent la misère des acteurs et leur objectif de se débrouiller dans une ville d’exclusions diverses. Les locaux, globalement bâtis avec du matériel de récupération (tôles, poutres et ferrailles usagées) ou en matériaux provisoires, pour les petites unités de production artisanales, tranchent avec les locaux des petits commerces faits de conteneurs de seconde main ou en modules de bois déplaçables. Souvent, certains de ces locaux demeurent entourés de cultures, comme le montrent les photographies ci-dessous (Photographies 1 à 4). La troisième option concerne des domiciles personnels d’individus qui veulent échapper à la pression des bailleurs insensibles à leur impécuniosité. La plupart de ces maisons n’ont guère de valeur, surtout construites en planches ou en briques de terre, même si l’on retrouve çà et là quelques bâtisses faites de parpaing et à l’aspect esthétique soigné. Des quartiers entiers se sont érigés en partie grâce à ces ruses du pauvre : Ntaba-Nlongkak, rasé en 2008, et Nlongkak-Elobi où on ne rencontre pas de détenteurs de titre foncier et presque pas de permis de bâtir (Djouda Feudio et Mballa Elanga, 2015).

Photo 1 : mini conteneur

Photo 1 : mini conteneur

Photo 2 : cultures visibles autour du conteneur

Photo 2 : cultures visibles autour du conteneur

Photo 3 : tôles et planches de récupération

Photo 3 : tôles et planches de récupération

Photo 4 : briques de terre non stabilisées

Photo 4 : briques de terre non stabilisées

48La construction de ces locaux à but commercial ou d’habitation s’étale sur un pas de temps significatif, tant les acteurs concernés ne mobilisent pas de crédit. Ils recourent à la force de travail de leurs réseaux sociaux et y lèvent une part des fonds nécessaires à l’achat de quelques matériaux. L’essentiel vient de la récupération et/ou de la fabrication artisanale, et fort peu des activités agricoles qui précèdent ces constructions car au final elles ne sont pas celles qui garantissent le capital de la réalisation. L’absence de certificat de propriété et l’usage de matériaux de construction de faible valeur indiquent la psychose d’un éventuel déguerpissement.

6.2. Déguerpissement, indemnités et recasement comme processus d’exception de validation des droits à la terre urbaine

49La faiblesse du pouvoir, explicative des réussites des stratégies illégales qui conduisent à l’occupation du sol urbain, est conjoncturelle. Car, à chaque financement international obtenu et à l’occasion de grandes rencontres internationales, la puissance publique connaît des sursauts en matière d’aménagement de l’espace urbain. Cela conduit à des opérations de restructuration urbaine qui s’expriment par des déguerpissements. Les cibles de ces opérations sont, entre autres, les emprises commerciales sur ou proches des voies publiques (Meliki, 2016 : 77), les quartiers spontanés et les résidences construites sur les terres non aedificandi ou sur des espaces appartenant à l’État.

  • 14 Aboutissement d’un processus de réformes macroéconomiques et structurelles préconisées par le FMI. (...)
  • 15 Le terme « déguerpis » est devenu classique dans les études urbaines sur les villes du sud : il dés (...)

50Ce phénomène de déguerpissement est consacré par les dispositifs de l’ordonnance n° 80-22 du 14 juillet 1980. À logique répressive, en son article 2 elle cible essentiellement les acteurs qui, « sans autorisation de la personne qualifiée, exploitent ou se maintiennent sur un terrain dont ils ne sont pas propriétaires ». De ce fait, le sol illégalement acquis par les entrepreneurs agricoles peut leur être retiré durant ces opérations de restructuration urbaine. Celles-ci se sont amplifiées dans la capitale depuis l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE14, laquelle a permis à la communauté urbaine de disposer initialement de 1,115 milliard de FCFA destinés à la modernisation de la ville (Meliki, 2016 : 76). Ainsi, des quartiers dont les sites ont été occupés par des mécanismes illégaux ont été rasés, dont « en juillet 2005, la Vallée de l’Hippodrome ; le quartier Etetak en 2007 avec plus de 1 200 ménages déguerpis15 des collines et 620 maisons détruites […], le quartier Ntaba en juillet 2008, avec près de 5 000 personnes déguerpies » (Djouda Feudio et Mballa Elanga, 2015 : 167), l’essentiel des habitants des deux derniers quartiers sus cités – Ntaba et Etetak – ayant accédé au sol grâce à l’agriculture urbaine.

51Toutefois, bien que généralement pratiqué en toute violation des dispositifs juridiques qui l’encadrent, le déguerpissement peut exceptionnellement aboutir à la validation temporaire ou définitive d’un droit au sol des acteurs de trois façons : par recasement sur un terrain aménagé, par indemnisation pécuniaire ou par non-destruction des locaux bâtis par un acteur durant le déguerpissement.

52Dans le premier cas, le décret n° 20080738/PM du 23 avril 2008 en son article 6 traitant de la situation des personnes à déguerpir, exige que « le Minduh précise : les modalités d’exécution […] les modalités de reconnaissance et d’indemnisation des propriétaires avec ou sans titre foncier, les modalités de création de la zone de recasement et d’attribution des parcelles dans ladite zone ». En ce sens, les acteurs peuvent – rarement il est vrai – bénéficier d’une parcelle de terrain aménagée par l’État à la suite d’un déguerpissement. Être recasé signifie donc faire valider son droit de propriété sur le sol naguère occupé de manière frauduleuse. Ainsi donc,

Garant du domaine, l’État [peut] attribue[r] les terres et [jouer ainsi] la carte du welfare state en distribuant des terrains aux indigents ; une manière de montrer que le pouvoir central ne les oublie pas. Si auparavant les quartiers spontanés étaient brutalement éradiqués, les autorités changent d’attitude [sur insistance des institutions internationales] (Choplin, 2006 :12).

53Le phénomène de déguerpissement peut devenir, à titre d’exception, la voie de validation de la conquête foncière à travers l’agriculture urbaine. Dans le second cas, lorsqu’il n’y a pas recasement, les autorités peuvent procéder à une indemnisation pécuniaire des « déguerpis » de terres agricoles reconverties (Djouda Feudio et Mballa Elanga, 2015 : 165), mais rarement au prix réel du marché. Dans le dernier cas de figure, ordre explicite est souvent donné aux démolisseurs d’épargner des bâtisses spécifiques. Ce cas est vérifié lorsque les locaux ont été bâtis après de fortes dépenses liées à la viabilisation de la structure du sol et le respect des normes architecturales stipulées par une communauté urbaine qui se projette dans un schéma d’urbanisation futuriste.

Conclusion

54La pauvreté généralisée dans les villes camerounaises exclut une partie des citoyens des canaux d’accès à une propriété foncière administrativement consacrée. Les coûts prohibitifs pratiqués dans ce secteur marchand de la terre urbaine mènent les acteurs à faible revenu à mobiliser des voies alternatives pour se créer une propriété foncière de fait. Aussi, comprendre les pratiques agricoles des catégories indigentes consiste-t-il à cerner une démarche stratégique d’accès au sol urbain. Les fonctions paysagiste, sécuritaire et d’assainissement participent alors activement à conférer aux enquêtés un droit d’usage du sol. Cette multifonctionnalité justifie le silence approbateur et le laisser-aller du pouvoir face à l’agriculture urbaine – qui peut ouvrir la voie à une reconversion des sols à des fins de construction de locaux à usage commercial ou d’habitation. L’amélioration du cadre de vie collectif dont sont porteuses les pratiques étudiées aboutit ainsi à une inclusion sociale des populations précaires. Même si les opérations sporadiques de restructuration urbaine conduisent parfois à la perte des espaces acquis, il convient de voir en ces tentatives de création d’un droit d’occupation de fait une démarche populaire qui récuserait la prééminence du capital tout en exigeant une politique inclusive en matière d’accès à la propriété foncière urbaine.

Haut de page

Bibliographie

Bernoux P., 1985, La sociologie des organisations, Paris, Seuil.

Bryant C., Marois C., 1998, « Franges et agricultures périurbaines dans la région de Montréal », in C. Manzagol et C. Bryant (dir.), Montréal 2001 : visages et défis d’une métropole, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, pp. 159-170.

Choplin A., 2006, « Le foncier urbain en Afrique : entre informel et rationnel, l’exemple de Nouakchott, capitale de la Mauritanie », Les Annales de géographie, n° 647, pp. 89-91.

Comby J., 2008, « Changer de modèle foncier », Bulletin de la coopération française pour le développement urbain, l’habitat et l’aménagement spatial, n° 83, pp. 3-4.

Denis É., 2016, « Désirs de ville et convoitises foncières. Marchandisation du sol dans les Suds », Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Desirs-de-ville-et-convoitises.html

Djouda Feudjio Y.-B, Mballa Elanga E. VII, 2015, « Habitat urbain et pratiques de déguerpissement à Yaoundé : une sociologie des rapports de force entre acteurs institutionnels et déguerpis », in B. Tallet, Yemmafouo A., Tchekote H., Kamdem P. (dir.), Repenser l’habitat sous les tropiques. Le défi du logement entre crises identitaires, « modernité » et conflits territoriaux, Yaoundé, Iresma, Revue des hautes terres, vol. 1-2, n° 5, pp. 157-178.

Fleury A., Donadieu P., « De l’agriculture péri-urbaine à l’agriculture urbaine », Le Courrier de l’environnement de l’INRA, Paris, Institut national de la recherche agronomique, délégation permanente à l’environnement, vol. 31, pp. 45-61.

Franck A., 2016, « Insécurité foncière généralisée à Khartoum : quand les titres de propriété ne protègent plus des prédations publiques », Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Insecurite-fonciere-generalisee-a.html

Franck A., 2006, « Maraîchers à Khartoum : entre intégration et marginalisation. Étude des capacités intégratrices de l’agriculture urbaine », Tiers-Monde, vol. 47, n° 185, pp. 39-55.

Guiffo J.-P., 2007, Le droit de l’urbanisme et de la construction au Cameroun, Yaoundé, Éditions de L’Essoah.

INS, « Jeunes et marché du travail au Cameroun », juin 2011.

Lallement M., 2000, « À la recherche des logiques d’action », in P. Cabin et J.-F. Dortier (dir.), La sociologie. Histoire et idées, Paris, Sciences humaines, pp. 256-257.

Le Bris E., Le Roy E., Leimdorfer F., Grégoire E., 1982, Enjeux fonciers en Afrique noire, Paris, Orstom-Karthala.

Mben Lissouck F., 2011, « Violence administrative et indocilité populaire à Yaoundé », mémoire de master en sociologie, université de Yaoundé I.

Meliki H. M., 2016, « La jeunesse dans la politique des usages de l’espace public urbain au Cameroun : entre répression diurne et légitimité nocturne », Revue de la société suisse d’ethnologie Tsantsa, n° 21, pp. 73-85.

Mfoukou-Ntsakala A., Bitémo M., Speybroeck N., Van Huylenbroeck G., Thys E., 2006, « Agriculture urbaine et subsistance des ménages dans une zone de post-conflit en Afrique centrale », Base, vol. 10, n° 3, pp. 237-249.

Moustier P., Pages J., 1997, « Le péri-urbain en Afrique : une agriculture en marge ? », Économie rurale, n° 241, pp. 48-55.

Riviere G., 2012, « L’interstice urbain. Un lieu potentiel de la ville contemporaine », mémoire de fin d’études, École d’architecture de Clermont-Ferrand.

Smit J., Nasr J., 1992, « Urban agriculture for sustainable cities: using wastes and idle land and water bodies as resources », Environment and Urbanization, vol. 4, n° 2, pp. 141-154.

Streiffeler F., 1993, « General principles and approaches for sustainable urban greenbelts with special reference to Africa », document interne, Humboldt Universitat zu Berlin.

Temple L., Marquis S., David O., Simon S., 2008, « Le maraîchage périurbain à Yaoundé est-il un système de production localisé innovant ? », Économies et sociétés, n° 30, pp. 2309-2328.

Temple L., Moustier P., 2004, « Les fonctions et contraintes de l’agriculture périurbaine de quelques villes africaines (Yaoundé, Cotonou, Dakar) », Cahiers Agricultures, vol. 13, n° 1, pp. 15-22.

Yemmafouo A., 2013, Urbanisation et espaces périurbains en Afrique subsaharienne. Pratiques à l’Ouest-Cameroun, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Troisième enquête camerounaise auprès des ménages.

2 Institut national de la statistique.

3 Projet d’assainissement des eaux pluviales de la ville de Yaoundé

4 Ministère de l’Habitat et du Développement urbain

5 SIC, société immobilière du Cameroun, créée en 1952 pour fournir l’essentiel de l’habitat collectif. Le CFC, crédit foncier du Cameroun, créée en 1977 pour permettre à la classe modeste d’accéder à un système de financements souple pour acquérir des biens fonciers et immobiliers. Maetur, mission d’aménagement et d’équipement des terrains urbains et ruraux. Créée en 1977, elle est chargée de contenir l’urbanisation en fournissant des lots aménagés.

6 Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles. Sa mission consiste à encadrer spatialement l’activité industrielle en proposant des aires aménagées aux industriels.

7 Gérard Essi, chef cellule de développement urbain de la CUY. Entretien réalisé par F. Mben Lissouck, 20 octobre 2009.

8 Contrat de désendettement et de développement (politique permettant de reconvertir la dette de certains pays en projet de développement autofinancé).

9 Pays pauvres très endettés.

10 Il s’agit du tissu administratif, commercial et des secteurs résidentiels planifiés.

11 Hygiène et salubrité du Cameroun.

12 Nous ne traiterons pas de cet aspect qui demanderait une étude complète.

13 Seul le droit moderne garantit d’ailleurs ce droit.

14 Aboutissement d’un processus de réformes macroéconomiques et structurelles préconisées par le FMI. Elles visent à stimuler une croissance durable. Le succès de la mise en œuvre de ces réformes donne droit à une réduction du service de la dette.

15 Le terme « déguerpis » est devenu classique dans les études urbaines sur les villes du sud : il désigne les populations déplacées lors des opérations de rénovation urbaine et de nettoyage des quartiers d’habitat spontané.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La ville de Yaoundé, capitale du Cameroun
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6411/img-1.png
Fichier image/png, 237k
Titre Carte 2 : L’environnement urbain de Yaoundé en 2005
Crédits Source : base de données Open Street Map (OSM) 2016
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6411/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Carte 3: Les sols non constructibles mobilisés par les classes précarisées
Crédits Sources : aster DEM (Digital Elevation Model) 2014 in https://earthexplorer.usgs.gov/​ et base de données Open Street Map (OSM) 2016
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6411/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Photo 1 : mini conteneur
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6411/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 2 : cultures visibles autour du conteneur
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6411/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 3 : tôles et planches de récupération
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6411/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 4 : briques de terre non stabilisées
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6411/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues Morell Meliki, « Agriculture urbaine et trajectoires d’accès au foncier pour les citadins précarisés au Cameroun : l’agriurbain comme perspective stratégique », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 44-45 | 2020, mis en ligne le 15 avril 2020, consulté le 04 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/tem/6411 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.6411

Haut de page

Auteur

Hugues Morell Meliki

Enseignant-chercheur
Université de Yaoundé I
Département de sociologie,
S/C Mballa Elanga Edmond VII
B.P : 34923
Yaoundé, Cameroun
morellm2003@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page