Skip to navigation – Site map

HomeEditorial current eventsAppel à textesQuel urbanisme dans/pour les espa...

Quel urbanisme dans/pour les espaces ruraux ?

Elsa Vivant, Yoan Miot and Maryvonne Prévot

Depuis le milieu des années 2010, la question de l’action urbanistique dans les espaces ruraux a été mise à l’agenda par le déploiement successif de différents dispositifs incitatifs comme l’Atelier des Territoires, l’Appel à Manifestation d’Intérêt Centres-bourgs (en 2014), le programme de recherche-action POPSU Territoires (depuis 2018) ou plus récemment, le programme « Petites Villes de demain » (2020) couvrant autant des communes rurales que de petites villes polarisant l’espace rural. Ces dispositifs partagent le présupposé d’un manque d’ingénierie dans ces territoires qu’ils cherchent à pallier par un soutien financier et technique et par l’incitation faite aux professionnels et chercheurs à s’y intéresser. Par exemple, beaucoup de communes rurales sont restées en dehors des instruments classiques de la planification urbaine et demeurent soumises au règlement national d’urbanisme (RNU). Mais l’entrée dans des intercommunalités, d’abord lente au début des années 2000, puis accélérée dans les années 2010, change la donne en renforçant leurs obligations de se doter d’instruments de planification. La refonte de leur périmètre a conduit à des alliances, parfois de force, entre des espaces ruraux et des agglomérations urbaines du fait des seuils démographiques imposés et renforce leur inscription dans des documents de planification urbaine. Le Grand Chambéry intègre ainsi les communes rurales de moyenne montagne du massif des Bauges, non comprises dans l’aire urbaine. La nouvelle communauté urbaine du Grand Reims regroupe 143 communes dont 108 ont une population inférieure à 1000 habitants. De même, de nombreuses intercommunalités rurales ont fusionné autour de petites villes comme c’est le cas de l’intercommunalité Thiers Dore et Montagne qui regroupe trois intercommunalités auparavant rurales autour de la petite ville de Thiers. Pour autant, les professionnels de espaces ruraux n’ont ni attendu cette mise à l’agenda étatique, ni ces obligations pour renouveler leurs cadres d’action. Ainsi, environ 40 % des Parcs Naturels Régionaux exercent des actions relevant du domaine de l’urbanisme (planification, action opérationnelle et expérimentation dans les domaines de la densification et la lutte contre l’étalement, de la revitalisation des bourgs et de la mobilité) (FPNR, 2014). De même et de longe date, les Conseils en Architecture Urbanisme et Environnement développent des actions d’urbanisme rural dans de nombreux départements. Certains conseils régionaux et départementaux portent également des politiques en faveur de l’aménagement et de requalification des centres-bourgs, comme la Région Bretagne ou encore les départements de l’Ariège et du Puy-de-Dôme. Il est remarquable que ces initiatives et réflexions sur l’urbanisme en milieu rural soit portées par des acteurs spécifiques et présents plus marginalement dans les espaces urbains.

Ce regain d’intérêt et ces indices de nouvelles pratiques rappellent que, dans un contexte d’avènement d’une société urbaine et de métapolisation (Ascher, 1995), les territoires dits ruraux sont eux-aussi traversés par les contradictions de la société contemporaine induites par les bouleversements sociaux, économiques, démographiques et environnementaux. Les effets de ces transformations sont, pour parties propres aux espaces ruraux (Jousseaume, 2020), conduisant à une différenciation des situations (Talandier, 2008) entre des « campagnes productives en difficultés », des « campagnes vieillies en dépeuplement », des « campagnes périurbaines » et des « campagnes touristiques et résidentielles » (Hilal et al., 2011). D’autres renvoient à des problématiques territoriales rappelant certaines situations urbaines tout en en renouvelant les cadres interprétatifs du fait des spécificités rurales. Ces dynamiques sont porteuses de contradictions. Par exemple, le dépeuplement dans un ensemble d’espaces ruraux du centre, du nord et de l’est de la France s’apparentent à un processus de décroissance urbaine (Cauchi-Duval et al., 2016) alors que le regain démographique du Sud et de l’Ouest de la France s’accompagne d’un vieillissement accru (Dedeire et al., 2011). Les espaces ruraux sont à la fois marqués par des formes de vacance et de dégradation immobilière dans leurs centres-bourgs mais également par une forte consommation foncière périphérique (Charmes, 2013 ; Melot et al., 2018). Le retrait territorial de l’Etat compromet le maintien des activités de services (Chouraqui, 2020) alors même qu’elles constituent un facteur non négligeable d’attractivité (Talandier, 2013).  La très faible densité et le renchérissement des coûts économiques associés à l’automobile renforcent les enjeux relatifs à la mobilité (Motte-Baumvol, 2007 ; Desjardins, 2008). Comment, enfin, ne pas évoquer les incertitudes que provoque la crise sanitaire actuelle, qu’il s’agisse de l’attrait supposé des grands espaces (et de coûts immobiliers plus faibles) pour des citadins marqués par le confinement, la réactivation des espoirs de regains économiques des zones peu dense par le développement du télétravail, et, par contrecoup, l’impact sanitaire des fermetures de services publics et hospitaliers ?

L’objet de cet appel à articles s’inscrit dans des projets de recherche en cours (POPSU Territoires) et vise à dresser, dans ce contexte de mutations multiples, un état des lieux des pratiques de l’urbanisme rural, considéré ici comme activité visant la transformation du cadre bâti et de la gestion des milieux dans les espaces ruraux (Boutet, 2004). Face à une littérature portant des plaidoyers en faveur d’un urbanisme rural défini en opposition avec les pratiques de l’urbanisme dans l’espace urbain (Jousseaume, 2016 ; Boutet, 2004), l’appel à articles souhaite plutôt comprendre, par des enquêtes empiriques, comment les pratiques actuelles de l’urbanisme dans ces espaces renouvellent tant la compréhension des dynamiques territoriales rurales et de leurs spécificités que le contenu de l’urbanisme. Les articles pourront s’inscrire autour de trois questionnements :

  1. Un ensemble de réflexions épistémologiques portant sur les espaces ruraux et la ruralité : que nous disent les pratiques de l’urbanisme rural, de la transformation des espaces ruraux et de leur relation aux espaces urbains et aux pratiques dites urbaines ? Dans quelle mesure l’extension des pratiques d’urbanisme témoigne-t-elle d’une pénétration grandissante des problématiques, des valeurs, des modes d’action urbains dans le monde rural ? Comment sont appréhendés et caractérisés les problèmes territoriaux des espaces ruraux et des pôles de l’espace rural et comment ces pratiques d’urbanisme rural y répondent-elles ?

  2. Un ensemble de réflexions épistémologiques sur l’urbanisme : l’urbanisme rural est-il un urbanisme comme les autres ? Alors que les cadres juridiques et techniques de l’urbanisme sont définis nationalement, comment répondent-ils aux enjeux spécifiques des espaces ruraux ? En quoi ces démarches s’articulent-elles ou au contraire concurrencent-elles les politiques d’aménagement et de développement territorial et dans quelle mesure les transforment-elles ? En quoi les pratiques de l’urbanisme dans les espaces ruraux nécessitent-elles le déploiement de façons singulières de travailler, notamment dans l’organisation des systèmes d’acteurs ? En quoi questionnent-elles les relations entre maîtrise d’ouvrage et prestataire, notamment face à des ingénieries territoriales réduites ? En quoi constituent-elles un modèle ? Que nous disent-elles des impensés de l’urbanisme ?

  3. Un ensemble de réflexions sur les acteurs de l’urbanisme rural : en quoi l’intervention urbanistique en milieu rural produit-elle de nouvelles professionnalités et/ou des trajectoires professionnelles singulières ? Une attention pourra être portée à l’émergence de nouveaux acteurs (comme les Agences Départementales d’Ingénieries Territoriales, des collectifs d’architectes ou d’habitants), ou au redéploiement d’institutions d’animation territoriale comme les Conseils en Architecture Urbanisme et Environnement, les Parcs Naturels Régionaux, les Pays ou les Pôles d’Equilibre Territorial et Rural.

Les articles s’appuieront sur des démarches empiriques relevant principalement de la géographie, de l’urbanisme et de l’aménagement. Des approches pluridisciplinaires ou relevant d’autres disciplines comme la sociologie et l’architecture sont également les bienvenues. Ils pourront porter sur des terrains français ou étrangers. Les articles seront à remettre d’ici le 15 septembre 2021.

Contacts.
Elsa Vivant : elsa.vivant@univ-paris-est.fr
Yoan Miot : miot.yoan@gmail.com
Maryvonne Prévot: maryvonne.prevot@univ-lille.fr

Bibliography

Arab, N., 2018, « Pour une théorie du projet en urbanisme », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 56-1 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2018, consulté le 15 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ress/4050

Ascher, F., 1995, Métapolis ou l’avenir des villes, Odile Jacob, Paris

Boutet, D., 2004, Pour un urbanisme rural, L’Harmattan, Paris, 226p.

Cauchi-Duval, N., Béal, V., Rousseau, M., 2016, « La décroissance urbaine en France : des villes sans politique », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/3-2016/1 | 2016, mis en ligne le 20 mars 2016, consulté le 15 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/eps/6112  ;

Charmes, E., 2013, « L’artificialisation est-elle vraiment un problème quantitatif ? », Etudes foncières, 2013, pp.23-28.

Chouraqui, J., 2020, « Les réformes et l’État et la transformation des services publics : des tendances internationales au local, quels effets pour les territoires ? » Annales de géographie, 732(2), pp./ 5-30

Dedeire, M., Razafimahefa, L., Chevalier, P., Hirczak, M., 2011, « Dynamiques des espaces ruraux en France », Espace populations sociétés, 2011/3 | pp. 521-537.

Desjardins, X., 2008, « Peut-on habiter au vert quand le pétrole devient cher ? » Pour,  199/4, pp. 116-122.

FPNR, 2014, Approche de l’urbanisme dans les Parcs Naturels Régionaux, février 2014, 46p.

Jousseaume, V., 2020, « Imaginer un urbanisme rural contemporain » in Pouzenc, M., Charlery de la Masselière, B. (dir.), 2020, Etudier les ruralités contemporaines, Presses Universitaires du Miral, pp.57-70

Hilal, M., Barczak, A., Tourneux, F-P., Schaeffer, Y., Houdart, M ;, 2011, « Typologie des campagnes françaises et des espaces à enjeux spécifiques (littoral, montagne et DOM) », Travaux en ligne, n°12, DATAR, Paris, 81p.

Melot, R., Delattre, L., Napoléone, C., 2018, « Construire dans les espaces agricoles et naturels : La planification d’urbanisme en région provençale », Études rurales, 201(1), pp. 118-139.

Motte-Baumvol, B., 2007, « Les populations périurbaines face à l’automobile en grande couronne francilienne », Norois, 205 | 2007, pp. 53-66.

Talandier, M., 2008, « Une autre géographie du développement rural : une approche par les revenus », Géocarrefour, Vol. 83/4 | 2008, pp. 259-267.

Talandier, M., Jousseaume, V., 2013, « Les équipements du quotidien en France : un facteur d’attractivité résidentielle et de développement pour les territoires ? », Norois, 226 | 2013, pp. 7-23.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search