Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50ArticlesMobilités plurielles et sens des ...

Articles

Mobilités plurielles et sens des modes d’habiter dans le sud-ouest algérien (wilaya de Béchar)

Plural mobilities and meaning of ways of living in southwest Algeria (wilaya de Béchar)
Naima Hadj Mohamed et Mohamed Madani

Résumés

Cette contribution présente les caractéristiques des différentes formes de mobilités urbaines et domestiques et leurs logiques socioculturelles observées au sein de la Wilaya (département) de Béchar (Sud-Ouest de l’Algérie). Partant du constat que la planification de l’habitat urbain contemporain s’écarte des logiques des mobilités traditionnelles, la démarche diachronique adoptée cherche à saisir l’évolution des faits étudiés dans le contexte d’un environnement saharien en transformation rapide. En effet, et jusqu’à la fin de la période coloniale, deux modes d’habiter coexistaient : l’un nomade impliquant des déplacements continuels, l’autre sédentaire reposant sur un ancrage stable avec la pratique d’un nomadisme interne. Ce travail interroge l’évolution de ces formes de mobilité et leurs logiques à travers les façons d’habiter urbaines actuelles et leurs inscriptions spatiales.
Pour appréhender ces mobilités et leur articulation spécifique, cette contribution démontre que l’habiter urbain contemporain à Béchar se construit dans la logique d’évolution des anciennes pratiques de sédentarisation des nomades en rapport avec une urbanisation accélérée et l’amélioration des conditions socioéconomiques de la population. De même, les caractéristiques des différentes échelles et formes de mobilités sont appréhendées : apparition de nouvelles formes de nomadisme et de transhumance, multiplication et transformation des mouvements migratoires internes, double flux migratoire entre le nord et le sud du pays, multirésidentialité et semi nomadisme interne caractérisant l’habiter domestique.
Le but visé par cette recherche est de saisir les sens, stratégies et enjeux spécifiques de ces pratiques d’acteurs qui se déplacent et se replacent dans le contexte d’une modernisation rapide du Sahara algérien. En plus des sources historiques, documentaires et statistiques disponibles, la recherche s’est basée sur une enquête ethno-architecturale dans la ville de Béchar et ses périphéries immédiates.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Milieu contraignant pour l’homme, le Sahara algérien est, depuis longtemps, un espace occupé et façonné par différents types d’habitat depuis les tentes et villes/oasis qui remontent à plusieurs siècles jusqu’aux actuelles habitations urbaines, individuelles ou collectives (Kouzmine et al., 2009). Mais l’ancrage local suppose et impose le mouvement. Dans un contexte socio-spatial déterminé, tout est organisé autour de ce couple ancrage/mobilité. L’objectif ici est de présenter une analyse des caractéristiques des différentes formes de mobilité observées à partir de la wilaya de Béchar et de montrer l’évolution des logiques de mobilité à travers des façons d’habiter particulières et des inscriptions spatiales riches de sens.

2Structuré progressivement au cours de l’histoire, l’espace saharien a connu différents modes d’habiter, aujourd’hui en transformation rapide. Pendant longtemps, cet environnement s’est distingué par un « habiter nomade » qui reposait sur un mode de vie itinérant impliquant des déplacements continuels (Claudot Hawad, 2006). Parallèlement, en plein désert, une association d’une agglomération humaine et d’une palmeraie attirait le regard : l’oasis. Cet habitat sédentaire permet le déploiement d’une manière de vivre enracinée (Bernus, 1982). Néanmoins, là aussi, des formes de déplacements apparaissent : en quête de confort, les oasiens pratiquent le nomadisme interne au rythme des exigences quotidiennes, saisonnières et annuelles.

3Durant le XXème siècle, un « habiter urbain » s’est développé concomitamment à la sédentarisation des nomades durant la période coloniale. L’urbanisation s’est accélérée depuis l’indépendance en 1962, parallèlement à l’amélioration du niveau de vie de la population (Yousfi, 2014). Aujourd’hui, l’habitat contemporain connaît un dynamisme remarquable avec la multiplication de nouvelles ressources, le renforcement et la diversification des moyens de transport et de communication et l’émergence de nouveaux groupes sociaux.

4Dans ce contexte, le Sahara contemporain connaît, de plus en plus, des transformations démographiques, économiques et socio-spatiales considérables et révèle un espace d’échanges multiformes. Ce dernier demeure par excellence un espace de circulation et de mobilité et permet, entre autres, l’intensification des déplacements et des échanges. Ainsi, la mobilité s’accentue et ses formes se diversifient : nouvelles images du nomadisme et de la transhumance, exode inverse, exode planifié, occupation des marges des villes, double flux migratoire Nord/Sud et multirésidentialité pour motif d’agrément, de loisirs ou professionnel. A l’échelle domestique, des mobilités internes accompagnent les nouveaux modes de vie des habitants. Elles rappellent, dans une certaine mesure, les pratiques du nomadisme ancien.

5Ces manières de « prendre place » prennent des formes différentes selon les groupes, les individus, les contextes et les localisations. Dans ce cadre, si on considère notre terrain d’investigation, la ville de Béchar et son environnement immédiat, on doit alors se demander comment, dans le contexte contemporain, se réorganisent les nouvelles mobilités et les échanges, principalement entre la ville et son environnement proche ou lointain ? Quelles sont les formes de mobilité que l’on peut relier à d’anciennes pratiques ? Comment les recompositions socio-spatiales contemporaines se traduisent-elles en termes de mobilité ?

6Cette contribution, tout en apportant des précisions sur le concept d’habiter, présente, dans un premier temps, les caractéristiques essentielles du Sahara contemporain et les mutations du nomadisme ancien. La seconde partie présente une typologie aux échelles locale, régionale et nationale des mobilités contemporaines dans la wilaya de Béchar. Enfin, la troisième partie de cet article analyse à l’échelle domestique les mobilités internes contemporaines qui accompagnent des modes d’habiter sahariens en rapide transformation.

1. Le cadre théorique et opérationnel de la recherche

1.1. Le périmètre d’étude

7Appartenant au grand espace saharien algérien, le périmètre d’étude touche la partie sud-ouest de ce vaste territoire, notamment la ville de Béchar et sa région. Le découpage administratif place cet ensemble entre les wilayas de Naâma et El Bayad au Nord-Est, Adrar et Tindouf au Sud et le Maroc à l’Ouest. La wilaya considérée constitue un pôle important dans le Schéma Régional d’Aménagement du Territoire. Sa position géographique et son tracé frontalier avec le Maroc lui confèrent une vocation régionale de premier ordre.

Figure 1 : Situation de la Wilaya de Béchar et découpage des communes.

Figure 1 : Situation de la Wilaya de Béchar et découpage des communes.

Source : Monographie Wilaya, 2016

8Par ailleurs, cette région du pays se distingue par la richesse et la diversité de son relief : les Vallées de la Saoura, Zouzfana et du Guir ; les Montagnes Antar (1 953 m), Grouz (1 835 m) et Béchar (1 206 m) ; les Oueds de Namous, Zouzfana, Béchar, Guir, Saoura et Daoura ; les Regs Guir et celui de Daoura ; les massifs dunaires tels le Grand Erg Occidental, les Ergs d’Erraoui, d’El Atchane et d’Iguidi.

9De ce fait, la zone présente une topographie contrastée : le nord à caractère partiellement montagnard, le centre dominé par la plaine et le sud, surtout saharien et désertique. Les paysages agro-pastoraux reflètent cette diversité : variés au nord, sahariens et monotones au sud. Le climat est de type désertique continental présentant un été très chaud (+45°C) et un hiver très froid (2°C à 3°C). Les précipitations ne dépassent guère 60 mm/an. Les vents de sables très fréquents et violents peuvent atteindre 100 km/h (DPSB, 2019).

10À l’instar des autres wilayas sahariennes, Béchar connaît une urbanisation de type élevée avec un taux supérieur à la moyenne nationale (78,55 % contre 66 % en 2008) et un accroissement de la population en permanence plus rapide que celui du nord du pays. Cette diffusion se distribue autour de la grande ville de Béchar (chef- lieu de wilaya), dans de petits centres avec faiblesse du niveau intermédiaire (Cote, 1999). Ce phénomène de micro-urbanisation apparaît comme typiquement saharien, loin d’être assimilable à celui du nord du pays qui se présente en réseau de villes hiérarchisées.

Tableau 1 : Caractéristiques de la zone d’étude (2019).

Données Wilaya

Données ville Béchar chef-lieu

Superficie (km2)

161.400

5 050

Population (hab)

353591

218749

Densité (hab/km2)

2,06

40,62

Taux d’urbanisation (2008)

78,55

/

Source : ONS (2008), DPSB (2019).

11Dans ce contexte, la route nationale RN 6, qui relie le Nord au Sud du pays, joue un rôle déterminant. Elle constitue la colonne vertébrale du réseau routier qui comprend toute une série de routes secondaires (de wilaya et de communes). Par rapport à cet important vecteur de liaison, tout le système de circulation du sud-ouest s’ordonne autour de la ville de Béchar qui s’affirme comme un relais très important dans l’armature urbaine algérienne.

12Cette partie du Sahara, qui a connu une rapide mutation démographique et une urbanisation accélérée au cours du dernier demi-siècle (Bendjelid et al., 2018), vit aujourd’hui des transformations profondes qui contribuent, de manière prégnante au dynamisme démographique et à l’essor des mobilités affectant le Sahara (Bisson, 2003). Ainsi, les principaux éléments qui marquent cette dynamique sont :

  • une forte croissance des villes de la wilaya qui s’exprime à travers l’étalement urbain et la diversité typologique des nouveaux programmes d’habitat et d’activités ;

  • une transformation profonde qui affecte le monde rural : aujourd’hui, les programmes d’habitat rural contribuent fortement à la dynamique urbaine de la région ;

  • une forte attractivité renforcée par les politiques de développement économique et social de la wilaya initiées par l’État ;

  • l’amélioration et la modernisation des réseaux de transport qui relient Béchar aux autres régions du pays, ce qui a permis une relance du trafic ;

  • la mise en place de nouvelles infrastructures de transport qui ont favorisé l’essor de nouvelles formes de mobilité (cas du nouveau transport ferroviaire).

13Dans ce cadre, les déplacements multidirectionnels et les échanges sont intenses et en régulière croissance entre Béchar, les métropoles du Nord du pays et les autres villes sahariennes. De même, les petites villes, les mieux desservies par les transports, et les communes et ksour environnants connaissent un grand dynamisme à l’occasion des flux quotidiens de personnes.

14Appréhender cet espace saharien en rapport avec son monde contemporain revient alors à actualiser ces pratiques de mobilités qui persistent et accompagnent, comme aux anciens temps, les nouveaux modes d’habiter dans ce territoire.

1.2. L’habiter saharien à Béchar

15L’habiter saharien se spécifie par son isolement dans un environnement aride ou plus généralement hostile. La localisation est liée à la possibilité d’exploiter une ressource, notamment l’eau, pour la pratique de l’agriculture irriguée (Lévy et al., 2003). D’une manière générale, Béchar fait apparaitre une catégorie particulière d’habitat liée à son climat aride et à l’isolement sur les étendues désertiques considérables de la wilaya. Les noyaux anciens de la région sont très rattachés à l’histoire du lieu. Denses et compactes, de petites unités de maisons, généralement horizontales et conçues selon un modèle ancestral, sont regroupées au sein d’un espace vert (la palmeraie). Ces noyaux anciens sont associés à la présence de l’eau, à la culture de la datte et au micro climat qu’ils engendrent. Selon K. Mahrour (1994), leur forme répond à un principe d’organicité avec diverses échelles d’appropriation de l’environnement : l’échelle de l’édifice (habitation ou édifice public), l’échelle de l’unité urbaine (l’îlot), l’échelle de la cité (ksar) et l’échelle du territoire.

16Aujourd’hui, la plupart de ces établissements sont actuellement abandonnés et une bonne partie de leurs tissus se présente à l’état de ruine. Les microcosmes qui persistent particularisent les paysages de la région et se caractérisent par une richesse des styles et des matériaux. D’autres lieux encore connaissent des changements profonds : tissus largement étendus avec une forte diversification des typologies éloignées, parfois radicalement, des logiques locales et environnementales. Les productions récentes amènent à penser que les villes de la région de Béchar tendent vers une déstructuration spatiale du paysage urbain. Néanmoins, persistent toujours des logiques, renouvelées, de certaines pratiques traditionnelles dont celles liées à leurs mobilités sous leurs diverses formes : « il faut comprendre cette notion (habiter) dans son sens le plus large, qui intègre l’inscription d’un emplacement et la mobilité d’un déplacement » (Lazarotti, 2006).

1.3. L’état des recherches sur le Sahara contemporain

17De nombreux chercheurs au Maghreb, dont Jean Bisson et Marc Côte (1995, 1999), ont mis en lumière les transformations et mutations de l’espace saharien. Plusieurs décennies de recherches n’ont pas manqué de fournir une somme considérable de données et des analyses poussées des évolutions actuelles. Ces travaux révèlent un espace naturel d’échanges multiformes qui connaît, depuis les indépendances, des transformations démographiques, économiques et spatiales indéniables.

18Ainsi, les transformations les plus marquantes concernent la croissance démographique, l’accroissement du taux d’urbanisation, la multiplication et l’étalement des villes et les diverses actions d’aménagement territorial (découpages administratifs, promotion administrative d’agglomérations, grands travaux d’infrastructure, équipements collectifs, production de l’habitat…). Complétés par des thématiques afférentes aux systèmes hydrauliques, aux techniques d’irrigation, aux cultures agricoles et à la géographie régionale, ces études ont fait ressortir l’extrême diversité des espaces sahariens et les distances qui les séparent. Ces facteurs suscitent davantage de mobilités et de migrations humaines de diverses formes.

19Plus récemment, le travail de Badreddine Yousfi sur le Sahara du sud-ouest algérien (2018), met l’accent sur le Sahara contemporain et actualise les données antérieures. Le Sahara d’aujourd’hui demeure par excellence un espace de circulation et de mobilité. Son désenclavement, par la mise en place de nouvelles infrastructures de transport, a favorisé l’essor de nouvelles formes de mobilité et a, entre autres, permis l’intensification des déplacements et des échanges. L’auteur observe quatre types de déplacement entre :

  • les grandes et moyennes villes du sud et les métropoles du nord du pays ;

  • les grandes villes sahariennes elles-mêmes ;

  • les petites villes et les communes et ksour environnants ;

  • et enfin, le glissement de certains petits ksour vers les routes les plus proches.

20Pour détailler ces propos, l’auteur met le point sur le processus d’urbanisation et expose le développement des réseaux de transport et la mise en place des équipements nécessaires pour le développement économique et social de ces zones. Dans l’exemple des villes de Béchar et Adrar, cette étude a clairement présenté la dynamique qui a remodelé profondément l’espace relationnel dans les régions de la Saoura, le Gourara et le Touat.

21De nombreux chercheurs (Yaël Kouzmine, Jacques Fontaine, Jean-Claude Brûlé, Serge Ormaux, Abed Bendjelid, Tayeb Otmane et d’autres) ont largement évoqué la question de l’évolution du Sahara contemporain à travers une richesse des thèmes abordés : structuration des espaces sahariens, dynamiques et mutations territoriales, décentralisation et enjeux de l’aménagement territorial et de l’intégration dans le cadre national… A présent, ces diverses recherches constituent une base de lecture pour les études à venir et apportent un éclairage significatif sur les changements socio-spatiaux actuels au Sahara.

1.4. Les mutations du nomadisme

22En revanche, l’évolution du phénomène du nomadisme et des nouvelles formes de mobilité reste sous-étudiée. Exception notable de quelques articles récemment consacrés à la mutation du nomadisme et semi-nomadisme au Maroc et au pays des Touaregs. Dans son article sur le nomadisme et semi-nomadisme au Maroc, Mohamed Ait Hamza (2012) affirme que dans leur forme traditionnelle, les deux phénomènes arrivent à leur fin. Les raisons de leur déclin relèvent des nouvelles orientations de l’État et de l’importance accordée à l’agriculture irriguée et à l’aménagement des villes réduisant fortement les espaces pastoraux et les zones de cultures sèches.

23Actuellement, les nouveaux déplacements s’appuient sur de nouveaux moyens offerts par la vie moderne (camion, téléphone, médicaments, école, électricité...). La location des parcours, l’achat des fourrages, la recherche de l’adéquation entre la production et la demande caractérisent la nouvelle situation des nomades. Autant de prémices qui font dire que la transhumance n’est peut-être pas perdue totalement.

24Dans le même sens, s’interrogeant sur le devenir du nomadisme au Maroc, l’ouvrage de Hassan Rachik (2000) s’intéresse à la mobilité des nomades de la confédération des tribus Beni Guil qui demeure le principal marqueur d’identité de ses membres. Face aux changements structurels et contextuels, l’auteur montre comment la mobilité qui était une nécessité ne devient qu’une alternative. Il décrit les modes d’adaptation des nomades et expose les différents changements contextuels et structurels qui ont affecté leur mode de vie :

  • l’adaptation en recourant à la complémentation pour nourrir son bétail : dans ce cas, le camion devient la pièce maîtresse du nomadisme actuel ;

  • la conversion car certains nomades se sont purement et simplement tournés vers l’agriculture irriguée en creusant des puits qu’ils équipent de motopompe. Cette conversion ne signifie pas toujours rupture avec l’activité d’élevage ;

  • la stratégie de survie des familles pauvres et modestes pour lesquels la fixation est devenue un mode pastoral de survie à la suite des évolutions qui limitent le mouvement des gens et du bétail.

25Hélène Claudot-Haward Hélène, dans un article sur le nomadisme des Touaregs (2006), cherche à saisir la manière par laquelle ce peuple envisage aujourd’hui son nomadisme et son avenir dans un environnement sociétal en complet bouleversement. L’auteur commence par exposer les réalités du nomadisme propres aux Touaregs et constate que le phénomène n’apparaît pas seulement comme un mode de vie itinérant associé à l’activité du pastoralisme. Il représente plutôt un trait culturel très ancré et un modèle sous-jacent de société qui se fonde sur des principes spécifiques : organisation collective solide, acquisition de savoirs variés appartenant à divers horizons socioculturels, rapport à la terre et association à un territoire-parcours extensible selon les saisons. De plus, la perception de sa pratique, appréhendée comme antinomique avec l’errance car reposant sur des déplacements organisés et régulés, renforce l’attachement à un mode de vie menacé de disparition.

26Malgré la régression de leur mode de vie nomade depuis les années 1970-1980, la vie nomade des Touaregs semble avoir peu changé. Dans les campements, le quotidien est rythmé par les tâches pastorales. Les techniques d’élevage et de dressage ainsi que les savoirs qu’ils impliquent sont toujours présents. Le déménagement régulier des tentes se poursuit mais avec un rayon d’action des déplacements considérablement rétréci. Les caravanes sont devenues une entreprise de type familial et non plus collectif.

27Parallèlement, dans l’activité touristique, les Touaregs jouent actuellement des fonctions subalternes : guides, chauffeurs, cuisiniers, fournisseurs de chameaux, danseurs exotiques, etc. A présent, ils essaient de conquérir ce marché en tant qu’entrepreneurs indépendants en concurrence avec les grands promoteurs touristiques. De leur côté, les artisans Touaregs, mis au chômage par la paupérisation de leur société, ont réussi depuis les années 1970 une percée économique remarquable, en passant de la fabrication à la distribution directe de leurs produits à l’extérieur de leur pays dans les grandes capitales d’Europe, d’Afrique et même d’Amérique ou encore dans les capitales africaines. Ce nouveau nomadisme s’exprime à travers des termes anciens, mais se déploie hors des périmètres saharo-sahéliens habituels.

28Notre recherche s’inscrit dans ce champ complexe où sont en train de se redéfinir de nouveaux nomadismes et de nouvelles formes de mobilité dans des sociétés en recomposition rapide.

1.5. La méthode d’investigation et ses outils

29Pour appréhender valablement notre objet portant sur les mobilités, leur pluralité et leur sens, dans une société saharienne en transformation rapide, il nous est apparu nécessaire de mobiliser un dispositif technique approprié.

30Considérant la rareté d’informations et de données statistiques sur ces nouveaux mouvements de la population, nos investigations reposent sur :

  • les techniques d’observation et de l’entretien en vue d’établir une typologie actualisée des mobilités aux échelles locale et régionale ;

  • une approche ethno architecturale fondée sur des entretiens libres en vue d’interpréter les différentes formes de mobilité à l’échelle domestique car « habiter entremêle le temps et l’espace, et l’explorer revient à questionner l’histoire et la géographie d’une manière anthropologique en sachant que l’humain est un être parlant et fabricant » (Lussault et al, 2007) ;

  • l’exploitation de documents statistiques et une enquête bureau basée sur des entretiens avec des personnes ressources en rapport avec les phénomènes considérés.

31Réalisée au cours de la période 2017-2018, l’analyse des mobilités résidentielles a été menée dans quatre centres urbains choisis pour leur caractère attractif dans la wilaya : Béchar chef-lieu, Taghit, Beni Abbès et Beni Ounif. Des enquêtes d’approfondissement ont été réalisées auprès de 15 citoyens venus du nord et des hauts plateaux du pays. Ils ont été choisis en fonction de la diversité de leurs caractéristiques socio-économiques.

32Quant à l’étude des mobilités domestiques, l’enquête a concerné 25 logements collectifs et 25 autres individuels qui ont été sélectionnés dans plusieurs quartiers des trois villes de Béchar, Kenadsa et Taghit. L’objectif recherché était d’évaluer l’incidence des tendances actuelles d’évolution sur les caractéristiques de l’habiter domestique. Les choix des enquêtés a pris comme base de départ la population interviewée au cours d’un travail réalisé en 2015 (Hadj Mohamed et al., 2015). En 2018, ces investigations ont été élargies en les orientant vers les pratiques de déplacement internes des habitants au sein de l’espace domestique.

33Dans la période actuelle (avril et mai 2021), nous avons pu réaliser des enquêtes bureaux complémentaires pour intégrer, dans cette recherche, les toutes nouvelles politiques centrées sur le Sahara et qui ont engendré de nouvelles formes de déplacement des populations.

2. Les formes de mobilités contemporaines dans la wilaya de Béchar

34Notre terrain d’étude est, depuis longtemps, un espace façonné par différentes formes de mobilités. Entre le déclin des traditions du nomadisme et de la transhumance, les mutations des modes de déplacement et l’apparition de nouvelles formes de mobilités, le territoire de la wilaya reste toujours sillonné de multiples mouvements où tant de personnes sont encore instables, itinérants, mobiles.

2.1. Des formes de nomadisme ancien en mutation

35Réputé par la mouvance des éleveurs de chameaux et des pistes de caravanes (Hirtz, 1989), la région de Béchar, grâce au nomadisme constituait historiquement une interface active entre l’Afrique subsaharienne et les pays méditerranéens. Cette partie du Sahara était convoitée par plusieurs tribus nomades : les Ouled Jrir, les Beni Guil, les Doui Menia du Guir, les Ch’amba des Hauts Plateaux. Isolées, ces dernières parcouraient les vallées des oueds Zousfana et Guir qui se prêtaient à la culture (Hani, 2002). Face aux exigences de mobilité et de besoin d’abri, il fallait répondre à une double exigence : les tentes et l’aménagement de petits ksour avec jardins qui leur servaient de magasins pour leurs provisions.

36Suite à l’interdiction du nomadisme par les autorités coloniales en 1958, ces tribus ont commencé à se sédentariser dans plusieurs agglomérations de la wilaya (Abadla, Beni-Ounif et Béchar). La quête de nouvelles sources de revenus orientait le choix des lieux. Cette évolution vers le recul du mode de vie nomade et cette nouvelle forme de mobilité s’est faite progressivement car les tribus n’étaient pas habituées à une vie stable. La sédentarisation définitive de ces groupes est passée par des formes intermédiaires : un semi-nomadisme entre les nouveaux emplois et les occasions de transhumance ou une émigration vers d’autres villes du pays.

37Béchar était marquée par la présence de plusieurs oasis qui se succèdent le long des routes commerciales, sur la vallée de la Saoura. Constituant des centres-relais, ces dernières regroupaient des populations stables qui étaient en relation avec les tribus nomades tout en vivant de l’exploitation des palmeraies. Dans certaines régions (Taghit, Tabelbala, Kerzaz ) où les températures atteignent leur maximum, les anciens ksouriens effectuaient des déplacements saisonniers adoptant ainsi le semi-nomadisme en combinant l’agriculture et l’élevage nomade (Hirtz, 1989). Ils réalisaient régulièrement des déplacements de groupe, pour une période restreinte, souvent lors de la transhumance estivale dans les vallées de la région (Saoura, Zouzfana et Guir).

38Entre ces deux anciens modes d’habiter, la population de Béchar négocie aujourd’hui, avec de nouveaux acteurs (l’État, les acteurs des nouveaux espaces économiques modernes), leur place dans un environnement nouveau, sans rompre, tout à fait, avec leur habitus ancestral. Dans ce contexte, d’autres formes de nomadisme se développent.

2.1.1. L’installation de camps d’élevage camelins en périphérie des villes

39Aujourd’hui, aux alentours de la ville de Béchar, apparaissent, sous forme temporaire, des installations d’élevage camelins. Elles donnent l’image des tentes des anciens nomades. Ces emplacements qui se composent d’un entourage où se concentrent des troupeaux de chameaux à côté d’un enclos précaire pour les éleveurs, se localisent aux marges de la ville, le long des différents axes de communications, vers toutes les directions. Les conditions climatiques auxquelles sont soumises ces installations avec leur implantation en plein hamadas sont des facteurs de précarité et d’instabilité de cette activité. Selon les saisons de l’année, ces éleveurs changent constamment les horaires de leur disponibilité sur place avec leurs troupeaux.

40Cette pratique, initiée par des investisseurs de la région, consiste en l’achat d’un cheptel camelin, de son exploitation à usage reproductif tout en commercialisant la production laitière traditionnelle très prisée pour son utilisation thérapeutique. L’enquête montre que les propriétaires ne participent pas à cette activité : ils font appel à d’autres personnes ayant des liens familiaux avec les anciens nomades. Originaires d’autres communes et même d’autres wilayas du sud (Tindouf, Adrar), ces travailleurs maîtrisent parfaitement le savoir-faire lié au domaine de l’élevage. Le créneau de la médecine traditionnelle, qui prête au lait camelin des vertus curatives, est florissant.

41La consommation du lait frais sur place a permis le surgissement de ces camps et le développement d’une activité ancienne qui connait une mutation à deux niveaux. D’une part, la consommation de ce lait, jadis marginalisée et limitée aux Sahariens, connaît une généralisation à une échelle régionale, voire nationale. D’autre part, ce nouveau phénomène déclenche le développement d’une activité commerciale propre à la région. D’où de nouvelles formes de mobilité : le déplacement des anciens nomades vers les pourtours de villes pour l’emploi et des personnes des quatre coins du pays pour des cures. Cette activité constitue, en outre, une alternative viable aux anciens nomades en déclin et une manière de revivifier, sous d’autres formes, leurs anciennes traditions.

Figure 2 : Localisation de camps d’élevage camelins aux alentours de Béchar.

Figure 2 : Localisation de camps d’élevage camelins aux alentours de Béchar.

Source : Auteurs.

2.1.2. De nouvelles formes de déplacements saisonniers

42Aujourd’hui, malgré le déclin de la vie pastorale, l’enquête a relevé la persistance, dans des zones de parcours humides, de la pratique itinérante des déplacements saisonniers de familles d’anciens ksouriens pour la transhumance et les semailles. La résurgence de cette tradition accompagne l’extension de la culture des céréales et la croissance de la circulation automobile.

43Commandés avant tout par l’eau, ces déplacements ne sont possibles que lorsque les crues des oueds sont importantes. Cette pratique est visible, par exemple, sur les tronçons Hammaguir (Abadla), Zéghamra (Béni Abbès), Oum chégag (ksour du Nord), la zone de Taghit vers Igli et la vallée de la Zouzfana.

Figure 3 : Vallée du Guir, Oued Saoura et Oued Zouzfana en crues dans la région de Béchar.

Figure 3 : Vallée du Guir, Oued Saoura et Oued Zouzfana en crues dans la région de Béchar.

Source : Monographie Wilaya, 2016.

44Cette coutume consiste en un déplacement sur de courtes distances, sans s’éloigner dans le désert, des familles qui vont estiver avec leurs troupeaux en temps de moissons (mai-octobre), dans ces périmètres irrigués pour leurs productions agricoles. Ce semi-nomadisme, émanant des anciens ksouriens, entraine des mouvements de populations liés aux contrastes climatiques des différentes zones de la région entre montagnes, plaines et désert. Quant aux installations des groupes, elles sont spontanées, sous forme de tentes ou de petits abris végétaux, puis, peu à peu, construits en dur ou, encore, sous forme de baraques en tôle.

45De plus en plus, cette itinérance de groupe, quand elle est possible, devient une pratique recherchée par les familles rurales de la wilaya qui attendent avec impatience cette période. Deux indices majeurs montrent la mutation de cette activité : la tendance à la croissance de la pluriactivité dans ces familles (Bisson, 1995), liée au besoin d’activité secondaire devant l’insuffisance des revenus de base et le besoin de distraction dans un pays où les endroits de détente manquent beaucoup.

2.2. Des mobilités résidentielles à l’échelle régionale

46L’histoire du mouvement migratoire interne à la wilaya est associée à la disparition, au 19ème siècle, du commerce transsaharien, une des fonctions essentielles de l’économie de la ville saharienne à l’époque, qui a eu pour effet la réduction de l’activité agricole de la région (palmeraies et transhumances traditionnelles) entrainant l’appauvrissement de la population oasienne (Marouf, 1980). Cette dernière, contrainte de s’adapter aux exigences d’une nouvelle économie globale, s’est engagée dans un mouvement migratoire interne vers des villes attractives qui ont connu un relatif développement.

47Ce contexte a permis aussi l’arrivée tout au long du XXème siècle d’une population tellienne constituée, principalement, de fonctionnaires et de commerçants qui ont participé à la nouvelle reconfiguration urbaine de la wilaya. L’introduction de l’habitat collectif à partir de 1980 dans la région a accentué ce processus. En contrepartie, le logement rural a connu une réactivation dans le cadre de la politique du « développement rural » mise en place en 2000 pour la promotion, en auto-construction, des espaces ruraux et la fixation ou le retour des populations locales dans leur habitat d’origine.

  • 1 Définit par le dictionnaire Petit Larousse (2001) comme « la facilité à se mouvoir, à changer, à se (...)

48Ces dispositifs ont déterminé l’urbanisation de la région et encouragé des flux à différentes échelles de mobilité1 :

  • des mobilités intra-sahariennes du ksar vers les villes les plus attractives ;

  • des mobilités du ksar vers des sites extra-muros situés sur les importants axes routiers ;

  • des déplacements quotidiens effectués par les habitants des ksour en direction des centres urbains proches (flux campagne-ville).

2.2.1. Le ralentissement de l’exode rural

49La comparaison des taux de mouvements de population enregistrés dans le pays entre les deux périodes (1987-1998) et (1998-2008) indique un net ralentissement des grands mouvements d’exode motivés, dans la plupart des cas, par les effets de l’insécurité et de la dégradation des conditions socio-économiques (ONS, 2008). A Béchar, l’on assiste à un retour des populations vers les centres et agglomérations urbaines les plus proches des villages.

50Cette tendance a provoqué une extension des agglomérations de petites tailles : Beni Ounif : 13749 habitants, Kenadsa : 16611habitants, Abadla : 21234 habitants, Beni Abbès : 16509 habitants. (DPSB, 2019). Ces villes continuent d’accueillir les populations des zones rurales et des agglomérations urbaines de petites tailles. Dans ce contexte, la grande ville de Béchar qui compte, selon la même source, 218 749 habitants tend à être de plus en plus répulsive à cause de sa saturation et l’absence de possibilités de travail et de logement. Elle donne le relais à sa périphérie et aux communes limitrophes déjà citées. Ce nouveau phénomène d’exode inverse se traduit, dans la pratique, par de nouveaux mouvements de populations.

2.2.2. Un exode inverse

51Cette inversion résulte aussi de l’amélioration des conditions de vie dans les petites villes de la wilaya suite à des programmes de désenclavement du sud. Ces villes connaissent, alors, une diversification des activités et la réalisation des équipements de base. Suscitant de nouvelles dynamiques, ces communes qui deviennent attractives connaissent la réception de nouvelles populations.

52Avec la saturation de l’emploi dans la ville mère de Béchar, l’enquête a observé le phénomène de recrutement de jeunes cadres dans les communes, même les plus éloignés de la wilaya, pour exercer un emploi dans les différents secteurs socioéconomiques. Ces villes qui reçoivent annuellement quelques postes de travail pour leur désenclavement (DPSB, 2019), font généralement appel aux cadres de la grande ville pour leur embauche. Cette catégorie de population, n’ayant aucun choix, s’engage dans ce nouveau mouvement d’exode de la grande ville aux petites villes. Ce phénomène est aussi accentué par les investisseurs privés qui trouvent des opportunités dans ces petites villes. Ces localités reçoivent ainsi des flux très variés aussi bien en migration définitive avec octroi de logement qu’avec des migrants temporaires qui recourent aux locations. Cette redynamisation de la mobilité intra-saharienne est soutenue par l’amélioration des réseaux routiers internes qui redéfinissent de nouvelles relations entre la ville et son arrière-pays.

53Un autre phénomène : le retour à la ville natale (ksar ou petites agglomérations) de la catégorie des ménages retraités, après réaménagement, selon les nouvelles commodités, de leurs anciennes maisons, qu’elles soient personnelles ou familiales. Pratique en augmentation qui trouve, d’après l’enquête, sa raison d’être dans le besoin, de cette génération, de fuir la grande ville et regagner une place plus calme et de retrouver, peut-être ses racines. Avec l’interruption de leur emploi qui, avant, avait suscité leur exode à Béchar, ce phénomène s’explique aussi par l’intention de ces parents retraités de libérer leur maison en grande ville pour leurs enfants, devenus adultes et en manque de logements personnels.

2.2.3. Un exode planifié : la politique des zones d’ombre2

  • 2 Un concept appliqué depuis 2020 par l’état algérien pour désigner les localités pauvres ne disposan (...)

54Dans le cadre de ses nouvelles perspectives (2020, 2021) vis-à-vis des zones déshéritées du pays, l’État a engagé un vaste programme d’amélioration, de soutien et d’accompagnement de ces zones en vue de préserver et de promouvoir leurs ressources. Cette ambition, en cours d’exécution, va être suivie par la création de lieux d’activités, dans ces espaces, pour en faire des zones productives. Ces projets devraient permettre la création de richesses au profit de la population et de l’économie nationale entrainant une amélioration du niveau de développement et une attractivité de zones longtemps oubliées.

55Concernée par ce programme, Béchar a recensé au total seize zones d’ombre ayant bénéficié de 47 projets de développement, notamment dans les petites localités de Ounif, ou dans les localités et les hameaux des daïras de Béchar, Abadla et Beni-Abbès, qui sont, dans leur majorité, des zones reculées et frontalières de la Wilaya. Cette action va permettre la fixation de la population locale et l’arrivée d’une main d’œuvre importante pour la réalisation des différents programmes.

2.2.4. L’intérêt pour les marges de villes : le péri-urbain

56Cette explosion des mobilités internes, rendues possibles par les divers investissements cités, s’accompagne aussi par d’autres types de mobilités. Il en est ainsi du départ de jeunes ménages vers les espaces périphériques, étant donné l’impossibilité d’accéder à la ville saturée ou pour fuir un logement exigu partagé par une famille élargie. Cet afflux en grand nombre a entrainé des formes d’urbanisation assez précaires et des extensions démesurées car, porté, en grande partie, par des classes défavorisées lesquelles, au défi du sous-emploi et de la crise de logement, ont bénéficié de lots de terrain dans un cadre social ou rural, sans avoir les moyens suffisants d’achever les constructions. In fine, une immense périphérie s’est constituée autour de Béchar cette dernière décennie.

  • 3 Une forme de migration résidentielle focalisée sur la recherche d’une meilleure qualité de vie

57Un autre type de mobilité émerge : la migration d’agrément3 qui est un phénomène nouveau porté par la catégorie des personnes libres (retraités) qui rejette les « tracas » des grandes villes pour choisir leurs nouvelles résidences extra-muros. Touchant des personnes aisées matériellement, ce phénomène consiste à libérer sa résidence en ville à ses enfants pour aller s’installer dans les marges de la ville, dans de petites maisons avec terrain agricole acheté et aménagé pour la retraite. Dans ce cadre, la forme spatiale recherchée est celle de l’association d’un village et d’un périmètre agricole.

58La mise en œuvre de cette pratique par plusieurs familles de première génération est justifiée par la recherche d’endroits de repos, de calme, et, surtout, dans la nature. Ce choix qui suscite des va-et-vient entre ville et campagne a entrainé l’apparition d’une deuxième périphérie sous une forme très dispersée.

Figure 4 : Mouvement migratoire interne : différentes formes de mobilités.

Figure 4 : Mouvement migratoire interne : différentes formes de mobilités.

Source : Auteurs.

2.3. Des mobilités croissantes à l’échelle nationale

  • 4 Le concept de migration désigne en général un changement durable entre deux lieux distants physique (...)

59Forme de mobilité à grande distance, la migration4 de la population du Nord vers le Sud est un phénomène qui a suivi, à partir de l’indépendance, l’urbanisation des villes du Sahara. Grâce à des relations historiques et économiques privilégiées, Béchar est fortement relié avec les villes du Nord-Ouest du pays par des échanges qui cheminent à partir de la route RN6. Cette relation était renforcée par l’immigration provenant des villes du Nord (Oran, Tlemcen, hautes plaines oranaises) qui ont largement participé à la vie socio-économique de Béchar. Aujourd’hui, les villes de la wilaya développent encore des relations d’échange multiformes avec ces villes marquant leur place dans la réorganisation spatiale dans le sud en développant de nouvelles formes de mobilité.

2.3.1. Permanence des migrations Nord/Sud

60S’agissant des vastes espaces du Sahara, les mobilités peuvent aller plus loin : « Les populations des territoires du Sahara algérien, qui connaissent et vivent la fragilité de leur milieu naturel, savent aussi garder leur espace ouvert au monde moderne (médias, échanges frontaliers, migrations internationales) » (Pellen, 2010). Au-delà des diffusions culturelles venant de loin, les acteurs économiques et sociaux de la wilaya de Béchar commencent à découvrir le monde (à travers par exemple : les exportations des produits sahariens).

61Aujourd’hui, dans les villes de la wilaya en voie de développement, des programmes d’extension, désenclavement, réhabilitation, etc. sont toujours en cours. La dynamique démographique engagée associe différents acteurs locaux mais également les migrants du nord algérien.

62A la différence de l’explosion des mobilités externes des années 1980/1990, ce phénomène connait à présent une diminution liée à la réduction des tailles des projets mais sans disparaitre pour autant (d’après enquête bureau). L’essentiel des flux reste présent avec les spécificités suivantes :

  • les liaisons, qui étaient restreintes aux villes des hauts plateaux et celles du nord-ouest, se renforcent par des liaisons avec les villes du centre et celles de l’est du pays ;

  • l’arrivée des actifs des villes du nord relève, aujourd’hui, beaucoup plus du secteur tertiaire public et privé ;

  • l’afflux migratoire est en grande partie le produit de la demande en main-d’œuvre du secteur du bâtiment ;

  • la grande ville de Béchar continue à attirer les populations du nord, tout en enregistrant une tendance à la baisse (DPSB, 2019). Par contre, les espaces périphériques connaissent une attractivité de plus en plus forte ;

    • 5 D’après le dernier découpage administratif 2021.

    les besoins d’encadrement et de main d’œuvre dans le cadre des nouveaux programmes : zones d’ombre, promotion de la ville de Beni Abbès passée cette année au statut de Wilaya chef-lieu5 ;

  • le développement touristique car la population du nord ne cesse de participer à ce secteur en matière d’investissement hôtelier, gastronomique, mais aussi dans l’amélioration des relais sur les axes routiers.

2.3.2. Recrudescence de la mobilité Sud/Nord

63Les sociétés locales contemporaines ont adopté, durant ces dernières décennies, des formes de mobilité inédites qui s’affirment avec l’augmentation des niveaux de vie et la disponibilité des moyens de locomotion. Ainsi en-est-il du mouvement de déménagement de la catégorie des retraités (achat de résidences secondaires) et des déplacements de vacances pratiqués pour des motifs de loisirs mais, également, pour fuir la ville pendant la période des chaleurs (location de résidences). Le développement de ces deux formes de mobilités vers le nord a induit, ces dernières années, une augmentation des mouvements périodiques des familles autochtones lorsque les occasions se présentent (exemple : rituels familiaux).

64Les mobilités de loisirs sont aussi importantes. On peut les considérer comme un type d’itinérance, à déplacement périodique, sans conserver, d’une année à l’autre, les mêmes campements fixes ou temporaires. Les Bécharis passent les saisons tempérées à Béchar, et l’été, aux environs des villes du nord, sur la côte méditerranéenne, en parcourant parfois plus de mille kilomètres. La totalité des habitants interrogés sur ces mobilités saisonnières considère cette pratique comme fortement recherchée et 70 % expriment leur attachement aux villes du nord-ouest.

65Certains de ces voyageurs (20 %) souhaitent utiliser la tente (camionnettes) comme habitation mobile profitant de son ancienne qualité de souplesse et en s’emparant d’un mode de vie d’errance et de détachement dans des campements d’été. De même, la caravane, réservée aux personnes aisées, présente un attrait particulier condensant un style de vie et de communication avec la nature.

66Plusieurs cas se sont présentés (dont 15 % des gens touchés par l’enquête) relatifs à l’itinérance de vacanciers dans leurs propres résidences secondaires situées dans l’une ou l’autre des villes du nord du pays (90 % au nord-ouest). Ainsi, la fuite de la chaleur a conduit à la possession de résidences secondaires, à l’image des villes d’été dans les palmeraies sahariennes. Ces situations montrent bien les logiques des sahariens qui résident dans leur manière de vivre des espaces différents tout en s’adaptant à la vie mobile afin de ne pas demeurer confinés dans un territoire restreint.

67Se présentant comme un phénomène inverse de celui de migration interne ville/campagne, cette mobilité externe définit un phénomène nouveau à Béchar qui consiste au changement de résidence, de la part des ménages libres (retraités), pour regagner une grande ville (la métropole d’Oran) pour les 80 % des enquêtés. Ce choix est guidé par la recherche d’un meilleur cadre de vie qu’offrent les grandes villes en matière de détente, d’aisance et de convalescence.

68Concrètement, cela renvoie au fait que certaines personnes, financièrement à l’aise, habituées aux voyages et aux vacances, franchissent le pas entre une pratique de loisirs ponctuelle et l’installation permanente toute l’année. Ainsi, cette pratique liée à l’essor du temps libre et le rituel des départs en vacances, a profondément augmenté les déplacements sud/nord renforcés par des va-et-vient dans le cadre de leurs relations familiales à Béchar.

Tableau 2 : Parcours et stratégies des mobilités des Bécharis vers le nord.

Parcours

Stratégies

1ère catégorie d’enquêtés : 70%

Béchar -------- Nord-ouest
Oran, Ain témouchent, Mostaganem, Tlemcen

- Villes côtières
- Les plus proches de Béchar
- Disponibilité de location de résidences individuelles
- Occasion de liens familiaux

2ère catégorie d’enquêtés : 10%

Béchar -------- Nord-est
Béjaia, Jijel, Skikda, Annaba

- Villes côtières
- Besoin d’éloignement de la région
- Attractivité des côtes de l’est

3ère catégorie d’enquêtés 20%

Béchar -------- Nord-centre
Boumerdes, Tipaza, Alger

- Villes côtières
- Besoin d’éloignement de la région
- Rapprochement de la capitale.

Source : Auteurs

Figure 5 : Mouvement migratoire externe : différentes formes de mobilités.

Figure 5 : Mouvement migratoire externe : différentes formes de mobilités.

Source : Auteurs.

3. Espace domestique et nomadisme interne

3.1. Variabilité de l’espace domestique

69La présente recherche ne peut faire l’économie d’une réflexion critique sur les modes d’habiter. Étant donné sa centralité, la réflexion sur le concept d’habiter est depuis longtemps partagée par des disciplines multiples : « de la philosophie à la géographie, de l’anthropologie à l’architecture, de la sociologie à l’urbanisme ou l’histoire, la notion d’habiter traverse les sciences sociales et humaines du XXe siècle. Prise dans un sens plus large que se loger, elle engage alors tout un rapport au monde » (Lazzarotti, 2006).

70Dans son rapport à l’espace, l’habiter façonne une part importante du paysage urbain et détermine le cadre de vie. Sa conception passe par le choix d’un territoire maîtrisé et harmonieux dont on assure la préservation des ressources. Elle répond aussi aux besoins d’espaces intérieurs, à l’évolution des structures familiales et aux images-guides qui orientent les pratiques de l’espace. De ce fait, les déterminants géographiques et anthropologiques sont inéluctables pour l’espace domestique : « les caractéristiques essentielles de l’espace domestique en font un espace fondamentalement géographique en même temps que spécifique » (Staszak, 2001).

71Pour ces disciplines, l’espace domestique désigne plus précisément un lieu de vie (Madani, 1997) et le mode d’organisation des établissements humains. Ceux-ci se différencient par leur localisation, leur dimension, leur nature ou encore par les activités qui s’y pratiquent. Dans l’espace domestique, l’habitant dispose d’un savoir, de valeurs, de modes d’action et de besoins géographiques qui lui permettent de gérer son espace domestique ou, plus exactement, de le fabriquer. Il attribue une fonction aux pièces, décide de la place des meubles, choisit la décoration… (Perec, 2000), organise et oriente les axes spatio-symboliques du « nid familial ». Cet espace du privé est donc celui des reconstructions et de la mémoire ; il est à la fois le lieu d’installation et l’espace du souvenir où se jouent et s’élaborent toutes les représentations du monde (Collignon et Staszak, 2003).

72Depuis le début des années 2000, la réactualisation du concept expérimente une réponse scientifique aux transformations qui font le Monde contemporain : « l’urbanité et l’urbanisation, quand plus de la moitié de la population mondiale vit en ville et, plus même, selon un mode urbain, en ‘campagnes’ ; les mobilités, quand celles-ci non seulement se multiplient, se généralisent mais aussi se diversifient en s’articulant ; la mondialité, quand le Monde se pose désormais en dimension unique et originale de l’humanité habitante, d’où sa majuscule » (Lazzarotti, 2006). Dans ce contexte, sont inscrites les mobilités urbaines et résidentielles présentées ci-dessus, et qui ont concouru à des transformations sociales importantes entrainant la recomposition de la société locale qui, au contact des processus de modernisation, tente de s’adapter, de se régénérer et d’améliorer son cadre de vie.

73Cette dynamique n’a pas épargné l’ancienne structuration sociale de l’habitation saharienne. Au sein de cette recomposition, l’enquête révèle certaines mobilités internes accompagnant les nouveaux modes de vie des habitants. Ce sont des règles de conduite qui sont observées à travers différentes modalités de l’organisation spatiale des maisons analysées se traduisant par des modèles d’appropriation rappelant, dans une certaine mesure, les pratiques du nomadisme ancien. Comment les habitants prolongent-ils, transforment et adaptent leur nomadisme interne au sein de leurs demeures ?

74Ce type de nomadisme était remarquable dans les maisons des ksour de Béchar. Il a longtemps marqué la particularité des modes d’habiter en ces lieux où vie domestique et déplacement interne se conjuguent. Ce nomadisme qu’autorisait la polyvalence des espaces était de deux sortes : la première, saisonnière, où une partie de la maison n’est habitable qu’une période dans l’année selon son orientation au soleil et sa position par rapport au reste de l’habitation ; la seconde, journalière, qui consiste à occuper différemment et éphémèrement des espaces pendant la journée.

75Dans sa pratique contemporaine, ce nomadisme interne semble persister même au sein des appartements ; certains habitants le considèrent comme une manière de vivre et une forme de mobilité incontournable relevant de leurs traditions. Pour d’autres, cette mobilité continuelle est désapprouvée car elle entrave, dans une certaine mesure, la stabilité de la vie familiale. Entre ces deux points de vue, l’enquête révèle des situations intermédiaires montrant une pratique des mobilités internes adaptées au contexte de modernisation actuel.

3.2. Spécificité de l’habitation saharienne de Béchar

76Plusieurs études dont celle portant sur la spécificité actuelle de l’habitation à Béchar (Hadj Mohamed et al., 2015), ont mis en relief l’originalité de l’habitation saharienne située dans un territoire contraignant tout en véhiculant une profondeur culturelle liée à son passé et à son présent. Aujourd’hui, cette forme spatiale présente de nouveaux « axes spatiaux-symboliques » :

  • Une configuration introvertie de la maison à espace central désigné par "hall" : verticalement couvert, modernisé par l’adoption de l’idée du plan libre qui engendre des espaces intérieurement ouverts libérés des découpages internes. Cette configuration se complète par une ouverture latérale du hall donnant sur des espaces extérieurs qui se présentent comme alternative à l’ancienne ouverture zénithale traditionnelle.

  • Une organisation de la maison basée sur deux parties distinctes : la première, "montrée" et mise en scène par le salon auquel s’ajoutent certains espaces d’accompagnement, la deuxième partie, "cachée", est constituée par les espaces familiaux intimes protégés des regards d’autrui.

  • Une composition de la maison en espace double : bâti et non bâti. Si le premier est fermé, permanent et centralisé, le second, quant à lui, se présente comme ouvert, temporaire et périphérique. Cette dernière composante demeure essentielle car elle constitue, pour les habitants, une sorte de bout de nature et elle permet d’accorder, à chaque famille, un rapport individuel au ciel et à la végétation. Plus encore : elle suscite des pratiques de prolongement des activités intérieures et facilite les déplacements des habitants.

  • D’autres caractéristiques, comme celles qui concernent les dimensions des espaces intérieurs, particulièrement les salons et les halls, interpellent. Ces derniers exigent des surfaces optimisées en rapport avec leurs rôles importants dans la maison et leur valorisation symbolique. De même, d’autres « marqueurs », d’un confort actualisé, apparaissent proposant des espaces en harmonie avec l’évolution du mode de vie à travers l’utilisation de nouveaux matériaux, l’introduction d’une technologie récente et des formes originales d’esthétique. Ce système de signes traduit-il une forme de mobilité en termes d’image et de statut social ?

77Dans ce cadre en évolution, les nouvelles habitations, approchées par nos enquêtes, proposent une nouvelle expérience des vécus réels des habitants à travers leurs déplacements internes. Dans une certaine mesure, ils cherchent à perpétuer quelques-uns des principes du nomadisme interne ancien, mais confronté aux nouveaux repères culturels modernes.

3.3. Contraintes climatiques et formes de mobilité

78L’un des premiers soucis des enquêtés a toujours été de se recréer un cadre de vie agréable et confortable. Le confort physique est recherché en rapport avec la rigueur du contexte géo-climatique de la région. Pour échapper à cette contrainte, les habitants adoptent des formes de mobilité en rapport avec la reconfiguration spatiale de la maison.

3.3.1. Déplacements horizontaux et verticaux internes

79Sachant que la région se distingue par deux saisons, chaude et froide, au cours de l’année, cette pratique consiste à occuper différemment les espaces durant la journée. C’est une tradition qui apparaît comme une forme de résistance aux chaleurs de l’été avec des moyens limités de climatisation artificielle de chacun des espaces de la maison. Plusieurs cas de figures se présentent :

80Un mouvement vertical permettant l’appropriation des terrasses qui se présentent, pour 70 % des cas, comme un lieu de vie essentiel. 55 % des interviewés voient la terrasse comme un lieu de pratique du nomadisme journalier pour des activités domestiques les jours d’hiver ou pour y passer les nuits d’été. « La terrasse est mon endroit préféré pour faire quelques tâches, pour se reposer dans le calme et pour dormir et profiter de l’air frais du matin » (Femme, 72 ans, au foyer).

81Par contre, en hiver, les nuits se déroulent au rez-de-chaussée dans l’espace intérieur le mieux protégé des rigueurs du froid. Mais, au début de la journée, les terrasses ensoleillées sont occupées. En été, les terrasses deviendront inconfortables dans la journée à cause de la chaleur et de la luminosité réverbérée mais, dans la nuit, cet espace devient l’endroit privilégié pour profiter des bienfaits des écarts de température. En effet, l’espace qui a accumulé la chaleur de la journée dans ses murs apparaît insupportable. Au matin, le rez-de-chaussée aura été rafraîchi par les courants d’air de la nuit et abritera l’activité diurne d’été.

Tableau 3 : Somme des déplacements internes relevés par l’enquête

Tableau 3 : Somme des déplacements internes relevés par l’enquête

Source : Auteurs

3.3.2. Permutation entre espaces

82Au cours de la saison chaude (juin, juillet et août), le salon des maisons des familles modestes se transforme et change de fonction en devenant le seul endroit vivant de toute l’habitation parce qu’il est, dans 60 % des cas enquêtés, le seul lieu bénéficiant de la climatisation artificielle. Le salon devient, ainsi, l’espace polyvalent de repas, de rencontre familiale, de réception, où on fait la sieste et où la majorité des membres de la famille dort la nuit. C’est l’espace qui remplace temporairement le séjour familial et les chambres. Cette situation exige un arrangement de tous les meubles par les femmes qui vident le lieu et le réadaptent à cette polyvalence fonctionnelle. Pour certaines de ces familles, quelques membres seulement s’approprient les espaces cours, balcons et terrasses pour passer les nuits d’été : « En été, c’est le grand déménagement, je serai obligé de vider le salon pour que nous puissions tous dormir dans cet espace ». (Femme, 44 ans, fonctionnaire).

Figure 6 : Un aspect de déplacement par permutation des espaces entre saisons.

Figure 6 : Un aspect de déplacement par permutation des espaces entre saisons.

Source : Auteurs.

3.3.3. Délaissement de certains espaces

83Il s’agit d’un nomadisme saisonnier qui permet d’habiter une partie de la maison une période de l’année, notamment en saison d’hiver. L’autre partie ne peut être occupée considérant son orientation ou sa position défavorable par rapport aux vents et au soleil. Le cas le plus fréquent est celui du délaissement d’un niveau supérieur jugé trop exposé au rayonnement solaire pendant l’été. Cet espace est remplacé, selon les catégories et genre des habitants : occupation de la terrasse les nuits d’été par les hommes qui font la sieste au rez-de-chaussée, plus frais le jour. Ce dernier lieu est réservé, la nuit, pour les femmes, s’il est climatisé.

84Un autre cas s’est présenté au cours de l’enquête : l’abandon d’une pièce orientée ouest qui est largement exposée au soleil à partir de l’après-midi et pendant un long moment de la journée, jusqu’au coucher du soleil. Cette orientation inconfortable favorise l’accumulation de la chaleur du jour obligeant les usagers à se déplacer vers les autres pièces pendant une longue période de l’année. Elle est estimée entre trois à quatre mois par la propriétaire (Femme, 50 ans, enseignante).

Figure 7 : Aspect de délaissement de parties de maisons pendant l’été.

Figure 7 : Aspect de délaissement de parties de maisons pendant l’été.

Source : Auteurs.

3.4. Mobilités liées au changement des modes de vie6

  • 6 Il s’agit des manières de vivre reproduites en fonction de facteurs déterminants : l’appartenance s (...)

85Dans notre contexte, l’investigation éclaire le phénomène du nomadisme interne en rapport avec les changements actuels des modes de vie. Dans ce sens, l’amélioration des niveaux d’instruction, l’accroissement de l’emploi féminin et les interactions culturelles liées au « voyage » et à l’altérité ont participé à l’évolution de certaines attitudes et comportements des habitants recherchant plus de confort au sein de leurs habitations.

3.4.1. Un type de déplacement restreint : prolongement d’activités vers les espaces extérieurs

86Habitués à une vie en relation avec l’extérieur, les Bécharis reprennent dans leurs espaces domestiques contemporains l’usage intensif de la partie ouverte de l’habitation qui demeure, pour les gens de cette ville, un besoin fondamental dans leur vie quotidienne. En rapport à cet intérêt, l’enquête montre des appropriations intensives de ces lieux par tous les membres de la famille et pendant toutes les périodes de l’année. En plus de leurs fonctions habituelles d’éclairage, de repos, de plantation et de décoration, ils accueillent, selon les circonstances, d’autres activités qui permettent le prolongement des espaces intérieurs, en particulier le hall/séjour, la cuisine et la salle à manger. In fine, des mouvements quotidiens restreints des personnes se déroulent en relation avec leur mode de vie actualisé qui nécessitent des déplacements momentanés de certains mobiliers légers.

Figure 8 : Coexistence de plusieurs espaces extérieurs dans une même habitation.

Figure 8 : Coexistence de plusieurs espaces extérieurs dans une même habitation.

87Ainsi, cours, terrasses et d’autres nouveaux types d’espaces (jardins, vérandas), coexistent, dans toutes les habitations visitées, avec des soucis de prolongement des activités intérieures vers le plein air, le besoin de scruter le ciel et la végétation, de s’adapter aux contraintes climatiques et, surtout, d’organiser certains rituels et rencontres conviviales.

Tableau 4 : Fréquence d’utilisation de l’espace extérieur en relation avec le hall

Utilisation forte

Utilisation faible

Eté

- Jour

x

- Soirée

x

- Nuit

x

Hiver

- Jour

x

- Soirée

x

- Nuit

x

Source : Auteurs

3.4.2. Variations dans la pratique de prise de repas

88La tradition locale de prise des repas résidait dans le fait de manger ensemble dans la même assiette en s’asseyant, à même le sol, autour d’une petite table "meida". Selon les saisons, l’espace central "haouch" ou une autre chambre de la maison accueille ce rituel. Néanmoins, au fur et à mesure des changements sociaux, cette pratique a commencé à se transformer et son déroulement connaît actuellement des variations d’espaces selon les circonstances. Elle se développe principalement dans l’un des espaces, cuisine, hall ou séjour familial selon plusieurs cas de figure :

  • Les familles des maisons individuelles prennent ensemble tous les repas ordinaires dans la salle à manger, sauf en présence des invités de la même famille. Dans ce cas, les repas sont pris dans le hall, séjour ou salon des femmes appelant ses membres à un déplacement occasionnel.

  • D’autres familles gardent toujours les anciennes habitudes de la table basse dans le hall ou le séjour familial. Cette pratique est adoptée, surtout, par les familles élargies, avec la présence des grands parents, ou par les familles nombreuses qui séparent entre hommes, femmes et, parfois, enfants. Cette tradition impose, aux femmes surtout, des tâches supplémentaires et des déplacements entre la cuisine et le séjour.

  • De manière générale, le salon est sollicité uniquement pour les repas des invités étrangers hommes exigeant des déplacements supplémentaires.

  • L’usage de l’espace extérieur modulé par les variations climatiques et mobilisant la famille en un va-et-vient entre l’intérieur et l’extérieur de la bâtisse.

89Cette différenciation des manières d’accomplir le rituel des prises des repas au sein de la famille ou en présence d’invités conduit à penser que la tradition de réception reste vivace. Cette dernière demeure, dans l’habitation contemporaine, très prégnante et persistante par ses diverses connotations culturelles. Au bout du compte, la maison investie par le chercheur, cet antre du repos et de la stabilité, ne résiste guère au tumulte de la vie quotidienne avec ses déplacements, ses va-et-vient incessants et son nomadisme atavique.

Conclusion

90Dans les vastes étendues sahariennes observées par cette étude, des formes plurielles de mobilités se déploient aujourd’hui : nouvelles images de nomadisme et de transhumance, des mouvements migratoires internes en transformation, d’autres externes en accroissement et semi nomadisme au sein de l’espace domestique. Cette contribution s’est attachée à analyser ces nouvelles formes de mobilités de l’habiter saharien en les reliant aux données contemporaines du contexte.

91D’abord, une pratique alternative viable des anciens nomades en déclin : le jaillissement, aux marges de la ville de Béchar, le long des axes de communication, d’installations d’élevage camelins sous forme temporaire dans le but de leur exploitation à usage reproductif et la vente de leur production laitière traditionnelle. Parallèlement, la persistance, dans des zones de parcours humides, de la pratique itinérante de déplacement saisonnier de familles rurales pour la croissance de leur pluriactivité, mais aussi pour des besoins de détente. Ces deux pratiques émanant, des traditions des anciens, entrainent des va-et-vient de population liés aux contrastes climatiques des différentes zones de la région entre montagne, plaines et désert.

92Dans le cadre de mouvement migratoire interne et avec les effets de l’insécurité et de la dégradation des conditions socio-économiques de la période 1988-2003, le net ralentissement de l’exode rural a suscité le développement d’une forme d’exode inverse concrétisé, notamment, par l’attractivité de petites villes de la wilaya. Cette forme de mobilité s’explique par la recherche de l’emploi et du logement par de jeunes cadres d’une part, et par le phénomène de retour des ménages retraités à leurs villes d’origine, d’autre part. Dans le même sens, l’ambition des programmes de la politique récente des zones d’ombre vise la fixation de la population locale et entraîne l’arrivée d’une main d’œuvre importante pour la réalisation des différents programmes.

93Cette multiplication des formes de migration interne s’accompagne aussi par un type de mobilité vers les espaces en dehors de la ville suscitant la constitution d’une première périphérie autour de Béchar avec l’arrivée, en grand nombre, de jeunes ménages bénéficiaires de lots de terrain dans le cadre de politiques d’auto-construction de l’habitat. De même, un autre type de migration d’agrément mérite d’être signalé : porté par la catégorie des retraités dont les membres ont choisi d’implanter leurs nouvelles résidences en extra-muros, cette pratique a entrainé l’apparition d’une deuxième périphérie qui se présente sous une forme très dispersée.

94Dans le contexte des évolutions en cours, la région de Béchar demeure un lieu d’échange et d’accueil d’une population venue du nord du pays. Cette catégorie sociale s’est intégrée au sein de plusieurs quartiers périphériques de la ville. Face à l’altérité, les autochtones renégocient leurs places en accédant au monde moderne tout en tentant de garder les anciennes attaches. De même, cette population développera une mobilité orientée vers le nord sous des formes et pour des raisons diverses : mouvement de déménagement de la catégorie des retraités (achat de résidences secondaires) et déplacements de vacances pratiqués pour des motifs de loisirs mais, également, pour fuir la ville pendant la période des chaleurs (location de résidences).

95A l’échelle domestique, les analyses montrent une actualisation des mobilités accompagnant le contexte de modernisation actuel. Ici, les mouvements saisonniers et journaliers s’inscrivent dans les modes d’habiter. Cherchant à occuper de manière différentielle les espaces, les habitants adaptent, à chaque temporalité, les places aux contextes. Tout un registre de mobilités se déploie : depuis les déplacements horizontaux ou verticaux jusqu’au prolongement d’activités domestiques vers l’extérieur. En arrivant à associer des lieux multiples et variables à leurs pratiques tout en mouvement, ces acteurs font preuve de compétences avérées.

Haut de page

Bibliographie

Ait Hamza M, 2012, Nomadisme et semi nomadisme au Maroc, Encyclopédie berbère 34, pp 5602-5609.

Baduel. P-R, 1988, Habitat, état et sociétés au Maghreb, Paris :. Edition CNRS.

Bendjelid A, Brûlé J-C, Fontaine J, Kouzmine Y, Ormaux S, 2018, Territoires sahariens algériens à l’aube du XXIe siècle, Les cahiers d’EMAM. Etudes sur le monde arabe et la Méditerranée.

Ben Hounet Y, 2009, Le poids du nomadisme pastoral dans les steppes algériennes, Etudes rurales, n° 184, pp. 107-122.

Bernus E ; Centlivres-Demont M, 1982, Le nomadisme, In Encyclopaedia universalis : supplément, Paris : Encyclopaedia Universalis, 9, pp. 107-122.

Bisson J, 1995, Développement et mutations au Sahara maghrébin, Orléans-Tours, CRDP.

Bisson J, 2003, Le Sahara : mythes et réalités d’un désert convoité, Paris : L’Harmattan.

Capot-Rey. R, (1953) : Le Sahara Français, Paris : PUF.

Chachour M, 2018, D’un mode d’habiter à l’autre : modalités et significations de la réappropriation d’un pavillonnaire des Castors à Oran (Algérie), Territoire en mouvement, 38 Varia.

Claudot-Hawad H, 2006, Sahara et nomadisme. L’envers du décor, REMMM.

Collignon B, Starzak J-F, 2003, Espaces domestiques, construire, habiter, représenter, Bréal.

Cote M., 1999, Dynamique urbaine au Sahara, Insaniyat, n° 5, pp. 85-92.

Echallier J, 1968, Essai sur lhabitat sédentaire traditionnel au Sahara algérien, Editions Paris.

Godard C, 1954, L’oasis moderne. Essai d’urbanisme Saharien, Alger : La maison des livres.

Hadj Mohamed N ; Madani M, 2015, Renouvellement des espaces habités spécifiques aux régions sahariennes, l’exemple de Béchar. REMMM, n° 138, pp. 255‑276.

Hadj Mohamed N, 2017, Désappropriation et réappropriation de l’espace domestique saharien, l’exemple de Béchar, Doctorat en architecture, USTO Oran.

Hani A, 2002, Béchar et sa région, entre histoire et légendes, Oran : Editions Dar El Gharb. 213p.

Hirtz G, 1989, l’Algérie nomade et ksourienne 1830-1954, Edition Tacussel.

Kouzmine Y ; Fontaine J ; Yousfi B ; Otmane T. (2009), Etapes de la structuration d’un désert : l’espace saharien algérien entre convoitises économiques, projets politiques et aménagement du territoire, Annales de géographie, V.6, n° 670, pp. 659-685.

Lazzarotti Olivier 2006, Habiter. La condition géographique, Mappemonde, Paris : Belin.

Lévy J-P, 1998, Dynamique du peuplement résidentiel, Sociétés contemporaines, n° 29, pp. 43-72.

Lévy J-P ; Lussault M, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, éditions Belin.

Lussault M ; Paquot T ; Chris Y, 2007, Habiter, le propre de l’humain : villes, territoires et philosophie, Armillaire, Paris : La Découverte.

Madani M, 1997, L’habiter : contrainte ou liberté ? Une recherche sur la maison individuelle oranaise. Insaniyat n° 2. CRASC. Oran. pp 105-130.

Mahrour K, 1994, Tamentit, cité du désert ou le patrimoine comme référence dans l’enseignement de l’architecture. In revue Habitat, tradition et modernité., N° 2. ARCO Alger, pp 23-37

Marouf. N, 1980, Lecture de lespace oasien, Paris : Sindbad.

Pellen M, 2010, Les territoires sahariens au XXIe siècle. Développement, gouvernance et identités.

Perec G, 2000, Espèces despace, Editions Galilée.

Rachik H, 2000, Comment rester nomade ?, Afrique Orient, Casablanca.

Segaud M ; Brun J ; Driant J-C, 2003 (dir), Dictionnaire de l’habitat et du logement, Paris : A.Colin.

Staszak J-F, 2001, L’espace domestique : pour une géographie de l’intérieur. Annales de géographie, V. 110 (620), pp 339-363.

Stock M, 2003-2004, Pratiques des lieux, modes d’habiter, régimes d’habiter : pour une analyse trialogique des dimensions spatiales des sociétés humaines. Travaux de lInstitut de Géographie de Reims, n° 115-118, pp. 213-229

Yousfi B ; Kouzmine Y, 2014, Mutations des espaces sahariens du Sud-ouest algérien. Fragilisation d’un équilibre oasien ancestral, in Colloque Oasis dans la mondialisation : ruptures et continuités, Paris : hal-01026217, pp. 149-158.

Rapports et document

Direction de la programmation et du suivi budgétaire de la wilaya de Béchar (DPSB), 2019, Bulletin statistique annuel de la wilaya de Béchar.

Direction générale des forêts, Wilaya de Béchar, 2005, plan de gestion du site de Taghit-Guir.

ONS, 2008, Recensement Général de la Population et de l’Habitat, Armature urbaine.

Haut de page

Notes

1 Définit par le dictionnaire Petit Larousse (2001) comme « la facilité à se mouvoir, à changer, à se déplacer », la mobilité renvoie à « l’ensemble des pratiques de déplacement d’une population dans son cadre habituel » (Segaud, Brun, Driant, 2003). La mobilité urbaine renvoie aussi à l’ensemble des déplacements effectués de manière quotidienne par les individus, en milieu urbain, dans le cadre de leurs activités habituelles ou routinières.

2 Un concept appliqué depuis 2020 par l’état algérien pour désigner les localités pauvres ne disposant pas des moyens ou des infrastructures nécessaires pour garantir une vie décente aux citoyens. Une zone d’ombre est par définition un espace voilé, loin de la lumière. Dans son sens figuré, c’est un espace marginalisé dans les projets de développement.

3 Une forme de migration résidentielle focalisée sur la recherche d’une meilleure qualité de vie

4 Le concept de migration désigne en général un changement durable entre deux lieux distants physiquement, culturellement et socialement (Lévy, 1998). Elle est entendue comme l’installation dans une autre région ou un autre pays sans intention de retour à court terme.

5 D’après le dernier découpage administratif 2021.

6 Il s’agit des manières de vivre reproduites en fonction de facteurs déterminants : l’appartenance sociale et les processus de socialisation. Les effets de l'évolution de la structure familiale, les stratégies économiques des ménages et les comportements dérivés de contraintes extérieures (politique du logement, milieu social) influencent également les pratiques et les représentations dans ce domaine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Situation de la Wilaya de Béchar et découpage des communes.
Crédits Source : Monographie Wilaya, 2016
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 2 : Localisation de camps d’élevage camelins aux alentours de Béchar.
Crédits Source : Auteurs.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 3 : Vallée du Guir, Oued Saoura et Oued Zouzfana en crues dans la région de Béchar.
Crédits Source : Monographie Wilaya, 2016.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 4 : Mouvement migratoire interne : différentes formes de mobilités.
Crédits Source : Auteurs.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7867/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 5 : Mouvement migratoire externe : différentes formes de mobilités.
Crédits Source : Auteurs.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7867/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Tableau 3 : Somme des déplacements internes relevés par l’enquête
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7867/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 6 : Un aspect de déplacement par permutation des espaces entre saisons.
Crédits Source : Auteurs.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7867/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 7 : Aspect de délaissement de parties de maisons pendant l’été.
Crédits Source : Auteurs.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7867/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 8 : Coexistence de plusieurs espaces extérieurs dans une même habitation.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/7867/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Naima Hadj Mohamed et Mohamed Madani, « Mobilités plurielles et sens des modes d’habiter dans le sud-ouest algérien (wilaya de Béchar) »Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 50 | 2021, mis en ligne le 29 octobre 2021, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/tem/7867 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.7867

Haut de page

Auteurs

Naima Hadj Mohamed

Maitre de Conférences
Université TAHRI Mohamed, Béchar. Laboratoire Mécanique des structures (LMS)
BP 417 rue de Kenadsa Béchar (08000) Algérie
Béchar-Algérie
hadj.med.naima@gmail.com

Mohamed Madani

Professeur des Universités
Université des Sciences et Technologie d’Oran. M-B ;
Directeur Laboratoire Métropole, Architecture, Urbanisme, Société (LA.M.A.U.S)
El Mnaouar، BP 1505, Bir El Djir 31000
Oran-Algérie
med_madani2003@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search