Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48-49Partie 2. Déplacements et replace...Retrouver sa place dans les nouve...

Partie 2. Déplacements et replacements au coeur des dynamiques de changement urbain

Retrouver sa place dans les nouveaux lieux issus de la rénovation ? L’exemple du grand ensemble Malakoff à Nantes

The population of large housing estates facing the renovation of their neighborhood. The case of Malakoff housing estate in Nantes (France)
Maximilien Steindorsson, Guy Baudelle et Solène Gaudin

Résumés

Les quartiers de grands ensembles, cibles privilégiées d'intervention de la politique de la ville depuis une trentaine d'années, sont marqués par une grande diversité de configurations sociales et spatiales. Un point commun les réunit : leur confrontation permanente aux transformations des lieux de vie de leurs habitants du fait de lourdes opérations d'aménagement, de démolition-reconstruction ou de restructuration urbaine. Ces recompositions très profondes imprègnent les pratiques et les usages quotidiens et interrogent la manière dont les habitants négocient, façonnent et recomposent leur place dans un quartier en mutation, profondément réaménagé. Cet article examine les réactions des habitants face à ces transformations en montrant la diversité des modalités d'occupation de ces espaces publics nouvellement produits mais pratiqués de longue date et fortement symboliques. Il s’appuie sur une enquête qualitative réalisée dans un quartier emblématique de la politique de la Ville (Malakoff à Nantes) en 2018. Il s’agit ici d'interroger ce qui change, du point de vue des habitants, quand leur environnement se transforme. A l’aide d’une étude focalisée sur l’appréhension dynamique des pratiques et de leur inscription spatiale, nous avons voulu comprendre comment les habitants réinvestissent leurs lieux de vie et (re)prennent place dans leur quartier renouvelé.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les grands ensembles souffrent depuis plusieurs décennies de représentations négatives sinon de clichés caricaturaux. Symboles d’un héritage encombrant, ils véhiculent l’image de cités dortoirs, d’un urbanisme austère, de ghettos et de difficultés économiques et sociales. Ces quartiers sont aussi les témoins de l’action aménagiste volontariste de l’Etat durant les Trente Glorieuses. Depuis plus de quarante ans, les interventions oscillent entre action sociale et urbaine. La mise en place d’une politique nationale de rénovation urbaine de grande envergure en 2003 via la création de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU) a acté un positionnement fort en direction d’une intervention lourde sur le cadre bâti. Aussi le Programme National de Rénovation Urbaine (PNRU) est-il souvent présenté comme « une solution purement aménageuse » (Epstein, 2012b : 1) visant à faire « disparaître toutes les caractéristiques urbanistiques héritées du Mouvement moderne [...] jugées pathogènes » (Epstein, 2012a : 59). C’est également un moyen plus efficace d’affichage de résultats visibles par rapport à des objectifs sociaux souvent moins tangibles (réduction de la pauvreté, du chômage, insécurité, relégation). Ce souci de l’efficacité dans des temporalités resserrées explique sans doute en partie la faible participation des habitants dans les processus décisionnels du PNRU de ces dernières années.

  • 1 Le terme de primo-habitant désigne ici les populations habitant le quartier avant la rénovation urb (...)

2Les Programmes de Rénovation Urbaine (PRU) interviennent lourdement, par le biais d’opérations comme la démolition-reconstruction, des percées urbaines et la transformation des espaces publics sur des territoires constitués, habités et pratiqués depuis près de cinquante ans. Ces actions radicales sur le cadre de vie visent explicitement un objectif de banalisation (Kirszbaum, 2008; Lelévrier, 2014; Allen et Bonetti, 2018) et de normalisation sociales (Gaudin et al., 2020) souvent mis en œuvre sans prendre la mesure des formes d’habiter existantes voire en s’y opposant directement. Or, si l’habiter est « ce que font les individus avec les lieux » et leur « manière de pratiquer les lieux » (Stock, 2004 : 4), la politique de la table rase conduite dans le cadre des opérations de rénovation urbaine déstructure profondément le rapport des habitants à leurs lieux de vie et bouscule les « représentations, valeurs, symboles, imaginaires qui ont pour référent les lieux géographiques » (ibid. : 2). La rénovation urbaine, en modifiant la morphologie et l’organisation des espaces tout en en diversifiant une composition typique des quartiers politique de la Ville dans un objectif de mixité sociale, menace les modes d’habiter en vigueur dans ces quartiers. Ainsi, les lieux traditionnels fondant l’habiter ordinaire des ménages primo-habitants1 voient leur « intégrité menacée de destruction » (Giroud, 2007 : 72) par les programmes de rénovation urbaine. Cette situation a créé un décalage manifeste entre les ambitions de transformations annoncées et les formes de (re)compositions discrètes des pratiques et perceptions des habitants de ces quartiers. Aussi avons-nous tenté d’observer leurs réactions et leurs pratiques, de recueillir leurs récits et de repérer d’éventuelles stratégies conscientes ou non face à la constitution de nouveaux lieux au sein de leur quartier et plus largement dans la ville (Besse, 2013 ; Lazzarotti, 2014 ; Lussault, 2009, 2013).

3En somme, les primo-habitants (re)trouvent-ils leur place dans les nouveaux espaces aménagés suite à la rénovation de leur quartier ? Et comment se fait la confrontation entre les usages quotidiens et la tentative de normalisation des lieux ayant guidé l’élaboration et la mise en œuvre de ces opérations (Germes et al., 2010) ?

4Cet article repose sur une enquête conduite dans le quartier de Malakoff à Nantes au printemps 2018, dans le cadre d’un travail doctoral. Elle permet notamment de confronter les rapports aux lieux dans une opération de rénovation, d’identifier de manière qualitative divers degrés d’acceptation des transformations et de saisir l’évolution des rapports aux lieux des habitants dans un cadre totalement transformé leur imposant de nouvelles contraintes.

1. La rénovation urbaine comme tentative de banalisation morphologique d’un quartier en vue d’une normalisation des rapports aux lieux

5L’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), qui s’est vu confier la conduite des PNRU, communique sur ses deux objectifs principaux, à savoir « la cohésion par la mixité sociale et l'intégration par la banalisation urbaine » (Epstein, 2012a). A travers le terme ambivalent de « banalisation », l’ANRU entend faire disparaître une certaine singularité de ces quartiers, qu’elle soit liée aux formes urbaines ou à une certaine uniformité sociale, du moins au regard des critères sociodémographiques ayant servi à délimiter à l’origine les quartiers de la politique de la ville. Ce premier objectif se traduit souvent par un nouveau plan urbain visant à désenclaver le quartier par la fragmentation en plus petits îlots et parcelles afin d'accueillir de nouvelles constructions et par sa connexion aux espaces environnants. Les constructions neuves de moindre gabarit à destination des classes moyennes alimentent cet objectif de « banaliser le quartier en le conformant au modèle de la ville dite traditionnelle » (Lelévrier et Noyé, 2012 : 211) et de contribuer à davantage de mixité sociale.

6Pour comprendre la manière dont ces objectifs et les changements en résultant peuvent perturber les modes d’habiter en place dans le quartier d’étude, il convient de présenter d’abord l’opération de rénovation urbaine du quartier de Malakoff.

Figure 1 : Malakoff, la rénovation urbaine et son contexte géographique

Figure 1 : Malakoff, la rénovation urbaine et son contexte géographique

1.1. Désenclaver et modifier la place ordinaire des habitants dans le quartier et dans la ville

7Le quartier de Malakoff à Nantes est un grand ensemble typique. Aménagé entre 1969 et 1971, cette ancienne ZUP compte 1 600 logements sociaux sous la forme de 11 tours de 16 étages et de 5 longues barres incurvées de 10 étages surnommées bananes. Le quartier est situé à proximité du centre-ville dont l'accès était fortement contraint par une ceinture ferroviaire au nord, la Loire au Sud et une zone industrielle à l’ouest. Malakoff était un fortement enclavé, avec peu de liaison directe avec les autres quartiers. Le projet de renouvellement urbain date du début des années 2000 dans le cadre d'un Grand Projet de ville (GPV) qui couvre l'intégralité du secteur classé en Zone urbaine sensible (ZUS). Différentes phases ont conduit à la démolition de près de 400 logements sociaux (dont l’une des emblématiques « bananes »), à la réhabilitation de 1258 autres unités, à la restructuration du cœur du quartier et au développement de nouveaux équipements de proximité (un pôle de services, une nouvelle centralité commerçante, des équipements sportifs et associatifs, etc.).

  • 2 A l’occasion de la « Formation Régionale des Acteurs de la Rénovation Urbaine » (FRARU) tenue à Nan (...)

8Malakoff est classiquement marqué par des difficultés sociales liées à la concentration de populations fragiles. Le revenu médian au commencement du projet en 2006 était de 6 758 € annuels par unité de consommation (UC), soit 63 % de moins que la moyenne municipale, les populations étrangères (24 %) et ouvrières (22 %) étant surreprésentées à l’inverse des professions intermédiaires (9 %) et des cadres (1 %). Dans ce contexte, la rénovation urbaine s’est voulue exemplaire au point d’avoir été qualifiée de « réussite urbaine » par Johanna Rolland, la maire actuelle2. Il s’agit donc d’un quartier se réclamant de l’ambition de rénovation urbaine portée par le PNRU qu’il incarne tout à fait officiellement. Interroger la façon dont les habitants tentent de s’y refaire une place permet toutefois un regard plus critique.

  • 3 Si l’article est principalement centré sur le Grand Projet de Ville (GPV), l’auteur souligne l’exis (...)

9Assez logiquement, on retrouve donc parmi les objectifs prioritaires du PNRU local la volonté de désenclaver le quartier en essayant d’éliminer les barrières physiques ou symboliques par rapport au reste de la ville, en référence au principe de « liaison, articulation, intégration » (Allen et Bonetti, 2014 : 323). La réalisation de cet objectif s’est effectuée par la création de nouveaux axes routiers, piétons ou de transport en commun. Cette amélioration de l’accessibilité et cette ouverture étaient censées permettre à certains habitants d’accéder aux ressources extérieures au quartier et notamment au centre-ville vu comme « riche de potentialités » (ibid.). Cette articulation devait symétriquement permettre d’atténuer la frontière symbolique isolant un quartier vu du dehors comme un « extérieur, indéfini et inquiétant » (Lapeyronnie, 2014 : 79) et favoriser une intégration où « les habitants [grâce aux projets de rénovation urbaine3] ne devraient plus s’identifier à une communauté particulière, mais à la ville envisagée comme une communauté transcendante, c’est-à-dire comme l’expression même de la République, dès lors que celle-ci aura su combattre les effets dissolvants de la ville éclatée » (Kirszbaum, 2004 : 53). Dans le cas de Malakoff, cet objectif de désenclavement s’est exprimé par une amélioration des connexions avec le voisinage, notamment par la mise en service de deux lignes de Bus à haut niveau de service (BHNS) et la création d’un nouvel axe routier nord-sud incluant la construction du premier pont reliant Malakoff à l’île de Nantes au sud. Le projet de rénovation urbaine de Malakoff présente également la particularité d’être réalisé de manière coordonnée avec une Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) située en bordure nord. Cette combinaison contribue au renforcement des continuités bâties et assure une transition entre le quartier populaire de Malakoff et les espaces centraux de la métropole.

  • 4 Lapeyronnie, Didier. 2014. « L’économie morale de la discrimination. La morale des inégalités dans (...)

10Ce désenclavement peut s’avérer très positif pour nombre d’habitants du quartier en améliorant l’accès à des ressources extérieures tout en revalorisant l’image de leur quartier. Malgré cet effort d’intégration au reste de la ville, la morphologie particulière des grands ensembles marquée par une forte inertie continue de peser sur les imaginaires urbains, ce qui contribue à la mise à distance symbolique du quartier et de sa population de la part de ceux qui n’y résident pas4.

1.2. Fragmenter l’espace en îlots et parcelles... pour créer de nouveaux liens ?

11L’autre volet des opérations consiste à diversifier l’offre de logements de manière à attirer de nouveaux ménages et à contribuer ainsi à l’objectif de mixité sociale.

12Les nouvelles constructions sont réalisées sur le foncier dégagé par les démolitions mais également sur des emprises libérées sur l’espace public. Les opérations présentent un découpage parcellaire qui conduit à repenser tout à la fois les voiries, les cheminements, les centralités, la délimitation des espaces ainsi que leur fonction. Ces modifications profondes dans les quartiers en rénovation urbaine vont directement affecter les habitants.

Figure 2 : Première résidence privée de la rénovation urbaine surnommée « le bunker » par les primo-habitants

Figure 2 : Première résidence privée de la rénovation urbaine surnommée « le bunker » par les primo-habitants

13Ainsi, les grands espaces publics séparant les différentes tours et barres de logements caractéristiques de l’urbanisme moderne sont-ils divisés et requalifiés, sur le principe, au demeurant discutable, que leur profusion n’aurait pas permis aux habitants de se les approprier et d’y définir des fonctions liées à des usages ou des pratiques de vie collective. Mais cette fragmentation de l’espace visant la continuité de circulation et la production d’un tissu urbain plus proche des modèles classiques peut engendrer de nouvelles différenciations sociales subtiles entre les îlots ou les secteurs.

  • 5 Les résidences construites par la suite ne reprennent pas cet aspect quasi défensif et font un effo (...)

14A plus petite échelle, on retrouve cette fragmentation dans les différents îlots du quartier auxquels sont affectés différents types de logements associés à une catégorie sociale (fig. 1), de type primo-accédants issus de la classe moyenne. Par conséquent, « cette fragmentation est plutôt le support spatial d’une mise à distance sociale à laquelle les ménages du quartier en ascension sociale comme ceux qui viennent de l’extérieur, aspirent » (Lelévrier et Noyé, 2012 : 213). Ce processus de division physique et sociale de l’espace peut aller jusqu’à une « microségrégation "d’une cage d’escalier à l’autre, d’une tour à l’autre" » (Lapeyronnie, 2008, cité in Pan Ké Shon, 2009 : 455), d’autant plus que les espaces où se trouvent les logements les plus aisés du quartier « essaient plutôt de s’en protéger en installant des clôtures, jusqu’à ériger parfois des murs de séparation hauts de plusieurs mètres » (Bonetti, 2004 : 40). Cette recomposition des espaces physiques et sociaux est visible à Malakoff puisque les nouvelles constructions censées apporter cette diversification sociale sont regroupées le long de la Loire et tournées vers elle. Le symbole de ces nouvelles configurations urbaines incarnées par la nouvelle offre immobilière est surnommé le « Bunker »5 (Fig. 2) par les primo-habitants, perpétuant paradoxalement les représentations négatives auxquels ils sont eux-mêmes associés hors de leur quartier. La question de la fragmentation devrait également se poser dans la fréquentation des écoles du quartier ou des équipements sportifs par ces nouveaux habitants et reste à creuser. Finalement, en voulant donner une image de quartier de ville ordinaire aux grands ensembles, la rénovation urbaine reproduit en leur sein des divisions socio-spatiales observables à l’échelle de la métropole entre les « petites classes moyennes » et les catégories plus précaires.

  • 6 Selon les données de la base logement de l’INSEE.

15La rénovation urbaine est ainsi souvent vécue comme un véritable bouleversement par les habitants de ces quartiers, métamorphosés sur le plan spatial comme social. A Malakoff, les logements sociaux, qui représentaient la quasi-totalité du parc immobilier, n’en constituent désormais plus que 80 % (2018) et bientôt moins, quelques réserves foncières restant à bâtir. Dans le même temps, la « sur-mobilité résidentielle » provoquée notamment par les démolitions ou par l’opportunité d’un départ (Lelévrier, 2010) a entrainé un turn-over de la population des logements sociaux : la part des ménages ayant au moins 10 ans d’ancienneté dans le quartier est passée de 39 % en 2006 à 32 % en 20166. Devant ces transformations, les habitants sont partagés et leurs réactions souvent difficiles à catégoriser dans la mesure où elles dépendent d’un ensemble de facteurs, personnels, relationnels, autant que symboliques. On peut toutefois faire l’hypothèse, plausible, que les habitants du quartier de Malakoff sont inégalement pourvus en ressources pour réaliser cet effort de reconstruction en vue de se ménager de nouveau une place dans un environnement totalement remanié. Les moins bien dotés, ceux qui avaient déjà des difficultés à déployer un mode d’habiter dans leur quartier, qui connaissent des difficultés personnelles importantes et n’auront pas la possibilité de tout reconstruire, se retrouvent marginalisés.

2. La réaction des populations aux changements : une recomposition des lieux originels pour retrouver sa place

16Pour appréhender l’incidence de cette ces opérations sur les habitants et leur façon d’habiter le quartier, nous avons déployé une méthodologie d’enquêtes, présentée succinctement ci-dessous, qui devait nous permettre d’avoir différents niveaux de lecture : temporelle (avant-après), sociale (individuelle, de groupe, de quartier) et concernant le quartier (localisation, réseaux et relations) afin de comprendre les stratégies pour replacer un mode d’habiter.

Mettre en évidence les réactions habitantes face aux changements

L’article repose sur les résultats d’une collecte de terrain dans le quartier de Malakoff pendant trois mois dans le cadre d’un travail doctoral. Cette méthodologie qualitative s’articule autour de deux techniques. La première est celle de l’observation sociologique non-participante et quasi-quotidienne afin d’appréhender, dans une démarche exploratoire, comment s’organisent le quartier, les lieux, les pratiques et les habitudes et d’avoir ainsi « accès à ce qui se cache, [de] retracer l’enchaînement des actions et des interactions, ou encore [de] saisir ce qui ne se dit pas ou "ce qui va sans dire" » (Chauvin et Jounin, 2012 : 2). La répétition dans le temps et dans l’espace de ces démarches d’observation a permis une meilleure compréhension des dynamiques et des rapports socio-spatiaux, permettant de conduire la deuxième phase de terrain avec une plus grande pertinence.

Une seconde étape du travail de terrain s’est construite autour de l’habitant et de son expérience de l’habiter par la mise en place de parcours commentés suivis d’un retour d’expérience. L’exercice du parcours commenté était guidé par une consigne donnée à l’habitant participant : « emmenez-moi dans les endroits où vous allez le plus souvent ou qui sont les plus importants pour vous ». Durant le parcours, la discussion était orientée sur l’expérience des différents espaces traversés. Une fois ce trajet d’une vingtaine de minutes réalisé, un jeu cartographique était proposé afin de réaliser un retour sur expérience. Lors de cet exercice, il était proposé une image satellite du quartier et des espaces environnant sur lequel les participants pouvaient disposer des vignettes correspondant à différentes pratiques ou usages des espaces correspondants. Cet exercice avait pour avantage de fixer et catégoriser les éléments exposés lors de la déambulation mais également d’ouvrir le regard du participant sur le reste des espaces n’ayant pu être visités. Une fois cette cartographie réalisée, elle a pu être répétée pour les habitants ayant résidé dans le quartier avant la rénovation urbaine. Afin de faciliter la remémoration des différents espaces du quartier et accéder à leur expérience du Malakoff « d’avant », des photographies du quartier étaient présentées. Vue la possible difficulté de lecture ou d’appropriation d’un tel exercice, sa réalisation a toujours été accompagnée pour permettre, en fonction des participants, de s’appuyer sur des ressources comme le parcours commenté, les images ou le récit pour collecter ces informations spatialisées. Ces exercices étaient conclus par un entretien semi-directif de vingt minutes environ.

La longueur de l’exercice d’enquête (en moyenne 68 min.) a été une difficulté pour trouver des habitants disponibles et parfaitement représentatifs de la population du quartier. Nous nous sommes appuyés sur les réseaux associatifs ou de connaissance pour faciliter les mises en relation et la confiance des primo-habitants enquêtés. L’intégralité des 18 entretiens ayant été enregistrée, l’analyse qui suit est basée sur cette récolte qualitative mais aussi sur des observations non participantes et sur des entretiens formels ou informels avec des professionnels travaillant sur le quartier (gardiens, animateurs de rue, bailleurs, etc.).

17Ces (re)positionnements des habiter par rapport aux nouvelles configurations socio-spatiales procèdent de stratégies conscientes ou inconscientes où les habitants cherchent moins à préserver qu’à s’assurer un habiter répondant aux besoins et désirs essentiels. On peut ainsi se demander quels sont les facteurs influençant les stratégies des primo-habitants de ce quartier rénové. En fonction des situations, les habitants vont réagir en redéployant leur habiter selon un gradient allant de la résistance (l’opposition aux attendus, aux implicites des aménagements) à l’adaptation (l’évolution des modes d’habiter afin de se conformer à ces changements socio-spatiaux ou de profiter des nouvelles aménités).

2.1. L’influence du passé : lieux identitaires et régime d’habiter

  • 7 33 ans, habitante depuis sa naissance, profession intermédiaire
  • 8 67 ans, habitant depuis 36 ans, ouvrier retraité
  • 9 45 ans, habitante de Pré-Gauchet aujourd’hui en attente de la livraison d’un logement en accession (...)
  • 10 67 ans, habitant depuis 36 ans, ouvrier retraité

18L’évocation régulière dans la littérature spécialisée des termes retrouver ou replacer indique bien un état initial qui, constitué des habiter pris individuellement mais surtout collectivement, forment ce que l’on pourrait appeler un régime d’habiter (Stock, 2004). Cette approche correspond à l’identification d’un mode d’habiter au « niveau sociétal » (ibidem, 2004 : 7), c’est-à-dire dominant. Si nous ne considérons pas Malakoff comme une société en tant que telle, le mode d’habiter dominant en vigueur dans cet espace urbain est bien différent de celui des quartiers voisins. Les différents entretiens conduits reflètent des récurrences caractéristiques de nombreux quartiers d’habitat social : le régime d’habiter est caractérisé par une pratique intense des différents espaces du quartier (espaces publics, services et commerces notamment), lesquels abritent des usages différents en fonction des groupes d’habitants et des temporalités. Ces relations particulières au quartier et entre les habitants contribuent aujourd’hui à la représentation idéalisée d’un passé considérant que « le quartier était beaucoup plus vivant »7 et qu’« avant tout le monde se disait bonjour8 ». Cette représentation subjective d’un quartier vivant comme une communauté est renforcée par l’isolement qui le caractérisait et l’évitement des non-résidents, se traduisant par une remarque telle que : « il y a des habitants qui diront qu'avant c'était un village ! »9. Ainsi, de nombreux habitants minimisent ou taisent les aspects les plus négatifs qui caractérisaient le quartier avant le PRU pour retenir les éléments plus positifs. La construction de ces récits communs du passé permet à de nombreux habitants de s’inscrire dans une histoire commune forte et localisée à l’heure où Malakoff peut apparaitre comme absorbée par la ville : « on ne voulait pas du pont de Malakoff, parce qu’on avait l'impression de se faire envahir »10.

  • 11 51 ans, habitante pendant 9 ans à Malakoff et de retour depuis 7 ans, employée au chômage

19De façon assez générale, cette nostalgie peut agir comme un frein à l’acceptation des changements apportés par la rénovation urbaine. En effet, la connaissance du quartier d’avant mais surtout l’expérience des travaux, en particulier ceux qui sont liés à la démolition ou à la réhabilitation, peuvent créer un sentiment d’épreuve commune décrite par cette habitante : « entre ceux qui ont connu la réhabilitation il y a une solidarité parce qu'on sait comment on a galéré et on s'aidait »11. Alors, cette histoire commune peut se traduire par des résistances à l’arrivée de populations nouvelles (Lelévrier, 2014) au moins dans un premier temps via, principalement, des stratégies d’évitement sur lesquelles on va revenir.

20Là où ce rapport subjectivé et commun au passé semble exercer une influence assez importante, la stratégie de replacement des habitants dans les espaces du quartier réside dans la constitution de lieux identitaires, eux aussi idéalisés. En effet, divers lieux préexistants ont joué un rôle important dans la vie des habitants en fonction de leurs caractéristiques sociodémographiques et de leurs trajectoires. Ces différents lieux vont du banc du centre commercial, de l’aire de jeux pour enfants au terrain de football siège de pratiques et de présences souvent intenses et qui constituaient pour de nombreux habitants des lieux essentiels à leurs modes d’habiter respectifs. La phase d’enquête a fait ressortir deux lieux fortement emblématiques de l’attachement et de l’identification au Malakoff d’hier et disparus aujourd’hui : la plaine de jeux et le centre commercial. L’un et l’autre reflètent des formes de sociabilité spécifiques.

  • 12 19 ans, habitant depuis 10 ans, étudiant
  • 13 35 ans, habitante de Malakoff pendant 7 ans et de retour depuis 2 ans, auto-entrepreneuse
  • 14 19 ans, habitant depuis 10 ans, étudiant
  • 15 Raibaud, Yves. La Ville Faite Par Et Pour Les Hommes Dans L'espace Urbain, Une Mixité En Trompe-l'œ (...)

21Pour ceux qui ont grandi dans le quartier, la plaine de jeux et particulièrement le terrain de football au cœur du quartier occupait une place particulière parce que centrale dans les pratiques sociales des adolescents et des jeunes adultes. Quand l’un décrit le site comme un lieu où « on passait nos journées là à jouer et c'était incroyable »12, une autre se rappelle que « le skate parc il était à chier [sic] mais c'était un lieu où on pouvait se rencontrer13. Ainsi pour beaucoup de personnes ayant grandi dans le Malakoff pré-rénovation, cette plaine de jeux « c’est là où il y avait tout ! Il y avait des parents, tout le monde s’entendait bien, tout le monde était là ! […] C’était notre espace à nous les jeunes »14. La juxtaposition d’équipements –la plupart dans un état déplorable– comme un terrain de football stabilisé, un terrain de basket et un skate-park goudronné en un même site à l’intérieur du quartier permettaient aux différents groupes de jeunes –en fonction des âges et du genre– de trouver un espace correspondant à différentes pratiques de jeux, de sports, de sociabilités ou oisives. Ce site a totalement disparu aujourd’hui pour laisser place à des nouveaux bâtiments et surtout à la nouvelle centralité du quartier. Cette disparition n’est que physique et il semble que les représentations de ce lieu identitaire révolu impactent chez beaucoup de jeunes la manière dont ils se réapproprient les nouveaux espaces du quartier. Les jeunes hommes, plus à l’aise dans les espaces publics, réussissent aujourd’hui à préserver un lieu qui fait figure de symbole sur la nouvelle place centrale de Malakoff là où se tenait le terrain de football. A l’instar des observations sociologiques et des propos d’éducateurs de prévention, cette stratégie de résistance n’est pas celle adoptée par les groupes de jeunes femmes qui n’ont pas une habitude des espaces publics leur permettant de marquer à nouveau un espace approprié aussi fortement15. Elles s’adaptent aux nouvelles configurations en occupant des espaces plus intimistes, plus discrets au sein du quartier –comme autour des jeux pour enfants pour les plus jeunes puis autour de certains bancs en cœur de quartier– mêlant retrait de l’espace public et possibilité de voir/d’être vu. Cette forte perturbation causée par la disparition d’un lieu identitaire révèle les écarts et les différences entre les groupes d’habitants particulièrement attachés à la pratique des espaces publics.

  • 16 35 ans, habitante de Malakoff pendant 7 ans et de retour depuis 2 ans, auto-entrepreneuse
  • 17 63 ans, habitante depuis 12 ans, ouvrière retraitée
  • 18 45 ans, habitante de Pré-Gauchet aujourd’hui en attente de la livraison d’un logement en accession (...)
  • 19 33 ans, habitante depuis sa naissance, profession intermédiaire

22L’ancien centre commercial constituait l’autre centralité particulièrement caractéristique et symbolique pour les habitants interrogés. Ce n’est pas tant pour ses qualités intrinsèques que les habitants l’appréciaient mais pour sa centralité sociale commune aux habitants du quartier qui lui faisait incarner l’identité même du quartier. Ainsi, « si on voulait aller rencontrer du monde, il y avait toujours quelqu'un qu'on connaissait »16 au centre commercial, ou encore : « j'aimais bien ce côté diversité de populations »17, tandis qu’une troisième personne interrogée rappelle que « les dealers étaient derrière ! C'était là le coin chaud, stratégique ! »18. Le centre commercial et les espaces publics environnants symbolisaient ce dualisme contradictoire relevé par cette habitante : « elle [Malakoff] a l'image positive, elle a l'image de ce brassage culturel, […] et elle a cette image de quartier […] des délinquants, des motos, des nuisances, etc. »19.

  • 20 45 ans, habitante de Pré-Gauchet attendant aujourd’hui la livraison de son logement en accession da (...)
  • 21 40 ans, habitant depuis 8 ans, sans activité

23Ce lieu identitaire survit dans les imaginaires des habitants qui déplorent cette perte mais s’adaptent en reconstituant de nouveaux lieux identitaires plus spécialisés, que nous détaillons infra, tout en résistant à la nouvelle centralité « imposée ». Cette résistance se retrouve dans le discours – « cette place, je la trouve abominable »20 – mais surtout de façon inconsciente par les modes d’habiter –« la plupart du temps, je passe juste mais ça m'arrive de rencontrer du monde sur la place Rosa Park »21– qui, pour la plupart des habitants rencontrés, n’octroient à cette place qu’une fonction de passage.

24Cette construction idéalisée du Malakoff d’avant la rénovation urbaine permet aux primo-habitants que les mutations de la rénovation urbaine ont « déracinés » de s’ancrer, de se placer dans une histoire locale commune, le temps de réajuster un mode d’habiter au nouveau contexte local. Cependant, il semble que cette réaction ait des implications sur la façon dont les primo-habitants réinvestissent le quartier rénové en cherchant à reconstituer ces lieux, ces souvenirs idéalisés.

2.2. Des réactions différentes aux changements selon les modes d’habiter et les parcours de vie

  • 22 Les « autres indéterminés » sont compris comme des « personnes que l’on connaît de vue, […] on part (...)

25S’il semble que la mémoire du régime d’habiter et de lieux symboliques ait orienté les attentes puis le redéploiement de l’habiter, il apparait que cette relation subjective au quartier est également liée aux caractéristiques des habitants et à leur parcours de vie en lien avec le quartier. En effet, cette hétérogénéité devrait engendrer des réactions et stratégies face au changement urbain différentes parce qu’adaptées aux différents modes d’habiter. Pour faciliter la compréhension des facteurs influençant le (re)placement et la comparaison des différents types de réaction, nous nous appuyons sur quatre types de modalités de rapport aux espaces du quartier : la densité/intensité de la pratique des espaces publics, la relation aux « autres indéterminés »22 (Allen et Bonetti, 2018 : 39) et l’attachement au quartier (évalués sur la base des discours et rapportés à la dynamique de l’avant/après rénovation urbaine), et l’ancienneté de la présence résidentielle.

26La comparaison des entretiens fait apparaître cinq types de réaction aux changements du PRU selon un gradient allant des groupes les plus à l’aise dans cette dynamique à ceux dont le mode d’habiter a été le plus fortement impacté par les changements. Avant de la développer, il convient de relativiser cette typologie fondée sur un échantillon limité (moins de 20 personnes interrogées), qui autorise néanmoins une compréhension fine et qualitative des rapports intimes de ces habitants aux lieux.

27Ainsi, le premier groupe est celui dont les changements socio-spatiaux ont été plus intériorisés puisqu’ils ont maintenu voire renforcé leur mode d’habiter que l’on peut caractériser au regard des critères précédents comme ayant des rapports intenses et positifs à l’espace physique et social du quartier. Ces présences et pratiques s’expliquent par un fort attachement au quartier souvent lié à une présence résidentielle ancienne. Ces habitants sont très bien intégrés dans le tissu social voire associatif du quartier et ont font preuve d’aisance dans les espaces publics, très fortement appropriés. Si ce lien étroit peut laisser suggérer que l’évolution radicale du quartier a un impact très important sur ces modes d’habiter, il semble au contraire que c’est leur connaissance du quartier qui a grandement facilité la mise en œuvre de stratégies de résistance, d’adaptation aux changements et même d’acceptation. A cet égard, il semble que l’âge et/ou le genre influent très fortement sur ces dimensions. Ce groupe est ainsi majoritairement composé de personnes entre 30 et 40 ans, dont le ménage est composé d’un ou deux enfants, qui vont plutôt adapter leurs pratiques aux nouvelles réalités socio-spatiales afin de préserver voire d’enrichir leur mode d’habiter de nouvelles aménités. Ce capital spatial (Lévy et Lussault, 2003) caractérisé par ce type de rapport au lieu et au changement font d’eux ceux qui ont le mieux assimilé et accepté dans leur mode d’habiter les changements radicaux portés par la rénovation urbaine. Ils peuvent être schématiquement désignés comme les gagnants de la rénovation urbaine, sachant à la fois en tirer un nouvel agrément et maintenir un sentiment positif sur le quartier et ses évolutions.

28 Inversement, un autre groupe semble avoir été paradoxalement peu sensible aux transformations du quartier ou du moins fortement résilient. Il s’agit de nombreux hommes jeunes, âgés de moins de 25 ans, souvent en situation de déprise scolaire ou professionnelle. Devant l’absence, ressentie ou vécue, de perspectives socio-professionnelles, ces habitants déploient un habiter centré sur des pratiques oisives, voire illicites pour certains, entraînant ou maintenant une forte présence dans les espaces publics. D’après les descriptions des enquêtés, appuyées par les observations d’animateurs de prévention, ce groupe semble avoir été le plus touché par la rénovation urbaine puisqu’incarnant pour partie les freins à la normalisation des usages des espaces publics. Leur présence dans le quartier était organisée à deux échelles. Quand les pratiques de sociabilité se déroulaient fréquemment à une échelle micro-locale, des pratiques comme le sport pouvaient être le vecteur d’une polarisation par un même lieu de façon occasionnelle. Cependant les incertitudes liées aux évolutions micro-locales et à la disparition des lieux identitaires ont bouleversé les lieux pratiqués habituellement mais pas les usages de l’espace. Les jeunes hommes constituant cette catégorie ont montré une certaine agilité à appréhender parfois quotidiennement les changements de leur environnement. Ainsi, ce sont ces jeunes hommes qui ont investi la place Rosa Park –nouvelle centralité du quartier– en premier et leur présence nombreuse marque socialement le lieu pour tous les habitants. De ce fait, ces adaptations reflètent bien les formes de résistance en habitant décrites notamment par Matthieu Giroud (2007), mais se prolongent ici non pas par des formes d’ancrage mais de réseaux, souples et spatialement labiles.

29Le troisième groupe se démarque du premier par un mode d’habiter qui se rapproche de la norme urbaine en termes de rapport avec les espaces du quartier et aux autres. En somme, ils ont un usage des espaces du quartier très fonctionnel qui n’exclut pas occasionnellement les rencontres ou haltes impromptues dans le quartier. Malgré leur relative ancienneté résidentielle, ils participent peu, tout en appréciant l’ambiance qu’ils qualifient de « populaire » ou de « multiculturelle » qui nourrit un rapport positif au quartier. Malgré ces points de concordance, le faible nombre d’individus représenté associé à la diversité de leurs parcours de vie rend difficilement interprétable les réactions qui caractérisent ce type de mode d’habiter par rapport à la rénovation urbaine. Il semble que ce groupe soit l’expression de réactions qui, selon les habitants, présentent des caractéristiques similaires au premier mais à plus faible intensité mais aussi au quatrième groupe.

30Les individus de ce quatrième groupe entretiennent avec leur quartier des rapports habituels et quotidiens. Ce qui semble influencer leurs réactions face aux opérations de rénovation urbaine, c’est surtout l’ancienneté de leur présence à Malakoff ainsi que leur âge (de 64 à 85 ans). Ces particularités en font l’un des groupes ayant le plus de difficultés à assimiler les changements liés à la rénovation urbaine, ce qui se traduit par une diminution de la pratique des espaces. Plus exactement, ces difficultés d’adaptation au PRU ont été le révélateur voire l’accélérateur de difficultés plus anciennes dans leur rapport au quartier. Par exemple, les plus anciens habitants laissent transparaître une difficulté d’assimilation des changements ayant affecté la composition sociale du quartier. Cette difficulté d’acceptation d’évolutions antérieures à la rénovation urbaine laisse imaginer l’impact de cette dernière sur ces populations. De fait, on observe le repli de leur mode d’habiter sur le domicile, généralement en association avec un ou deux espaces bien encadrés et appropriés socialement et/ou symboliquement (local associatif, domicile d’un proche et/ou un jardin partagé). Ce comportement peut avoir été accéléré par les relogements temporaires le temps des réhabilitations ou, inversement, par l’échec d’une mobilité résidentielle à la retraite entrainant une sensation de blocage dans le quartier quand d’autres en sont partis. Cependant, malgré ces difficultés, l’ancienneté de leur présence dans le quartier, la présence de réseaux familiaux et de connaissances de voisinage plus ou moins proches procèdent d’un certain ancrage conscient ou inconscient au quartier malgré un discours très critique empreint de nostalgie sur le quartier d’aujourd’hui.

31Enfin, un dernier groupe se positionne nettement en « retrait » et est composé de ménages isolés, de femmes seules ou en situation de monoparentalité. Il ne s’agit pas ici d’une prise de distance liée aux changements radicaux de la rénovation urbaine comme dans le cas précédent, mais bien d’un groupe caractérisé par le maintien d’un positionnement en retrait des pratiques et des lieux du quartier. On retrouve ici des motifs liés à l’insécurité et à la crainte : peur de fréquenter les espaces publics, représentations négatives des populations habitantes – et non nécessairement du quartier en soi. Ce double facteur se traduit par un retrait quasi total des espaces publics du quartier au profit d’un déploiement à l’extérieur en ville, quelles que soient les pratiques (courses, loisirs). Par conséquent, ce groupe d’habitants est concerné par les nouvelles possibilités de transport qui facilitent cette fréquentation de nouveaux espaces extérieurs y compris pour des pratiques quotidiennes. Cependant les transformations du quartier ont peu bouleversé les appréhensions initiales et les stratégies d’évitement demeurent dans leurs pratiques quotidiennes. Leurs pratiques dans le quartier sont fortement attachées aux aspects fonctionnels et résidentiels.

32Les changements socio-spatiaux importants semblent donc avoir une incidence différente en fonction des profils des habitants restants et agir comme un révélateur voire un accélérateur des différences sociales au vu de cette lecture dynamique de l’habiter.

2.3. Les nouveaux habitants : faire place et lieux dans un nouvel espace

33Ainsi, les stratégies de (re)placement des modes d’habiter des primo-habitants sont influencées par ces constructions mémorielles et symbolisations spatiales idéalisés, par les profils socio-économiques et par le rapport au quartier comme entité spatiale et sociale, mais elles le sont aussi grandement par la nature des changements socio-spatiaux eux-mêmes.

34Depuis le début des opérations de rénovation, la diversification des statuts des logements et, par extension, des profils sociodémographiques est beaucoup plus importante. Selon l’INSEE, la surreprésentation des ouvriers a diminué de 2006 à 2018 (- 2 points) et la part des cadres, toujours sous-représentés, progressé (+ 3 points). Par ailleurs, parmi les indicateurs relevés, la part de population étrangère a paradoxalement progressé de quatre points sur la période et on a assisté à un léger rattrapage du niveau de revenu annuel par UC même s’il demeure toujours 60 % moins élevé que la moyenne municipale. La présence des quatre premières résidences « non-HLM », l'implantation de bureaux ainsi que l’ouverture du quartier sur les secteurs adjacents ont entrainé également un renouvellement des populations dans un quartier déjà marqué par un turn-over important.

  • 23 45 ans, habitante de Pré-Gauchet aujourd’hui en attente de la livraison d’un logement en accession (...)

35Les nouvelles résidences privées implantées au cœur du quartier en 2018 introduisent des modifications physiques, sociales et symboliques majeures. Si dans de nombreux cas l’évocation de ces résidences reste timide, soit parce que les habitants n’habitent pas à proximité, soit parce la difficulté d’appropriation des changements des espaces publics éclipse cette diversification, il existe également un discours très critique à leur égard qui coexiste avec un discours très minoritaire les valorisant. Ainsi, pour certains habitants, « on veut rendre le quartier plus attrayant en construisant des résidences qui tournent le dos à Malakoff »23. Les résidences véhiculeraient une symbolique du remplacement en étant érigées à la place de la Banane démolie ou priveraient les habitants des logements sociaux les plus appréciés en bord de Loire. Au-delà de ces positionnements, il s’avère de façon très concrète que les espaces publics situés entre les deux premières résidences (fig.3.2) et pourtant au cœur du quartier sont totalement évités par les habitants. A tel point que cette désertion est entrée dans les normes et ne fait pas systématiquement l’objet de commentaires lors des parcours commentés. Les habitants qui évoquent l’absence de pratiques évoquent le vis-à-vis qu’ont les résidences sur l’espace vert reliant le fond du quartier à la Loire et le sentiment de ne pas être chez eux.

Figure 3 : Le Péage Sauvage (1), la percée verte entre les résidences privées (2), et la Place Rosa Parks vers 11 heures (3)

Figure 3 : Le Péage Sauvage (1), la percée verte entre les résidences privées (2), et la Place Rosa Parks vers 11 heures (3)

36De façon moins radicale, la diversification et la connexion de Malakoff avec les quartiers voisins démultiplie les nouveaux espaces de contact entre les habitants de Malakoff et celles des quartiers voisins ou des personnes extérieures. Ces zones de rencontres soulèvent la question du sentiment de légitimité de leur fréquentation entre les habitants de Malakoff et des populations extérieures. Ainsi, au sein de l’espace vert du Péage Sauvage, nous avons pu observer des appropriations séparées dans le temps. L’ouverture de nombreux bureaux sur la ZAC du Pré Gauchet a conduit, lors des beaux jours, à une fréquentation importante de cet espace dont la qualité paysagère et les infrastructures permettent d’accueillir les employés et cadres, qui s’approprient le secteur le temps d’un déjeuner (fig. 3.1). Cette présence instaure un système normatif qui évince par effet de légitimité les habitants de Malakoff ne faisant alors que passer vers le tramway ainsi qu’on peut le voir sur cette même photographie. En revanche, durant l’après-midi, le départ des actifs libère cet espace qui est progressivement réinvesti par des jeunes hommes et/ou des mères avec leurs enfants à la sortie de l’école et jusque dans la soirée.

37Cependant, cet effet de légitimité doublé d’un effet d’éviction peut s’exprimer de manière beaucoup plus subtile comme l’illustre la difficulté qu’ont les habitants à se réapproprier la place Rosa Parks (Fig. 3.3). Cet espace, très largement restructuré dans le cadre de la rénovation urbaine, se situe au cœur du quartier et accueille des commerces, l’interconnexion des bus, la maison de quartier et quelques autres équipements. Depuis son réaménagement, la place paraît plus ouverte vers l’extérieur que sur le quartier lui-même. La présence des nouveaux bureaux renforce cette impression de place urbaine plus que de place de quartier. Par conséquent, de nombreux habitants ont relocalisé leurs pratiques oisives ou de sociabilité dans des espaces intérieurs au quartier leur offrant davantage de calme (à l’écart des zones du chantier qui dure depuis plus de dix ans) et à l’appropriation plus aisée car ayant conservé un visage et une fréquentation plus familiers. Les seules présences de populations extérieures au quartier susceptibles de modifier cet effet de légitimité s’observent par le passage voire la station brève des personnels des bureaux présents sur la place. Le reste de la journée, seuls des hommes ont une présence durable et pratiquent la place. La composition de ce « groupe » varie en nature – âge et origine principalement – et dans la spatialisation au cours de la journée.

2.4. Des places déplacées : pour une approche dynamique des pratiques habitantes

  • 24 Pour dépasser la difficulté d’appropriation de l’image satellite chez certains participants, l’exer (...)

38Après avoir exploré l’influence du passé, des profils sociodémographiques et du rapport avec le quartier puis cherché à mesurer comment l’ouverture sociale en vue d’une recherche de mixité sociale oriente la façon dont les primo-habitants se réapproprient le quartier, reste à saisir l’incidence de la nouvelle configuration des espaces et, par extension, comment se manifestent spatialement ces stratégies en réaction aux changements urbains. On s’appuie pour cela sur les résultats de l’exercice cartographique réalisé en amont du parcours commenté par les participants pour repérer les lieux de leur pratique du quartier en fonction de leur nature. Cet exercice était répété une seconde fois en immergeant le participant dans le souvenir du Malakoff d’avant la rénovation via des documents iconographiques24. Ce recensement a permis de saisir à l’échelle d’un lieu ou d’un groupe d’habitants les formes de résilience des modes d’habiter et nous permet d’approcher les replacements dans le temps et dans l‘espace des pratiques habitantes et des stratégies d’adaptation associées.

39Deux éléments ont principalement été mis en exergue : les pratiques associées aux sociabilités comme les lieux de rencontre –espaces où l’on se rend pour des sociabilités– et les sociabilités impromptues –espace où la pratique principale est régulièrement associée à la sociabilité– puisqu’elles sont les plus nombreuses, souvent liées à d’autres usages des espaces, reflétant ainsi davantage les évolutions permanentes que les changements engendrés par quinze années de rénovation urbaine.

Figure 4 : Localisation des pratiques de sociabilité avant et après la rénovation urbaine

Figure 4 : Localisation des pratiques de sociabilité avant et après la rénovation urbaine

40L’interprétation de ces cartes (fig. 4) permet de retrouver certains éléments évoqués précédemment mais également de faire apparaître de nouvelles informations liées à ce changement d’échelle. Premièrement, nous pouvons confirmer la résilience du régime d’habiter puisque les pratiques de sociabilités restent nombreuses et marquées par une fréquentation intense des espaces publics, dédiés ou non la rencontre. En ce sens le quartier de Malakoff demeure malgré les opérations de rénovation urbaine un espace fortement investi par les différents groupes. Ainsi, les processus à l’œuvre dans cette période de grands changements peuvent s’apparenter à des stratégies de résistance plus ou moins conscientes cherchant à préserver une certaine continuité des modes d’habiter. Cependant, ces continuités ne s’inscrivent pas dans une « logique conservatoire » (Giroud, 2007 : 43), puisqu’elles sont le résultat de recompositions, d’une renégociation des lieux afin que chacun des habitants retrouve une place dans la nouvelle configuration spatiale et sociale du quartier. En effet, démolitions et restructurations lourdes ont entraîné un déplacement inévitable des espaces de rencontre et leur recomposition en profondeur. En s’appuyant sur ces cartes et en les éclairant de l’analyse des enquêtes et observations de terrain, il est possible de dégager deux tendances générales dans les rapports aux lieux du quartier.

41Tout d’abord un effet de débordement et d’extension des pratiques dans des lieux situés à l’extérieur des limites traditionnelles du quartier, cerné par différentes coupures physiques (Fig. 1). L’extension des lieux fréquentés se réalise notamment vers l’est en direction du Parc de la Roche avec à proximité des locaux associatifs, un terrain de football et la mosquée mais aussi vers l’ouest en articulation avec la ZAC du Pré-Gauchet où se situe notamment le nouveau collège auparavant implanté dans le quartier. En effet, le Malakoff d’avant était centré sur le premier centre commercial. Ce lieu était le cœur incontesté des sorties des habitants au-delà de sa seule fonction marchande comme le montrent les deux cartes révélant les pratiques de sociabilité autour desquelles se structure une myriade de petits lieux correspondant à des lieux de sociabilité de pairs (selon des critères variables d’âge, de genre, d’origine ou de pratique principalement). Cet étalement spatial des pratiques révèle que les centralités du quartier n’ont plus l’effet centripète qui pouvait préexister mais surtout démontre une certaine dispersion des lieux de rencontre, les habitants s’étant emparé des nouvelles ressources accessibles depuis leur quartier afin d’enrichir leur mode d’habiter.

42Le deuxième effet de ce replacement est que les habitants peinent à retrouver cette centralité identifiée et appropriée par tous et se subdivisent entre trois pôles principaux correspondant à la centralité commerçante, à la Maison de quartier et à une placette où se trouve le gymnase, des jeux pour enfants et un local associatif très fréquenté. Autour de ces trois centralités inégalement fréquentées et citées selon les caractéristiques et les modes d’habiter gravite une multitude de lieux correspondant à des pratiques de groupe, de pairs. Cette subdivision de la centralité et le renforcement des micro-espaces associés à ces sociabilités révèle que l’épreuve du replacement des modes d’habiter ou l’effort de réappropriation des primo-habitants entraine un repli sur les intérêts individuels afin de garantir la reconstitution des lieux essentiels à la conservation des présences et pratiques essentielles attachées à l’identité individuelle. Ce repli autour des intérêts personnels s’accompagne d’un repli autour des groupes de pairs restreints puisque dans le contexte de bouleversements sociaux et urbains, les relations sociales connues et maîtrisées s’imposent comme vecteur de stabilité. Ces replis s’observent spatialement et peuvent correspondre aussi bien à un local associatif ou à un banc dont on connaît la fréquentation à certaines heures, etc.

43Ainsi, la rénovation urbaine de Malakoff n’a pas nécessairement changé les modalités de l’occupation et/ou de l’appropriation des espaces du quartier mais conduit à une évolution de certains rapports socio-spatiaux. En effet, dans cette période de forte instabilité pour les habiter des populations résidentes, les groupes de pairs permettent de maintenir une certaine place pour leurs membres respectifs tels qu’on les a identifiés, dans un contexte de déplacement d’une partie des habitants et même des lieux fondant des modes d’habiter.

Conclusion. Quelle recomposition des différents espaces du quartier suite à la rénovation urbaine ?

44La rénovation urbaine conduite à Malakoff a été vectrice de changements importants et intenses pouvant dans de nombreux cas contraindre certaines dimensions des modes d’habiter ordinaires des habitants. A cet égard, les primo-habitants ont développé des réactions voire des stratégies pour maintenir leur mode d’habiter malgré la disparition ou le bouleversement des espaces et lieux de leur ancrage. Nous avons vu que ces stratégies et réactions face au PRU étaient fortement liées au parcours de vie de ces primo-habitants, influencées également par l’enracinement et des représentations généralement idéalisées et contraintes. Le contexte de diversification de la population et de fréquentation ponctuelle par des personnes extérieures complexifie les repositionnements dans le quartier aussi bien physiquement que socialement. Ces nouveaux rapports aux lieux et aux systèmes de normes qui s’y rapportent accentuent les hiérarchisations des pratiques quotidiennes des habitants entre ceux qui savent s’adapter, ceux qui contribuent à accompagner les changements à l’œuvre et ceux, souvent invisibles dans l’espace public, qui demeurent relégués dans les interstices des oubliés de la rénovation urbaine. Dans la « lutte des places » questionnée par Michel Lussault (2009), la perte du lieu peut être une perte de sens. La rénovation urbaine, en faisant disparaitre les places qui font sens, ne bouleverse pas totalement le quotidien des pratiques habitantes (Giroud, 2007) mais constitue une « épreuve spatiale » supplémentaire pour des populations déjà souvent fragilisées. Aux pratiques traditionnelles d’adaptation des plus aisés s’ajoutent des formes d’évitement et de contournement à l’échelle micro-locale qui se lisent dans les stratégies des habitants, y compris nouvellement arrivés dans le quartier. A l’instar des objectifs affichés de mixité sociale, la rénovation urbaine pensée à travers un prisme spatialiste conduit donc à renforcer des effets de micro-ségrégation et de relégation peu visibles, quand, dans les quartiers à proximité, les barrières physiques des ensembles résidentiels fermés traduisent les aspirations assumées du séparatisme social.

Haut de page

Bibliographie

Allen B. et Bonetti M., 2018, L’habiter, un impensé de la politique de la ville. Paris : L’aube.

Allen B. et Bonetti M., 2014, Évaluer la qualité urbaine des projets de rénovation urbaine in A. Deboulet et C. Lelévrier, Rénovations urbaines en Europe. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Besse J.-M., 2013, Habiter : un monde à mon image, Paris : Flammarion

Bonetti M., 2004. Les risques de dérive dans la transformation des grands ensembles : Analyse d’une vingtaine de projets de renouvellement urbain. Les Annales de la recherche urbaine, n°97, pp.34–42.

Chauvin S. et Jounin N., 2012, L’observation directe, in S. Paugam, L’enquête sociologique, 143–165. Paris : Presses Universitaires de France.

Epstein, R., 2012a, ANRU : mission accomplie ? In J. Donzelot, À quoi sert la rénovation urbaine ?, Paris : Presses Universitaires de France, pp. 51-97

Epstein, R., 2012b. Politique de la ville, rénovation urbaine, égalité territoriale : quelle est la nature du problème ? In, Centre d’Analyse Stratégique, Politique de la ville. Perspectives françaises et ouvertures internationales, La Documentation française, pp.33-49.

Gaudin S., 2014, Concerter et décider : cherche habitants désespérément. Vers une politique de rénovation urbaine « post-discursive » ? In D. Desponds, Les habitants, acteurs de la rénovation urbaine, Rennes : PUR, pp. 112-131

Gaudin S. et al., 2020, La rénovation urbaine. Discours argumentations et rhétoriques, Presses du Septentrion, Lille, 189p.

Germes M. et al., Les grands ensembles de banlieue comme menaces urbaines ? Discours comparés – Allemagne, France, Pologne, Annales de géographie, 2010/5 (n° 675), p. 515-535.

Giroud, M., 2007, Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berriat Saint-Bruno à Grenoble et Alcântara à Lisbonne), Thèse de géographie, Université de Poitiers.

Kirszbaum T., 2004, Discours et pratiques de l’intégration des immigrés : l’exemple des grands projets de ville, Les Annales de la recherche urbaine, n°97, pp.51–59.

Kirszbaum T., 2008, Mixité sociale dans l’habitat : revue de la littérature dans une perspective comparative. Études et recherches. Paris : La Documentation française.

Lapeyronnie D., 2014, L’économie morale de la discrimination. La morale des inégalités dans les banlieues populaires françaises, in F. Dubet, Inégalités et justice sociale, Paris : La Découverte « Recherches », pp. 79-93.

Lazzarotti O., 2014. Habiter le Monde, La Documentation photographique, n° 8100, 64 p.

Lelévrier C., 2010, La mixité dans la rénovation urbaine : dispersion ou re-concentration ?, Espaces et sociétés, n°140‑141 (1), pp.59-74

Lelévrier, C., et Noyé C., 2012. La fin des grands ensembles ? in J. Donzelot, À quoi sert la rénovation urbaine ?, Paris : Presses Universitaires de France.

Lelévrier C. 2014. Diversification de l’habitat et mixité sociale dans les opérations de rénovation urbaine : trajectoires et rapports au quartier des « nouveaux arrivants ». Lyon : PUCA.

Lévy J, 2003, Capital spatial, in J. Lévy et M. Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Paris : Belin.

Lussault M., 2009, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris : Grasset

Pan Ké Shon, J.-L., 2009, Ségrégation ethnique et ségrégation sociale en quartiers sensibles : L’apport des mobilités résidentielles, Revue française de sociologie, n°50 (3) : 451-487, Mis en ligne le 16 09 2009, consulté le 15 12 2016, URL : https://doi.org/10.3917/rfs.503.0451.

Stock M., 2004. L’habiter, comme pratique des lieux géographiques, EspacesTemps.net, mis en ligne le 18 12 2004, consulté le 30 11 2018, URL : https://www.espacestemps.net/articles/habiter-comme-pratique-des-lieux-geographiques/

Haut de page

Notes

1 Le terme de primo-habitant désigne ici les populations habitant le quartier avant la rénovation urbaine et y résidant encore une fois celle-ci terminée. Inversement le primo-arrivant correspond aux populations installées dans le quartier à la suite des opérations de rénovation urbaine. Cette distinction ne vise pas à opposer les deux groupes mais seulement à identifier les habitants ayant vécu ces changements importants.

2 A l’occasion de la « Formation Régionale des Acteurs de la Rénovation Urbaine » (FRARU) tenue à Nantes le 3 Octobre 2018.

3 Si l’article est principalement centré sur le Grand Projet de Ville (GPV), l’auteur souligne l’existence de similitudes entre les deux approches urbaines successives. Par ailleurs, le projet de Malakoff a d’abord été un GPV qui s’est mué en programme de rénovation urbaine quand le PNRU s’est substitué en 2003 à ces opérations mises en place à partir de 1999.

4 Lapeyronnie, Didier. 2014. « L’économie morale de la discrimination. La morale des inégalités dans les banlieues populaires françaises ». In Inégalités et justice sociale, par François Dubet, 79‑93. la Recherche. Paris: Éditions La Découverte.

5 Les résidences construites par la suite ne reprennent pas cet aspect quasi défensif et font un effort d’ouverture et d’intégration, mais leur architecture et leur esthétique continuent de marquer une différence tacite avec le logement social réhabilité.

6 Selon les données de la base logement de l’INSEE.

7 33 ans, habitante depuis sa naissance, profession intermédiaire

8 67 ans, habitant depuis 36 ans, ouvrier retraité

9 45 ans, habitante de Pré-Gauchet aujourd’hui en attente de la livraison d’un logement en accession dans Malakoff. A habité Malakoff pendant 14 ans, employée

10 67 ans, habitant depuis 36 ans, ouvrier retraité

11 51 ans, habitante pendant 9 ans à Malakoff et de retour depuis 7 ans, employée au chômage

12 19 ans, habitant depuis 10 ans, étudiant

13 35 ans, habitante de Malakoff pendant 7 ans et de retour depuis 2 ans, auto-entrepreneuse

14 19 ans, habitant depuis 10 ans, étudiant

15 Raibaud, Yves. La Ville Faite Par Et Pour Les Hommes Dans L'espace Urbain, Une Mixité En Trompe-l'œil. Paris: Belin, 2015. Print. Égale à égal.

16 35 ans, habitante de Malakoff pendant 7 ans et de retour depuis 2 ans, auto-entrepreneuse

17 63 ans, habitante depuis 12 ans, ouvrière retraitée

18 45 ans, habitante de Pré-Gauchet aujourd’hui en attente de la livraison d’un logement en accession dans Malakoff. A habité Malakoff pendant 14 ans, employée

19 33 ans, habitante depuis sa naissance, profession intermédiaire

20 45 ans, habitante de Pré-Gauchet attendant aujourd’hui la livraison de son logement en accession dans Malakoff. A habité Malakoff pendant 14 ans, employée

21 40 ans, habitant depuis 8 ans, sans activité

22 Les « autres indéterminés » sont compris comme des « personnes que l’on connaît de vue, […] on partage avec elles des mêmes lieux » (Allen et Bonetti, 2018 : 39) mais renvoient également au rapport que les différents individus interrogés entretiennent avec « les autres », c’est-à-dire « tous les autres, tous ceux que l’on ne connaît pas […] qui constituent notre environnement » de quartier (ibid.). Cette donnée informe sur les perceptions des co-habitants et souvent plus largement sur le quartier en général.

23 45 ans, habitante de Pré-Gauchet aujourd’hui en attente de la livraison d’un logement en accession à Malakoff. A habité Malakoff pendant 14 ans, employée

24 Pour dépasser la difficulté d’appropriation de l’image satellite chez certains participants, l’exercice se basait sur le parcours commenté pour localiser les pratiques alors évoquées. Si ce lien entre l’expérience et la carte n’était pas concluant, on avait alors recours aux photos et tout simplement au récit, à l’évocation des souvenirs pour recenser les pratiques, notamment pour l’exercice de localisation de l’habiter avant la rénovation urbaine. En revanche, l’éloignement temporel efface les pratiques les moins courantes, expliquant pourquoi le nombre de pratiques d’avant le PRU citées sont moins nombreuses (fig.4)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Malakoff, la rénovation urbaine et son contexte géographique
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 2 : Première résidence privée de la rénovation urbaine surnommée « le bunker » par les primo-habitants
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Figure 3 : Le Péage Sauvage (1), la percée verte entre les résidences privées (2), et la Place Rosa Parks vers 11 heures (3)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Figure 4 : Localisation des pratiques de sociabilité avant et après la rénovation urbaine
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 802k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maximilien Steindorsson, Guy Baudelle et Solène Gaudin, « Retrouver sa place dans les nouveaux lieux issus de la rénovation ? L’exemple du grand ensemble Malakoff à Nantes »Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 48-49 | 2021, mis en ligne le 25 mars 2021, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/tem/7103 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.7103

Haut de page

Auteurs

Maximilien Steindorsson

Doctorant en géographie aménagement
UMR 6590 ESO-Rennes
Université de Rennes 2
maximilien.steindorsson@etudiant.univ-rennes2.fr

Guy Baudelle

Professeur d’aménagement de l’espace-urbanisme
UMR 6590 ESO-Rennes
Université de Rennes 2
guy.baudelle@univ-rennes2.fr

Solène Gaudin

Maîtresse de conférences en géographie aménagement
UMR 6590 ESO-Rennes
Université de Rennes 2
solene.gaudin@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search