Navigation – Plan du site

AccueilPré-publicationArticlesConstruire sa place en haute vall...

Construire sa place en haute vallée alpine française : S’installer et vivre dans des confins

Building one’s own place in high valleys in french Alps : live in confines
Anne Barrioz

Résumés

Cet article interroge l’arrivée de nouveaux habitants dans des confins de montagne marqués par certaines formes d’isolement au regard du choix d’installation, d’éloignement des réseaux et des centres urbains, d’accessibilité aux services publics difficile, etc. La réflexion s’appuie sur un échantillon de 146 entretiens menés dans huit hautes vallées alpines françaises. L’objectif de cet article est de questionner les manières de construire sa place dans ces territoires, en considérant la haute vallée comme un ailleurs isolé devenant un ici, au gré de migrations et d’installations plus ou moins pérennes en fonction de la capacité des individus à s’intégrer et des conditions d’accueil des territoires. La réflexion s’appuie sur les parcours, appelés ici trajectoires résidentielles, d’habitants venus s’installer dans ces vallées. En ayant souvent fait le choix de s’isoler pour être plus proches de l’environnement dans lequel ils aspirent à vivre, ces résidents révèlent l’existence de migrations d’agrément vers des espaces éloignés des villes. Ils développent un regard sensible du territoire dans lequel ils prennent place mais sont parfois confrontés à des difficultés spécifiques (intégration sociale notamment). En dépit de leur faible densité, ces espaces sont convoités. Construire son « ici », au gré de représentations idéalisées de « l’ailleurs », nécessite une capacité d’adaptation particulière en termes de rapport à l’autre mais aussi de perception de l’espace habité.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article sur les hautes vallées alpines s’intéresse aux nouveaux habitants ayant fait le choix de s’installer dans des espaces relativement isolés des Alpes françaises. La réflexion menée ici s’inscrit dans le champ de travaux sur les migrations d’agrément (Cognard, 2010 ; Martin et al., 2012 ; Moss et al., dir., 2006). La migration d’agrément « se réfère au mouvement des personnes […] qui s’installent de façon permanente ou partielle en raison de [leurs] qualités environnementales actuelles ou perçues et de [leur] distinction culturelle » (Moss, 2006 et al., dir. : 1). Les nouveaux habitants des hautes vallées alpines investissent ces lieux pour de multiples raisons, mais leurs parcours antérieurs, avec généralement des étapes résidentielles plus ou moins longues dans des espaces urbains jouent un rôle important dans ce choix. Ils expriment souvent un projet résidentiel réfléchi et mûri au fil de leur parcours de vie. En s’installant en haute vallée, la plupart souhaite s’y faire une place durablement.

2Selon M. Lussault, la place « met en relation, pour chaque individu, sa position sociale dans la société, les normes en matière d’affectation et d’usage de l’espace en cours dans un groupe humain quelconque, et les emplacements (les endroits) que cet individu est susceptible d’occuper dans l’espace matériel en raison même de sa position sociale et des normes spatiales » (in Lévy et Lussault (dir.), 2013 : 785-786 ; Lussault, 2009). Dans les hautes vallées alpines étudiées, la place s’inscrit dans le lieu désiré puis investi par les nouveaux habitants, mais elle symbolise aussi toutes les dimensions affectives et sensibles, humaines et relationnelles. Ces dimensions sont liées à l’installation dans des espaces marqués par une situation de confins. En effet, ces communes sont situées en bout de route ou sur une route unique - et non un carrefour -, ce qui nécessite un aller-retour pour sortir de la vallée et rester dans le territoire français, au moins pendant la moitié de l’année et qui se trouvent à plus de quinze minutes du centre urbain le plus proche. Leurs dynamiques socio-spatiales se distinguent souvent de ce que les habitants ont vécu auparavant. Interroger la place des habitants dans de nouveaux territoires au prisme de l’ensemble de leur parcours de vie et de leurs déplacements résidentiels précédents est une démarche heuristique qui permet de mieux comprendre les facteurs d’installation en haute vallée. Nous faisons l’hypothèse que, pour ces nouveaux habitants, la montagne est un « ailleurs » pensé comme un aboutissement, parfois idéalisé ou rêvé, et que les conditions d’accueil dans ces hautes vallées favorisent la pérennisation (qualité de vie, identité, environnement marqué) ou tout au contraire la remettent en cause (accès au logement, à l’emploi).

3Il s’agit donc de comprendre notamment la volonté d’un habitant d’accéder à un territoire dans lequel il souhaite s’établir à long terme, ou tout du moins trouver un lieu pour une phase de sa vie. Cette capacité dépend d’un certain nombre de facteurs, propres à chacun (histoire, situations personnelles et professionnelles, objectifs de vie, etc.) et de caractéristiques de ce territoire (politiques locales, accès aux services, aux commerces, etc.). Ils déterminent la faculté à transformer un lieu représenté, projeté puis fréquenté et habité, en un espace de vie, approprié et pleinement vécu où l’habitant s’est petit à petit fait une place.

4L’objectif est donc de questionner les phénomènes de construction progressive des lieux habités, des places appropriées par des habitants qui font le choix de vivre dans des hautes vallées alpines. De quelle manière l’ailleurs devient un ici ? Ainsi, cet article questionne les manières de construire sa place dans des confins montagnards, en considérant la haute vallée comme un ailleurs perçu comme isolé (au sens positif) et devenant un ici au fil du temps.

5La première partie de cet article présente le contexte général de l’étude (huit hautes vallées alpines françaises, échantillon et méthodologie basée sur l’utilisation de trajectoires spatiales résidentielles). La seconde partie de cet article s’attache à comprendre l’élaboration de places par les nouveaux habitants (choix d’installation, pratiques et spécificités de l’espace facilitant ou non la construction de ces places). La troisième partie interroge les intégrations sociale et spatiale qui ont lieu dans ces espaces et qui favorisent la création de places convoitées (intégration des nouveaux habitants et influence du contexte touristique).

Etudier l’installation de nouveaux habitants dans les hautes vallées alpines

Présentation des terrains d’étude

6La haute vallée est un construit qui se constitue autour de la partie supérieure d’un bassin versant d’un cours d’eau principal auquel est généralement rattaché le nom de la vallée. Souvent en situation de confins (l’accès se fait les trois quarts de l’année, au moins, en aller-retour), elle est marquée par un environnement étagé et par des particularités sociales : densité de peuplement faible, présence d’un seuil (gorges) accentuant d’autant plus l’éloignement voire l’isolement, existence d’activités plus ou moins dynamiques. La haute vallée revêt une dimension singulière dans l’imaginaire montagnard. Loin d’être uniquement le témoin d’une forme péjorative de marginalité, elle est un espace de vie. Elle se définit par des gradients (d’altitude, de ruralité, d’attractivité) et se concentre entre moyenne et haute montagne (Barrioz, 2019 : 114). Elle intègre les « fonds de vallée », espaces habités les plus éloignés, appelés aussi « bouts du monde » ou « télistokomes » (Laslaz, 2005 : 229).

7Cet article met en avant des confins montagnards, souvent éloignés des principaux centres urbains de la région. On préférera ce terme de confins, qui fait référence directement à la haute vallée, plutôt que celui de périphérie. Il intègre en effet des « idées de proximité (d’un autre territoire) et d’extrémité (par rapport au centre) » (Brunet et al., 1993 : 22). De plus, en prenant en compte l’environnement comme espace de vie privilégié, il se démarque de la marge qui intègre une série de sous-espaces comme les frontières et les arrière-pays (Grésillon et al., 2016). Le terme de confins est également moins connoté, que ce soit négativement ou positivement.

  • 1 Commissariat général à l’égalité des territoires (aujourd’hui intégré dans l’Agence nationale de la (...)

8Les huit terrains d’étude ont été étudiés dans le cadre d’une thèse de doctorat en géographie (Barrioz, 2019). Ces hautes vallées des Alpes françaises (Haut-Giffre, Beaufortain, Haute-Maurienne, Valbonnais, Valgaudemar, Queyras, Haute-Ubaye, Haute-Tinée) (figure 1), ont été choisies selon une cinquantaine de critères (dynamiques démographiques, altitude, accessibilité en termes de transports, de services publics, formes d’isolement et représentations, etc.). Trois critères décisifs de sélection ont été utilisés : commune identifiée en « zone de montagne », situation de confins (Barrioz, 2019 : 125) et temps moyen d’accès aux services du panier « vie courante », défini par l’INSEE (Barbier et al., 2016). Deux autres critères ont été définis comme semi-décisifs : altitude moyenne des habitants par commune supérieure à 1000 mètres et part des résidences principales en 2013 inférieure à 40 %. Enfin, deux éléments majeurs ont été considérés : la présence d’au moins une vallée, regroupant plusieurs communes, dans chacun des six départements alpins sélectionnés et la présence de territoires tout autant validés par les critères précédents que souhaités par les financeurs de la thèse.1

Figure 1 : Présentation des terrains de recherche (source : Barrioz, 2018)

Figure 1 : Présentation des terrains de recherche (source : Barrioz, 2018)

9Des départements de la Haute-Savoie aux Alpes-Maritimes, les hautes vallées alpines françaises sont des territoires ruraux montagnards marqués par une grande diversité. Situés aux frontières du territoire français pour trois d’entre eux (Queyras, Haute-Ubaye, Haute-Tinée), ces confins attirent de nouveaux arrivants qui font le choix de s’y installer et d’y vivre de façon plus ou moins pérenne. Ces confins dans les hautes vallées se distinguent par des soldes migratoires et naturels moyens, comme le Haut-Giffre et la Haute-Tinée. D’autres présentent des caractéristiques démographiques qui attestent d’une baisse de la population, due à des soldes migratoires et naturels déficitaires, comme dans le Valgaudemar (-20 habitants entre 2010 et 2015, sur une population totale de 101 habitants en 2015) et dans le Beaufortain (-96 habitants/2088 aux même dates). Au-delà de la revendication forte d’identités locales et d’un rapport particulier aux pouvoirs centraux, ces territoires rencontrent souvent des difficultés internes (déclin démographique, perte de dynamisme économique, difficultés de diversification…). Leurs habitants construisent leur vie au gré de choix particuliers en matière d’accessibilité (par exemple, Saint-Etienne-de-Tinée se situe à 1h30 et environ quatre-vingt-dix kilomètres de Nice), de rapport à certaines formes d’isolement (praticabilité des routes, enneigement, réseau de transports en commun, accès aux services, etc.), ainsi que de relations sensibles à l’espace, affirmant une aspiration particulière à vivre en montagne.

10Pour autant, les hautes vallées alpines françaises sont aussi marquées par des dynamiques locales (sociales et associatives) et par des caractéristiques spatiales qui fondent leur attrait pour une grande partie des habitants (Bourdeau, 2009 ; Barrioz, 2019). De la vie de village à la présence de paysages montagnards emblématiques (bâti traditionnel, forêts de conifères, alpages pâturés ou enneigés…), elles sont rythmées par la saisonnalité d’économies plus ou moins diversifiées. Le tourisme joue d’ailleurs un rôle important dans le dynamisme démographique. Cette activité est fréquemment à l’origine de la découverte de ces espaces et amorce souvent le début de la construction d’une place pour des individus qui viennent séjourner régulièrement ou ponctuellement dans un de ces territoires. Dans le cadre de ce travail, 28 habitants interrogés avaient pratiqué la haute vallée en tant que touristes à une ou plusieurs reprises avant de s’y installer. Un tiers la connaissaient parce qu’ils y étaient déjà venus à la journée pour des loisirs et quelques uns pour des séjours professionnels.

Les nouveaux habitants, construction d’une catégorie d’acteurs

11Sont ici désignés comme « nouveaux », les résidents installés récemment (moins d’un an), plus durablement (entre 1 et 3 ans) et de façon pérenne (plus de 3 ans). Ce terme est pris au sens large et implique une référence temporelle "par rapport" aux personnes installées depuis leur naissance et qui n’ont jamais quitté la vallée. La majorité découvre ces territoires et quelques habitants sont revenus après être partis quelques années. Ils proviennent tous directement d’un autre espace que la haute vallée. La distance kilométrique avec les espaces résidentiels quittés n’a pas été retenue comme un critère pertinent. L’isolement des hautes vallées, questionné comme une des dimensions du choix d’installation, et ses représentations supposent en effet une mise à distance avec les autres espaces vécus. La construction d’un nouvel ici a donc pu se réaliser, à partir d’autres lieux du même département, d’un autre département ou d’un autre pays.

12Afin de comprendre comment ces nouveaux habitants se sont progressivement construits une place, la méthodologie s’est appuyée sur des entretiens semi-directifs d’une durée moyenne d’une heure. Ils portaient sur les trajectoires résidentielles (Authier, dir., 2010 ; Berroir et al., 2016), des habitants, leur installation et leur intégration. Lorsque les habitants rencontrés exprimaient leur intérêt pour la recherche et lorsque leur profil permettait d’élargir la diversité des éléments analysés, ces entretiens ont été parfois complétés par de secondes rencontres prenant la forme d’ « entretiens compréhensifs », visant notamment à compléter les trajectoires résidentielles sous forme de schéma (figure 2) avec des récits de vie plus étayés.

13L’échantillon (tableau 1) a été constitué suivant la technique de la « boule de neige », c’est-à-dire en utilisant les réseaux des personnes enquêtées et en présélectionnant les nouveaux habitants, à partir de plusieurs critères :

  • l’installation devait être le résultat d’un choix individuel ou conjugal afin d’exclure les influences collectives (critère qui exclut les enfants qui ont suivi leurs parents, les personnes sous tutelle et/ou dépendantes, etc.) ;

  • l’installation date de quelques mois à plusieurs décennies afin d’envisager la pérennité. Certains avaient déjà vécu dans la vallée avant de partir puis de revenir.

14Aucun critère d’âge, de sexe, de profil socio-professionnel, etc., n’a été défini afin d’ouvrir au maximum le panel d’habitants. Outre les 71 habitants rencontrés (60 nouveaux ainsi que quelques résidents secondaires et habitants installés depuis leur naissance), 74 entretiens avec des acteurs institutionnels et socio-professionnels variés (élus, associations, agents immobiliers, etc.) ont été menés afin de compléter la réflexion. Une cinquantaine de rencontres informelles ont été ajoutées car elles sont considérées comme des moments essentiels de cette recherche. En effet, les informations et les discussions qui ont lieu dans ce cadre sont souvent riches et (plus) ouvertes.

Tableau 1 : Répartition du nombre d’entretiens menés par terrain (source : Barrioz, 2018)

Haute vallée

Haut-Giffre

Beaufor-tain

Haute-Maurienne

Valbon-nais

Valgaude-mar

Queyras

Haute-Ubaye

Haute-Tinée

Alpes*

Total

Habitants

17

24

13

0

0

9

7

1

/

71

Elus

1

4

6

5

3

8

5

2

/

34

Institutionnels (hors élus)

0

0

1

1

1

5

1

3

2

14

Economie

3

1

1

0

0

1

4

0

0

10

Associations

1

3

2

0

1

1

1

0

1

10

Agents immobiliers

1

4

2

0

0

0

0

0

0

7

Total

23

36

25

6

5

24

18

6

3

146

Rencontres informelles

50 (environ)

15L’échantillon intègre une majorité de Français dont l’âge se situe entre 23 et 70 ans. Ils sont issus de départements variés (Aveyron, Bouches-du-Rhône, Essonne, Ain, Savoie…) voire de l’étranger (de nationalité française ou non). Une grande majorité possède une formation supérieure (de Bac+2 à Bac+8), mais la moitié n’exercent pas un travail en fonction de leur formation, de leur niveau de formation et/ou de leur précédent emploi. Cette reconversion est à mettre en regard avec leur volonté de vivre en montagne plutôt que de migrer en fonction d’un emploi, conduisant parfois à faire des sacrifices dans ce domaine. Les secteurs d’emplois sont relativement divers (agriculture, artisanat, tourisme, aménagement du territoire, enseignement, etc.), tout comme les contrats de travail : contrats saisonniers, CDI et emplois d’indépendants (artisans par exemple). A titre d’exemple, parmi les « cadres et professions intellectuelles supérieures » (un tiers de l’échantillon), 60 % sont en CDI et près de 20 % sont sans emploi. Parmi les « employé(s) », la moitié est saisonnière et l’autre moitié en CDI. Ainsi, la diversité des profils rencontrés, tant d’un point de vue social qu’économique, constitue un échantillon relativement hétérogène.

16En effet, faire sa place dans des confins dépend de divers paramètres sociaux et environnementaux que chaque individu appréhende en lien avec son histoire, sa position sociale et ses propres représentations de l’espace qu’il décide d’investir. Il tisse ainsi des liens entre des espaces qui l’ont marqué et qu’il reconnaît comme des places de vie plus que des lieux de passage, et des territoires qu’il intègre comme des éléments façonnant son parcours et son insertion dans la société. En construisant sa place dans un ailleurs, l’habitant qui s’installe en haute vallée a généralement engagé une réflexion menée à travers des passages dans différents lieux, qu’il s’est ou non appropriés, mais qui ont marqué son parcours de vie. Cet article s’appuie notamment sur l’analyse des trajectoires résidentielles de ces personnes, à l’échelle d’une vie.

Les trajectoires résidentielles, fils d’Ariane des lieux habités

17La trajectoire résidentielle (Authier, dir., 2010 ; Berroir et al., 2016 ; Petite et Debarbieux, 2013) est un parcours (Feildel, 2010) où le départ, le trajet et l’arrivée constituent un déplacement vers un espace (Fournier-Plamandon et Racine-Saint-Jacques, 2014). Elle induit une succession de positions permettant de mettre en exergue des itinéraires individuels à travers différents lieux de résidence, depuis l’enfance jusqu’à aujourd’hui. Par ces étapes, la trajectoire résidentielle est structurée et révèle des liens entre l’espace et l’individu. Ces liens sont ici envisagés comme des interactions fortes qui nourrissent l’évolution des lieux et la construction de places, appropriées progressivement par ces individus.

18Selon S. Dauphin (2009), les parcours de vie font l’objet de plus en plus de travaux en sciences humaines et sociales puisqu’ils permettent de traiter des « trajectoires sociales, familiales et professionnelles des individus », en mettant en relation des éléments biographiques individuels (situations familiale et professionnelle, logement…). En géographie, la dimension résidentielle de ces trajectoires s’ajoute à ces éléments sociologiques qui permettent in fine de mieux comprendre le cheminement qui conduit vers ces espaces.

19Sur le modèle de celles réalisées par B. Feildel (2010), les trajectoires spatiales proposées dans le cadre de ce travail s’attachent aux parcours de nouveaux habitants ou d’habitants revenus. A des échelles temporelles et spatiales diverses et couplées à des récits de vie, elles permettent de comprendre le choix de vie par le fort attachement au milieu montagnard. Appréhendées lors des discussions, les conditions quotidiennes (sociales, culturelles, climatiques, etc.) apportent des compléments d’analyse pour mieux saisir ce qui permet ou non de se faire une place. Comme l’illustre la figure 2, ces trajectoires mettent en exergue des parcours parfois en rupture avec les pratiques passées.

Figure 2 : Trajectoire spatiale à l’échelle d’une vie d’une habitante du Beaufortain (source : Barrioz, 2018).

Figure 2 : Trajectoire spatiale à l’échelle d’une vie d’une habitante du Beaufortain (source : Barrioz, 2018).

20Ici, l’habitante (32 ans, traductrice et enseignante, mariée, 1 enfant), native du Royaume-Uni, a une trajectoire qui n’est ni sinueuse (plus de dix lieux habités) (Barrioz, 2019), ni linéaire (moins de cinq lieux) mais que nous définissons comme intermédiaire (cinq à dix lieux différents avant de s’établir en haute vallée). Son installation dans le Beaufortain, espace rural de montagne, est, selon elle, le résultat d’un rejet de l’espace urbain fréquenté auparavant. Au-delà de faire le choix d’habiter ici ou ailleurs (Ansel et Frankhauser, dir., 2012), les trajectoires étudiées interrogent le rapport à l’urbain et les choix de modes de vie à l’écart des villes. Dans le cadre de cette recherche, les habitants ayant vécu depuis leur naissance dans un espace urbain représentent la majeure partie de l’échantillon (près de 70 %). Parmi eux, une majorité a vécu une grande partie de sa vie en ville et certains (22 %) sont passés par un hyper-centre urbain. Près de la moitié des personnes rencontrées a exprimé avoir fait le choix de quitter la ville, en évoquant une volonté de rompre avec le lieu urbain fréquenté avant le déménagement.

21L’installation en haute vallée alpine est avant tout décrite comme un choix voulu lors des entretiens. Parce que ce choix ne se fait généralement pas par défaut, les contraintes sont évoquées seulement dans un deuxième temps. Même si ces récits ont lieu a posteriori de leur installation, avec généralement une acceptation des difficultés quotidiennes et une transformation possible de la contrainte en choix, aucun habitant enquêté n’a fait état de migrations contraintes, ce qui infirme le processus de relégation socio-spatiale constaté dans certains espaces ruraux (Bonerandi, 2014). Cela va de pair avec leur rapport particulier à l’environnement et leur sensibilité, voire leur besoin, de s’établir et de faire leur place en montagne, spécifiquement, et même, parfois, dans une haute vallée bien ciblée.

Faire le choix de la haute vallée

Opportunités professionnelles et déplacements d’agrément

22Pour trouver leur place dans l’espace de montagne qu’ils désirent habiter, les résidents rencontrés adoptent différentes logiques qui dépendent de nombreux paramètres individuels (origine, habitudes de vie, attitudes personnelles, attentes…) et collectifs (rapports familiaux et amicaux, aménités et capacités d’accueil du territoire, qualités d’intégration des habitants…). Néanmoins, il ressort des entretiens avec les habitants que leur installation dans des hautes vallées alpines dépend d’abord d’un choix d’agrément (55 % des interrogés), ce qui confirme des travaux existants sur d’autres types d’espaces : en Amérique du Nord (Moss, dir., 2006), dans les moyennes montagnes françaises du Diois, Séronais et Morvan (Cognard, 2010) et d’autres espaces alpins (Martin et al., 2012) et ruraux français (Tommasi, 2014).

23Les nouveaux arrivants rencontrés ici convoquent des arguments liés aux paysages, à la lumière, à la qualité de l’air, à la proximité de la « nature ». Les atouts patrimoniaux (photographie 1), le rapport à la montagne, la vie de village semblable à la vie communautaire de quartiers urbains (Dodier et al., 2012), sont également évoqués par ces habitants.

Photographie 1 : Le hameau de Maljasset et son habitat en pierres et lauzes dans la communede Saint-Paul-sur-Ubaye (Haute Ubaye) (source : Barrioz, avril 2017).

Photographie 1 : Le hameau de Maljasset et son habitat en pierres et lauzes dans la communede Saint-Paul-sur-Ubaye (Haute Ubaye) (source : Barrioz, avril 2017).

24Ces habitants s’inscrivent dans une prolongation des mouvements de « retour à la terre » des années 1950, de « retour au pays » à partir des années 1960, de « retour à la nature » de 1968 aux années 1980, puis de « retour à la campagne » (à partir de 2000) (Phillips, 2004 ; Cognard, 2010 ; Pistre, 2012). Une des caractéristiques majeures de ces habitants repose sur le fait qu’ils proviennent généralement de milieux urbains mais que, contrairement au mouvement « contre culturel » des années 1960, leur déplacement n’est pas politisé. En arrivant dans les hautes vallées, ils n’expriment pas directement la volonté de se faire une place, en réaction à un système, mais souhaitent trouver en premier lieu un équilibre de vie qui leur correspond mieux qu’auparavant.

25Ainsi, l’argument d’agrément est clairement exprimé par les habitants qui arrivent, mais ces derniers justifient aussi leur installation par d’autres critères qui leur semblent important d’évoquer, comme si l’agrément n’avait pas assez de légitimité pour qu’ils prennent place (extrait d’entretien 1).

Extrait d’entretien 1 (homme, 32 ans, fonctionnaire territorial, marié, 1 enfant) :
Question : Quelles ont été les trois raisons principales qui vous ont fait venir ici ?
Réponse : Plusieurs raisons. La première, c’est peut-être professionnel, l’envie pour moi de trouver un nouveau challenge professionnel
[...].
Question : Vous auriez pris un boulot en Bourgogne ?
Réponse : Non, non, c’est clair ! Après, c’est plus un choix de vie d’aller en montagne, ce que ça nous rapporte, ce qu’on y fait. Dans une montagne si possible encore un peu sauvage. C’est plus un choix de vivre en montagne de manière générale ».

26Pour cet habitant, les motivations invoquées sont en premier lieu d’ordre professionnel, alors qu’il s’agit dans les faits d’un argument secondaire par rapport à la vie en montagne. Plus d’un quart des 71 habitants interrogés ont évoqué un « changement ou une opportunité professionnel(le) », à l’échelle individuelle ou familiale. Parmi ceux pour qui l’opportunité professionnelle a été déterminante, certains n’expriment pas de lien avec la montagne ni le fait d’avoir migré par agrément. Après une période de chômage dans le bassin grenoblois, une habitante a par exemple décroché un emploi dans le Beaufortain mais son arrivée n’est pas liée à la montagne qu’elle n’apprécie pas particulièrement : c’est bien une raison professionnelle qui l’a conduite dans le territoire. Après une période de chômage, la direction d’un centre social local lui a permis de se « remettre dans le bain du travail ». Elle a ainsi retrouvé une place qu’elle juge utile au sein de la société.

27En se faisant une place physiquement au sein d’une haute vallée, dans une montagne qu’ils apprécient, ou à l’inverse dans la société qui les accueille, ces nouveaux arrivants profitent de ce changement pour s’affirmer en tant qu’individus. A ce titre, 6 % des personnes interrogées ont associé leur déménagement à un « besoin de changement personnel (sérénité, apaisement), de changement de vie, de couper avec la société ».

28Enfin, outre des motifs d’agrément et professionnels, des facteurs d’ordre familial rentrent en compte chez 14 % des individus, et même d’ordre sécuritaire (2 %) comme cet extrait d’entretien l’atteste.

Extrait d’entretien 2 (homme, 35 ans, ingénieur, en couple, sans enfant) :
Question : Quelles ont été les trois raisons principales qui vous ont fait venir ici ?
Réponse : 1. La construction d’un environnement sécuritaire, humainement parlant, aspirant à plus de tranquillité quotidienne et le retour d’un sommeil sain. 2. En étant conscient du contexte mondial dans lequel nous sommes, la zone verte qu’est la Haute
-Maurienne… 3. Se sentir utile, apporter à la société et au pays [la vallée] en ayant l’opportunité de développer un projet qui me tient à cœur.

29En effet, se construire à une échelle plus locale, à l’écart des principaux flux de communication, est une des motivations invoquées pour légitimer le fait de se déplacer vers ces confins.

La recherche de l’isolement comme moteur de déplacement

30Selon R. Brunet et al. (1993 : 284), l’isolement est un « sentiment lié à la faiblesse des relations avec les autres, avec l’extérieur [assimilé à] un trou ou un refuge » (Brunet et al., 1993 : 284), « pas toujours fondé sur des raisons objectives mais plutôt sur des représentations que l’on se fait » (Baud et al., 2003 : 287). Vus de l’extérieur et notamment par le regard des urbains, certains espaces de montagne sont perçus de façon péjorative comme des espaces enclins aux maux de l’isolement. Ce dernier est assimilé à des critères physiques qui conduiraient à des formes d’éloignement et des représentations sociales (enfermement). Dans ces vallées alpines, comment l’isolement participe-t-il à la déconstruction de ce stéréotype et à « l’emplacement » de nouveaux habitants ?

31Vivre dans des confins, c’est faire face à de faibles densités de population qui renforcent le sentiment d’isolement (professionnel, social). Comme le montre la figure 3, toutes les vallées étudiées ont un seuil de densité inférieur à trente habitants au km² et six vallées sur huit ont une densité de population moyenne inférieure à six habitants par km². Dans ces territoires, plus la densité de population moyenne est élevée, moins les temps d’accès aux services le sont. De plus, les vallées où l’économie touristique est la plus forte (Haute-Giffre, Beaufortain) sont également celles qui présentent les temps d’accès aux services les plus faibles.

Figure 3 : Comparaison des territoires en fonction de leur densité et des temps d’accès aux services du panier « vie courante » (source : Barrioz, 2019 et INSEE, 2018).

Figure 3 : Comparaison des territoires en fonction de leur densité et des temps d’accès aux services du panier « vie courante » (source : Barrioz, 2019 et INSEE, 2018).

32En moyenne, il faut plus de seize minutes aux habitants de la Haute-Maurienne, du Queyras, de la Haute-Ubaye et de la Haute-Tinée pour rejoindre quelques uns des vingt-deux équipements du panier « vie courante » défini par l’INSEE. Mais il faut, par exemple, plus d’une demi-heure à des habitants de Bonneval-sur-Arc (village le plus en amont de la Haute-Maurienne) pour rejoindre le premier centre urbain (Modane) et plus d’une heure pour rejoindre la sous-préfecture (Saint-Jean-de-Maurienne).

33Lorsqu’il leur a été demandé d’exprimer ce qui pourrait les inciter à déménager en dehors de leur haute vallée alpine, certains habitants interrogés ont mis en avant le manque de services de santé, et notamment de spécialistes, comme cela est également le cas dans d’autres espaces ruraux (Fleuret et Hoyez, dir., 2011). Toutefois, ce sont principalement des retraités et des personnes proches de la retraite qui ont évoqué ce problème. Les autres personnes, plus jeunes, se sont simplement contentées de soulever cette question comme une contrainte de vie à l’année, mais pas comme un facteur potentiel de départ. A l’inverse, le rapprochement d’établissements scolaires du secondaire (collège et/ou lycée) est un argument de départ pour ces familles. En apparence, ces réponses traduisent donc certaines difficultés à vivre, de façon pérenne, dans ces confins.

34Pourtant, tout en étant subi, cet isolement est aussi recherché et accepté par certains nouveaux habitants. Soit parce qu’ils recherchent précisément la tranquillité et la mise à l’écart qui leur permettent de s’intégrer petit à petit et discrètement, soit parce que cette situation est aussi l’occasion de favoriser l’entraide et la rencontre (extraits d’entretien 3). Dans certains discours, ce paramètre est parfois exprimé comme un réel élément de motivation. C’est le cas d’une habitante qui a quitté la capitale pour s’installer en Haute-Maurienne avec sa fille et d’un habitant retraité de 70 ans.

Extraits d’entretien 3
Femme, 44 ans, secrétaire de mairie, célibataire, 1 enfant :
« Je voulais vraiment être isolée. En vivant à Paris, j’ai beaucoup souffert du trop plein de monde, d’agressivité, de pollution. Je voulais la campagne, la montagne aussi. La grande tranquillité. A Paris, cette misère… j’habitais dans un quartier populaire mais avec beaucoup de pauvreté, ça me touchait trop. Ma fille voulait aussi partir. Ici on s’en sort mieux, on ne dépense rien, on n’a pas de tentation, j’ai mon petit jardin. On peut vivre avec un petit salaire. Quand je suis partie de Paris, ils m’ont dit que j’étais folle… ».
Homme, 70 ans, retraité, marié, sans enfant : « Il y a une certaine solidarité, on est plus sociable ici pour s’aider qu’en bas, en ville. En bas, ils ne s’entraident pas. C’est un autre lien, c’est pas pareil que la ville ».

35Si son emploi de secrétaire de mairie et la fréquentation de l’école du village par sa fille ne font pas référence à un isolement en tant que tel, c’est à une autre échelle qu’il semble nécessaire de replacer cette situation. En effet, elle a fait le choix de s’installer dans un des derniers villages de la vallée, en situation de cul-de-sac les trois quarts de l’année, à plus de 1700 mètres d’altitude et à une trentaine de minutes du premier supermarché, ce qui représente, pour elle, un espace isolé. Mais, à son image, 57 habitants parmi les 71 rencontrés ne ressentent pas cette mise à l’écart comme une obligation. Migrer vers ces lieux est l’occasion de trouver une forme d’épanouissement personnel qui participe, selon eux, à s’intégrer dans le village, voire dans la vallée. Ce contexte qu’ils invoquent parfois comme un isolement leur permet également de trouver leur place progressivement.

De la beauté des paysages à l’affirmation d’une sensibilité pour le cadre de vie

36A travers l’installation dans les hautes vallées alpines, les habitants affirment des choix qui reposent souvent sur l’importance qu’ils accordent à vivre dans un espace de montagne, entourés de paysages auxquels ils sont particulièrement sensibles et qui les touchent. Lorsque la question « Quels sont les trois premiers éléments de motivation qui vous ont poussés à vous installer ici » a été posée, 61 % du total des trois réponses apportées par l’ensemble des habitants a fait référence à un rapport sensible à l’espace. Il se traduit de la manière suivante : « le cadre et la qualité de vie, la proximité avec la nature, la beauté des paysages, une vallée préservée, la simplicité du lieu, l’émotion et le sentiment particulier de vivre ici ». La photographie 2 a été proposée par un habitant, en réponse à notre sollicitation, pour illustrer son « rapport sensible et particulier à l’espace dans lequel [il vit] ». Prise un soir d’orage, elle représente pour lui : « un paysage toujours différent selon la météo, la lumière et les saisons. Des dimensions "grandioses" de cet environnement qui dégage des ambiances prenantes. Cet environnement me procure des émotions parfois fortes lorsque je le regarde et que je le parcours. Sensations d’être dans un lieu un peu à part, parfois rude et "extrême", un lieu qui me nourrit ».

Photographie 2 : Appréhender un rapport sensible et affectif à l’espace (source : habitant enquêté, août 2018).

Photographie 2 : Appréhender un rapport sensible et affectif à l’espace (source : habitant enquêté, août 2018).

37En s’installant en montagne, ces habitants expriment un intérêt affectif pour l’espace de montagne. En ce sens, à la recherche d’un équilibre de vie, ils trouvent dans le lieu qu’ils choisissent un certain bien-être qui leur permet de continuer à se construire, en tant qu’individu et dans la société. Ce rapport affectif à la montagne représente également un point commun avec les habitants précédemment installés, ce qui est, en quelque sorte, un élément qui légitime leur choix et leur volonté de se faire une place.

38Souvent conscients de cette démarche, ils expriment avec une certaine facilité cette relation sensible à l’espace. Près de la moitié des personnes interrogées cite spontanément le fait de « vivre en montagne » comme une des trois raisons qui les ont poussés à faire ce choix. Cet objectif semble être un élément marquant de la spécificité de ces migrations. Ces dernières se distinguent donc de celles s’établissant vers les campagnes plus « ordinaires » grâce à différentes composantes propres à l’espace montagnard (relief, climat, horizon, paysages variés selon un gradient altitudinal). On retrouve ces facteurs dans les extraits d’entretiens suivants :

Extraits d’entretien 4 :
Homme, 57 ans, écrivain, marié, 1 enfant :
« La montagne, c’est comme un aimant. On adore sortir du Beaufortain pour aller plus loin mais il y a un certain bien-être ici, dans un pays où on a de l’espace, où il n’y a pas de clôture... On a l’impression qu’on a la montagne à nous » ;
Homme, 43 ans, moniteur de ski, pacsé, 2 enfants : « Ce que je privilégiais c’était le cadre de vie, c’est d’être à la montagne. Ici, ça reste un petit paradis, on n’est pas trop embêtés par la pollution, pas trop embêtés par le bruit. Au niveau de la circulation, il n’y a pas d’embouteillage. [...] C’est d’être à la montagne, de vivre à la montagne dans un petit village de montagne. Oui, la vie de village en montagne » ;
Femme, 54 ans, secrétaire de mairie, mariée, sans enfant : « Le côté nature est très fort dans le
Queyras. Il y a beaucoup d’endroits où on se sent dans un espace naturel mais ici ça n’a rien à voir... ».

39Ainsi, répulsives pendant la première moitié du XXe siècle, ces montagnes sont devenues progressivement attractives, d’abord pour des touristes, puis depuis les années 1980 et 1990, voire plus tard, pour des habitants qui souhaitent s’y faire une place à l’année.

40Si l’on combine la motivation qui se rapporte au sensible et celle qui fait directement référence au fait de vivre en montagne, 54 habitants rencontrés ont exprimé l’une de ces deux raisons comme facteurs à l’installation en haute vallée. Ainsi, le choix de ce lieu s’inscrit de façon très précise dans la construction de leur ici. Le rapport sensible à l’espace de montagne apparaît comme un élément global de motivation, voire de légitimation, elle-même guidée par des facteurs plus rationnels et concrets. La particularité, ici, repose sur la volonté, voire le plaisir, de faire sa place dans un endroit où ils se sentent bien, couplé au choix de l’isolement, et avant d’autres facteurs rationnels comme l’emploi. Ce rapport sensible à l’espace constitue précisément ce qui favorise la construction de la place par l’individu et ce qui, à terme, contribue à pérenniser son installation. Nous allons toutefois voir que certains lieux de montagne font l’objet de tensions qui demandent aux habitants d’être patients s’ils souhaitent se faire une place durablement.

Négocier sa place dans l’altérité

L’intégration sociale en haute vallée, entre codes et discrétion

41Prendre place au cœur d’un nouveau territoire demande souvent des temps d’intégration relativement longs qui dépendent de la capacité des individus à se faire accepter, s’ancrer et même légitimer leur place. L’intégration socio-spatiale en haute vallée dépend de la subjectivité des habitants et de la place qu’ils accordent à leurs racines (Barrioz, 2019 : 176), au-delà de l’attachement qu’ils expriment à l’environnement.

42L’ouverture de leurs trajectoires, notamment à l’international, leur permet souvent d’envisager leur installation au regard d’un engagement, voire d’un ancrage (Debarbieux, 2014). Pour G. qui a vécu à l’étranger avec son épouse et ses enfants pendant toute sa carrière professionnelle, la « stabilisation de la famille dans cette vie nomade » s’est faite par un « ancrage dans la vallée » grâce à leur résidence secondaire devenue lieu de vie à l’année. Sa trajectoire spatiale (figure 4) montre que ses nombreux lieux de vie à l’étranger dénotent avec sa stabilisation dans la vallée. Mais, c’est justement ce choix de s’ancrer à Beaufort, et d’en faire un point d’attache, qui a contribué à lui procurer enfin le sentiment de se faire progressivement une place, après avoir habité à différents endroits de la planète.

Figure 4 : trajectoire spatiale d’un habitant du Beaufortain (57 ans, ingénieur, marié, 3 enfants) (source : Barrioz, 2017)

Figure 4 : trajectoire spatiale d’un habitant du Beaufortain (57 ans, ingénieur, marié, 3 enfants) (source : Barrioz, 2017)

43En revanche, même s’ils revendiquent souvent une « acclimatation » discrète, prendre place en contexte d’isolement montagnard demande d’accepter de se fondre dans la vie sociale, en dépassant les difficultés liées à la perception de l’autre encore souvent vu comme étranger. Un habitant installé depuis plus de dix ans résume la situation en utilisant des mots bien spécifiques (extrait d’entretien 5).

Extrait d’entretien 5 (homme, 43 ans, animateur, pacsé, sans enfant) :
« Il y a les locaux, qui ont trois générations au cimetière, ou quatre... Il y a les exotiques, les pièces rapportées, qui ont habité ici ou qui travaillent à l’année et qui sont mariés ou en couple avec une personne du cru. Ensuite, il va y avoir les saisonniers... C’est terrible, j’ai l’impression de faire des cases... Et ça a pas forcément de rapport avec le travail qu’on a. Et ensuite, la clientèle, les touristes. Et après, tous les résidents ».

44Dans les cas étudiés, la référence aux générations enterrées au cimetière (Petit, 2016) d’une des communes de la vallée, voire du village, est souvent utilisée par les nouveaux arrivants comme un élément de discours qui leur est renvoyé par les locaux. Cela fait encore l’objet de nombreux débats dans les discussions locales. Il reste que la question de l’intégration dans un territoire est un élément largement rappelé, souvent de manière spontanée, par une grande majorité des nouveaux résidents rencontrés. Toutefois, les représentations que l’arrivant se fait des individus présents antérieurement, et les perceptions de l’autre de manière générale, nourrissent, participent, favorisent ou freinent l’accueil et l’intégration de ces habitants dans un espace restreint, relativement peu anonymisé comme le sont les petits villages enclavés une partie de l’année et peuplés d’une centaine d’habitants. Il est alors parfois difficile de se faire une place.

Extrait d’entretien 6 (femme, 35 ans, sans emploi, mariée, 2 enfants) :
« Au début les gens sont très montagnards, il y a l’aspect du climat, mais bon ils sont rudes, ils ne sont pas très ouverts, pas forcément très ouverts… mais une fois qu’ils ont accepté, c’est beaucoup plus facile. Ils invitent plus facilement chez eux. Il faut passer le cap, il faut se faire accepter et… et il faut accepter d’aller voir les gens, de dire bonjour et qu’ils ne vous répondent pas.

45Ces représentations subjectives de l’autre demandent ainsi d’accepter de s’ouvrir et de donner du temps pour intégrer, et pour être intégré (extrait d’entretien 7).

Extrait d’entretien 7 (homme, 23 ans, saisonnier, célibataire, sans enfant) :
« Ce sont des gens rustres en apparence, qui ne donnent pas leur confiance comme ça… ils se protègent et te font comprendre que t’es chez eux et que t’es juste de passage. Ils s’en foutent un peu, il faut un peu les travailler, ça prend du temps
[…]. Le chef d’atelier [à son travail], la première saison, il ne m’a jamais appelé par mon prénom, alors qu’on bossait ensemble tous les jours. La deuxième année, quand il a vu qu’on s’installait là, qu’on s’intéressait au pays, à la vallée qu’on restait un peu au printemps, qu’on venait un peu avant l’hiver pour faire de la montagne, qu’on faisait du ski de rando, ceci, cela… là, il a commencé à m’appeler par mon prénom. Et maintenant, il m’invite à manger chez lui, ça met du temps ».

46On retrouve ainsi le jeu qui, selon M. Lussault, consiste à « éviter certaines positions, à en tenir d’autres » (2009 : 22), dans un espace devenant « contenu de l’expérience sociale » (2009 : 26). Se faire une place dans ce contexte relève ainsi, selon lui, de cette « compétence de placement et d’arrangement. Cette capacité consiste à savoir trouver pour soi, les autres, les objets, la bonne place [et] constitue une activité sociale essentielle » (id., p. 84). Dans ces territoires, une action comme celle de mettre ses enfants dans une école ou d’intégrer une association ne suffira pas à légitimer une position spatiale. Le paramètre temporel nécessite d’être pris en compte, notamment parce que l’arrivée de nouveaux habitants reconditionne et réorganise ces sociétés locales qui présentent néanmoins des formes de solidarité spontanément évoquées par les habitants rencontrés.

47Aucune généralité ne peut être dégagée à ce sujet puisque l’insertion à long terme dans un territoire dépend de l’adaptabilité et de la personnalité de chaque individu. Néanmoins, en étant attirés par l’espace de montagne pour des raisons bien spécifiques comme le cadre de vie, les nouveaux résidents se forgent, au gré d’images et de discours collectifs, des perceptions particulières de l’espace devenu leur lieu de vie et des représentations qu’ils vont considérer légitimes de défendre. Mais les difficultés rencontrées au sujet de leur placement dans un lieu n’interrogent pas uniquement ces dimensions sociales et sensibles. Elles questionnent aussi des éléments plus rationnels et matériels comme le logement, puisqu’ils jouent eux aussi un rôle dans le mode de vie des habitants et dans la pérennité de leur installation.

Prendre place en contexte touristique et participer à une forme de gentrification

  • 2 Cette question spécifique et complexe est abordée dans le chapitre 5 de notre thèse (Barrioz, 2019) (...)

48Avec l’emploi2, le logement, qui représente une forme d’intégration spatiale, est une des conditions favorisant la migration puis l’installation à long terme. Dans les vallées où l’activité hivernale est peu développée, l’accès au logement n’est pas un problème. C’est le cas par exemple dans des communes qui ne sont pas supports de station de ski alpin, comme Château-Ville-Vieille (Queyras) : « il y a beaucoup de logements à rénover et des jeunes qui achètent ». Dans ces communes, le problème serait plutôt de trouver des habitants pour les occuper : « la commune a mis en location un chalet à l’année depuis deux mois par une agence immobilière, on n’a même pas eu un contact, on voulait faire venir un jeune couple ». De même, pour du foncier, il existe des terrains disponibles et constructibles comme à Maison-Méane dans l’Ubayette. La commune a mis en vente en 2016 un terrain de 630 m², qui reste sans acquéreur un an après.

49A contrario, là où l’emploi est plus présent et l’activité touristique plus intense, le logement est un problème majeur, à la location ou l’achat. La part des résidences principales par haute vallée révèle la faible proportion de logements permanents. N’excédant pas 33 % dans les huit vallées de l’échantillon (contre 82 % à l’échelle métropolitaine), cette répartition devient problématique en termes d’économie territoriale et de vie à l’année. Une partie des acteurs rencontrés met en avant cet enjeu : « peut-être que les loyers ne devraient pas suivre ceux de la location du tourisme parce que c’est toujours pareil, les [propriétaires] préfèrent louer à la semaine, même trois-quatre semaines à l’année, ça fera le même loyer qu’avoir quelqu’un pendant les quatre mois de l’hiver ».

50Outre la disponibilité, le prix est un argument qui fait partir les habitants (extrait d’entretien 8).

Extrait d’entretien 8 (homme, 32 ans, ingénieur territorial, marié, 1 enfant) :
« c’est clair que ce qui pourrait nous faire partir du Beaufortain, c’est cet aspect immobilier […] malgré la qualité de vie, le fait qu’on s’y sente bien… Voilà… si t’as envie d’investir au niveau immobilier, dans des villages sur les coteaux d’Albertville [hors de la vallée] c’est moins cher. C’est clair qu’il y a une vraie question à se poser et on se l’est déjà posée ».

51On trouve aussi des enquêtés pour qui l’accès à la propriété a été facile, essentiellement dans les communes du bas des hautes vallées. Un habitant a trouvé un terrain à 89 000 euros, un an après son arrivée dans le Beaufortain. Une autre personne a acheté une maison assez grande dans la même vallée pour y installer famille et ovins « alors qu’on n’avait rien demandé à personne ». Cependant, comme dans d’autres territoires touristiques (littoraux par exemple), les Alpes et les vallées les plus enclines au tourisme hivernal présentent les formes d’une gentrification rurale aux contours particuliers (Barrioz, 2019). Si pour certains, le logement apparaît comme une porte d’entrée à la vie en haute vallée, il reste une barrière majeure à l’installation et à la pérennisation des habitants sur le territoire. En effet, parmi les habitants rencontrés, un certain nombre a évoqué la difficulté à trouver un logement, et notamment un bien à acheter, événement qui ancre généralement l’individu dans un territoire et qui contribue à légitimer sa place, à l’affirmer dans le temps et dans l’espace. Lors de ces entretiens, la question « Quelles seraient les trois raisons qui vous pousseraient à quitter la vallée » a été posée. Même si les réponses reposent sur des potentialités de départ, on a noté que les principales réponses faisaient référence à l’accès aux services de santé et aux dynamiques de vieillissement, à l’accès au logement ainsi qu’à l’emploi et aux changements professionnels (Barrioz, 2019 : 347). Les acteurs locaux, et en premier lieu les élus, ont donc un rôle primordial à jouer dans le maintien des habitants.

Conclusion

52Si les habitants récemment installés dans les hautes vallées alpines expriment choisir d’abord un lieu agréable à vivre plutôt qu’un emploi, c’est notamment parce qu’ils recherchent en premier lieu des conditions de vie spécifiques (isolement, proximité des montagnes avec lesquelles ils ont un lien affectif…).

53Ces migrations d’agrément révèlent la capacité d’un habitant à se placer dans un lieu nouveau qu’il souhaite faire sien. Se faire une place, c’est aussi développer une compétence sociale tout autant que spatiale qui amène à observer, analyser, jauger, (re)positionner ses sens, ses actions et ses projets, en fonction de son vécu, des autres et de l’évolution des territoires. Ainsi se composent et se recomposent des ailleurs devenus ici.

54Généralement non contraints, ces habitants ont pour objectif de trouver « la bonne place ». Les confins étudiés deviennent ces places, qui au-delà d’être largement représentées dans l’imaginaire montagnard, semblent irremplaçables pour certains habitants qui expriment un rapport affectif et sensible fort avec la montagne, « leur » montagne voire « leur » vallée.

55Toutefois, alors que le rapport au lieu et à la place est clairement assumé et exprimé de façon précise, le rapport social entre les différents habitants revêt une part d’incertitudes. Tout en considérant le part des habitants qui repartent et qui nécessiterait une autre recherche, cette étude montre donc que malgré les faibles densités et les difficultés rencontrées, ces territoires ruraux de montagne continuent d’accueillir des personnes qui ne regrettent pas leur choix. Il ressort finalement que les hautes vallées alpines peuvent attirer des habitants, aussi en raison de leur isolement, notion dont la perception uniquement négative demande à être relativisée.

Haut de page

Bibliographie

Ansel D. et Frankhauser P. (dir.), 2012, La décision d’habiter Ici ou Ailleurs, Paris : Economica, Coll. « Villes ».

Authier J.-Y. (dir.), 2010, Etat des lieux sur les trajectoires résidentielles, Plan Urbanisme Construction Architecture, Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer, 85 p.

Barbier M., Toutin G. et Lévy D., 2016, « L’accès aux services, une question de densité des territoires », Insee Première, n° 1579, [en ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1908098.

Barrioz A., 2019, S’installer et vivre dans les hautes vallées alpines. Des trajectoires de vie entre attractivité et capacité d’adaptation des territoires, thèse de doctorat en géographie, Université Savoie Mont Banc, 479 p.

Baud P., Bourgeat C. et Bras S., 2003, Dictionnaire de géographie, Hatier, 546 p.

Berroir S., Delage M., Fleury A., Fol S., Guérois M., Maulat J., Raad L. et Vallée J., 2016, « Trajectoires résidentielles, construction des espaces de vie et ancrage dans le périurbain. Enquête au nord de l’agglomération parisienne », Revue française des aires sociales, La documentation française, n° 3-7, p. 65-89.

Bonerandi E., 2014, « La pauvreté masquée des espaces ruraux français - disqualification spatiale, disqualification sociale - démasquer la pauvreté rurale » in Boulineau E. et Bonerandi E., dir. Europe. Une approche géographique, Rennes : PUR, p. 101-134.

Bourdeau P. (2009), « De l’après-ski à l’après-tourisme, une figure de transition pour les Alpes ? », Revue de Géographie Alpine [en ligne], n° 97-3. URL : http://rga.revues.org/1049.

Brunet R., Ferras R. et Théry H., 1993, Les Mots de la géographie. Dictionnaire critique, Reclus-La Documentation française, 518 p.

Cognard F., 2010, « Migrations d’agrément » et nouveaux habitants dans les moyennes montagnes françaises : de la recomposition sociale au développement territorial. L’exemple du Diois, du Morvan et du Séronais, thèse de doctorat en géographie, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand.

Dauphin S., 2009, « Trajectoires de vie et dynamiques institutionnelles », Informations sociales, n° 156, p. 4-5.

Debarbieux B., 2014, « Enracinement – Ancrage – Amarrage : raviver les métaphores », L’Espace Géographique, n° 2014-1, p. 68-80.

Depraz S., 2017, La France des marges. Géographie des espaces « autres »., A. Colin, 287 p.

Dodier R., Cailly L., Gasnier A. et Madoré F., 2012, Habiter les espaces périurbains, PUR, 219 p.

Feildel B., 2010, Espaces et projets à l’épreuve des affects. Pour une reconnaissance du rapport affectif à l’espace dans les pratiques d’aménagement et d’urbanisme, thèse de doctorat en Aménagement de l’espace et urbanisme, Université François Rabelais, 651 p.

Fleuret S. et Hoyet A.-S. (dir.), 2011, Santé et géographie. Nouveaux regards, Economica, 302 p.

Fournier-Plamandon A.-S. et Racine-Saint-Jacques J., 2014, « (Re)constituer la trajectoire », Conserveries mémorielles [En ligne], n° 15. URL : http://cm.revues.org/1740, p. 1-8.

Laslaz L., 2005, Les zones centrales des Parcs nationaux alpins français (Vanoise, Écrins, Mercantour), des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards, thèse de doctorat en Géographie, Université de Savoie, 2 vol. , 644 p.

Lévy J. et Lussault M., 2013, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, 1033 p.

Lussault M., 2009, De la lutte des classes à la lutte des places, Grasset, 221 p.

Martin N., Bourdeau P., Daller M., (dir.), 2012, Du tourisme à l’habiter : les migrations d’agrément, Paris : L’Harmattan, Coll. « Tourisme et sociétés ».

Moss L. A. G., (dir.), 2006, The Amenity Migrants: Seeking and sustaining Mountains and their Cultures, CABI, Wallingford/UK, Cambridge/USA.

Petit E., 2016, Se souvenir en montagne. Guides, pierre et places dans les Alpes, PUG, 239 p.

Petite M. et Debarbieux B., 2013, « Habite-t-on des catégories géographiques ? La ville, la campagne et la montagne dans les récits de trajectoires biographiques », Annales de géographie, n° 693, p. 483-501.

Phillips M., 2004, « Other geographies of gentrification », Progress in Human Geography, vol. 28, n° 1, p. 5-30.

Pistre P., 2012, Renouveau des campagnes françaises : évolutions démographiques, dynamiques spatiales et recompositions sociales, thèse de doctorat en géographie, Université Paris Diderot, 407 p.

Tommasi G., 2014, Vivre (dans) des campagnes plurielles. Mobilités et territoires dans les espaces ruraux. L’exemple de la Sierra de Albarracin et du Limousin, thèse de doctorat en géographie, Université de Limoges, 460 p.

Haut de page

Notes

1 Commissariat général à l’égalité des territoires (aujourd’hui intégré dans l’Agence nationale de la Cohésion des territoires), via la Convention Interrégionale du Massif des Alpes ; Communauté de communes du Beaufortain intégrée en 2017 au sein de la Communauté d’agglomération Arlysère ; Agence EDF Savoie « Une rivière, un territoire ». Ces trois financeurs, en tant qu’acteurs à différentes échelles dans le massif alpin, souhaitaient que le travail porte notamment sur des territoires qui les concernaient directement.

2 Cette question spécifique et complexe est abordée dans le chapitre 5 de notre thèse (Barrioz, 2019).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Présentation des terrains de recherche (source : Barrioz, 2018)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Figure 2 : Trajectoire spatiale à l’échelle d’une vie d’une habitante du Beaufortain (source : Barrioz, 2018).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7439/img-2.png
Fichier image/png, 168k
Titre Photographie 1 : Le hameau de Maljasset et son habitat en pierres et lauzes dans la communede Saint-Paul-sur-Ubaye (Haute Ubaye) (source : Barrioz, avril 2017).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7439/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Figure 3 : Comparaison des territoires en fonction de leur densité et des temps d’accès aux services du panier « vie courante » (source : Barrioz, 2019 et INSEE, 2018).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7439/img-4.png
Fichier image/png, 47k
Titre Photographie 2 : Appréhender un rapport sensible et affectif à l’espace (source : habitant enquêté, août 2018).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7439/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 4 : trajectoire spatiale d’un habitant du Beaufortain (57 ans, ingénieur, marié, 3 enfants) (source : Barrioz, 2017)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7439/img-6.png
Fichier image/png, 166k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Barrioz, « Construire sa place en haute vallée alpine française : S’installer et vivre dans des confins », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], Articles, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/tem/7439

Haut de page

Auteur

Anne Barrioz

Agrégée et docteure en géographie
Chercheuse associée au laboratoire EDYTEM (UMR 5204 - CNRS)
Bâtiment « Pôle Montagne »
5, bd de la mer Caspienne
F-73376 Le Bourget du Lac cedex
anne.barrioz@univ-smb.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search