Navigation – Plan du site

AccueilPré-publicationArticlesL’appartement périurbain : une pl...

L’appartement périurbain : une place choisie ? Politiques de densification des bourgs en Île-de-France et modes d’habiter périurbain

Claire Fonticelli

Résumés

La densification est considérée comme un objectif des politiques publiques en France. Les politiques tentent de l'imposer ce qui a des conséquences sur les formes urbaines et les habitats produits. Des immeubles sont construits dans des communes périurbaines, en rupture avec l'habitat le plus répandu dans ces communes : la maison individuelle. Comment habite-t-on en appartement dans ces espaces ? Quelles sont les représentations sociales associées ? Si le logement individuel semble la norme en périurbain, quelle y est la place des habitants des logements collectifs ? Choisissent-ils l’appartement ou sont-ils des « dé-placés » de la maison individuelle ? Cette nouvelle « place » vient-elle recomposer leur façon d’habiter ? A partir d'une enquête menée auprès d'habitants d'appartements neufs dans différentes communes périurbaines, trois profils d'habitants se distinguent. Ceux pour qui l'appartement est choisi, ceux qui y habitent pour un temps limité, et ceux qui habitent en appartement pour habiter en périurbain tout en rêvant de vivre dans une maison individuelle à laquelle ils ne peuvent accéder.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 D’après une enquête réalisée par TNS/Soffres en 2007 décortiquée par le chercheur Julien Damon en 2 (...)

1La maison individuelle serait, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le logement préféré des Français : 72 % des Français voulaient vivre en maison individuelle en 1947 (Bonvalet et Institut national d’études démographiques, 2019). Cette adhésion ne cesse d’augmenter et 87 % des Français aspireraient à y habiter aujourd’hui1. Cette envie de maison individuelle est, d’après cette enquête, encore plus importante pour les ménages voulant vivre en périphérie des villes. Le désir de campagne, l’idée d’un « bonheur à la campagne » (énoncée par Kayser, 1996 et Hervieu et Viard, 2001) se satisfait davantage par l’achat d’une maison individuelle que par celui d’un appartement. Pourtant, le périurbain se construit aujourd’hui en partie par du logement collectif, et de plus en plus : 40 % du logement réalisé dans le périurbain est du logement collectif (d’après la base de données SIT@DEL 2, 2013).

2Cette densification est largement promue par la puissance publique du fait de ses qualités supposées et constitutive d’une « idéologie de la ville compacte » (Reux, 2015). La densification permettrait de limiter l’automobilité et de renforcer les mobilités douces, de limiter la consommation d’espaces agricoles tout en produisant du logement. Si celle-ci a été dans un premier temps incitée en ville ou en agglomération dans le cas de l’Île-de-France, cette politique s’applique désormais aux communes périurbaines, notamment aux centres-bourgs. Ainsi, au sein de ce territoire francilien, les opérations de densification par le logement collectif se multiplient, tantôt portées par les élus locaux, tantôt imposées à ces communes par des politiques nationales ou régionales.

3Si le périurbain fait l’objet d’une littérature scientifique importante, les recherches sur ses habitants ont principalement porté sur les habitants des pavillons (Berger, 2004 ; Rougé, 2005 ; Callen, 2011). Dans ces communes où le logement individuel est la norme, nous chercherons à comprendre la place des périurbains habitant en appartements en nous appuyant sur les travaux de Michel Lussault, pour qui la place « met en relation, pour chaque individu, sa position sociale dans la société, les normes en matière d’affectation et d’usage de l’espace en cours dans un groupe humain quelconque et les emplacements [qu’il] nomme les endroits, que cet individu est susceptible d’occuper en raison même de sa position sociale et des normes spatiales » (Lussault 2009 : 127). Nous analyserons également leurs conséquences sur l'habiter, habiter étant entendu comme supposant une pratique, un goût, une appropriation tant de son espace de vie que des espaces alentour et se distinguant de vivre quelque part (Paquot, Lussault et Younes, 2007). Ainsi, nous interrogerons aussi bien les conséquences spatiales liées à l’emménagement en appartement dans ces espaces (habiter en appartement est-il un déplacement spatial, permettant le passage d’un espace urbain ou rural à un espace périurbain, ou bien d’un espace périurbain à un autre ?) que les représentations sociales qui y sont associées : habiter en appartement incarne-t-il un sentiment de déclassement social, une transition ou à l’inverse une ascension ?

4Si le logement individuel semble la norme en périurbain, quelle y est la place des habitants des logements collectifs ? Choisissent-ils l’appartement ou sont-ils des « dé-placés » de la maison individuelle ? Cette nouvelle « place » vient-elle recomposer leur façon d’habiter ?

5Dans cet article, nous analyserons dans un premier temps le parc de logements collectifs en périurbain. Dans un second temps, nous montrerons que les ménages choisissent le périurbain et s’y placent, avant de voir, dans un troisième moment, que l’appartement n’est pas toujours choisi. Enfin, nous montrerons que les pratiques des ménages rencontrés invitent à repenser l’habitat collectif périurbain.

1. L’habiter en appartement en contexte periurbain

1.1 Enquêter l’habiter des habitants des appartements périurbains

  • 2 Nous avons défini les bourgs périurbains comme des communes du périurbain au sens de l’INSEE, dont (...)
  • 3 Nous avons mené des entretiens auprès des différents acteurs intervenant au sein de ces programmes (...)

6Dans un travail de thèse (Fonticelli 2018), nous souhaitions analyser la construction d’habitats collectifs dans le périurbain francilien à travers la réalisation d’une base de données recensant les projets de construction dans les « bourgs »2 périurbains dont les permis de construire ont été déposés entre 2008 et 2013. Nous voulions identifier les apories de la densification – à travers des entretiens semi-directifs3 (56) menés avec des acteurs de la densification sur onze communes. Nous avons ainsi interrogé élus, maîtres d’œuvre, maîtrises d’ouvrage, assistants à maîtrise d’ouvrage publics ou privés, ayant participé – ou participant – à la construction de logement collectif sur les communes de Bois-le-Roi (77), Bouray-sur-Juine (91), Chevannes (91), Houdan (78), Itteville (91), Montfort-l’Amaury (78), Moussy-le-Neuf (77), Oinville-sur-Montcient (78), Orgerus (78), Plailly (60), Saint-Arnoult-en-Yvelines (78).

7Enfin, et c’est ce travail que nous mobiliserons essentiellement dans cet article, nous avons réalisé 82 courts entretiens auprès des habitants des immeubles réalisés, sur cinq des sites précédemment analysés, afin de connaître leur parcours résidentiel et leur satisfaction à habiter en appartement.

Figure 1 : Les cas d’étude au sein du périurbain francilien.

Figure 1 : Les cas d’étude au sein du périurbain francilien.

8Grâce à ces entretiens, nous souhaitions connaître ces habitants, mais surtout interroger la satisfaction résidentielle : choisit-on d’habiter en appartement au « royaume » des maisons ? Nous voulions aller au-delà des représentations des élus qui souscrivent en partie au dogme de la densité et voient dans le logement collectif le moyen de transformer les pratiques des habitants, afin d’analyser comment cet habitat influence la « place » qu’ils occupent.

  • 4 Ce terme de ménage est délibérément choisi ; nous avons souvent mené les entretiens avec l’ensemble (...)

9Pour tenter de mesurer les modes d’habiter en logement collectif périurbain, nous avons ainsi proposé des questionnaires aux habitants de cinq opérations récemment construites sur cinq communes, choisies pour leurs contextes périurbains différents. Nous avons ainsi rencontré les habitants d’Itteville (programme de 17 logements sociaux), de Montfort-l’Amaury (petit collectif de 40 logements privés en démolition reconstruction), d’Houdan (26 logements en réhabilitation plus densification), de Plailly (30 logements, quasiment tous sociaux), ainsi que de Moussy-le-Neuf (99 logements privés). Pour rencontrer des habitants de ces opérations, nous avons choisi de faire du porte à porte. Entre juin 2016 et septembre 2017, nous nous sommes ainsi rendus le week-end dans ces immeubles pour rencontrer leurs habitants et leur proposer de répondre à nos questions. Nous leur avons alors adressé un questionnaire alternant questions à choix multiples (sur les lieux privilégiés de vie, leurs choix résidentiels etc.) et questions ouvertes. Nous avons retranscrit la passation de ces différents questionnaires, notant aussi bien les expressions choisies pour répondre aux questions que la façon même de comprendre cette question. Les questionnaires duraient le plus souvent une quinzaine minutes. Nous nous sommes entretenus avec 82 ménages4.

1.2 L’habitat périurbain, des logements très homogènes

10Si le périurbain est souvent rapidement associé à l’étalement urbain, c’est oublier qu'en Île-de-France il s’appuie sur des anciens noyaux villageois denses, regroupant des maisons de villes accolées (Fouchier, 1999). Si la densité a toujours été présente, les immeubles étaient rares dans les bourgs et villages. Ceux-ci étaient réservés essentiellement aux équipements et aux fonctions de prestige. Historiquement, l’habitat dans les communes périurbaines est constitué de maisons individuelles et, bien qu’accolées, les maisons de centre-bourg se caractérisent par une alternance de pleins et de vides, permettant à chaque logement d’avoir un jardin individuel (Joanny, 2014). A partir des années 1950, les nouvelles constructions sont en rupture avec cette densité, du fait de la réalisation de maisons individuelles de type pavillon (Berger, 2004). L’appartement est donc assez rarement présent historiquement. Récemment, les maisons des centres-bourgs ont pour beaucoup ont été divisées en plusieurs logements, alors que de récentes opérations de densification en construction neuve étaient réalisées.

Figure 2 - Part des maisons et des appartements construits selon la période d’après INSEE 2014, traitement personnel

Résidences principales de type maison

avant 1946

de 1946 à 1990

de 1991 à 2009

Bourg

24 %

56 %

20 %

Aire urbaine

28 %

54 %

18 %

Banlieue

27 %

56 %

17 %

Paris

70 %

20 %

10 %

Périurbain francilien

29 %

51 %

20 %

France

29 %

48 %

23 %

11Ces constructions de logements collectifs sont en partie liées à l’imbrication des différentes politiques publiques nationales et régionales, qui imposent de plus en plus la densification sur les communes périurbaines (Fonticelli, 2019). Depuis la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU, 2000), les gouvernements successifs ont tous tenté de renforcer cette loi : en 2009 avec la loi ENE (Engagement National pour l’Environnement), en 2014 avec la loi ALUR. L’annonce faite en 2018 par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire de viser un objectif « zéro artificialisation nette » va dans ce sens : une promotion de la densification et du logement collectif car « les logements individuels sont 15 fois plus consommateurs d’espace que le collectif »5. Au nom du développement durable, le logement collectif en densification est largement promu, même dans des communes périurbaines. C’est particulièrement vrai en Ile-de-France où le Schéma Directeur de la Région Ile-de-France (SDRIF, 2014) contraint fortement les extensions urbaines, notamment dans les communes périurbaines. Si les élus peuvent toujours faire le choix du « malthusianisme foncier » (Charmes, 2007a), et choisir, plutôt que de favoriser la densification, de rejeter tout programme de construction6, beaucoup acceptent de construire du logement collectif.

  • 7 C’est-à-dire répondre dans le temps à l’évolution des besoins de logement des ménages.
  • 8 L’ensemble des données ci-après sont extraite de la base INSEE 2012 et portent sur les 1382 commune (...)

12Ce renouvellement des façons de construire n’est pas seulement dû aux politiques publiques qui tentent de limiter l’étalement urbain : il est également lié à la prise de conscience des élus de la nécessité de diversifier leur parc de logements pour permettre à leurs administrés de réaliser sur leur commune un parcours résidentiel complet7. L’homogénéité du parc de logements communal y est un frein : dans le périurbain, près de 4/5 des ménages habitent dans une maison dont ils sont propriétaires8.

Figure 3 : Nature du parc de logements réalisation personnelle d’après INSEE 2012, traitement personnel

Figure 3 : Nature du parc de logements réalisation personnelle d’après INSEE 2012, traitement personnel

Figure 4 : Typologie de logements dans les bourgs en 2012 d’après INSEE 2014, traitement personnel

Résidences principales 1 pièce

Résidences principales 2 pièces

Résidences principales 3 pièces

Résidences principales 4 pièces

Résidences principales 5 pièces ou plus

Bourg

3 %

9 %

16 %

24 %

48 %

Aire urbaine

11 %

20 %

25 %

21 %

23 %

Banlieue

9 %

18 %

28 %

23 %

22 %

Paris

23 %

32 %

23 %

13 %

9 %

Périurbain francilien

3 %

9 %

17 %

24 %

47 %

France

6 %

13 %

21 %

25 %

35 %

  • 9 Trois quarts des jeunes de moins de trente ans sont locataires (INSEE 2014)
  • 10  C’est le cas de 90 % d’entre eux (INSEE 2014)

13L’offre locative y est rare et les petits logements (moins de trois pièces) y sont sous-représentés (28 % contre 48 % de logements de 5 pièces ou plus). Cette homogénéité du parc de logements exclut d’emblée certains publics, comme les jeunes ménages. En France, ils sont essentiellement locataires9 et habitent en appartement10 (Driant, 2007). L’offre de logement en périurbain semble alors inadaptée. Ceux qui n’ont pas les moyens d’acquérir une maison se localisent dans les communes où les aménités urbaines sont plus importantes (commerces de proximité, présence de transport en commun, éventuellement de structures d’aide sociale) faute d’une offre adaptée à leurs moyens et à leurs besoins (Motte-Baumvol et Belton-Chevallier, 2011), et quittent leur commune natale. La crainte de voir les jeunes quitter la commune faute d’offre de logement adaptée est exprimée par de nombreux élus :

«  Alors les demandes ce sont des personnes... […] des jeunes gens qui souhaitent rester dans la région, parce qu'ils ont leurs parents, et que ça aide d'avoir papa et maman qui aident quand on démarre dans la vie.  » Adjointe au Maire de Saint-Arnoult-en-Yvelines, 2017.

14Pour beaucoup d’élus, c’est même un motif important pour accepter de réaliser du logement collectif dans leurs communes :

«  Par contre, on est motivés pour faire venir les jeunes et garder nos séniors. C'est ça notre philosophie  » Maire de Bourron-Marlotte, 2017.

15Au-delà des jeunes ménages, les maires souhaitent également réaliser des logements répondant aux besoins des familles monoparentales ou des personnes âgées. Dans les communes périurbaines franciliennes, les familles monoparentales sont sous-représentées (12 % contre 17 % dans l’aire urbaine, (INSEE 2014). L’éloignement des structures d’aides familiales ainsi que la cherté du coût des transports – et pour partie des logements – repoussent une partie des familles monoparentales des territoires périurbains (Motte-Baumvol et Belton-Chevallier, 2011). Certains ou certaines souhaitent y demeurer après un divorce, notamment pour faciliter les gardes alternées. La population, après avoir été rajeunie de façon conséquente dans un premier temps de la périurbanisation (Berger, 2004) connait désormais un certain vieillissement : l’âge moyen s’y élève de plus en plus, notamment dans les territoires périurbains les plus matures comme l’Ouest Francilien, à mesure que les premiers ménages installés y vieillissent (Rougé, 2014). Or, si une partie des personnes âgées souhaite demeurer le plus longtemps possible dans la maison familiale (Berger et al. 2010), la question du vieillissement dans ces logements se pose fréquemment et devient une préoccupation pour les élus. L’inadaptation des maisons au vieillissement, mais également le coût de leur entretien lors du décès de l’un des conjoints sont autant de freins au maintien à domicile de ces habitants âgés. Proposer des appartements apparaît comme une solution.

16Comme le résume le maire de Houdan, la diversification du parc de logement est vue comme une porte d’entrée pour maintenir les jeunes, les familles monoparentales et les personnes âgées au sein de la commune :

«  J'avais besoin de logements pour les employés de l'hôpital. J'avais besoin de logements pour les vieux qui ne peuvent plus garder leur grande baraque, et pour des jeunes qui sont encore à vingt-six ans chez papa et maman.   » Maire de Houdan, 2017.

17Cette diversification du parc de logement passe par la construction de logements collectifs et de logements locatifs. Elle est donc indispensable pour que le périurbain francilien et ses bourgs acquièrent une certaine maturité, selon l'expression consacrée par M. Berger, C. Aragau et L. Rougé en 2014. Elle est comprise – par la plupart des élus – comme devant être le support d’une transition résidentielle à l’échelle de la commune, le moyen de loger toutes les populations et ainsi de répondre aux besoins de leurs administrés. Dans tous les cas, ces élus témoignent d’une volonté de loger leurs «  pauvres  » : leurs jeunes, leurs familles monoparentales ou leurs personnes âgées en difficulté (Didier-Fèvre et al., 2014). Aucun discours sur l’accueil d’autres populations que celles déjà présentes dans le bourg n’a été tenu. Surtout, nous n’avons jamais rencontré chez ces élus de préoccupations sur l’appréciation de ces appartements par ceux qui y habitent : leurs préoccupations s’arrêtent à la difficulté de porter des programmes de logement collectif en périurbain. S’ils portent une réflexion en termes de logement, ils ne s’interrogent pas sur les modes d’habiter.

1.3 Un habiter spécifique en appartement ?

  • 11 En dehors de quelques exceptions notables comme celles de Nicole Haumont (1966) et de Marie-Geneviè (...)

18Pourtant, dès « la fin de la seconde guerre mondiale, un rapport sur le logement familial affirme la permanence de la tradition pavillonnaire, mais rappelle que la maison individuelle n’est réalisable que dans les banlieues assez éloignées des villes ou dans la campagne et que l’immeuble collectif est la règle dans les agglomérations urbaines » (Henault, 2017). Ignoré par la plupart des politiques publiques, la maison l'est tout autant par la recherche qui mettra du temps à interroger l’habiter en logement individuel11, car la méfiance envers les pavillons a imprégné les chercheurs, dont beaucoup portaient en parallèle un discours militant en faveur de la vie collective au sein des grands ensembles (Magri, 2008). Elle mettra également du temps à s’intéresser à l’étude du périurbain sans a priori (Reux, 2015).

19Cet « habiter » périurbain a été surtout étudié dans un premier temps au travers des résidents d’un habitat particulier, le logement individuel (Haumont, 1966 ; Mayoux, 1979), et peu d’études actuelles s’intéressent aux habitants des logements collectifs en périurbain. Les études portant sur l’habiter des espaces périurbains ont souligné qu’il y existe un mode de vie « très largement structuré par les pratiques résidentielles et tourné vers la famille » (Sencébé, 2007), et ont voulu notamment caractériser dans un premier temps un « archétype de l’habiter périurbain » (Dodier, Berger et Jaillet, 2008) avant de s’attacher à distinguer des figures particulières d’habitants périurbains, comme les « captifs » (Rougé, 2005) ou à l’inverse à souligner l’immense diversité des modes d’habiter périurbain (Cailly, 2008 ; Dodier, 2013).

  • 12 Voir à ce titre les contributions au dossier thématique Vivre les espaces périurbains de la revue N (...)

20Si les auteurs interrogent les modes d’habiter selon une variété de contextes (distance au centre, taille du pôle urbain, type de localisation résidentielle)12 ; ils n’interrogent pas les types d’habitat comme des éléments pouvant interroger les modes d’habiter, soit parce qu’ils ne sont pas explicitement distingués (Dodier et al., 2008, et Berger, 2004), soit parce que les enquêtes menées ne s’appuient que sur des ménages habitant en maison individuelle.

2. Habiter en appartement pour habiter en périurbain

21Eric Charmes notait qu’habiter en périurbain pouvait parfois être un choix empreint de nostalgie par rapport à la ville dense et soulignait que « ces personnes ont été poussées à faire le choix du périurbain en raison de leur incapacité financière à accéder à la propriété d’un logement de taille suffisante en centre-ville », malgré un discours apparent urbanophobe (Charmes, 2005 : 47). Ce n’est pas l’image qui nous a été renvoyée au cours de notre enquête. Ce qui en ressort au contraire, c’est que le périurbain est un choix pour l’immense majorité des habitants rencontrés.

  • 13 « Comme ici » était utilisé pour désigner le périurbain, le terme périurbain n’étant pas toujours c (...)

22Nous leur demandions où ils préféraient habiter, en dehors de toutes préoccupations financières : au choix entre la ville, la banlieue, « comme ici »13, ou la campagne. Plus de 80 % des habitants choisissaient l’option « comme ici » c’est-à-dire le périurbain. Seulement 10 % des ménages préféreraient une localisation plus urbaine (6 % dans une grande ville et 4 % en banlieue). D’ailleurs, quand on questionne les habitants des appartements pour savoir s’ils appréciaient – ou non – leur cadre de vie, 80 des 82 ménages interrogés répondaient positivement.

23Résider en périurbain témoigne autant d’une « mise à distance de la banlieue » (Charmes, 2005 : 44) dont témoigne ce plébiscite périurbain qu’une adhésion aux qualités propres des communes périurbaines. Dans les discours des personnes rencontrées, les qualités qui reviennent le plus fréquemment sont le « sentiment d’être à la campagne », le « calme », la possibilité d’avoir malgré tout « tout à proximité ». La localisation résidentielle n’a quasiment jamais été évoquée de manière négative, exception faite d’un habitant d’Itteville qui déplorait l’absence de transport en commun, d’animation et souhaitait déménager dans un environnement plus urbain.

24Ce goût du périurbain confirme ce que Dodier et Cailly écrivaient en 2007 : « Très attachés au modèle pavillonnaire, rompus aux déplacements automobiles, coutumiers des centres commerciaux, peu sensibles à la ville classique, ce sont eux, les périurbains de la deuxième génération, les plus fidèles porteurs du modèle d’urbanité périphérique » (Dodier et Cailly, 2007 : 71). Les périurbains rencontrés manifestent un réel attachement aux lieux où ils habitent (Sebastien, 2016), et manifestent une volonté d’y demeurer.

  • 14 Seulement 10 personnes interrogées sur les 82 préfèrent habiter en appartement plutôt qu’en maison. (...)

25Il apparaît, dès lors, que ce n’est plus tant la localisation périurbaine qui est subie que le fait d’habiter en appartement. La volonté de rester en appartement n’est présente que chez 12 % des ménages rencontrés14, essentiellement des personnes âgées, alors que 87 % aspirent à habiter en maison individuelle. Ainsi, l’appartement périurbain occasionne le plus souvent une satisfaction en demi-teinte. Plus encore, dans ces communes qui présentent une relative centralité urbaine, ce ne sont pas les maisons de ville caractéristiques du parc de logement qui attirent le plus ces ménages (13 % seulement aspirent à habiter en maison de ville) : c’est toujours le pavillon qui fait rêver (74 %), surtout, nous y reviendrons, parce qu’il propose un accès à un jardin.

26L’installation dans du collectif périurbain semble, à l’instar de l’installation en banlieue (Vermeersch, 2011), un compromis résidentiel entre contraintes professionnelles et contraintes financières. Au-delà, les habitants arbitrent entre un appartement en banlieue et un appartement dans le périurbain, dont les coûts sont relativement similaires. Le périurbain, en ce qu’il s’oppose à la banlieue dans l’imaginaire des habitants des immeubles rencontrés, est donc largement choisi. L’une des habitantes rencontrées expliquait son goût pour sa commune de résidence parce qu’elle souhaite « ne plus habiter une cité » (femme en couple avec trois enfants, environ 40 ans, Itteville (91)). L’une des personnes rencontrées, personnel navigant chez Air France, a quitté la province où elle habitait chez ses parents pour son premier emploi. Elle explique son choix résidentiel de la façon suivante :

« C’est-à-dire qu’en gros, quand vous travaillez à Roissy, vous avez le choix. C’est soit 10m² à Paris, et une heure de transport, soit un appartement dans une banlieue sur le RER qui craint et où vous n’avez pas envie de rentrer le soir. Soit, la campagne. Moi j’ai choisi la campagne […] On n’a pas de problème avec les voisins, c’est calme » Femme célibataire, sans enfant, environ 25 ans, Moussy-le-Neuf (77).

27Les périurbains vont apprivoiser le périurbain (Berger et al., 2010), ils vont s’y attacher (Sebastien, 2016) et vouloir y demeurer. De fait, leur place périurbaine n’est pas choisie par hasard : 74 % des emménagés ont au moins un membre de leur famille dans la commune, ou dans l’intercommunalité. Beaucoup sont des natifs du périurbain. Dans les faits, la commune où ils habitent est connue bien avant l’installation : ¼ des personnes rencontrées habitaient auparavant dans la commune, 32 % des ménages rencontrés habitaient précédemment dans une commune voisine, 15 % dans une commune du même département (mais pas à proximité), 21 % en région parisienne (département exclu) et 7 % dans le reste de la France ou à l’étranger.

  • 15 Nous entendons par « personnes âgées », des personnes ayant plus de 70 ans au moment des entretiens (...)

28S’ils ne peuvent habiter dans la commune dont ils sont originaires, ils vont choisir une commune aux qualités proches. C’est le cas pour les personnes âgées. Nous avons rencontré 8 ménages identifiés comme « personnes âgées »15. Parmi elles, quatre n’avaient pas de lien avec la commune où elles se sont installées. Toutes justifient leur choix de déménager par la volonté d’accéder à un appartement en périurbain, offre qui n’existait pas dans leur commune périurbaine d’origine. Si pour la plupart des personnes âgées habiter en appartement périurbain est un choix, la localisation de leur bien est quelque peu contrainte : faute d’offre adaptée ou jugée satisfaisante dans leurs communes d’origine, elles sont contraintes à s’en éloigner pour se maintenir dans du périurbain et y trouver une offre de logement adaptée à leurs besoins – d’une vingtaine de kilomètres pour une veuve récemment emménagée à Moussy-le-Neuf (77), à une quarantaine de kilomètres pour une habitante de Houdan (78). Ainsi, si les appartements servent en partie à loger des personnes âgées, ils n’accueillent pas nécessairement celles de la commune, et leur aire d’attraction est bien plus élargie, faute d’une offre d’appartement suffisante sur l’ensemble des communes périurbaines. 

29Dans l’ensemble, les ménages rencontrés choisissent le périurbain. Néanmoins si le périurbain est voulu, habiter en appartement est souvent la contrepartie pour vivre en périurbain. Cette contrainte se fait particulièrement ressentir chez les ménages qui n’ont pas la perspective de déménager, ou bien qui y habitent suite à des situations de parcours résidentiel contrarié.

3. Figure d’habitants des appartements : l’appartement impacte-t-il la place de ces habitants ?

30Nous l’avons dit, la plupart des Français aspirent à habiter en maison. Logiquement, les ménages que nous avons enquêtés témoignent de cette même aspiration : la maison individuelle demeure un rêve pour les habitants interrogés. Tous sont des emménagés récents, ce qui est lié au choix d’enquêter des programmes de logement neufs. Comme l’exprime A-F. Hoyaux, « changer ou devoir changer les lieux de son existence, c’est, pour les habitants, changer potentiellement de position, de statut, de rôle au sein du monde social (famille, travail, amis) dont il s’entoure. » (Hoyaux, 2015 : 368). Ici, nous analyserons si la place des habitants a varié avec leur déménagement.

31Evidemment, tous les habitants rencontrés ne voient pas leur place affectée de la même façon. Nous avons rencontré trois figures de ménages. Première figure : les ménages satisfaits de leur logement. Dans les entretiens réalisés, ils se caractérisent par une grande appréciation de leur logement, la recherche initiale d’un appartement plutôt que d’une maison, et la volonté de demeurer dans ce bien. On pourrait parler de ménages se plaçant en habitat collectif. Deuxième figure, majoritaire, les ménages en transition résidentielle. Ceux-là apprécient leurs logements, mais soulignent qu’ils n’y habitent que pour un temps et ne s’y projettent pas à long terme. Ils se placent en appartement, parce que cette période est provisoire. Dernier type, les ménages captifs, qui déprécient leur logement, préfèreraient habiter en maison mais soulignent leur incapacité à y parvenir : on parlera de ménages « placés ».

Figure 5 : figure de ménage selon leur commune de résidence

satisfaits

transition

captifs

total

Houdan

4

6

0

10

Montfort

6

3

2

11

Plailly

2

4

3

9

Itteville

5

5

2

12

Moussy

5

23

12

40

Total

22

41

19

82

3.1 L’appartement périurbain, une place choisie ?

  • 16 Ainsi, dans l’immeuble enquêté à Moussy-le-Neuf, 3/5 des ménages travaillent à Roissy-Charles-de-Ga (...)

3227 % des ménages rencontrés témoignent apprécier habiter en collectif. Parmi eux, on trouve beaucoup d’habitants du parc social ou du parc privé des communes aisées – Montfort-l’Amaury – ou des communes disposant du plus de commerces, de services (comme Houdan), ou une proximité à un pôle d’emploi d’envergure16.

33Les ménages du parc social qui habitaient anciennement dans la banlieue et notamment dans les communes faisant office de repoussoirs pour les périurbains – se trouvent particulièrement satisfaits. Ils représentent 7 des 82 ménages rencontrés. Pour eux, habiter en périurbain est un objectif en soi et le fait d’habiter dans du collectif est largement compensé par l’environnement périurbain. Ils mettent alors en avant les qualités de la vie dans un bourg – proximité de la nature, mais également de certains commerces, bonne réputation de l’école, comme en témoigne une femme rencontrée à Itteville et ancienne habitante d’un logement social à Grigny :

« Ici c’est calme, même l’école c’est calme. Quand on a eu l’appartement par le travail de mon mari, on est venus visiter et ça nous a paru vraiment tranquille, vraiment bien ». Femme, en couple avec deux enfants, environ 40 ans, Moussy-le-Neuf (77).

34Les inconvénients d’habiter en périurbain – le peu de transport en commun, le peu de commerces – sont largement compensés par la satisfaction d’habiter dans un environnement apprécié, notamment dans les communes les plus aisées comme à Montfort-l’Amaury – on peut y voir un lien avec la volonté d’appartenir à un club résidentiel (Charmes, 2011). Ces ménages habitaient auparavant en appartement et n’y voient pas de contrainte particulière.

35Les personnes âgées, dont nous avons déjà parlé, constituent une partie importante de ces ménages satisfaits. Elles ont choisi leur place, en appartement et en périurbain, et en louent les qualités. La présence de terrasses ou de jardins privés est également un élément qui facilite l’appréciation de ces logements, notamment parce que certains ménages témoignent se sentir « comme dans une maison ».

3.2 Les habitants en transition résidentielle, une place acceptée car provisoire

36La moitié des personnes rencontrées acceptent d’habiter en appartement parce qu’elles savent que ce sera pour un temps limité. Ce sont les ménages dits en « transition résidentielle ». Ces habitants sont souvent jeunes, beaucoup économisent en vue d’accéder à une maison individuelle, que ce soit un projet lointain ou qu’ils soient en cours d’acquisition d’un pavillon. S’ils témoignent d’une satisfaction quant à leur logement, ils soulignent que celle-ci est relative, et, surtout, qu’habiter dans un appartement n’est que provisoire. Durant les entretiens menés, ils lient leur appréciation à habiter en appartement à des éléments temporels :

« C’est pour le moment. On ne va pas y rester toujours. » Homme en couple avec un enfant, environ 30 ans, Moussy-le-Neuf (77).

« On va acheter une maison bientôt. » Femme en couple avec un enfant, environ 30 ans, Plailly (60).

« C’est confortable, ça nous va bien pour le moment. » Homme en couple sans enfant, environ 30 ans, Moussy-le-Neuf (77).

37Le logement collectif est donc perçu comme satisfaisant pour un temps de vie donné, dans un parcours résidentiel dont l’accomplissement demeure la maison individuelle. D’ailleurs, beaucoup des personnes rencontrées, au moment où nous leur avons demandé leurs motivations pour habiter en appartement nous ont renvoyé à leur âge, qu’ils soient jeunes, ou âgés, ou encore au fait d’habiter seul plutôt qu’en couple :

« Je suis jeune. Un appartement, ça me va. » Homme célibataire sans enfant, environ 25 ans, Moussy-le-Neuf (77).

38Au-delà, l’élargissement de la famille et le fait d’avoir des enfants est placé au cœur du choix résidentiel (Aragau, 2007), qui ne se traduit pas tant ici par le choix du périurbain – ce choix étant déjà fait – que par le choix d’habiter en maison plutôt qu’en appartement. Ainsi, si pour des ménages urbains, l’emménagement en périurbain est souvent lié à un parcours résidentiel et au fait de fonder une famille, pour les ménages qui habitent déjà en périurbain, l’appartement semble vu comme un moment de ce parcours résidentiel, dont la maison est la suite logique.

39Certains ménages soulignent toutefois que le projet d’achat de maison signifie quitter la commune où ils habitent et s’éloigner de la métropole et de leur travail. Ils envisagent de déménager plus loin dans le périurbain pour satisfaire leur désir de maison individuelle, même s’ils soulignent que rester sur la commune où ils habitent actuellement serait un idéal :

« On aimerait bien rester dans le coin après, on aime bien Moussy. C’est vrai qu’on trouve moins cher ailleurs, on devra peut-être bouger dans l’Oise, pour acheter. Surtout si on veut du neuf. » Homme en couple sans enfant, environ 30 ans, Moussy-le-Neuf (77).

« Nous, si vous voulez, on est en train d'acheter. On aurait bien aimé rester à Itteville, mais on ne pouvait pas se le permettre si on voulait une maison. » Femme en couple avec un enfant, environ 30 ans
, Itteville (91).

40Leur « place » est avant tout périurbaine. Elle n’est pas nécessairement liée à l’appartenance à une commune, même s’ils témoignent d’un réel attachement au lieu (Sebastien, 2016) : l’important est bien de se placer en maison individuelle, plutôt que de rester sur une commune en particulier, même si cette commune est un « club résidentiel » (Charmes, 2011).

3.3 Les captifs : un appartement périurbain faute de mieux

  • 17 Cette expression a été choisie en référence aux « captifs » du périurbain Toulousain, enquêtés par (...)

41Comme pour les ménages en transition, les ménages captifs considèrent la maison individuelle comme un idéal d’habiter. C’est le cas de 18 des 19 ménages identifiés comme « captifs »17. Beaucoup s’avèrent même étonnés que des questions sur leur habitat idéal leur soient posées, comme si on pouvait aspirer à un autre habitat que la maison individuelle. En revanche, ces personnes expriment que cet idéal est hors de leur portée, et soulignent leur frustration.

« Évidemment, l’idéal ça serait une maison, mais j’aurai jamais les moyens d’avoir une maison. Déjà acheter, je pourrai pas, et ensuite, à louer, une maison, vous savez combien c’est cher ? » Femme célibataire sans enfant, environ 65 ans, Moussy-le-Neuf (77).

« Non, mais vous croyez vraiment qu’on habite là par choix ? […] c’est trop petit et puis avec les voisins, le bruit… […] On n’a même pas de jardin pour le gamin c’est pas génial ». Homme en couple avec un enfant, environ 40 ans,
Moussy-le-Neuf (77).

42Pour ces ménages captifs qui ont habité en maison, emménager en appartement symbolise un déclassement. L’appartement incarne un parcours résidentiel contrarié : la maison individuelle familiale est vendue du fait d’un accident de vie – divorce, chômage.

« Suite à mon divorce, on a vendu la maison, j'avais besoin de déménager. J'avais une maison avant, vous savez, avec mon ex-mari. Et puis on a divorcé. On a vendu la maison, j'avais besoin de déménager. C'est vrai que ma maison… » Femme célibataire avec un enfant, environ 40 ans, Moussy-le-Neuf (77).

« Suite à mon divorce, j'ai dû vendre la maison. […] Il fallait que je trouve un appartement plus petit, rapidement, et pas trop loin de là où j'habitais avant. C'était plus agréable ; plus calme. On n'avait pas le bruit. Ici, les voisins sont bruyants, parfois. Il y a des odeurs. Chez soi on est tranquilles. » Femme célibataire avec un enfant, environ 50 ans,
Moussy-le-Neuf (77).

43Ces deux extraits d’entretiens soulignent que l’appartement n’est pas un choix et que les ménages se sentent placés ; « il fallait », « j’avais besoin ». L’appartement n’est pas choisi, le positionnement dans cet habitat est vécu comme subi. Les personnes interrogées utilisent des pronoms possessifs pour désigner leur ancien logement : « ma » maison, bien qu’elle ait été vendue, et ne qualifient pas de la sorte l’appartement qui demeure dé-personnalisé : « un » appartement. Une des personnes interrogées qualifie même l’ancienne maison de « chez soi », quand bien même la maison ne lui appartient plus. Les captifs s’approprient moins l’appartement, peut-être parce que les personnes rencontrées y habitent depuis peu, mais surtout parce que le logement collectif est alors vu comme un pis-aller. On lui reproche alors ses défauts – bruit des voisins, vie de copropriété difficile, des surfaces qui ne sont pas optimisées, absence d’espace extérieur et une intimité moindre que dans une maison individuelle. Ces « captifs » - qui s’avèrent surtout être des locataires du parc privé - éprouvent une insatisfaction à vivre en appartement, qu’ils relisent à l’aune de leur expérience passée en maison individuelle :

« Les voisins font du bruit, du bruit. Dans la maison, on ne les entendait jamais, ici c'est incessant. » Femme célibataire avec un enfant, environ 40 ans, Moussy-le-Neuf (77).

44Plus que les autres, ils envisagent le fait de vivre en appartement comme une transformation de leur place dans la société, ce qui se trouve exprimé notamment quant à la difficulté de recevoir des amis – lié à l’absence de jardin ou à la petitesse de la pièce à vivre.

45Le changement de « place » ne se traduit pas nécessairement par un déplacement : beaucoup des ménages rencontrés habitent à proximité immédiate de leur ancien domicile. Cependant, en habitant en appartement, leur place est transformée, parce que la nature de leur logement affecte les représentations qu’ils ont de leur statut social, de leurs relations amicales. A l’inverse de la maison individuelle, valorisée, le logement collectif est fréquemment stigmatisé par les populations périurbaines, ce qui peut expliquer le sentiment de déclassement rencontré par les ménages « captifs », ou l’aspiration à aller vivre en maison individuelle pour ceux qui sont en « transition ».

4. Repenser l’habitat collectif en périurbain pour repenser un habiter

4.1 Densifier, vers une urbanité retrouvée ?

  • 18 Surtout en Ile-de-France où les écarts de motorisation entre ville, agglomération et périurbain dem (...)

46La spécificité d’un mode d’habiter périurbain a été remise en question, notamment par R. Dodier (2008), qui a montré qu’il existe une diversité de pratiques de l’espace dans le périurbain et une multitude de façon d’être périurbain, alors même que des urbains ont un mode de vie s’apparentant à celui des périurbains, surtout dans des aires urbaines de taille moyenne. Habiter en périurbain est encore largement synonyme d’une automotorisation importante18, et d’une fréquentation des espaces commerciaux périphériques, mais aussi des espaces récréatifs périurbains alentours.

47Beaucoup d’élus envisagent la construction de logements collectifs comme un moyen de favoriser des changements de pratiques par rapport aux habitants de pavillons, incluant par exemple un retour aux commerces de proximité, au marché, ou une moindre utilisation de l’automobile. La densification incarne un retour à une certaine urbanité et permet de renouer avec l’imaginaire du village (Charmes, 2019).

« Et donc ça a démarré de là, et peu à peu, la réflexion a cheminé pour densifier le centre de façon à avoir un vrai cœur de village » (entretien maire de Moussy-le-Neuf, 77, 2016).

48Les projets de densification ne transforment pourtant pas les pratiques des habitants. Changer d’habitat ne suffit pas à transformer l’habiter. Parmi les habitants rencontrés, la plupart disent se déplacer le plus souvent en voiture (70 sur 82). Peu privilégient les transports en commun (deux à Moussy-le-Neuf et un à Itteville) ou la marche à pied (dont quatre à Houdan, deux à Montfort, deux à Moussy-le-Neuf et un à Itteville). Ainsi la voiture demeure, sans surprise, le mode de déplacement le plus utilisé par les habitants périurbains, et les ménages se déplaçant autrement – exception faite des ménages vieillissants – font figure d‘exceptions. Parmi les 7 ménages non motorisés rencontrés, seulement deux sont des actifs. Parmi les deux actifs non motorisés que nous avons rencontrés, la première se « débrouillait » : « je me fais emmener. Je les fais [les courses] vers le boulot ou bien j’y vais à vélo, l’Intermarché est accessible » (Femme célibataire sans enfant, environ 25 ans, Moussy-le-Neuf (77)). La solidarité est importante pour les mobilités dans le périurbain (Aragau et Morel-Brochet, 2013). Le second est lui quelque peu exceptionnel : épicier dans la supérette du village à Itteville, il y travaille et y réalise en toute logique ses propres courses (Homme célibataire sans enfant, environ 30 ans, Ittevile (91)).

49La construction de logements collectifs est également vue par les élus comme une opportunité pour (re)dynamiser les commerces de proximité. Beaucoup d’habitants mentionnent la présence de commerces comme un avantage à habiter en centre-bourg, même s’ils reconnaissent ne pas – ou peu – les fréquenter, exception faite de la boulangerie, ou de la pharmacie parfois – à Moussy-le-Neuf ou à Itteville. La supérette fait office de dépannage – d’ailleurs ce terme « dépanner » revient fréquemment dans les entretiens lorsque nous demandons aux habitants s’ils fréquentent les commerces de centre-bourg, en dehors de la boulangerie qui semble faire l’objet d’achats plus fréquents. Certains habitants disent s’efforcer d’aller y faire leurs courses occasionnellement pour « faire vivre la boutique ». S’il y a ainsi un attachement fort à ce que ces commerces de centre-bourg existent et se maintiennent, ils ne répondent qu’à un besoin ponctuel des habitants : ils sont jugés trop chers, et leur offre trop limitée. Ils ne répondent pas non plus aux attentes des personnes non motorisées : la plupart des personnes âgées se font livrer leurs courses, ou sont véhiculées par leurs proches. A Houdan ou Montfort-l’Amaury, la situation est quelque peu différente, car l’offre de commerces est plus importante. Dans cette dernière commune, les commerces de bouche sont nombreux et les habitants plus aisés. L’urbanité y est forte et certains habitants ont confié prendre du plaisir à y réaliser leurs courses, notamment le samedi.

50En cela, malgré les attentes des élus, les pratiques des habitants sont peu transformées par le fait de vivre en appartement. R. Dodier avait interrogé les modes d’habiter périurbain et distingué des figures de périurbains selon leurs rapports à leur commune périurbaine, à la ville et aux autres espaces. Les périurbains habitant en appartement que nous avons rencontrés correspondent essentiellement aux figures de « périphériques » voire de « multi-compétents », « d‘hyper-mobiles », de « navetteurs » voire de « reclus » ou de « repliés ». Tous se distinguent par une pratique très ponctuelle des centralités de leur commune de résidence et par une fréquentation plus importante d’autres espaces périphériques pour leurs pratiques de consommation. Si les élus aspirent à la figure du « villageois », « c’est-à-dire de personnes qui fréquentent assidûment leur commune de résidence non seulement pour des déplacements utilitaires (achats, emploi, recours à des services, etc.), mais aussi pour des activités plus significatives, comme les loisirs, les sociabilités, voire pour un engagement associatif ou citoyen » (Dodier, 2013), ceux-ci sont peu nombreux, et l’appartement ne paraît pas favoriser l’émergence de cette figure.

4.2 Repenser la relation des logements aux espaces extérieurs

51On ne s’épanouit ainsi pas toujours dans le logement collectif, mais on s’y épanouit pourtant bien davantage s’il permet d’accéder à des espaces extérieurs. Notre enquête a montré une différence importante de satisfaction des habitants selon qu’ils aient accès à un grand espace extérieur (jardin, terrasse) ou non : lorsqu’on leur demandait d’estimer leur satisfaction quant à leur logement de 1 à 5, les habitants ayant accès à un jardin étaient 20 % plus satisfaits que ceux sans ouverture sur l’extérieur.

52La présence d’un jardin privatif, ou de grandes terrasses sont souvent cités comme étant le critère décisif ayant dicté leur achat – ou leur location : 

« C’est vraiment la terrasse, la grande terrasse, ça m’a plu ». Homme, célibataire sans enfant, environ 25 ans, Moussy-le-Neuf (77).

« J’ai une terrasse depuis ma chambre. Je suis la seule du rez-de-chaussée à avoir une terrasse en plus. Parce que je donne sur le parking, vous comprenez ? Du coup c’est sûr que c’est agréable de s’assoir dehors ». Femme, célibataire sans enfant à charge, environ 70 ans, Moussy-le-Neuf (77).

53Les appartements avec jardin en rez-de-chaussée incarnent un compromis entre une maison - trop chère – et un appartement – non désiré.

« À la base je cherchais plutôt une maison, mais cet appartement comme c'est un rez-de-chaussée avec un jardin, c'est un peu comme une maison. Après mon divorce, je voulais rester à Monfort, mais avoir plus grand et un bout de jardin. […] donc on a commencé à chercher une maison. On n’a rien trouvé assez proche du centre dans nos moyens, jusqu’à cet appartement ». Femme, célibataire avec deux enfants, environ 40 ans, Montfort l'Amaury (78).

54Nous avons également relevé combien ces espaces étaient appropriés, combien ils étaient un élément fondamental du mode d’habiter périurbain, même si l’espace extérieur est de petite dimension.

Figure 6 : Des espaces extérieurs appropriés à Ezy-sur-Eure (27)

Figure 6 : Des espaces extérieurs appropriés à Ezy-sur-Eure (27)

55Cette satisfaction très forte pour les logements offrant de larges terrasses questionne au regard de la nature des logements qui vont être réalisés dans le périurbain. En effet, les larges ouvertures sur l’extérieur y sont rares, car l’architecture neuve imite les constructions traditionnelles historiques des villages (Fonticelli, 2018). Ainsi, le traitement des façades est souvent assez sobre, elles comptent peu de modénatures, et jamais de balcons saillants sur rue. Cette architecture connaît un succès auprès des élus parce qu’elle renvoie à un imaginaire, celui de la campagne, ou du village qui se fait plus rassurant, plus apaisant. Elle permet de moins lire la densité, qui est avant tout une question de perception (Cadiou et Fouchier, 1997). Pourtant, cette architecture, qualifiée de « néo-village » a de nombreuses limites. Ses fenêtres étroites, l’absence de balcons à l’extérieur, la rareté des jardins, même pour les habitants des rez-de-chaussée, questionne la qualité de l’habiter au sein de ces communes : les périurbains témoignent d’un goût marqué pour le jardin individuel, « espace de nature idéalisé » (Pinson et Thomann, 2002).

Figure 7 : un exemple d’immeuble « néo-village », à Montfort l’Amaury (78)

Figure 7 : un exemple d’immeuble « néo-village », à Montfort l’Amaury (78)

Conclusion

56Habiter en appartement affecte peu la « place » des périurbains en termes de mobilité, de pratique de l’espace et du territoire : leurs pratiques spatiales semblent largement identiques à celles des habitants des pavillons, décevant ainsi les attentes des élus des communes périurbaines. En revanche, dans les représentations que ces habitants s’en font, leur place est transformée, affectée. Beaucoup témoignent d’un rejet de l’appartement, celui-ci venant incarner un déclassement résidentiel, quand la maison demeure un idéal. Finalement, habiter en appartement affecte surtout le sentiment d’appartenance sociale : il ne transforme que rarement les pratiques spatiales des habitants ni même leur localisation.

57Les appartements des opérations de logement neuf peinent à satisfaire les périurbains. La plupart y habitent pour un temps limité, l’utilisant comme transition dans leur parcours résidentiel – entre un domicile parental et une maison individuelle à laquelle ils aspirent. Certains se trouvent contraints d’y emménager, faute d’une offre en maison individuelle en adéquation avec leur budget : si on habite en périurbain le plus souvent par choix, habiter en appartement est une contrainte, notamment parce que celui-ci ne permet le plus souvent pas d’accéder à un espace extérieur.

58La satisfaction en demi-teinte de cette offre de logement invite à remettre en question ces politiques de densification et à remettre au cœur des questions la qualité de l’habitat : la densification n’est souhaitable que si les logements qu’elle produit sont de qualité. À réaliser une offre de logement standardisée et homogène inadaptée aux attentes et aux modes d’habiter périurbains, on décourage ces ménages à habiter en appartement. Des typologies de logements intermédiaires, des façades différenciées entre façade sur rue et sur cour pourraient pourtant répondre tant aux attentes des habitants. Cependant, à décliner une politique nationale sans tenir compte ni des réalités locales ni des attentes des habitants, à penser le logement sans imaginer l’habiter, on crée un parc de logement inadapté aux attentes des périurbains, où l’on habite faute de mieux.

Haut de page

Bibliographie

Aragau C., 2007, « Voie express et ségrégation. Les fluctuations du marché foncier et immobilier aux franges ouest de l’Île-de-France », Norois, n° 205, n° 4, pp. 81‑94

Aragau C. et Morel-Brochet A., 2013, « Partir ou rester  : l’ancrage résidentiel périurbain à l’épreuve du vieillissement », in Membrado M. et Rouyer A. (Dir), Habiter et vieillir : Vers de nouvelles demeures Toulouse, France : Érès, pp. 105-119

Berger M., 2004, Les périurbains de Paris  : De la ville dense à la métropole éclatée  ?, Paris : CNRS éditions, coll. Espaces et Milieux

Berger M., Rougé L., Thomann S., Thouzellier C., 2010, « Vieillir en pavillon  : mobilités et ancrages des personnes âgées dans les espaces périurbains d’aires métropolitaines (Toulouse, Paris, Marseille) », Espace populations sociétés. 2010 n° 1, pp. 53‑67

Bonvalet C. et Institut national d’études démographiques, 2019. Désirs des Français en matière d’habitation urbaine : une enquête par sondage de 1945, Paris : INED, coll. « Études & enquêtes historiques »

Cadiou N. et Fouchier V., 1997, « La présence végétale dans la ville nouvelle d’Evry », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 74, pp. 95‑102.

Cailly L., 2008, « Existe-t-il un mode d’habiter spécifiquement périurbain  ? », Revue électronique des sciences humaines et sociales, mis en ligne le 13 05 2013, consulté le 12 05 2020, URL : http://www.espacestemps.net/articles/mode-habiter-periurbain/

Callen, D., 2011, La « fabrique péri-urbaine », système d’acteurs et production des ensembles pavillonnaires dans la Grande Couronne francilienne, Paris : Université Panthéon-Sorbonne - Paris I

Charmes E., 2019, La revanche des villages, Paris, Seuil, coll. « La république des idées »

Charmes E., 2011, La ville émiettée : essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris : Presses universitaires de France

Charmes E., 2007a, « Le Malthusianisme foncier », Etudes foncières, n° 125, pp. 12‑16.

Charmes E., 2007b, « Les périurbains sont-ils anti-urbains  ? », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 102, pp. 7‑18.

Charmes E., 2005, La vie périurbaine face à la menace des gated communities, Paris : Harmattan

Damon J., 2017, « Les Français et l’habitat individuel  : préférences révélées et déclarées », SociologieS [En ligne], mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 19 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5886

Didier-Fèvre C., Poulot M., Aragau C., Berger M., Rougé L., Mettetal L., Bouleau M., Le Goff T., Mangeney C., Laruelle N., et Darlay A., 2014, Les territoires périurbains  : de l’hybridation à l’intensité  ? Paris, PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture)

Dodier R., 2013, « Modes d’habiter périurbains et intégration sociale et urbaine. », EspacesTemps.net Revue électronique des sciences humaines et sociales, mis en ligne le 13 05 2013, consulté le 12 05 2020, URL : https://www.espacestemps.net/articles/modes-dhabiter-periurbains-et-integration/ ;

Dodier R., Berger M., et Jaillet MC. (dir), 2008, Vivre les espaces périurbains, Rennes : Presses universitaires de Rennes

Dodier R., et Cailly L., 2007, « La diversité des modes d’habiter des espaces périurbains dans les villes intermédiaires  : différenciations sociales, démographiques et de genre », Norois, n° 205, pp. 67‑80.

Driant JC., 2007, « Espaces ruraux et parcours résidentiel des ménages  : un éclairage statistique », Pour, n° 195, pp. 40‑47.

Fonticelli C., 2018, « Ce que les politiques de densification font au périurbain », Pour, n° 236. pp. 39-46

Fonticelli C., 2018, Construire des immeubles au royaume des maisons La densification des bourgs périurbains franciliens par le logement collectif  : modalités, intérêts et limites, Paris : IAVFF.

Haumont N., 1966, Les Pavillonnaires : étude psychosociologique d’un mode d’habitat, Paris : Institut de sociologie urbaine, Centre de recherche d’urbanisme

Henault P., 2017, Les lotissements : une histoire de l’habitat individuel groupé de 1940 à nos jours, Paris : Dominique Carré.

Hoyaux AF., 2015, « Habiter  : se placer plaçant et se penser pensant », Annales de géographie, n° 704, n° 4, pp. 366‑384.

Lussault M., 2007, « 2. Habiter, du lieu au monde. Réflexions géographiques sur l'habitat humain », in : Paquot, T., Lussault M., et Younès C., Habiter, le propre de l'humain. Villes, territoire et philosophie. Paris : La Découverte, « Armillaire », 2007, pp. 35-52.

Lussault M., 2009, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris : Grasset.

Magri S., 2008, « Le pavillon stigmatisé », L’Année sociologique, vol. 58, n° 1, p. 171‑202.

Mayoux J., 1979, « Demain l’espace. L’habitat individuel péri-urbain » Paris : la Documentation française

Motte-Baumvol B. et Belton-Chevallier L., 2011, « Les territoires périurbains à l’épreuve de la progression des célibataires et familles monoparentales », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 19 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/eps/4711 ; pp. 577589.

Paquot, T., Lussault M., et Younès C., Habiter, le propre de l'humain. Villes, territoire et philosophie. Paris : La Découverte, 2007

Pinson D. Thomann S., 2002. La maison en ses territoires : de la villa à la ville diffuse, Paris : L’Harmattan

Raymond MG., 1966, La politique pavillonnaire, Paris, CRU (M.-G. Dezès, 2001, L’Harmattan).

Reux S., 2015, Les figures de la discontinuité dans le développement résidentiel périurbain  : application à la région Limousin. Bordeaux : École doctorale Entreprise, économie, société (Pessac, Gironde)

Rougé L., 2014. « Les ressources de l’espace périurbain dans la reconfiguration des modes de vie à la retraite  : l’exemple de l’Ouest francilien », Norois. Environnement, aménagement, société, n° 232, pp. 53‑66.

Rougé L., 2005, Accession à la propriété et modes de vie en maison individuelle des familles modestes installées en périurbain lointain toulousain. Les «  captifs  » du périurbain  ?, Toulouse : Toulouse II le Mirail.

Sebastien L., 2016, « L’attachement au lieu, vecteur de mobilisation collective  ?. Étude de cinq territoires ruraux », Norois. Environnement, aménagement, société, n° 238‑239, pp. 23‑41.

Sencébé Y. 2007, « Le logement social dans un pays rural sous influence urbaine  : une forme hybride du périurbain », Norois. Environnement, aménagement, société, n° 205, pp. 11‑22.

Vermeersch S., 2011, « Bien vivre au-delà du «  périph  »  : les compromis des classes moyennes », Sociétés contemporaines, n° 83, pp. 131‑154.

Haut de page

Notes

1 D’après une enquête réalisée par TNS/Soffres en 2007 décortiquée par le chercheur Julien Damon en 2017 (Damon, 2017). L’enquête, commanditée par l’observatoire de la ville et réalisée auprès d’un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population française peut être consultée au lien suivant https://www.tns-sofres.com/sites/default/files/150207_ville.pdf

2 Nous avons défini les bourgs périurbains comme des communes du périurbain au sens de l’INSEE, dont la population est comprise entre 500 et 7 500 habitants, qui ont conservé des fonctions de centralité tant au niveau des commerces (boulangerie, supérette) qu’au niveau des équipements (poste, école, parfois collège). Nous intéressant au cas du périurbain francilien, cette définition, s’appuyant sur la base permanente des équipements de l’INSEE, permet d’identifier 252 bourgs périurbains, en Ile-de-France et dans les départements limitrophes. Pour une définition complète, voir Fonticelli, 2018.

3 Nous avons mené des entretiens auprès des différents acteurs intervenant au sein de ces programmes de construction afin de comprendre leurs rôles.

4 Ce terme de ménage est délibérément choisi ; nous avons souvent mené les entretiens avec l’ensemble des personnes présentes dans le logement : vu le caractère inopiné que constituait la visite d’une chercheuse un après-midi de week-end, les conjoint-e-s ou enfants se joignaient pour répondre aux questions lorsqu’ils étaient présents.

5 Source : théma essentiel, CGDET, consulté le 15/05/20 https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Th%C3%A9ma%20-%20Objectif%20z%C3%A9ro%20artificialisation%20nette.pdf

6 A l’exception des communes carencées au titre de la loi SRU, contraintes de construire du logement social sous peine de pénalités importantes.

7 C’est-à-dire répondre dans le temps à l’évolution des besoins de logement des ménages.

8 L’ensemble des données ci-après sont extraite de la base INSEE 2012 et portent sur les 1382 communes périurbaines en Ile-de-France, disponibles au lien suivant : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2044748

9 Trois quarts des jeunes de moins de trente ans sont locataires (INSEE 2014)

10  C’est le cas de 90 % d’entre eux (INSEE 2014)

11 En dehors de quelques exceptions notables comme celles de Nicole Haumont (1966) et de Marie-Geneviève Raymond (1966).

12 Voir à ce titre les contributions au dossier thématique Vivre les espaces périurbains de la revue Norois, dirigé par Dodier R., Berger M., et Jaillet MC. (2008)

13 « Comme ici » était utilisé pour désigner le périurbain, le terme périurbain n’étant pas toujours compris par tous (Charmes, 2011).

14 Seulement 10 personnes interrogées sur les 82 préfèrent habiter en appartement plutôt qu’en maison. Ce sont pour moitié des personnes âgées (5), l’autre moitié se répartissant entre des jeunes de moins de 30 ans (2) ou des personnes divorcées (3) valorisant la ville et ses services.

15 Nous entendons par « personnes âgées », des personnes ayant plus de 70 ans au moment des entretiens.

16 Ainsi, dans l’immeuble enquêté à Moussy-le-Neuf, 3/5 des ménages travaillent à Roissy-Charles-de-Gaulle, situé à moins d’une dizaine de kilomètre.

17 Cette expression a été choisie en référence aux « captifs » du périurbain Toulousain, enquêtés par Lionel Rougé (Rougé, 2005)

18 Surtout en Ile-de-France où les écarts de motorisation entre ville, agglomération et périurbain demeurent importants (Sdrif 2014).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les cas d’étude au sein du périurbain francilien.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7489/img-1.png
Fichier image/png, 748k
Titre Figure 3 : Nature du parc de logements réalisation personnelle d’après INSEE 2012, traitement personnel
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7489/img-2.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 6 : Des espaces extérieurs appropriés à Ezy-sur-Eure (27)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7489/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 7 : un exemple d’immeuble « néo-village », à Montfort l’Amaury (78)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7489/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Fonticelli, « L’appartement périurbain : une place choisie ? Politiques de densification des bourgs en Île-de-France et modes d’habiter périurbain », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], Articles, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/tem/7489

Haut de page

Auteur

Claire Fonticelli

Docteure en sciences du paysage, Ecole Nationale Supérieure de Paysage,
Chercheuse associée LAREP (ENSP) et MRTE (Université CY Paris Cergy)
Post-doctorante au sein de l'Institut de la Gouvernance de l'Environnement et du Développement Territorial (SdS), Université de Genève, Uni Carl Vogt (66 boulevard Carl Vogt ; 1205 Genève, Suisse)
claire.fonticelli@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search