Navigation – Plan du site

AccueilDerniers numéros50Compte-rendu de lecturePierre Deffontaines : L’homme et ...

Compte-rendu de lecture

Pierre Deffontaines : L’homme et sa maison (1972, réédition 2021)

Paris, éditions Parenthèses, 301 p.
Yves Boquet
Référence(s) :

Pierre Deffontaines : L’homme et sa maison (1972, réédition 2021), Paris, éditions Parenthèses, 301 p., ISBN 978-2-86364-374-7, 26 euros.

Texte intégral

1Près d’un demi-siècle après la disparition de l’auteur, les éditions Parenthèse ont eu la bonne idée de republier le dernier grand ouvrage de Pierre Deffontaines (1894-1978), « L’homme et sa maison  », fruit de décennies de recherches et pérégrinations géographiques et ethnographiques en diverses parties du monde, comme le rappelle la préface biographique rédigée par Germain Viatte.

2L’ouvrage examine de façon thématique les formes et les fonctions des habitats humains à travers la planète, évoquant tour à tour les habitations souterraines, les matériaux de construction des maisons bâties, les toits, les dispositifs pour l’eau et le feu, les logements mobiles et les mobilités du logement, les maisons à multiples occupants, les dispositifs de contact avec le sol (caves, pilotis), les ouvertures (portes et fenêtres, pour l’accès, l’aération et la lumière), la conserve des produits, les maisons pour les animaux, la place du travail (agricole et artisanal, pas le télétravail de notre époque Covid-19  !) dans la maison, les dispositifs pour la défense, le sommeil et les repas, la place du religieux dans la maison.

3La lecture, fort plaisante (mais on aurait aimé voir en fin d’ouvrage un index des lieux), montre bien sûr toute l’étendue de la culture de Pierre Deffontaines, pionnier avec son mentor Jean Brunhes d’une géographie culturelle s’éloignant des canons d’une géographie française classique qui dissertait plutôt sur les datations de surfaces d’érosion. On notera cependant que si Deffontaines est particulièrement disert, et c’est normal au vu de son parcours personnel et de la présence coloniale française, sur le monde méditerranéen, l’Afrique subsaharienne, le Brésil ou le Québec (L’homme et l’hiver au Canada, 1957), ses évocations de maisons asiatiques (la moitié de la population mondiale) sont bien plus rares. Malgré quelques brèves allusions à des maisons tribales vietnamiennes ou indonésiennes, on est par exemple surpris que l’auteur n’ait pas mentionné les villages fortifiés ronds (tulou) des Hakka du Fujian (Chine), l’opposition classique aux Philippines entre maisons bahay na bato de l'élite coloniale (pierre et bois, mêlant des influences espagnoles et chinoises) et huttes populaire bahay kubo, et surtout l’ouvrage, pourtant paru en 1966, de Jacques Pezeu-Massabuau sur La maison japonaise et la neige, qui ouvrait un champ nouveau à la géographie de l’habitat, en associant les formes et structures de la maison à une approche culturelle moins matérielle, celle de l’esthétique et l’identité (japonaise en l’occurrence) par la maison, thématique développée ultérieurement par JPM dans La maison japonaise (1981). Deffontaines aurait pu (dû  ?) y trouver un point de comparaison avec ses expériences enneigées des cabanes en rondins québecoises.

4Que nous dit cet ouvrage en 2021  ? On a un peu le sentiment, mêlé de nostalgie, de la description d’un monde qui s’est effacé avec les phénomènes conjoints de mondialisation et métropolisation. Les maisons dont nous parle Deffontaines sont essentiellement rurales  : les pages magnifiques sur l’association de l’activité agricole et de la maison sont-elles encore d’actualité  ? Dans un monde désormais majoritairement urbain, la relative faiblesse de l’habitat citadin dans l’ouvrage est évidente (1 page sur les immeubles d’appartements). Les villes nouvelles, britanniques, suédoises, françaises,…, les réalisations d’Auguste Perret (Le Havre), que Deffontaines ne pouvait ignorer, sont quasiment absentes, tout comme Le Corbusier (« la machine à habiter  » est simplement évoquée à la... dernière page) ou la Brasilia de Niemeyer et Costa (pour un auteur familier du Brésil, on attendait qu’il mentionne l'aspect innovant – pour l'époque – ses « superquadras  » du Plan Pilote).

5De nouveaux travaux ont renouvelé la géographie de l’habitat, avec l’essor de la notion d’habiter, et des recherches passionnantes sur le couple pérennité/mutation du logement dans un nouveau contexte d’exode rural et donc d’habiter  : on pense ainsi à l’analyse des appartements des tanji coréens par Valérie Gélézeau (Séoul, ville géante, cités radieuses, 2003), et aux travaux sur les cités HLM, les grands ensembles, les ghettos, la ville « insoutenable  » (Augustin Berque & al., 2006), les bidonvilles, les logements de luxe de Dubaï ou Miami, qui replacent l’habitat dans une dimension sociétale et politique plus forte, et plus récemment dans les préoccupations patrimoniales (protection tardive des siheyuan et hutong de Pékin) et écologiques (risques, consommation d'énergie...).

6La géographie évolue avec le monde. Le monde de Deffontaines n’est plus. Il demeure cependant que cet ouvrage-jalon méritait d’être réédité, et on se plaît à souhaiter une réédition des œuvres-clef, quasiment introuvables, de ses contemporains Jean Brunhes ou Max Sorre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Pierre Deffontaines : L’homme et sa maison (1972, réédition 2021) », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 50 | 2021, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/tem/7952 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.7952

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Professeur de géographie à l'université de Bourgogne-Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search