Navigation – Plan du site

AccueilDerniers numéros46ArticlesOxygène/Oxylane. Un cas de résist...

Articles

Oxygène/Oxylane. Un cas de résistance éclairée aux portes de Montpellier

Oxygene/Oxylane. An enlightened case of resistance near Montpellier
Hélène Bodren-Houdayer

Texte intégral

1Cet article s’inscrit dans le cadre de ce qu’il est désormais commun d’appeler les « Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII) », en référence aux mouvements de résistance portés par la société civile, contre des projets de grande envergure, lourds en conséquences sociales et environnementales. Les termes « inutiles et imposés » renvoient à des complexes ou des infrastructures ne faisant pas l’unanimité auprès des citoyens, et venant se surajouter à des activités déjà présentes. Par ailleurs ces projets contribuent à l’étalement urbain et au grignotage des terres, ce qui les place au sein des luttes écologiques. Résister aux grands projets inutiles et imposés est le titre d’un ouvrage collectif réunissant quatre chercheurs en géographie, sociologie et économie qui entendent explorer les mouvements de résistance portés par les GPII. Ces deniers s’accompagnent d’une série de revendications sur les territoires dénonçant notamment « les atteintes portées à la biodiversité, au climat, et pour la justice socio-écologique à partir de conflits localisés » (Des plumes dans le goudron, 2018 : 7). Dans cette lignée, notre attention s’est portée sur un projet soutenu par le groupe Oxylane, sous l’enseigne Décathlon, spécialisée dans les articles de sports et de loisirs. La marque Décathlon a été créée en 1976 par Michel Leclercq et reprise par le réseau Oxylane en 2008. Ce dernier est détenu en majorité par la famille Mulliez, leader de la grande distribution, 6e fortune de France en 2020, et propriétaire entre autres, des marques Auchan, Kiabi, Quick, Flunch, Leroy-Merlin.

  • 1 La particularité des Décathlon-villages, aussi dénommés Oxylane-village est de regrouper non seulem (...)
  • 2 « Lotissement Mutli-activités OXYLANE à St Clément de Rivière-rapport ».
    https://www.herault.gouv.fr (...)

2La démarche d’Oxylane débute en 2007 par la recherche d’un terrain aux portes de Montpellier, dans le département de l’Hérault. À l’automne 2014, une demande de permis d’aménager est déposée en mairie de Saint-Clément de Rivière, village situé en périphérie de la ville. Il s’agit d’un complexe commercial dont le coût est estimé par le groupe à 25 millions d’euros. Il doit être implanté sur le lieu-dit « Les Fontanelles », occupant une surface de 24 hectares répartis en 5 hectares de bois classé (en vertu des prescriptions et des règlementations européennes en matière de biodiversité et de paysage) et de 19 hectares de terres agricoles. Les représentants du projet promettent une dynamique locale, de nature économique avec la création de 220 emplois, mais aussi sociale, avec un gain en bien-être pour les usagers, grâce à de nouveaux loisirs ludiques et sportifs : accrobranches, terrains de tennis mais aussi des restaurants obéissant au modèle d’un Décathlon-village1. La marque invite les professionnels et les amateurs à venir tester les produits qu’elle propose en condition réelle, dans un cadre agréable. La perspective d’un « Grand » « Projet » apparaît au niveau des coûts, de l’impact sur le territoire et des promesses locales d’emplois. Néanmoins, il est envisagé dès le départ comme « Inutile » aux yeux de certains habitants proches du site d’implantation, des commerçants installés au sein de la zone commerciale Trifontaine (dépendant de la même commune de Saint-Clément de Rivière). Les deux sites seraient séparés par deux kilomètres, sur le même axe routier. La zone commerciale de Trifontaine regroupe notamment un concurrent, Carrefour et ses 42 boutiques situées dans la galerie marchande, mais aussi Castorama, Intersport, La Halle aux chaussures, Darty, King jouet, Aubert, etc. Les créations d’emplois annoncées par Oxylane apparaissent dès lors gonflées car elles ne tiennent pas compte des effets pervers que cela pourrait induire, quant à une baisse probable d’activité dans la zone active de Trifontaine. Par ailleurs, Décathlon possède déjà deux magasins autour de la Métropole de Montpellier. Enfin, le projet apparaît aussi « Imposé » car l’enquête publique menée à l’automne 20142 a recueilli une majorité d’avis défavorables (357 contributions hostiles sur les 433 recueillies). Pourtant le commissaire en charge, ainsi que la mairie et la communauté des communes dont elle fait partie, ont donné une suite favorable en délivrant un permis d’aménager. Une contestation s’est alors levée aboutissant à la création d’un collectif, répondant au nom d’Oxygène, devenu au fil des années un représentant local de la résistance aux GPII : contenir l’étalement urbain, ne pas alourdir le trafic routier, éviter de gaspiller des espaces agricoles.

3Le terrain dont il est question est une propriété privée qui a fait l’objet d’un compromis de vente, (assujetti à son aménagement et dépendant de permis de construire) actuellement bloqué depuis six ans, en raison de plusieurs recours, d’abord gracieux puis contentieux auprès du Tribunal administratif de Montpellier. Certains recours ont donné lieu à une annulation partielle des permis qui ont dû subir un modificatif. De sorte que le projet n’a pas été abandonné par l’enseigne et continue d’être soutenu par la mairie.

4Au fil des années et des actions menées, le collectif Oxygène est devenu porteur de contestations et de visions du monde en accord avec certains changements relevant d’enjeux économiques, sociaux et écologiques qui ont permis de fonder une communauté de résistants.

5L’originalité du cas que nous avons étudié réside dans la proposition faite par le collectif Oxygène d’une nouvelle affectation des lieux, alors que la plupart des mouvements similaires aspirent au maintien en l’état.

6Dans un premier temps nous exposerons la mise en œuvre d’une chaine de résistance formée autour du collectif Oxygène : son essaimage associé à l’idée d’une résistance éclairée par l’acquisition de nouvelles compétences. Dans un second temps nous envisagerons les représentations opposées du lieu. Elles ont aussi contribué à faire évoluer les enjeux de la lutte, passant d’un paysage ordinaire à la naissance d’un site remarquable, d’où émerge un projet alternatif. Enfin nous terminerons par les perspectives soulevées par les GPII, les valeurs défendues ainsi qu’une réflexion actuelle sur la terre comme lien et bien commun.

7D’un point de vue méthodologique, nous nous sommes rapprochés du collectif Oxygène et de ses membres. C’est bien leur point de vue qui inspire cet article, mis en exergue par le regard critique proposé par les écrits du collectif d’auteurs, Des Plumes dans le goudron. Notre démarche implique de suivre les acteurs sur le terrain afin de saisir leurs logiques argumentatives et les catégories de l’action qui apparaissent à travers les expériences convoquées. Nous nous sommes ainsi rendus à deux manifestations du collectif en 2019. Nous avons pu observer et rencontrer des membres actifs, que nous avons interviewés librement et dont nous avons extrait des propos. Le temps de la rencontre étant limité par la nature de l’événement (15 minutes environ), nous avons réduit les caractéristiques sociologiques des personnes au critère de la résidence afin de voir s’il fallait lier les éléments de la lutte au mode d’habiter (Mathieu, 2018) et nous concentrer sur les éléments justifiant la résistance. Le porteur du projet Oxygène a souhaité que les données sociologiques des membres du collectif restent confidentielles, mais il nous a précisé qu’il s’agissait d’une population « plutôt composée de retraités, répartis principalement dans le département de l’Hérault, de manière à peu près égale entre hommes et femmes ».

8Nous avons souhaité approcher les deux sexes, les jeunes comme les plus âgés.

Tableau 1 : Membres enquêtés

Sexe

Age

Résidence

12 hommes

Dont
4 entre 20 et 45 ans
3 entre 46 ans et 65 ans
5 plus de 66 ans

3 Montferrier sur Lez
2 Clapiers
2 Montpellier
5 Castelnau Le lez

18 femmes

Dont
8 entre 20 et 45 ans
6 entre 46 ans et 65 ans
4 plus de 66 ans

5 Montferrier sur Lez
5 Clapiers
1 Montpellier
6 Castelnau Le lez
1 Grabels

9Nous nous sommes entretenus par téléphone, en juillet 2019, avec Jean-Michel Hélary, président de l’association SOS Lez environnement et porte-parole du collectif Oxygène, que nous avons eu l’occasion de revoir lors des manifestations, et avec qui nous avons pu échanger à plusieurs reprises.

10Nous nous sommes concentrés sur les discours et les représentations qui à nos yeux traduisent la matérialité du lieu par le vécu proposé (Paquot et al, 2007). Cependant les données, les cartes et les textes de lois auxquels nous avons eu accès, associés à la mise en réseau des acteurs et à l’investigation du terrain, nous ont permis de voir émerger les cadres de l’action. Le site Internet, mis en place par le collectif, nous a également été utile pour accéder à l’historique du mouvement, aux supports de la lutte et aux différentes actions menées. Il nous a aussi permis d’établir les liens entre les acteurs, principalement regroupés en associations.

1 L’organisation de la résistance

  • 3 « Lutte contre l'étalement urbain et préservation des paysages et de la biodiversité ».
    https://www (...)

11Le collectif Oxygène est actuellement composé de quinze associations qui ont progressivement rejoint la lutte contre le projet Oxylane. Elles ont en commun de partager les préoccupations concernant la gestion des sols, dont, nous signale le porte-parole d’Oxygène, le Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales affiche son intérêt : « La lutte contre l’étalement urbain fait écho à la consommation du foncier comme préoccupation environnementale. L’étalement des villes entraîne l’artificialisation des sols et éloigne les populations de l’accès à l’emploi et aux services. Conscients de ces enjeux la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) renforce le principe d’une « utilisation économe des espaces »3. Maîtriser l’habitat et ses zones d’activités constituent bien un enjeu national. Là où les écologistes alertent l’opinion publique sur la destruction des terres fertiles et de la biodiversité, alors que le changement climatique apparaît comme une réalité cruelle, la dénaturation de 19 hectares de terres en périphérie de Montpellier pose problème. Il s’agit d’agir « pour un aménagement du territoire plus respectueux de l’environnement » déclare un membre d’Oxygène.

1.1 Une chaîne de résistance

12Une chaine de résistance s’est alors mise en place, composée d’associations toutes solidaires de la lutte. Parmi elles, nous pouvons citer :

  • Des associations locales : SOS Lez Environnement (dont le président est le porte-parole du collectif), La CAPE Clapiers, Castelnau Environnement ;

  • régionales : Eau Secours Grand Pic Saint-Loup, Action Nature et Territoire en Languedoc-Roussillon (AcNaT LR) ;

  • nationales : Paysage de France (contre les atteintes à l’environnement, notamment les panneaux publicitaires) ; Nature et Progrès (favorable à l’agroécologie).

13Nous voyons ici comment le regroupement des associations luttant pour des projets de différentes natures (eau, paysage, biodiversité…) parviennent à se fédérer autour d’une même opposition envers les activités humaines impactant l’environnement naturel. Récemment, en septembre 2020, la Confédération paysanne est venue rejoindre la lutte alors qu’aucun syndicat agricole ne s’était jusqu’à présent impliqué.

1.1.1 Un réseau de collectifs et d’associations solidaires

14Les GPII se trouvent souvent mobilisés sur les différentes phases de la production, de l’extraction des matières premières (par exemple les gaz de schiste), en passant par leur transformation, jusqu’à leur mise sur le marché. Les GPII forment ainsi une « bannière » (Des plumes dans le goudron, 2018). Ils sont regroupés en collectifs permettant d’établir des chaînes de résistance, que nous voyons à l’œuvre avec Oxygène. Par exemple le Collectif Ceinture Verte milite pour la réalisation d’un « Parc Agricole Naturel Urbain » entre les communes de Montpellier, Saint-Jean-de-Védas et Lavérune. Il est relayé par Oxygène et nous y retrouvons des associations communes4. Le collectif Non à la gare TGV de La Mogère ! (2e gare en activité sur Montpellier)5 fait aussi partie des groupements se soutenant les uns les autres, et sur lequel nous retrouvons le collectif Oxygène.

15L’association SOS Lez environnement est inscrite au sein de plusieurs collectifs. Elle constitue le pilier d’Oxygène en termes de connaissances et de compétences nécessaires pour mener une lutte. Quelques membres d’Oxygène sont partis à la rencontre du collectif SPLF45 (Site Préservé entre Loire et Forêt) confronté au même conflit : un village Décathlon a souhaité s’implanter en 2007 à Saint-Braye, commune proche de l’agglomération d’Orléans, sur une surface de terres et avec des couts similaires. Au bout de dix années de lutte, de recours et de mobilisations, le projet est finalement abandonné par l’enseigne en 20176. Il s’agit là d’une victoire pouvant servir de modèle au collectif Oxygène. La fédération, Des terres pas d’hypers, s’est constituée dans le cadre de cette lutte. Elle est mise en avant sur le site Internet des deux collectifs, comme un partenaire essentiel. Elle propose aux différents collectifs qui la sollicitent des outils de lutte et de réflexion, tels que nous pouvons les retrouver chez les professionnels (Lascoumes et Le Galles 2004). C’est ainsi qu’elle met en garde les mouvements : « Pour contester un projet inutile et imposé, il faut pouvoir détecter les abus et les dysfonctionnements et connaître la législation qui s’y applique. Toute insuffisance sur ces thèmes se retourne contre les citoyens »7. La fédération propose la liste des documents à demander et à analyser : au niveau de la mairie, de la communauté des communes, de la préfecture, du tribunal administratif, de la CNAC (Commission nationale d'aménagement commercial), devant la cour d’appel et au niveau européen si besoin. Elle propose des outils et des moyens d’actions pour asseoir la mobilisation. C’est donc bien plus qu’un cadre qui est proposé aux différents collectifs membres, mais une véritable démarche pour gagner un combat. Le porte-parole d’Oxygène nous a ainsi exposé l’accompagnement dont il a pu bénéficier : une logique dans les démarches, les recours possibles, l’organisation des manifestations, les principes fondant la résistance.

1.1.2 Les catégories de l’action

16Le collectif Oxygène témoigne d’avoir souvent été dépassé par les procédures administratives et juridiques. Les membres reconnaissent ne pas toujours savoir où chercher l’information : « quel document exploiter, quelles sont les personnes ressources, les marges de manœuvres, la jurisprudence ». Ils ont réfléchi ensemble à des solutions de luttes. Ils ont échangé leurs arguments pour aboutir aux procédures à lancer, aux méthodes à employer, aux autres résistants à contacter, afin de construire les formes de la contestation, à différents niveaux. Sur le plan physique il a fallu organiser les rencontres et publiciser les revendications, sur le plan matériel les procédures juridiques ont été saisies, enfin sur le plan symbolique l’organisation des différentes manifestations a permis de mettre en avant les valeurs défendues, pour obtenir l’adhésion du plus grand nombre. De sorte que l’approche discursive entamée a permis de produire une nouvelle représentation de l’espace que nous examinerons plus bas.

17Le collectif Oxygène a eu recours à des contre-expertises concernant l’étude d’impact. Il s’agit de l’étude sur l’eau (mobilisation du risque d’inondation et de la pollution des nappes), celle-là même qui a permis la victoire des opposants au Décathlon de Saint-Braye, ainsi que celle concernant l’impact environnemental. Le collectif Des Plumes dans le goudron (2018 : 51) nous rappelle, à cet égard, que les opposants deviennent souvent des experts. Parfois ils font appel à des acteurs (ingénieurs, biologistes, avocats) qui rendent légitime leur parole.

18Enfin, des médias ont été sollicités, mais seule la presse locale a réagi, en relayant l’avancée du projet8.

1.2 Un mouvement qui essaime

  • 9 À titre expérimental nous avons interrogé, de manière aléatoire, une dizaine habitants faisant leur (...)

19Curieusement, les habitants de Saint-Clément de rivière, commune d’implantation du projet, ne se sont pas beaucoup impliqués et sont restés distants avec le collectif Oxygène, entretenant des « relations muettes », selon son représentant. En effet, interpelés par Oxygène ils n’ont pas souhaité se prononcer. Le collectif diffuse notamment des tracts dénonçant le projet Oxylane, à l’occasion du marché qui se tient tous les samedis matin. La plupart, nous indique le porte-parole d’Oxygène, « passent leur chemin », « n’ont pas le temps de discuter », « ne souhaitent pas prendre parti ». Rosa Harmut (2018) évoque le cadre analytique de relations au monde « muettes » à propos de l’indifférence ou de la répulsion qui viennent bloquer les affects. Ainsi les habitants de la commune ne souhaitent pas parler de leur propre voix. Il est possible d’y deviner une auto-censure afin de ne pas rentrer en conflit avec les élus, ou encore une réelle indifférence dans la mesure où l’implantation géographique du projet, sans vis-à-vis avec le village, ne semble pas constituer un désagrément paysager, voire même peut être apprécié9.

1.2.1 La défense du site

20Trente actions de terrain ont été menées à ce jour par le collectif Oxygène, dont quatre réunions publiques, trois pétitions, deux lettres ouvertes à la direction de Décathlon. La dernière lettre en date du 2 mai 2020, comptabilise 2500 signatures dont celle d’Edgar Morin10. Des rassemblements ont été menés devant le tribunal administratif et la préfecture de l’Hérault. Des conférences de presse et des manifestations ont été organisées. L’une d’entre elles, à laquelle nous avons assisté, s’est tenue devant l’enseigne Décathlon, le 13 septembre 2019. Elle rassemblait une trentaine de militants. Des pique-niques ont aussi eu lieu sur site. Le dernier a été organisé le 25 septembre 2020 en partenariat avec la Confédération paysanne11. Tout ceci n’est pas s’en rappeler les manifestations pionnières d’un site proche, le Larzac. Enfin, signalons une étape du tour cycliste Alternatiba12, accueillie à proximité des lieux, le 19 septembre 2018, mais qui a attiré « peu de monde »13.

21La défense du site est donc passée par l’ensemble des conduites propres aux ZAD (Zones à défendre), en vue d’informer les citoyens des enjeux attachés au lieu.

1.2.2 Cartographie des soutiens

22Au 6 novembre 2020, ils sont 5 767 signataires contestant l’implantation du Décathlon-village de Saint-Clément de Rivière (Figure 1).

Figure 1. Cartographie des pétitionnaires contre le projet Oxylane au 6 novembre 2020

Figure 1. Cartographie des pétitionnaires contre le projet Oxylane au 6 novembre 2020

Sources : Oxygène

  • 14 Le terme NIMBY (Not in My Backyard, Pas dans mon jardin) dénonce les enjeux locaux comme un facteur (...)

23Cette cartographie nous permet de voir que si le mouvement de contestation porté par Oxygène est nettement plus important autour du site d’implantation du projet Oxylane, il s’est néanmoins répandu bien au-delà. De sorte que la contestation ne correspond pas seulement à un intérêt immédiat et personnel d’habitants proches que nous avons rencontrés, et qui auraient pu simplement déplorer une perte de tranquillité et de nature (NIMBY14) ; mais nous sommes bien dans le cas d’une « contestation éclairée », par les connaissances et les compétences acquises pour mener une lutte propre aux GPII (Des plumes dans le goudron, 2018), et par le soutien obtenu sur le plan national. Les militants ont su développer des formes de solidarité qui ne se limitent probablement pas au cadre familial et amical, mais sans doute, sous l’effet fédérateur des autres associations, ont essaimé dans toute la France.

  • 15 À ce sujet on pourra consulter le dossier de presse établi par le collectif Oxygène : https://colle (...)

24L’on peut également songer à l’effet média, bien que restreint sur le plan national. Seule la presse locale a relayé l’état d’avancement du conflit, sans véritablement prendre parti, en fonction des victoires des uns ou des autres15.

2 L’évolution des représentations du lieu

  • 16 Il est possible de consulter en ligne les résultats de l’enquête publique sur le site de la mairie (...)

25En 2007, Oxylane décide d’acquérir un terrain mis en vente par un propriétaire privé en périphérie de Nord-Est de Montpellier. Les élus approuvent le projet multi-activités en 2009 et signent un accord en 2012 pour un permis d’aménager. L’enquête publique a lieu de fin septembre à fin octobre 2014 et conclut en faveur du projet en mars 2015. Les avis défavorables (risques d’inondations, impacts sur la ressource en eau et les milieux aquatiques) ayant fait l’objet de réponses de la part des services concernés16, le projet est conforme à la règlementation. Un permis d’aménager est alors délivré mais il doit passer par un permis de construire.

Illustration 1 Photographie du site actuel

Illustration 1 Photographie du site actuel

Sources : Google Maps

2.1 Des visions opposées

26Chez Serge Moscovici, la représentation imagée constitue un guide, associant une figure avec un sens (Moscovici, 1961). Nous sommes alors face à des conceptions symboliques de l’espace.

27Il est alors possible de s’interroger sur les propriétés des schémas dans le cadre des stratégies de diffusion du projet.

28Face au même projet d’aménagement, nous pouvons observer le jeu d’influence qui s’opère sous l’effet de la représentation imagée et dessinée des lieux. Oxylane présente un schéma d’implantation qui, en toute légitimité, n’est pas condamnable. Oxygène reprend alors les mêmes éléments d’aménagement et les schématise à son tour. Ils donnent alors à voir des perspectives plus critiques.

2.1.1 Le dessin comme enjeu de la représentation

29Des outils comme la photographie ou le dessin permettent de percevoir le site (Goody, 1979). De sorte que nous sommes face à des perceptions divergentes.

30Une première approche concerne ce qui apparaît sur les dessins : un jeu trivial entre des espaces verts et blancs, nous faisant songer à l’étendue du végétal face aux surfaces bétonnées. Nous pouvons alors déceler les convictions et les intentions des promoteurs ou des résistants.

Illustration 2 : Perspective d’implantation proposée par Oxylane

Illustration 2 : Perspective d’implantation proposée par Oxylane

Sources : https://www.nonaubeton.org/​oxylane

  • 17 « Projet Oxylane à Saint-Clément-de-Rivière : Décathlon répond à ses opposants » Publié le 11 mai 2 (...)

31Le schéma proposé par Oxylane nous offre une projection du territoire qui illustre une « traitement environnemental et paysager [des lieux] de qualité »17. L’espace naturel, représenté en vert par les zones agricoles et le parc, apparaît dominant. Le schéma peut alors générer des perceptions favorables à la plénitude du lieu. Les enseignes apparaissent à la marge. Le regard que l’on peut porter sur le projet donne le sentiment que le végétal tient une place de choix.

Illustration 3 : Perspective d’implantation proposée par Oxygène

Illustration 3 : Perspective d’implantation proposée par Oxygène

Sources : https://collectif-oxygene.fr/​?page_id =64

32Le schéma proposé par Oxygène insiste davantage sur l’aménagement de la zone : les futures enseignes paraissent plus nombreuses. Elles semblent cerner l’espace boisé, tout en donnant un sentiment de « vide », illustré par des parties blanches plus nettes. L’activité agricole est difficile à voir. De fait le dessin peut relancer la crainte des citoyens quant à une « bétonisation de l’espace » : « La réalité est bien différente que celle annoncée lors de l’ouverture du projet car les espaces de parking et de bâtiments occupent la majorité de l’espace » déclare un membre.

2.1.2 Les discours de la représentation

33Nous sommes en présence de visions doubles, ce qui se traduit dans les discours et les représentations des lieux. L’environnement va être dégradé pour Oxygène, alors qu’il faudrait le sanctuariser :

  • 18 http://collectif-oxygene.fr/​wp-content/​uploads/​2016/​01/​Avis_Assopic-EP-Oxylane.pdf Site consulté le (...)

« De façon liminaire nous ne pouvons que déplorer, une fois de plus, la consommation annoncée et irréversible de terres agricoles à l’encontre de toute approche durable, alors que dans l’ignorance des besoins quantitatifs et qualitatifs à venir, nous devrions les sanctuariser »18.

34De son côté, Oxylane présente aussi le lieu comme un sanctuaire :

« accueillir le paradis des sportifs […] Oxylane un village sport et bien être […] vitrine idéale pour notre territoire […] ce n’est pas seulement un supermarché qui nous est proposé […] mais les thèmes de la santé, de la nature, du sport et du bien-être. Il correspond vraiment à l’image que veut donner la communauté des communes du Grand Pic Saint-Loup […] En créant de l’activité et de l’emploi, on deviendra bien plus que le terrain de jeu de Montpellier. On est en train de créer la zone d’activité du futur, alliant développement durable et économie, à deux pas de la ville de Montpellier »19.

35Nous pouvons noter le pouvoir associatif de la représentation : les centres commerciaux sont synonymes d’innovation pour Oxylane alors qu’ils restent des destructeurs d’environnement dans l’optique d’Oxygène. Nous sommes en présence de contenus symboliques en mesure d’orienter le conflit, tout en interrogeant les éléments de gouvernance du projet.

2.2 Développement durable et gouvernance

36La gouvernance des territoires passe dorénavant par le prisme du développement durable (Theys 2002) dont le projet Oxylane semble rassembler les trois piliers : l’économie s’adosse à la création d’espaces commerciaux et d’emplois, au sein d’un espace où l’écologie est appréhendée à travers les parties boisées et agricoles du site, tout en offrant des perspectives sociales, à travers les activités ludiques et sportives proposées.

37Les opposants d’Oxygène, perplexes au départ, parlent pourtant de « bétonisation » des lieux et d’un « leurre » à l’utilité très contestable, qui va « sacrifier 19 hectares de terres agricoles, attirer plus de 8500 véhicules par jour avec son lot de nuisances et de pollution, porter atteinte à la biodiversité et au paysage, augmenter les risques d’inondations […] sans parler de la concurrence avec Carrefour », annonce un militant. Ces deux approches relèvent d’un clivage concernant la gouvernance des territoires et son emprise politique.

2.2.1 Un espace public « oppositionnel »

38La contestation qui a pris corps entre Oxygène et Oxylane dévoile des enjeux politiques qui rendent visible la présence d’un « espace public oppositionnel » (Negt, 2007), entre Oxylane et Oxygène, concernant la politique à mener sur le développement des territoires, eux-mêmes relevant d’éléments de conflits, propres aux politiques.

  • 20 Les raisons sont diverses : pour échapper aux charges de la métropole, pour rester maître de la ges (...)

39En effet il existe une opposition ancienne entre la ville de Montpellier et ses villages péri-urbains, soit entre la Métropole de Montpellier, incluant quelques municipalités ayant fait le choix de la rejoindre, et la Communauté des Communes du Grand Pic-Saint Loup, en retrait de la ville20.

40Le préfet et quelques maires de la Métropole dénoncent publiquement le village-Oxylane qu’ils jugent : « en contradiction avec les objectifs de préservation des espaces, des paysages naturels agricoles et la ressource en eau. Ce projet est susceptible d’impacter la saturation des axes routiers aux portes de Montpellier »21.C’est bien de l’aménagement du territoire dont il est ici question. Il s’inscrit dans un enjeu de politisation, marqué par les facteurs de risque. Les dangers sont souvent porteurs de spatialités et de rapports sociaux particuliers. Ils peuvent servir de marqueurs (Sierra, 2000) et interviennent dans le processus de contrôle et d’appropriation de l’espace. Christian Dupraz est Conseiller Général des Matelles, village limitrophe situé dans la Métropole de Montpellier, Vice-Président de Hérault-Transports, Ingénieur Général des Ponts et des Eaux et Forêts, Docteur en Sciences en Hydrologie de l’Université d’Orléans. Des titres qui viennent consolider le point de vue exposé : « Pour moi, ce projet est très mal situé, et ne permet pas de s’inscrire dans une logique de développement durable (accès en voiture individuelle, sacrifice d’une coupure verte importante, risques aggravés de ruissellement et d’inondation en aval) »22.

  • 23 Alain Barbe, « Nous ne retirerons pas le projet Oxylane », Midi Libre du 7 octobre 2018, p. 17.

41Cependant, la Communauté des communes du Grand Pic saint-Loup, dans sa course à la compétition, a su tisser des liens avec la multinationale qui lui a promis une source de revenus importante4. Le président de la communauté des communes rétorque : « c’est bien gentil d’être sous le soleil, mais il faut aussi vivre et se développer […] l’opposition qui se développe relève de l’acharnement thérapeutique. Elle relève du béton partout sur ce terrain. Et autour, du côté de Grabels ou de Montferrier [communes situées dans la Métropole] tout est-il vert ? »23.

42Le terrain convoité est donc devenu un espace qui s’est progressivement politisé. Nous pouvons cependant nous interroger sur la durabilité envisagée : les emplois annoncés sont-ils une source de croissance pour la population ou pour le groupe Oxylane ? Les énergies qui vont être utilisées et les produits proposés correspondent-ils à un besoin des habitants, ou s’intègrent-ils au sein d’une économie du gaspillage ? Rappelons que les activités proposées par Oxylane sont déjà présentes sur la zone très proche de Trifontaine (certes vieillissante). Cette dernière attire déjà les véhicules individuels car elle est mal desservie en transports en commun.

2.2.2 Les valeurs promues

43Il y aurait donc d’un côté des groupes adhérents à la logique du marché (le développement économique) et de l’autre des individus plus attachés à l’environnement, peut être situés dans une sphère publique qu’Oscar Negt n’hésite pas à qualifier de « bourgeoise » (Negt, 2007). Si l’on songe que les habitants proches du projet, s’inscrivent au sein d’une population plus aisée, dans la mesure où le foncier y est plus élevé, avec probablement une dominante culturelle et économique importante, l’objection peut être entendue. Cependant, les éléments défendus par Oxygène s’insèrent dans des réflexions écologiques traversant une partie de la société : la préservation des terres, l’attention portée aux risques (inondations, pollutions), le respect des écosystèmes. Elles donnent une existence aux théories de la décroissance, accusant le développement économique d’être responsable de plus de nuisances que de bienfaits (Latouche, 2006) : destruction des territoires, accaparement des ressources par les groupes privés, habitants dépossédés (Bayon et al, 2012). Ces théories mettent aussi en cause le processus démocratique (Neumann, 2016) affaibli par les éléments financiers et politiques.

44La contestation portée par le collectif Oxygène se positionne désormais sur un référentiel habitant plus large : la promotion des territoires, les enjeux représentés par les types d’agriculture, l’identification des risques.

45Une charte a été créée par le collectif, comme dans la plupart des GPII. Son existence permet de proposer une vision du monde, adossée à des valeurs communes. Dans le cas d’Oxygène nous pouvons citer « la valorisation des espaces à vocation agricole », « la défense des services rendus par les éco-systèmes », « le refus de la prolifération de grandes zones commerciales »24. La charte est souvent prolongée par des projets de développement (le maraîchage dans notre étude). Elle donne une consistance aux arguments déployés par les « résistants ». Elle s’insère dans le cadre d’un processus de concertation citoyenne (Suraud, 2009) ayant pour objectif d’assurer des prises de décisions davantage démocratiques, car ayant été soulevées par les opposants. Le phénomène des « zones à défendre » (ZAD), la dénonciation des « Grands Projets Inutiles Imposés » et de manière générale les oppositions envers les projets d’aménagement, montrent le besoin des citoyens d’être impliqués dans les modifications liées à leur environnement immédiat (Hamann et al. 2011). Il s’agit aussi de pouvoir évaluer les décisions.

46La quête de biodiversité, l’attention pour l’eau et le respect des zones humides sont des arguments qui contraignent les groupes et les mairies à modifier les permis, ou à renoncer aux projets. Malgré des positions inégalitaires entre les élus favorables à Oxylane, qui n’ont pas besoin de consulter la population pour valider le projet, et les citoyens réunis en associations et collectifs tentant d’imposer leur propre regard, le social constitue bien une force active qui met à jour les désirs et les craintes des citoyens (Sintomer, 1999).

2.3 De l’ordinaire au remarquable

47Les expertises permettent de produire des documents rendant compte d’une réalité inédite, pouvant modifier non seulement les représentations de l’espace mais les lieux en eux-mêmes. Ainsi, la nouvelle étude d’impact demandée par Oxygène permet de repenser le site, qui d’ordinaire, devient formidable. Si l’espace convoité est vecteur de pensées et d’imaginaires sur la nature, son aménagement parle dorénavant aux habitants en termes de contenus : la présence de terres fertiles, une diversité de vivants, un territoire à repenser. Les membres d’Oxygène ont ainsi pris conscience que le lieu ne doit pas rester uniquement de l’ordre de la contemplation, s’il ne veut pas être perdu.

2.3.1 L’enjeu de l’étude d’impact dans la représentation des lieux

48L’étude d’impact environnemental25 présentée par Oxygène permet de comprendre l’évolution des représentations. En effet celle réalisée par le groupe Oxylane26 s’est avérée insuffisante, comme dans nombre de GPII (Europacity, Notre Dame des Landes). « Nous avons fait réaliser une expertise alternative par l’association naturaliste Acnat-LR, laquelle a relevé des espèces protégées qui n’avaient pas été mentionnées dans l’étude d’impact en question » nous explique le président de SOS Lez Environnement.

  • 27 « Nous avons là […] des sols de qualité qui […] peuvent porter toutes les cultures traditionnelles (...)
  • 28 Extrait du Rapport de synthèse Action Nature et territoire Languedoc Roussillon, p. 7-8
    https://www. (...)

49En effet la nouvelle expertise insiste sur la richesse globale du site, en indiquant « des sols de qualité »27, mais aussi des éléments de biodiversité non évalués (le Grand-Duc d’Europe), et sous-évalués (des populations d’oiseaux les Rolliers d’Europe et des chauves-souris, les Grands Rinolophes). « La biodiversité du site a été globalement sous-estimée avec une richesse totale observée multipliée par 3, passant de 130 espèces à 374 espèces. Bien que cette richesse soit majoritairement liée à la flore (passée de 63 à 214 espèces) la faune est tout de même passée de 45 à 113 espèces […] l’inventaire réalisé dans le cadre de l’étude d’impact était superficiel »28.

Tableau 2 : Comparaison des listes d’espèces entre l’Etude Environnementale (EE) demandée par Oxylane et AcNaT pour Oxygène.

Tableau 2 : Comparaison des listes d’espèces entre l’Etude Environnementale (EE) demandée par Oxylane et AcNaT pour Oxygène.

Sources : https://www.dropbox.com/​s/​sur85b5203cei3x/​Synthese_prospections.pdf?dl=0

50Si ces éléments constituent une entrée stratégique afin de mener une lutte « éclairée », ces derniers ont un impact sur l’appréhension du site. Ils augmentent l’intérêt envers les lieux et génère de nouvelles émotions. Nous pouvons rapprocher ces perspectives des ordres de « justifications » proposés par Luc Boltanski et Laurent Thevenot (1991 : 254). Dans ce conflit l’échelle des valeurs n’est pas la même. Ce qui semble « petit » pour Oxylane, à travers le vocable de biodiversité « ordinaire » avancé lors de la première étude (EE), apparaît dorénavant « grand » pour les contestataires. Les données d’impact viennent disqualifier le discours porté par Oxylane et inspire Oxygène : la qualité et l’intérêt des lieux deviennent assujettis aux espèces menacées et à la biodiversité les abritant. En suivant la logique proposée par Boltanski et Thevenot, nous voyons la présence de plusieurs « ordres » motivant la résistance. Il s’agit de définir des principes d’engagement, justifiant la lutte. En premier lieu nous trouvons « un ordre inspiré » par la biodiversité et la qualité des sols. Celles-ci donnent au site des vertus existentielles qui ne sont plus simplement de l’ordre de la contemplation. Nous voyons alors émerger « un ordre domestique », par opposition à un « ordre marchand », où la nature environnante participe à un cadre de vie, évalué positivement.

2.3.2 Les représentations du paysage

51L’espace boisé constitue un des éléments primordiaux pour penser les pratiques et les politiques d’aménagement des territoires. Les bois représentent la présence de la nature, et ses différentes figures dont le paysage.

52Il existe une pensée historique riche et plurielle du paysage qui remonte à P. Vidal de la Blache et qui connaît un regain d’intérêt, avec la montée en puissance des questions environnementales (Beringuier et al., 2016). Dans le cadre de cet article nous retenons les éléments proposés par Yves Luginbühl et Daniel Terrasson (2013), dans les différentes manières d’envisager le paysage.

53La première approche le considère d’un point de vue physique et matériel (l’arbre et les chemins constitutifs des lieux). Elle permet de penser les pratiques et les politiques d’aménagement du site, en usant des représentations sociales de la nature, autour de la verdure et du végétal. Le paysage est alors un symbole de nature.

54C’est ainsi qu’il peut aussi être perçu, dans un second temps, comme un patrimoine, à l’image du bois classé situé sur les lieux.

55Une troisième approche le situe dans le cadre d’un enjeu économique. Le paysage est envisagé comme une ressource à travers les emplois associés au lieu, y compris le maraîchage proposé.

56Enfin le paysage se présente comme un atout dans la gouvernance en répondant aux attentes citoyennes concernant la demande sociale de verdure, considérée comme une source d’épanouissement et de bien-être (Moser et Weiss 2003). Cela transparaît dans la littérature où le paysage possède une valeur existentielle. Il exprime des sensibilités. Il est considéré comme un lieu d’accomplissement, une source de reprise de force, un facteur de santé, un lieu d’amitié dont la marque Décathlon use pour promouvoir ses produits (les articles de sport vendus par Décathlon sont souvent présentés autour d’un décor paysager). C’est ce même paysage qui, pour le collectif, en tant que « totalité unique en son genre », « fragile », « périssable », doit être protégée et « remise à notre soin »29. La Convention européenne du paysage le considère comme « une composante fondamentale du patrimoine culturel et naturel de l’Europe, contribuant à l’épanouissement des êtres humains et à la consolidation de l’identité européenne […] Reconnaissant que le paysage est partout un élément important de la qualité de vie des populations : dans les milieux urbains et dans les campagnes, dans les territoires dégradés comme dans ceux de grande qualité, dans les espaces remarquables comme dans ceux du quotidien »30. Cette vision implique un savoir-faire et un art de voir les éléments physiques en adéquation avec l’inscription du paysage comme composante de l’habiter (Berque, 2000), ce qui n’a pas échappé au collectif Oxygène. Dans les cas des conflits relatifs aux GPII, la perspective d’un territoire saccagé engage « une réflexion sur l’avenir du territoire, lequel symbolise la volonté de vivre ensemble » (Des Plumes dans le goudron, 2018 : 53). De sorte que la résistance démarre souvent en relation avec l’attachement local au paysage.

57Les membres d’Oxygène perçoivent l’approche d’Oxylane comme une façon d’habiller le lieu par le paysage, pour mieux faire accepter les surfaces commerciales.

58Mais le paysage est aussi le reflet d’une société, de son quotidien, de ses désirs. Il peut alors ne pas être considéré simplement comme une ressource sociale ou économique, moteur dans le développement des régions, un outil au service des promoteurs, comme il est possible de l’envisager pour Oxylane. Dans la lutte menée par le collectif Oxygène, le paysage constituait au départ un élément esthétique pour la défense du site : la représentation de sa disparition suffisait à la mobilisation. Le « paysage est bien le premier élément de sensibilisation de départ » nous confirme le porteur de projet. La prise de conscience de sa disparition, « en passant devant tous les jours », a abouti au refus du projet. Rapidement, l’idée qu’il fallait défendre des sols et des terres agricoles à proximité d’une grande agglomération est « devenue une évidence avec les résultats de l’étude d’impact ». La controverse peut naître. Elle fait émerger une patrimonialisation qui « permet d’établir un lien entre des entités relevant de mondes a priori assez éloignés (éléments du patrimoine naturel, paysager, historique, générations présentes et futures) et ainsi de construire un ensemble composite défendable, selon plusieurs perspectives, ancré dans la matérialité du monde, donc mieux à même de résister à l’évidence institutionnalisée de l’intérêt général et de la rationalité des choix » (Des plumes dans le goudron, 2018 : 54).

3 Les enjeux soulevés par la contestation

59Pour les défenseurs d’Oxylane, le développement passe par les ressources financières qui viennent soutenir l’écologique et le social. La conception est différente pour Oxygène qui considère que l’environnement physique est prioritaire car il favorise deux principes fondamentaux que sont « la souveraineté alimentaire » (avoir accès au type d’alimentation souhaitée) et « le maintien d’une agriculture locale durable, respectant les hommes, les écosystèmes, et viable économiquement » nous indique le porte-parole.

3.1 La vocation agricole du site

  • 31 « Typologie de la pression foncière », p. 18. Site consulté le 4 novembre 2020.
    http://www.occitanie (...)
  • 32 La ville de Montpellier possède un solde migratoire positif qui engendre une pression sur le foncie (...)
  • 33 « L’Hérault grignote ses terres agricoles à un rythme alarmant », mis en ligne le 16 février 2017.
    h (...)
  • 34 « L’agriculture paysanne, une agriculture au service de la société ».
    https://www.confederationpaysa (...)

60La qualité des sols a été attestée par l’expertise d’AcNaT et confirme la possibilité de poursuivre une activité agricole proposant des méthodes raisonnées, voire biologiques. « Les projets immobiliers augmentent les prix des terres agricoles, au détriment de ceux qui nous nourrissent ». Ce membre témoigne des phénomènes de gouvernance des plus critiqués en termes de confiscations des terres. Cela est à mettre en relation avec la problématique d’un foncier élevé dans l’Hérault31, un des rares départements français à afficher un solde migratoire positif32, empêchant notamment les jeunes agriculteurs de s’installer33. L’enjeu est économique. Le site des Fontanelles est dorénavant pensé à travers le modèle d’une agriculture raisonnée, locale, promue par la Confédération paysanne34.

3.1.1 Le modèle maraîcher

61L’exemple qui nous a été cité de manière récurrente par les membres d’Oxygène concerne un maraîcher installé depuis 2011, à une dizaine de kilomètres des lieux. Il a pu bénéficier d’un soutien de la région sur une surface agricole similaire. Depuis ce maraîcher est à l’origine de deux boutiques paysannes créées en 2015 et 201835. Cette expérience inspire le projet alternatif à Oxylane-village, pour déterminer une nouvelle destination des terres, tant par l’activité créée que par les surfaces cultivées.

62Celui-ci prendrait la forme d’un Groupement Foncier Agricole36 gérant les 19 hectares de terres agricoles. Douze hectares de cultures seraient consacrés à la luzerne en alternance avec le blé. Sept hectares supplémentaires devraient être pris en charge par deux exploitations de maraîchage, afin de mieux « répondre aux demandes sociales en produit frais » nous indique le porte-parole. Celui-ci nous a récemment rappelé que la crise sanitaire liée à la covid-19, notamment les effets du premier confinement ont été marqués par l’achat des produits frais37 invitant à une relocalisation de l’agriculture, actuellement en débat (Guiomar, 2014).

63« La préservation des terres agricoles est une de nos priorités et nous motive contre le projet Décathlon. Nous devons montrer que d’autres projets peuvent exister et qu’ils sont en accord avec la demande locale » nous indique un membre d’Oxygène. Par ailleurs, la consommation en produits frais et locaux constitue un élément qui s’affiche de plus en plus comme un déterminant majeur de santé38 et permet d’assurer des formes de bien-être39.

64Le collectif s’appuie sur des documents d’urbanisme et la loi d’avenir agricole : « si le sol appartient, selon ce code, au patrimoine de la nation, sa gestion ne relève pas de l’Etat mais a été transférée aux collectivités territoriales, essentiellement les communes. Il est donc de la pleine responsabilité des collectivités territoriales de garantir la sauvegarde de ce patrimoine et de contribuer à la sécurité alimentaire de notre pays. Mais force est de constater que la plupart des collectivités territoriales n’ont pas pris la mesure des enjeux et considèrent encore les zones agricoles comme un réservoir de terres à urbaniser […] Si cette richesse venait à être détruite par l’installation de cette zone commerciale, tous ceux qui l’auraient favorisée – à quelque titre que ce soit – porteront la très lourde responsabilité de ce gâchis irrémédiable, notamment vis-à-vis des générations futures »40.

3.1.2 Une agriculture durable

65Dans le cas du rapport social à la nature, la durabilité est une valeur forte, dont la responsabilité peut être prise en charge par les citoyens (Salles, 2009). Les termes de bio, frais et durable semblent devenus des concepts clés d’un « bon comportement moral » (Adamiec 2014). Enfin la référence au « patrimoine » fait entrer les terres dans la polémique. « Un tel projet [celui d’Oxylane, constitue] un abandon franc et net d’un des objectifs majeurs du développement durable : faire cohabiter patrimoine et activités humaines »41.

66Le projet agricole soutenu par Oxygène a entrainé la requalification du site, de Zone À Défendre (ZAD) en Zone Agricole Durable.

Illustration 4 : Photographie du site

Illustration 4 : Photographie du site

Sources : https://collectif-oxygene.fr/​?attachment_id=2001

67Les conflits d’aménagement rassemblent souvent habitants et militants sur le territoire concerné par l’implantation des projets. L’historique des GPII révèle que l’occupation des lieux constitue une stratégie gagnante qui permet de fonder la lutte entre les partisans, de mesurer ses enjeux et ses symboles. Les exemples pionniers du Larzac ou encore de Notre dame des Landes montrent que l’occupation de la zone menacée est un moyen physique pour empêcher l’expulsion et la mise en œuvre des permis délivrés, sauf à avoir recours à la violence. Ce sont aussi des expériences de vie alternatives qui sont menées sur les sites en résistance (Le Duc et Rat, 2017). Dans le cas du collectif Oxygène il s’agit d’une « zone à défendre » afin de s’opposer à la destruction des terres agricole. C’est pourquoi les membres ont préféré la requalification en « zone agricole durable ». Par ailleurs, malgré la présence proche d’une vieille bâtisse, les lieux se prêtent peu à une occupation physique, car ils sont non desservis en eau et électricité. L’appropriation physique s’annoncerait peu confortable pour les militants appartenant à une catégorie d’actifs d’âge médian et de retraités.

3.2 La terre comme lien et bien commun

  • 42 Échange entre un militant et un habitant.

68Les slogans brandis par Oxygène durant les rassemblements permettent de mobiliser les habitants. Lors de la manifestation du 13 septembre 2019, devant le magasin Décathlon-Odysseum, les militants offraient des tomates et des carottes aux passants pour signifier l’importance à leurs yeux de manger frais et local. Pour Oxygène il s’agit de défendre un territoire, « source de vie », à l’image des légumes proposés, contre une menace immédiate portée par les permis de construire, mais aussi plus large, concernant la dénaturation des espaces. Au cours des échanges avec les militants nous avons pu observer que les passants se sentaient touchés par la démarche. L’implantation d’un troisième Decathlon est perçue comme une agression car elle « impose un complexe inutile contre l’avis de la population »42.

3.2.1 Des citoyens solidaires contre la grande distribution

69Réduire les transports, limiter l’agriculture intensive, consommer local et artisanal, contenir l’habitat, sont autant de principes dont la grande distribution semble ne pas tenir compte. Ainsi, c’est tout le groupe Oxylane qui devient le sujet d’une contestation. Les formules publicitaires du groupe sont détournées pour de nouvelles évaluations : « À fond la forme », devise de l’enseigne Décathlon ne résiste pas à ses opposants et devient, « À fond le béton » ; « Des champs, pas d’Auchan ! », « Mulliez, la vie, la vraie ? », « Kiabi, la mode à quel prix ? », « Mulliez, nous c’est le dégoût ». L’image de la convivialité avancée par l’enseigne est aussi soumise à défi : « la joie d’avancer ensemble », « la joie de faire équipe » arguée par Décathlon est détournée car c’est dans la lutte pour l’espace physique que naît le sentiment de solidarité. « On croise des mouvements, des gens intéressants qui vous parlent de sols, d’alimentation […] on rencontre des gens différemment engagés mais avec des convictions environnementales personnelles […] les gens s’inscrivent dans nos tracts et notre mouvement […] il y a une résonance intéressante […] chaque fois qu’il y a une action les gens répondent au niveau du collectif. Ils se sentent concernés et ont envie de changer les choses » m’explique le porte-parole d’Oxygène.

  • 43 L’association membre du collectif Oxygène, AcNat Languedoc-Roussillon veille et défend les espaces (...)

70Un ensemble de valeurs s’affiche qui n’est pas simplement relatif à la défense de la nature mais vise plus largement à transformer les manières de vivre. À partir des thématiques sociétales concernant le changement climatique, la biodiversité, le développement de l’agriculture biologique, les individus tentent d’appliquer ce qu’ils comprennent de la situation, à leur échelle locale. Les lieux résonnent parce qu’ils sont dotés de significations qui dirigent les individus de manière intentionnelle vers une critique de la société (Rosa, 2018). Dans cet ordre d’idée le collectif se fait le relai des mouvements43 qui dénoncent les modalités d’une gouvernance, une nouvelle fois perçue comme peu démocratique. Les relations sont, à chaque rencontre, reformulées pour permettre aux membres du collectif d’acquérir le sens de ce qu’ils font et de ce qui les entoure. De sorte que l’environnement pourrait être appréhendé comme tout ce qui « nous concerne », c’est-à-dire les différents éléments auxquels les individus portent une attention : paysages, voitures, odeurs, climat. Cela participe d’un principe émotionnel qui est source d’attaches et opère dans la formulation des enjeux liés à l’espace.

71Cela permet de porter un autre regard sur l’environnement qui devient un territoire chargé d’émotions et de significations. Une autre société est possible : « Depuis ces années de travail "sur le terrain", l’association a été conduite à participer à de nombreux congrès et à des manifestations et foires aux associations, à effectuer plusieurs stages et à donner son avis sur des dossiers et projets concernant l’urbanisme. Elle a animé plusieurs sorties pédagogiques et participe régulièrement aux journées de l’environnement pour sensibiliser les scolaires à la découverte de la faune et de la flore » témoigne le porte-parole. Nous voyons que la lutte menée par les membres d’Oxygène développe différents engagements, source d’enthousiasme et de fierté.

3.2.2 La terre comme bien commun

72Dans la mesure où les ressources affectent tout un chacun, le collectif Oxygène affirme qu’elles ne devraient pas être livrées à des intérêts privés. Nous avons là une prise de position forte qui envisage les sols comme biens communs. Pour « durer » la terre doit être dans les mains des citoyens et non pas des « institutions ayant perdu leur légitimité démocratique et jouant le jeu de la finance » nous indique un membre d’Oxygène.

73La Tragédie des biens communs de Garrett Hardin (1968) est souvent présentée comme une référence ayant permis la privatisation des terres, afin d’éviter leur surexploitation par la communauté, et par conséquent leur appauvrissement. Pourtant certaines expériences de gestion communautaire des terres montrent qu’il est possible de dépasser cette perspective. Confiance, partage et travail en commun apparaissent comme des facteurs de solidarité. Ils favorisent une économie commune (Le Roy, 2012), garantissant les intérêts de chacun. Par ailleurs la privatisation des terres ne garantit pas leurs survies et peut être une des causes de l’aggravation des conditions de vie des habitants, comme le montrent les analyses sur l’usage du foncier au Mexique (Salazar Cruz, 2011) ou encore au Brésil avec le mouvement des « Sans Terre » (Estevam, 2009). L’expérience des jardins partagés en France, ou encore celle de l’agriculture urbaine, avec pour enjeu de « remettre le citoyen au cœur de l’acte de production de la nourriture » (Granchamp, 2012 : 148), montrent la possibilité d’une gestion collective des terres, qu’elle soit le fait de particuliers ou de professionnels. Les mouvements de résistance aux GPII ont montré qu’ils étaient capables durant l’appropriation des sites de s’organiser pour faire face à leur besoin en nourriture, en cultivant les terres occupées, comme ce fut le cas à Notre dame des Landes ou encore de manière symbolique à Saint-Braye44.

74L’argument consistant à faire de la terre un bien commun est aussi avancé par les écologues comme étant un moyen de lier le sol à la biodiversité attenante, par la sélection des cultures. Cela serait, peut-être, plus efficace que la conservation imposant la perspective d’un environnement figé, alors qu’espace et biodiversité sont par essence en perpétuelle évolution (Pavé, 2019). Dans notre cas, les sols sont reconquis pour répondre à la perspective de faire entrer la terre comme un bien commun, à travers l’agriculture. Celle-ci est parfois dénoncée comme étant une source de pollutions multiples. Mais les méthodes sont ici bien différentes et se placent dans la cadre d’une activité structurante qui permet de penser l’ensemble des éléments que nous retrouvons au sein du nouveau projet : une esthétique du paysage, un intérêt manifeste pour la biologie des sols, une place pour la biodiversité, sans oublier l’économie. Ainsi il devient possible de songer à une gestion de biens communs où les intérêts divergents se retrouvent dans un même lieu : protection, développement, ressource, production ne seraient pas incompatibles car ils seraient rassemblés autour de la gestion concertée des terres. « Nous nous inscrivons tous dans la même démarche de protéger l’air, l’eau et la terre […] et c’est à nous qu’il revient de décider de la direction et du sens à donner à nos espaces ». La lutte a abouti à l’appropriation sensible de l’espace. Autant d’éléments suffisants pour avoir « envie de défendre des sols et des terres qui constituent notre ressource à tous » m’explique un membre d’Oxygène. Si dans notre étude nous ne pouvons pas parler directement d’un « droit au territoire », il s’agit d’un combat citoyen qui interpelle le « mode d’habiter » des individus en relation avec ses pratiques, désormais indissociables chez Nicole Mathieu des « cultures de la nature » qui « nous échappent » (Mathieu, 2016 : 574).

Conclusion

75En novembre 2020, le projet Oxylane est toujours bloqué par des recours contre les permis de construire. La « loi sur l'eau » est actuellement l’argumentaire le plus solide défendu par Oxygène. Elle est en instruction auprès de la Cour Administrative d'Appel de Marseille.

76Les membres du collectif Oxygène, au fil des rassemblements et des rencontres, en pratiquant les lieux, en donnant à la lutte des valeurs, perçoivent ce que les géographes nomment un milieu de vie : l’agencement matériel des surfaces (le bois, les chemins, les prairies, les cultures) constituent aussi bien des représentations situées que des contenus physiques identifiés (Lévy et Lussault 2003). Le milieu concrétise aussi une relation existentielle à l’espace : le bois fait à la fois partie du paysage tout en représentant un lieu de rencontres et de détente. Les cultures entourant le projet proposé par le collectif Oxygène s’insère dans un paysage finalement peu modifié mais qui devient porteur d’une dynamique agricole et sociale (le maraîchage bio).

77L’environnement est devenu un enjeu de luttes qui possède ses victoires (ainsi sont décrites comme telles la fin des grands projets de l’aéroport de Notre Dame des Landes ou encore d’Europa City). Celles-ci s’inscrivent dans une perspective de changement possible de société qui ne s’arrête pas à un exemple et renforce le développement moral de la société. Les associations se font les échos l’une de l’autre pour former une chaîne de résistance. Dans ce contexte elles sont amenées à contester un ordre imposé qui privilégie l’économie sur le social, le politique sur la politique, le vécu sur le conçu. Serge Moscovici a introduit la différence entre une société conçue et une société vécue (Moscovici, 2001). D’un côté le système et ses normes, de l’autre des sujets en proie avec leurs désirs et leurs attachements. Des relations de proximité sont pour cela nécessaires, afin d’établir un rapport entre les maux attachés à la société (la vulnérabilité des écosystèmes et des populations) ses incertitudes (les risques encourus, les effets du changement climatique, les mutations dans la biodiversité) et les mots de l’écologie (le recyclage, l’agriculture biologique, par exemple).

Haut de page

Bibliographie

Adamiec C., 2014, Devenir sain. Des morales alimentaires aux écologies de soi, Rennes, Presses Universitaires François Rabelais.

Bayon D, Flipo F. et Schneider F. (dir.), 2012, La décroissance. Dix questions pour comprendre et débattre, Paris, La Découverte.

Beringuier P., Blot F. et Rivière-Honegger A. (dir.), 2016, « Les SHS et les questions environnementales, manières de voir, manières de faire », Sciences et société, n° 96.

Berque A., 2000, Médiance. De milieux en paysages, Paris, Belin.

Boltanski L. et Thévenot L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Des plumes dans le goudron, 2018, Résister aux grands projets inutiles et imposés. De Notre-Dame-des-Landes à Bure, Paris, Éditions Textuel.

Estevam D., 2009, « Mouvement des sans-terres du Brésil : une histoire séculaire de la lutte pour la terre », Mouvements, n° 60, p. 37-44.

Goody J., 1979, La Raison graphique, Paris, les Éditions de Minuit.

Granchamp-Florentino L., 2012, « L’agriculture urbaine : Un enjeu de la ville durable », Revue des Sciences sociales, n° 47, p. 142-152.

Guiomar X., 2014, « La mise en proximité de l’agriculture (péri)urbaine par les collectivités. Une (re) construction en trois temps, trois mouvements », Pour n° 224, p. 415-426.

Hamman P, Blanc C. et Lanc C. et, Frank C. (dir.), 2011, La négociation dans les projets urbains de tramway. Éléments pour une sociologie de la ville durable, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2011.

Hardin G., 1968, « The Tragedy of the Commons », Science, vol. 162, p. 1243-1248.
DOI : 10.1126/science.162.3859.1243 [dernier accès juin 2019].

Lascoumes P. et Le galles P. (dir.), 2004, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po.

Latouche S., 2006, Le Pari de la décroissance, Paris, Fayard.

Leduc M. et Rat J., 2017, Retour à Notre Dame des Landes, Paris, Poche.

Le Roy A., 2012, « Des communs sans tragédie : Elinor Oström vs. Garrett Hardin », EcoRev, n° 39, p. 24-27

Lévy J. et Lussault M. (dir.), 2000, Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, Belin.

Luginbühl Y. et D. Terrasson (dir.), 2013, Paysage et développement durable, Versailles, Éditions Quae.

Mathieu N., 2016, « Modes d’habiter, cultures de la nature : des concepts indissociables », Choné A., Hajek I et Hamma, P (Dir.), Guide des Humanités environnementales, Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, p. 567-581. 

Moscovici S., 1961, La psychanalyse, son image et son public, Paris, Presses Universitaires de France.

Moscovici S., 2001. De la nature : pour penser l’écologie, Paris, Métailié.

Moser G. et Weiss K. (dir.), 2003, Espaces de vie : Aspects de la relation homme-environnement, Paris, Armand Colin.

Negt O., 2007, L’espace public oppositionnel, Paris, Payot.

Neumann A., 2016, « Conceptualiser l’espace public oppositionnel », Variations, n° 19. Mis en ligne le 06 avril 2016, consulté le 15 juin 2019.
https://journals.openedition.org/variations/755

Paquot T., Lussault M. et Younès C. (dir.), 2007, Habiter, le propre de l'humain : Villes, territoire et philosophie, Paris, La Découverte.

Pavé A., 2019, Comprendre la biodiversité, vrais problèmes et idées fausses, Paris, Seuil.

Rosa H., 2018, Résonance. Une sociologie de la relation au monde, Paris, La découverte.

Salazar Cruz E., 2011, « La privatisation des terres collectives agraires dans l'agglomération de Mexico : L'impact des réformes de 1992 sur l'expansion urbaine et la régularisation des lots urbains », Revue Tiers Monde, n° 206, p. 95-114.

Salles D., 2009, « Environnement : la gouvernance par la responsabilité », Vertigo, HS n° 6. Mis en ligne le 29 septembre 2010, consulté le 12 juin 2019. https://id.erudit.org/iderudit/044543ar.

Sintomer Y., 1999, La démocratie impossible ? Politique et modernité chez Weber et Habermas, Paris, La Découverte.

Suraud M.-G., 2009, « Espaces publics intermédiaires et risques industriels. La concertation après la catastrophe de Toulouse », in Laurent Mermet et Martine Berlan-Darqué, Environnement, décider autrement. Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux de la concertation, Paris, L’Harmattan, p. 215-233.

Theys J., 2002, « L’approche territoriale du " développement durable ", condition d’une prise en compte de sa dimension sociale », Développement durable et territoires [En ligne], Dossier 1 |. Mis en ligne le 23 septembre 2002, consulté le 04 novembre 2020.
http://journals.openedition.org/developpementdurable/1475 https://doi.org/10.4000/developpementdurable.1475

Haut de page

Notes

1 La particularité des Décathlon-villages, aussi dénommés Oxylane-village est de regrouper non seulement des magasins de sports et de loisirs, mais aussi d’autres commerces, des restaurants et parfois des instituts paramédicaux. À ce sujet on pourra consulter le site pionnier d’Aix Marseille. https://www.decathlonvillage.com/bouc-bel-air-aix-marseille/enseignes. Site consulté le 20 juin 2020.

2 « Lotissement Mutli-activités OXYLANE à St Clément de Rivière-rapport ».
https://www.herault.gouv.fr/content/download/15350/99124/file/1-Rapport%20CE%20OXYLANE.pdf
Site consulté le 10 avril 2019.

3 « Lutte contre l'étalement urbain et préservation des paysages et de la biodiversité ».
https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/lutte-contre-letalement-urbain-et-preservation-des-paysages-et-de-la-biodiversite. Site consulté le 3 novembre 2020.

4 Collectif Ceinture verte. https://www.facebook.com/collectif.ceintureverte.7/about_details. Site consulté le 8 novembre 2020.

5 « Non à la gare TGV de La Mogère ! ». http://garetgv.free.fr/soutiens.html Site consulté le 8 novembre 2020.

6 Le tribunal administratif d'Orléans annule, au titre de la loi sur l’eau et afin de préserver la zone humide identifiée le permis. Des modifications doivent être apportées mais Décathlon préfère en rester là, face aux aménagements nécessaires à la poursuite de son projet.
http://splf45.blogspot.com/p/vu-par-la-presse.html Site consulté le 15 septembre 2020.

7 Extrait du site des Terres pas d’Hyper : http://desterrespasdhypers.fr/index.php/actualites/ Site consulté le 15 juin 2019.

8 On pourra consulter la page dédiée aux médias sur le site d’Oxygène. https://collectif-oxygene.fr/?page_id=87
Site consulté le 15 novembre 2020.

9 À titre expérimental nous avons interrogé, de manière aléatoire, une dizaine habitants faisant leur marché. Certains se sont montrés plutôt enthousiastes à l’idée d’une surface commerciale, toute neuve.

10 « Oxylane, une lettre ouverte adressée à la direction de Décathlon ». Publiée le 2 mai 2020
https://www.lagazettedemontpellier.fr/live/5ead3117992c347de3297e19/oxylane-une-lettre-ouverte-adressee-a-la-direction-de-decathlon. Site consulté le 2 novembre 2020.

11 Pour le détail des actions voir la page du Collectif
https://collectif-oxygene.fr/?cat=13 Site consulté le 10 novembre 2020.

12 « Le tour Alternatiba à Saint-Clément et Montpellier le 19 septembre 2018 ».
https://collectif-oxygene.fr/?p=1642 Site consulté le 15 juin 2019.

13 Évaluation du porte-parole d’Oxygène.

14 Le terme NIMBY (Not in My Backyard, Pas dans mon jardin) dénonce les enjeux locaux comme un facteur de protectionnisme, aveugle aux changements de société.

15 À ce sujet on pourra consulter le dossier de presse établi par le collectif Oxygène : https://collectifoxygene.fr/?page_id=64 Site consulté le 12 juin 2019.

16 Il est possible de consulter en ligne les résultats de l’enquête publique sur le site de la mairie de Saint-Clément de Rivière. https://www.saint-clement-de-riviere.xyz/doc/documents/1460/rapport.pdf Site consulté le 20 juin 2020.

17 « Projet Oxylane à Saint-Clément-de-Rivière : Décathlon répond à ses opposants » Publié le 11 mai 2020.
https://www.midilibre.fr/2020/05/11/projet-oxylane-a-saint-clement-de-riviere-decathlon-repond-a-ses-opposants,8883328.php
Site consulté 20 juin 2020.

18 http://collectif-oxygene.fr/wp-content/uploads/2016/01/Avis_Assopic-EP-Oxylane.pdf Site consulté le 20 juin 2019.

19 Journal La Gazette du 6 décembre 2012. http://collectif-oxygene.fr/wp-content/uploads/2015/01/gazette_6_dec_2012.jpg Mis en ligne le 17 janvier 2015. Site consulté le 20 juin 2019.

20 Les raisons sont diverses : pour échapper aux charges de la métropole, pour rester maître de la gestion du territoire : sols, activités, logements.

21 Journal local, La Gazette du 4 octobre 2018. http://collectif-oxygene.fr/wp-content/uploads/2018/10/Gazette04102018.pdf Site consulté le 15 juin 2019.

22 Déclaration https://christiandupraz.eelv.fr/ma-contribution-a-lenquete-publique-sur-le-projet-oxylane/ Site consultée le 30 juin 2019.

23 Alain Barbe, « Nous ne retirerons pas le projet Oxylane », Midi Libre du 7 octobre 2018, p. 17.

24 Cf. la charte du collectif : http://collectif-oxygene.fr/wp-content/uploads/2015/02/charte_collectif_oxygene.pdf Site consulté le 12 juin 2019.

25 Cf. le rapport de synthèse élaboré par l’association AcNaT LR.
https://www.dropbox.com/s/sur85b5203cei3x/Synthese_prospections.pdf?dl=0
Site consulté le 15 avril 2019.

26 Notamment les pages 8 à 12 de l’impact.
https://www.herault.gouv.fr/content/download/14066/89960/file/R%c3%a9sum%c3%a9%20non%20technique%20de%20l'%c3%a9tude%20d'impact.pdf

27 « Nous avons là […] des sols de qualité qui […] peuvent porter toutes les cultures traditionnelles (annuelles ou pérennes) ou maraîchères. Si l’on fait référence aux autres sols méditerranéens, ceux-ci peuvent supporter la comparaison haut la main, notamment dans la réserve en eau (RU) élevée à très élevée, provenant d’une grande profondeur, mais aussi et surtout d’une texture riche en argile qui est gage de rétention hydrique et de réserves fertilisantes» Conclusions du rapport Approche géo-pédologique du domaine de Fontanelle.
https://www.dropbox.com/s/ojxh5t499gdsz86/7-Approche%20g%C3%A9o-%20pedo%20Fontanelle.pdf?dl=0 Site consulté le 20 juin 2019.

28 Extrait du Rapport de synthèse Action Nature et territoire Languedoc Roussillon, p. 7-8
https://www.dropbox.com/s/sur85b5203cei3x/Synthese_prospections.pdf?dl=0 Site consulté le 15 mai 2019.

29 Propos du collectif.

30 Extrait de la Convention européenne du paysage, Florence, 2000. https://rm.coe.int/168008062a, Site consulté le 15 juin2019.

31 « Typologie de la pression foncière », p. 18. Site consulté le 4 novembre 2020.
http://www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Observatoire_des_espaces_agricoles_et_forestiers-dep-herault-plaine_de_montpellier_et_lunel__cle776816.pdf Site consulté le 20 mai 2019.

32 La ville de Montpellier possède un solde migratoire positif qui engendre une pression sur le foncier, rendant les terres de plus en plus chères et leur achat impossible pour de nouveaux exploitants

33 « L’Hérault grignote ses terres agricoles à un rythme alarmant », mis en ligne le 16 février 2017.
https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2017/02/16/l-herault-grignote-sur-ses-terres-agricoles-a-un-rythme-alarmant_5080768_1652692.html Site consulté le 12 novembre 2020.

34 « L’agriculture paysanne, une agriculture au service de la société ».
https://www.confederationpaysanne.fr/gen_article.php?id=10&t=Qui%20sommes-nous%20?
Site consulté le 20 juin 2020.
Voir aussi https://www.agriculturepaysanne.org/files/Plaquette-FADEAR-2016-BD.pdf
Site consulté le 20 juin 2020.

35 Croquez du frais. https://croquez-du-frais.fr/ Site consulté le 10 novembre 2020.

36 Cf. la présentation sommaire du projet
https://collectif-oxygene.fr/wp-content/uploads/2019/01/Projet-agricole-Oxyg%C3%A8ne.pdf
Site consulté le 20 juin 2019.

37 Voir par exemple https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/coronavirus-covid-19-trouver-produits-frais-locaux-auvergne-rhone-alpes-1809254.html.
Mise en ligne le 31 mars 2020, site consulté le 10 novembre 2020.

38 Cf. le Plan Nutrition Santé
https://www.mangerbouger.fr/Les-recommandations/Augmenter/Les-fruits-et-legumes
Site consulté le 4 novembre 2020.

39 « Regard statistique sur les dimensions du bien-être en Occitanie ».
https://www.laregion.fr/IMG/pdf/oc_0119_plaquette_bien-etre_md.pdf
Voir aussi « Pacte régional pour une alimentation durable en Occitanie ».
https://www.laregion.fr/IMG/pdf/pacte_vdef_avec_edito.pdf
Site consulté le 4 novembre 2020.

40 https://collectif-oxygene.fr/?page_id=1544. Site consulté le 20 juin 2019.

41 Contribution AcNat (Action Nature) http://www.acnatlr.org/oxylane-reponse-EP Site consulté le 12 juin 2019.

42 Échange entre un militant et un habitant.

43 L’association membre du collectif Oxygène, AcNat Languedoc-Roussillon veille et défend les espaces naturels et agricoles de la région. Mais il s’agit aussi de contrer le système et de le transformer : « les causes de notre action sont multiples : faiblesses du système administratif et de la loi, manque de contrôle, affectation discutable de l'argent public, marchandisation de la biodiversité, discours institutionnels contradictoires, désinformation, manque de prise en compte de l’individu face aux lobbies ». http://www.acnatlr.org/
Site consulté le 20 juin 2019.

44 « Saint-Jean-de-Braye : des plantations de patates contre le béton ».
https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/loiret/saint-jean-de-braye/saint-jean-de-braye-des-plantations-de-patates-contre-le-beton-731399.html
Mis en ligne le 24 mai 2015, Site consulté le 5 novembre 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Cartographie des pétitionnaires contre le projet Oxylane au 6 novembre 2020
Crédits Sources : Oxygène
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Illustration 1 Photographie du site actuel
Crédits Sources : Google Maps
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Illustration 2 : Perspective d’implantation proposée par Oxylane
Légende Sources : https://www.nonaubeton.org/​oxylane
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Illustration 3 : Perspective d’implantation proposée par Oxygène
Crédits Sources : https://collectif-oxygene.fr/​?page_id =64
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau 2 : Comparaison des listes d’espèces entre l’Etude Environnementale (EE) demandée par Oxylane et AcNaT pour Oxygène.
Crédits Sources : https://www.dropbox.com/​s/​sur85b5203cei3x/​Synthese_prospections.pdf?dl=0
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6852/img-5.png
Fichier image/png, 99k
Titre Illustration 4 : Photographie du site
Crédits Sources : https://collectif-oxygene.fr/​?attachment_id=2001
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/6852/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Bodren-Houdayer, « Oxygène/Oxylane. Un cas de résistance éclairée aux portes de Montpellier », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 27 novembre 2020, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/tem/6852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.6852

Haut de page

Auteur

Hélène Bodren-Houdayer

MCF – HDR en sociologie - Université Paul Valéry
Route de Mende – 34 090 Montpellier Cedex
Helene.houdayer@univ-montp3.fr
Laboratoire LERSEM (Laboratoire d’Etudes et de Recherches en Sociologie et Ethnologie de Montpellier) / LEIRIS (Laboratoire d’Etudes Interdisciplinaires sur le Réel et les Imaginaires Sociaux)
Associée au programme de recherche interdisciplinaire « Osez l’interdisciplinarité », CEFE (Centre d’Écologie Fonctionnelle et Évolutive), UMR 5175.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search