Navigation – Plan du site

AccueilDerniers numéros46ArticlesVulnérabilité de la population à ...

Articles

Vulnérabilité de la population à Sfax (Centre-Est tunisien) aux conjonctivites : la synergie entre ambiance automnale et contexte de vie sociale

Vulnerability of the population in Sfax (tunisian Central-East) to conjunctivitis: the synergy between autumnal atmosphere and social life context
Mounir Jarraya

Résumés

Caractérisée par sa chaleur et son humidité élevées, l’ambiance bioclimatique automnale influence la santé oculaire des individus à Sfax. L’analyse de l’effet des potentialités thermo-hygrométriques de cette ambiance sur la morbidité liée aux conjonctivites enregistrée par le secteur de la Santé de Base montre des aspects météopathologiques, puisque la dégradation du confort bioclimatique s’associe à une augmentation de la morbidité. Plusieurs éléments liés au contexte social et aux pratiques personnelles des individus entrent en ligne de compte pour booster la transmission inter-humaine des conjonctivites et leur propagation massive au sein de la population et expliquent par conséquent le pic des consultations médicales observé en automne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La surface oculaire est exposée en permanence aux diverses agressions. Les signes ophtalmopathologiques sont multiples. L’œil rouge en constitue un symptôme fréquent. Ses causes varient des plus bénignes aux plus graves (Alami et al., 2014). La conjonctivite en représente une cause fréquente et le plus souvent bénigne. Cette maladie consiste en «  une inflammation de la conjonctive de l’œil, membrane qui recouvre la partie blanche de l’œil et l’intérieur des paupières. Elle se manifeste notamment par la rougeur d’un des yeux, associée à des démangeaisons, des picotements, un écoulement clair ou purulent » (www.ameli.fr).

2La conjonctivite peut être d’origines diverses : virale, bactérienne, allergique ou irritative. C’est pour cela que nous parlons plutôt des conjonctivites. C’est grâce aux symptômes et aux examens que nous pouvons les distinguer (Brawand Born et al., 2010). Cependant, deux groupes peuvent être distingués : les conjonctivites infectieuses (virales et bactériennes) et les conjonctivites allergiques. L’agent infectieux ou allergique, la qualité de l’air, le contexte climatique, l’état de logement, le comportement humain… sont des facteurs qui expliquent la coexistence de ces types de conjonctivites et influencent leur fréquence.

3L’analyse de l’épidémiologie des conjonctivites repose sur un indicateur qui permet de suivre leur évolution dans le temps et leur propagation dans l’espace. Dans ce contexte, la morbidité représente un indicateur de mesure. Celle-ci repose sur l’un des niveaux de soins selon lesquels les patients sont comptabilisés : consultation, hospitalisation, chirurgie… (Jammal et al., 1988). C’est en nous basant sur la fréquence du nombre des cas (consultants, hospitalisés…) pour diverses maladies que nous définissons les caractéristiques du paysage épidémiologique.

4L’analyse de la fréquence des conjonctivites est peu abordée dans les études qui traitent la relation climat-santé. En effet, plusieurs maladies infectieuses et chroniques ont fait l’objet de cette étude, afin de déterminer certains aspects météopathologiques nécessaires à la compréhension de la vulnérabilité des individus dans un environnement atmosphérique qui change selon les saisons. Par exemple, Sun et al. (2014) ont révélé une hausse des consultations médicales tous motifs confondus aux services d’urgence durant les vagues de chaleur. Une autre étude a montré des effets considérables du temps froid et venteux sur une fréquentation plus élevée des services d’urgence pour syndrome coronarien aigu et pour Haute Pression Artérielle (Vencloviene et al., 2015). D’autres aspects météopathologiques ont été dégagés en étudiant la fréquence du syndrome grippal en relation avec le froid hivernal (Jarraya, 20018) ou l’accroissement des infections mycosiques dans un contexte climatique chaud et humide à Sfax, en Tunisie (Jarraya, 2016). Cependant, peu de recherches ont étudié la part du climat dans l’apparition des formes ophtalmopathologiques. Nous notons dans ce contexte que deux études ont analysé la corrélation entre l’effectif des patients dans les salles d’urgence ophtalmologique et certains paramètres météorologiques, comme la température et l’humidité de l’air. Une forte fréquence de l’iridocyclite aigüe (une inflammation intra-oculaire) associée à un temps froid hivernal a été révélée (Jedrzejewski, 1982 ; Stan, 2000). Une étude menée par Kern et al. (2016) et étalée sur la période janvier-juillet 2015 à Munich (Allemagne) basée sur des données hebdomadaires de morbidité liée à la conjonctivite, l’iridocyclite aigue, l’abrasion cornéenne…ont été corrélées aux moyennes de la durée d’ensoleillement, la température et la vitesse du vent. Il découle de cette analyse une augmentation des cas en association avec une durée d’ensoleillement et une température plus élevées. Dans le but de déterminer l’effet des climats différents sur la maladie de l’œil sec, une étude pilote portant sur 14 résidents non symptomatiques de Valladolid en Espagne (climat continental) et 14 individus résidents à Braga au Portugal (climat atlantique), de sexe et d’âge similaires, a été menée. Ces patients ont été examinés au cours du printemps durant deux années consécutives (2011 et 2012). Il en découle que l’intégrité et la stabilité de la surface oculaire dépendent des caractéristiques thermodynamiques des climats continental et océanique des deux régions étudiées (Teson et al., 2015).

5Le régime saisonnier de la morbidité liée aux conjonctivites dans certaines régions est marqué par un pic automnal. Cette recrudescence permet de suggérer un effet potentiel de l’environnement atmosphérique durant cette saison. Par exemple, à Sfax, l’automne se caractérise par une chaleur assez élevée et par une humidité croissante. Un tel contexte favorise la propagation des maladies infectieuses (Jarraya, 2016), et peut avoir des effets sur la fréquence des conjonctivites. En outre, ce contexte climatique est propice au développement des agents allergiques (moisissures, acariens…), qui peuvent être responsables non seulement de l’affection de l’œil, mais aussi de la santé respiratoire et cutanée (Jarraya, 2015 ; Jarraya et Beltrando, 2016).

6Si la vulnérabilité aux maladies est due aux agents pathogènes, qui entourent l’organisme humain en permanence, elle est assurément accentuée par l’état de l’environnement atmosphérique extérieur. Cependant, la responsabilité de l’Homme dans l’aggravation de sa vulnérabilité aux conjonctivites est certaine. En effet, le contexte socio-économique des individus, leur cadre de vie ainsi que certaines pratiques personnelles, constituent des déterminants qui expliquent un tel état morbide. L’interférence des facteurs environnementaux et sociaux expliquent une situation épidémiologique donnée ainsi que sa variation dans le temps et l’espace (McMichael, 2004). Le contexte anthropique s’avère primordial pour propager ou atténuer le niveau de morbidité en particulier des maladies infectieuses. Les soucis s’amplifient au fil des décennies, à cause de leur éventuelle interaction avec le phénomène des changements climatiques (Tong et al., 2015).

7Dans le contexte de notre présente étude, les conjonctivites font partie du paysage épidémiologique infectieux à Sfax. Cette ville littorale qui se localise au Centre-Est de la Tunisie (figure 1) abrite près de 700 000 habitants et constitue un pôle économique important caractérisé par une certaine polyvalence aussi bien au niveau des activités diversifiées qu’au niveau de leur taille et de leur espace occupé. Par ailleurs, l’ouverture sur la mer, la présence d’un arrière-pays agricole, l’installation des activités anthropiques polluantes, l’urbanisation galopante dans divers secteurs de la ville, les conditions de vie précaires dans les quartiers populaires… constituent des déterminants majeurs de l’état de santé de la population de l’agglomération de Sfax. Nous chercherons donc à expliquer la recrudescence automnale de la morbidité liée aux conjonctivites, en mettant en question le contexte climatique saisonnier et les déterminants sociaux qui la régissent.

Figure 1 : La localisation géographique de l’agglomération de Sfax

Figure 1 : La localisation géographique de l’agglomération de Sfax

1. Données et méthodes

8Notre étude de la relation entre l’ambiance automnale et la morbidité liée aux conjonctivites est rétrospective. Elle s’étale sur neuf ans (2009-2017) et repose sur des données de types variés : d’abord, les données météorologiques qui consistent en des mesures tri-horaires de la température, de l’humidité relative de l’air, de la vitesse et de la direction du vent. Ces données sont enregistrées dans la station synoptique Sfax El-Maou installée dans l’aéroport international de Sfax Thyna. Ensuite, les données épidémiologiques qui correspondent au nombre journalier des consultations pour conjonctivites enregistrées par 29 Centres de Santé de Base (CSB) sont obtenues auprès du Ministère de la Santé Publique. Nous notons que ces données n’offrent aucune information sur le type de la conjonctivite. Dans le présent travail, l’effectif des consultations enregistré représente la morbidité liée aux conjonctivites étudiée. Le secteur de la Santé de Base est constitué des CSB (appelés aussi dispensaires) et représente la première ligne de recours qui offre les soins élémentaires à la population dans les délégations de Sfax (Jarraya et Beltrando, 2013). A ce propos, il est à noter que les structures de soins publiques drainent près de 60% de la population à Sfax (Ben Jemâa, 2004 ; Jarraya, 2012). Le choix de cette population qui fréquente les CSB est justifié par deux raisons différentes. Premièrement, les dispensaires sont éparpillés dans l’espace et permettent une représentativité assez satisfaisante des différents secteurs de l’agglomération. Deuxièmement, le refus des médecins privés de nous autoriser l’accès à leurs données nous oblige de limiter notre corpus de travail aux patients qui fréquentent les dispensaires.

9L’étude du contexte social influençant la morbidité nous a incités à mener une enquête auprès des patients fréquentant les CSB. Cette enquête s’est déroulée durant 10 jours (du 20 au 30 septembre 2016), dans 10 CSB (1 jour dans chaque CSB) bien répartis spatialement dans l’agglomération de Sfax (figure 2). Le critère principal du choix de ces CSB est la garantie d’une représentativité optimale des différents secteurs de l’agglomération aussi bien sur le plan de leur enveloppe sociale que sur le plan de leur propriété physique. L’effectif des patients interrogés est de 127 personnes. Le motif principal de leurs consultations dans les CSB est la conjonctivite. Des éléments liés à la perception personnelle de l’ambiance automnale, aux conditions de vie des individus ainsi qu’à certaines pratiques sociales ont été investiguées afin de montrer leurs effets sur la fréquence des conjonctivites et par conséquent d’expliquer la vulnérabilité accrue de la population de Sfax à cette maladie.

Figure 2 : Les Centres de Santé de Base (CSB) participant à l’enquête sanitaire (20-30 septembre 2016)

Figure 2 : Les Centres de Santé de Base (CSB) participant à l’enquête sanitaire (20-30 septembre 2016)

10La morbidité liée aux conjonctivites élevée en automne nous permet de suggérer sa sensibilité probable à une ambiance bioclimatique marquée par une chaleur et une humidité élevées. C’est pour cela que nous avons utilisé l’indice bioclimatique d’humidex (Heat Index) (HI) qui exprime l’état thermo-hygrométrique de l’ambiance automnale et les niveaux variables de confort associés. Cet indice associe la température et l’humidité relative de l’air. Nous rappelons qu’il a été développé et utilisé au Canada durant la saison chaude depuis 1979 (Masterson et Richardson, 1979) (Annexe 1). Il est calculé en utilisant un outil basé sur un algorithme disponible sur les sites http://www.meteo-mussidan.fr/​hum.php et http://www.ohcow.on.ca/​menuweb/​heat_stress_calculator.htm. Compte tenu des modes thermo-hygrométriques présentés par l’indice d’humidex, l’inconfort s’installe lorsque HI enregistré est supérieur ou à 30°C (tableau 1). Nous précisons que le terme « mode » désigne ici la manière de réaction de l’organisme humain face à une ambiance thermo-hygrométrique qui présente des niveaux variables de confort. Nous avons opté, dans la conception de notre approche, pour la présentation des tendances générales de la relation ambiance bioclimatique-consultations pour conjonctivites, afin de dégager leurs caractéristiques fondamentales à l’échelle saisonnière. Celles-ci peuvent nous donner des indicateurs préliminaires sur le type de cette relation. L’affinement de l’échelle temporelle (météorologique) permet de creuser dans cette relation en interrogeant la configuration thermo-hygrométrique durant une phase donnée au cours de la journée. Cela aboutit à la détermination des aspects météopathologiques de la morbidité automnale liée aux conjonctivites à Sfax.

11Etant donné l’effet de la chaleur élevée sur la dégradation du bien-être et de la santé des individus, nous avons centré notre intérêt sur la relation ambiance biométéorologique-morbidité durant la phase diurne de la journée. C’est en nous basant sur les mesures tri-horaires de la température et de l’humidité relative de l’air effectuées durant la journée (à 9h, 12h et 15h) que nous avons déterminé la thermo-hygrométrie de l’ambiance via le calcul de HI moyen diurne en septembre et octobre. Nous avons ainsi remarqué que durant cette phase diurne, l’exposition des individus aux niveaux variables du confort et donc leur vulnérabilité est maximale. Nous considérons donc qu’une ambiance diurne inconfortable s’avère favorable à l’affection par une conjonctivite. De ce fait, nous avons utilisé l’échelle des pentades en septembre et en octobre pour examiner l’éventuelle relation ambiance bioclimatique automnale-morbidité liée aux conjonctivites à Sfax. Cela s’appui sur le calcul des moyennes journalières de HI diurne et des consultations pour conjonctivites associées pour chaque pentade durant la période 2009-2017. L’analyse de cette relation repose sur la visualisation matricielle de ces deux variables à l’échelle des pentades. L’apport de cette matrice se manifeste dans le fait qu’elle nous permet de repérer la concordance météopathologique et de fournir des éléments d’explication du pic de la morbidité liée aux conjonctivites observée en octobre.

Tableau 1 - Classes de l’indice de l’humidex (HI) et leurs modes associés

Valeurs de l’humidex (HI)

Mode exprimé

20<HI<29

Sensation de bien-être

30<HI<34

Sensation de malaise plus ou moins grand 

35<HI<39

Sensation de malaise assez grand. Prudence, ralentir certaines activités en plein air. 

40<HI<45

Sensation de malaise généralisé. Danger, éviter les efforts. 

46<HI<53

Danger extrême. Arrêt de travail dans nombreux domaines.

Source : http://www.meteo-mussidan.fr/​hum.php

2. L’automne à Sfax : « un calvaire » pour les individus vulnérables aux conjonctivites

12L’observation des séries des consultations pour conjonctivites permet de repérer un pic automnal à Sfax. Une éventuelle implication d’une ambiance bioclimatique torride laisse suggérer des aspects météopathologiques. Un contexte aérologique spécifique explique la thermo-hygrométrie importante et la morbidité liée aux conjonctivites, qui lui est associée.

2.1. Epidémiologie des conjonctivites à Sfax

13D’après la classification des maladies adoptée par le secteur de la Santé de Base à Sfax, les conjonctivites appartiennent à la catégorie des maladies infectieuses. L’effectif annuel moyen de consultations pour conjonctivites est de l’ordre de 9280 cas sur la période 2009-2017. Cet effectif se répartit différemment selon les classes d’âge utilisées. En effet, la répartition annuelle moyenne des consultations montre des parts élevées des catégories ≤ 14 ans (35,8%) et ≥ 25 ans (46%). En automne, la part de la catégorie d’âge ≤ 14 ans diminue à 30,2%, par opposition à une augmentation observée au niveau de la catégorie d’âge ≥ 25 ans (52%) (figure 3). Nous relevons donc une vulnérabilité automnale accrue des personnes adultes aux conjonctivites. L’étude de l’ambiance bioclimatique automnale s’avère indispensable pour la comprendre.

Figure 3 : La répartition saisonnière des consultants pour conjonctivites selon les classes d’âge à Sfax sur la période 2009-2017

Figure 3 : La répartition saisonnière des consultants pour conjonctivites selon les classes d’âge à Sfax sur la période 2009-2017

2.2. Une ambiance automnale torride : quels aspects météopathologiques associés ?

14Les moyennes mensuelles de l’indice d’humidex (HI) indiquent la prédominance des ambiances bioclimatiques chaudes et humides en automne. Le HI moyen diminue de 34 à 28 entre septembre et octobre, qui représentent la fin de la saison chaude à Sfax. Cependant, la persistance d’une thermo-hygrométrie élevée peut expliquer le pic observé au niveau de la morbidité liée aux conjonctivites à Sfax en octobre (788 cas) (figure 4). L’analyse matricielle à l’échelle des pentades en automne permet de bien élucider l’éventuelle concordance biométéorologique-pathologique.

Figure 4 : La variation mensuelle des consultations moyennes pour conjonctivites et HI moyen à Sfax sur la période 2009-2017

Figure 4 : La variation mensuelle des consultations moyennes pour conjonctivites et HI moyen à Sfax sur la période 2009-2017

15La figure 5 montre que l’inconfort prédomine en particulier en septembre, puisque 96% des pentades enregistrent des HI moyens journaliers diurnes ≥ 34 exprimant ainsi un malaise grand et généralisé sur la période 2009-2017. A ces pentades inconfortables s’associent des niveaux élevés de morbidité liée aux conjonctivites. Par exemple, l’intensification de l’inconfort (des HI moyens diurnes exprimant un malaise généralisé) durant la 2ème pentade de septembre 2013 et la 1ère pentade de septembre 2011 s’est accompagnée de consultations moyennes journalières pour conjonctivites élevées, respectivement de 42 cas et de 38 cas (figure 5). Mais c’est en octobre, où l’inconfort régresse, que les niveaux de morbidité atteignent leur paroxysme, tel est le cas de la 2ème pentade d’octobre 2009 (45 cas) et celui de la 1ère pentade d’octobre 2015 (40 cas) (figure 5). Les exemples sont multiples montrant ainsi la concomitance entre l’inconfort et l’augmentation de la morbidité liée aux conjonctivites. La sensibilité de certains agents infectieux ou allergiques à une ambiance automnale chaude et humide peut l’expliquer, puisque les bactéries sont beaucoup plus sensibles à la chaleur et en particulier à l’humidité (Jarraya, 2009).

Figure 5 : Consultations moyennes journalières pour conjonctivites et HI moyens correspondants calculés selon les pentades en septembre et en octobre de 2009 à 2017

Figure 5 : Consultations moyennes journalières pour conjonctivites et HI moyens correspondants calculés selon les pentades en septembre et en octobre de 2009 à 2017

16Il existe une forte liaison entre les conjonctivites virales et la présence du virus d’adénovirus (qui est plus fréquent en hiver). Toutefois, c’est le type bactérien qui prédomine en automne. Ainsi, des germes, tels que staphylocoques aureus, streptocoque pneumoniae, streptocoque viridans, moraxella catarrhalis…, peuvent provoquer des conjonctivites bactériennes (Cronau et al., 2010).

17Afin de confirmer cette relation étroite, nous avons calculé les moyennes journalières de consultations pour conjonctivites selon les modes thermo-hygrométriques de HI. La figure 6 montre qu’en septembre, l’intensification de l’inconfort thermo-hygrométrique de 31,4 (exprimant un malaise plus ou moins grand) à 43,2 (exprimant un malaise généralisé) s’associe à un accroissement des consultations moyennes journalières de 24 cas à 35 cas, soit un taux d’accroissement de 45,8%. En octobre, nous notons la reprise du mode confortable (bien-être) qui s’accompagne de la morbidité journalière la plus basse (25 cas) (figure 6). Cependant, l’accentuation de l’inconfort entre les deux modes, en exprimant un malaise assez grand (33,2) et un malaise généralisé (40,6), influence la fréquence des consultations pour conjonctivites, qui s’accroît de 29 cas à 34 cas (figure 6), soit un taux d’accroissement de 17,2%.

Figure 6 : La variation des consultations moyennes journalières pour conjonctivites selon les modes thermo-hygrométriques de l’indice d’humidex en septembre et en octobre

Figure 6 : La variation des consultations moyennes journalières pour conjonctivites selon les modes thermo-hygrométriques de l’indice d’humidex en septembre et en octobre

18Nous notons que, malgré la reprise du confort et la diminution de la part des modes les plus inconfortables en octobre (figure 5), la morbidité liée aux conjonctivites demeure élevée (figure 5 et 6). Cela peut être expliqué par l’effet tardif d’une forte activité des agents infectieux (des bactéries comme staphylocoques aureus, moraxella catarrhalis…) responsables des conjonctivites en septembre. Cela explique le taux d’accroissement élevé (45,8%) de la morbidité entre les deux modes (malaise assez grand et généralisé). En octobre, la situation épidémiologique résulte d’une forte contamination initiée en septembre, qui s’accentue en générant des niveaux plus élevés de morbidité liée aux conjonctivites. Ceux-ci sont dus beaucoup plus à la forte transmission inter-humaine des germes qu’aux effets de l’ambiance bioclimatique qui demeure à prédominante inconfortable. Outre cette relation ambiance/ conjonctivites bactériennes, l’humidité associée à la chaleur s’avère propice à l’apparition d’autres affections de type allergique. En effet, les acariens se développent dans des milieux humides et peuvent être à l’origine de la réactivation de l’asthme (Jarraya et Beltrando, 2016 ; Jarraya, 2018) et/ou de l’affection par une conjonctivite allergique. Nous signalons ici que la conjonctivite - qui est un indicateur d’une allergie - peut survenir conjointement ou séparément de l’asthme. Enfin, la forte transpiration de l’organisme humain sous l’effet d’une ambiance chaude et humide peut aboutir à l’irritation de l’œil et donc à sa fragilisation face à toutes « agressions ». Ces deux types de conjonctivites allergiques causées au moins par les acariens ou par l’irritation de l’œil expliquent aussi le pic automnal de la morbidité. Nous notons ici que nous nous sommes appuyés sur des entretiens que nous avons effectués avec les médecins en poste dans les CSB ainsi qu’avec des ophtalmologues et pneumologues-allergologues pour expliquer un premier pic de la morbidité liée aux conjonctivites pendant la phase hiverno-printanière (Jarraya, 2019) et un deuxième pic automnal qui fait l’objet de la présente recherche. Nous avons exploité également les déclarations des patients dans notre enquête afin d’examiner cette éventuelle relation ambiance automnale / morbidité élevée.

19Le premier axe de cette enquête a été consacré à la prospection de la perception publique de l’ambiance automnale. En effet, toutes les personnes questionnées ont qualifié cette ambiance de « difficile ». La sensation de l’inconfort est générale mais certaines nuances apparaissent selon les individus et l’âge joue ici un rôle primordial. Si les personnes jeunes s’en sortent mieux sous une telle ambiance, les personnes âgées (48% de l’effectif interrogé) ont du mal à la supporter. Outre la chaleur, les individus inculpent l’humidité élevée dans l’air en tant que facteur majeur de l’inconfort et du malaise engendré. Certaines personnes (22% des individus interrogés) déclarent que l’air chaud devient plus lourd sous l’effet de cette ambiance inconfortable et cela intensifie la sensation du malaise.

20Il importe de préciser que nous avons questionné uniquement les personnes dont le motif de la consultation médicale dans les CSB est la conjonctivite. Celles-ci attribuent leur affection par cette maladie (infectieuse ou allergique) à l’ambiance automnale chaude et humide. Si 85,8% des patients déclarent leur affection par une conjonctivite infectieuse (virale ou bactérienne), les autres (14,2% des malades interrogés) l’attribuent à une allergie en particulier à l’humidité à l’intérieur de leurs foyers. Sous l’effet de l’inconfort, certaines maladies chroniques peuvent se réactiver et la conjonctivite devient un symptôme parmi d’autres. L’asthme est l’une de ces maladies, puisque la lourdeur de l’air respiré ainsi que l’humidité du milieu chez les personnes allergiques contribuent à l’apparition des signes de détresse respiratoire et de la conjonctivite allergique. 60% des personnes souffrant des conjonctivites allergiques présentent cette co-morbidité asthme-conjonctivite. Dans certains cas plus sérieux, les problèmes respiratoires permanents peuvent s’associer à des complications cardiovasculaires en particulier chez les personnes âgées. Ainsi, celles-ci sont méfiantes quant aux effets potentiels de l’ambiance automnale sur leur état de santé.

21Plusieurs aspects météopathologiques rendent utile la mise en question de l’origine de cette ambiance torride en automne à Sfax. Les études climatiques menées en Tunisie attribuent le plus souvent l’humidité et la chaleur élevées durant la saison chaude à un flux de Sud-Est appelé localement « Chlouk » (Ben Boubaker, 1998 ; Ben Boubaker, 2014). Nous analysons l’éventuelle part de ce flux dans l’instauration d’une ambiance automnale diurne inconfortable et propice à la hausse de la morbidité liée aux conjonctivites à Sfax.

2.3. Quels effets du flux Sud-Est ?

22Nous avons choisi d’analyser une situation automnale bien définie, à titre illustratif. Le critère principal de ce choix est la prédominance de l’inconfort intense durant des pentades successives. L’observation de la figure 5 nous permet de choisir la situation de septembre-octobre 2012 puisque toutes les pentades sont inconfortables et HI moyen diurne est ≥ 34. De plus, 50% des pentades (6 sur 12 pentades) enregistrent des HI moyens diurnes ≥ 39 exprimant ainsi un malaise généralisé (figure 5). L’analyse du contexte aérologique, basée sur les mesures diurnes (9h, 12h et 15h), montre une nette prédominance du quadrant Sud-Est. La part de ce flux dans les observations totales varie de 57% en septembre à 44% en octobre 2012 (figure 7). A ce premier niveau d’analyse, nous déduisons a priori qu’un effet combiné d’un air chaud d’origine saharienne et d’une humidité maritime caractérise certaines directions de ce quadrant Sud-Est.

Figure 7 : Parts des quadrants dans les observations totales diurnes des directions du vent durant la période septembre-octobre 2012 à Sfax

Figure 7 : Parts des quadrants dans les observations totales diurnes des directions du vent durant la période septembre-octobre 2012 à Sfax

23Compte tenu de la localisation géographique de Sfax sur le littoral oriental de la Tunisie et plus précisément dans le Golfe de Gabès, nous ne considérons que les directions SE et SSE représentent le flux Sud-Est ou « Chlouk » dans le contexte de notre étude. En effet, les directions SE et SSE sont prédominantes en septembre, puisqu’elles représentent respectivement 39,2% et 33,3% des observations du quadrant Sud-Est (figure 8). Leurs vents charrient des masses d’air chaudes et humides aboutissant ainsi à une thermo-hygrométrie inconfortable (HI moyen diurne est de 38) (figure 8). Sous une telle ambiance, la sensation de l’inconfort est assez grande. Celle-ci s’avère propice à la propagation des conjonctivites et cela se manifeste dans les moyennes journalières de consultations élevées enregistrées durant les pentades intensément inconfortables en septembre 2012 (figure 5).

Figure 8 : Parts des directions SE et SSE dans les observations totales diurnes des directions du vent du quadrant Sud-Est durant la période septembre-octobre 2012 à Sfax

Figure 8 : Parts des directions SE et SSE dans les observations totales diurnes des directions du vent du quadrant Sud-Est durant la période septembre-octobre 2012 à Sfax

24En octobre, les parts des directions SE et SSE diminuent respectivement à 19,5% et à 26,8% (figure 8) et leur impact sur la thermo-hygrométrie décroissent relativement (HI égal à 34 et 35) sans pour autant entraîner un changement au niveau du mode exprimé (malaise assez grand). Cette régression peut expliquer le fléchissement relatif de l’inconfort en particulier durant les trois dernières pentades d’octobre 2012 (figure 5). Certes, l’inconfort bioclimatique favorise la persistance des niveaux élevés de morbidité liée aux conjonctivites, en octobre, mais aussi la transmission inter-humaine.

25Il ressort de notre analyse que le flux Sud-Est constitue une source majeure d’une thermo-hygrométrie élevée en automne, ce qui rend l’ambiance bioclimatique inconfortable à Sfax. Cela détermine notablement la morbidité liée aux conjonctivites. Cependant, la persistance de l’inconfort intense associée à d’autres directions du vent dans le quadrant Sud-Est comme le S, l’ESE et l’E relativise la responsabilité du flux Sud-Est. L’humidité permanente accrue sous l’effet de l’ouverture de Sfax sur la mer ainsi que la fréquence des advections sahariennes méridionales plus ou moins continentales contribuent à l’instauration des ambiances chaudes et humides durant la saison chaude à Sfax sans que le flux Sud-Est soit présent.

26Plusieurs aspects météopathologiques résultent de l’inconfort bioclimatique et de l’accroissement de la morbidité liée aux conjonctivites, qui leur sont associés, montrant finalement une vulnérabilité accrue de la population de Sfax en automne. Le flux Sud-Est demeure un facteur expliquant une thermo-hygrométrie abondante de l’ambiance bioclimatique. Par ailleurs, le contexte de vie sociale des individus agit en tant que déterminant majeur d’une telle situation épidémiologique automnale.

3. Un contexte de vie sociale qui l’aggrave

27Le contexte social influence considérablement l’état de bien-être et de santé des individus. Nous déterminons la part des éléments du contexte social dans l’explication d’un tel paysage épidémiologique automnal des conjonctivites à Sfax, en étudiant l’effet des conditions de vie ainsi que de certaines pratiques personnelles sur les malades.

3.1. Les conditions de vie des individus

28Nous avons privilégié quelques paramètres, représentant ainsi des indicateurs susceptibles de déterminer la vulnérabilité des individus aux conjonctivites en automne.

29Le premier élément est lié au secteur de résidence des individus. Les secteurs de la ville qui sont très proches de la mer ou ceux qui connaissent un problème de stagnation de l’eau (suite à des averses intenses de pluie ou à la remontée des eaux de la nappe phréatique) sont marqués par une humidité flagrante. Cela se répercute sur le milieu de vie des individus qui devient « malsain ». Nous notons que nos entretiens avec les 18 patients consultant pour conjonctivites dans le CSB Saltania (figure 2), qui polarise des secteurs souffrant d’une humidité accrue, laisse apparaître que celle-ci est due à la proximité de la mer et à la remontée des eaux de la nappe phréatique. Ils ajoutent aussi que leur souffrance s’accentue lors des averses de pluies parfois successives puisque, en l’absence de toute capacité d’infiltration naturelle, l’eau stagnante perdure parfois des semaines. Cela affecte leur cadre de vie et se répercute négativement sur leur bien-être et leur santé, étant donné que leurs maisons sont devenues humides et se dégradent au fil des années. Sur le plan pathologique, 80% de ces patients (14 personnes) sont asthmatiques et peuvent être affectées par la conjonctivite conjointement ou séparément avec l’asthme. Ces derniers trouvent que l’humidité est un facteur majeur de leur affection par la conjonctivite et par l’asthme allergique, qui s’exacerbe avec la présence des acariens dans les logements humides. Ce qui nous conduit à un autre élément central, à savoir les conditions d’habitat.

30Une bonne partie (72%) des personnes interrogées déclare qu’elles vivent dans des logements dont les conditions optimales d’aération, d’ensoleillement et d’isolation de leurs cuisines et de leurs salles de bains sont incertaines. En effet, l’humidité intérieure est due à un phénomène de condensation causé par un air chargé en vapeur d’eau, en particulier dans les salles de bains et les cuisines. 33% des personnes enquêtées résident dans une maison aérée d’un seul côté. Cela signifie que la plupart des pièces sont dépourvues de l’air et du rayonnement solaire. Ces conditions d’habitat caractérisent les quartiers populaires qui s’étendent au Sud (Bahri, El-Habib, El-Mouez…), comme au Nord (Bourguiba, Hamza, Simar…) de l’agglomération. En effet, les maisons sont de petites tailles et serrées et connaissent une densification continue. Sous de telles conditions d’habitat, l’humidité intérieure s’aperçoit différemment par les individus : mauvaise odeur, mur et/ou substrat mouillé et peinture dégradée et décollée. Cette humidité trouve ses origines aussi, d’après quelques patients (10% de l’effectif total), dans les fuites au niveau du réseau interne de l’eau potable et des canaux d’évacuation des eaux usées. Cette humidité intérieure altère incontestablement le cadre de vie des individus par le développement des champignons, des moisissures et des acariens. Des allergies oculaires et respiratoires se produisent. Nous notons que les acariens constituent la principale cause de la conjonctivite et de l’asthme selon les réponses des patients. La conjonctivite constitue ici soit une affection oculaire allergique et indépendante, soit un symptôme de l’asthme allergique. Dans ce même contexte de co-morbidité, des patients interrogés (12%) déclarent qu’outre la conjonctivite et / ou l’asthme, l’humidité intérieure favorise l’exacerbation des douleurs rhumatismales chez eux.

31Les enfants représentent un faible pourcentage (5%), soit six enfants dont l’âge est inférieur à 6 ans souffrent d’une conjonctivite. Parmi eux, quatre sont asthmatiques. L’entretien avec leurs mères nous a permis de souligner que leurs maisons sont humides et en particulier les chambres à coucher qui sont plus ou moins aérées et le plus souvent dépourvues d’ensoleillement. Selon nos entretiens avec les médecins en poste dans les CSB, la chambre humide accentue chez l’enfant le risque d’être affecté par des maladies chroniques comme l’asthme, à cause de l’allergie aux acariens. Ils insistent également sur le fait que les nourrissons, vivant dans un milieu humide, verront leurs symptômes d’asthme s’aggraver au fil des années (la toux chronique et la respiration sifflante) et seront exposés aux récidives de conjonctivites.

32Ces deux premiers indicateurs des conditions de vie des individus sont fortement commandés par le niveau socio-économique des ménages. En effet, la quasi-totalité (95%) des patients questionnés appartient aux classes sociales moyennes et démunies. Un tel niveau socio-économique bas accentue la vulnérabilité des personnes aux maladies et affaiblit leur capacité de résilience. D’abord, les patients résidant dans les quartiers populaires ne peuvent pas changer leur secteur de résidence. Bien que le changement de logement soit fréquemment préconisé par les médecins pour atténuer le motif allergique des conjonctivites ou asthme, les conditions matérielles des patients ne leur permettent pas de le faire. De plus, l’exécution des travaux d’entretien et de rénovation pour combattre l’humidité n’est pas possible, faute de moyens matériels et parfois de faisabilité. Enfin, l’accès aux services de soins privés n’est pas garanti puisque ces patients sont incapables de payer leurs dépenses car elles sont très chères.

33Outre les conditions de vie des individus, certaines pratiques personnelles s’avèrent déterminantes de la vulnérabilité aux conjonctivites à Sfax.

3.2. Des pratiques sociales qui favorisent la propagation de la maladie

34Notre enquête a pu dévoiler une ambigüité du concept de la contagion et du potentiel contagieux des conjonctivites. Une forte relation s’établit entre la méconnaissance et la sous-estimation des risques de transmission interhumaine des conjonctivites infectieuses.

35L’ambiguïté du concept de la contagion est due essentiellement à l’ignorance des types de conjonctivites et des agents qui les causent. La totalité des patients ne connaissent la conjonctivite que lorsqu’elle les affecte, c’est pourquoi ses symptômes demeurent, pour certaines personnes, confus. 23% des patients interrogés affirment qu’ils disposent d’une connaissance assez satisfaisante sur la maladie et sa contagiosité. A l’inverse, 65% de cet effectif déclarent qu’ils ont une connaissance trop superficielle sur la conjonctivite. Pour eux, c’est « une maladie qui touche l’œil, c’est tout ». D’autres patients (12% de l’effectif interrogé), disent qu’ils « entendent parler d’une maladie qui s’appelle conjonctivite ». Il en résulte que la majorité des patients ignore la maladie et son potentiel contagieux. Le souci de la contagion est quasi-absent, car ces patients considèrent « la conjonctivite comme une affection banale, dont la guérison est rapide et sans complications dangereuses sur la santé ». Cette méconnaissance du risque de la contagion s’explique par deux éléments. Le premier est le niveau culturel assez bas d’une bonne partie des patients rencontrés dans les CSB (en particulier des femmes au foyer et des personnes âgées qui représentent ensemble 42% de l’effectif interrogé). Le deuxième, que nous jugeons le plus important, est la prédominance de la culture de la négligence et de la sous-estimation des risques sanitaires. Le fait d’ignorer ou de négliger certaines règles de prévention par la population constitue un indicateur de faiblesse, voire d’absence d’une culture de risque dans le domaine sanitaire. L’exposition à un élément provoquant une allergie oculaire ou le manque de prudence à l’égard des agents infectieux responsables des conjonctivites accentuent la vulnérabilité des individus.

36En revenant sur la question de la contagion, les médecins des CSB, les ophtalmologues et allergologues ont insisté sur la rapidité de l’affection par les conjonctivites infectieuses. La contagion s’effectue par la toux, l’éternuement, le contact avec un individu ou un objet infecté. Selon eux, le potentiel contagieux varie d’une à deux semaines en cas de conjonctivite virale et régresse rapidement en cas de conjonctivite bactérienne dès le début du traitement. C’est pour cela qu’ils insistent sur l’application rigoureuse des règles drastiques à suivre par les patients et leur entourage pour que l’infection ne se répande pas.

37Du côté des patients interrogés, la prise de conscience des règles pratiques de prévention n’est pas toujours garantie. La majorité (87% de l’effectif interrogé) déclare connaître et appliquer partiellement ces règles. En effet, celles-ci s’articulent autour de l’hygiène générale qui doit être appliquée rigoureusement. Tout d’abord, l’hygiène de l’œil n’est pas toujours assurée, puisque des patients (15% de l’effectif interrogé) déclarent qu’ils frottent parfois leurs yeux infectés et ne les nettoient pas avec un sérum afin de diluer les germes. De plus, les gens ne voient pas l’intérêt de se laver les mains fréquemment afin de limiter la propagation des germes de l’œil infecté vers l’œil sain. Ensuite, ils continuent à toucher les personnes, à partager les serviettes de toilette, les draps et les taies d’oreiller avec les autres et à utiliser les objets d’autrui comme les produits de maquillage pour les femmes, les clés et les stylos… Peu de personnes (10% de l’effectif questionné) respectent la règle de l’isolement afin d’éviter la contamination de leur entourage (famille et travail). Cet isolement signifie aussi que les gens évitent d’aller au travail et à l’école au moins pendant les deux premiers jours qui correspondent à la phase de contagion élevée de la bactérie responsable de la conjonctivite. Selon les patients interrogés, si l’isolement est réalisable pour les enfants (élèves et étudiant(e)s), il ne l’est pas pour les adultes à cause de leurs engagements.

38Les conséquences d’une telle culture de risque faible sont importantes. Le risque de la contagion est sous-estimé, voire négligé. 88% de l’effectif des patients souffrant de conjonctivites infectieuses disent qu’ils ont attrapé la conjonctivite suite à une contamination de leur entourage. Deux autres indicateurs prouvent cette marginalisation. Le premier est que peu de personnes (22% des patients interrogés) changent leur comportement lors de leur affection afin de limiter la contamination de leur entourage. Le deuxième est que les personnes sous-estimant le risque et ceux qui le négligent totalement sont plus importants (respectivement 53% et 35% des réponses) que les individus qui le prennent au sérieux (12% des réponses).

39En somme, un cadre de vie défavorable pour les individus ainsi que des pratiques personnelles sous-estimant le risque de la contagion ne peuvent qu’accentuer la vulnérabilité soutenue par une ambiance bioclimatique favorable à l’affection.

Conclusion

40Compte tenu de la répartition satisfaisante des CSB dans l’espace de l’agglomération, nous jugeons que les données de morbidité liée aux conjonctivites enregistrées par ces dispensaires sont représentatives, puisque une population hétérogène en termes de genre, d’âge et de catégories socio-professionnelles dans divers secteurs est drainée par ces structures. Bien que la part de la population s’adressant au secteur public de la santé soit de l’ordre de 60% dans l’agglomération de Sfax, nous notons selon nos différentes investigations que ce pourcentage ne cesse de se maintenir. Face au coût très élevé des prestations privées de soins, les établissements sanitaires publics demeurent un refuge garantissant l’accès aux soins. D’un autre côté, il ne faut pas oublier l’importance de l’automédication. En effet, le patient affecté par une conjonctivite s’adresse à l’officine privée et le pharmacien leur prescrit le traitement.

41Les données épidémiologiques de consultations médicales n’offrent aucune information sur la typologie des conjonctivites. Les conjonctivites diagnostiquées sont considérées systématiquement comme infectieuses alors que le type allergique peut se présenter au niveau des consultations. Bien que les médecins dans les CSB s’appuient sur leurs compétences pour déterminer le type de la conjonctivite, l’identification de celle-ci nécessite des tests plus poussés et l’avis d’un ophtalmologue.

42Notre enquête, qui s’est déroulée dans 10 CSB et durant 10 jours est considérée peu représentative de la situation réelle. Il s’agit donc d’une étude d’un cas, puisque toute généralisation des résultats doit être effectuée avec prudence. Cependant, l’apport de notre enquête est certain puisqu’elle nous a permis d’identifier le type de la conjonctivite chez les patients et de mettre l’accent sur la co-morbidité avec certaines maladies chroniques. En outre, la perception publique de l’ambiance automnale et de son éventuel effet sur la fréquence des conjonctivites constituent un atout de notre enquête. Une forte relation a été déduite entre l’inconfort bioclimatique et la survenue des conjonctivites. Cependant, une telle perception demeure subjective et tributaire d’autres déterminants socio-économiques qui influent sur les jugements des individus. Une personne âgée ne perçoit pas la chaleur et l’humidité de la même manière qu’une personne jeune. De même, une personne aisée s’en sort bien face à une thermo-hygrométrie élevée qu’une autre démunie. Enfin, notre enquête a pu montrer le rôle que joue le contexte de vie qui commande la vulnérabilité des individus aux conjonctivites. Cependant, d’autres éléments liés au niveau d’exposition des gens et de leur susceptibilité à la maladie peuvent influencer cette vulnérabilité.

43Notre analyse s’intéresse à l’ambiance diurne automnale. Ce choix est justifié par le fait que les gens sont plus exposés aux effets des agents infectieux - en particulier les bactéries qui prolifèrent sous l’effet d’une thermo-hygrométrie diurne élevée - durant la journée que pendant la nuit. Si cette hypothèse est valable pour les conjonctivites bactériennes, elle ne l’est pas pour le type allergique dont les responsables, à savoir les acariens, prolifèrent plutôt durant la nuit. Les foyers peu aérés gardent une chaleur et surtout une humidité élevée durant la nuit. De telles conditions permettent aux acariens présents dans les literies, les tapis… d’altérer l’œil pendant la nuit.

44Outre la chaleur estivale persistante en automne, c’est l’humidité accrue qui rend l’ambiance inconfortable et favorable à la prolifération des conjonctivites. Le flux Sud-Est est responsable en grande partie de cette thermo-hygrométrie croissante. Cependant, celle-ci peut être enregistrée sous d’autres flux. Ici, la localisation littorale de Sfax peut le justifier.

45Les patients présentant des conjonctivites allergiques représentent une part assez faible (14,2%) dans notre effectif questionné. Nous avons noté également que 60% de ces conjonctivites allergiques (10 cas) présentent une co-morbidité asthme/conjonctivite et que l’humidité intérieure et les acariens sont les principales causes. Cela signifie que quelques cas (8 cas qui représentent 40% de ces conjonctivites allergiques) sont dus à d’autres allergènes. Ces facteurs d’allergies oculaires ou autres peuvent être naturels (graminées, animaux, piqure d’insectes…) ou artificiels (poussières, fumés de tabac, produits esthétiques, lentilles, substances allergisants…). Nous nous rappelons également que la ville de Sfax enregistre des niveaux élevés de pollution atmosphérique. Différents polluants injectés dans l’air comme l’ozone (O3), le dioxyde de souffre (SO2) et le dioxyde d’azote (NO2) sont à l’origine des atteintes oculaires, parmi elles les conjonctivites allergiques. Ces éléments sont omniprésents et peuvent représenter une source de confusion lors du diagnostic des conjonctivites en particulier par les médecins généralistes.

46Le risque de contamination dans les cas de conjonctivites infectieuses est largement sous-estimé par les patients questionnés. La banalisation de l’affection et l’aptitude des gens à subir la maladie l’expliquent. Par ailleurs, la faiblesse d’une culture de risque est un facteur déterminant. Malgré les efforts de vulgarisation des symptômes des conjonctivites et de leurs éventuelles conséquences sur le patient et sur son entourage, la plupart des gens prennent les choses à la légère. Nous notons ici que, des personnes analphabètes ou disposant d’un niveau culturel bas ont du mal à comprendre les conseils de précaution avancés par les médecins. L’adoption d’un langage compréhensible ciblant cette catégorie peut aider la transmission du message préventif. Cependant, le manque de conscience chez les personnes disposant d’un niveau culturel satisfaisant explique l’absence d’une culture de risque sanitaire. L’aspect banal des conjonctivites peut justifier la sous-estimation du risque de leur contagion.

47La résilience d’une population face à la maladie nécessite un cadre de vie optimal. L’amélioration de celui-ci, la prise de conscience par les individus de l’aspect contagieux des conjonctivites et l’application rigoureuse des règles de prévention peuvent aider à atténuer véritablement la vulnérabilité de la population face à cette maladie.

Haut de page

Bibliographie

Alami A., Gérard P., Bremer F., 2014, L’œil rouge, Rev Med Brux, 35, pp. 284-290.

Ben Boubaker H., 1998, Le flux de Sud-Est maritime (Chlouk) et ses incidences topothermiques en Tunisie, Publication de l’Association Internationale de Climatologie, 11, pp. 401-408.

Ben Boubaker H., 2014, Situations d’inconfort thermique et types de flux de surface en Tunisie, In UR. GREVACHOT, Climat et Bioclimat de la Tunisie, Tunis, pp.495-503.

Ben Jemaâ I., 2004, Indicateurs hospitaliers de l’activité de l’EPS Hédi Chaker en 2002, Thèse de doctorat, Université de Sfax, Faculté de Médecine.

Jarraya M., 2009, Biométéorologie de la morbidité respiratoire dans le secteur public de la santé à Sfax (Tunisie), Thèse de doctorat en Géographie, Université Paris Diderot (Paris VII).

Jarraya M., 2012, Ambiances froides et consultations respiratoires dans le secteur public de la santé à Sfax (Tunisie). Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], mis en ligne le 30 janvier 2012 : URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/25032

Jarraya M., Beltrando G., 2013, Les services de soins hospitaliers publics dans l’agglomération de Sfax : spécificités fonctionnelles et pouvoir spatial, EchoGéo, mis en ligne le 19 décembre 2013. https://journals.openedition.org/echogeo/13632

Jarraya M., 2015, Thermo-hygrométrie et pic automnal de pyodermite : vulnérabilité de la population à Sfax, Symposium international « Vulnérabilité des littoraux méditerranéens face aux changements environnementaux contemporains », Kerkennah 20-24 octobre 2015, pp. 165-175.

Jarraya M., Beltrando G., 2016, Poussés d’asthmes à Sfax (Tunisie) : aspects multiples de vulnérabilité accrue par le contexte climatique, Actes du XXIXème Colloque de l’Association Internationale de Climatologie, Besançon-Lausanne 06-09 juillet 2016, pp. 137-142.

Jarraya M., 2016, Bioclimatologie des infections cutanées mycosiques à Sfax (Centre-Est de la Tunisie), EchoGéo [En ligne], n°38 |  https://journals.openedition.org/echogeo/14764

Jarraya M., 2018, Froid hivernal et fréquence de la grippe à Sfax (Centre-Est de la Tunisie). Territoires en Mouvement, [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/tem/4463

Jarraya M., 2019, Aspects de météopathologie des conjonctivites en phase hiverno-printanière à Sfax (Centre-Est de la Tunisie). EchoGéo [En ligne], n°50, URL : http://journals.openedition.org/echogeo/18296

Jammal A., Allard R., Loslier G., 1988, Dictionnaire d’Epidémiologie, Paris : Maloine.

Jedrzejewski D., 1982. Badania doswiadczalne i kliniczne nad wyjasnieniem wplywu niskiej temperatury na ustepowanie zmian zapalnych teczowki i ciala rzeskowego. [Experimental and clinical studies on the effect of low temperature on regression of inflammatory changes in iridocyclitis]. Klin Oczna, 84(5–6), pp. 139-141.

Masterson J.M., Richardson F.A., 1979, Humidex, A Method of Quantifying Human Discomfort Due to Excessive Heat and Humidity, Downsview, Ontario, Environnement Canada.

McMichael A.J., 2004, Environmental and social influences on emerging infectious diseases : past, present and future, The Royal Society, 359, pp. 1049-1058.

Stan C., 2000, Influenta factorilor meteorologici in timpul iernii asupra frecventei de aparitie a iridociclitelor acute endogene. [The influence of meteorological factors in wintertime on the incidence of the occurrence of acute endogenous iridocyclitis]. Oftalmologia, 52(3), pp.16-21.

Sun X., Sun Q., Yang M., et al., 2014, Effects of temperature and heat waves on emergency department visits and emergency ambulance dispatches in Pudong New Area, China: a time series analysis, Environ Health, 13, p.76.

Teson M., Lopez-Miguel A., Neves H., Calonge M., Gonzalez-Garcia M., Gonzalez-Méijome J., 2015, Influence of climate on clinical diagnostic dry eyes tests : pilot study, Optometry and Vision Science, Vol. 92, N° 9, pp. 284-289.

Tong M., Hansen A., Hanson-Easey S., Cameron S., Xiang J., Liu Q. et al., 2015, Infectious Diseases, urbanizattion and climate change : challenges in future China, International Journal of Environmental Research and Public Health, 12, pp. 11025-11036. doi:10.3390/ijerph120911025

Vencloviene J., Babarskiene R., Dobozinskas P., Siurkaite V., 2015, Effects of weather conditions on emergency ambulance calls for acute coronary syndromes, Int J Biometeorol., 59(8), pp. 1083-1093.

www.ameli.fr, reconnaître une conjonctivite, https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/conjonctivite/reconnaitre-conjonctivite, mise en ligne le 30 juillet 2020

Haut de page

Annexe

Annexe : Le calcul de l’indice Humidex (HI) en function de la temperature (°C) et l’humidité relative de l’air (%)

Annexe : Le calcul de l’indice Humidex (HI) en function de la temperature (°C) et l’humidité relative de l’air (%)
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La localisation géographique de l’agglomération de Sfax
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7022/img-1.png
Fichier image/png, 380k
Titre Figure 2 : Les Centres de Santé de Base (CSB) participant à l’enquête sanitaire (20-30 septembre 2016)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7022/img-2.png
Fichier image/png, 199k
Titre Figure 3 : La répartition saisonnière des consultants pour conjonctivites selon les classes d’âge à Sfax sur la période 2009-2017
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7022/img-3.png
Fichier image/png, 142k
Titre Figure 4 : La variation mensuelle des consultations moyennes pour conjonctivites et HI moyen à Sfax sur la période 2009-2017
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7022/img-4.png
Fichier image/png, 199k
Titre Figure 5 : Consultations moyennes journalières pour conjonctivites et HI moyens correspondants calculés selon les pentades en septembre et en octobre de 2009 à 2017
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7022/img-5.png
Fichier image/png, 278k
Titre Figure 6 : La variation des consultations moyennes journalières pour conjonctivites selon les modes thermo-hygrométriques de l’indice d’humidex en septembre et en octobre
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7022/img-6.png
Fichier image/png, 188k
Titre Figure 7 : Parts des quadrants dans les observations totales diurnes des directions du vent durant la période septembre-octobre 2012 à Sfax
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7022/img-7.png
Fichier image/png, 102k
Titre Figure 8 : Parts des directions SE et SSE dans les observations totales diurnes des directions du vent du quadrant Sud-Est durant la période septembre-octobre 2012 à Sfax
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7022/img-8.png
Fichier image/png, 112k
Titre Annexe : Le calcul de l’indice Humidex (HI) en function de la temperature (°C) et l’humidité relative de l’air (%)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7022/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mounir Jarraya, « Vulnérabilité de la population à Sfax (Centre-Est tunisien) aux conjonctivites : la synergie entre ambiance automnale et contexte de vie sociale », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 22 décembre 2020, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/tem/7022 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.7022

Haut de page

Auteur

Mounir Jarraya

Maître-assistant en climatologie
Etablissement : Université de Sfax, Faculté des Lettres et Sciences Humaines.
Adresse professionnelle : Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Laboratoire Syfacte, route de l’aéroport Km 4,5 ; 3000 Sfax BP 1168 ; Tél : 00216 74 670 544 Fax : 00216 74 670 540.
Ville – pays : Sfax - Tunisie
Mail : jarrayamounir@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search