Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48-49Partie 2. Déplacements et replace...Placement, déplacement, re-placem...

Partie 2. Déplacements et replacements au coeur des dynamiques de changement urbain

Placement, déplacement, re-placement: propriétaires et locataires dans une opération de rénovation urbaine à Clichy-sous-Bois et Montfermeil

Placement, displacement, re-placement: owners and tenants in an operation of urban renewal
Rémi Habouzit

Résumés

À partir des résultats d’une enquête réalisée sur le programme de rénovation urbaine de Clichy-sous-Bois/ Montfermeil, cet article interroge les effets des relogements induits par cette politique publique sur le rapport au logement et les manières d’habiter des habitants d’un quartier populaire. En se basant sur l’étude des situations résidentielles initiales de ces habitants (placement), l’objectif est d’analyser à quels types de logements et de places résidentielles ils ont accès (déplacement), et quelles sont les modalités d’appropriation de ces nouveaux logements et ces nouvelles places résidentielles (replacement). Pour ce faire, l’analyse s’appuie sur l’étude d’un échantillon d’habitants (anciens propriétaires et locataires) d’une copropriété privée dégradée, relogés sur la même commune, mais dans les immeubles du parc social neuf. Cet article souligne d’abord les différences internes à ces habitants en matière de positions sociales, résidentielles et migratoires. Puis, cet article montre comment, avant et après relogement, le rapport que ces habitants entretiennent à leur logement et leurs manières d’habiter les résidences se présente autant comme un moyen de placement dans un espace physique et intime, comme le reflet de la façon dont ils se situent, et sont situés, socialement, que comme des éléments révélateurs de la manière dont ils reçoivent cette politique publique.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2003 en France, le programme national de rénovation urbaine entraine la transformation de plus de 400 quartiers populaires par le biais d’opérations de démolition, résidentialisation et reconstruction de logements. En Île-de-France, les communes de Clichy-sous-Bois et Montfermeil ont signé en 2004 le plus important Programme de Rénovation Urbaine (PRU) de France en termes de budget de fonctionnement (700 millions d’euros) et de nombre de logements démolis (1624). Ce programme inclut la démolition d’immeubles en copropriétés privées dégradées, soit 1040 logements répartis entre la résidence des Bosquets à Montfermeil et celle de La Forestière à Clichy-sous-Bois, et le relogement de tous les habitants dans le parc social. Les habitants concernés ont donc en quelques temps changé d’immeuble, de logement et de statut résidentiel : de propriétaires occupants ou de locataires du parc privé, tous sont devenus locataires du parc social.

2Dans la littérature, les fonctions du logement, entendu comme l’espace privé, et les manières d’habiter qui intègrent le logement, l’immeuble et les relations de voisinage, sont régulièrement définies par leur capacité à placer les individus dans un double espace géographique et social (Bonvalet et al., 1998). Le logement et les manières d’habiter sont ainsi décrits par leur rôle d’ancrage géographique des individus dans un espace physique délimité et des réseaux locaux de sociabilités. Habiter un lieu, c’est autant se situer et s’approprier un espace privé, que s’inscrire à l’échelle d’un quartier, d’un immeuble, et dans un jeu de relations de proximités plus ou moins fortes (Bonvalet et al., 1998). Dans les quartiers populaires, l’espace résidentiel et les sociabilités locales qui en découlent, sont analysés comme une source de capital (Retière, 2003), un moyen de favoriser l’entraide ou l’occasion de dépasser la dureté de certaines conditions résidentielles (Bouillon et al., 2015). Le logement et les manières d’habiter sont aussi décrits comme vecteurs de positionnement social entre les groupes, mais aussi à l’intérieur d’un même groupe social. « Dis-moi où tu habites, décris-moi ton logement, et je te dirai qui tu es, ta place et celle de tes proches dans l’échelle sociale » souligne par exemple Y. Fijalkow (2011 : 4). Si, dans ce cas, le logement est prioritairement pensé dans sa dimension privée, ce sont plus spécifiquement son aménagement, son emplacement, son statut d’occupation et les manières d’habiter qui s’y déploient, qui servent à objectiver les dimensions classificatoires de l’espace habité. La position résidentielle d’un individu est un moyen de distinction et de positionnement entre habitants (Dietrich-Ragon, 2013a ; Gilbert, 2013).

3En partant de ces fonctions du logement, plusieurs travaux ont déjà questionné les effets du relogement d’habitants par la puissance publique, ou dans le cadre d’opération de rénovation urbaine. C’est le cas des travaux qui interrogent l’étape du relogement en tant que telle et ce qu’elle implique en termes de rupture par rapport à l’espace habité et les sociabilités locales. Le relogement est alors décrit comme un « displacement » imposé, générateur d’anxiété (Watt, 2018 ; Sassen, 2014) ou comme une « éviction », un « délogement » à l’origine de la suspension du droit à résider et de la privation du « chez-soi », des repères et des relations de voisinage (Deboulet et al., 2018). D’autres recherches ont centré leurs analyses sur les effets de ces politiques sur les trajectoires et les logiques de positionnement social entre habitants. Le relogement est ici présenté comme un vecteur de division des catégories populaires qui s’objective par l’identification de profils « gagnants », souvent les ménages jeunes et socialement dotés pour qui le relogement est une opportunité résidentielle, et « perdants », les ménages modestes qui vivent dans la crainte de voir leurs dépenses liées au logement augmenter et qui se trouvent fragilisés par l’obligation de quitter leur espace privé et leurs relations de voisinages (Gilbert, 2013 ; Lelévrier, 2014). En France, ces analyses ont toujours porté sur des politiques qui entrainent le relogement des habitants d’un logement social vers un autre logement social, ou d’un logement social vers un logement en accession à la propriété. Le relogement des habitants d’une copropriété privée vers le parc social est par conséquent l’angle mort de ces travaux. Or, c’est cette forme de mobilité résidentielle qui est imposée dans le cadre du programme de rénovation urbaine de Clichy-sous-Bois/ Montfermeil.

4En considérant à notre tour que le logement et les manières d’habiter assignent les individus à une place géographique et sociale, quels sont les effets des relogements et des changements de statut résidentiels provoqués par le programme de rénovation urbaine de Clichy-sous-Bois/ Montfermeil sur ces mêmes logiques de placement ? Autrement dit, quelles étaient les positions des habitants dans la copropriété (leur placement physique et symbolique du fait de leurs positions sociales et résidentielles initiales) ? Quelles sont les conditions de leur déplacement (le logement et le statut résidentiel auxquels ils ont accès) ? Quelles sont les modalités d’appropriation de cette nouvelle place résidentielle et ses incidences sur la définition des positions sociales (le replacement) ?

  • 1 Au moment de commencer la recherche, le programme était en cours de finalisation aux Bosquets, mais (...)

5L’article présentera de manière typologique les habitants de la copropriété de La Forestière1 à Clichy-sous-Bois en les distinguant par leur statut résidentiel, les raisons qui les ont initialement conduits à venir s’installer dans la résidence et leurs positions sociales et professionnelles. Seront ainsi opposés les anciens propriétaires et les locataires, puis à l’intérieur de ces groupes, on distinguera :

  • les habitants les plus socialement dotés qui ont acheté un appartement parce que cette étape faisait partie de leur projet : les propriétaires « par choix »,

  • les habitants qui occupent des emplois stables mais moins qualifiés et qui ont acheté un appartement sans que cette acquisition n’ait été préparée : les propriétaires « par défaut »,

  • les locataires les plus précaires vivant des aides sociales ou des minimas sociaux,

  • les locataires mieux dotés socialement du fait de leur position professionnelle antérieure, ou de leur emploi aujourd’hui stable mais peu qualifié.

6Si ces catégories ont été construites durant l’enquête et à partir de l’analyse des entretiens biographiques, elles sont aussi directement liées à la spécificité du terrain d’étude. Alors que dans la grande majorité des programmes de rénovation urbaine, les habitants apparaissent d’abord sur un pied d’égalité résidentielle (ils sont au moment du lancement des programmes tous locataires du parc social (Deboulet et al., 2018), ce n’est pas le cas des habitants de La Forestière, dont les positions résidentielles diffèrent dès le départ. La distinction entre les locataires et les propriétaires, et leurs variations internes, s’est donc présentée comme une variable indispensable pour saisir et comparer les effets des relogements.

7L’article présentera dans un premier temps les méthodes d’enquête utilisées et la trajectoire du quartier étudié. Ensuite, seront détaillées les catégories d’habitants précédemment évoquées. Dans chacun des cas, on objectivera quelles étaient dans la copropriété les manières d’habiter, les modalités d’appropriation des logements et leurs effets sur les logiques de positionnement social et les hiérarchies internes aux habitants. Puis, la même analyse sera faite après relogement et alors que les habitants ont intégré le parc social.

1. Présentation de l’enquête et de la trajectoire du quartier

1.1. L’approche méthodologique

  • 2 7 ménages de l’échantillon initial n’ont donc pas été réinterrogés après relogement. Cela s’expliqu (...)
  • 3 Ils ont été rencontrés entre les deux vagues d’entretiens conduites auprès de l’échantillon initial (...)

8Les données présentées sont issues d’une thèse en sociologie (Habouzit, 2017). Principalement qualitatives, celles-ci ont été recueillies selon une approche longitudinale mêlant les dimensions prospectives et rétrospectives (Safi, 2010). 25 entretiens biographiques ont été conduits avant relogement auprès de ménages qui résidaient encore au sein de la copropriété de La Forestière à Clichy-sous-Bois. Puis, 18 de ces mêmes ménages ont été retrouvés après leur relogement dans un logement du parc social neuf (soit entre 4 mois et 1 an après leur déménagement)2. En complément, 8 habitants n’ont été vus qu’une seule fois, plusieurs années après leur relogement (entre 4 et 6 ans après le déménagement)3. Tous ces entretiens ont permis de revenir sur les conditions d’entrée dans la copropriété, les manières de vivre dans les résidences et les logements, avant et après relogement, ou encore le rapport au PRU et au relogement. Chaque rencontre s’est déroulée au domicile des ménages, dans le salon ou la cuisine. Si ces lieux représentent la pièce la moins intime de l’espace habité, il est très souvent arrivé que les habitants fassent visiter l’intégralité de leur appartement en fin d’entretien. Cela a alors permis d’observer les conditions d’appropriation de l’espace par les ménages et de les comparer avant et après relogement.

1.2. Des copropriétés au programme de rénovation urbaine de Clichy-sous-Bois/ Montfermeil

9Construites entre 1954 et 1965 pour les Bosquets (1 400 logements) et entre 1975 et 1982 pour La Forestière (509 logements), ces deux résidences ont été livrées dans le contexte des crises nationales de surproduction immobilière de 1964 et 1974. Confrontés à une baisse d’attractivité, les promoteurs à l’origine des Bosquets et de la Forestière ont dû gérer des appartements invendus, là où ils espéraient au contraire que leur vente génère une plus-value financière (Carte 1).

Carte 1 : Situation géographique des communes de Clichy/ Montfermeil

Carte 1 : Situation géographique des communes de Clichy/ Montfermeil

Source : Rémi Habouzit / Géoportail, 2021.

10Pour limiter la perte de leurs gains, les promoteurs ont volontairement décidé de ne plus s’astreindre au paiement des charges mensuelles, pourtant nécessaires à l’entretien des résidences. Dès leur livraison (Photo 1), ces copropriétés fonctionnent donc sur la base d’un budget déficitaire, situation à laquelle s’ajoutent de nombreuses malfaçons juridiques, de constructions. La gestion des copropriétés est par ailleurs depuis le début confiée à des syndics peu scrupuleux, dont les mauvaises pratiques contribuent à accroître encore davantage leurs difficultés budgétaires (Le Garrec, 2010).

Photo 1 : La résidence de La Forestière à la sa livraison en 1982

Photo 1 : La résidence de La Forestière à la sa livraison en 1982

Source : Photos transmises par le service des archives de Clichy-sous-Bois.

11Peu attractives, rapidement dégradées, ces résidences sont très vite délaissées par les catégories moyennes et supérieures, au profit de ménages modestes, issus des catégories populaires et immigrées, dont la faiblesse des ressources ne permet pas d’inverser la spirale de dégradation et d’endettement (Le Garrec, 2010) (Photo 2).

Photo 2 : La résidence de La Forestière avant sa démolition et les résidences reconstruites

Photo 2 : La résidence de La Forestière avant sa démolition et les résidences reconstruites

Source : Rémi Habouzit, 2013.

12Entre 2004 et 2019, les communes de Clichy-sous-Bois et Montfermeil se saisissent de la politique nationale de rénovation urbaine pour développer un programme entrainant la démolition de 1 624 logements, dont 1 040 en copropriété, et la reconstruction sur site de 1 590 logements neufs, dont 1 488 logements sociaux (Carte 2). Cette surreprésentation du logement social est volontaire. Elle est, dans l’esprit des élus municipaux, présentée comme le seul moyen de mettre fin aux copropriétés dégradées.

Carte 2 : Le périmètre du PRU à l’échelle des communes de Clichy/ Montfermeil

Carte 2 : Le périmètre du PRU à l’échelle des communes de Clichy/ Montfermeil

Source : Rémi Habouzit, Géoportail, 2021.

13Tous les relogements se sont faits dans des résidences de plus petite taille reconstruites sur le quartier, n’excédant souvent pas une cinquantaine de logements. Une première résidence a été construite sur un terrain disponible et les autres ont été construites sur les emplacements libérés par les démolitions.

14Ce type d’action sur des copropriétés est inédit à l’échelle du programme national de rénovation urbaine : sur 397 conventions signées en 2003, 15 concernent des copropriétés. Le choix de celles de Clichy-sous-Bois/ Montfermeil a été guidé par leur état de dégradation, par le fait que ces communes sont depuis le début de la politique de la ville considérées comme un territoire prioritaire et par l’intervention de Jean-Louis Borloo, ministre de la ville, qui après une visite dans ce quartier en 2002 a affirmé sa volonté de conduire ici un programme sans précédent.

  • 4 Si les anciens propriétaires avaient en théorie le choix d’être, ou non, relogés par le programme, (...)

15La démolition de copropriétés conduit pourtant à des mesures et des trajectoires résidentielles spécifiques. Pour être démolis, tous les logements ont dû être rachetés par la puissance publique via une procédure d’expropriation pour utilité publique. Les propriétaires, occupants ou bailleurs, se sont donc vu octroyer une indemnité sur laquelle a ensuite été déduit un rappel de charges et, pour ceux relogés par le programme, un forfait relogement4. Quand l’indemnité moyenne d’expropriation s’élevait à La Forestière à 70 833 euros pour des appartements allant du F3 de 65 m2 au F5 de 95 m2, le montant moyen perçu, dettes de charges et forfait relogement déduit, ne s’élevait alors plus qu’à 35 408 euros.

16La démolition des copropriétés au profit de la reconstruction et du relogement des habitants dans des immeubles du parc social neuf conduit à des trajectoires résidentielles atypiques. Bien qu’ils soient restés dans le quartier, les habitants relogés par ce programme sont tous passés du statut de propriétaires occupants, ou de locataires du parc privé, à celui de locataires du parc social dans des logements dont la surface est à présent calculée au regard de leur composition familiale. Certains ont ainsi été relogés dans des logements plus petits, ou plus grands, que ceux qu’ils occupaient dans la copropriété.

2. Les habitants de la Forestière à Clichy-sous-Bois : propriétaires occupants d’un côté, locataires du parc privé de l’autre

17Lorsqu’ils vivaient dans la copropriété de La Forestière, les habitants se différenciaient par leurs positions résidentielles : certains étaient propriétaires occupants et d’autres locataires du parc privé. Puis, à l’intérieur de chacun de ces groupes, cette distinction a été complétée par les raisons qui les ont conduits à venir s’installer dans la résidence ainsi que par leurs positions sociales et professionnelles (Tableau 1).

Tableau 1 : Synthèse des caractéristiques des habitants de la copropriété

Propriétaires par choix
(8 ménages de l’échantillon)

Propriétaires par défaut
(8 ménages de l’échantillon)

Locataires précaires

(7 ménages de l’échantillon)

Locataires mieux dotés socialement

(10 ménages de l’échantillon)

Conditions d’entrée dans la copropriété

- achat « par projet »
- choix de Clichy-sous-Bois par contrainte budgétaire

- l’achat ne faisait pas partie de leurs projets mais s’est avéré plus simple que la location dans le parc privé ou social
- L’achat pour faire face à une situation urgente
- Choix de Clichy-sous-Bois par contrainte budgétaire

- difficultés à se loger dans le parc social, ou privé non dégradé

- Entrent dans la copropriété parce que les conditions d’entrée sont moins sévères qu’ailleurs

- difficultés à se loger dans le parc social, ou privé non dégradé

- Entrent dans la copropriété parce que les conditions d’entrée sont moins sévères qu’ailleurs

Position résidentielle

Propriétaires occupants

Locataires du parc privé

Position professionnelle au moment de l’enquête

- emplois stables
- emplois plus qualifiés que les autres habitants
- couples souvent biactifs (6 sur 8)

- emplois stables
- emplois moins qualifiés que les propriétaires par choix
- Bi-activité des couples peu répandue (3 sur 8)

- souvent sans emploi

- majoritairement bénéficiaires des aides sociales

- contrats atypiques (temps partiel) mais assez stable (CDI)

- Emplois aujourd’hui précaires mais ancienne position valorisée dans leur pays d’origine

Situation migratoire

- majoritairement français non issus de l’immigration (5 sur 8)

- majoritairement issus de l’immigration (6 sur 8)

- tous issus de l’immigration

- tous issus de l’immigration

Durée d’installation moyenne dans la résidence

- 24 ans en moyenne
- installation dans la copropriété entre 1984 et 1996

-17 ans en moyenne
- installation entre 1994 et 2005

2.1. Les propriétaires occupants : des propriétaires par « choix » ou par « défaut »

18Parmi les habitants rencontrés, les propriétaires occupants sont ceux qui ont vécu dans la copropriété le plus longtemps : 24 ans en moyenne. Ce groupe se divise en deux catégories : ceux qui ont accédé à ce statut résidentiel par « choix » (8 ménages sur l’ensemble de l’échantillon) et ceux qui sont devenus propriétaires par « défaut » (8 ménages sur l’ensemble de l’échantillon).

19Les propriétaires par « choix » sont les habitants qui ont acheté un appartement parce que cette étape faisait partie de leurs projets. Ils voyaient la propriété comme le moyen d’accéder à un logement plus grand, plus adapté à leur composition familiale, ou comme une forme de sécurisation de leur trajectoire, par anticipation de la baisse de revenu que provoque, par exemple, le passage à la retraite.

20Les habitants qui se situent dans cette catégorie sont ceux qui occupent les emplois les plus stables, les plus qualifiés et dont les couples sont le plus souvent bi-actifs (c’est le cas de 6 ménages sur 8). Les hommes sont employés dans une agence comptable, tapissiers à leur compte, agents hospitaliers, quand les femmes sont infirmières ou aides-soignantes. Ces habitants sont moins issus de l’immigration étrangère que les autres. C’est dans cette catégorie que se trouve la plus grande part des ménages français non issus de l’immigration enquêtés (5 sur 8). S’il est indéniable que cette stabilité professionnelle et administrative et la bi-activité leur ont facilité l’accès à la propriété, leurs marges de manœuvre dans cette démarche ont néanmoins été fortement contraintes. Comme c’est souvent le cas pour les catégories populaires, leur possibilité de devenir propriétaires a été conditionnée à un éloignement géographique par rapport à leur lieu de travail ou d’ancienne résidence (Bonvalet, 2010). Alors qu’ils travaillent et qu’ils vivaient jusqu’alors tous à Paris, certains de ces propriétaires effectuent aujourd’hui plus de trois heures de transport journalier.

21L’autre moitié des propriétaires enquêtés a accédé à ce statut résidentiel par « défaut ». Ceux-ci n’avaient jamais envisagé l’achat d’un appartement ; ils se sont lancés dans cette démarche pour répondre à une situation d’urgence résidentielle ou administrative. Certains ont ainsi décidé d’investir dans un appartement parce qu’ils étaient contraints de quitter le logement qu’ils occupaient en location suite à la délivrance d’un congé de la part de leur propriétaire bailleur. Pour d’autres, l’achat d’un appartement a constitué leur seule option pour obtenir un logement plus grand et ainsi satisfaire à l’obligation de surface minimale du logement en vue de prétendre à une procédure de regroupement familial ou de régularisation administrative. Après avoir essuyé de multiples refus dans le parc locatif social ou privé, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, il a donc été plus facile pour ces habitants d’acheter un appartement que de se loger en location (Le Garrec, 2010). Tous reconnaissent cependant avoir choisi de s’installer à La Forestière car les prix étaient ici moins élevés qu’ailleurs.

22Les trajectoires professionnelles de ces propriétaires sont relativement stables, mais leurs emplois sont souvent moins qualifiés que ceux des propriétaires par « choix » et la bi-activité des couples est aussi moins fréquente (elle concerne 3 ménages sur 8). Les hommes sont ouvriers dans le bâtiment, employés de restauration, agents d’entretien. Les femmes, lorsqu’elles travaillent, occupent des postes d’employées de commerce, d’employées de cantine, mais souvent à temps partiel. Ces propriétaires sont en outre plus souvent issus de l’immigration (6 sur 8). Du fait de ces positions professionnelles et migratoires, ils figurent donc parmi les moins dotés des propriétaires.

2.2. Les locataires du parc privé : des ménages précaires et d’autres plus socialement dotés

23Les locataires ont vécu moins longtemps dans la copropriété (17 ans en moyenne). Mais, leur installation dans la résidence apparaît comme le reflet des difficultés qu’ils ont rencontrées pour se loger en location dans le parc privé non dégradé ou social. Lorsqu’ils travaillent, ces habitants occupent des emplois peu qualifiés et souvent discontinus. Tous les ménages rencontrés dans cette catégorie sont issus de l’immigration.

24Au regard de ces caractéristiques professionnelles et migratoires, ces habitants ont, dès leur arrivée en France, été confrontés à l’impossibilité d’accéder au parc social. Notamment, ils ont été contraints par leur irrégularité administrative et les délais nécessaires avant l’obtention d’un titre de séjour, pourtant indispensable. Puis, une fois ces papiers obtenus, c’est le contexte de forte pénurie de logements sociaux en Ile-de-France qui les a empêchés de se loger dans ce parc. Alors que la moitié avait déposé une demande de logement social, aucune n’a jamais abouti.

25Dans le parc privé non dégradé, ce sont ici aussi les délais nécessaires avant l’obtention d’un titre de séjour ou le simple fait que ces habitants occupent des emplois disqualifiés et discontinus qui les ont rendus peu compétitifs sur ce marché du logement. Pour intégrer ce parc, il faut pouvoir « convaincre, donner des garanties de « bon » locataire, solvable, fiable et solide » (Dietrich-Ragon, 2013b : 26). Garanties que ces habitants ne sont pas toujours en mesure de fournir. Par opposition, c’est du fait de sa dégradation, et de la fuite des ménages les plus solvables, que la copropriété de La Forestière proposait des conditions d’entrée bien moins sévères. Elle a ainsi constitué leur seule solution de logement.

  • 5 Pour garantir l’anonymat des personnes enquêtées, tous les prénoms cités dans cet article sont des (...)

26Si ces locataires ont en commun les difficultés qu’ils ont eu à se loger, et le fait qu’ils occupent des positions résidentielles et professionnelles plus dominées, cette catégorie se subdivise néanmoins en deux sous-groupes. D’une part, se trouvent les locataires les plus précaires (7 ménages sur l’ensemble de l’échantillon) : ce sont ceux qui vivent totalement ou partiellement des aides sociales. De l’autre, se trouvent des locataires mieux dotés socialement (10 ménages de l’échantillon) : ce sont ceux, qui malgré des emplois aujourd’hui peu qualifiés, et souvent à temps partiel, bénéficient d’une relative stabilité professionnelle. Ils sont par exemple en CDI. Ou alors, ce sont des habitants qui disposaient d’une situation professionnelle bien plus valorisée dans leur pays d’origine, mais qui n’ont jamais obtenu l’équivalence de cette position depuis leur arrivée en France. Par exemple, Amina5, ancienne hôtesse de l’air au Congo, travaille aujourd’hui en intérim dans une usine alimentaire, et Assane, ancien ingénieur au Congo, est à présent auto-entrepreneur dans la réparation de véhicules et allocataire du RSA.

3. L’espace comme marqueur social : rapport au logement et manières d’habiter avant relogement

27Habiter, c’est se créer un lieu d’intimité (un « chez-soi »), s’approprier un espace local (un immeuble, un quartier) et s’inscrire dans un jeu de relations de proximité plus ou moins fortes. Habiter c’est aussi se positionner socialement, dès lors que la position résidentielle, l’appropriation de l’espace et le rapport aux autres s’appréhendent comme des marqueurs sociaux. Comment le rapport qu’ont entretenu ces habitants à leur logement et aux autres résidents a-t-il renforcé dans la copropriété les logiques de distinction internes à ce groupe ?

3.1. Appropriation du logement, repli dans la sphère privée ou investissement dans la copropriété : la place des propriétaires occupants avant relogement

28À la Forestière, l’intérieur du logement des propriétaires occupants représente la première marque volontaire et symbolique de leur position sociale et résidentielle supérieure par rapport aux locataires. Sans exception, ces espaces ont toujours été plus investis et plus décorés que ceux des anciens locataires. Dans ces logements, les propriétaires ont accroché des tableaux, installé des rideaux à leurs fenêtres, les murs ont tous été peints ou tapissés et des cuisines équipées ont été installées. Certains de ces habitants se sont même autorisés des aménagements plus lourds. Pierre (retraité après une activité en tant que restaurateur, propriétaire à La Forestière pendant 25 ans) a supprimé une cloison pour agrandir son salon ; Michel (agent de sécurité, propriétaire à La Forestière pendant 30 ans) a intégralement recouvert les murs de sa salle à manger de lambris, refait le parquet de la pièce et installé un bar pour séparer cet espace de son salon. Ces investissements reflètent alors autant la façon dont ces propriétaires envisagent leur logement comme un espace à eux, que leur différence par rapport aux locataires. « Quand tu es propriétaire, tu es chez toi. Tu peux faire ce que tu veux, aménager comme tu veux, personne ne peut rien te dire. C’est chez toi » révèle par exemple Aleksander (retraité, ancien ouvrier dans le bâtiment, propriétaire à La Forestière pendant 25 ans, entretien 1 : 1 an et 10 mois avant relogement) pour souligner que l’investissement de l’espace habité est plus aisé dès lors qu’ils sont, eux, propriétaires.

29C’est ensuite dans les manières d’habiter la résidence et dans les relations au reste des habitants que se poursuivent les logiques de positionnement social. À la Forestière, les propriétaires par « choix » se montrent particulièrement distants par rapport aux autres habitants de la résidence. Alors que durant les entretiens pré-relogement, tous les autres habitants valorisent la force des relations de proximité et de solidarité, ces propriétaires reconnaissent au contraire s’être toujours tenus à l’écart de ces instances. Si cette attitude peut être la conséquence de la bi-activité des couples, qui donne à ces habitants moins de temps pour s’investir sur le quartier, elle est aussi volontaire. « Une fois qu'on est rentré, qu'on a fermé la porte, on est chez nous. On s'en fout de ce qui se passe dehors », affirme par exemple Malika (mère au foyer, propriétaire à La Forestière pendant 26 ans, entretien 1 : 6 mois avant relogement).

30Les caractéristiques de ces propriétaires par « choix » (leur statut résidentiel, leur stabilité professionnelle ainsi que leur bi-activité), constituent des éléments qui auraient symboliquement dû les rapprocher des pratiques des classes moyennes et les distinguer du reste des catégories populaires pour qui la propriété reste encore inaccessible (Bourdieu et de Saint Martin, 1990). Or, les bénéfices de ces positions, initialement distinctives, sont directement mis à mal par la dégradation progressive des bâtiments que ces propriétaires par « choix » associent à un vecteur de honte. Par exemple, plusieurs avouent avoir souvent refusé de recevoir leur entourage dans ces lieux par crainte que leurs amis et leurs familles jugent leur environnement résidentiel. « C’était un peu la honte. Ceux qu’on connaissait bien et qui avaient l’habitude, mais on n’aurait pas invité des gens qu’on connaissait mal. Ils nous auraient dit : « mais qu’est-ce que c’est que cette zone ? » affirme par exemple Pierre (retraité, ancien remployé de restauration, propriétaire à La Forestière pendant 25 ans).

31Tous ces propriétaires par « choix » ont tenté de quitter la copropriété avant l’annonce du programme de rénovation urbaine. Mais la dégradation des bâtiments a rendu toute revente des appartements impossible et ces habitants se sont retrouvés « assignés à résidence » (Lees, 2014). Au même titre que les habitants étudiés par P. Gilbert, (Gilbert, 2013), ces propriétaires se détachent donc volontairement de leurs voisins pour sauver leur « honneur social » (Bacqué et al. 2010) et maintenir leur supériorité symbolique.

32À l’inverse, les propriétaires qui ont accédé à ce statut par « défaut » surinvestissent l’espace local. C’est parmi eux que se trouve la plus grande part des habitants engagés dans le conseil syndical de la résidence et/ ou pour la sauvegarde et l’entretien des bâtiments. Ces habitants nettoient leur palier en même temps qu’ils entretiennent leur appartement. Ils réalisent, à leur frais, des petits travaux de réparation (comme de la peinture dans les parties communes) et ils n’hésitent pas à mettre leurs compétences professionnelles au service de leurs voisins pour les aider dans l’entretien de leurs logements (aide en plomberie, électricité, etc.).

33En pratique, l’investissement de ces propriétaires pour et dans la copropriété se justifie au regard de leurs trajectoires résidentielles et des raisons qui les ont conduits à venir s’installer ici. Si ces habitants sont devenus propriétaires pour résoudre l’urgence de leur situation administrative ou résidentielle, la copropriété de la Forestière représente aussi la seule option qu’ils ont eu pour se loger. C’est par exemple après avoir cumulé plusieurs refus dans les parcs privé et social que Wassim (retraité, ancien agent d’entretien, propriétaire à La Forestière pendant 26 ans) a décidé d’investir dans un appartement au sein de la copropriété :

« Je n’avais aucun projet d’acheter. À l’époque, je cherchais avec le 1 % patronal, mais à chaque fois on m’a dit : « insuffisance de salaire » [ou] « il y a déjà trop d’immigrés ». […] Alors, mon patron m’a dit : « on va regarder les petites annonces. […] Quand tu achètes c’est à toi. On ne peut pas dire que tu es étranger ». […] C’est comme ça que je suis arrivé ici ».

34Au regard de ces expériences, les propriétaires par « défaut » ont rapidement pris conscience de leurs faibles marges de manœuvre sur le marché résidentiel. À leur tour « assignés à résidence » (Lees 2014), leur investissement dans la copropriété devient autant l’occasion d’essayer d’améliorer leurs conditions de vie que d’affirmer la supériorité de leurs positions sociales et résidentielles. La participation à cette vie collective devient une source de pouvoir, de connaissance et de reconnaissance à l’échelle locale. En étant actifs dans le conseil syndical, ces propriétaires sont ceux qui sont le plus au fait des raisons qui ont entrainé la dégradation des bâtiments. Ils connaissent par exemple la responsabilité des syndics et de leur mauvaise gestion répétée. Cet investissement est aussi un vecteur de légitimité et de reconnaissance dans l’espace local. « Le plus grand intellectuel chez nous là-bas, c’est « Konaté » précise par exemple Wassim (retraité, ancien agent d’entretien) au sujet du président du conseil syndical. L’investissement de ces propriétaires par « défaut » s’accompagne donc d’une forte légitimité symbolique qui leur permet en retour de se distinguer des autres habitants.

35Quand ces propriétaires se distinguaient, avant relogement, et dans la copropriété, par leur statut résidentiel et leur stabilité professionnelle, la supériorité de leur position apparait donc en plus aidée par leurs façons de se placer dans l’espace intime de leur logement et de se tenir à distance, ou à proximité, des autres habitants du quartier.

3.2. La participation aux sociabilités de proximité, l’acceptation ou la honte du logement : la place des locataires du parc privé avant relogement

36Lorsqu’ils évoquent leur logement dans la copropriété, tous les locataires rencontrés reconnaissent la dureté de leurs conditions de vie. Aya (employée de ménage, locataire à la Forestière pendant 11 ans, entretien 1 : 1 an et 6 mois avant relogement) dénonce la présence régulière de rats dans son appartement en rez-de-chaussée et les refoulements d’eaux usagées par les canalisations des toilettes dont elle est souvent victime. D’autres décrivent des infiltrations d’eau par le toit ou des fenêtres mal isolées. Face à la pénibilité de ces conditions, les impressions de ces locataires varient entre acceptation et sentiment de honte.

37Ce sont les locataires les plus précaires qui acceptent le plus facilement ces conditions de logement dégradées. Tout en reconnaissant que « la Forestière est une cité abandonnée, dans laquelle personne ne veut aller », Aïssa (titulaire d’une allocation adulte handicapée, locataire à La Forestière pendant 13 ans, entretien 1 : 1 an et 7 mois avant relogement), s’est toujours contentée de son logement dans cette résidence dès lors qu’elle estimait que la faiblesse de ses revenus ne l’autorisait pas à espérer mieux : « Je n’ai pas de raison d'être pressée de partir. Je sais que je ne travaille pas, alors je n’ai pas de raison d’être pressée ». Dans une situation similaire, Nacer (retraité, ancien ouvrier dans le bâtiment, locataire à La Forestière pendant 17 ans, entretien 1 : 1 an et 10 mois avant relogement) accepte son logement à La Forestière puisqu’il se sait, ici, logé moins cher qu’ailleurs : « Moi je serais resté là. Si j’avais le choix je serais resté ici sans hésiter. […] 600 euros pour un F4, toutes charges comprises, je ne vais pas trouver mieux ». Au même titre que les habitants des logements insalubres décrits par P. Dietrich-Ragon, ces locataires se contentent donc de cette place résidentielle, dès lors qu’ils la voient comme la suite logique de leurs positions sociales disqualifiées (Dietrich-Ragon, 2011).

38À l’inverse, le rapport au logement à la Forestière est beaucoup plus compliqué pour les locataires qui bénéficient d’une relative stabilité professionnelle, ou qui occupaient des positions bien plus valorisées dans leur pays d’origine que celles qu’ils connaissent en France. Dans ces cas, la place résidentielle de ces habitants s’apparente même à un stigmate que ceux-ci cherchent à ne pas révéler. Comme pour les propriétaires par « choix », plusieurs de ces habitants avouent avoir refusé de recevoir de la famille dans cet environnement, de peur de la réaction de leur entourage. Tous ont alors tenté de quitter la copropriété avant le programme de rénovation urbaine, en formulant une demande de logement social ; celle-ci n’a toutefois jamais abouti.

39Qu’ils acceptent ces conditions ou qu’ils les rejettent, ces locataires sont particulièrement attachés à leur logement et à leurs manières d’habiter dans la copropriété. Si la décoration est ici, pour des raisons budgétaires ou de dégradation, un peu moins investie que chez les propriétaires, ces habitants se montrent très liés aux moments qu’ils ont vécus dans ces espaces (naissance des enfants, régularisation administrative) et à l’intensité des relations de voisinage. « J’y ai habité pendant longtemps, tous mes enfants sont nés là. La Forestière c’est comme un vieux bijou laissé par votre grand-mère ou votre grand-père. Vous le gardez soigneusement même s'il n'est plus à la mode, ou s'il est tout moche. Vous le gardez précieusement » souligne Assane (auto-entrepreneur dans la réparation de véhicules et allocataire du RSA, ancien ingénieur, locataire à La Forestière pendant 8 ans, entretien 1 : 10 mois avant relogement), quand pour Nora (agent de sécurité scolaire, locataire à La Forestière pendant 14 ans, entretien 1 : 1 mois avant relogement) : « Il y avait de la solidarité, c’était une famille ici la Forestière ». Au quotidien, la force de ces relations se manifeste par le partage de moments conviviaux (évènements sportifs, mariages, fêtes religieuses), le soutien que les habitants s’apportent en cas de décès, ou encore par la régularité des services entre voisins. Ils concernent aussi bien la garde d’enfants, la surveillance des logements en cas de départ en vacances, que l’aide à la bricole dans les logements et les parties communes pour faire face à la dégradation.

40L’attachement à la résidence et l’inscription de ces locataires dans les relations de proximité ne leur a pas permis de contourner, à l’échelle de cette copropriété, leurs positions sociales, résidentielles et professionnelles dominées. Mais la place de ces habitants dans ces relations de proximité s’envisage comme une manière « vraiment humaine » de vivre dans un espace en apparence inhospitalier (Bouillon et al., 2015).

4. Reconstruire sa place : analyse du rapport au logement et des manières d’habiter après relogement

41À Clichy-sous-Bois/ Montfermeil, le programme de rénovation urbaine entraine la démolition totale de la copropriété de la Forestière et le relogement de tous les habitants dans des immeubles sociaux neufs reconstruits dans le quartier. Tous les propriétaires occupants et les locataires du parc privé relogés par cette opération deviennent locataires du parc social. La superficie de leurs nouveaux logements correspond à leur composition familiale actuelle et les loyers sont plafonnés. Toutefois, tous ces habitants estiment que leurs dépenses liées au logement ont augmenté. Les anciens propriétaires, qui pour la plupart avaient terminé de rembourser leur crédit immobilier et ne devaient plus s’acquitter que des charges, se retrouvent à devoir payer un loyer. Les anciens locataires dénoncent quant à eux une inflation du fait de nouvelles prestations (parking, gardiennage) et l’individualisation de toutes les charges courantes qui dans la copropriété étaient collectives.

42Au-delà de ces premiers constats, quels sont les effets du relogement pour ces habitants ? Comment leur nouvelle place résidentielle impacte-t-elle le rapport qu’ils entretiennent à leur logement et leurs manières d’habiter les résidences ?

4.1. Repli sur la sphère privée du logement, investissement aux côtés des gardiens : le déclassement des anciens propriétaires

43De façon commune, tous les anciens propriétaires occupants voient leur relogement dans le parc social comme une chute symbolique.

44En premier lieu, ce sentiment s’exprime dans la façon dont ces habitants regrettent les fonctions de leur ancien statut résidentiel. Notamment, ils déplorent la perte du rôle protecteur de la propriété. Bien que celle-ci fût directement mise à mal par la dégradation des bâtiments et le coût élevé des charges, ces habitants continuaient à associer la propriété à un gage de sécurité en cas d’une éventuelle baisse de revenu. Le relogement dans le parc social annule ce calcul autant qu’il soumet ces habitants à l’inquiétude d’avoir à faire face à de nouvelles dépenses.

45La propriété d’habitation avait aussi une fonction de capital patrimonial, affaiblie par la dégradation des bâtiments, mais que ces habitants envisageaient pouvoir transmettre d’une génération à l’autre. Le relogement dans le parc social empêche la réalisation de ce projet.

46La propriété avait enfin une importante fonction intégratrice. Pour les propriétaires issus de l’immigration (9 sur l’ensemble de l’échantillon) posséder un logement en France était une façon de se sédentariser sur le territoire. L’expropriation et le retour au statut de locataire annulent ce projet, autant qu’ils renvoient ces habitants à la figure de « l’immigré provisoire » (Sayad, 1980).

47C’est donc parce que l’étape du relogement dans le parc social défait les fonctions protectrices et symboliques de la propriété, que celle-ci fragilise les anciens propriétaires de La Forestière.

48Ensuite, la difficulté d’être redevenus locataires s’illustre dans le rapport que ces anciens propriétaires entretiennent à leur nouveau logement et dans leurs manières d’habiter cet espace résidentiel.

49À La Forestière, le logement des propriétaires occupants était particulièrement investi en matière de décoration et d’aménagement de l’espace. C’est le phénomène totalement inverse qui se produit dans leur logement du parc social. Ces habitants témoignent même de grandes difficultés à s’approprier ce lieu. En première instance, ils dénigrent l’organisation des nouveaux logements par rapport à ceux qu’ils occupaient dans la copropriété. Ouria, employée de restauration, propriétaire pendant 30 ans d’un appartement de type F3 de 65 m2 a été relogée dans un appartement de type F4 de 92 m2. Bien que ce logement soit plus grand, Ouria n’associe que des points négatifs à ce nouvel espace. Par exemple, le fait que la cuisine donne directement sur le salon la gêne quand elle reçoit du monde et qu’elle doit cuisiner. Les prises électriques qu’elle estime mal positionnées, ne lui permettent pas de se meubler comme elle l’aurait souhaité. Par comparaison à son ancien logement dans lequel tout « était clair et net », elle éprouve aujourd’hui des difficultés à prendre ses marques dans cet espace qu’elle ne juge « pas pratique » (entretien 2 : 4 mois après relogement).

50Ces anciens propriétaires évoquent aussi les difficultés qu’ils ont à décorer ces appartements et, plus généralement, à se sentir chez eux dans ce nouvel espace. Le cas d’Aleksander et Dara (retraité, ancien ouvrier dans le bâtiment pour Aleksander, sans activité pour Dara, propriétaires à La Forestière pendant 25 ans) et l’observation de leur appartement sont à cet égard révélateurs. Bien que l’entretien ait eu lieu plus de 5 mois après leur déménagement, ce couple ne s’est pas encore vraiment installé dans les différentes pièces qui composent leur nouvel appartement (un F3 de 70 m2). Le salon ne dispose d’aucun meuble tant cette pièce est encombrée par des piles de cartons qui n’ont jamais été défaits. Comme ce salon n’est pas praticable, le couple vit aujourd’hui essentiellement dans la chambre, qu’ils ont transformée en pièce de vie aux fonctions multiples : « Le matelas du lit est directement posé sur le sol. À ses pieds se trouve l’ancienne table basse qui était installée dans le salon de La Forestière. Sur celle-ci repose une coupe dans laquelle sont déposés quelques fruits. De l’autre côté du mur, en face du matelas, a été installée la table de cuisine. Entourée de trois chaises, c’est aussi sur ce meuble que repose la télévision et que se prennent encore les repas. (Dara y dresse le couvert en fin d’entretien). […] En matière de décoration, tous les murs de l’appartement sont laissés blancs et aucun cadre n’y est accroché. Par crainte de faire des trous dans les murs, et d’avoir à se justifier auprès du bailleur, Aleksander a même préféré accrocher ses rideaux avec du ruban adhésif », (Extrait du journal de terrain, mai 2015).

51Ces difficultés d’appropriation du logement sont extrêmement révélatrices du rapport que ces anciens propriétaires entretiennent à l’égard de leur nouvelle place résidentielle. Comme pour les personnes âgées en maison de retraite, cela rappelle que plus l’installation dans un logement est contrainte, plus il est difficile de s’approprier un espace (Mallon, 2003). Ces situations illustrent également comment ces habitants ne se sentent pas tout à fait à leur place, ni dans cet espace, ni avec ce statut résidentiel. En entretien ces habitants affirment d’ailleurs sans détour « ne pas se sentir chez eux » (Aleksander, retraité), « se sentir passagers » (Ouria, employée de restauration) dans leur nouveau logement. Alors, quand l’appropriation d’un lieu s’appréhende comme un support de positionnement social, le désinvestissement de l’espace habité est, à l’inverse, la matérialisation symbolique du déclassement qu’éprouvent ces propriétaires d’être devenus locataires. « Poser ses affaires » nécessite effectivement de se sentir à sa place et légitime à le faire (Fijalkow et al, 2019).

52Si le relogement dans le parc social est pour ces propriétaires une véritable chute symbolique, leurs manières de se positionner face aux autres résidents et leurs ressources face à ce déclassement sont toutefois différenciées entre les propriétaires par « choix » et les propriétaires par « défaut ».

53Alors que les propriétaires par « défaut » s’investissaient dans la vie de la copropriété, ils se détachent aujourd’hui de toutes instances collectives au profit d’un repli dans la sphère privée de leur logement. « Je ne veux plus m’investir comme je l’ai fait. Maintenant que je ne suis plus propriétaire, je ne suis plus motivé comme dans le passé », affirme par exemple André (employé dans une agence comptable, ancien président du conseil syndical, propriétaire à La Forestière pendant 28 ans). De plus, ces habitants ne voient pas d’autre solution pour maintenir leur position que de s’accrocher à l’espoir de pouvoir un jour se reloger ailleurs et par leurs propres moyens. Le déclassement d’être devenus locataires est donc pour eux total. Ils ne voient aucun avantage à occuper symboliquement et physiquement cette nouvelle place résidentielle.

  • 6 Nous montrons dans une autre publication le travail d’encadrement des habitants que conduisent nota (...)

54À l’inverse, les propriétaires par « choix », qui se tenaient à distance de la vie collective de La Forestière, s’intéressent aujourd’hui davantage à celle de leur immeuble du parc social. Leur attention porte notamment sur le bon respect du règlement intérieur par les autres locataires, et s’explique par leur crainte qu’une nouvelle situation de dégradation ne les déclasse encore davantage. Ces habitants reconnaissent avoir été relogés dans un immeuble plus valorisé esthétiquement et n’hésitent pas à dénoncer à leurs gardiens d’immeubles le comportement de voisins qui ne respectent pas les règles6.

55Mais c’est dans les relations avec leur entourage direct (amis, familles) que le changement de statut résidentiel est le plus difficile à gérer. Pour sauver leur « honneur social », certains de ces anciens propriétaires par « choix » tentent de contrôler l’information dans le sens où ils refusent volontairement de révéler leur changement de statut résidentiel. « J’ai tout fait pour ne pas dire à mes amis que je suis locataire. Ce n’est pas quelque chose qui se dit », précise par exemple Serge (retraité, ancien ouvrier dans le bâtiment, propriétaire à La Forestière pendant 20 ans, entretien unique : 6 ans après relogement).

4.2. Valorisation du logement et investissement aux cotés des gardiens : l’ascension partielle et totale des locataires

  • 7 Ce sentiment de rupture est plus fort chez les locataires que chez les propriétaires. Cela s’expliq (...)

56Lorsque les locataires de La Forestière intègrent le parc social, ceux-ci insistent en priorité sur l’effritement de leurs anciennes relations de voisinage7. Le relogement impose des relations plus impersonnelles avec les voisins et la nécessité de trouver de nouveaux lieux de rencontre. « Depuis que je suis ici, on se voit rarement », « maintenant il faut s'envoyer des sms pour trouver un lieu où se rencontrer », précisent Mariam (employée de ménage à temps partiel et en CDI, locataire à la Forestière pendant 16 ans entretien 2 : 4 mois après relogement) et Omar (intermittent du spectacle, locataire à la Forestière pendant 20 ans, entretien 2 : 6 mois relogement).

57Passée cette impression, la perception que se font les locataires du relogement est ensuite complétement différente de celle des propriétaires. Effectivement, lorsque les locataires de La Forestière intègrent le parc social, ils changent de logement mais pas vraiment de statut résidentiel : ils sont dans les deux cas locataires de leur logement. De ce fait, tous les anciens locataires rencontrés voient leur relogement comme une chance de pouvoir accéder à un logement neuf et un immeuble plus valorisé. « J'ai un grand plaisir à avoir un nouvel appartement. Depuis que je suis en France, je n'ai jamais eu une chance comme ça », « Maintenant c’est mieux. On vit comme tout le monde en France », affirment tour à tour Aïssa (employée de ménage, locataire à La Forestière pendant 13 ans, entretien 2 : 8 mois après relogement) et Yldirim (fille d’un père ouvrier dans le bâtiment et d’une mère au foyer, locataires à La Forestière pendant 16 ans, entretien 2 : 7 mois après relogement).

58Si dans ces discours, ces locataires font ainsi état d’un sentiment de reclassement social et résidentiel, cette impression prend ensuite forme dans leurs manières de se placer à l’échelle de leur logement et d’habiter leur immeuble. Se distinguent toutefois deux façons de faire différentes, qui varient en fonction des positions sociales des membres de ce groupe.

59Le reclassement résidentiel est partiel pour les locataires les plus précaires. Si comme les autres, ils reconnaissent avoir eu accès à un immeuble et un logement plus valorisés, ce sentiment d’ascension sociale est en réalité très vite menacé par le coût de cette nouvelle place résidentielle et leur incapacité à y faire face. Rapidement après le relogement, plusieurs de ces locataires ont accumulé de nombreuses dettes, ou creusé leur découvert bancaire, sans être en capacité de résoudre cette situation. Denis et Isabelle sont par exemple devenus locataires d’un appartement de type F5 qu’ils partagent avec leurs deux enfants et leurs deux petits enfants. À La Forestière, ils ont vécu pendant 20 ans dans un appartement de type F3. Denis et Isabelle perçoivent chacun une pension d’invalidité dont le montant s’élève pour le couple à 1 400 euros par mois. Leur fille, qui travaille en intérim, n’a pas de revenu stable. À La Forestière, ils s’acquittaient d’un loyer de 650 euros charges comprises. Aujourd’hui, leur loyer s’élève à 820 euros, hors charges, mais APL déduite. Bien que leur fille les aide financièrement, leurs dépenses affectées au logement ont considérablement augmenté et, 6 mois après relogement, le couple possède une dette de loyer. Cette fragilisation économique se répercute sur les possibilités d’appropriation du logement. Après avoir laissé quelques meubles abîmés à La Forestière, Denis et Isabelle sont aujourd’hui dans l’incapacité d’en acheter de nouveaux. Le salon de leur nouveau logement n’est maintenant composé que d’une table et de quelques chaises ; aucun autre meuble n’est présent dans cette pièce. Les murs sont laissés blancs et aucun tableau n’est affiché. « Bientôt peut-être, quand on aura plus de sous », précise Denis.

  • 8 Cet aspect est développé dans une autre publication (Habouzit, 2016).

60Les difficultés financières de ces locataires interfèrent aussi sur leur rapport à l’immeuble. Ces habitants se montrent à présent très attentifs aux actions des personnels de proximité (gardiens d’immeuble, médiateurs) et aux injonctions à respecter le règlement intérieur8. Ils voient dans ce rapport la seule manière d’éviter que de nouvelles dégradations augmentent le coût des charges et n’accroissent encore davantage leurs difficultés.

  • 9 Ce constat avait d’ailleurs déjà été établi lors des opérations de rénovation dans les années 70 (A (...)

61Les locataires les plus précaires se trouvent donc après relogement dans une situation contradictoire : en même temps qu’ils ont eu accès à une place plus valorisée, ceux-ci restent limités – voire fragilisés – par leur position économique inchangée9. Pire, cette situation provoque un décalage entre leur position sociale et la nature de leur nouveau logement. « C’est bien ici mais c’est presque trop bien. On n’a pas vraiment les moyens » avoue Denis, 6 mois après relogement.

62À l’opposé, le reclassement résidentiel semble plus total pour les locataires les plus socialement dotés. Qu’ils connaissent une relative stabilité professionnelle, ou qu’ils aient bénéficié d’une position sociale supérieure dans leur pays d’origine, ils voient leur relogement comme une véritable ascension symbolique et la suite logique de leurs positions sociales actuelles ou antérieures.

63« Ça fait 31 ans que je suis en France, j’ai tellement souffert pour trouver un logement, que je suis bien ici. C’est le logement que j’attendais vraiment. J’ai du travail et maintenant j’ai eu l’appartement qu’il me fallait », « Chez nous, au pays, c’était comme ça, une grande maison. […] Vraiment je me retrouve maintenant », précisent tour à tour Mariam (employée de ménage à temps partiel et en CDI, locataire à la Forestière pendant 16 ans, entretien 2 : 4 mois après relogement) et Amina (ouvrière en intérim, ancienne hôtesse de l’air au Congo, locataire à La Forestière pendant 15 ans, entretien 2 : 5 mois après relogement).

64Le sens conféré à cette nouvelle place résidentielle prend une nouvelle fois forme dans la façon dont ces habitants s’approprient l’espace de leur logement et de leur immeuble.

65Si le logement de ces habitants était, à la Forestière, entretenu mais pas forcément très décoré, ce n’est plus le cas de leur appartement dans le parc social neuf. Au contraire, ces locataires sont ici les seuls à avoir repeint la totalité des murs ou à avoir changé l’intégralité de leur mobilier. C’est notamment le cas de Mariam, employée de ménage en CDI, relogée dans un F5 de 84m2 après avoir vécu 16 ans à La Forestière. « Quand j’ai eu les clés, on a fait 4 jours de travaux. Mes beaux-fils, tout le monde m’a donné un coup de main. On a tout refait. Je n’ai rien amené des anciennes choses. Je n’ai pris que les habits des enfants, les miens, c’est tout. On a tout jeté. On ne voulait pas que les vieux meubles amènent des cafards. Ça nous a fait beaucoup de dépenses de tout changer, mais moi, je voulais que ce soit comme ça. J’ai tellement attendu ce logement que je voulais que tout soit bien comme il faut ».

66La décoration de ce nouvel appartement est ainsi particulièrement soignée. « Tous les meubles qui composent son salon (deux canapés, un fauteuil, une table basse, une vitrine, une table de salle à manger, des chaises et un buffet) sont assortis dans les tons de noir, blanc ou argenté. Dans le même esprit, le papier peint posé dans cette pièce est blanc et imprimé de fleurs argentées. De chaque côté des fenêtres, les rideaux sont noirs » (Extrait du journal de terrain, octobre 2015, 4 mois après relogement).

67Comme pour les catégories populaires qui dans le logement social des années 70 associaient la transformation de leur mobilier à un moyen de se rapprocher du mode de vie des catégories dominantes (Althabe et al., 1993), ou comme les personnes âgées les plus socialement dotées qui parviennent à s’approprier leur chambre en institution parce qu’elles s’étaient préparées à cette étape (Mallon, 2003), l’investissement de ces locataires dans leur nouveau logement traduit la façon dont ils se sentent à leur place dans cet espace. D’ailleurs, si ces locataires cherchaient à cacher leurs conditions de vie à La Forestière, ceux-ci reconnaissent aujourd’hui pouvoir bien plus facilement inviter leur entourage et prennent même plaisir à citer les compliments qui leurs sont faits à l’égard de leur nouveau logement. « Maintenant, vraiment on me félicite. Tout le monde, vraiment, dit que c’est beau. J’ai même des neveux qui vivent en Suisse, quand ils sont venus ils m’ont dit : « vraiment c’est whaou ! Tu es comme au pays maintenant », souligne Amina (ouvrière en intérim, ancienne hôtesse de l’air au Congo, locataire à La Forestière pendant 15 ans, entretien 2 : 5 mois après relogement).

68Compte tenu de la fonction réhabilitatrice de ce relogement, le rapport que ces habitants entretiennent à leur nouvel immeuble se construit de sorte à éviter qu’une nouvelle dégradation n’efface les bénéfices de cette ascension symbolique. Comme les propriétaires par « choix », ces habitants s’investissent aujourd’hui grandement au côté des équipes de proximité pour le bon respect des règles de vie collective. Par exemple, ils ne vont pas hésiter à dénoncer aux gardiens les mauvais comportements de leurs voisins, ou à suggérer l’intensification des modes de surveillance ou de rappel aux règles. « Je veux proposer de mettre des caméras de surveillance dans les parties communes. Je leur dirai à la réunion de locataires. Avec des caméras, on pourrait voir qui dégrade et intervenir plus facilement » va même jusqu’à proposer Assane (auto-entrepreneur dans la réparation de véhicules et allocataire du RSA, ancien ingénieur au Congo, locataire à La Forestière pendant 8 ans, entretien 2 : 6 mois après relogement).

Conclusion

69À Clichy-sous-Bois/ Montfermeil, les habitants concernés par la rénovation urbaine ne sont pas, avant relogement, dans une égalité de position résidentielle : certains sont propriétaires occupants, d’autres sont locataires du parc privé, mais tous deviennent locataires du parc social après relogement. Dans la littérature scientifique, l’analyse de cette forme de mobilité résidentielle atypique entrainant le passage d’une copropriété vers le parc social a fait l’objet de très peu de travaux. La connaissance de ces trajectoires et la prise en compte des variations de perception en fonction des statuts résidentiels initiaux (et à l’intérieur de ces statuts) s’avère donc nécessaire pour enrichir les travaux existant sur le relogement.

70Dans les communes étudiées, comme dans d’autres contextes, le relogement est un vecteur de déstabilisation des habitants dans leurs manières d’habiter et de s’approprier l’espace. Si cette politique contraint les habitants à devoir quitter leur logement et leurs relations de voisinage, les possibilités de reconstruire sa place varient toutefois grandement en fonction du sens que les habitants donnent à ce déplacement, de la façon dont celui-ci se situe à l’échelle des trajectoires et de leur position résidentielle initiale. L’appropriation du nouveau logement est ainsi plus aisée pour les anciens locataires. Comme ceux-ci accèdent à un logement neuf, sans réellement changer de statut résidentiel (ils sont dans les deux cas locataires), cette nouvelle étape fait davantage office de continuité et d’ascension, par rapport à leur trajectoire et statut résidentiel antérieur. Ce n’est pas le cas des anciens propriétaires pour qui l’entrée dans le parc social est une rupture au regard de leur statut antérieur. Ceux-ci éprouvent alors des difficultés à s’approprier symboliquement et physiquement leur nouvelle place résidentielle.

71Cet article souligne que le relogement agit aussi sur les logiques de positionnement social entre habitants. Néanmoins, contrairement aux programmes plus classiques, qui ont souvent pour effet de favoriser les ménages les plus socialement dotés, et de fragiliser les ménages les plus modestes, la rénovation urbaine telle qu’elle est conduite à Clichy-sous-Bois/ Montfermeil inverse le sens des trajectoires et les logiques de classement entre habitants. Alors que les anciens propriétaires constituaient, dans l’une des copropriétés étudiées, la frange supérieure de ce groupe, d’un point de vue social et résidentiel, ils se retrouvent aujourd’hui symboliquement déclassés dans leur nouvelle place résidentielle. À l’inverse, les anciens locataires, pourtant initialement moins dotés, se trouvent davantage réhabilités par cette opération.

72Si l’intervention sur les copropriétés faisait figure d’exception dans la première version du programme national, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Depuis 2014, le Nouveau Programme de Rénovation Urbaine encourage et renforce l’intervention sur les copropriétés : 60% des nouvelles conventions concernent aujourd’hui cette forme d’habitat. Le cas de Clichy-sous-Bois/ Montfermeil confirme la nécessité de tenir compte des variations dans les positions sociales et résidentielles initiales des habitants pour mieux appréhender les effets d’une telle politique publique.

Haut de page

Bibliographie

Althabe G., Légé B. et Sélim M., 1993, Urbanisme et réhabiliation symbolique, Paris, L’Harmattan.

Bacqué M-H., Fijalkow Y., Flamand A. et Vermeersch S., 2010, « « Comment nous sommes devenus hlm ». Les opérations de mixité sociale à Paris dans les années 2000 », Espaces et sociétés, n° 140-141, pp. 93‑109.

Bonvalet C. 2010, « Les logiques des choix résidentiels des franciliens », in Authier J-Y., Bonvalet C. et Levy J-P. Elire domicile: La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, PUL, pp. 55‑76.

Bonvalet C. Brun J. et Segaud M, 1998, Logement et habitat : l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Bouillon F. Deboulet A. Dietrich-Ragon P. Fijalkow Y. et Roudile N., 2015, « Les vulnérabilités résidentielles en questions », Métropolitiques, En Ligne, Consulté le 21 11 2018, URL: http://www.metropolitiques.eu/Les-vulnerabilites-residentielles.html.

Bourdieu P. et De Saint-Martin M., 1990, « Le sens de la propriété: La genèse sociale des systèmes de préférences », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 81‑82; pp. 52‑64.

Deboulet A. et Lafaye C., 2018, « La rénovation urbaine, entre délogement et relogement. Les effets sociaux de l’éviction », L'Année sociologique, 2018 vol. 68, pp. 155-184.

Dietrich-Ragon P. 2013a. « Classement, déclassement, reclassement sur le marché résidentiel », Revue française de sociologie, Vol. 54, pp. 369‑400.

Dietrich-Ragon P., 2013b. « Qui rêve du logement social ? », Sociologie, vol. 4, pp. 19‑42.

Dietrich-Ragon P., 2011, Le logement intolérable, Paris, PUF.

Fijalkow Y., 2011, Sociologie du logement, Paris, La Découverte.

Fijalkow Y., Levy-Vroelant C., 2019, « Trouver sa place dans la ville », in Bouillon F., Deboulet A., Dietrich-Ragon P., Fijalkow Y. Vulnérabilités résidentielles, La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, pp. 29-32.

Gilbert P., 2013, « Devenir propriétaire en cité HLM », Politix, n° 101, pp. 79‑104.

Habouzit R. 2016, « Changer les villes pour changer les habitudes : les effets de la rénovation urbaine sur les manières d’habiter », in Cailly L. et Dureau F., Les espaces du logement : pratiques habitantes et politiques publiques, Paris, L’harmattan, pp. 209-220.

Habouzit R., 2017, « La copropriété dégradée, le relogement et après ? Professionnels et habitants dans une opération de rénovation urbaine », Thèse de doctorat en sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines.

Habouzit R., 2017, « Le logement social sinon rien. Les inégalités face à la propriété des habitants relogés d'une copropriété dégradée », Espaces et société, n°170, p.107-122.

Lambert A., 2016, « Échapper à l’enfermement domestique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 215, pp. 56‑71.

Le Garrec S., 2010, « La démolition d’un grand ensemble en copropriété : une réponse urbaine à un problème de gestion ? », Thèse de doctorat en urbanisme et aménagement, Institut d’urbanisme de Paris.

Lelévrier C., 2014, « La trajectoire, une autre approche des effets de la rénovation », in Fol S., Miot Y., Vignal C., Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, p. 119-137.

Lees J., 2014, « Les copropriétés dégradées de l’après-guerre à Marseille : un nouvel habitat social de fait », Espaces et sociétés, no 156‑157, pp. 69‑84.

Mallon I., 2003, « Des vieux en maison de retraite : savoir reconstruire un « chez-soi » », Empan, no 52, pp. 126‑133.

Retière J-N., 2003, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 63, no 3, pp. 121‑143.

Safi M., 2010, « La dimension temporelle des faits sociaux: l’enquête longitudinale », in Paugam S., L’enquête sociologique, Paris, PUF, pp. 311‑332.

Sassen S., 2014, Expulsions: Brutality and Complexity in the Global Economy, Cambridge, Harvard University Press.

Sayad A., 1980, « Le foyer des sans-famille », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 32, pp. 89‑103.

Watt P., 2018, « “This pain of moving, moving, moving:” evictions, displacement and logics of expulsion in London », L'Année sociologique, vol. 68, p. 67-100

Haut de page

Notes

1 Au moment de commencer la recherche, le programme était en cours de finalisation aux Bosquets, mais toujours en application à La Forestière. L’enquête s’est donc prioritairement centrée sur La Forestière.

2 7 ménages de l’échantillon initial n’ont donc pas été réinterrogés après relogement. Cela s’explique par un refus de leur part ou l’impossibilité de les joindre à nouveau (séjour à l’étranger, changement de coordonnées).

3 Ils ont été rencontrés entre les deux vagues d’entretiens conduites auprès de l’échantillon initial. L’objectif de ces rencontres était double : obtenir la parole des habitants relogés depuis plusieurs années et compenser les effets liés au refus d’un second entretien dans le cadre du suivi longitudinal.

4 Si les anciens propriétaires avaient en théorie le choix d’être, ou non, relogés par le programme, leurs marges de manœuvre ont été en réalité fortement contraintes. Du fait de la modestie de leurs ressources et du faible montant de l’indemnité d’expropriation reçue, ces habitants se sont rapidement trouvés dépendants du logement social et des relogeurs (Habouzit, 2017).

5 Pour garantir l’anonymat des personnes enquêtées, tous les prénoms cités dans cet article sont des pseudonymes.

6 Nous montrons dans une autre publication le travail d’encadrement des habitants que conduisent notamment les gardiens d’immeubles. En dénonçant leurs voisins, ces habitants se situent donc ici en relais face aux actions d’encadrement (Habouzit, 2016).

7 Ce sentiment de rupture est plus fort chez les locataires que chez les propriétaires. Cela s’explique en partie au regard de la plus grande bi-activité des couples et de l’évitement volontaire du quartier employé par certains propriétaires.

8 Cet aspect est développé dans une autre publication (Habouzit, 2016).

9 Ce constat avait d’ailleurs déjà été établi lors des opérations de rénovation dans les années 70 (Althabe et al. 1993).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Situation géographique des communes de Clichy/ Montfermeil
Crédits Source : Rémi Habouzit / Géoportail, 2021.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Photo 1 : La résidence de La Forestière à la sa livraison en 1982
Crédits Source : Photos transmises par le service des archives de Clichy-sous-Bois.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7525/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Photo 2 : La résidence de La Forestière avant sa démolition et les résidences reconstruites
Crédits Source : Rémi Habouzit, 2013.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7525/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Carte 2 : Le périmètre du PRU à l’échelle des communes de Clichy/ Montfermeil
Crédits Source : Rémi Habouzit, Géoportail, 2021.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7525/img-4.png
Fichier image/png, 7,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Habouzit, « Placement, déplacement, re-placement: propriétaires et locataires dans une opération de rénovation urbaine à Clichy-sous-Bois et Montfermeil »Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 48-49 | 2021, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/tem/7525 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.7525

Haut de page

Auteur

Rémi Habouzit

MCF en Science Politique à l'Université Sorbonne Paris Nord (IUT de Bobigny).
IDPS (Institut de droit public, sciences politiques et sociales).
Université Sorbonne Paris Nord, 99 Avenue Jean Baptiste Clément, 93430  
Villetaneuse / Ou IUT de Bobigny, Département carrières sociales, 1  
rue de Chablis, 93000 Bobigny
remi.habouzit@univ-paris13.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search