Navigation – Plan du site
Articles
Point de vue

Relire Michel Phlipponneau en 2020 : de la vie rurale de banlieue à l’agriurbain ?

Read Michel Phlipponneau in 2020 : from rural suburban life to agriurban ?
Monique Poulot

Texte intégral

  • 1 Michel Phlipponneau, 1957, La vie rurale de la banlieue parisienne. Etude de géographie humaine, Pa (...)
  • 2 Le terme de maraîcher apparaît au XVe siècle et il est lié aux lieux de cultures, soit les marais a (...)
  • 3 En ayant toutefois doublé ses apports en volume.

1Michel Phlipponneau1 analyse dans un ouvrage copieux, de près de 600 pages, l’agriculture de la banlieue parisienne. La première partie d’une centaine de pages traite de « l’élaboration des caractères actuels de la vie rurale de la banlieue parisienne » dans une mise en perspective diachronique qui ne craint pas de remonter à l’économie domaniale. Cette agriculture de banlieue présente une double origine : elle est née dans la ville avec la corporation des maraîchers2 dits aussi spécialistes et repoussés progressivement hors les murs mais elle est aussi le fruit de la petite exploitation paysanne des vallées et des coteaux. Après une phase d’apogée au XIXè siècle où elle fournit 80 % du ravitaillement de la capitale (1895), le XXè siècle marque une série de remises en cause (urbanisation, concurrence de nouvelles régions de production…) si bien qu’elle ne représente plus que 30 % des besoins de la ville3 dans les années 1950. Ce tableau ainsi brossé, le reste de la thèse, soit les trois autres parties, est consacré à l’étude des caractères actuels de cette agriculture : tout d’abord ses caractères originaux selon le triptyque terre/capital/travail ; puis les types d’organisations qu’elle génère avec la forte opposition entre spécialistes et paysans ; pour s’achever par une présentation des nuances régionales en quatre secteurs. La conclusion appelle à sa conservation et à sa prise en compte dans l’aménagement de la capitale.

Une thèse rurale de son temps… mais inscrite dans des réflexions d’aménagement des relations villes-campagnes

2Cette thèse a connu à son époque un beau succès. Couronnée notamment par le jury du Prix Olivier de Serres et par la Société de géographie, elle s’inscrit dans la lignée des grandes thèses de géographie régionale à forte connotation rurale tant la valence agricole domine encore dans nombre de régions françaises. Elle est ainsi saluée par René Lebeau dans la Revue de géographie de Lyon (1959) ou encore dans les Cahiers de géographie du Québec (1958) : tous s’accordent sur une étude « solide, bien documentée » au service d’une « géographie, science de l’espace et science de synthèse ». Elle est tout autant appréciée par les historiens –ce qui rappelle les liens forts entre les deux disciplines dans cette géographie rurale à la Demangeon (Plet, 2003)- puisque « l’histoire ne permet pas seulement de comprendre les aspects géographiques actuels de la banlieue parisienne, mais encore l’auteur fait constamment appel à elle pour déterminer ses aspects futurs » (Fréville, 1957). Cette thèse participe clairement des tendances « agrocentristes » des travaux de l’époque menés sur l’espace rural lesquels résultent de « la convergence d'une conjoncture d'agricolisation des campagnes françaises avec l’exode rural, d'un modèle dominant des espaces ruraux voués à 1’agriculture et des orientations épistémologiques propres à la géographie » où triomphe encore un fort courant agrarien (Berger et al., 1975).

  • 4 Un certain nombre de thèses de cette décennie intègre la ville dans leur réflexion sur les espaces (...)
  • 5 C’est une des premières occurrences de ce schéma économique dans les travaux français, à l’origine (...)
  • 6 Si l’on retrouve le triptyque terre, capital, main d’œuvre qui fonde le système productif agricole, (...)

3Mais si la thèse est « classique », les critiques de l’époque en retiennent deux aspects novateurs. Le premier tient au terrain choisi pour étudier l’agriculture, soit la banlieue parisienne caractérisée par « la densité de ses habitations, ses usines, ses migrations journalières de population » à tel point que « l’étude de cette agriculture si particulière a forcément des caractères qui l‘éloignent des autres travaux consacrés jusqu’ici à la vie rurale française » : ainsi elle « ne comporte pas, ou moins d’étude de géographie et d’histoire agraire (Lebeau, 1959). On mesure là une nouveauté fondamentale liée à la montée des réflexions sur les rapports villes-campagnes4. Mais cela ne signifie nullement que Michel Phlipponneau évoque les autres fonctions de cette campagne de banlieue : son introduction porte clairement qu’il s’agit « d’une étude de l’importance humaine et économique d’une organisation agricole » (Phlipponneau, 1957, p. 14) et de fait les autres habitants ne sont jamais pris en compte. Cette manière de faire rappelle que le terme rural tel que nous l’utilisons aujourd’hui ne s’est détaché que très tard de l’agricole : ainsi Bernard BARBIER en prend-il acte en 1969 pour les Alpes du Sud où « vie rurale ne se confond plus avec vie agricole. Les paysans ne sont plus la majorité et leur importance relative s'amenuise sans cesse » (Barbier, 1969). Reste que l’introduction de la ville dans le travail de Michel Phlipponneau le conduit à interroger la part de la ville dans cette agriculture tant dans ses formes que dans son organisation spatiale. Si le lien avec la propriété citadine tient du classique, les analyses sur les types de cultures (une extraordinaire variété) et leurs formes de commercialisation (la vente directe), leur rapidité d’adaptation en lien avec la demande urbaine sont beaucoup plus novatrices. Plus encore, la thèse se veut une illustration « des travaux anciens de Von Thünen (qui) remarque qu’autour d’une ville isolée, l’activité agricole s’organiserait selon des zones concentriques dont l’intensité de la production décroîtrait vers la périphérie » (Phlipponneau, 1957, p. 19)5. Le propos de M. Phlipponneau entérine donc une certaine « désacralisation » de l'activité agricole, soulignée dès 1953 par É. JUILLARD, qui décrit « le passage d'une vie rurale considérée comme forme de civilisation à 1'activité agricole devenue une forme de production comme une autre » (Juillard, 1953). La dimension économique s’impose ainsi dans la thèse pour comprendre cette agriculture à forte valeur ajoutée où la part de la terre compte moins que celle du capital et du travail6 (Boermann, 1952).

  • 7 « La région et l’Etat : parcours d’un géographe régionaliste », d'après une conférence de Michel Ph (...)

4Le second aspect novateur est celui de son caractère appliqué orienté vers l’aménagement de l’espace : « la connaissance de l’organisation de la production, de la structure humaine, de la localisation des cultures… peut aider à préserver ces activités agricoles, en donnant aux producteurs une vue d’ensemble des problèmes… en guidant l’action de la Direction de l’Aménagement du territoire » (Phlipponneau, 1957, p. 543). On retrouve là une des dimensions majeures de la personnalité du géographe (1921- 2008) qui a toujours défendu l’idée d’une géographie impliquée et appliquée qu’il a mise en action en tant que membre puis vice-président du Comité d’Etude et de Liaison des Intérêts Bretons (CELIB) jusqu’en 19647. Cet engagement lui a valu de vifs débats avec Pierre Georges dans les années 60, entre géographie active et géographie appliquée, et une certaine assignation dans un rôle de géographe régionaliste breton à tel point que sa thèse francilienne n’a ressurgi que trente ans plus tard.

Quelle lecture aujourd’hui ?

  • 8 Le terme portait encore un trait d’union qui disparaîtra peu à peu.

5Il est vrai que durant cette période qui court de la décennie soixante à la décennie quatre-vingts, les géographes ruralistes sont occupés à analyser les formes et processus de la révolution agricole productiviste et ceux de l’urbain plus enclins à scruter les grandes opérations d’urbanisme. Sa redécouverte intervient à l’occasion des débats sur l’étalement urbain autour des concepts de rurbanisation et/ou périurbanisation (Berger et al., 1980) : elle est alors présentée comme une des premières études sur l'agriculture péri-urbaine8, une étude matricielle qui a fixé notamment les grandes problématiques. Il en est ainsi de l’intensification des systèmes de cultures avec un nécessaire recours à une importante main d’œuvre ; il en est aussi de son adaptabilité aux demandes urbaines ; on pourrait encore citer les formes originales de commercialisation (la vente directe désignant les Halles de Paris et les marchés de plein vent surtout).

6Cette « redécouverte » a lieu toutefois à une période où le périurbain est promis à devenir de l’urbain (Levy et Lussault, 2003). Si les analyses de M. Phlipponneau sont scrutées, c’est pour continuer à lire la minoration de cette agriculture qui de fait peine toujours plus à se maintenir avec l’étalement urbain et les emprises au sol des grandes infrastructures. On en retient aussi certains éléments de conservatisme que l’auteur avait pointés comme nécessaires à lever pour son développement : ainsi une certaine frilosité à adopter les techniques nouvelles venues notamment de Hollande ou Belgique pour abaisser les coûts de production ; ainsi la nécessité de diversifier les circuits de vente pour conquérir des marchés extérieurs à la région… Le propos général ressortit plus à faire entrer cette agriculture dans le progrès, voire à se poser la question de son nécessaire maintien. Les débats d’une des séances de l’AGF de 1992 sur le « devenir des agricultures périurbaines » en témoignent, marqués par « la thèse (…) de la destruction inéluctable de l’agriculture périurbaine », la crainte généralisée de « marginalité » ou de « marginalisation » « au péril de la ville » (Brunet et Charvet, 1994).

7A l’évidence, aujourd’hui le contexte sociétal et scientifique a changé si bien qu’on repère une nouvelle vague de lectures de la thèse de M. Phlipponneau. L’agriculture périurbaine, voire urbaine, est désormais plébiscitée, valorisée dans ses dimensions économiques, environnementales et socio-politiques, convoquée aussi pour faire entrer la ville en durabilité (Poulot, 2018) ; elle apparaît de surcroît nécessaire pour les grandes villes « qui ne produisent pas elles-mêmes leurs moyens de subsistance alimentaire » (Ascher, 2001), au point d’être qualifiées d’« hungry cities » (Zukin, 2009). La « culture de banlieue » devient un modèle, à tout le moins une solution pour repenser les logiques alimentaires des villes mais aussi envisager une ville plus verte. Dans ce nouveau paradigme, agronomes, géographes mais aussi urbanistes citent tous désormais Michel Phlipponneau. Les premiers réinterrogent les systèmes de culture maraîchers de cette période, soulignant l’ingéniosité de ces agriculteurs franciliens (Aubry et Chiffoleau, 2009 ; Morel, 2016). Les seconds analysent les types d’articulations spatiales entre ville et agriculture dans un jeu de rappel entre problématiques actuelles et celles des années cinquante, soulignant notamment les contraintes de cette agriculture. Michel Phlipponneau signalait par exemple en 1957 : « le voisinage urbain peut constituer une gêne sensible. Sur les terres morcelées des exploitations, le « chapardage » fait perdre au cultivateur une bonne partie de sa récolte ; les fumées, les poussières rendent difficiles la poursuite de certains cultures délicates (…) Les transports de fumier sont soumis à des règlements incommodes… (…) Pour toutes ces raisons, il est certain que les producteurs ont intérêt à abandonner les zones trop proches de la ville » (p. 106). Tous ces questionnements sont le quotidien de communes ou EPCI qui ont aujourd’hui choisi de conserver l’agriculture, à l’image des territoires agriurbains en Ile-de-France (Toublanc et Poulot, 2019 ; Scheromm et al., 2014) : vols et pollutions externes représentent un manque à gagner de quelque 20 % ; les contraintes de transport se sont fortement accentuées avec l’accroissement de la circulation automobile et l’aménagement des axes routiers (ronds-points, chicanes de rétrécissement)... Mais ces problématiques épousent aussi celles des aménageurs sur les projets de frange ou de lisière urbaines. De même, la thèse est volontiers convoquée dans les analyses de métabolisme urbain (Barles, 2006), le temps des maraîchers de M. Phlipponneau étant celui d’un recyclage très élaboré des déchets de la ville par les agriculteurs lesquels épandent sur les terres les boues urbaines. Enfin tous partagent, comme il le faisait dans sa conclusion, des interrogations sur une régulation étatique à tout le moins publique autour de la terre puisque la rente foncière n’a aucune mesure avec la rente urbaine (Baysse Lainé, 2019)

8J’évoquerai pour finir une des figures centrales de la thèse, celle du maraîcher spécialiste laquelle ne laisse pas d’interroger. Ce groupe qui puise ses origines socio-spatiales dans les grands marais de Paris a longtemps calqué son organisation sur celui des autres corporations urbaines dont les droits à produire étaient octroyés et réglementés par le pouvoir royal : ainsi le maraîcher est-il un véritable spécialiste urbain, relativement étranger au cadre agraire dans lequel il installe son marais au cours de ses migrations successives au gré de l’urbanisation. En dépit des évolutions, il n’a jamais cessé d’entretenir une forte symbiose étroite avec la ville : il cultive selon les demandes de ville, vend sur les marchés urbains et son système de production recycle les déchets de la ville. Si cette symbiose a fortement régressé au point de devenir uniquement commerciale, les maraîchers demeurent un groupe social particulier au sein de la paysannerie française avec qui ils entretiennent des rapports difficiles. Ils sont propriétaires de leurs terres -des parcelles souvent encloses de murs ou parfaitement délimitées- quand les autres sont plutôt fermiers ; ils ont leur propre organisation syndicale et commerciale, leurs propres réseaux d’entraide ; ils assument aussi une forme d’itinérance liée à leur lien à la ville. Au cours d’un entretien, un maraîcher de la Plaine de Versailles en 1996 déclarait par exemple : « Mes parents ont commencé à Rueil et puis avec la ville… on a été réinstallé à Saint-Rémy-L’Honoré. Cela a été difficile en termes de marchés car on avait nos acheteurs donc on y revient toujours même si c’est loin. La ville je l’ai toujours vu sur ses deux faces : des avantages et des inconvénients.… Le maraîchage c’est 80 heures de travail par semaine et aucun enfant ne reprendra. J’ai l’impression de la fin de quelque chose et les gros agriculteurs du coin n’y pensent pas. Et on n’est pas considéré. »

9Dans l’agriurbain se joue aujourd’hui une forme de reconstitution de ce groupe. Les collectivités, soucieuses de recréation d’une agriculture de proximité et d’espaces verts, achètent des terres et y installent de nouveaux agriculteurs, souvent hors cadre familial soit sans attache paysanne. Recrutés comme agriculteurs de la ville, ils s’engagent à cultiver avec des techniques bio ou de permaculture mais aussi à approvisionner la ville par de la vente directe ou des circuits courts (restauration scolaire, contrats d’approvisionnements, marchés ou Association pour le Maintien de l’agriculture paysanne). Il est encore trop tôt pour cerner les contours de ce groupe de nouveaux installés, le phénomène n’ayant réellement pris de l’ampleur que depuis 5 à 6 ans.

10Quelques traits se dessinent toutefois : la faible taille de ces fermes de un à deux hectares –elles sont dites microfermes (Morel, 2016)- ; la grande variété de cultures (40 à 50 espèces) ; d’énormes besoins en main d’œuvre conjugués à des temps de travail très importants … et des relations souvent conflictuelles avec les agriculteurs déjà en place qui s’opposent par exemple aux installations hors cadre familial.

11Il n’est bien sûr pas question d’établir de filiation simpliste entre l’agriculture de banlieue et l’agriurbain en invention, entendu comme la recréation de liens entre ville et agriculture, celle-ci étant appréhendée dans sa multifonctionnalité et de plus en plus dans sa fonction alimentaire mais on ne peut que constater que l’étude précise et argumentée de M. Phlipponneau vient encore éclairer certains débats en cours. Elle n’a d’ailleurs pas cessé d’être mobilisée depuis sa parution, utilisée tantôt pour condamner cette agriculture périurbaine, tantôt pour la conserver.

Haut de page

Bibliographie

Ascher F., 2001, Les nouveaux principes de l’urbanisme. La fin des villes n’est pas à l’ordre du jour, La Tour d’Aigues, éd. de l’Aube, 110p.

Aubry C., Chiffoleau Y., 2009, « Le développement des circuits courts et l’agriculture périurbaine : histoire, évolution en cours et questions actuelles », Innovations Agronomiques, 5, pp. 41-51

Barbier B., 1969, Villes et centres des Alpes du Sud. Étude d'un réseau urbain, Gap, Ed. Ophrys, 421 p.

Barles S., 2006, « Quelle destination pour les déchets urbains ? L’expérience parisienne, XVIIIe – XXe siècles », in B. Lemoine (éd.), Paris en Île-de-France, histoires communes, Paris, éd. du Pavillon de l’Arsenal / Picard, pp. 96-102.

Baysse-Lainé, 2018, Terres nourricières ? la gestion de l’accès au foncier agricole en France face aux demandes de relocalisation alimentaire, Thèse de géographie, Université Lyon 2, 582 p.

Berger M., Gilette C., Robic M.-C., 1975, « L’étude des espaces ruraux en France à travers trois quarts de siècle de recherche géographique L’exemple des thèses de doctorat d’État », republié dans STRATES 1996- 1997, n° 9, pp. 133-164.

Berger M., Fruit J.-P., Plet F., Robic M.-C., 1980, « Rurbanisation et analyse des espaces ruraux péri- urbains », L’Espace géographique, tome 9, n° 4, pp. 303-313.

Boermann W.-E., 1952, « La géographie économique et son importance pour la solution des problèmes économiques contemporains », in Publications du laboratoire de Géographie de l’Université de Rennes, pp. 90-104.

Brunt P., Charvet J.-P. (coord.), 1994, « Le devenir des agricultures périurbaines », Bulletin de l’Association de Géographes Français, 2, pp. 117-226.

Fréville H., 1957, Comptes rendus, Annales de Bretagne, 64-3, pp. 389- 392.

Grenier F., 1958, Comptes rendus bibliographiques, Cahiers de géographie du Québec, vol. 3, n° 5, pp. 163-164.

Juillard E., 1953, La Vie rurale dans la plaine de Basse Alsace, essai de géographie sociale, Strasbourg, Le Roux, 582 p.

Lebeau R., 1959, Comptes rendus : Géographie de la vie rurale, Revue de géographie de Lyon, vol. 34, n° 1, pp. 75-79.

Levy J., Lussault M. (dir.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Paris, Belin.

Morel, K., 2016, Viabilité des microfermes maraîchères biologiques. Une étude inductive combinant méthodes qualitatives et modélisation. Thèse de doctorat. UMR SADAPT, INRA, AgroParisTech, Université Paris-Saclay, 352 p. https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01557495

Phlipponneau M., 1960, Géographie et action, introduction à la géographie appliquée, Paris, Armand Colin, 227 p.

Phlipponneau M., 1999, La géographie appliquée : du Géographe universitaire au géographe professionnel, Paris, Armand Colin, Collection U, 299 p.

Plet F., 2003, « La géographie rurale française : quelques jalons », Sociétés contemporaines, n° 49-50, pp. 85-106.

Poulot M., 2018, « La métropole francilienne en agriculture », in Capital agricole. Chantiers pour une ville cultivée, Paris, éd. de l’Arsenal, pp. 152- 159.

Scheromm P., Perrin C., Soulard C., 2014, Cultiver en ville... Cultiver la ville ? L'agriculture urbaine à Montpellier », Espaces et Sociétés, 3-158, pp. 49-66.

Sinclair R.-J, 1967, “Von Thünen and urban sprawl », Annals of the Association of American Geographers, 57, pp. 72-81.

Toublanc M, Poulot M, 2018, « Les territoires agriurbains en Île-de- France : entre paysage ordinaire, paysage agricole et paysage alimentaire ? », Projets de paysage, mis en ligne le 15 01 2018. http://www.projetsdepaysage.fr/les_territoires_agriurbains_en_le_de_france_entre_paysage_ordinaire_paysage_agricole_et_paysage_alimentaire

Zukin S., 2009, Naked Cities. The death and life of Authentic Urban Places, Oxford University Press, 312 p.

Haut de page

Notes

1 Michel Phlipponneau, 1957, La vie rurale de la banlieue parisienne. Etude de géographie humaine, Paris, Armand Colin, Centres d’études économiques, Etudes et Mémoires, n° 32, 593 p., 31 planches photographiques, cartes en couleurs en pochette.

2 Le terme de maraîcher apparaît au XVe siècle et il est lié aux lieux de cultures, soit les marais asséchés intra-muros dans la ville de Paris.

3 En ayant toutefois doublé ses apports en volume.

4 Un certain nombre de thèses de cette décennie intègre la ville dans leur réflexion sur les espaces ruraux : KAYSER B., 1960, L'arrière-pays rural de la Côte d'Azur, essai sur les conséquences du développement urbain, 593 p. ; DUGRAND R., 1963, Villes et campagnes en Bas-Languedoc, 638 p. ; BRUNET, R., 1965, Les Campagnes toulousaines, 727 p.

5 C’est une des premières occurrences de ce schéma économique dans les travaux français, à l’origine du modèle des ceintures maraîchères ou de produits frais.

6 Si l’on retrouve le triptyque terre, capital, main d’œuvre qui fonde le système productif agricole, le déport de l’analyse vers le capital est novateur quand la terre et la main d’œuvre ont été jusqu’alors le plus souvent au centre des analyses des structures agraires.

7 « La région et l’Etat : parcours d’un géographe régionaliste », d'après une conférence de Michel Phlipponneau à l'École Normale Supérieure de Lyon, Géoconfluences, février 2003.
http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/remue- meninges/michel-phlipponneau

8 Le terme portait encore un trait d’union qui disparaîtra peu à peu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Poulot, « Relire Michel Phlipponneau en 2020 : de la vie rurale de banlieue à l’agriurbain ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 44-45 | 2020, mis en ligne le 26 mai 2020, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/tem/6522 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.6522

Haut de page

Auteur

Monique Poulot

Professeur
Université Paris-Nanterre
Bâtiment Max Weber, UMR LAVUE
200 avenue de la République
92 001 Nanterre Cedex
mpoulotmoreau@parisnanterre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page