Navigation – Plan du site

AccueilDerniers numéros47ArticlesQuand l’exclusion physique est ég...

Articles

Quand l’exclusion physique est également géographique : un exemple des difficultés liées à la mise en accessibilité des commerces dans un centre-bourg rural

When physical exclusion is also geographical: an example of the difficulties associated with accessibility to shops in a rural town centre
Meddy Escuriet

Résumés

Les difficultés affectant les déplacements des personnes à mobilité réduite sont la résultante d’une non-compatibilité de l’environnement physique et de leurs caractéristiques individuelles. La potentialité de mobilité d’une personne âgée, malvoyante ou circulant en fauteuil roulant se trouve limitée par des obstacles physico-spatiaux, des barrières physiques l’empêchant d’accomplir ses déplacements.
Alors que la tendance est à la fermeture des commerces dans les centre-bourg ruraux et aux difficultés de mise en application des normes d’accessibilité, quels liens existe-t-il entre exclusion physique produite par un environnement non accessible et exclusion géographique liée au fait de vivre dans un centre dépourvu de services et commerces de proximité ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Par justice spatiale, on entend la dimension spatiale de la justice entre les hommes (Bret, 2010). Cette notion, qui apparaît dès les années 1970 en géographie, ne doit pas être entendue comme une justice entre les lieux mais comme la résolution dans l’espace des inégalités sociales, devenant de ce fait des inégalités socio-spatiales.

2Les obstacles physico-spatiaux présents dans la société, les escaliers devant l’entrée des établissements recevant du public ou encore les trottoirs étroits, participent à la création d’un « handicap de situation » (Thomas, 2003 ; Victor et al., 2016) pouvant se transformer en situations de handicap telles que définies dans la loi du 11 février 20051 s’ils entraînent une limitation des activités de la personne et une réduction de sa participation sociale.

3En limitant le potentiel de déplacement des personnes à mobilité réduite (motilité) et en agissant sur leur liberté d’atteindre différentes combinaisons de fonctionnement (capabilité), la configuration de l’environnement entraîne une exclusion physique des personnes à mobilité réduite. Sans nourrir l’utopie de reconstruire une société accessible à tous quelles que soient les difficultés individuelles, la mise aux normes d’accessibilité des établissements recevant du public, imposée par la loi de 2005, entend lutter en faveur d’une plus grande justice spatiale entre les individus.

4Pourtant, le déclin commercial des communes rurales (Chaptal et Madry, 2007 ; Massal, 2018), agit sur l’accessibilité à une échelle différente. La disparition des services de proximité allonge les distances à parcourir par les habitants et éloigne leurs objectifs de mobilité de leur lieu d’habitation. Les centres-bourgs, souvent dotés d’une faible accessibilité automobile, subissent de plein fouet ce déclin commercial et la concurrence des enseignes de la grande distribution, implantées en périphérie. Après avoir questionné l’accessibilité des personnes à mobilité réduite de manière théorique et conceptuelle, l’article se focalise sur sa mise en application concrète.

5L’exemple des commerces du centre-ville de Courpière, commune rurale du Puy-de-Dôme, nous permettra d’illustrer les problématiques que peuvent rencontrer des petits établissements face à l’injonction d’accessibilité. S’ils s’adaptent de manière officieuse dans le but d’accueillir des personnes à mobilité réduite, les difficultés qu’ils peuvent traverser pour aménager et financer les travaux sont autant de facteurs qui révèlent et consolident leur vulnérabilité par rapport à la grande distribution.

1. L’accessibilite en théorie : aménager pour supprimer les handicaps de situation

1.1 Les personnes à mobilité réduite : un potentiel de déplacements restreint

  • 2 Décret n° 2006-138 du 9 février 2006 relatif à l'accessibilité du matériel roulant affecté aux serv (...)

6La catégorie de personne à mobilité réduite est définie par le décret du 9 février 20062 comme étant : « l’ensemble des personnes qui éprouvent des difficultés à se déplacer, de manière provisoire ou permanente ». Quelle que soit la pathologie ou la cause des difficultés, une personne connaissant des problèmes dans l’accomplissement de ses déplacements et la réalisation de sa mobilité est considérée comme étant à mobilité réduite. Si l’on s’appuie sur cette définition, la persistance ou la réversibilité de la limitation ne rentre pas en ligne de compte dans la caractérisation de la mobilité réduite d’un individu. Par exemple, une personne ayant une limitation durable de ses fonctions motrices en raison de son grand âge ou à la suite d’un accident est, si sa capacité à se déplacer est impactée, à mobilité réduite. Il en est de même pour un livreur qui exerce son travail et dont les marchandises qu’il transporte obstruent temporairement sa visibilité.

7Du fait de leurs difficultés à se déplacer plus ou moins permanentes, la mobilité de ces personnes : « l’une des modalités de gestion de la distance consistant en un déplacement matériel des opérateurs d’un lieu à un autre » (Levy et Lussault, 2003 : 677) est plus ou moins contrariée.

8Pour décrire et analyser un potentiel de mobilité, V. Kaufmann et C. Jemelin ont proposé le concept de motilité. Il désigne : « la manière dont un individu ou un groupe fait sien le champ des possibles en matière de mobilité et en fait usage pour développer des projets […] la motilité se compose de l’ensemble des facteurs définissant la potentialité à être mobile dans l’espace » (Kaufmann et Jemelin, 2004 : 5-6).

9Son émergence est née « de l’émiettement du concept de mobilité spatiale » en sciences sociales et de sa relative nébulosité dans la mesure où il recouvre « des phénomènes de nature différente ». Via la motilité, V. Kaufmann et C. Jemelin placent la focale de recherche non pas sur l’observation des déplacements mais sur l’analyse du potentiel de déplacement des acteurs. Le concept a été proposé afin de comprendre comment ils se livrent à des arbitrages pour se « mobiliser » à partir des réseaux et systèmes techniques et comment ils construisent de ce fait leurs déplacements.

10Pour eux, la motilité dépend de plusieurs facteurs pouvant être relatifs aux « accessibilités », aux « compétences individuelles » et à « l’appropriation ». Les « accessibilités » désignent les conditions permettant à un acteur d’utiliser une offre de mobilité ou de transport au sens large. Cela renvoie à une notion de services « il s’agit de l’ensemble des conditions en termes de prix, d'horaires, etc. auxquelles une offre peut être utilisée ». Les « compétences individuelles » se réfèrent aux « savoir-faire des acteurs » nécessaires pour utiliser l’offre. « L’appropriation » désigne quant à elle l'évaluation par l’acteur de l'offre compte tenu de ses projets.

11Pour les personnes à mobilité réduite, les éléments liés aux « compétences individuelles » et aux « accessibilités » sont cruciaux dans la définition de leur motilité, plus que pour celles qui n’ont pas de difficultés dans leurs déplacements. En effet, leur faible potentialité de mobilité prend naissance dans l’inadéquation entre leurs « compétences individuelles » et un contexte environnemental ne permettant pas la mobilisation de ces compétences. Ce qu’il faut retenir ici, c’est l’absence d’articulation entre la personne et son environnement.

12Dans la détermination des « compétences individuelles » des acteurs en matière de mobilité, V. Kaufmann et C. Jemelin expliquent que les savoirs acquis et les capacités organisationnelles sont centraux. Le terme compétence est défini dans le Larousse comme étant est une « capacité reconnue en telle ou telle matière en raison de connaissances possédées et qui donne le droit d’en juger »3. La compétence met en avant le lien entre une capacité « l’aptitude de quelqu’un dans tel ou tel domaine »4 et les connaissances de l’individu lui ayant permis d’acquérir cette capacité.

13Appliqué aux personnes à mobilité réduite, le terme compétence n’est pas approprié. En effet, les difficultés qu’elles peuvent rencontrer n’ont rien à voir avec un manque de connaissance mais sont liés à leurs capacités intrinsèques. Si un individu se déplace en fauteuil roulant et ne parvient pas à franchir en autonomie les marches qui le séparent de l’entrée d’un commerce, cela ne veut pas dire qu’il ne sait pas et qu’il n’a pas les capacités organisationnelles pour le faire. Son incapacité à se déplacer n’est pas liée à des éléments internes qui lui sont propres mais résulte de facteurs externes liés à son contexte de vie et à l’environnement physique. Dans le cas présent, on peut faire le constat de l’absence d’un environnement et d’une offre de mobilité (par exemple un plan incliné) adaptée à la personne, qui lui aurait permis de réaliser le déplacement.

14Dans cet exemple, on remarque que la motilité est annihilée par une impossibilité de concilier capacités et « accessibilités ». Il n’y a pas de plan incliné, donc il n’existe pas de service adapté aux capacités de la personne.

15La lecture de la situation des personnes à mobilité réduite sous la lumière de la motilité nous montre que leurs limitations résident dans l’existence, pour elles, d’un « champ des possibles » bien inférieur à celui des personnes n’ayant pas de difficultés dans leurs déplacements. Dans les faits, quand elle planifie sa mobilité, une personne à mobilité réduite a plutôt tendance à raisonner sur un « champ des impossibles » en tentant de repérer en amont les situations où elle pourrait être confrontée à l’inaccessibilité de l’environnement, afin d’imaginer, si cela est possible, son trajet en fonction de ces éléments.

  • 5 MDH-PPH Modèle de Développement Humain-Processus de Production du Handicap

16Le modèle du Processus de Production du Handicap (MDH-PPH5) (Fougeyrollas, 1998) et dans une moindre mesure celui de la Classification Internationale du Fonctionnement (CIF) (OMS, 2001) nous amènent à considérer la personne et son environnement au cœur d’un dispositif systémique. L’individu, dans sa spécificité, se heurte à un environnement physique également porteur de ses caractéristiques et pouvant se révéler tantôt bloquant, tantôt facilitant pour l’exercice de sa mobilité.

17Pour exprimer l’interaction entre une personne porteuse de ses caractéristiques et un environnement non adapté, le concept de capabilité est également pertinent (Beyazit, 2010). Pour M. Nussbaum (2006, 2013) qui s’appuie sur les travaux d’A. Sen (1985) la capabilité est une forme de liberté, « la liberté substantielle d’atteindre différentes combinaisons de fonctionnement ». Il ne s’agit donc pas simplement des capacités dont une personne est dotée, mais « des libertés ou des possibilités créées par une combinaison de capacités personnelles et d’un environnement politique, social et économique. » La capabilité de la personne à mobilité réduite est, tout comme sa motilité, limitée car ses capacités et ses caractéristiques propres ne s’articulent et ne se combinent pas avec l’environnement politique, social, économique et physique dans lequel elle évolue. Plus que les caractéristiques de la personne, c’est bien l’environnement et le contexte de vie de cette dernière qui ne lui permettent pas d’accéder à cette liberté.

18La lecture de la situation des personnes à mobilité réduite au prisme de la motilité et des capabilités permet de faire le constat de l’importance du facteur environnemental. Dans le cas de difficultés de mobilités durables, liées à une pathologie, au vieillissement ou à des limitations fonctionnelles, si l’environnement, bloquant, entraîne une réduction des activités et une restriction de la participation sociale, alors la personne est considérée comme étant en situation de handicap.

1.2 Personne à mobilité réduite et environnement : approche interactionnelle du handicap

19La loi (n°2005-102) pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées du 11 février 20056 donne une définition du handicap. Au sens de la loi, « constitue un handicap, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou trouble de santé invalidant ».

20Cette définition directement inspirée de la Classification Internationale du Fonctionnement (CIF) de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) entérinée en 2001, marque le passage d’un modèle où le handicap était considéré comme un attribut de la personne à une conceptualisation où il est envisagé dans l’interaction entre l’individu et son environnement.

21Dans son approche du handicap, la CIF distingue les fonctions organiques qui sont « les fonctions physiologiques des systèmes organiques y compris les fonctionnements psychologiques » des structures anatomiques : « les parties anatomiques du corps telles que les organes, les membres et leurs composantes ». Les déficiences désignent quant à elles « les problèmes dans la fonction organique ou la structure anatomique tel qu’un écart ou une perte importante ».

22L’état des structures anatomiques et des fonctions organiques, aussi déficientes soient-elles, ne suffit pas à caractériser le handicap de la personne. Contrairement à la Classification Internationale des Déficiences Incapacités Handicaps (CIDIH) en vigueur auparavant (OMS, 1980) qui intégrait de manière extrêmement relative le fait que la société avait un rôle dans la production du handicap, l’adoption de la CIF va dans le sens d’une volonté de l’OMS de ne plus considérer le handicap sous le prisme médical, comme un attribut de la personne. Pour C. Barral (2007 : 241), la CIF propose un modèle biopsychosocial, « fondé sur le principe qu’un handicap, physique ou mental, n’est pas un attribut intrinsèque de la personne mais un processus complexe mettant en relation état de santé, activités, participation et environnement physique et social ».

23Le handicap est donc désormais envisagé comme étant un phénomène situationnel résultant de l’interaction entre la personne et son environnement. Il y a handicap si les déficiences entraînent une limitation des activités, (si elles contraignent l’exécution d’une tache ou d’une action) et que cette limitation restreint la participation à la société.

24Le modèle québécois du Processus de Production du Handicap (MDH-PPH) défend quant à lui l’idée de rendre impossible la relation de cause à effet linéaire entre la déficience ou l’incapacité et la qualité de la participation sociale des personnes concernées (Fougeyrollas, 2002). Avec le MDH-PPH, les facteurs environnementaux deviennent des éléments centraux du processus de handicap. Cette approche écologique et sociale considère que la personne porteuse de ses propres caractéristiques forme un système avec son environnement responsable de sa situation de handicap, de l’exclusion et de la discrimination de l’individu.

1.3 Une mise en œuvre difficile du volet accessibilité de la loi de 2005

25Que l’on se place du point de vue du MDH-PPH ou de la CIF, la société se doit d’agir sur les facteurs environnementaux pour endiguer le processus de production de handicap. La mise en accessibilité de l’environnement physique est un moyen pour que les personnes à mobilité réduites ne soient pas en situation de handicap au sens de la définition donnée dans la loi du 11 février 2005, pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, pour qu’elles puissent réaliser leurs activités et participer à la vie sociale. Permettre l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, c’est modifier de manière physique l’espace géographique à une échelle fine. En d’autres termes, il s’agit de modifier l’offre de mobilité via l’environnement en supprimant les obstacles pour faciliter la mobilité physique quotidienne et permettre l’autonomie. Même si l’espace urbain ne peut être épuré de tout obstacle puisque certains aménagements favorables aux uns peuvent être défavorables aux autres (Victor et al., 2016), œuvrer pour l’accessibilité c’est atténuer les « handicaps de situation » (Thomas, 2003). En imposant la mise aux normes des établissements recevant du public sous 10 ans, l’objectif de la loi de 2005 est de lutter contre une forme d’exclusion sociale liée à l’exclusion spatiale.

  • 7 L’article R. 123-2 définit les Etablissements Recevant du Public (ERP) comme étant « tous bâtiments (...)

26Au 1er janvier 2015, malgré les obligations légales, peu d’Etablissements Recevant du Public (ERP)7 implantés dans un cadre bâti existant étaient accessibles aux personnes à mobilité réduite. Cette année-là, près d'une personne en situation de handicap sur deux (52 %) estimait que son quotidien ne s'était pas amélioré entre 2005 et 2014 (sondage IFOP publié le 10 février 2014).

27Face à ce constat d’échec et malgré l’absence d’efforts significatifs réalisés en faveur de l’accessibilité, l’Etat a préféré donner une seconde chance aux gestionnaires d’établissements plutôt que de les sanctionner. Les modalités de mise en œuvre du volet accessibilité de la loi du 11 février 2005 ont ainsi été redéfinies.

28L’ordonnance du 26 septembre 2014 relative à la mise en accessibilité des établissements recevant du public, des transports publics, des bâtiments d’habitation et de la voirie pour les personnes handicapées, fixe à travers les Agendas d’Accessibilité Programmée (Ad’Ap), la possibilité à tout gestionnaire de poursuivre ou de réaliser l’accessibilité de son établissement après la date du 31 décembre 2014. Devant être déposé avant le 27 septembre 2015, l’Ad’Ap correspond à un engagement à réaliser des travaux dans un délai déterminé (jusqu’à 3 ans, sauf cas particuliers), de les financer et de respecter les règles d’accessibilité.

29L’enquête réalisée en 2015 dans le cadre du diagnostic accessibilité des établissements recevant du public de la commune puydômoise de Courpière a fait apparaître que la totalité des établissements du centre-bourg n’avaient pas appliqué la loi de 2005. S’ils n’étaient pas accessibles au sens légal, ces petits commerces implantés dans des locaux exigus mettaient tout de même en œuvre des stratégies d’adaptation pour satisfaire la clientèle à mobilité réduite locale. Même si l’autonomie et la motilité des personnes à mobilité réduite souhaitant se rendre dans un commerce du centre pouvait se heurter aux marches présentes à l’entrée des établissements, aux cheminements intérieurs étroits, en garantissant un accès au service, le personnel favorisait leur capacité à réaliser leurs activités et endiguait, de fait, le processus de production du handicap.

2. L’accessibilité en application : entre exclusion physique et géographique

2.1 Obstacles physico-spatiaux, coûts : des petits établissements à la peine face aux obligations d’accessibilité…

30Située à l’Est du département du Puy-de-Dôme à 25 minutes et 45 minutes des aires urbaines de Thiers et de Clermont-Ferrand, la commune de Courpière compte un peu plus de 4 100 habitants. Au niveau démographique, la commune a gagné presque 1 000 habitants entre 1962 et 2016. Cependant, sur les trois dernières décennies, Courpière connait un véritable déclin démographique. Sa population est passée de 4 834 habitants en 1982 (son niveau le plus élevé) à 4 142 habitants en 2016 soit une baisse de presque 17 %. Le solde naturel négatif, le vieillissement de la population courpiéroise ou encore les mutations industrielles que la commune a traversées peuvent permettre d’expliquer cette baisse.

31Si l’on s’intéresse à l’urbanisme, la morphologie de Courpière porte les traces de différentes époques. Le noyau urbain médiéval densément bâti occupe la rive gauche de la Dore. Le centre ancien concentrant bon nombre de logements vacants et insalubres, fait aujourd’hui l’objet de plusieurs actions de revitalisation initiées par la municipalité. Sur la rive droite, l’habitat est très hétérogène, il est composé de constructions datant de la même époque que les habitations du centre-bourg, de zones d’activités et d’habitat plus récentes. Les faubourgs, les quartiers à l’extérieur des boulevards circulaires de Courpière ayant pris la place des anciens remparts de la ville, correspondent à la 2ème phase d’urbanisation. Ils sont composés d’un type d’habitat plus récent que celui du centre (immeubles du XIXème siècle et quartiers de constructions de type HLM des années 1970).

32Deux pôles principaux concentrent l’offre commerciale de la commune, la zone en périphérie nord de la ville où deux supermarchés sont implantés et le centre-bourg médiéval comptant plusieurs petits établissements

Figure 1 : Localisation des commerces courpiérois

Figure 1 : Localisation des commerces courpiérois

33La morphologie urbaine du centre-ville représente un frein à la mise en accessibilité. En effet, l’histoire médiévale de la ville a généré de multiples obstacles physico-spatiaux. Les commerces, prenant place dans de vieux locaux, sont souvent exigus et peuvent effectivement présenter des différences de niveau avec les trottoirs, assez importantes.

Figure 2 : Devanture d’un commerce du centre-bourg de Courpière

Figure 2 : Devanture d’un commerce du centre-bourg de Courpière

Cliché : M.Escuriet (2019)

34Le géographe L. Chapelon définit l’accessibilité d’un lieu comme étant « la plus ou moins grande facilité avec laquelle un lieu peut être atteint à partir d’un ou de plusieurs autres lieux, par un ou plusieurs individus susceptibles de se déplacer à l’aide de tout ou partie des moyens de transport existants » (Chapelon, 2014). Sur la base de sa définition, l’accessibilité ne renvoie pas uniquement à la seule possibilité d’atteindre l’objectif visé par la mise en mouvement mais traduit également la pénibilité du déplacement.

35Pour lui, l’accessibilité dépend non seulement de la position géographique respective des lieux d’origine et de destination, mais également du niveau de service offert par le ou les systèmes de transport utilisés pour accomplir le déplacement. Ici, le lien peut être fait avec la définition « des accessibilités » proposée par V. Kaufmann et C. Jemelin. En effet, pour qu’un individu dispose d’une motilité correcte, d’un champ des possibles en matière de mobilité, il faut qu’il y ait accessibilité. Une offre de transport adaptée doit par exemple être présente, les conditions permettant à l’acteur d’atteindre son objectif de mobilité réunies.

36S’il n’y a pas d’accessibilité, il n’y a pas de motilité convenable, s’il n’y a pas de motilité il n’y a pas d’accessibilité. Dans les deux cas, c’est le faible champ des possibles de la personne à mobilité réduite qui affecte son potentiel de déplacement.

37Quand elles accomplissent un déplacement, les personnes à mobilité réduite sont soumises aux mêmes contraintes que les personnes qui n’ont aucune difficulté. En effet, l’accessibilité de l’objectif visé par la mise en mouvement, va dépendre de sa position géographique par rapport au lieu de départ, ce qui va induire une plus ou moins grande pénibilité du trajet. Cependant, en plus de cela, elles subissent les contraintes physico-spatiales de l’environnement pouvant se traduire par une pénibilité dans la réalisation de la mobilité, voire par une impossibilité de se déplacer physiquement ou d’utiliser un moyen de transport. Ces différents éléments, insignifiants pour un individu non touché par des problématiques motrices ou sensorielles, ne le sont pas pour une personne à mobilité réduite ; les obstacles sur le réseau accroissent la pénibilité du déplacement et affaiblissent l’accessibilité du lieu de destination.

38Si cette situation se présente, le potentiel de mobilité de l’individu, la manière dont il fait sien un « champ des possibles » est, en plus d’être déterminé par l’interaction des capacités et des accessibilités, dépendant de « l’appropriation », de l’évaluation de l'offre de mobilité que réalise l’acteur par rapport à ses projets. L’inaccessibilité et le faible « champ des possibles » peuvent contraindre la personne à mobilité réduite à se livrer à un arbitrage entre la configuration de l’environnement physique et ce que son corps et les aides techniques dont elle dispose (fauteuil roulant, canne …) lui permettent de faire ou non. Cet arbitrage et le choix éventuel d’un trajet alternatif doivent être réalisés pour qu’elle atteigne le but de sa mobilité, mais il induit une plus grande pénibilité dans le déplacement et renforce ainsi l’inaccessibilité du lieu de destination.

39La personne qui a, en matière de déplacements, un « champ des possibles » complètement ouvert dispose de la liberté d’opter pour l’itinéraire reliant les deux lieux le plus rapide. S’il existe un trajet accessible pour la personne à mobilité réduite, il peut être beaucoup plus long que celui qui ne l’est pas. En effet, dans leur utilisation du réseau, les personnes à mobilité réduite sont très dépendantes de la « connexité » des lieux entre eux, notion qui caractérise « la densité des liaisons entre les nœuds d’un réseau » (Brunet et al., 1992 : 123).

40Une personne à mobilité réduite rencontrée en 2015 à Courpière confiait par exemple ne pas avoir la possibilité d’emprunter tous les passages piétons du centre : « Je ne peux pas traverser n’importe où les rues. Certains trottoirs n’ont pas de parties abaissées ce qui m’oblige souvent à faire de grands détours pour me rendre où je souhaite ».

Figure 3 : Trottoir ne comportant pas de partie abaissée en bordure d’un passage protégé (Courpière, Boulevard Vercingétorix, 2015)

Figure 3 : Trottoir ne comportant pas de partie abaissée en bordure d’un passage protégé (Courpière, Boulevard Vercingétorix, 2015)

Cliché : M.Escuriet (2015)

41En plus des problématiques que pose la mise en accessibilité des établissements dans le centre-bourg de Courpière (différence de niveau, locaux exigus, voirie inaccessible, …) l’application des normes représente un coût non négligeable pour des commerces à la santé financière souvent fragile.

42En 2013, selon un rapport de CCI France, le coût de la mise en accessibilité d’un commerce s’élevait en moyenne à 10 000 euros, le double pour un restaurant (CCI France, 2013).

43La gérante d’un établissement implanté au cœur du centre-bourg médiéval de Courpière expliquait alors qu’elle ne pouvait pas assumer les coûts relatifs à la mise en accessibilité de son commerce : « pour que je sois accessible il faudrait que je fasse installer une rampe amovible devant mon établissement, que j’élargisse toutes les ouvertures de portes, que je change la banque d’accueil…. Le commerce marche difficilement en ce moment, je ne peux pas me permettre de faire ces travaux, je n’en ai pas les moyens, je me mettrais en danger ». Ces difficultés à mettre en application les normes risquent à terme d’exposer les petits commerces du centre à des sanctions financières.

44Pourtant, malgré leur inaccessibilité au sens de la loi en 2015, ils s’adaptaient tout de même aux personnes à mobilité réduite.

2.2 Une adaptation officieuse aux personnes à mobilité réduite

45Les enquêtes réalisées en 2015 auprès des commerçants et des personnes à mobilité réduite de Courpière ont fait ressortir l’existence de solutions officieuses mises en place par le personnel des établissements, pour pallier le manque d’accessibilité et pour ainsi garantir à tous l’accès aux services qu’ils proposent.

46Une courpiéroise circulant en fauteuil roulant confiait par exemple fréquenter sans souci les commerces du centre-bourg : « à Courpière comme ailleurs, les commerçants s’adaptent pour faire en sorte que les personnes à mobilité réduite aient accès aux services qu’ils proposent […] : quand je me rends chez la fleuriste, elle déploie une rampe en bois pour que je puisse franchir la marche ; quand je veux rentrer dans le bar, le gérant m’aide à passer la différence de niveau entre le trottoir et l’intérieur de l’établissement».

47En plus des solutions trouvées par les professionnels pour pallier l’inaccessibilité de leurs établissements, le rôle de véritables lieux de rencontre et de convivialité (Marceau, 2008) joué par les commerces de proximité a été souligné.

« Sachant que les petits commerces du centre s’adaptent à mon handicap je préfère faire mes achats chez eux car je les connais et je suis une habituée, ils savent ce dont j’ai besoin et puis on prend toujours le temps de discuter. Au quotidien je privilégie les commerces du centre, pour les faire vivre, mais aussi parce qu’il y a du lien social ».

48La question financière est d’autant plus cruciale pour les commerces du centre de Courpière, qui subissent le manque d’attractivité de la vieille ville ayant fait plusieurs fois l’objet de politiques de revitalisation. En se promenant dans le centre-bourg de Courpière, on constate en effet, un nombre important de fond de commerces laissés à l’abandon (FIGURE 4).

Figure 4 : Commerces vacants Avenue de la République dans le centre-bourg de Courpière

Figure 4 : Commerces vacants Avenue de la République dans le centre-bourg de Courpière

Clichés : M.Escuriet (2019)

49Conjugué à l’importante concurrence exercée par les supermarchés en périphérie nord de la ville, le manque d’attractivité du centre-bourg conduit à une fermeture inévitable des établissements.

50En observant les chiffres de la base permanente des équipements, on remarque à Courpière une baisse importante du nombre de commerces de proximité, traditionnellement implantés en centre-bourg. En 2007, la commune totalisait neuf boulangeries, elle n’en comptait plus que cinq en 2018. Le constat est le même pour les boucheries, de six boucheries en 2007, nous sommes passés à quatre en 2013 et à seulement deux en 2018.

Tableau 1 : Le déclin des petites surfaces commerciales à Courpière

Supermarché

Boucherie

Épicerie

Boulangerie

Poissonnerie 

Librairie

Vêtements 

2007

1

6

1

9

1

3

4

2013

2

4

0

5

0

2

3

2018

2

2

0

5

0

2

2

Source : Base permanente des équipements INSEE (2007, 2013, 2018). Echelon communal. Fichier thématique « commerce ».

51Dans ce contexte difficile, la mise aux normes d’accessibilité et les sanctions financières auxquelles s’exposent les établissements risque fortement de contribuer à l’essoufflement et à l’affaiblissement de ces établissements face à la grande distribution.

2.3 Désertification commerciale et concurrence : des petits commerces en difficulté

52L’opposition commerciale entre centres et périphéries a été mise en avant par C. Massal en 2018 dans un article sur la fin des commerces de proximité dans les campagnes françaises. Elle souligne les difficultés que rencontrent les petites surfaces commerciales souvent implantées en centre-ville face aux supermarchés en périphérie. A Courpière, conjuguée à la désertification par les habitants des logements du centre, anciens et vétustes, la visibilité commerciale et l’accessibilité automobile de la périphérie peuvent permettre d’expliquer les difficultés des commerces du centre-ville. En effet, notamment en lien avec le développement d’une société mobile, nous sommes passés d’une logique de quadrillage en vertu de laquelle les commerces maillaient le territoire à une logique d’accessibilité et de synergie. Pour attirer de la clientèle, les commerces s’implantent désormais à proximité des axes de communication, bénéficiant des effets induits de la proximité d’autres commerces (Massal, 2018).

53A Courpière, un des deux supermarchés a ouvert il y a peu un service drive. Conçu pour supprimer le temps de corvées des courses ordinaires (Deprez, 2017 ; Pernot et Aguilera, 2017) le consommateur paye ses achats sur internet avant d’aller les retirer à l’entrepôt accolé au magasin. Dans cette quête permanente d’efficacité et de gain de temps, il est légitime de se demander quelle place restera-t-il, à l’avenir, aux petits commerces du centre dont la fréquentation implique beaucoup plus de temps à consacrer (entrer dans la ville, trouver une place de stationnement et cheminer à pied…).

54Même si elle rend difficile la survie des commerces en centre-bourg, la grande distribution accessible peut être utile aux personnes à mobilité réduite habitant à proximité des supermarchés. Un homme d’un certain âge ayant des problèmes pour marcher s’exprimait par exemple sur ses avantages : « Les supermarchés ont leur côté pratique car on trouve quasiment tout et il n’y a pas de marches à monter ».
Je ne peux pas aller à Intermarché à pied de chez moi, c’est trop loin, il faut sortir du centre, j’ai de la chance de pouvoir encore conduire pour y aller ».

55Si au contraire, elles ne sont pas motorisées ou accompagnées, elles éprouveront des difficultés à s’y rendre. Si elles ne maîtrisent pas l’outil internet, elles ne pourront pas utiliser le service drive. Les difficultés et les fermetures des commerces du centre-bourg nous amènent à considérer l’accessibilité à une échelle différente. Alors que les supermarchés sont accessibles pour les personnes n’ayant pas de difficultés dans leurs déplacements, ce n’est pas forcément le cas pour les personnes à mobilité réduite habitant en centre-bourg.

Conclusion : une inaccessibilite qui change d’echelle

56La concurrence de la grande distribution pèse sur bon nombre des commerces du centre-bourg. Malgré tout, si on change d’échelle, les supermarchés empêchent les habitants du bassin de vie de se retrouver en situation d’exclusion géographique (Farrington et Farrington, 2005 ; Negron-Poblete, 2018).

57Pour la part de la population à mobilité réduite habitant en centre-ville dont l’exclusion physique peut être relativisée par l’adaptation des commerces, leur disparition du centre peut être plus dommageable.

58En effet, dans un centre-bourg qui perd ses services, il n’est plus seulement question de raisonner sur les aménagements à mettre en place pour les commerces, il convient de questionner l’accessibilité à une échelle plus large.

59Comme le souligne C. Massal (2018), les fermetures des commerces centraux seraient « particulièrement problématiques pour les personnes à faible motilité ».

60Cette désertification allongerait en effet les distances qui séparent le service de l’usager, les habitants du centre seraient dans l’obligation d’aller chercher ailleurs ce qu’ils n’ont plus à proximité de chez eux. La fermeture des commerces du centre diminuerait ainsi le champ des possibles et affecterait la motilité de l’ensemble de ses habitants. En réduisant leur capabilité, elle mettrait clairement en cause l’autonomie des personnes à mobilité réduites et se placerait en facteur créateur de handicap, limitant la possibilité pour la personne de réaliser ses activités et de participer à la vie sociale.

61L’absence de services en centre-ville et de l’impossibilité de se rendre, pour une partie de la population, en périphérie ajouterait de l’exclusion géographique à l’exclusion physique. Pour celles qui vivent dans les centres, l’inaccessibilité changerait ainsi d’échelle : à l’image de l’exclusion, elle ne serait plus physique mais géographique. La question de pouvoir ou ne pas pouvoir franchir les marches à l’entrée d’un commerce ne se poserait plus si ce dernier a fermé.

Haut de page

Bibliographie

Barral, C., 2007, La Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé : un nouveau regard pour les praticiens, Contraste, p. 231-246.

Beyazit, E., 2011, Evaluating social justice in transport: lessons to be learned from the capability approach. Transport reviews, p.117-134.

Blanchet M.,2015, Les personnes âgées vulnérables en ville. Entre assistance et « silver market ». L’exemple de l’agglomération nantaise in Les Annales de la recherche urbaine, n°110, Ville et vulnérabilités, p.196-205. URL : https://doi.org/10.3406/aru.2015.3180

Bret. B, 2015, Pour une géographie du Juste, Lire les territoires à la lumière de la philosophie morale de John Rawls, Paris : Presses Universitaires de Paris Ouest, coll. Espace et Justice , 275 p.

Brunet R., Ferras R., Thery H., (eds), 1992, Les mots de la géographie, Paris, Reclus, La documentation française, 518 p.

CCI France, 2013, Proposition de CCI-France pour faciliter la mise en accessibilité des ERP à l’horizon 2015, DPDD-AT, 4 p.

Chapelon L., 2014, Accessibilité, Hypergéo [En ligne] consulté le 06.05.2015 URL : http://www.hypergeo.eu/spip.php?article30

Chaptal G., Madry P., 2007, La rurbanisation : nouveau sursaut et dernier sursis du commerce rural, Pour, n° 195, p 65 – 71, [En ligne] consulté le 12.06.15, URL : http://www.cairn.info/revue-pour-2007-3-page-65.htm.

Deprez S., 2017, Les drives : une proximité renforcée ou réinventée ? Quand la distribution alimentaire connectée réécrit les territoires d’approvisionnement des consommateurs, Flux, (n° 109-110), p. 102-117. URL : https://www.cairn.info/revue-flux-2017-3-page-102.htm

Farrington J., Farrington, C., 2005, Rural accessibility, social inclusion and social justice : towards conceptualisation. Journal of Transport Geography, p. 1-12.

Fougeyrollas P., 1998, La classification québécoise du processus de production du handicap et la révision de la CIDIH, Les cahiers du CTNERHI, p 79-80, 85-90.

Kaufmann V., Jemelin C., 2004, La motilité, une forme de capital permettant d’éviter les irréversibilités socio-spatiales ? in Espaces et sociétés aujourd'hui. La géographie sociale dans les sciences et dans l'action, Rennes, 21 et 22 octobre 2004, 10 p.

Levy J., Lussault M.(eds), 2013, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris : Belin, 1033 p.

Marceau J., 2011, Le dernier café du village, ou, il faut sauver les commerces de proximité, Pour, n° 208, p. 123-125. URL : http://www.cairn.info/revue-pour-2011-1-page-123.htm

Massal C., 2018, La fin des commerces de proximité dans les campagnes françaises ?, Géoconfluences, URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/articles-scientifiques/disparition-commerces-proximite.

Negron-Poblete P., 2018, Vieillir et se déplacer dans un environnement de banlieue : les cas de Pointe-aux-Trembles et de Montréal-Nord. Dans Vieillissement et aménagement. Perspectives plurielles, Lord, S., Piché, P. (dir.). Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, p.141-159.

Nussbaum M.,2006, Frontiers of Justice : disability, nationalship, species of membership, Cambridge : Harvard Univ. Press, 487 p.

Nussbaum M.,2013, Creating capabilities, the human development approach, Cambridge : Harvard Univ. Press, 256 p.

Organisation Mondiale de la Santé., 2001, Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé, Genève, Organisation Mondiale de la Santé.

Pernot D., Aguiléra A., 2018, Les courses à l’heure d’internet, Netcom, URL : http://journals.openedition.org/netcom/2792.

Sen A., 1985, Commodities and Capabilities, Oxford: Oxford University Press, 102 p.

Thomas R., 2003, L'accessibilité des piétons à l'espace public urbain : un accomplissement perceptif situé, Espace Population et Société : Architecture et habitat dans le champ interculturel, n°113-114, p. 233-249.

Victor N., Klein O., Gerber P., 2016, Handicap de situation et accessibilité piétonne : reconcevoir l’espace urbain, Espace populations sociétés [En ligne], mis en ligne le 29.06.2016, consulté le 16.01.2017. URL : http://eps.revues.org/6279, DOI : 10.4000/eps.6279

Haut de page

Notes

1 Loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Journal officiel. Mise en ligne le 12.02.2005. Consultée le 25.08.18. Légifrance : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2005/2/11/SANX0300217L/jo/texte

2 Décret n° 2006-138 du 9 février 2006 relatif à l'accessibilité du matériel roulant affecté aux services de transport public terrestre de voyageurs. Version abrogée le 28 mai 2014 : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2006/2/9/EQUT0600192D/jo/texte
Mis en ligne le 10.02.2006. Consulté le 25.09.2018].

3 Larousse dictionnaire en ligne : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/comp%C3%A9tence/17648 : consulté le 19.11.2018

4 Larousse dictionnaire en ligne : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/capacit%C3%A9/12861 : Mis consulté le 19.11.2018

5 MDH-PPH Modèle de Développement Humain-Processus de Production du Handicap

6 Loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2005/2/11/SANX0300217L/jo/texte. Mis en ligne le 12.02.2005. Consulté le 25.10.18

7 L’article R. 123-2 définit les Etablissements Recevant du Public (ERP) comme étant « tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises, soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation quelconque, ou dans lesquels sont tenues des réunions ouvertes à tout venant ou sur invitation, payantes ou non ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des commerces courpiérois
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6781/img-1.png
Fichier image/png, 7,8M
Titre Figure 2 : Devanture d’un commerce du centre-bourg de Courpière
Crédits Cliché : M.Escuriet (2019)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 3 : Trottoir ne comportant pas de partie abaissée en bordure d’un passage protégé (Courpière, Boulevard Vercingétorix, 2015)
Crédits Cliché : M.Escuriet (2015)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 4 : Commerces vacants Avenue de la République dans le centre-bourg de Courpière
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6781/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Crédits Clichés : M.Escuriet (2019)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6781/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Meddy Escuriet, « Quand l’exclusion physique est également géographique : un exemple des difficultés liées à la mise en accessibilité des commerces dans un centre-bourg rural », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 47 | 2020, mis en ligne le 25 novembre 2020, consulté le 23 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/tem/6781 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.6781

Haut de page

Auteur

Meddy Escuriet

Doctorant en géographie
UMR Territoires Université Clermont-Auvergne
9 avenue Blaise Pascal CS20085
63178 Aubière Cedex 2
mescuriet@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search