Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48-49Partie 2. Déplacements et replace...Le capacity building ou comment c...

Partie 2. Déplacements et replacements au coeur des dynamiques de changement urbain

Le capacity building ou comment construire sa place à travers la construction de compétences collectives

Capacity building or how to build one’s place differently
Marion Serre et Rémy Vigneron

Résumés

Depuis plusieurs décennies, l’habitat individuel est resté le mode de vie privilégié des Français et, plus largement, des Européens (Damon, 2017). Tributaires de l’action privée, les quartiers résidentiels périurbains continuent à se développer tous azimuts et ce malgré les orientations politiques visant à « faire la ville sur la ville » (ALUR, 2014). La vivacité du débat qu’ils suscitent illustre les clivages et les convergences, mais aussi les avantages et les inconvénients de ces espaces urbanisés en cours de formation.
Cette évolution des points de vue pose le pavillonnaire comme un espace en pleine mutation. Or la fabrique de la ville sur elle-même impose de faire avec les habitants en place, ce qui conduit à deux types de questionnements :
• Un premier sur ce qui existe : quelle place occupent les habitants déjà là ? Quelles sont les forces en place ?
• Un second interrogeant les logiques de renouvellement donc à la fois la vision (ce qu’il peut être fait) et la place des parties prenantes dans le processus : comment impliquer les habitants en place ? Quelle place pour les futurs habitants ?
Pour y répondre, cet article rend compte de recherche action explorant les processus de capacity building, définis comme les processus de construction de compétences collectives. Ces expérimentations testent des leviers d’action permettant de déclencher des logiques de projet. Un cadrage théorique sur les processus de capacity building posera d’abord les bases de la réflexion et explicitera les outils conceptuels mobilisés pour faire émerger des scènes de débat et favoriser la montée en compétences collectives des acteurs impliqués. Ensuite, une analyse comparative des deux cas étudiés mettra en évidence la diversité des espaces périurbains, tout en révélant les enjeux communs auxquels ils font face. Enfin, les processus de recherche action seront analysés et montreront de quelle manière les habitants prennent place dans les processus de transformation à l’œuvre. In fine, cet article mettra en évidence les points de convergence possibles entre « projet individuel » et « projet collectif », en s’appuyant sur la création de nouveaux espaces de négociation et de coopération.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis plusieurs décennies, l’habitat individuel est resté le mode de vie privilégié des Français et, plus largement, des Européens (Damon, 2017). Tributaires de l’action privée, les quartiers résidentiels périurbains continuent à se développer tous azimuts et ce malgré les orientations politiques visant à « faire la ville sur la ville » (ALUR, 2014). La vivacité du débat qu’ils suscitent illustre les clivages et les convergences, mais aussi les avantages et les inconvénients de ces espaces urbanisés en cours de formation.

2De nombreuses recherches dénoncent la place que prend l’habitat pavillonnaire dans le territoire : gaspillage des terres, artificialisation des sols, augmentation des coûts liés aux déplacements motorisés, aux infrastructures et aux réseaux (Conrad, 2006 ; Nouyrigat, 2018). Malgré ces défauts latents, la périurbanisation peut aussi être considérée comme l’étape intermédiaire d’une ville en émergence (Dubois-Taine & Chalas, 1997), un « espace laboratoire » (PUCA, 2013) qui, à travers ses modes de production, questionne la place et le rôle des habitants dans sa fabrique. Pour certains auteurs, les pratiques habitantes peuvent contribuer aux qualités écologiques (Frileux, 2013), sociales (Dodier, 2012), architecturales et urbaines (Bonnet, 2016) du pavillonnaire. Les nombreuses recherches sur la formation du pavillonnaire — occupant une place substantielle dans les espaces périurbains — témoignent d’une ville qui reste, comme le souligne M. Vanier (2011), en quête d’un projet porteur de sens afin, pourquoi pas, de devenir un levier de la ville durable (PUCA, 2013).

3Cette évolution des points de vue pose le pavillonnaire comme un espace en pleine mutation. Or la fabrique de la ville sur elle-même impose de faire avec les habitants en place, ce qui conduit à deux types de questionnements :

  • Un premier sur ce qui existe : quelle place occupent les habitants déjà là ? Quelles sont les forces en place ?

  • Un second interrogeant les logiques de renouvellement, donc à la fois la vision (ce qui peut être fait) et la place des parties prenantes dans le processus : comment impliquer les habitants en place ? Quelle place pour les futurs habitants ?

  • 1 Selon le règlement de marque collective, BIMBY consiste en « un projet collaboratif, systémique et (...)

4Sans avoir l’ambition de répondre exhaustivement à ces questions, ni prétendre qu’il pourrait exister une seule bonne formule à la grande diversité d’espaces périurbains, cet article rend compte de travaux explorant les processus de capacity building. Bien qu’elles soient en cours à l’automne 2018, les expérimentations présentées montrent des premiers résultats sur la montée en compétences de collectifs habitants impliqués. Ces expérimentations testent des leviers d’action permettant de déclencher des logiques de projet. L’une s’inspire, depuis 2015, de la démarche d’urbanisme BIMBY (Build In My Back Yard)1 pour trouver un nouvel élan à un territoire à la recherche d’un rebond démographique. L’autre analyse depuis 2016 les effets de la loi ALUR sur des espaces périurbains soumis à une forte pression foncière. Toutes deux menées en France, ces expérimentations questionnent la place et le rôle des habitants dans les processus de transformation à l’œuvre. Plus particulièrement, elles interrogent les points de convergence possibles entre « projet individuel » et « projet collectif », en s’appuyant sur la création de nouveaux espaces de négociation et de coopération.

5Un cadrage théorique sur les processus de capacity building posera d’abord les bases de la réflexion et explicitera les outils conceptuels mobilisés pour créerdes espaces de dialogue et de négociation et ainsi favoriser la montée en compétences collectives des acteurs impliqués. Ensuite, une analyse comparative des deux cas étudiés mettra en évidence la diversité des espaces périurbains, tout en révélant les enjeux communs auxquels ils font face. Enfin, les processus de recherche action seront analysés et montreront de quelle manière les habitants prennent place dans un jeu d’acteurs élargi (institutions, chercheurs, professionnels et habitants).

1. Prendre place dans les logiques de projet : compétences, médiations, appropriations

  • 2 Comme en témoignent le rapport “Aménager les territoires ruraux et périurbains” remis par l’archite (...)

6Malgré l’intérêt croissant porté aux futurs possibles du périurbain2, l’action publique reste un défi à relever au sein de territoires dominés par la propriété privée. Bien que le contexte législatif se durcisse (lois SRU en 2000, ENE en 2010, ALUR en 2014) pour encourager, voire imposer, le renouvellement (péri)urbain, la consommation de terres agricoles par l’urbanisation n’a que faiblement diminué depuis le début des années 2000 (SOeS, Ministère de l’agriculture). Dans ce contexte où les injonctions peinent à faire évoluer les pratiques, il devient urgent d’expérimenter de nouvelles manières d’activer des logiques de projet pour ces territoires.

1.1 Le capacity building : un modèle d’action basé sur les compétences

  • 3 Selon Deboulet et Berry-Chikhaoui, les compétences peuvent être appréhendées comme « un outil conce (...)

7H. Raymond (1984) et M. de Certeau (1990) comptent parmi les premiers à avoir explorer la question des compétences habitantes et leur développement dans le domaine des pratiques urbaines. D’autres chercheurs ont ensuite pris le relais, démontrant de multiples façons que les habitants (et plus largement les usagers) ont des compétences3 et des savoirs liés à leurs pratiques du territoire, mais aussi aux processus d’appropriation et de transformation qu’ils mettent en place (Berry-Chikhaoui & Deboulet, 2000 ; Sintomer & Bacqué, 2011 ; Nez, 2015). Étudiant la plupart du temps le rôle d’individus ou de collectifs dans un processus de transformation, le processus même de construction de compétences collectives reste encore peu décrypté. Pour approfondir ce sujet, il faut se tourner vers un concept originaire du monde des Organisations Non Gouvernementales (ONG) : le capacity building.

8Le capacity building est défini par un ensemble de processus d’apprentissage mutuel au cours desquels des compétences collectives sont construites par l’interaction de plusieurs acteurs. Pour Baser et Morgan (2008 : 34), ces modèles d’action encouragent « la capacité globale d'une organisation ou d'un système à créer de la valeur publique ».

9Dans l’intérêt d’une démarche territoriale renouvelée, nous nous interrogeons sur le potentiel du capacity building à former un modèle d’action pouvant contribuer à déclencher des logiques de projet. En effet, le capacity building s’intéresse à la dynamique socio-politique en place et à la façon de travailler avec les forces en présence. La création de groupes locaux permet de développer des compétences collectives et de prendre progressivement la mesure d’un accès croissant aux ressources, aux opportunités et à l’autorité (Baser & Morgan, 2008).

10Rapporté au domaine de l’urbain, le capacity building pourrait donc élargir la conception de la participation citoyenne. Si le concept opératoire de capacity building n’est encore que peu utilisé dans les processus participatifs, il pourrait toutefois permettre de dépasser la fracture souvent soulignée entre experts et habitants (Nez, 2015) ou bien encore entre « activateurs de la participation » et « participants » (Carrel, 2013). Ainsi, les processus de capacity building favoriseraient l’inclusivité, définie par les modalités d’action et la capacité des pratiques à impliquer différents types d’acteurs au sein des processus de production.

1.2 La médiation : facteur facilitant la coopération entre acteurs impliqués

11La création de compétences collectives induit la création d’espaces de dialogue et de négociation entre les acteurs : des scènes de débat pour partager ses compétences, connaître et comprendre celles des autres, en vue de les consolider et d’en construire de nouvelles. Dans cette perspective, les acteurs entrent dans des situations de coopération — entendues comme la recherche d’une synergie conduisant à un apprentissage mutuel.

12La construction de compétences collectives peut être appuyée par une action de médiation, c’est-à-dire par l’intervention d’un acteur tiers facilitant le dialogue, les négociations et, de fait, la prise de décision. Dans cet article, nous nous intéressons à la médiation architecturale et urbaine, dont la spécificité relève notamment des compétences en matière de projet qu’ont les médiateurs (Sandrini, 2014). Dans ce cadre, nous distinguons deux approches de la médiation :

  • La co-conception renvoie à une intervention en amont du processus de production. Elle est centrée sur l’élaboration d’un raisonnement commun entre concepteurs et usagers, à partir duquel les décisions de conception de l’artefact sont prises (Darses, 2009). Ce processus fait intervenir l’usager, qui, élevé au rang de concepteur, identifie des besoins et participe à la prise de décision. La co-conception s’intéresse donc à la formation du concept ou de l’idée, conduisant par la suite à son éventuelle réalisation.

  • La coproduction renvoie à la capacité d’un produit à créer un espace de liberté pour l’usager, permettant un processus d’appropriation grâce à une série d’options modulables contribuant à la personnalisation du produit (Certeau, 1990). Le processus de coproduction est donc davantage centré sur l’action finale de l’usager sur le produit plutôt que sur une action pré-production.

13Cet apport sémantique permettra non seulement de situer les processus examinés dans l’action de renouvellement mais surtout de caractériser et de localiser les compétences mobilisées et construites par les acteurs impliqués.

1.3 L’appropriation, condition d’un renouvellement perceptible

14La littérature récente sur la fabrique de la ville met en exergue la notion d’appropriation, notamment parce qu’elle permet de parvenir à une meilleure gestion de la ville par la recherche d'un équilibre entre les antagoniques pôles individuels et collectifs, mais aussi parce qu’elle permet de rendre compte d’une variété de transformations (Villalba, 2009). L’appropriation fournirait donc un précieux témoin des évolutions en cours.

15Sous l’angle de l’appropriation, les transformations de la ville peuvent être marquées de deux manières :

  • L’évolution d’un rapport individuel ou collectif à l’espace : en psychologie environnementale, l’appropriation désigne l’ensemble des interrelations entre l'individu et son environnement physique et social, dans ses dimensions spatiales et temporelles (Moser & Weiss, 2003).

  • La relation des individus avec les processus de projet : dans le domaine de la participation, participer suppose de prendre part à l’expérience en cours, de s’approprier la situation, la rendre sienne, pour agir sur et faire évoluer le débat (Cova & Cova, 2001).

16A partir de ces deux regards portés sur l’appropriation, on peut dire qu’un processus d’appropriation relève de l’agir et induit que le sujet agissant (acteur) se positionne par rapport à la chose, l’espace ou le jeu d’acteurs qu’il souhaite transformer. En d’autres termes, l’acteur prend place et définit sa place par l’appropriation. C’est ce que nous proposons maintenant d’explorer à travers deux cas d’étude où, dans une logique de capacity building, les médiateurs se sont focalisés sur la création d’espaces de dialogue autour du renouvellement d’espaces résidentiels périurbains.

2. Des espaces périurbains en mouvement

  • 4 Périgueux est une ville d’environ 30 000 habitants, alors que Pont de l’Arc est un quartier pavillo (...)

17Les deux terrains d’étude illustrent une diversité d’enjeux liés aux espaces périurbains français, sans toutefois les représenter exhaustivement. Périgueux et Pont de l’Arc4 sont par maints aspects très différents, cependant ces espaces périurbains sont actuellement face au même défi : celui de définir un projet de territoire dans un contexte de mutation.

2.1 Périgueux : du projet individuel au projet communal

18Périgueux a perdu des habitants jusqu’en 2008. Cette perte est principalement due aux évolutions sociodémographiques classiques de la population française. En revanche, sur la même période, les territoires périurbains en ont gagné tout en s’étalant sur des terres agricoles. Parmi les raisons expliquant ce phénomène de « vase communiquant », l’attractivité foncière joue un rôle important. L’absence de terrains à bâtir à Périgueux est un fait acquis aussi bien pour la population locale que pour les professionnels de l’immobilier. Les jeunes actifs à la recherche d’une maison et d’un terrain s’installent donc préférentiellement dans les quartiers pavillonnaires de première ou deuxième couronne.

19Dans le contexte de la révision de son PLU, la municipalité de Périgueux sous mandat entre 2014 et 2020 a cherché à renouveler et surtout augmenter son offre en logements, de manière à rendre accessible un habitat adapté aux familles afin de retrouver un nombre de ménages en rapport avec son niveau d’équipement. Toutefois, elle fait face à un problème de taille : le manque absolu de terrain à bâtir. Il n’y a plus de possibilité d’extension et les grandes emprises en renouvellement urbain traditionnel (ZAC) sont programmées, mais non disponibles avant plusieurs années.

  • 5 Programme Villes Durables de l’ANR (2009-2012) : « BIMBY, faire émerger la ville durable des tissus (...)
  • 6 Le Lab InVivo a été créé en janvier 2014 afin de développer, tester, expérimenter les premiers prot (...)

20A la suite de nombreuses conférences réalisées par David Miet dans le cadre du programme de recherche Ville durable de l’ANR5 (2009 -2012), en 2015, la municipalité décide de s’appuyer sur une équipe de chercheurs développant la démarche BIMBY6. Désormais développée par un laboratoire de recherche privé Lab InVivo, cette démarche peut être définie comme un processus de densification douce à l’initiative de l’habitant, fondée sur une implication forte des collectivités, des professionnels de l’urbain et des habitants. La démarche mise sur l’hypothèse d’une mobilisation importante du foncier privé constitué par les jardins des maisons individuelles, pour produire une offre de logements bien situés, bien desservis et abordables. À Périgueux, par l'accompagnement d’un grand nombre de ménages propriétaires d’une maison individuelle, cette démarche BIMBY vise la production de 100 logements en 18 mois.

21L’originalité de cette démarche est la mise en avant du propriétaire de maison individuelle dans le processus de fabrication de la ville. L’habitant maître d’ouvrage devient l’acteur clé d’un circuit de production court, où la collectivité orchestre un processus de renouvellement périurbain piloté par les opérateurs de la démarche BIMBY (Miet & Le Foll, 2010). À Périgueux, l’expérimentation de la démarche BIMBY se réalise dans le cadre d’une révision du PLU et montre qu’en envisageant l’évolution de son patrimoine, le propriétaire d’une maison individuelle peut contribuer à l’élargissement des stratégies urbaines locales, notamment par le biais d’une intégration de cette filière de production dans les documents d’urbanisme. Nous verrons en troisième partie comment, par l’implication des habitants dans une logique de projet et par le partage de compétences entre les acteurs impliqués, une telle opération est rendue possible.

2.2 Pont de l’Arc : le lotissement comme échelle d’action intermédiaire

  • 7 Loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové (2014), ayant conduit à la reformulation des Pl (...)
  • 8 Une polyclinique, un éco-campus pour la faculté d’économie et de gestion et de nouvelles infrastruc (...)

22L’application de la loi ALUR7 sur la commune d’Aix-en-Provence a rendu éligible à la densification plusieurs lotissements et anciennes parcelles agricoles du quartier du Pont de l’Arc. Plusieurs projets de construction8 mettent ce quartier face à un processus d’urbanisation intense, qui pourrait considérablement modifier ses caractéristiques morphologiques et sociales.

  • 9 Partenaire du Lab InVivo, cette équipe est composée de cinq chercheurs membres de l’unité de recher (...)
  • 10 Le lotissement est passé de la zone UD (Urbanisation Douce) à la zone UM (Urbanisation Maîtrisée) : (...)
  • 11 Les catégories socio-professionnelles des propriétaires du lotissement sont en grande majorité des (...)
  • 12 « Les colotis sont contraints de demeurer vigilants et de respecter les cahiers des charges qui les (...)

23Dans cet environnement en cours de mutation, l’équipe Project[s]9 s’est intéressée au cas du lotissement de la Clairnande qui, suite à la modification du PLU (2015), a été identifié comme une zone à densifier10. Dès lors, les promoteurs de la région ont repéré les douze parcelles de ce lotissement et ont commencé à démarcher les propriétaires11. Deux d’entre eux ont accepté de vendre et une demande de permis de construire a été autorisée pour la construction d’un petit immeuble collectif en accession à la propriété. Or, dans ce lotissement, les propriétaires sont regroupés en Association Syndicale Libre (ASL) depuis 1987 et doivent respecter un règlement intérieur ainsi qu’un cahier des charges12. Dans ce cadre-là, l’ASL assure la gestion des espaces communs et statue sur les transformations pouvant être proposées individuellement par chacun d’eux. L’ASL apparaît de facto comme un collectif qui a été utilisé par les autres habitants pour se mobiliser contre le projet de promotion immobilière, en faisant notamment appel à un avocat pour attaquer la mairie et ainsi remettre en question le zonage défini par le PLU.

24Ce contexte tendu, révélateur des contradictions pouvant exister entre le droit privé (règlement intérieur) et le droit public (PLU), est le point de départ du processus de recherche. Les habitants du lotissement et les chercheurs se sont alors réunis pour identifier les conditions de projet possibles permettant de transformer la forme actuelle du lotissement, sans pour autant altérer le cadre de vie des habitants. Dans cette perspective, un travail autour du règlement intérieur a été engagé avec les habitants afin de définir des règles négociées, à la croisée des intérêts privés, des intérêts collectifs de l’ASL et des intérêts publics de la municipalité.

25A partir de ce cas d’étude, l’hypothèse de recherche explore la capacité des acteurs impliqués à l’échelle du lotissement, avec leurs outils d’action, à prendre une place déterminante dans l’avenir de leur quartier. Là où ils existent, les lotissements pourraient devenir une échelle d’action intermédiaire, entre le projet individuel, le projet de quartier et le projet communal.

26Les deux cas présentés rendent compte d’une diversité d’enjeux dans les tissus pavillonnaires et de leviers d’action possibles pour transformer des quartiers existants. Dans le cadre de ces expérimentations, faire avec les habitants a donné lieu au développement de processus de travail qui invitent les habitants en place à se positionner : pour ou contre la transformation, déménager dans son jardin et accueillir une nouvelle famille dans sa maison, s’approprier un environnement changeant… Ce sont ces différentes questions que la troisième partie va explorer pour comprendre la place qu’occupent les habitants et le chemin qu’ils ont parcouru grâce aux processus de capacity building.

3. L’appropriation pour prendre place

3.1 À Pont de l’Arc, l’appropriation du dispositif au service d’une conception partagée

  • 13 Ont notamment été organisés des entretiens semi-directifs, cartes mentales, analyses SWOT, débats p (...)

27Après une année d’enquête et d’échanges13, les membres de l’ASL ont invité l’équipe Project[s] lors de la fête annuelle des voisins, afin que les chercheurs organisent un atelier de réflexion pour les aider à construire une vision commune du lotissement. A leur arrivée, les activités proposées sont immédiatement remises en cause par les habitants :

« On n’est pas très intéressé par une balade dans le quartier par petits groupes. Déjà il fait très chaud et puis, c’est assez rare que l’on soit tous réunis. On préfèrerait faire un travail sur carte, tous ensemble. L’idée qu’on a, c’est vraiment de discuter ensemble aujourd’hui, de voir ce qu’on pense les uns et les autres. » (Extrait d’entretien d’un propriétaire à la Clairnande, 06/2018)

  • 14 Ce dispositif a ici été testé dans un contexte social spécifique, avec des participants ayant un ce (...)

28Suite aux discussions engendrées par cette intervention, la forme de l’atelier (balade urbaine) est transformée en un atelier de cartographie collective. Cet exemple rend compte de la flexibilité du dispositif de projet et de son appropriation progressive par les habitants. Le dispositif présente une forme de flexibilité « instrumentale » permettant aux habitants de modifier la logique fonctionnelle des activités de recherche proposées, pour mieux les adapter à leurs besoins et objectifs14.

29Si les ateliers évoluent dans leur forme, leur contenu peut aussi être modifié. Au cours de l’année 2018, un atelier initialement centré sur la transformation des espaces communs du lotissement a été élargi aux problèmes de mobilité rencontrés par les habitants : manque de trottoirs, containers à verre disposés à un endroit dangereux, manque de transports en commun, etc. En questionnant la justesse des sujets abordés, c’est la logique interne de l’atelier que s’approprient les participants. Ainsi, le dispositif présente également une flexibilité « interprétative », permettant aux habitants d’adapter le contenu aux problématiques qu’ils considèrent comme les plus centrales.

30Grâce à ces deux formes de flexibilités — instrumentales et interprétatives — l’appropriation se fait par le dispositif. En d’autres termes, les habitants du lotissement ont pris position les uns par rapport aux autres et par rapport aux transformations à l’œuvre dans leur quartier au travers du dispositif. Les rôles et fonctions de l’ASL ont donc évolué durant le processus de recherche. Celle-ci n’est plus seulement utilisée comme un outil juridique de gestion au sein de duquel les habitants sont engagés ipso facto à partir du moment où ils sont propriétaires. Elle représente désormais un groupe de réflexion et d’action, en capacité de transformer, d’ajuster, d’adapter le dispositif de projet aux besoins de ses membres, tant dans ses formes que dans son contenu. J. Innes et D. Booher (1999) renvoient dans ce type de situation à des « bricolages », permettant de rendre compte d'ajustements locaux dépassant les limites d'approches utilisant des dispositifs organisationnels génériques.

31C’est donc sur la flexibilité et les formes d’appropriation qu’elle permet que repose la construction de compétences collectives. Cette montée en compétences, qui se réalise par le dispositif, est rendue possible par une attitude ouverte au changement de l’équipe de recherche. La capacité des médiateurs à s’adapter leur permet d’assurer un double rôle : déclencher la prise de parole et mettre en forme les idées des habitants, au fur et à mesure du processus. D’un côté, l’équipe de recherche met à disposition ses compétences et ses méthodes (ateliers, réunions publiques, balades urbaines, cartographie collectives). De l’autre, les habitants s’en saisissent et les réinterprètent, pour renforcer leurs connaissances et leurs capacités d’action à l’échelle du PLU.

32Pour faire bénéficier des retours positifs de ces réflexions collectives à la municipalité d’Aix-en-Provence, l’équipe de recherche joue aussi le rôle de support organisationnel. Par la programmation de réunions publiques où la municipalité et les habitants se rencontrent, opportunité est donnée pour créer un dialogue et échanger des idées sur le futur possible du quartier. En s’appuyant sur le dispositif qu’ils ont contribué à formaliser, les habitants s’opposent à la densification massive en proposant la recherche d’une densification plus adaptée. Ces réflexions entrent en résonnance avec celles de la municipalité qui prend progressivement conscience des effets de la densification sur leur territoire :

« Les services de l’Etat nous ont poussés sur la densification, au renouvellement de la ville sur la ville par la loi ALUR. On a été influencé par toutes ces théories et on a fait un PLU en densification qui a été… à certains endroits, mais pas partout, qui a été nous semble-t-il… On a eu la main lourde. » (Extrait d’entretien, adjoint à l’urbanisme d’Aix-en-Provence, 06/2018)

  • 15 Dans le cadre de cette étude, nous n’avons pas analysé les secteurs qui ont été plus ou moins ouver (...)

33Depuis ces échanges, la municipalité a refusé plusieurs permis de construire dans le lotissement et ses abords et entrepris une révision du PLU pour rééquilibrer sa politique de densification15. Ces espaces de dialogue permettent de confronter des visions et des intérêts formant par là même des arènes de négociation. Cela rend possible la remontée des expériences de terrain vécues par les habitants au niveau des institutions, facilitant la circulation des idées, des connaissances et des compétences. Dans ces interactions, la co-conception se réalise par la recherche de convergences entre intérêt public (faire la ville sur la ville) et intérêt privé (respect des cadres de vie existants).

Figure n°1 : Atelier de cartographie collective (à gauche) et réunion publique (à droite)

Figure n°1 : Atelier de cartographie collective (à gauche) et réunion publique (à droite)

34Le dispositif mis en place, originellement pensé par des chercheurs, n’existe donc que par l’usage qui en est fait par les habitants. Le croisement des compétences des habitants, des chercheurs et des institutions permet des ajustements permanents du dispositif, sans que la finalité du processus ne soit prédéfinie. Les acteurs-concepteurs (habitants) sont bien sûr contraints par les règlementations publiques (PLU), mais le dispositif leur permet de construire leur place dans un contexte en mutation, en devenant les acteurs clés d’une éventuelle mise en projet du lotissement.

3.2 À Périgueux, l’appropriation d’un rapport à l’espace positionne l’habitant dans la production d’une nouvelle offre territoriale

  • 16 L’analyse de la méthode a notamment fait l’objet d’une thèse de doctorat, ayant aussi mis en lumièr (...)

35Suite à une invitation envoyée par la Mairie aux propriétaires de maisons individuelles, les couples de propriétaires sont reçus au cours d’un entretien individuel d’une heure conduit par un architecte-médiateur mis à disposition par la municipalité16. Préalablement à l’entretien, le Lab InVivo explique au ménage que le professionnel qui va les recevoir est là pour les aider à visualiser les choses en 3 dimensions. Il peut dessiner des projets, des idées, il est à leur service pour les aider à imaginer et à voir ce qu’ils peuvent faire dans les 10 ans qui viennent sur leur parcelle. Le règlement d’urbanisme actuel est mis de côté le temps de l’entretien pour laisser de nouvelles idées émerger. Ce que les élus souhaitent à travers le processus, c’est connaître les projets que leurs habitants pourraient porter dans les 10 ans à venir, afin d’élaborer un règlement qui soit plus intelligent vis-à-vis de ces projets. Par contre, le ménage est prévenu, ce n’est pas parce qu’un projet est dessiné qu’il sera forcément autorisé par les futurs documents d’urbanisme.

36L’architecte-médiateur accueille le ménage devant un ordinateur et l’invite à s’asseoir à ses côtés. Le premier exercice consiste à repérer la parcelle avec l’habitant. Cela prend déjà 5 minutes, car toutes les parcelles se ressemblent un peu. « Lui a une piscine, tandis que lui n’en n’a pas, donc c’est celle-ci ! ». L’architecte commence par dessiner la maison existante qu’il modélise en 3D en même temps que les habitants lui parlent. La difficulté est donc de son côté : il doit créer une discussion sympathique tout en bâtissant le modèle. L’habitant, à qui il est en réalité demandé de réfléchir à des aspects importants de sa vie (situation familiale, vieillissement, finance…) qui sont parfois difficiles à aborder, voit progressivement l’environnement dans lequel il vit sous un autre jour. Une fois l’existant modélisé, le ménage dispose de l’architecte pendant les 45min restantes pour explorer autant d’hypothèses qu’il le souhaite (cf. Fig.2).

Figure n°2 : exemple d’évolution d’un modèle 3D au cours d’un entretien BIMBY.

Figure n°2 : exemple d’évolution d’un modèle 3D au cours d’un entretien BIMBY.

37De la discussion entre l’architecte et le ménage naît la construction collective d’un récit de vie. Certains aspects de ce récit — si le ménage a ou n’a plus d’enfant à charge, s’il a des idées de vente, ou si le fait de vieillir à domicile pose des questions d’adaptation du logement — conduisent à la construction d’un ou plusieurs scénarios, au sein duquel l’habitant se repositionne, prend des décisions (même provisoires). La mise en projet naît de cette construction du récit, elle-même rendue possible par la rencontre entre les compétences de médiation de l’architecte et celles de l’habitant, en tant qu’expert de son environnement et maître de son mode de vie et de ses évolutions futures.

  • 17 La création de nouveaux logements peut se faire par une extension du bâti existant ou bien par la d (...)
  • 18 La commune de Périgueux s’est donnée pour objectif de créer 200 logements nouveaux par an (engageme (...)

38Cet exemple montre la méthode de projet que le Lab InVivo expérimente depuis 2014 en situant le propriétaire de maison individuelle dans le processus de révision des documents d’urbanisme. L’objectif de cette méthode est de créer un cadre au sein duquel l’habitant peut se positionner pour développer un projet lié à la construction d’un nouveau logement sur sa parcelle17. Il s’agit ainsi de révéler un gisement foncier pouvant devenir, pour la commune, le support d’un processus de densification douce de son territoire. Pour cela, les chercheurs du Lab InVivo proposent aux communes de travailler directement avec les propriétaires par le biais d’ateliers individuels. Lorsqu’une commune comme Périgueux18, se lance dans une démarche BIMBY, un partenariat expérimental est mis en place avec le Lab InVivo afin de tester le potentiel de production que représente l’engagement des ménages intéressés dans un processus de densification de leur parcelle.

  • 19 Étape 1 : situer la parcelle et reproduire l'existant tout en écoutant le projet des participants ( (...)

39À l’inverse de la méthode de projet mise en place à la Clairnande, le dispositif BIMBY ne conduit pas à la même forme d’appropriation. Le temps d'entretien, limité à une heure, est trop court pour permettre au ménage de remettre le dispositif en question. Le rythme soutenu du rendez-vous19 réduit inévitablement le champ d'action des participants qui n’ont pas le temps d’envisager une reconfiguration ou une adaptation des méthodes de travail. L'appropriation ne se fait donc pas par le dispositif mais dans le dispositif. En d’autres termes, c'est ce que l’interaction médiateur/habitant crée au moment de l’entretien individuel qui est approprié par le participant (Vigneron, 2016).

40Bien qu'il ne soit pas ajustable, le dispositif de projet ouvre un champ d'opportunités communes par la reconnaissance de matérialités et de potentiels d’usages individuels : « ma maison des années 70 ne correspond plus à mes besoins, je vais la vendre à un jeune couple qui pourra la transformer et me reconstruire une maison adaptée dans mon jardin ». La contribution des ménages forme le socle d'une évolution des règlements basée sur le dialogue entre les structures et l'action. L'outil de gestion constitue ainsi un processus de transformation-reproduction de ce qui est et sera en donnant lieu à une combinaison de deux approches de la médiation :

  • La co-conception, qui se réalise « au niveau de l’offre », capitalise les projets individuels pour formuler les nouveaux règlements. L'agrégation des scénarios de mutation parcellaire permet au Lab InVivo de construire un raisonnement basé sur une diversité d'apports précisant une définition plus fine des besoins des habitants maîtres d’ouvrage. Dans ce sens les ateliers individuels forment un acte de conception collective reposant sur l'itération et l’agrégation de processus individuels.

  • Par l'entremise des architectes-médiateurs, ces ateliers contribuent à une double coproduction. En faisant intervenir les participants lors de la révision d'un PLU, la municipalité « personnalise » son ingénierie réglementaire, ce qui lui permet de renforcer son identité communale. Au niveau de l’habitant, la participation forme un espace à l'intérieur duquel le futur maître d'ouvrage de la mutation parcellaire est libre d'agir. Les nouveaux règlements viennent ensuite conditionner une nouvelle offre sur-mesure caractérisant l’identité d’une commune. La coproduction se réalise dans la construction de projets caractérisés par ces nouvelles contraintes réglementaires et la volonté de conférer à un espace les qualités d'un lieu personnel.

41Le fonctionnement de ces deux dispositifs donne à voir comment sont positionnés et se repositionnent les habitants en prenant part à un processus d’évolution de leur cadre de vie. L’étude des techniques de médiation montre comment le dispositif mis en place dans une démarche BIMBY recense des intérêts particuliers pour les mettre au service d’un projet commun. Tandis que dans le cadre du dispositif élaboré par le laboratoire Project[s], l’objectif commun est fixé et atteint par l’ajustement de moyens fonctionnels et personnels sur proposition des acteurs locaux. Cette différence place l’habitant à des endroits distincts dans l’action de renouvellement, ce qui nous permet de questionner les compétences mobilisées et construites par les acteurs impliqués.

4. Coopération et négociation pour construire sa place

4.1 Où l’habitant négocie sa place dans un projet d’ensemble

  • 20 Défini comme « Un phénomène collectif d'acquisition, d'élaboration de compétences qui, plus ou moin (...)

42Au terme de deux années d’expérimentation au Pont de l’Arc, l’équipe de recherche a constaté que la compréhension et l’apprentissage mutuel constituent la base de l’engagement des habitants en place et de la formation du groupe. L’évolution du rôle de l’ASL — initialement utilisée comme un outil juridique de gestion, puis redéfinie comme un groupe de réflexion et d’action engagé — montre bien les conditions d’un processus d’acquisition de connaissances collectives. On est ici face à une forme d’apprentissage organisationnel20, au sein duquel se concrétise une montée en compétences des habitants, caractérisée par la capacité des habitants à comprendre les situations individuelles et la situation d’ensemble par un apprentissage mutuel. Cette situation a permis de mettre en débat trois grandes orientations pour le quartier sous-entendant des postures d’action pour le groupe d’habitants :

43Une première forme d’action prend le parti d’une opposition résolue à la politique de densification. Une majorité d’habitants défendent un statu quo : le lotissement devrait être conservé dans ses formes, ses règles et ses usages actuels. Deux ménages porteurs de projets d’extension ont interrogé le collectif sur leur réalisation possible. Au terme de la discussion, même les habitants les plus résistants au changement se sont repositionnés dans le débat, en acceptant l’idée d’extensions et de transformations adaptées, qui resteraient « dans l’esprit du lotissement » (extrait de propos tenus lors d’une réunion publique, 05.17). Ce premier jeu de négociations, basé sur la compréhension des besoins de chacun, est donc marqué par le passage d’une opposition frontale à une acceptation sous conditions à court ou moyen terme.

44La deuxième prise de position défend aussi une forme d’action sans concession : la tabula rasa. Il s’agirait d’accepter la proposition d’achat de toutes les parcelles du lotissement par un même promoteur qui démolirait les maisons et construirait un ou plusieurs immeubles à la place. Les habitants les plus jeunes se montrent plutôt favorables à une vente collective pour des raisons économiques. En revanche, les habitants les plus âgés s’y opposent fortement car ils veulent vieillir dans leur maison actuelle. Débattue lors de l’assemblée générale de l’ASL, la proposition a finalement été rejetée à l’unanimité. Les jeunes ménages ont compris l’enjeu de leurs voisins plus âgés et opté pour une stratégie de négociation à long terme avec le promoteur : « Nous, on n’est pas pressé. On sait que le foncier, il n’est pas près de baisser, au contraire. Donc on ne se précipite pas. Ce n’est pas le moment de vendre, on n’est pas tous prêts pour ça, donc on verra plus tard » (extrait de propos tenus lors de l’AG, 06.18). Ici aussi, le résultat de la négociation aboutit à une acceptation sous conditions, mais cette fois pensée stratégiquement par les habitants sur le long terme.

45Entre ces deux prises de position radicales - le statu quo et la tabula rasa - un troisième positionnement a pris forme. Les habitants se sont accordés pour expérimenter des scénarios de densification douce permettant de transformer le lotissement en fonction des aspirations de chacun mais dans une limite acceptable, c’est à dire qui n’altèrerait pas leur cadre de vie. Il s’agit de permettre la remontée des projets individuels, pour ensuite les mettre en débat et les ajuster au projet d’ensemble. On assiste ici à la définition collective d’une vision consensuelle, rendue possible par un jeu de négociation basé sur l’apprentissage et l’engagement mutuels des parties prenantes.

46Dans le débat sur les formes que la densification pourrait prendre (ou non), chaque habitant négocie sa place dans une double dynamique, basée sur l’intériorisation (je comprends le contexte et les situations) et l’extériorisation des connaissances (je fais valoir mon point de vue et mes intérêts en regard de ce contexte et de ces situations dont j’ai compris les logiques). Dans cette logique, R. Verhage et M. Leroy (2014 : 237) insistent sur « l’importance de la socialisation et des échanges entre acteurs pour que les transferts de connaissance et le passage d'un niveau à l'autre s’effectuent ». Dans le cas de Pont de l’Arc, la négociation prend la forme d’arènes de représentation d'intérêts, où les propriétaires négocient leur place individuellement et collectivement pour participer à la conception d’un projet d’ensemble. La valeur du dispositif de projet repose donc sur sa capacité à confronter ces intérêts et à faire émerger un consensus, qui rend alors possible la co-conception du projet.‬‬‬‬‬‬

4.2 Où l’habitant coopère à un projet d’ensemble

47Dans le cas de Périgueux, la révision du PLU prend part à la mise en forme d’un projet d’ensemble associé à une logique de renouvellement urbain qui a poussé la municipalité à s’engager dans une démarche BIMBY. Pour le Lab InVivo, libérer du foncier par mutation parcellaire (sur la base d'une évolution des besoins des propriétaires) résume la perspective urbanistique pour y parvenir. Ainsi, à partir des premiers ateliers individuels de 2015, auxquels ont participé 103 ménages, l’opération s’est développée au point de toucher 250 propriétaires de maison individuelle. En 2018, 200 ménages ont décidé de poursuivre dans un processus d’accompagnement actif, leur permettant de concrétiser leur projet. À ce jour, une partie de ces propriétaires sont rentrés en contact avec leurs futurs voisins, donnant une forme encore plus concrète à la démarche.

48L'objectif des ateliers consiste à répondre aux besoins évolutifs des propriétaires tout en gardant à l’esprit le marché de l’immobilier. Pour y parvenir, nous avons vu que l'architecte-médiateur (expert technique) se positionne comme figure accompagnante. Placé à côté des propriétaires, il va d'abord mettre le ménage en confiance. Pour la plupart des personnes reçues en entretien, il s'agit de leur première rencontre avec un architecte. Les architectes-médiateurs brisent donc la glace grâce à une première étape-jeu visant à géolocaliser la propriété et redessiner le bâti et la parcelle. Le modèle est concrètement construit par l'architecte mais l'échange qui s'instaure — au cours duquel l'architecte pose des questions pour vérifier des emplacements et des dispositions, des volumes et des formes — fait que le modèle est finalement construit collectivement.

49L'entretien prend ensuite une tournure plus confidentielle, dans laquelle le ménage fait part de son projet d’habiter, qui relève, selon l’entendement boutinien, d’un « projet personnel, dans sa dimension existentielle » (Boutinet, 1990 : 10). L'architecte, employé pour agir dans l'intérêt du participant, se met au service d'un projet subjectif bien qu'il poursuive indirectement un projet technique (libérer du foncier). Les connaissances de l’habitant deviennent centrales, c’est lui qui détient les compétences d’usage et de savoirs liés à son cadre de vie qu’il est le seul à pouvoir communiquer. L’architecte doit donc écouter puis transposer les informations aux conditions particulières d'une parcelle et d'un scénario personnalisé. Alors seulement, il pourra guider le participant dans son domaine d'expertise, défini par la capacité à élaborer une vision et un aménagement de l'espace. Ainsi, tout en modélisant, l'architecte-médiateur ajuste son dessin selon les dires du participant qui se nourrit de l'expertise pour faire évoluer son projet.

50Un échange productif se forme sur la base d'une synergie entre le projet existentiel du propriétaire et le projet technique de l'architecte-médiateur. Le premier poursuit le bien-être tandis que l'autre perçoit au-delà de la parcelle l'évolution de la qualité de l'environnement urbain. Selon P. W. Newton (2012 : 83), la combinaison de ces deux types de projet conditionne l'habitabilité (liveability) : « L’habitabilité embrasse les attributs physiques d'un centre urbain (maisons, quartiers, villes) qui contribuent à la qualité de vie et au bien-être ».

51Les projets existentiels et techniques se nourrissent mutuellement grâce à la construction d'une justification par le dialogue. En effet, dans un entretien BIMBY l'appropriation passe par la personnalisation d'une offre sur-mesure dictée par des besoins et la recherche du bien-être. De plus, le climat de confiance instauré permet aux participants d'exposer leurs conditions intimes sous-couvert d'une certaine confidentialité. Ainsi, l’architecte-médiateur, dont le but est de faire coopérer les propriétaires à un projet plus large — celui d’un nouveau PLU — va contribuer à l'amélioration des conditions de la réalisation du projet et aider l’habitant à élaborer une justification de son projet.

52Ce système coopératif met l’habitant propriétaire au centre du dispositif de densification douce, tout en le rendant, paradoxalement, dépendant du système dans lequel il rentre. En effet, sans propriétaire volontaire, la commune ne peut envisager de renouvellement pavillonnaire, et sans PLU révisé (assoupli), les projets dessinés durant les entretiens ne peuvent se concrétiser. En ce sens, les ateliers BIMBY constituent des processus producteurs de connaissances collectives formalisées par des modèles individuels et retranscris à l’échelle communale dans le PLU révisé.

Résultats et perspectives

53Dans les deux cas observés, un cercle vertueux « confiance-collaboration-confiance » se crée par la mise en place des dispositifs de projet. Ces cercles, rendus possibles par l’apprentissage mutuel et la construction de compétences collectives (capacity building), s'organisent autour de la coopération et de la négociation. Deux logiques distinctes qui montrent, dans les deux cas, que le processus de projet est producteur de connaissances collectives. Les arènes de négociation et de coopération expérimentées positionnent l’habitant en tant qu’acteur de son cadre de vie. En créant des conditions d’échanges avec les autres acteurs (professionnels et institutions), ces arènes permettent à l’habitant de prendre position face aux processus d’urbanisation à l’œuvre et, le cas échéant, de se repositionner dans le débat.

54Avec la montée en compétences observée de l’ASL et en fonction de leur engagement, les habitants propriétaires deviennent des acteurs politiques capables de négocier les processus d’urbanisation de leur territoire. Par-là, ils participent de manière incontournable à la conception de l’avenir de leur quartier. Cette reconnaissance affirme un rôle de co-conception qui leur permet de négocier les règles d’urbanisation concernant leur lotissement et ses abords. Ces avancées ont d’ailleurs conduit des habitants des quartiers voisins à venir voir le fonctionnement de l’ASL pour être, eux aussi, en capacité de prendre part aux processus d’urbanisation.

55Avec le BIMBY, lorsque les habitants propriétaires sont invités par la collectivité à venir contribuer à la formalisation de nouvelles règles d’urbanisme par la modélisation de futurs projets, ils occupent une nouvelle place dans la fabrique de la ville. Ils deviennent les maîtres d’ouvrage d’un processus de densification douce rendu possible par l’accumulation de projets individuels. Dans ce processus, bien qu’elle reste le chef d’orchestre du projet communal, la collectivité accepte de créer un espace pour que ce nouvel acteur puisse se déployer. L’habitant propriétaire bénéficie ainsi d’une posture inédite lui permettant de faire bouger les règles s’il produit un terrain à bâtir. Ainsi, il transforme son quartier par le réagencement de son environnement immédiat.

56Ces deux expérimentations reposent la question de la place des habitants dans les processus d’urbanisation. En accordant une attention particulière à la façon dont les habitants sont impliqués, les dispositifs mettent en exergue l’importance de laisser la place à l’appropriation. À Périgueux et au Pont de l’Arc, elle devient une condition centrale de l’existence des projets. Bien que les conditions de sa mise en œuvre conduisent à une expression différente des projets, les chemins qui y mènent réaffirment le rôle et la place de co-concepteur et de coproducteur que l’habitant peut prendre dans la fabrique de la ville.

Haut de page

Bibliographie

Andréault C., 2017. Du périurbain à l’urbain : vers la co-production d'une ville sur mesure : l’intégration des habitants maitres d’ouvrage d’un projet sur leur terrain dans la démarche BIMBY. Thèse de doctorat sous la direction de Catherine Bernié-Boissard et Anne Sistel, Montpellier 3.

Baser H. & Morgan P., 2008, Capacity, Change and Performance Study Report, Maastricht : ECDPM. Share Button

Berry-Chikhaoui I. & Deboulet A., 2000, Les compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris : ed. Karthala

Bonnet F., 2016, Aménager les territoires périurbains et ruraux, Rapport remis au ministère du Logement, de l’Egalité des territoires et de la Ruralité

Boutinet J.P., 2014. Psychologie des conduites à projet, Paris : ed. Presses Universitaires de France (1ère ed. 1990)

Carrel M., 2013, Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d'agir dans les quartiers populaire, Lyon : ENS éditions

de Certeau M., 1990, L’invention du quotidien tome 1 : Arts de faire, Paris : ed. Gallimard

Charbonnel F. & Asika L., 2016, « Les cahiers des charges des lotissements restent applicables entre colotis malgré la loi Alur », Le Moniteur, pp.68-69

Conrad C., 2006, « La France défigurée », Le Moniteur, mis en ligne le 23 08 2006, consulté le 28 07 2018, URL : http://www.lemoniteur.fr/article/la-france-defiguree-par-cristina-conrad-77405

Cova V. & Cova B., 2001, Alternatives marketing, Paris : ed. Dunod

Damon J., 2017, « Les Français et l’habitat individuel : préférences révélées et déclarées », SociologieS, mis en ligne le 21 02 2017, consulté le 29 11 2018, URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5886

Darses F., 2009, « Résolution collective des problèmes de conception », Le travail humain, vol. 72, n°1, pp.43-59

Dodier R., 2012, Habiter les espaces périurbains, Rennes : PU

Dubois-Taine G. & Chalas Y., 1998, La ville émergente, La Tour d'Aigues : ed. de l'Aube

Frileux P., 2013, Le bocage pavillonnaire, une ethnologie de la haie, Grane : ed. Créaphis

Innes J. & Booher D., 1999, « Consensus Building and Complex Adaptive Systems », Journal of the American Planning Association, 65, n°4, pp.41223

Koenig G., 2006, « L’apprentissage organisationnel: repérage des lieux », Revue Française de Gestion, vol. 1, n°160, pp.293-306

Miet D. & Le Foll B., 2010, « Faire émerger la ville durable des tissus pavillonnaires », mis en ligne le 4 02 2010, consulté le 13 07 2018, URL : http://bimby.fr/content/faire-%C3%A9merger-ville-durable-tissus-pavillonnaires-existants

Moser G. & Weiss B., 2003, Espaces de vie : aspects de la relation homme-environnement, Paris : Armand Colin

Newtonn P. W., 2012, « Liveable and sustainable? Socio-technical Challenges for Twenty-First-Century Cities », Journal of Urban Technology, Vol. 19, n°1, pp.81-102

Nez H., 2015, Urbanisme : la parole citoyenne, Lormont : ed. Le bord de l'eau

Nouyrigat V., 2018, « Urbanisation contre terres agricoles : la France en pleine guerre des sols », Science & Vie, mis en ligne le 29 10 2018, consulté le 29 11 2018, URL : https://www.science-et-vie.com/nature-et-enviro/urbanisation-contre-terres-agricoles-la-france-en-pleine-guerre-des-sols-41853

Sandrini C., 2014, La médiation architecturale. Une oeuvre en mouvement pour une esthétique sociale, HDR, ENSA-Toulouse

Sintomer Y., & Bacqué M.H., (dir.), 201, La démocratie participative. Histoire et généalogie, Paris : ed. La Découverte

Vanier M., 2011, « La périurbanisation comme projet », Métropolitiques, mis en ligne le 23 02 2011, consulté le 22.10 2018, URL : https://www.metropolitiques.eu/La-periurbanisation-comme-projet.html

Verhage R. & Leroy M., 2014 «  Développement urbain durable: Comment apprendre des expériences d’écoquartiers ? », Géocarrefour, vol. 89, no4, pp.235–245.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Vigneron R., 2016. « Formes et enjeux sociotechniques du périurbain durable : comparaison de Bimby et du New Urbanism », Thèse de doctorat sous la direction d’Anne Coste et de Stéphane Sadoux, Grenoble : UPMF

Vigneron R., Miet D., Caraire D., 2018. « Bimby. Modeling, civic empowerment and the invention of a new profession”, Participatory Design Theory, Londres : Routledge.

Villalba B., 2009, Appropriations du développement durable : émergences, diffusions, traductions, Villeneuve d’Ascq : ed. Presses Universitaires du Septentrion.

Haut de page

Notes

1 Selon le règlement de marque collective, BIMBY consiste en « un projet collaboratif, systémique et open source qui vise à la conception, la construction et la structuration d'une nouvelle filière de production du logement, de la ville et des territoires : une filière courte, libre et locale du renouvellement urbain, qui place l’habitant maître d’ouvrage de son habitat au cœur du projet territorial et permette ainsi, à la collectivité́, d’opérer au sein de l’ensemble des tissus bâtis existants » (Règlement d’usage INPI n°3983105, pp-1-2). Ainsi, le concept BIMBY désigne toute action ou démarche ayant pour objectif de favoriser la création de logements, dans les conditions suivantes :
• Sans étalement urbain, sur parcelles déjà bâties, sans démolition complète des habitations existantes ;
• À l'initiative de l'habitant, dans une démarche architecturale et paysagère respectueuse du voisinage et du projet commun de territoire ;
• Orchestrée par les collectivités locales, dans une démarche de développement territorial fédératrice et intégratrice des projets des habitants ;
• Sans spéculation foncière, dans le cadre d'une communication transparente sur les capacités de valorisation patrimoniale des biens.

2 Comme en témoignent le rapport “Aménager les territoires ruraux et périurbains” remis par l’architecte F. Bonnet au ministère du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité (2016), ainsi que les deux plateformes consacrées aux projets et initiatives du périurbain : Nouvelles richesses (exposition au pavillon français de la biennale de Venise en 2016, http://www.nouvellesrichesses.fr, consulté le 28.07.18) et le Lab périurbain (plateforme publique également lancée en 2016 par le Ministère de l’aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales et portée par le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), http://periurbain.cget.gouv.fr, consulté le 28.07.18).

3 Selon Deboulet et Berry-Chikhaoui, les compétences peuvent être appréhendées comme « un outil conceptuel permettant de dépasser ou de compléter l’approche de la ville et de ses habitants en termes de pratiques urbaines [et] comme autant d’arts de faire contribuant matériellement et symboliquement à façonner, modeler et (re)qualifier l’espace urbain » (Berry-Chikhaoui & Deboulet, 2000).

4 Périgueux est une ville d’environ 30 000 habitants, alors que Pont de l’Arc est un quartier pavillonnaire d’environ 3 000 habitants, situé dans la périphérie sud de la ville d’Aix-en-Provence.

5 Programme Villes Durables de l’ANR (2009-2012) : « BIMBY, faire émerger la ville durable des tissus pavillonnaires » (Miet, Le Foll, 2010)

6 Le Lab InVivo a été créé en janvier 2014 afin de développer, tester, expérimenter les premiers prototypes d’« opérations BIMBY », en partenariat avec plusieurs collectivités territoriales. Le Lab InVivo est lié par une convention de partenariat avec l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille.

7 Loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové (2014), ayant conduit à la reformulation des Plans Locaux d’Urbanisme des communes pour favoriser la densification.

8 Une polyclinique, un éco-campus pour la faculté d’économie et de gestion et de nouvelles infrastructures routières sont prévus d’ici 2020.

9 Partenaire du Lab InVivo, cette équipe est composée de cinq chercheurs membres de l’unité de recherche Project[s] de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille. Ce cas d’étude a été repéré par l’équipe de recherche grâce à la présence des membres de la famille de l’un des chercheurs dans le lotissement.

10 Le lotissement est passé de la zone UD (Urbanisation Douce) à la zone UM (Urbanisation Maîtrisée) : « Le ratio de terrain libre par rapport à l’emprise bâtie est fixé à : 40% sur les abords immédiats du cœur de village (zone UM) et 60% pour les tissus pavillonnaires (zone UD) » http://www.aixenprovence.fr/IMG/pdf/rapport_de_presentation_tome_3-4.pdf

11 Les catégories socio-professionnelles des propriétaires du lotissement sont en grande majorité des cadres et professions intellectuelles supérieures de plus de 40 ans, ainsi que des retraités. Il s’agit de maisons dont le prix de vente était évalué à 750 000 euros avant le changement de PLU. Les promoteurs immobiliers ont fait des propositions jusqu’à un million d’euros aux propriétaires.

12 « Les colotis sont contraints de demeurer vigilants et de respecter les cahiers des charges qui les lient les uns aux autres car l’ensemble des clauses d’un cahier des charges demeure opposable aux colotis en ce qu’elles sont contractuelles » (Charbonnel & Asika, 2016 : 69).

13 Ont notamment été organisés des entretiens semi-directifs, cartes mentales, analyses SWOT, débats publics.

14 Ce dispositif a ici été testé dans un contexte social spécifique, avec des participants ayant un certain niveau de compréhension et d’abstraction, ayant contribué à l’appropriation du dispositif et à la montée en compétences collective observées.

15 Dans le cadre de cette étude, nous n’avons pas analysé les secteurs qui ont été plus ou moins ouverts à la densification. Une analyse plus fine aurait sans doute mis en lumière les relations entre les promoteurs immobiliers et la municipalité, ainsi que des logiques de clientélisme urbain notamment mis en évidence par Cesare Mattina (2016) à Marseille.

16 L’analyse de la méthode a notamment fait l’objet d’une thèse de doctorat, ayant aussi mis en lumière et analysé les motivations des propriétaires à céder une partie de leur terrain (Andréault, 2017). Pour une analyse plus synthétique, se référer à : Miet et Lefol (2010), Vigneron, Miet et Caraire (2018).

17 La création de nouveaux logements peut se faire par une extension du bâti existant ou bien par la division de la parcelle en deux, suivie par la construction d’une nouvelle maison.

18 La commune de Périgueux s’est donnée pour objectif de créer 200 logements nouveaux par an (engagement politique de la municipalité 2014-2010). Dans cette perspective, la commune a choisi de travailler avec l’équipe Lab InVivo depuis 2015 pour la production de 100 logements BIMBY en 18 mois.

19 Étape 1 : situer la parcelle et reproduire l'existant tout en écoutant le projet des participants (15 min). Étape 2 : étude de différents scénarios et modélisation des mutations (40 min). Étape 3 : synthèse de l'entretien (5 min).

20 Défini comme « Un phénomène collectif d'acquisition, d'élaboration de compétences qui, plus ou moins profondément, plus ou moins durablement, modifie la gestion des situations et les situations elles-mêmes » (Koenig, 2006 : 297).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n°1 : Atelier de cartographie collective (à gauche) et réunion publique (à droite)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7795/img-1.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Figure n°2 : exemple d’évolution d’un modèle 3D au cours d’un entretien BIMBY.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7795/img-2.png
Fichier image/png, 177k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Serre et Rémy Vigneron, « Le capacity building ou comment construire sa place à travers la construction de compétences collectives »Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 48-49 | 2021, mis en ligne le 21 septembre 2021, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/tem/7795 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.7795

Haut de page

Auteurs

Marion Serre

Architecte, co-fondatrice de l'atelier d'architecture et d'urbanisme Tiers LAB
Chercheuse à l'École nationale supérieure des Arts Décoratifs (EnsAD) et au laboratoire de recherche Project[s] - Ecole d'architecture de Marseille (ENSA-M)06.46.75.57.62 - mjo.serre@gmail.com

Rémy Vigneron

Urbaniste, docteur en architecture, chercheur au Lab InVivo, chercheur associé au Laboratoire AE&CC (École d’architecture de Grenoble), membre de l’équipe de recherche Capacity Building (Hasselt University, Roskilde University, Lab InVivo, ENSA Marseille)
Contact : remy.vigneron@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search