Navigation – Plan du site
Editorial

Paysages de l’agriurbain : dynamiques et projets

Agriurban landscapes : dynamics and projects
Sophie Bonin et Monique Poulot

Texte intégral

  • 1 Il émerge en France plus tardivement que dans certains pays anglo-saxons (Deverre et Lamine, 2010)  (...)

1Depuis une vingtaine d’années en France, un mouvement de recréation de liens entre l’agriculture et la ville s’exprime, dans les discours et dans de nombreux projets. Il est porté par un enjeu qui a réellement émergé très récemment, d’une nouvelle alimentation en circuit court1, traçable, respectueuse de l’environnement et de la santé. L’impression dans certains espaces urbains et périurbains est qu’une prise de conscience s’est faite, reconnaissant de multiples fonctions à la présence des espaces agricoles, voire imaginant que ceux-ci soient réinsérés dans la ville. En outre, la problématique de l’écologie des pratiques agricoles, des incidences sur la santé et sur les écosystèmes, vient parachever cette reprise d’intérêt. Sont aussi à l’oeuvre des moteurs plus classiques et anciens déjà bien étudiés (patrimonialisation, loisirs dans les espaces agricoles, préservation du cadre de vie). Enfin, l’actualité de ce sujet vient aussi des transformations du monde agricole. C’est dans le contexte d’une grave crise économique et sociale, une crise d’image aussi de l’agriculture, que des innovations, initiatives, nouvelles pratiques sont lancées et se développent, cherchant à valoriser au lieu de subir la proximité citadine (Donadieu, 1998). L’agriculture, chassée des préoccupations de citoyens de plus en plus urbains au fil du XXème siècle, qui semblait vouée à un pilotage orienté par les marchés mondiaux, refait territoire, remobilise les citoyens. Des mouvements de réappropriation des questions agricoles et alimentaires se sont développés. Ils viennent de collectifs, d’associations, selon des logiques plutôt ascendantes, ou des collectivités territoriales demandeuses, des petites villes comme des grandes agglomérations, et beaucoup aussi des régions, selon des logiques plus descendantes. De grandes entreprises s’immiscent dans le jeu des projets, troublant les interprétations de ces logiques politiques. Enfin, les professionnels de l’aménagement ou du conseil agricole, et les chercheurs proches de ces questions, participent parfois aussi eux-mêmes à ces mouvements. La multiplication de ces initiatives, notamment dans les dix dernières années, illustre le déploiement dans la société de cette prise de conscience autour de l’alimentation. Si cette dernière tend à déborder de plus en plus largement les catégories socio-professionnelles aisées qui ont souvent été les premières à investir le champ, elle peine encore parfois à faire reconnaître la nécessaire entrée agricole autour de l’alimentation. C’est bien tout le sens de le notion d’agriurbain que nous avons souhaité mettre au cœur de la réflexion dans ce numéro de la revue Territoire en Mouvement.

  • 2 Projet AGRIGE : Archipels agriurbains, gouvernances et résistances, soutenu par le programme Pour e (...)

2Ce dernier n’envisage pas toutefois la globalité du sujet, d’autant qu’une abondante moisson d’inventaires, de guides et d’analyses ont été publiés ces dernières années. Mais d’une part le terme agriurbain nous interroge plus spécifiquement, comme chercheuses impliquées dans un projet de recherche sur les territoires agriurbains d’Ile-de-France2. Le mot reste encore assez peu employé dans les publications, même si des formes et montages agriurbains sont au cœur de nombreuses analyses et nous avons retenu quelques titres à la fin de cet éditorial. On constate parallèlement que la généralisation de son emploi s’accompagne d’un glissement grammatical, l’agriurbain devenant petit à petit un substantif comme l’urbain, le rural ou le périurbain avant lui avec parallèlement la perte du trait d’union entre les deux mots.

3D’autre part, ce numéro vise à explorer la dimension paysagère de cette problématique, à montrer les liens entre l’agriurbain et le paysage. Les réponses à l’appel à texte publié en novembre 2018 ont confirmé le bouillonnement d’expérimentations actuelles et montré la grande diversité des contextes où elle se déploie. Cela interroge sur le périmètre de cette notion et son instrumentalisation dans des rapports de force classiques entre ville et agriculture, mais aussi sur son inscription dans des trajectoires de transitions écologiques et de renouveau des pratiques aménagistes comme de celles pour une agriculture plus durable (Poulot, 2014). Ces constructions, ces discours très nombreux qui tentent de passer au stade de projets plus concrets, sont-ils l’avenir de l’urbanisme et de l’agriculture, et comment vont-ils transformer nos paysages quotidiens ?

4Avoir une approche par le paysage s’entend de différentes façons – ce numéro ne vise pas à définir le paysage et on retiendra la définition, large, de la Convention européenne du paysage. C’est d’abord accorder un certain intérêt à l’aspect visuel et sensible de ce qui est produit, des dynamiques à l’œuvre, et les perceptions contradictoires qu’on leur associe (Manola, Geisler, 2012). C’est aussi, et dans une évidente continuité, s’intéresser au paysage comme organisation spatiale, agencement des relations, nécessitant pour les aborder une certaine « transdisciplinarité », un échange entre scientifiques, praticiens et usagers (Fry, 2001). Ici en particulier on s’interroge sur ce que produisent les relations entre des fonctions agricoles, alimentaires, sociales, résidentielles, économiques dans les espaces métropolitains. Ces relations ne peuvent être dissociées enfin du lien affectif, vécu, tissé par les usages des habitants avec leurs espaces de vie et/ou de travail. Le champ de l’esthétique environnementale (Berléant, 1997 ; Blanc, 2012) peut-il intégrer la dimension agricole ? Comment et pour quelles finalités (productives, sociales, écologiques) ?

5Ces trois niveaux, perception visuelle, organisation de l’espace, et relation affective, sont saisis à des degrés variables dans les textes reçus, les deux premiers niveaux l’emportant assez largement. Ils permettent ainsi d’appréhender la dimension paysagère des projets agriurbains dans leurs différentes composantes. En effet si le paysage agriurbain est empreinte et matrice des processus à l’œuvre (Berque, 1984), il renvoie aussi à des orientations théoriques du paysage que définit Jean-Marc Besse (Besse, 2010) : d’une part les paysages en tant que matrices des mobilisations pour des changements agricoles et urbanistiques, saisis par les professionnels de l’aménagement et de la planification face aux enjeux sociaux et écologiques, et d’autre part les paysages comme produits de dynamiques territoriales particulières.

Paysages matrices des mobilisations. Quel est le rôle du paysage dans les mobilisations pour les projets agriurbains ?

6Dans cette recherche de nouveaux équilibres entre ville et agriculture, le paysage peut être central parce qu’il est partageable entre tous ses habitants, et ainsi il peut être facteur ou support de mobilisation, parce qu’il est la partie sensible du cadre de vie.

7La première proposition est mise en œuvre par Jennifer Buyck et Aurore Meyfroidt, dans une articulation avec la question de l’alimentation. Elle interroge le renouvellement de l’urbanisme contemporain durable avec une prise en compte des besoins vitaux des populations pour aller vers « une fabrique agriurbaine plus fertile, adaptative et ancrée ». Mais elle soulève aussi le risque d’un pilotage de la fabrique de la ville par des désirs parfaitement manipulables et récupérables dans des logiques libérales finalement très classiques.

8La seconde proposition est abordée dans l’article de Sophie Bonin : la reconnaissance de la valeur des paysages agricoles peut participer à la création d’une gouvernance commune entre élus et agriculteurs. C’est ce qui est examiné, en hypothèse, à partir de la construction des territoires explicitement désignés comme agriurbains par la Région Ile-de-France. Il en ressort une grande complexité et diversité de situations, mais aussi la mise en évidence de l’autre sens de la relation au paysage, avec des conséquences spatiales parfois peu pensées voire contradictoires comme l’installation des serres ou un développement de la fréquentation qui nuit à l’activité agricole.

9Le paysage est enfin saisi par les professionnels de l’aménagement et de la planification et c’est le point de vue des acteurs de la fabrique de la ville qui est alors en jeu. Sylvain Paquette, Philippe Poullaouec-Gonidec et Patrick Marmen présentent un exemple remarquable de concertation et de projet dans une petite ville du périurbain de Montréal. La relation entre un quartier à densifier et la trame agricole existante devient le fondement de « figures paysagères », traçant le projet.

10Un dernier texte alimente cet axe, dans la rubrique Point de vue de la revue. De façon assez proche mais à une autre échelle, celle d’un site urbain, Olivier Balaÿ et Rémi Junquera proposent une recherche par le projet dans le cadre d’un travail doctoral : il s’agit de suivre une expérimentation d’installation de ferme urbaine multifonctionnelle dans un quartier d’Annemasse.

Paysages produits par des dynamiques territoriales. Quels sont les outils pour penser les dynamiques paysagères agriurbaines ?

11Les articles de cette section s’attachent à présenter les paysages nés de ces nouvelles articulations entre ville et agriculture : ceux conçus comme des outils dans des logiques d’aménagement mais aussi ceux qui fonctionnent comme des réponses à un étalement urbain difficile à contenir. Dans tous les cas, ces paysages renvoient à des jeux d’acteurs complexes, à leurs capacités aussi de se mobiliser et de proposer des solutions qui peuvent pencher tantôt vers l’agriurbain et tantôt vers l’urbain. Cette attention aux jeux d’acteurs se retrouve d’ailleurs dans tous les textes et fait figure de proposition méthodologique pour penser les dynamiques paysagères agriurbaines.

12Claire Aragau et Monique Toublanc se sont ainsi penchées sur la lisière, une des figures-clefs de l’agriurbanisme dans les métropoles des pays du Nord. La requalification de cet espace marge, promu outil de diagnostic et lieu d’invention de nouvelles procédures juridiques, est significative du changement de paradigme sur les articulations agriculture-ville. Devenue champ des possibles, la figure met en récit l’agriurbain « autour d’un habiter croisant le logement, l’alimentaire, l’activité et le loisir au sein d’un paysage chargé d’une mission écologique ». Dans ce renversement, les auteures pointent toutefois le risque de normalisation de la figure sans prise en compte des acteurs, voire de son instrumentalisation par certains acteurs.

13Les deux textes suivants éclairent les paysages agriurbains autour d’une grande métropole africaine, Yaoundé au Cameroun. Ils illustrent la transversalité des questionnements sur le sujet et augurent de riches échanges entre les chercheurs sur les Nords et ceux sur les Suds.

14Gaston Ndock Ndock montre ainsi que les pratiques agricoles sur les franges urbaines de Yaoundé, résultent des recompositions spatiales et des arrangements sociaux entre les populations ne pouvant accéder à la propriété foncière urbaine et les propriétaires fonciers en périphérie. Il évoque « l’activisme agricole » des populations démunies en tant qu’outil d’accès à la terre, la finalité étant, la mutation du droit d’usage du sol (agriculture), pour un nouvel usage (la construction d’habitation familiale).

15Hugues Morell Meliki ne dit pas autre chose et se consacre de manière très fine aux différentes trajectoires d’acteurs agricoles dans ces périphéries de Yaoundé. Si l’objectif est l’accès au sol urbain -le droit à la ville tel que l’évoquait Henri Lefebvre- l’article souligne aussi combien les pratiques agricoles, souvent « frauduleuses » puisqu’implantées sur des terres occupées illégalement, deviennent légitimes. Elles sont à l’origine d’une dynamique d’aménagement urbain et « transforment les espaces inesthétiques en espaces verts et horticoles », bref elles sont vecteurs d’un embellissement du paysage.

16Trois derniers textes alimentent cette section. Deux relèvent de la rubrique Point de vue de la revue. Monique Poulot nous invite à (re)lire la thèse de Michel Phlipponneau, parue en 1957, sur La vie rurale de la banlieue parisienne, à l’aune des récentes évolutions de la thématique des relations ville-agriculture. En plus de souligner combien cet ouvrage a un caractère original, pionnier et de référence sur le sujet, c’est l’occasion de prendre du recul sur les discours enjoués actuels. Ainsi cela permet de faire ressortir des enjeux de recherche un peu mis de côté, comme par exemple la rupture que peuvent constituer ces nouveaux profils d’agriculteurs urbains par rapport aux habituels cadres familiaux qui soutiennent cette profession bien spécifique. Jean-Daniel Cesaro et Andrea Apolloni proposent eux une lecture diachronique et mondiale de la relation entre élevage et urbanité. Quand l’agriculture semble aujourd’hui redécouverte et parfois plébiscitée, l’acceptation n’est pas la même pour l’élevage. Questions de santé publique ? questions de paysage ? Les auteurs nous invitent ainsi à explorer d’autres paysages agriurbains et posent quelques jalons méthodologiques.

17Enfin, une note de lecture de Pierre Donadieu se rattache aussi à ce numéro, faisant état de différentes publications récentes, à l’interface entre recherche et action publique sur les agricultures urbaines. Sa note se focalise en particulier sur un rapport-avis du CESE paru en 2019. Passant en revue les avantages et problèmes du foisonnement actuel des projets, la lecture de ce rapport permet aussi à l’auteur de mettre en évidence la nécessité de clarification et de coordination des notions sollicitées comme du programme d’action pour les pouvoirs publics. L’ensemble des textes interroge l’hypothèse que la notion d’agriurbain est le fruit d’un souci croissant pour le cadre de vie, imbriquant esthétique et écologie, et où le mieux manger (les critères du « meilleur » étant multiples) occupe une place centrale, le tout débouchant sur la nécessité tant pour l’agriculture que pour l’urbanisme de renouveler leurs modèles.

18Privilégiant une approche paysagère, les recherches qui nourrissent ces textes illustrent, s’il en était besoin, qu’il n’est pas évident de parler de façon analogue du point de vue de l’agriculture et du point de vue de la ville. Examiner comment les dynamiques territoriales agriurbaines font évoluer les paysages agricoles et urbains s’avère une question complexe, pour ainsi dire incommensurable si on ne la sépare pas. Car tous les auteurs s’accordent sur l’existence de nouvelles dynamiques, qui de marginales deviennent diffuses sur l’ensemble des territoires où l’agriculture occupe encore une certaine place. Ainsi en est-il des évolutions agricoles et alimentaires : retour ou installation du maraichage, des vergers, éco-pastoralisme, transition agro-écologique, diversification des systèmes de grandes cultures, méthaniseurs, adaptation des exploitations en relation avec les programmes alimentaires territoriaux… Beaucoup de ces dynamiques contemporaines ne sont pas spécifiques aux espaces agricoles sous influence métropolitaine, mais le contexte agriurbain favorise ces dynamiques, les accompagne, les catalyse. Ainsi en est-il aussi d’évolutions urbanistiques, qui paraissent pourtant beaucoup plus ténues, comme le concept aménagiste de lisière agriurbaine le montre, fort dans les discours, faible dans les réalisations.

19Une dernière remarque peut venir en bilan de ce numéro. Seulement deux réponses de l’appel ont concerné les dynamiques d’installations nouvelles en agriculture intraurbaine, et elles correspondent à des formats particuliers de publication scientifique, que l’on a regroupé dans la catégorie Point de vue. Cela confirme en creux que la notion d’agriurbain est singulièrement liée aux questions périurbaines et à la présence d’espaces ouverts en pleine terre. Mais peut être aussi que la thématique du paysage interpelle surtout les travaux sur ces espaces périurbains, en relation historique avec les questions de planification et de préservation des terres agricoles ; enfin le paysage en France est plus volontiers rabattu sur l’espace rural que sur la ville avec un corpus règlementaire qui n’a évolué que depuis les années 90 (Blanc, Glatron, 2005). La question toutefois demeure : les différentes formes d’agriculture intraurbaine qui sont portées aujourd’hui par des politiques et des financements forts se feraient-elles sans souci des paysages matériels produits, ou des perceptions que cela offre ? Prises dans des logiques technicistes et écologiques, ces projets ne se soucieraient-ils pas des paysages produits, formellement, esthétiquement ? L’enjeu est certes d’assurer une alimentation proche, saine, une éducation à l’environnement ou une sociabilité de quartier, mais n’est-il pas aussi, avant tout, d’améliorer la qualité du cadre de vie dans toutes ses dimensions ?

Haut de page

Bibliographie

Berleant A., 1997, Living in the landscape - Toward an Aesthetics of Environment, University Press of Kansas.

Berque A., 1984, « Paysage-empreinte, paysage-matrice : éléments de problématique pour une géographie culturelle », L’Espace géographique, 13-1, pp. 33-34.

Besse J.-M., 2010, « Le paysage, espace sensible, espace public », Meta : Research in Hermeneutics, Phenomenology and Practical philosophy, vol II, 2, pp. 259- 286.

Blanc N., 2012, Les nouvelles esthétiques urbaines, Armand Colin.

Blanc N., Glatron S., 2005. « Du paysage urbain dans les politiques nationales d’urbanisme et d’environnement », L’Espace Géographique, 1, pp. 65-80.

Deverre C., Lamine C., 2010. « Les systèmes agroalimentaires alternatifs, une revue de travaux anglophones en sciences sociales », Economie Rurale, 317, pp. 57-73.

Donadieu P., 1998, Campagnes urbaines, Actes Sud.

Fry G., 2001, « Multifunctional landscapes : towards transdisciplinary research », Landscape and Urban Planning, 57, pp. 159-168.

Manola, T. et Geisler, É. 2012. « Du paysage à l’ambiance : le paysage multisensoriel. Propositions théoriques pour une action urbaine sensible », in J.-P. Thibaud et D. Siret (dir.), Ambiances en acte(s), Actes du 2nd Congrès international sur les ambiances, Montréal, pp. 677‑682.

Marraccini E., Lardon S., Loudiyi S., Giacché G., Bonari E., 2013. « Durabilité de l’agriculture dans les territoires périurbains méditerranéens : enjeux et projets agriurbains dans la région de Pise (Toscane, Italie) », Cahiers d’agriculture, vol. 22, n° 6.

Mumenthaler C., 2019. L’invention de l’agriurbain en Suisse. Agriculture et aménagement du territoire à l’épreuve de l’agriculture urbaine. Les cas de Genève, Zurich et Lausanne, Thèse de l’Université de Genève.

Poulot M., 2014, « L’invention de l’agri-urbain en Île-de-France. Quand la ville se repense aussi autour de l’agriculture », Géocarrefour, 89, 1-2, pp. 11-19.

Petit C., Levavasseur F., Verger Y., 2018. « Reconnecter villes et campagnes : vers des symbioses agricoles et agri-urbaines ? Une exploration sur le Plateau de Saclay », VertigO, hors-série 31, URL : http://journals.openedition.org/vertigo/21809

Robineau O., Toussaint-Soulard C., 2017. « Comprendre la complexité des liens ville-agriculture : intérêt d’une approche par le système agri-urbain. Le cas de Bobo-Dioulasso, Afrique de l’ouest », Nature, Sciences, Sociétés, vol. 25, pp. 36-47.

Toublanc M., Poulot M., 2018, « Les territoires agriurbains en Ile-de-France : entre paysage ordinaire, paysage agricole et paysage alimentaire », Projets de Paysage, https://doi.org/10.4000/paysage.4782

Vidal R., Fleury A., 2007. « De la ville nature à la ville agriculture : le projet agriurbain », Anthos 3, pp. 59-60.

Haut de page

Notes

1 Il émerge en France plus tardivement que dans certains pays anglo-saxons (Deverre et Lamine, 2010) : ainsi la notion de circuit court est définie par le Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche en 2009.

2 Projet AGRIGE : Archipels agriurbains, gouvernances et résistances, soutenu par le programme Pour et Sur le Développement Durable (INRAE, AgroParisTech, Région Ile-de-France), dirigé par Xavier Guiomar, réunissant trois équipes de recherche d’AgroParisTech, de l’UMR LAVUE (Paris Ouest) et du LAREP (ENSP). Il a fait l’objet d’un colloque-atelier international à l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage de Versailles et sur le plateau de Saclay, les 6 et 7 juin 2018, sur cette thématique des paysages agriurbains. Cf. https://psdr.fr/archives/INS387PDFN2.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Bonin et Monique Poulot, « Paysages de l’agriurbain : dynamiques et projets », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 44-45 | 2020, mis en ligne le 16 mai 2020, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/tem/6517

Haut de page

Auteurs

Monique Poulot

Professeur
Université Paris-Nanterre
Batiment Max Weber, UMR LAVUE
200 avenue de la République
92 001 Nanterre Cedex
mpoulotmoreau@parisnanterre.fr

Articles du même auteur

Sophie Bonin

Maître de conférences
Ecole Nationale Supérieure de Paysage, Versailles
Laboratoire LAREP
10 Rue du Maréchal Joffre
78 000 Versailles
s.bonin@versailles.ecole-paysage.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page